Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

(Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Sam 21 Mai - 3:00
Une fois de plus... Elle devait venir représenter sa famille dans un de ces bals prétentieux. Elle avait eu droit à tous les conseils possibles avant d'arriver, crachés par son père adoptif. Sa mère, assise à ses côtés, n'avait pas bronché, comme à son habitude. Au moins n'aurait-elle pas à se coltiner son misérable demi-frère pendant toute la soirée. Il était bien trop jeune pour participer à ce genre de réception et grand bien lui fasse. En voyant leurs parents se préparer, il avait bien trépigné et crié à l'injustice mais il n'avait pas eu le dernier mot... pour une fois. Elle pouvait penser ce qu'elle voulait de lui, du haut de ses 5 ans, Eldam était intelligent. Il avait parfaitement compris que sa soeur était une paria dans leur famille, et il n'avait pas eu besoin de comprendre son secret pour autant. Heureusement d'ailleurs, car qui sait ce qu'un gamin spontané comme lui pourrait aller crier sur tous les toits. Il n'avait pas l'habitude de se taire.

Adaline s'était parée de ses plus beaux autours. Un robe bleue marine traînant sur le sol et remontant jusqu'en haut de sa nuque. Le col s'évasait à l'avant jusqu'à sa gorge, il ne dévoilait pas une plume, mais permettait à la robe d'être élégante et non austère. Chaque millimètre carré de sa peau était recouverte de l'étoffe et, bien que les manches soient en dentelles, son opacité de laissait pas apercevoir la moindre plume. Maintenant que ses cheveux étaient coupés courts, pour faciliter son travail de garde, ses domestiques avaient moins le loisir de s'occuper de sa chevelure. Elle restait toutefois épaisse et un chignon tout simple, dont s'échappait quelques mèches rebelles, trônait sur le dessus de sa tête. Elle portait peu de bijoux, juste une simple chaîne d'or blanc où pendait l'emblème de sa maison : d'Escrots d'Estrée. Elle portait définitivement bien son nom à trompé son monde comme si de rien n'était. Et au lieu d'assumer sa condition, Adaline se voyait obligée d'accepter d'être dénigrée.

En sortant de la calèche, le cocher vint l'aider à descendre. Avec toute la grâce qui revenait à son rang, Adaline lui prit la main et s'engouffra dans le hall tout de marbre blanc de la demeure. À leur entrée, le héraut les annonça, et l'enfer commença. Un réel défilé de lèche-botte vinrent les saluer, la complimenter sur sa tenue et sur son entrée dans la garde du palais. Ils étaient tous si ridicules, si hypocrites. Personne ne venant d'une lignée aussi prestigieuse que la leur n'avait encore été intégré sciemment à la garde de la ville. Son père avait inventé une fable, une histoire d'engagement encore plus profond pour aider à défendre notre pays, un sacrifice. Il n'avait fait aucun sacrifice. Depuis sa naissance, Adaline supportait la culpabilité de sa mère pour son adultère, alors qu'elle n'avait rien fait d'autre que naître. Pourtant sa haine ne suintait d'aucun port de sa peau, elle restait calme, souriante. Elle riait quand il le fallait, même si leurs anecdotes étaient des plus fades. Elle sentait leur dégoût, même les gardes assignés à la surveillance du bal osait à peine croiser son regard.

Bien qu'elle soit l'un des leurs, elle restait toujours intouchable. Fille d'un des chefs de l'état, les conversations s'arrêtaient lorsqu'elle entrait dans la salle des gardes. Oh, elle savait bien qu'il ne parlait pas d'elle, du moins pas tout le temps... mais il leur était impossible de parler sans peur de se faire couper la tête. Elle n'aurait évidemment rien dit à ses parents. Mais ça, ils ne pouvaient pas le savoir. Parfois, certains d'entre eux essayaient de se rapprocher d'elle, mais il finissait à l'infirmerie le lendemain, tabassé par les membres plus hauts placés de la garde. Elle avait finit par s'habituer à ces œillades indiscrètes, ce n'est pas pour autant qu'elles ne la blessaient pas. Perdue dans ses pensées, elle se fit vite rappelée à la réalité par les rires des convives autour d'elle. Elle fit mine de les suivre puis s'excusa, pour se retirer. Elle se dirigea vers le coin des femmes, jusqu'à ce que les regards sur sa nuque arrêtent de la brûler. Elle prit alors un verre d'eau de vie de cerise qui trônait sur le buffet et le vida d'une traite. Si elle était ici, autant prendre un peu de bon temps.

