Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

Un repos bien mérité [PV Adaline]

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Lun 23 Mai - 18:00
Précédemment...
Taurok était arrivé après quelques bonnes minutes de marche à son petit campement. Il n'y avait pas grand chose, à vrai dire : un feu de camp, une tente de fortune faite avec ce qu'il avait trouvé dans les bois - des branchages, des feuilles, et un peu tout ce qu'il avait trouvé, à vrai dire... S'écrasant en position assise face à son feu encore légèrement avivé, se réchauffant les mains dans un soupir de soulagement. Un peu de réconfort, ça lui faisait du bien, même si on était loin de ce que la chaleur humaine pouvait apporter comme bien-être; cela-dit, dans son cas, il valait mieux apprécier des choses simples.

Alors il regarda la jeune femme en coin, lui parlant sans aucune agressivité, tout en se réchauffant les mains près du feu

« Je te monte une autre tente... ? Il risque de faire frais, cette nuit. Par contre, t'as pas l'air d'avoir été du genre à être habituée à la vie en extérieur. Je préfère te prévenir, c'est pas aussi agréable qu'un bon lit bien chaud... »

Et ça, il avait l'air de bien le savoir... Effectivement, il dormait à peu près tous les soirs à la belle étoile. Le simple confort d'un matelas, il ne l'avait pas connu depuis des mois, voire des années. La civilisation l'irritait un peu, car il se sentait trop à l'écart. Alors en général il dormait dehors, dans une tente de branchages et de feuilles, et faisait juste avec.

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Mar 24 Mai - 1:27
La réponse de l'homme à propos de l'hybride avait déclencher une décharge dans le coeur d'Adaline. Elle n'avait jamais pensé à voir les choses sous cet angle. On lui avait tellement appris à se comporter comme une humaine et à vivre comme telle, qu'elle n'avait jamais vraiment considéré sa partie Laguz comme une fierté. Ainsi, d'autres personnes de son espèce avait une vision diamétralement opposée de leur condition. D'après le voyageur, ils étaient même nombreux... Lorsqu'il lui proposa de se rendre à sa tente elle n'hésita qu'une seconde. Elle pourrait certainement apprendre plus de choses sur sa condition en passant la nuit à ses côtés. Elle secoua la tête pour oublier cette pensée. Pas réellement à ses côtés, disons à plusieurs mètres de distances... autour d'un feu de camp... à parler. Si elle était aussi maladroite dans ses paroles que dans ses pensées, elle risquait de lâcher son secret à tout moment dans la conversation. Pourvu qu'ils ne boivent rien d'alcoolisé, et normalement elle devrait pouvoir se retenir.

Évidemment, elle n'avait pas prévu de se laisser aller en sa présence. Elle n'avait d'ailleurs rien prévu de tout ce qu'il se passait dans cette maudite journée! Elle devait simplement surveiller le marché puis aller se coucher dans sa chambre de garde. Ayant peu de filles à ce poste, elle avait droit à une chambre particulière. Elle avait négocié avec ses parents pour rester dormir là-bas plutôt que de rentrer dans leurs demeures. Elle n'avait pas eu trop de mal à les convaincre, ils étaient bien trop contents de la voir partir d'elle-même. Ils ne comprenaient même pas que c'était aussi son cas. S'ils essayaient de garder la main mise sur elle de par ses origines après sa majorité, ils mourraient de sa propre main. Adaline frissonna à cette idée. Elle qui ne ferait pas de mal à une mouche avait des envies de meurtres envers des gens qui n'en valaient pas la peine... il fallait qu'elle se ressaisisse. La marche dans la forêt lui fit un bien fou pour se ressourcer. Et lorsqu'elle arrive au campement de l'étranger, elle pu enfin souffler.

En y repensant... elle l'avait suivi sans la moindre résistance alors qu'elle ne connaissait rien de lui. Enfin si, justement, elle savait que c'était un fou furieux ayant tué énormément de gens. Et elle le suivait quand même! Sachant que s'il l'attaquait, il la tuerait surement et que personne ne savait où la trouver! Elle se trouvait vraiment dans une position idéale. Et il était certainement trop tard pour retourner sur ces pas. Comme quoi la curiosité était réellement un vilain défaut... Pourtant elle ne ressentait aucune peur envers cet étranger. Même si elle ne connaissait que ses surnoms barbares. Il serait d'ailleurs peut-être temps qu'elle sache comment le nommer. Adaline avait toutefois été éduquée comme une personne de la haute et elle savait parfaitement où était sa place lorsque quelqu'un l'invitait chez elle. Elle le laissait d'abord parler, et ensuite seulement elle pourrait l'assaillir de questions. Sa première phrase d'accueil la prit d'ailleurs de cours. Lui installer une tente pour la nuit? Peut-être qu'elle se méfiait bien trop du genre humain pour se rendre compte d'une personne amie quand elle en voyait une.

"Je veux bien merci. Ce n'est pas mes camarades qui diront quoique ce soit sur mon absence... Vous avez besoin d'aide?"

Adaline se doutait effectivement que le confort n'allait pas être au rendez-vous ce soir. Mais ce n'était pas si grave. Elle avait besoin de réponses, mais surtout de pouvoir aborder un autre regard sur sa condition d'hybride. Elle ne savait pas très bien pourquoi elle considérait ce parfait inconnu comme son porteur de bonnes nouvelles. C'était peut-être bien parce qu'elle ne le connaissait pas. Il ne pouvait pas la juger. Et même si elle laissait échapper son état d'hybride dans la conversation, il n'aurait pas grand chose à y faire. Il restait un personnage neutre pour elle, et c'était peut-être pour cela qu'elle l'avait suivit en premier lieu.

"D'ailleurs comment dois-je vous appeler? Je ne suis pas très à l'aise à l'idée de vous appeler Mort Rouge au court de notre conversation, je dois l'avouer..."

Elle espérait qu'il n'évite pas la question. Mais fallait-il certainement d'abord qu'elle se présente.

"Je suis Adaline, pour vous servir."

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Mer 25 Mai - 13:06
C'est vrai, elle lui demandait son nom. Et ça, il n'était pas trop réticent à le lui donner : en effet, comme elle le disait, ça ne la mettrait pas trop à l'aise - et lui non plus, d'ailleurs - de se faire appeler "Mort rouge" à tout bout de champ... Sans aucune hésitation, il se présenta donc de nouveau

« Ah, oui... Tu peux m'appeler Taurok »

À quoi bon cacher son nom ? Après tout, il lui avait confié bien plus que son nom : une infime partie de son passé, sa réputation, ses divers surnoms... Elle en savait désormais plus sur lui qu'il n'en savait sur elle, d'ailleurs, ce qui pouvait être étrange, d'un certain point de vue. Elle lui avait donné son nom, au moins, avant de lui demander le sien. Adaline... Inconnue au bataillon. Il fallait dire, en même temps, il était tout sauf du genre à bien connaître la noblesse de Rosanne, ou même la noblesse tout court, une exception faite étant pour l'exalt d'Ylisse qu'il ne connaissait que trop bien; ce dernier avait participé activement à l'extermination de son groupe, après tout, avec le soutien des veilleurs.

Après quelques secondes passées dans ses pensées, il finit par reprendre la discussion, sur un ton plus paisible que celui qu'il avait pu avoir lorsqu'il avait parlé de son passé. Cette fois, il se faisait plus perspicace et observateur, ayant bien capté sa curiosité de par ses mimiques. Même si elle maîtrisait ses émotions et sa voix, son visage et ses tics la trahissaient.

« Je te sens bien curieuse... Il y a quelque-chose que tu aimerais savoir ? Profites-en, je passe pas par ici très souvent. J'ai du mal avec les pays qui légalisent l'esclavagisme »

Ce qui était intéressant, en effet, c'est qu'il venait implicitement de définir le trafic de Laguz et le fait de les considérer comme des marchandises comme de l'esclavagisme, sans aucune nuance. En effet, pour lui, humains, Laguz, Manaketes... Tous étaient des êtres vivants et l'esclavagisme n'était pas quelque-chose de sain, et laisser la population librement en abuser était une erreur dangereuse et barbare. C'était ironique, tiens : c'était lui qui se mettait à employer le terme "barbare" dans certaines de ses définitions... Pourtant, il était probablement la personne la plus brutale et violente que beaucoup aient pu connaître.

Cependant, bien que sa violence pouvait atteindre des sommets selon la situation, il n'engageait plus les combats sérieux sous les mêmes prétextes. Peut-être que le fait de ruiner la vie de l'héritier d'Ylisse en tuant son père adoptif, même s'il ne faisait que se défendre, lui avait fait l'effet d'un verre d'eau glacé pour le réveiller de cette frénésie meurtrière qu'il avait entamé depuis si longtemps... Après tout, qu'est-ce que la mort avait à lui apporter, si ce n'est que plus de rancoeur et de désespoir ? Il avait déjà perdu sa femme, ses filles et beaucoup d'autres choses. Ce n'était certainement pas pour se risquer à poursuivre une voie aussi destructrice.

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Jeu 26 Mai - 0:33
Taurok... c'était donc son nom... Et bien il inspirait déjà bien plus confiance que le Mort Rouge. Il n'avait pas la consonance du mal. Ce n'était pas comme s'il s'appelait Satanas ou Baltazar! Les syllabes s'écoulaient d'elles-mêmes, alors que les consonnes se voulaient dures. C'était une sorte de paradoxe. Une énigme qu'Adaline ne manquerait pas d'essayer de résoudre plus tard. Peut-être était-elle trop intéressée par la philosophie pour son propre bien. Elle se posait des questions sans queues ni têtes, sans même savoir d'où cette interrogation lui venait. Son précepteur aurait pu être fier... s'il ne passait pas son temps à médire les questionnements de la jeune femme. En réalité, Adaline le pensait un peu trop simple d'esprit pour le poste qui lui avait été attribué. Et cela ne l'étonnait aucunement que son père adoptif ait préféré un professeur moins bon mais peu cher à la crème de la crème.

Il reprit la discussion sur un ton plus calme. Sa remarque fit d'ailleurs sourire la jeune femme. Elle prouvait qu'il était tout aussi curieux de son comportement qu'elle. Il voulait donc comprendre pourquoi elle avait prit la peine de le suivre jusqu'ici, en prenant le risque de se faire déchiqueter au passage. Ce n'était pas idiot comme réflexion. Même si elle était persuadé qu'il n'était plus le psychopathe qu'il avait décrit, Adaline n'était sûre de rien. Elle voulait simplement des réponses et elle était prête à se battre pour les obtenir. Elle n'était pas certaine de gagner le combat... mais peut-être que sa hargne aurait assez impressionné le bougre pour qu'il la prenne au sérieux. Elle allait d'ailleurs lui faire part de cette question qui la taraudait, lorsqu'il finit sa phrase. "Les pays qui légalisent l'esclavagismes"? Ce n'est pas comme si la Rosanne était le seul pays à utiliser ce genre de méthode. Et puis ils n'étaient acheter que par des bourgeois voulant se faire passer pour noble. Elle pouvait dire ce qu'elle voulait de sa famille, mais au moins ils payaient leurs domestiques pour ce qu'ils valaient.

D'un autre côté, son père adoptif étant l'un des dirigeants de ce pays, il aurait eu la possibilité de faire abolir cette loi n'importe quand. Cependant, elle apportait le confort au pays et il ne risquait pas de vouloir abandonner le sien. Adaline pouvait l'avoue, sa prison dorée était d'une finesse incroyable, mais ne pas savoir si l'argent ayant financé tout cela était réellement louable était le plus dur à accepter. Tout était défini par notre naissance. Soit l'on naissait riche, soit l'on naissait pauvre. Peu importe les attributs que la nature nous avait donné, l'intelligence, la beauté, le charisme, un riche imbécile heureux pouvait bien prendre la tête de sa maison et la réduire en poussière en quelques années alors qu'un pauvre futé aurait fait prospérer les biens en réserve. Le destin était mal ficeler. Enfin, on avait pas besoin d'argent pour accéder au bonheur. Adaline n'avait connue que ça, et elle n'était pas heureuse pour autant. Il s'agissait juste d'un pantin au service de son père adoptif. Un homme intelligent malgré ses travers.

"À vous entendre parler, vous semblez avoir déjà rencontré d'autres Laguzs dans votre vie. Pourriez-vous me dire à quoi ils ressemblaient? Mentalement je veux dire, physiquement, je me doute un peu du phénomène..."


Elle avait posé sa question de but en blanc. Pas besoin d'être subtile en même temps. Qu'est-ce que ce Taurok pourrait bien déduire d'un intérêt quelconque pour les Laguzs par une simple garde royale. Il fallait tout de même qu'Adaline trouve quelques choses à rajouter. Il se doutait peut-être déjà de sa condition d'hybride, mais il ne devait en aucun cas aborder le sujet. Mentir, n'était pas dans ses attributions, elle pouvait simplement détourner le sujet, le cacher. Un mensonge par omission n'en est pas réellement un, n'est-ce pas?

"J'ai toujours eu peur de m'approcher d'eux... et pourtant les voir enfermés dans des cages tous les jours est presque plus insupportable que de voir des hommes à leurs places. Au moins les hommes ont-ils plus de chance d'être sauvés, de vivre d'une autre manière. J'ai l'impression que les Laguzs n'ont pas d'autres choix que d'être considérés comme de simple animaux, des êtres à l'intelligence bien inférieur à la nôtre. J'aimerais savoir si cela est vraiment le cas..."

Il s'agissait peut-être d'un long discours mais au fur et à mesure que son flot de parole s'écoulait, elle sentait son cœur s'alléger.

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Jeu 26 Mai - 6:59
La perception des Laguz de la jeune femme était bien singulière. Ainsi elle était native de Rosanne, mais elle voyait ces derniers comme des êtres à part entière égaux aux humains à traiter en tant que tel ? Oui, pour de bon, elle pensait de façon relativement différente en contraste avec la population moyenne de son pays. Ce n'était pas le genre de choses qu'on exprimait souvent dans une telle contrée, lorsque la culture se basait sur la fortune et la célébrité. Il lui répondit alors, tranquillement, tout en se réchauffant les mains près de son feu de camp.s

« Les Laguz sont tous différents... Il y en a de tous les genres. Des oiseaux, des rapaces, des félins, des loups, et même des lapins. Ce sont des êtres sensibles envers qui il y a beaucoup trop de préjugés, et surtout, avec lesquels les gens se posent beaucoup trop de questions. "Est-ce qu'ils sont comme nous ? Est-ce qu'ils sont égaux par-rapport à nous ?" - pour moi, tant qu'une forme de vie possède une conscience et une intelligence, même différente, alors c'est un être à respecter. »

Ses phrases étaient assurées et le doute ne semblait pas l'habiter. Il avait du beaucoup voyager pour pouvoir être aussi sûr de lui quand à son opinion sur la question... Soudainement, il lui vint une petite faim. Alors il fouilla dans sa sacoche, pour en sortir ce qui semblait être une ration militaire. Visiblement, l'écusson de l'Empire de Valm était frappé sur ces rations, ce qui indiquait aisément leur provenance; Taurok ouvrit le sac de papier scellé pour pouvoir en sortir plusieurs choses - de la viande conservée de façon assez inhabituelle dans une bouteille en verre, une soupe conservée dans un sachet en papier, et d'autres bizarreries qui semblaient étrangement avancées.

« J'ai plusieurs paquets de rations militaires de Valm... T'as faim ? »

Après tout, il pouvait bien partager son repas avec elle... Surtout que bon, les rations de guerre n'étaient pas non plus la nourriture la plus appétissante et agréable à déguster : c'était simplement prévu pour rassasier un soldat sur le champ de bataille pour ne pas avoir à dépendre de la chasse, la cueillette, etc... En somme, simplement de quoi survivre plus longtemps sans avoir à mourir de faim. C'était l'une des grandes avancées de Valm, au final : car toutes ces recherches vouées à l'accroissement de la puissance de son armée avaient fini par permettre de découvrir tant de choses qui profiteraient au commun des mortels. La stérilisation, la médecine, les mathématiques avancées, l'astronomie, la navigation lointaine...

Valm était certes un pays dont la puissance restait redoutable au niveau militaire, mais ses prouesses scientifiques avaient fait un véritable bond en avant qui avait de quoi faire jalouser beaucoup de contrées. Leur pays était certes beaucoup plus liberticide sur certains aspects, mais le courant de patriotisme qui y filait rendait cette nation beaucoup plus fière et puissante. C'était ça, la force de Valm. Et sa supériorité technologique était désormais ce qui le rendait si convoité par d'autres instances. Malheureusement, ils n'étaient pas prêts encore à s'ouvrir au monde de façon plus diplomatique, les cicatrices de la guerre ayant opposé Walhart au reste du monde restant vivaces dans la chair de ce pays à l'histoire tourmentée...

« C'est pas la nourriture la plus appétissante, mais ça cale bien l'estomac... Ils en ont un peu partout dans l'armée de Valm. »

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Sam 4 Juin - 17:08
Adaline n'avait jamais eu à faire aux Laguz de sa vie entière. La réponse de ce Taurok avait donc beau être belle et pleine de philosophie utopique, elle ne pouvait pas réellement vérifier ces dires. Des êtres doués de conscience et d'intelligence devraient un minimum vouloir défendre leurs droits plutôt que de rester cacher comme des parias. Ils avaient effectivement été exterminés le plus possible, et peut-être n'osaient-ils pas s'affirmer une nouvelle fois. Peut-être préparaient-ils tout simplement leurs vengeances et que les nobles rosaniens avaient du soucis à se faire. Mais en attendant, Adaline, ne les voyaient que victimes de leurs destins, ayant perdus toute volonté. Ils avaient comme qui dirait été mâtés, et ne semblaient pas vouloir se relever. Ils lui donnaient réellement l'impression d'animaux de cirque ayant perdus leurs sauvageries. Elle ne doutait pas du fait qu'il faille les respecter. Cela dit, ils lui faisaient plus pitié qu'autre chose...