Elle embarqua un autre verre avec elle, puis croisant un serveur qu'elle connaissait de vue, lui demanda de lui amener un pichet. Pour faire bonne figure, elle lui demanda d'apporter un autre verre avec un clin d'oeil, que celui-ci lui rendit. Comme si elle pouvait se permettre d'être le genre de fille à flirter avec ces gens de la haute. Elle n'était pas à sa place ici. Elle n'était à sa place nulle part. Une fois le serveur revenu, elle le remercia d'un sourire charmeur. Elle était tellement habituée à le reproduire celui-là... Il repartit vers les cuisines avec un autre clin d'oeil et Adaline essaya de se fondre dans la foule du mieux qu'elle pouvait. Elle avait d'ailleurs choisi la couleur de cette robe pour cette raison. Le bleu marine restait une couleur, il aurait été mal venue qu'elle se présente ce soir en noir ou blanc, toutefois elle était aussi assez foncée pour se permettre de se fondre dans la masse. Elle fit attention à ne pas renverser le plateau qu'elle portait, le reposant sur le buffet chaque fois qu'une tête connue apparaissait. Cela lui valut pas mal de pause. Une dernière volée de marche la conduisit dans les jardins et elle esquissa son premier vrai sourire de la soirée.

Le balcon de la terrasse se séparait en deux volées de marches. Elle se plaça au milieu, posant son plateau sur le rebord et entreprit de se servir un autre verre. Observant la Lune, elle trinqua et but quelques gorgées en respirant l'air frais. Elle en avait assez de toutes cette mascarade. Il fallait que cela cesse, elle ne savait juste pas comment y parvenir. Elle n'avait pas l'intention d'épouser le premier venu pour s'échapper. La plupart des filles de bonnes familles étaient déjà mariées ou fiancées à son âge. Mais grand bien leur fasse. Adaline n'avait jamais été libre de toute sa vie, elle n'allait pas prendre un époux pour rester prisonnière dans une prison dorée. Et puis ses parents avaient veillés à ce qu'elle ne soit plus un assez bon partit pour personne à ses 15 ans, lorsqu'ils l'avaient enrôlée dans la garde royale. Tant pis. Elle soupira et fini son deuxième verre d'eau de vie de la soirée.

Les cerises avaient tellement macérées qu'elle avait l'impression de ne boire que du sucre. Dans une demi-heure, l'effet doucereux de l'alcool prendrait ses droits sur son corps, et alors Adaline arrêterait peut-être de se morfondre sur sa vie et entrapercevoir un avenir pour elle. Déjà la musique et l'agitation de la foule semblait plus lointain. Éclairée seulement pas la Lune, elle n'avait plus besoin de jouer un rôle. Elle voulait tirer sur ces manches qui l'emprisonnait à longueur de temps, et évidemment desserrer ce maudit corsait qui l'empêchait de respirer. Mais ni l'un ni l'autre n'était possible en société et elle comptait bien trop sur son apparence pour la sortir des pires situations pour gâcher ses atouts. D'ailleurs elle se demandait ce qu'il se passerait si quelqu'un débarquait sur cette terrasse. Cacherait-elle les verres ou lui proposerait-elle de se joindre à elle? Elle n'avait aucune envie de discuter avec qui que ce soit dans cet endroit. Elle partirait tout simplement. De toute façon, qui voudra même lui tenir compagnie?