Elle était persuadée que c'était en parti pour cela qu'elle n'acceptait pas sa partie Laguz. S'ils avaient été des êtres forts et admirables, elle aurait certainement pu en être fière. Toutefois, les rares contacts qu'elle avait pu avoir avec ces êtres n'avaient été qu'une déception supplémentaire. Même ce fameux Héron Blanc, auquel ils venaient de sauver la vie ne semblaient pas mériter tant de bonté. Ses yeux reflétaient sa reconnaissance, mais son corps ne montrait aucune envie de liberté. À quoi bon continuer à vouloir aider ceux qui ne semblaient pas le mériter. L'esprit d'Adaline était certainement devenu cynique à force de côtoyer autant de nobles imbus d'eux-mêmes. Elle avait une vision fade des relations des êtres qui cohabitaient en ce monde. Une vision fade de tout un tas de choses en fait... que ce soit les avancées de la médecine permettant de faire vivre plus vieux quelqu'un ayant déjà bien vécu, mais incapable de lui rendre sa vigueur. Il fallait laisser la Nature décider. Et elle avait choisi les hommes, plutôt que les Laguz.

Son moral était au plus bas lorsqu'elle accepta la nourriture que lui tendait Taurok. Finalement, elle n'aurait pas dû suivre cet étranger, il ne lui avait rien apporté de plus qu'elle ne savait déjà. Elle était loin d'être fier de sa partie Laguz et elle n'avait pas eu le loisir de rencontrer l'un deux pour la faire changer d'avis. Peut-être était-ce sa seule chance de les comprendre... Pourtant, elle savait que ce peuple vivait le plus éloigné possible des humains, mais plus encore, détestait les hybrides. Elle était bien plus Laguz qu'humaine, elle le savait pour avoir entendu sa nourrice en parler. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle aurait le loisir d'approcher d'assez prêt un membre de sa race pour la faire changer d'avis. En réalité, il se pouvait même qu'elle soit encore plus déçue d'eux qu'à l'heure actuelle. Comment l'un d'entre eux avait-il pu tomber amoureux de sa mère, si c'était pour délaisser sa progéniture aussi sec? Ce peuple était bien au-delà de sa simple compréhension. Mieux valait peut-être pour elle de rester cynique, plutôt que d'espérer quoique ce soit de son avenir.

Adaline reprit toutefois ces esprits lorsque son interlocuteur reprit la paroles. Ce n'était pas vraiment le moment de se morfondre, elle pouvait laisser échapper à voix haute ce qu'elle pensait sans réellement le vouloir. Elle avait pris l'habitude de parler seule le soir, en observant les étoiles. Il serait mal venu qu'un parfait étranger découvre son secret par inadvertance. Il semblait d'ailleurs bien trop lui faire confiance à lui révéler son identité et à partager son repas avec elle. Ce n'était pas une attitude normale. Il ne se méfiait pas d'elle et la marquise ne savait pas réellement comment elle devait le prendre. Semblait-elle si inoffensive que cela? La nourriture qu'il lui offrait était peut-être droguée... quitte à passer pour une princesse sans défenses, mieux valait rester en vie après tout.

"Finalement, ne vous en faites pas pour moi. Il doit me rester quelques pommes dans mon sac. Je ne vais pas m'éterniser toute la nuit de toute façon, il va bien falloir que je rentre à un moment donné."

Elle sortit automatiquement l'un de ces fameux fruit de son sac. Cette nourriture ne la calerait certainement pas, mais elle ferait au moins taire ses maux de ventre. Depuis 4 ans qu'elle servait la garde de la Rosanne, Adaline s'était faite aux repas frugales et aux rares heures de sommeil. Elle n'était d'ailleurs pas à plaindre, avec son titre il lui arrivait bien plus souvent qu'aux autres d'avoir des permissions de sortie. Elle savait que si elle ne rentrait pas ce soir, personne n'y ferait attention. Elle se sentait toutefois de plus en plus mal à l'aise en compagnie de cet homme, essayant bien trop d'être sympathique à son goût. Elle le soupçonnait de ne pas être venu ici pour la beauté du paysage...

"Dites-moi, vous m'avez l'air d'être bien préparé à votre visite à Rosanne, puis-je vous demandez ce que vous comptez y trouver?"


C'était effectivement ce qui s'appelait mettre les pieds dans le plat, mais elle n'avait pas vraiment le choix si elle était à la recherche de réponses. La diplomatie était assez éreintante à pratiquer à toutes ces réceptions, autant en profiter lors d'occasions non conventionnelles.

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Lun 6 Juin - 23:26
Quelque chose semblait clocher dans ses dernières phrases... Sa motivation semblait être plus mitigée. Quoi qu'elle cherche, il n'était pas sûr de le comprendre, l'identifier ou même avoir une idée de ce que ça pouvait être. Mais il n'avait pas pu prendre le temps de réfléchir tant que ça à ce qu'elle pouvait penser, car elle lui demandait ce qu'il venait faire à Rosanne... Suite à cette question, la réponse prit quelques secondes re réflexions à Taurok avant de sortir tout naturellement

« Hmm ? Ce que je compte y trouver... ? Croyez moi ou non, mais absolument rien. Je voyage, je visite... Seulement, ça fait très longtemps que je fais ça. Je passais par là, j'avais envie de faire ce que j'ai fais, et je me suis souvenu que sur un lointain continent, les Laguz que j'ai l'habitude de côtoyer ne sont pas franchement emballés à l'idée de savoir l'un des leurs enfermé dans une cage. Considérez ça comme un service rendu à des amis... »

C'était l'un des petits secrets de Taurok : oui, il connaissait des habitants de Garenn... Les Laguz et Manaketes qui y vivaient étaient, pour la plupart, des héritiers lointains de leurs congénères venus de très loin, d'un autre continent, raconte-t-on... Depuis qu'il était entré en contact avec les personnes qui l'avaient amené sur le continent de Valm, il lui était arrivé quelques fois d'arriver en douce sur l'Archipel des Ombres et de s'entretenir avec des habitants de Garenn. Ces conversations lui avaient ouvert les yeux sur un phénomène étrange : des Laguz et Manaketes partaient parfois sur le continent, pour ne jamais revenir. Après un passage à Rosanne, il n'était pas difficile de deviner pourquoi... Beaucoup considéraient les Laguz et Manaketes comme des sous-humains, des créatures inférieures qui ne méritaient qu'une vie de servitude et de haine. Le sang de dragon de Taurok entrait en ébullition rien qu'à cette idée...

On sentait un sérieux implacable dans sa voix, lorsqu'il lui parlait de ces "amis lointains". Quelqu'un d'aussi sûr de lui et définitif aurait difficilement pu être un menteur. On reconnaissait bien là l'implacabilité de Valm et le tempérament sérieux de ses hauts dignitaires... Bien qu'à Rosanne, il soit assez peu connu, ce qui le rendait plus ou moins "incognito". Et puis, à cette époque, il n'était qu'un voyageur, un vagabond...

Ce n'était que par pure charité qu'il avait accepté d'essayer de sortir un peu la jeune Rosannienne de son quotidien morose et représentatif du quotidien de cette ploutocratie qu'il jugeait décadente au possible. Comment pouvait on accepter de vivre dans un écosystème aussi déprimant... ? Ainsi, il reprit la parole, par la suite, toujours avec autant de sérieux

« Vous devriez voyager un peu. Cette contrée est dangereuse pour la santé mentale de ses habitants... Je ne dis pas que le monde est très gai, mais ce pays est bel et bien l'un des pires que j'ai eu l'occasion de visiter. »

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Mer 8 Juin - 3:14
Il devait réellement s'ennuyer. C'était plutôt étrange mais à l'entendre, Taurok ne semblait pas avoir de réelle occupation dans la vie. Pas de métier, pas de famille, pas de but à atteindre. Passer ses journées à vivre au jour le jour devait être amusant au départ. Au bout de quelques temps, ne rien faire devait juste devenir insupportable. Était-il même possible de ne pas devenir totalement fou? À observer son campement, il avait l'habitude de voyager seul. Une tente était plantée à 2 mètre du feu de camp. Il pouvait donc rapidement faire des aller-retour de l'un à l'autre. Il ne comptait sur personne pour l'aider à quoi que ce soit. Il semblait d'ailleurs aimer l'ordre dans ses affaires. Rien que le cercle de cailloux encadrant les braises étaient d'une confection militaire. Peut-être était-ce ce côté maniaque qui l'empêcher de sombrer dans la folie.

Enfin, d'après ce qu'il lui avait raconté de son passé, il n'avait pas toujours été aussi calme. Adaline avait d'ailleurs du mal à se le figurer. Elle ne trouvait aucune trace de dangerosité dans son regard ou dans son comportement. Elle ne pouvait pas s'empêcher de se méfier de lui, c'était un étranger ayant avouer devant elle ses actes criminels passés. Il s'agissait d'ailleurs d'un parti plutôt risqué à prendre. La jeune femme ne s'imaginait pas révéler sa nature d'hybride comme l'on parle du temps. C'était un sujet de conversation tabou. Le fait que Taurok parle de ses amis Laguz avec autant de liberté gênait Adaline. Il n'avait pas l'air de se rendre compte qu'il n'était pas dans le bon pays pour en parler. En même temps, il venait tout juste de libérer un hybride près à être vendu aux enchères... comme quoi il se fichait éperdument de ce que pensait les habitants de ce pays, et c'était peut-être ça qui réconfortait la jeune femme. Sachant qu'elle faisait parti de ce même pays, elle se demandait pourquoi il ne l'avait pas simplement ignorée comme les autres personnes présentes sur la place du marché. Elle n'avait pourtant rien de spécial aujourd'hui à part son uniforme de la garde royale. Cette même garde dont il s'était fait un plaisir d'envoyer les membres au tapis.

"Un service rendu? Je vois plus cela comme de la nostalgie... vous ne les avez pas vu depuis longtemps n'est-ce pas?"

Ce n'était qu'une supposition, mais elle était persuadée de tomber juste. Enfin même s'il venait juste de les quitter, une fois que l'on est lié à une personne, un petit rien pouvait suffire à nous les remémorer. S'il connaissait si bien des Laguz, elle comprenait bien mieux son sauvetage plus tôt dans la journée. Même inconsciemment, il avait dû penser à ces fameux amis, et les penser enfermés dans une cage ne devait pas le réjouir particulièrement. Il avait réservé un sort bien sympathique au vendeur en y pensant. Peut-être était-ce simplement parce que la garde était arrivé qu'il n'y avait plus pensé. Qu'un pays entier agisse d'un même homme contre un principe fondamental de cet homme devait lui sembler impardonnable. D'après ce qu'Adaline avait pu observé de cet étranger, il ne semblait de toute façon pas avoir un esprit assez souple pour permettre à n'importe qui de l'altérer. Il faisait ce qu'il souhaitait. Il t'appréciait ou non, sans réellement donner de raison à ses instincts.

"Je n'apprécie pas forcément les moeurs de ce pays... mais c'est ici que j'ai vécu toute ma vie. Je me vois mal le quitter du jour au lendemain. J'ai des obligations qui me retiennent ici. Mais dans quelques années je partirais visiter le monde, ne vous en faites pas pour ça. Je ne vais pas me contenter de ce triste tableau de l'humanité. Je sais pourtant que ce pays me manquerait... il n'est pas peuplé que de mauvais bougres et les paysages m'apaisent tellement."

Elle rêvait de partir. Elle ne s'en sentait juste pas capable pour le moment. Cela demandait un courage considérable pour se lancer dans une telle aventure. Et puis elle n'en avait tout simplement pas le droit. Lorsqu'elle aura atteint sa majorité, plus rien ne la retiendrait ici et certainement pas sa famille. Au moins sa formation de garde l'aiderait-elle un peu à survivre en dehors de ses frontières. Elle devrait déjà perdre ses habitudes de noble... ce sera certainement le plus dur. Elle y pensa tout en croquant dans sa pomme. Une petite bouchée, lui permettant de ne pas rendre sa vision désagréable à son interlocuteur. Elle mangeait comme une aristocrate et certainement pas comme quelqu'un de simple. Rien que ce petit indice pourrait mettre la puce à l'oreille à un esprit observateur.

"Si la Rosanne est le pire pays que vous ayez visité, lequel avez-vous préféré?? J'imagine que votre pays natal est en tête de liste mais bon... je serais assez curieuse de connaître vos impressions."

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Jeu 9 Juin - 22:56
La jeune femme venait de soulever un point intéressant... De la nostalgie ? En effet, cela faisait très longtemps qu'il ne s'était plus rendu à Garenn. Les Laguz qui l'avaient recueilli étaient les seuls à se souvenir de ce qu'il était lorsque c'était un enfant... C'était la seule chose qui ressemblait à de la famille ou même à des proches qui lui restait, alors même qu'il se souvenait tout juste de quelques vagues et brefs moments en leur compagnie. Oui, c'était une forme de nostalgie... Mais pour ce qui était de l'assumer, c'était une autre histoire.

Sa tirade suivante lui redonna un peu d'espoir en elle, à vrai dire : au moins, elle restait lucide quand à la situation catastrophique de Rosanne sur le plan éthique et moral. C'était déjà cela. Mais ce qu'elle ignorait peut-être, c'était tout ce qui pouvait se dissimuler derrière les non-dits. En apparence, Rosanne était un pays accueillant, chaleureux et luxueux. La vérité, elle, était tout sauf belle à voir. L'argent était le moteur unique de ce système, et cela avait donné naissance à une quantité de déviances absolument déraisonnable. Son regard sembla en dire long, lorsqu'elle parlait de sa contrée natale.

Finalement, elle désirait savoir quel était le pays qu'il avait préféré. Ça, par contre, c'était une question intéressante. Alors que son feu de camp battait son plein, il se permit de sortir de sa besace deux saucisses crues, les plantant à l'extrémité d'un couteau à la lame épaisse pour les faire griller au-dessus du petit brasier, pour se constituer un repas de fortune. Sa pitance ainsi en préparation, il répondit à sa question, dans un sourire en coin

« Valm est ma patrie. J'ai longtemps erré, mais je pense retourner à mes origines. Autrefois, j'ai combattu en leur nom, et j'ai servi le Grand-Empereur en tant que héros national. L'honneur est la seule valeur que les Valmiens connaissent... Bien qu'il y ait des exceptions selon les individus, dans leur grande majorité, les habitants du Grand Empire ne voient aucun intérêt à leur vie s'ils la vivent dans le déshonneur et la honte. Voler les possessions d'autrui, blesser les innocents à des fins égoïstes... Ces comportements sont rares et parfois du fait d'étrangers à la culture locale. C'est un pays glorieux qui est né des restants d'une guerre injuste menée par un assoiffé de pouvoir. Les conditions y sont dures pour les oisifs, mais les gens s'entraident constamment.  »

Ses mots semblaient plus passionnés, plus francs. Il semblait être empli de bons souvenirs pour sa patrie, Valm, et ce genre de discours faisait plaisir à entendre. Son air fatigué et morne disparaissait pendant un temps, et il montrait beaucoup plus d'intérêt, de patriotisme et de bons sentiments dans ces instants où il se souvenait de ses premières années en tant que Héros de Valm. Si seulement cela avait pu durer...

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Lun 13 Juin - 18:05
Sa réponse ne l'étonnait même pas. Il n'avait tout simplement pas eu besoin de réfléchir en choisissant d'office son pays natal. C'était peut-être tout naturel de penser que l'endroit où l'on avait grandit était celui que l'on appréciait le plus. Adaline ne pouvait pas en être certaine de son côté n'ayant jamais voyagé, mais elle était persuadée qu'elle ne pourrait abandonner la Rosanne très longtemps. Elle mettait un point d'honneur à ne pas créer d'attaches avec ses habitants, mais elle ne reviendrait pas pour eux. Elle reviendrait pour ses paysages, sa culture, cette joie de vivre des plus pauvres... et très certainement aussi pour narguer tous ses nobles ne remplissant leurs journée qu'en organisant complots sur complots. Il fallait donc qu'elle deviennent quelqu'un en dehors de ses frontières et qu'ils aient eu l'occasion d'entendre parler d'elle. Son ambition était peut-être trop importante pour la vie ridicule qu'elle menait, mais elle ne se laisserait certainement pas abattre.

Elle avait entendu dire que la plupart des héros légendaires dont on contait les exploits, avait été soutenus par de nombreux amis pour parvenir à leurs fins. L'ennui c'était que personne ne se souvenait du prénom de ces amis, ou quels avaient été exactement leurs rôles dans l'histoire. Peut-être ce héro n'en était-il pas vraiment un. Peut-être avait-il simplement usurper le titre à la mort du véritable faiseur de miracle. Mais toutes les trahisons étaient elles aussi passées sous silence. À partir de cela, comment être persuadé de pouvoir se faire un nom dans ce monde? Si Adaline voulait un jour aller explorer les environs et devenir quelqu'un il fallait qu'elle garde en tête que rien ne serait jamais certains. Elle pouvait rêver, mais le fait d'être un héro dépend simplement du destin qui a été forgé pour toi. Un simple concours de circonstance. La jeune marquise en avait de toute façon assez de celui qu'elle voyait écrit pour elle, l'hybride éduquée par une famille de noble pour servir de garde du corps à un morveux. Très peu pour elle. Encore si Eldam n'était pas né... elle n'aurait certainement pas eu à se poser toutes ses questions. Elle aurait été l'héritière de sa maison, devant à tous prix garder son secret. Sa vie aurait été bien plus ennuyeuse.