Ayden
avatar

Messages : 289
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t22-ayden-the-forgotten-heir

Feuille de personnage
Classe: Combattant
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Epée de bronze
3Epée de verre
4Potion
5Potion
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Dim 22 Mai - 3:26

Deux hommes venaient de sortir de la Maison d'un duc, ami de longue date du Saint-Roi d'Ylisse dans laquelle ils avaient passé la nuit dernière. Ils en profitèrent pour visiter la Cité dans l'après-midi pour profiter de l'ambiance festive avant de se préparer au crépuscule dans une chambre qu'on lui avait attribué pour une soirée mondaine dans une autre Maison réputée de Rosanne où Ayden avait été convié. Enfin plus précisément, l'Exalt. Mais ce dernier avait à faire, et il envoya son fils à la place. Toutefois, ce n'était pas la seule excuse : "Tu apprendras, mon fils, qu'en tant que Prince d'Ylisse tu seras souvent convié à ce genre d’événement. Alors tu devras t'y faire j'en ai bien peur..." lui a-t-il déclaré. Le lord par devoir, ne pût refuser, mais il était bien loin de raffoler de ces frivolités poussées à l'extrême, surtout pour quelqu'un n'étant entré dans le monde de l'aristocratie que très récemment. Le prince voulait s'y rendre seul, comme l'indépendant qu'il était. Il n'avait pas besoin que quelqu'un veille sur lui, le serve, et le protège si jamais sa vie était en péril. Ayden ne voulait pas faire porter ce lourd fardeau à un tiers mais son père avait insisté lourdement, appuyant encore sur le fait qu'il était le seul espoir pour la nation ylissienne d'avoir encore un manieur de la légendaire épée Falchion en son sein après sa mort, pour l'instant du moins. Son fils lui donna finalement raison et céda face aux arguments de poids de son géniteur; c'est ainsi que durant son voyage à cheval jusqu'à Rosanne, il fût accompagné du vassal qu'on lui avait attribué lorsque Ayden a commencé à vivre dans le palais : Oswald, un brave chevalier formé pour veiller sur la Sainte-Lignée et capitaine de la garde royale. Il était très doué dans pleine de domaines dont l'art de la guerre et des tâches ménagères. Pourtant, il n'était pas bien vieux que son seigneur, il avait peut-être vingt-cinq ans ou trente ans maximum mais un lien de confiance s'était déjà tissé entre eux depuis leur rencontre.

Alors que le prince était entrain de finir de se vêtir, son vassal était allé préparer les chevaux. L'hôte de la maison avait bien proposé à son invité de le transporter jusqu'à destination en calèche, mais le jeune homme refusa gentiment car il voulait y aller par ses propres moyens. Son compagnon attendait alors patiemment son maître à l'extérieur où il faisait déjà nuit noire bien que les rues furent toujours vivantes. Elles étaient éclairées par des lampadaires qui les longeaient de part et d'autre, on entendait de la musique au loin ou encore les voix des gens résonner. Ayden apparu finalement clinquant dans un costume princier bleu avec dorures, des bottes de la même couleur et une cape blanche, loin de sa tenue habituelle de combattant. Les seuls choses qu'il avait gardé étaient ses boucles d'oreilles asymétriques et l'épée dans son fourreau qui ne le quittait jamais.

- « Oswald, tout les préparatifs sont prêts ? »
Fit-il, en descendant les escaliers d'une traite, tout en ajustant ce qui tenait sa cape sur ses épaules, flottant  au vent elle, et ses cheveux colbats en cette fraîche soirée.

- « Il ne manque rien monseigneur. Je me suis assuré que tout se passe pour le mieux ce soir. »
Son vassal lui donna les rennes de son cheval et suite à sa réponse, Ayden lui adressa un sourire reconnaissant.