Elle revint alors à la conversation. Par le fameux concours de circonstance, Adaline avait rencontrer cet homme des plus obscurs. Elle aurait pu passer son chemin, mais elle était à présent assise à ses côtés en faisant attention à ce qu'il lui racontait. Le destin l'avait tout simplement placé sur sa route, mais à son niveau, la jeune femme n'aurait jamais pu s'en douter. Le hasard fait bien les choses disait-on et c'était peut-être vrai. Alors qu'elle se lassait de sa routine, déprimant de devoir jouer la marquise aux grandes occasions et de suivre cette formation de garde le reste du temps, elle tombait sur Taurok. Un homme apparemment sans attaches, ayant certainement vécu bien longtemps et qui avait assez voyagé pour voir les choses avec un oeil objectif. Mais évidemment son coeur se tournait vers sa patrie, et c'était aussi naturel que le fait de respirer. Toutefois Adaline ne voulait pas en rester là, elle était contente de voir l'empire de Valm par les yeux d'un de ses habitants, mais c'était certainement le commentaire le plus subjectif qu'il aurait pu donner. Maintenant elle voulait en apprendre plus sur le reste du monde, histoire de comprendre ce qui pouvait clocher en Rosanne.

"Ce commentaire sur votre pays est je dois l'avouer des plus émouvants. J'aimerais pouvoir en dire autant de la Rosanne mais ne connaissant pas les autres pays, je dois avouer ne pas avoir de point de comparaison suffisant pour comprendre la vie au-delà de ces frontières."

Croquant une dernière fois dans sa pomme, elle jeta le reste au feu pour le raviver. Le soleil commençait doucement sa descente derrière les arbres, et Adaline souhaitait profiter des derniers instants en la compagnie de Taurok pour comprendre davantage le monde qui l'entourait.

"Toutefois ce choix me semble trop facile... il doit bien y avoir des choses à changer dans votre pays comme partout ailleurs. Pourriez-vous me dire ce que vous aimeriez apporter des autres cultures dans la vôtre? Je ne dis pas que les moeurs évolueront parce que vous l'avez décidé. Mais l'influence d'autres pays ne pourrait certainement qu'améliorer notre existence à tous si l'on en retient le meilleur."

C'était une idéalisation enfantine. Les habitants d'un pays vivent selon leur histoire, et aucun ne partage exactement le même point de vue sur cette dernière. Leurs cultures les forgent, ainsi que l'éducation qu'ils reçoivent. Le monde entier ne peut pas se baser sur un seul moule prédéfini. Il resplendit d'ailleurs d'autant plus pas ces différences. La jeune femme avait de la chance de vivre en Rosanne pour son influence artistique mondiale. Les esprits s'en retrouvaient certainement plus ouverts. Mais l'ouverture d'esprit peut aussi amener les gens à faire n'importe quoi de leur pouvoir, et c'est exactement ce qu'il semblait se produire ici. Toutes ces années de paix avaient engluer le pays dans une espèce d'incontinence oisive, poussant ses habitants à suivre leurs désirs sans plus se soucier de la bienséance et le respect des autres.

"Enfin ce n'est qu'un beau rêve teinté de gris. Il faudrait créer un nouveau pays où inculquer le meilleur des 6 autres. Mais l'utopie ne peut pas exister."

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Sam 18 Juin - 10:10
Décidément, la discussion n'était pas la plus anodine entre lui et la jeune Rosannienne. Bien qu'il puisse la comprendre dans une certaine mesure, il était difficile pour un patriote de Valm s'auto-proclamant en exil d'avoir une opinion du monde en parfaite harmonie avec celle d'une jeune femme choisissant de vivre dans la contrée parfois étrange de Rosanne. Ce qu'il fallait apporter à Valm des autres cultures ? Taurok aurait été tenté de répondre "pas grand chose". Mais il devait bien l'avouer, pour un point de vue qu'il jugeait un peu naïf, il y avait une grande part de raison dans sa façon de penser. Cependant, il était concerné par ce léger pessimisme dont elle faisait preuve quand à une éventuelle utopie. Ainsi il se permit de lui répondre...

« C'est la diversité du monde qui en fait tout son intérêt. Il faut simplement comprendre que des cultures différentes impliquent également des façons de penser elles aussi disparates et parfois même incompatibles. Bien que je respecte certains des choix faits dans tous les pays, il faut admettre que du point de vue d'un étranger, beaucoup de choses ne peuvent pas être comprises ou même acceptées. Valm est un exemple flagrant de ce genre de problème... Les étrangers voient le Grand Empire comme un endroit où les droits civiques sont réduits par une trop importante présence militaire. Mais avec le temps, le peuple a fini par accepter ces compromis, en constatant la paix durable et la grande sécurité dont la totalité des citoyens peuvent profiter. Même si certaines prises de position comme le couvre feu ou la prohibition de quelques produits très spécifiques font parfois encore polémique, l'opinion publique du Grand Empire reste favorable sur l'ensemble. »

Effectivement, du point de vue de quelqu'un d'extérieur, Valm serait un terrible endroit où vivre. Mais ses citoyens n'étaient pas vraiment du même avis, car leur mentalité avait été bâtie avant tout sur la sécurité et tous les services que leur nation pouvait leur apporter. Ainsi le Grand Empire représentait une harmonie solide entre son armée, ses hauts dirigeants tels que les généraux ou l'Empereur en personne, et son peuple. C'était cette coercion qui rendait si solide et difficile à ébranler l'Empire qui s'était relevé des plus durs coups subis par la nation il y a de cela plus d'un siècle...

« Quand à votre "beau rêve teinté de gris"... Vous êtes beaucoup trop pessimiste. Les humains ne pourront jamais se comprendre parfaitement, mais la paix n'est pas impossible pour autant. En plus de cent ans, il n'y a pas eu une seule guerre intérieure de tous les deux continents. Vous voyez beaucoup trop le mauvais côté des choses... Croyez moi, si vous aviez vécu en pleine guerre civile Valmienne, vous seriez très optimiste sur le futur de ce monde »

En effet, les premières années de Taurok à Valm avaient été marquées par la terrible guerre civile qui y faisait rage. Il préféra alors lui redonner un peu d'espoir en lui contant cette période extrêmement sombre de l'histoire de son pays...

« On ne l'apprend aujourd'hui plus que dans les écoles de Valm, mais la guerre civile de l'Empire est l'un des événements les plus violents et terribles que ce monde ait connu en plusieurs siècles. Ce qui restait de l'armée impériale, quelques maigres troupes courageuses n'ayant pas rejoint les rangs du peuple, devaient faire face à des citoyens s'armant tous les jours plus lourdement pour brûler tout ce qui représentait l'ancien régime de Valm et de Walhart en blâmant leurs dirigeants pour la ruine qu'était devenu le pays. Tout le monde était pauvre, affamé, malade et ignorant par dessus le marché. Pas un seul Empereur ne parvenait à rester en fonction plus d'une semaine : les plus veinards étaient destitués ou bannis, et les plus malchanceux finissaient tout bonnement assassinés. L'un d'eux s'est même donné la mort pour ne plus avoir à porter un tel fardeau sur les épaules...

C'est au bout de plusieurs années dans le sang, la peur et les cris qu'un Empereur a fini par fédérer le peuple et l'armée. Sa première décision fut un pari très risqué : tenir un discours public et sans aucune forme de protection face à une meute enragée de citoyens. Il leur a expliqué ses intérêts : reconstruire le pays et stopper les violences. Peu à peu, ses mots ont apaisé, au fil des semaines, les violentes révoltes au sein du pays, et son honnêteté a fini par gagner le coeur des Valmiens. Rapidement, l'armée a commencé à travailler pour le peuple et non contre lui, ce qui a grandement augmenté la confiance qui régnait entre les gouverneurs et les citoyens.

Au fil des années, Valm a fleuri comme l'un des pays les plus sûrs, avec l'armée la plus puissante, les scientifiques les plus prolifiques et même le territoire le mieux protégé au monde. Et pourtant, il y a un siècle, ce n'était encore qu'un champ de ruines gravitant autour d'une cité fortifiée qui n'était que le dernier refuge de l'ancien Empire : Steiger. Voilà ce que vous seriez en droit de redouter dans le monde... Mais ne perdez jamais ce qu'il vous reste d'espoir. Le monde n'est plus ce qu'il était il y a cent ans. C'est en allant de l'avant et en continuant de croire en ce monde qu'on finit par régler les problèmes, même s'il faut parfois le faire avec une certaine forme de force ou de cruauté. Méditez là dessus... »

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Mer 22 Juin - 1:34
Il n'avait pas tort sur un point. C'était les différences qui composaient ce monde qui donnait encore envie à Adaline d'exister. Elle adorait son pays, mais s'en sentait comme étrangère et savait ne jamais pouvoir y trouver sa place. Sa seule espérance se situait dans les futurs voyages qu'elle prévoyait de faire. Il existait forcément une contrée qui correspondait à sa mentalité. Elle se demandait même pourquoi la sienne était si différente. Elle avait été éduqué comme il se doit... et c'était certainement pour cette raison qu'elle se détestait. Elle était une abomination, pas totalement humaine, ni totalement Laguz. Elle n'appartenait à aucune race. Elle n'avait tout simplement pas sa place ici et ses parents ne perdaient pas une occasion de le lui rappeler. Les seuls hybrides qu'elle avait croisé à Rosanne étaient derrière des barreaux et semblaient vide de toute vie. Les seuls qu'elle avait vu parler se contentait de supplier bêtement leurs bourreaux de les épargner. Elle ne voulait en aucun cas leur ressembler. Elle se sentait bien plus humaine, elle se comportait comme une humaine. C'était d'ailleurs cette vision différente qu'elle avait sur le reste du pays qui pouvait la rendre spéciale. Elle n'y avait pas très bien réfléchie, mais cette différence avait du bon. Elle était la seule capable de modifier les choses dans la structure de son pays. Comme Valm aurait peut-être dû le faire...