- « Je t'avoue mon ami, que je suis heureux de t'avoir à mes côtés parce que que cela ne va pas être facile pour moi compte tenue de ma récente situation... »
- « N'ayez crainte tout va se dérouler pour le mieux, croyez-moi. »

Son expression du visage et le ton de sa voix étaient rassurants, assez pour qu'une grande partie des doutes de son maître s’atténuent. D'ailleurs, ce dernier acquiesça, sortant un "merci" à peine audible avant de se mettre sur la selle suivit d'Oswald afin de se mettre en route pour la Maison Villiers  dans une allure raisonnable. Arrivés là-bas, ils aperçurent déjà des invités entrer, tous vêtus de leurs plus beaux atouts. Eux aussi l'étaient mais Ayden ne pu s'empêcher d'être de nouveau mal à l'aise surtout en sachant ce qui l'attendait. Une fois les chevaux prit en charge par un majordome de la maison d'accueil, les deux hommes se dirigèrent le hall où ils se firent accueillir humblement et formalités obliges, l'héritier d'Ylisse dû s'y plier à peine arrivé. Sans surprise, le lord n'était pas encore au point dans ce domaine et fit quelques gaffes, comme omettre la légère courbette ou baiser la main d'une demoiselle pour la saluer qui le mettait franchement mal à l'aise. Heureusement, il pouvait compter sur son vassal pour souffler les réponses mais une fois que le bal débuta dans la salle prévue à cet effet, l'accompagnateur s'éclipsa soudainement, en laissant son maître tout seul. Mais il y avait une bonne raison à cela et il le savait très bien. Ayden lui, l'avait cherché parmi la foule mais ne le trouva pas. Puis lorsque les musiciens commencèrent à jouer, on est venu lui demander de danser. Chose qu'il accepta, d'une part parce que cela était dans le protocole et d'une autre part, parce qu'il aimait danser. Mais c'était bien la première fois que le jeune homme allait devoir faire de la valse avec une femme, en ayant une dangereuse proximité. Essayant de paraître le moins nerveux possible, le prince s'exécuta pour une danse. Une fois achevée, une autre prétendante lui demanda, puis encore une autre. Ayden a bien dû s'enfiler une dizaine de danse presque d'affilé ! Ne sentant plus ses jambes, le garçon refusa gentiment la dernière qui lui fit sa proposition en prétextant ne pas se sentir bien, ce qui était la vérité si on cherchait bien.

Le prince avait besoin de prendre l'air, et en passant tout à l'heure, il avait repéré une grande porte de verre qui donnait sur une terrasse. Rapidement, il se faufila dans la foule jusqu'à atteindre le dehors. Mais apparemment, le lord ne fût pas le seul à avoir eu cette idée : une demoiselle brune aux cheveux courts était présente, l'air perdue dans ses pensées.  L'homme aux cheveux cobalt hésita d'abord à faire marche arrière pour se rendre plutôt devant l'entrée de la bâtisse, mais décida finalement de s'avancer, s'appuyant ensuite sur le muret à côté d'elle, rivant ses yeux vers l'astre imposant dans les cieux.

- « Belle soirée, n'est-ce pas ? » Fit-il, calmement, ses iris saphirs brillant à cause du reflet de la lune. « Je ne vous dérange pas j'espère ? »

Ayden porta finalement son intention sur l'inconnue qui était vêtue d'une robe magnifiquement bien portée par elle, trouva-t-il. Un lieu pareil sous un ciel étoilé n'était propice qu'à la rêverie, il espérait au moins pouvoir en profiter un peu, seul ou avec une charmante compagnie. 

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Dim 22 Mai - 15:25
Adaline ne quittait pas la Lune des yeux tandis qu'elle se servait un troisième verre. Le besoin urgent qu'elle ressentait de fuir la soirée s'était estompée et elle pouvait enfin profiter du goût de l'alcool sucré sans plus y chercher d'échappatoire. De toute façon, le mal était fait. En entendant le bruit ambiant et la musique s'assourdir, elle comprit que ses sens venaient d'être mis à rude épreuve. Elle était encore maîtresse de ses moyens, il lui fallait plus que deux coupes d'eau de vie pour ne plus pouvoir se contrôler. Et elle ne risquait pas de dépasser ce seuil. La première fois qu'elle s'était sentie ivre, une soudaine honnêteté et spontanéité c'était révélée chez elle, étant normalement toujours sur la retenue. Elle avait tenu des propos qu'elle aurait mieux dû éviter, mais elle ne pouvait que vivre avec ses regrets. Se sentir grisée est le meilleur moyen de rencontrer de nouvelles personnes, mais aussi de perdre ses amis.