La jeune femme était loin d'être au courant de cette partie de l'histoire valmienne dont parlait Taurok. Pourtant en tant que noble rosanienne, ses parents avaient veillés à ce qu'elle reçoive la meilleure éducation possible. Ce n'était pas parce que leur unique fille était une hybride qu'il fallait qu'elle leur fasse honte lors de rendez-vous mondains. Il y avait toutefois une sorte de malaise sur cette guerre civile racontée par le voyageur. Normalement, lorsque le peuple en arrivait à l'extrémité de se lancer dans une guerre contre le régime en place, les dirigeants étaient censés réfléchir et changer de méthode. Pourtant ils étaient restés convaincus du bien fondé de leur gouvernement, obligeant le peuple à plier l'échine comme auparavant. Certes, leurs décisions militaires allaient dans le sens de ses habitants, mais ils restaient aussi pauvre de décisions qu'au départ. L'empereur se contente de faire les lois et les valmiens ont intérêt à les appliquer s'ils ne veulent pas avoir l'armée sur leurs dos. Adaline n'irait pas jusqu'à considérer l'empire de valm comme un état totalitaire, mais elle ne pouvait nier y trouver certaines ressemblances. Il s'agissait pourtant de l'endroit que Taurok disait le plus apprécier... L'analyse objective qu'il en dressait, donnait pourtant une toute autre apparence à un îlot paradisiaque.

"Je ne comprends pas les dirigeants de votre pays. D'après ce que vous me racontez, ils n'ont même pas essayer de revoir leurs positions, préférant juste imposer leur manière de voir les choses."

C'était ce qui la dérangeait le plus dans cette histoire. Ils auraient au moins pu convoquer une table de négociation avec des représentants du peuple pour parvenir à un accord. Ils s'étaient pourtant contenter de confier le poste de dirigeant du pays à des idiots, risquant leurs vies pour le pouvoir. L'économie du pays avait dû tourner au ralenti pendant ce temps là et leurs relations diplomatiques devaient être au point mort. Leur entêtement aurait pu causer la perte de leur pays. Une fois que des alliances commerciales avaient commencés à voir le jour, il avait été évident qu'un pays ne se suffirait plus à lui-même. Chaque terre ne promet pas les mêmes récoltes. Ce n'était d'ailleurs pas tant la mentalité des habitants de Valm qui avait changée que celle de son dirigeant. Un empereur avait prit en compte la parole de son peuple et avait fait avec. Lui seul avait fait en sorte de gagner leurs confiances et leurs respects avant de leur imposer une armée omniprésente et des lois strictes à suivre à tous prix. Il avait été le seul fin stratège de sa lignée. Pas forcément le plus empathique. Le peuple n'avait pas besoin de ce dernier type d'homme de toute façon... il était démontré que les hommes politiques les plus calculateurs pouvait se révéler être de très bons dirigeants. Adaline avait pu en témoigner lors des différentes intrigues menées par son père adoptif et ses adeptes. Sachain d'Escrot d'Estrée n'était pas connu pour sa sympathie.

"Cet Empereur était toutefois plein de ressource. Il faut un certain charisme et une dose de courage impressionnant pour mener une nation entière à ce qu'elle est aujourd'hui."

Cet homme était vraiment impressionnant et intérieurement, Adaline se demandait si elle possédait les capacités requises pour redresser la Rosanne vers le droit chemin... Elle ne s'en pensait bien sûr pas capable pour le moment. Mais comme disait Taurok, il fallait toujours penser à avancer, et qui sait peut-être qu'un jour, la jeune marquise aurait une main assez habile et une langue assez acérée pour pouvoir tenir tête à l'assemblée des ducs corrompus pour pouvoir être fière de son pays comme dans son enfance.

"Toujours avancer... c'est un bon conseil il me semble."

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Lun 27 Juin - 22:26
La jeune Rosannienne semblait pleine d'opinions et de jugements, ce qui n'était pas forcément une mauvaise chose. Mais ce que Taurok remarquait également, c'était ses aisances à faire quelques raccourcis quand à l'état de certaines choses. Ainsi il se prenait à trouver certaines de ses opinions légèrement raccourcies et présomptueuses, malgré une envie de bien faire. Quand à Valm, elle ne comprenait pas sa culture, ce qu'il aurait aisément pu anticiper. Il préféra, toutefois, pour le bien de son "éducation", remettre les choses dans le contexte pour qu'elle comprenne mieux la situation terrible dans laquelle le Grand empire se trouvait il y a de cela plusieurs décennies.

« Vous semblez vous faire une idée plutôt fausse de la situation. Aucune négociation n'était possible : il n'y avait pas de représentant, pas de meneur, simplement l'anarchie. Unifier le pays ne demandait alors pas quelqu'un capable d'amadouer le peuple avec de belles paroles en l'air ou d'autres choses de ce genre. Non... Ce dont le pays avait besoin pour renaître, c'était d'un homme fort et capable de rallier un peuple sauvage, anarchique et enragé en le ramenant à la raison. Soit le pays finissait enseveli et anéanti par la guerre, soit unifié au prix du sang. Vous n'êtes pas une Valmienne, vous ne comprendriez pas, mais je ne vous en veux pas, c'est normal. Seul un Valmien peut comprendre des concepts comme la chance inestimable que l'on a de vivre, de recevoir la protection de l'armée impériale, de séjourner dans la prospérité, avec de la nourriture à foison, des soldats dévoués au peuple et à la nation... Ce que beaucoup de pays prennent pour acquis, chaque habitant de Valm le considère comme une chance à chérir que leurs ancêtres ont payé cher pour qu'ils puissent obtenir.

C'est ainsi que tant que Valmiens sont dévoués à leur pays et au Grand Empire. Même si par un miracle impromptu un autre pays parvenait à renverser l'Empire, il aurait à faire face à tous les problèmes que l'Empire a du affronter par le passé. Un peuple agressif, sans aucune figure de proue, ne cherchant qu'à détruire toute figure d'autorité au nom de la haine et de la colère. Les étrangers sont presque voués à ne pas comprendre... Pour beaucoup, la violence est synonyme de discorde. À Valm, elle est une nécessité triste mais réelle. Ces sacrifices sont acceptés tout aussi bien par le peuple que par l'Empire, car ils ne font qu'un... »

Son regard se porta sur le ciel, pensif et même légèrement nostalgique... Il avait vécu les derniers moments de la guerre civile de Valm, et il connaissait l'étendue des destructions et de la misère qui y régnait. Chacun luttait pour sa propre survie, barricadant sa maison, et lui ainsi que quelques orphelins s'étaient réfugiés dans l'école de fortune qui deviendrait plus tard la plus prestigieuse et stricte école militaire du monde. Finalement, il ne regrettait pas d'avoir vécu dans ces conditions. Il comprenait ainsi désormais l'importance de la vie qu'on offrait à chaque être, mais également la nécessité de prendre celle d'un autre pour le bien du plus grand nombre. Ça avait fait de lui quelqu'un de plus sage, plus prompt à prendre du recul, plus impartial.

Certains auraient vite jugé Taurok comme un monstre sans coeur; pas un Valmien. Malgré son absence, on se souvenait toujours à Valm de son nom comme de celui d'un héros faisant la fierté de la nation. Ainsi, lui lançant un nouveau regard, il sourit légèrement, toujours aussi serein et paisible, malgré ses discours sur la période la plus sombre de ce monde depuis la grande guerre ayant opposé Grima au reste du monde.