Enfin, ce n'est pas comme si elle avait eu l'occasion d'en avoir après tout. Trop "différente" pour être intégrée aux autres enfants. Elle se sentait différente à présent. C'était tout de même étrange de se sentir supérieure aux gens qui l'entouraient, et pourtant de les envier. Elle avait du mal à comprendre l'intérêt de leurs conversations, même si elle maniait la langue le mieux possible. Elle ne comprenait pas leurs réactions quant à certaines lois en vigueur dans le pays qui auraient mieux fait d'être abolies. Adaline avait tout simplement une vision radicalement opposé des choses, par rapport à ses comparses rosanniens. Elle s'était une fois demandé ce qu'elle serait devenu aujourd'hui si elle était née totalement humaine. Peut-être ne verrait-elle pas l'horreur qui se jouait autour d'elle au quotidien. Elle aurait été trop aveuglée et à l'aise dans son univers pour se rendre compte que quelque chose clochait.

Elle avait pris l'habitude depuis sa jeunesse de tourner toutes ces pensées silencieuses vers la Lune. Cet astre brillant d'une lumière si pure qu'un mensonge n'aurait pas pu l'atteindre. Adaline savait bien lorsqu'elle se mentait à elle-même... mais rassembler ses idées et faire semblant de les confier à un être cher aidait parfois à s'en rendre compte. Évidemment elle n'avait jamais eu de retour sur ses idées, comment un gros caillou pourrait-il jamais lui répondre? Et puis pouvait-il même se soucier d'une personne comme elle? Ils faisaient peut-être partis tous les deux du même univers, leurs rôles étaient diamétralement opposés, tout comme leurs durée de vie. Adaline vivrait plus longtemps que la moyenne de par sa condition d'hybride, mais elle ne pourrait jamais rivaliser avec cet astre éternel qui restera toujours présent pour éclairer les morosités tardives d'une jeune fille en peine.

Comme pour souligner ses pensées, Adaline prit une autre gorgée d'eau de vie. Ce breuvage était décidément son préféré. L'eau de vie aux cerises était une nouvelle mode, importée tout droit d'Ylisse. Encore une chose que leur voisin faisait mieux qu'eux. Elle aurait tellement aimé visiter cette ville. Si son frère n'était pas né, elle aurait même pu y être accueillie avec les honneurs dus à son rang. Mais c'était une simple bâtarde, qui plus est une hybride. Sa seule possibilité de visiter le palais serait de se faire arrêter par la garde royale. Elle se prit à sourire en réfléchissant à quel acte ridicule elle s'adonnerait pour s'y retrouver. Un vol était un crime bien trop simpliste, tandis qu'un meurtre n'était certainement pas réalisable pour elle. Il fallait trouver un méfait entre les deux, et c'était cela la meilleure partie du jeu.

S'appuyant sur le chambranle, elle posa sa tête sur sa main pour porter une nouvelle fois son verre à ses lèvres. Certainement que la liqueur avait finis par embuer ses sens car elle n'entendit, ni ne sentit l'individu arriver. Elle sursauta à ses paroles, se redressant brutalement. Une partie de son verre venait de finir sur sa robe, tandis que l'autre moitié s'étalait langoureusement sur le sol de marbre blanc. Voilà une autre raison de la couleur de sa robe, sa maladresse légendaire ne la prévenait pas des tâches. Robe : 1 / Marbre blanc : 0. Elle plaignit intérieurement les domestiques qui devront nettoyer le lendemain. Le liquide collant ne leur laisserait aucun répit avant de disparaître totalement. Adaline essaya d'éponger le plus d'eau de vie possible avec ses manches. Ce n'était toutefois pas la meilleure solution la dentelle n'est pas un tissu connu pour ses propriétés absorbantes. Elle pesta contre elle-même d'avoir baissé sa garde, mais aussi contre cet étranger qui venait tout juste de troubler sa tranquillité.