« Vous êtes jeune. Vous avez encore beaucoup de choses à apprendre... Ne laissez seulement pas l'ignorance des ploutocrates de Rosanne ternir votre jugement, bien que ça ne semble pas être près de se faire. Beaucoup des grandes têtes du pays haïssent Valm pour l'annexion passée de la région. Mais aujourd'hui, c'est un territoire beaucoup trop grand que vos dirigeants ont négocié. La Rosanne d'aujourd'hui fait environ dix fois la taille de la Rosanne originelle, si ce n'est plus... Ce territoire appartenait à Valm. Il me semble même que la terre même sur laquelle nous nous trouvons était autrefois une partie du Grand Empire, sous le règne de Walhart. Avec tous ces éléments. »

Puis finalement, il pouffa, fermant les yeux. Ça faisait un moment qu'il l'observait attentivement, et il avait remarqué plusieurs détails qui vinrent lui préconiser de poser une question bien soudaine. Il aurait peut-être tort, mais entre ses questions sur les Laguz et certains de ses comportements... Il fut obligé de tenter une question osée qui était partiellement un bluff

« Vous savez, j'ai bien vu que vous étiez une Laguz, au fait... Pas la peine de le cacher éternellement. »

Au fond, il n'en avait aucune preuve, si ce n'est son comportement et son intuition très aiguisée. Mais il voulait voir si cette affirmation soudaine allait porter ses fruits, ou s'il avait tort sur toute la ligne...

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Jeu 14 Juil - 19:51
Il était étrange de voir comment deux personnes parlant d'une même chose, pouvaient avoir un point de vue diamétralement opposé sur la question. Évidemment cela arrivait toujours lors des conseils de ducs qui dirigeaient le pays. Adaline ne se souvenait plus du nombre de fois où son père adoptif rapportait à la maison les discordes entre les différentes maisons, empêchant les uns d'être d'accord avec les autres pour finalement ne rien changer aux lois qui les divisaient. Ce n'était pas vraiment la meilleure des choses à faire, étant donné qu'ils pensaient avant tout à leurs personnes plutôt qu'à améliorer la vie des habitants de Rosanne. Une seule fois, la jeune femme avait fait la réflexion autour d'un dîner. Son père l'avait fusillé du regard et le duc invité s'était contenté de rire avant de répondre très sobrement. "Ce qui compte réellement c'est que les dirigeants du pays soient en accord avec les lois qu'ils éditent, le peuple s'en accommode très bien depuis des siècles." Quoi de plus naturel?

La jeune marquise avait toujours cru en lisant ses livres d'histoirs que le genre d'anarchie arrivé à Valm devait forcément venir d'un groupe d'individu, qui une fois leurs coups d'état réussi s'empressait d'imposer de nouvelles lois sur un peuple désorganisé. Il était étrange que le peuple de Valm ait prit autant de temps pour se relever... enfin les conspirationnistes n'ont pas tous de beaux sentiments de libérations, ils aiment simplement le pouvoir et en prenne possession de la pire manière qui puisse exister. Ces derniers sont malheureusement ceux étant les plus incapables d'être les leaders solide d'une nation, ils aiment contrôler, mais cela ne veut pas dire qu'ils y arrivent. Ils ne pensaient qu'à leurs propres bénéfices et non à celui des autres. D'un autre côté, est-ce qu'une personne peut simplement se satisfaire de rendre les autres heureux? Ce n'est pas dans la nature humaine. Au départ, il aimera voir tous ces sourires sur les visages grâce à lui. Et puis il finira pas se demander "Et moi? Qui s'intéresse à moi?". Il devait certainement y avoir de vrais saints sur cette Terre, totalement désintéressés... des oiseaux rares.

Adaline ne pu s'empêcher un rire nerveux à cette pensée. Elle devrait se sentir flattée par sa propre réflexion. Des oiseaux rares... alors même qu'elle passait toute sa misérable vie d'être humain à cacher ces maudites plumes. Pourtant, elle était loin d'être une sainte. Cette expression était définitivement des plus ridicules. Mais les piques de Taurok ne lui plaisaient pas vraiment. Il la prenait de haut. Elle savait parfaitement que sa jeunesse empêchait les dirigeants de ce pays de prendre ses idées au sérieux. Elle ne se risquerait même pas de les prononcer à voix haute de toute façon. Mais que cet homme, qui ne connaissait rien de sa vie se permette de penser qu'elle était trop inculte, immature ou incapable de cerner une personne pour comprendre les attitudes des êtres humains lorsqu'ils sont dans une totale confusion n'était pas des plus plaisant. L'idée que Taurok se faisait de son gouvernement ne lui faisait pas réellement plaisir. Elle n'en pensait pas moins, mais entendre ses pensées sortir de la bouche d'un inconnu était des plus embarrassant. Mais le pire était à venir... il était en plus de ça très observateur. En même temps, ses questions sur les Laguz avaient dû lui mettre la puce à l'oreille.

"Vous êtes dans la bonne direction. Mais en réalité, vous n'avez pas réellement raison. Je ne suis pas une Laguz dans sa totalité... juste une hybride."

Elle ne savait pas réellement pourquoi elle lui avouait cela sans détours. Peut-être que retenir ce secret la frustrait depuis bien plus longtemps qu'elle ne le croyait. Il y avait peu de risque que le bruit ne s'ébruite avec un étranger pas vrai? Alors que l'esprit condescendant de Taurok horripilait Adaline, elle avait voulu lui prouver qu'il avait tord, même s'il s'agissait d'une ridicule erreur, par rapport à ce grand secret qu'elle cachait. Oui, c'était définitivement une attitude d'enfant gâtée. Il fallait bien finalement lui montrer qu'il avait raison sur un point... elle pouvait clairement faire l'enfant. Enfin, ce n'était pas pour autant qu'elle ne s'inquiétait pas de la chose totalement irrationnelle qu'elle venait de faire. Dévoiler sa nature à un total étranger. Elle poussa un long soupir et passa ses mains sur son visage comme pour essayer de se réveiller d'un long cauchemar, laissant un sentiment inconfortable dans son estomac.

"En réalité... ce n'est pas réellement une chose dont je suis fière, ni une chose que qui que ce soit devrait savoir... surtout dans ce pays... si vous voyez ce que je veux dire.."

Elle n'aimait pas se cacher, mais elle n'avait pas réellement le choix. Elle aimerait tellement l'avoir... et oser se confier à quelqu'un à qui elle tiendrait vraiment de la même manière qu'elle venait de le faire avec Taurok. Si simple. Mais au final, il l'avait découvert tout seul.

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Sam 16 Juil - 20:39
Il ressentait cette sorte d'aversion de la part de l'hybride. Mais il avait vu juste... Son bluff avait fait mouche. L'heure n'était cependant pas à la petite satisfaction engendrée par son jeu mental réussi, mais il était à l'explication. Visiblement, elle ne voulait pas vraiment que cela se sache. Ce à quoi Taurok avait une réponse bien fournie... Après tout, lui aussi avait du assumer de lourds et douloureux secrets.

« Vous voyez, vous vous inquiétez encore pour votre sécurité par rapport à un détail qui ne devrait pas vous poser problème. Si vous saviez à quel point la situation pourrait être pire... Vous pourriez être un descendant de la pire espèce qui existe, une engeance de l'être le plus impie qu'il soit. Vous pourriez être rejeté par toutes les espèces existantes, vous pourriez êtres un descendant de celui dont personne n'a envie de prononcer le nom à la légère. Et là, croyez moi, la longévité déjà nuisible des Manaketes deviendrait alors votre pire cauchemar. Vous devez vivre avec la fierté de ce que vous êtes... Sinon, vous n'irez nulle part si vous continuez à vous cacher ainsi. »

Sa façon de parler avait quelque chose d'étrangement personnel... Comme s'il lui faisait implicitement passer un message. Il venait de parler de lui. Oui, c'était le genre de chose qu'on ne disait pas à la légère, mais de toute façon, c'était lui qui avait l'ascendant et il le savait bien. Il avait vécu un siècle environ, et il savait comment contrer beaucoup de situations délicates. Il en fallait beaucoup pour l'atteindre impunément... Ce qu'il voulait lui dire, au final, c'était qu'elle devait arrêter de se cacher. On le sentait à la fois légèrement sur le ton de la remontrance, mais également sans mauvais sentiment.

Puis il poursuivit le dialogue, après un bref silence, toujours sur cet air rappelant celui d'un instructeur militaire qui aurait été mêlé à un sage avisé ayant étudié le monde avec pragmatisme, et peut-être également une pointe de cynisme.

« Vous voyez, il existe des tas de situations variées, certaines pires que d'autres. Si vous êtes une hybride, et qu'en plus vous n'avez pas finie dans une cage glauque sur un marché de Rosanne pour servir les lubies d'un déviant répugnant, alors vous vous en tirez bien. Mais tant que vous vous complaisez dans votre cachette, vous n'arriverez à rien. Je suis sûr que vous devez me trouver bien condescendant, avec mon opinion péremptoire et très tranchée, mais croyez moi... J'ai vu plus de gens mourir en une seule journée que vous ne pourriez en voir dans toute votre vie. Je sais à quel point la vie peut être courte, cruelle et vindicative. Si vous vous créez un cocon de sécurité aussi fragile, le reste vous rattrapera. Et il ne vous restera plus que vos yeux pour pleurer... »

D'un côté, on sentait clairement qu'il ne cherchait pas à mal faire. De l'autre... Il était très envisageable de se demander comment il avait pu vivre une vie aussi sombre. Taurok semblait entouré par la mort, la souffrance, la désolation et l'affliction que la perte de tout le monde autour de lui pouvait causer. Il n'avait plus d'attache, et tout ce qu'il avait prit pour acquis dans sa vie, il l'avait perdu d'une façon ou d'une autre. Il s'était imaginé une sorte de sécurité durant sa vie de mercenaire, et il avait payé le prix de sa négligence lorsqu'il avait fait confiance à ses anciens ennemis. Tous avaient été massacrés, et le sort avait décidé qu'il sortirait vivant de ce jour atroce pour pouvoir savourer le goût amer de son échec et de son orgueil.