Elle reporta d'ailleurs son attention sur lui. Relevant la tête, elle découvrit que quelques-unes de ses mèches rebelles venaient de s'échapper de sa coiffure. Elle devait réellement avoir de l'allure... Elle fusilla l'inconnu du regard. Elle venait de perdre toute crédibilité en l'espace de quelques instants. Elle avait été gâtée par la nature et se servait naturellement de ses atouts pour s'intégrer à la société. Même si elle ne devenait jamais amie avec qui que ce soit, les gens la respectait pour l'aura  digne qu'elle dégageait. À présent, elle ne savait pas exactement comment réagir, ni comment bien se présenter. Tant pis. L'effet de l'alcool retombait progressivement suite à son agitation. Dommage, elle garderait quelques souvenirs de cet entretien. Autant ne pas le foirer entièrement.

"Disons que vous m'avez surprise. Mon cœur bat la chamade! Vous vous amusez souvent à surprendre les gens de cette manière?"  

Son ton était mi-énervé, mi-amusé. Elle ne voulait pas le faire fuir, et elle ne trouvait vraiment aucune autre manière que de rire de la situation. Et puis, vu la tenue de son interlocuteur, il devait très certainement être quelqu'un d'important. Autant ne pas l'irriter, ses parents pourraient encore le lui reprocher. D'ailleurs, il était plutôt beau garçon... Un peu en sueur certes, mais s'il s'agissait de l'individu qu'elle avait aperçus enchaînant les danses tandis qu'elle fuyait tranquillement vers l'air frais, il n'y avait rien de plus normal à cela. Avec une révérence, elle finit par se présenter.

"Je me prénomme Adaline d'Es... Juste Adaline. Si ça ne vous dérange pas, j'aimerais bien oublier les titres pour ce soir..."

De toute façon, elle ne méritait pas ce titre, alors autant arrêter de se cacher derrière lui à chaque nouvelle rencontre. Elle reporta alors son attention sur la Lune qui éclairait nettement le plateau d'argent et son contenu. Sans plus de formalités, elle saisit le pichet et rempli les deux verres de liquide. Elle avait finalement bien fait d'emporter un autre verre avec elle, on ne savait jamais ce qu'il pouvait arriver. Elle se dirigea ensuite vers l'inconnu et lui en tendit un.

"Je crois que vous avez bien besoin d'un remontant. Et puis vous pouvez bien m'accompagner, boire toute seule dans ce genre de soirée n'est pas forcément bien vu..."

Ayden
avatar

Messages : 289
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t22-ayden-the-forgotten-heir

Feuille de personnage
Classe: Combattant
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Epée de bronze
3Epée de verre
4Potion
5Potion
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Mer 25 Mai - 15:31

La nuit, le ciel étoilé. Ayden aimait rêvasser sous cette ambiance nocturne. Cela le rendait nostalgique de ses souvenirs d'enfance, construits aux côtés de sa défunte mère qu'il aimait tant. Elle berçait son fils à coup d'histoires ou montrait ses talents d'artiste au petit prince. Sa voix mélodieuse résonnait encore dans sa tête et les chorégraphies qu'elle effectuait étaient de toute beauté. Elle avait définitivement troqué son ancien métier pour devenir une jeune mère au foyer, mais sa passion était toujours présente, animée. Une passion qu'elle dévoilait à l'être qu'elle avait porté. Il suffisait qu'Ayden reste longuement à admirer la lune pour que ces anciennes sensations de bonheur lui reviennent en mémoire. Mais ce soir, le lord n'était pas seul; son attention été accaparée par cette inconnue aux cheveux de jais, à la ligne fine et proportionnée. L'ennui, c'est que le prince n'avait pas été aussi discret qu'il aurait voulu l'être ni n'avait vu que la demoiselle en question était entrain de siroter quelque chose. Et prise par surprise, sa robe fût retapie en une fraction de secondes !

Pour le coup Ayden s'en sentait désolé, d