Chaque jour de sa vie, le parfum fétide de la mort de ses amis, de sa femme, de ses filles, de ses camarades, de ses anciens compagnons d'armes à la longévité inférieure à la sienne... Il était entouré par la mort, et la folie était aux portes de son esprit à chaque instant. Pourtant, il n'abandonnait plus son esprit à ces pensées. C'était un corps animé uniquement par une chose : la volonté de prévenir. Et ça, il se devait de lui expliquer...

« Ma vie n'a plus aucun intérêt, du point de vue de ma personne. Je ne suis plus rien. Alors pourquoi est-ce que je vis encore ? C'est simple : je ne suis pas le seul être vivant au monde. Alors le reste de ma vie n'a plus qu'un but : les générations futures ne doivent jamais répéter les erreurs que j'ai pu commettre. Elles doivent rester positives... Elles doivent penser à l'avenir. Elles doivent aller de l'avant, oeuvrer pour le bien commun et savoir être fortes et indépendantes. Ne plus croire aux facilités de l'ignorance, mais ne pas accepter la dureté de la vie sans broncher... Il faut faire changer les choses. Je ne peux que prétendre avoir pitoyablement échoué à tout ça dans ma vie, alors autant empêcher les jeunes d'aujourd'hui de tomber dans cette voie. Souvenez-vous de ça : j'ai vécu plus de cent ans, et j'ai médité pendant environ 18 ans après avoir assisté à plus de carnages et de drames que vous ne pourriez même imaginer... »

Son opinion était certes assez absolue, mais au vu de son âge et de son discours, il ne semblait pas irrespectueux... Bien au contraire. Il lui parlait comme pour la mettre en garde, lui offrir une chance de penser différemment. C'était la première fois qu'on sentait comme une émotion s'exprimer en lui : de la souffrance, et de la tristesse. C'était infime, mais on pouvait le sentir. Une douleur le tiraillant et déchirant son être, tourmentant son âme de l'éveil matinal jusqu'aux tréfonds du sommeil. Il avait beau faire preuve de sagesse et de pragmatisme, même lui était incapable de ne plus ressentir aucune émotion. On pouvait même admirer une larme discrète apparaissant sur sa joue...

« Vous n'avez aucune idée de ce que cela peut faire pour un homme de perdre ce que j'ai pu avoir. Mes amis, mes compagnons, ma femme, mes filles... Toutes emportées par le voile vindicatif et absolu de la mort. La plus pure des ironies voudrait qu'elles aient à peu près votre âge... Si elles étaient encore de ce monde. Je souhaite au moins que cela ne vous arrive jamais. »

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   Mer 20 Juil - 21:45
Adaline ne s'attendait pas à ce genre de réponse de la part de Taurok. Il essayait de lui faire comprendre que sa condition d'hybride n'était pas si terrible, que cela aurait pu être pire. L'exemple qu'il lui donnait était aussi bien trop précis pour ne pas être vécu, et elle comprit qu'il savait de quoi il parlait. Pourtant tout en se ressemblant, leur situation divergeait radicalement. Peut-être était-ce aussi la maturité qui semblait présente chez Taurok qui la décontenançait. Avait-il un lien avec les manaketes?? Certainement... cela expliquerait qu'il avait réussi à franchir la fameuse étape fondamentale de tout être vivant : s'accepter tel que l'on est. Il paraîtrait pourtant falloir du temps pour y arriver, et la jeune marquise n'en avait pas encore eu assez. Le fait d'être entourée d'esclaves hybrides et de nobles devait d'ailleurs être dans quelque chose dans cette honte. Son secret ne lui assurait pas simplement la survie dans ce pays, il lui donnait le droit de s'intégrer à une communauté. Même si cette dernière n'était pas la plus saine, il s'agissait simplement de la seule qu'elle connaissait.

"Ce n'est pas si simple... Tant que je vivrais en Rosanne, je n'aurais tout simplement pas le loisir de m'accepter. Ce héron que vous avez sauvé du marché devrait être une preuve suffisante pour vous. Je suis un hybride, un être au bas de l'échelle et si quelqu'un le découvrait, je finirai esclave comme tous ceux de mon espèce. Et puis, comment voulez-vous porter dignement ma nature, quand aucun de mes pairs ne semble se battre contre son état? J'ai beau essayer de capter un quelconque signe d'intelligence dans leurs yeux, ils se contentent de les baisser, vaincus. Je ne peux pas vouloir leur ressembler!"

Sa description était certes peu flatteuse, et peut-être erronée, elle se fiait à ce qu'elle avait constaté. Personne ne viendrait en aide aux Laguzs. Ils méritaient certainement de vivre, elle n'en doutait pas. Mais ce n'était pas de cette manière qu'elle comptait exister. En devenant esclave, elle comprendrait peut-être leurs comportements, mais ce n'était pas encore le cas. Taurok n'avait pourtant pas tords sur un point. Si elle n'acceptait pas sa condition, la vie qu'elle mènerait ne la satisferait pas bien longtemps. Il ne lui restait que l'espoir. Celui qu'un jour, lorsqu'elle serait définitivement partie de ce pays, elle trouve sa place ailleurs, où les gens l'accepteront telle qu'elle est. Mais pour cela, il fallait d'abord qu'elle commence par s'accepter... La Rosanne ne lui accordera pas ce droit pourtant, elle en était persuadée. Cela voulait-il dire pour autant qu'elle devait baisser les bras? Se contenter d'attendre? Elle en avait assez d'attendre...

Ce qu'il lui disait n'était pas totalement dénué de sens. Elle avait eu de la chance de vivre dans une riche famille de Rosanne qui avait décidé de cacher son état. Enfant, elle ne comprenait pas réellement ce qui ne tournait pas rond chez elle, pourquoi elle était la seule à avoir ces fameuses plumes dans le dos. Et puis elle était allée au marché accompagner sa nourrice en cachette une fois. Et c'est là qu'elle avait aperçu un être semblable à elle pour la première fois. Son visage s'était illuminé, jusqu'à ce qu'elle voit quelqu'un le fouetter sans que personne ne réagissent. C'est là qu'elle avait remarqué les chaînes qui entouraient son cou, ses bras et ses jambes. Là, qu'elle avait noté sa façon de traîner des pieds en marchand. Mais le pire de tout, avait été de regarder son visage, elle n'y lisait rien d'humain. Si s'accepter signifiait devoir devenir ainsi, elle préférait rester coincé dans son monde.

"Je n'ai certainement pas vu autant de morts que vous. Celles auxquelles j'ai assisté n'étaient pas de mon fait, ni proches de moi, mais ce n'est pas pour autant qu'elles ne m'ont pas marquées. Mais ce qui m'a le plus marqué? Ce sont ces hybrides que je croise tous les jours au marché. Je ne peux pas m'accepter et être humain à la fois! Si je devais réellement le faire, je ne pourrais pas continuer à jouer cette mascarade plus longtemps. Il ne me reste plus que deux ans à vivre ici. Seulement deux ans! C'est tout ce qu'il me faut pour comprendre ce que je suis exactement."


La dernière déclaration força pourtant Adaline à mesurer ses paroles. Cet homme avait vécu une centaine d'année et avait perdu ce qui pouvait compter le plus à ses yeux. Il n'était pas aisé après ça de retrouver une certaine envie de vivre, et pourtant il l'avait fait. Ces morts qu'il traînait... il n'avait pas dû pouvoir les accepter, et pourtant il était là aujourd'hui à l'engager à avoir confiance en elle. C'était aussi le fardeau de chaque être vivant. Accepter sans broncher le destin qui leur avait été choisis. Si Taurok n'avait pas réussi à le faire, il ne serait pas là devant elle aujourd'hui. Il fallait comprendre que certaines personnes puissent être plus fortes que nous, qu'ils ne pouvaient pas toujours réussir. Certains échecs étaient pourtant plus difficiles à digérer que d'autres. Du moins c'est ce que la marquise comprenait de par sa propre expérience et celle de cet étranger assis face à elle.

"Je tiens à vous remercier pour vos conseils. Je sais qu'ils partent d'un bon sentiment. Je ne sais juste pas encore comment les appliquer."

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Un repos bien mérité [PV Adaline]   

Un repos bien mérité [PV Adaline]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un repos bien mérité [NEUTRE]
» Un repos bien mérité
» Du repos bien mérité (13.03 - 13h37)
» Repos bien mérité dans une taverne.
» Un repos bien mérité? [Pv.Laelya]

Fire Emblem Rebirth :: Rosanne :: Routes et hameaux+
Sauter vers: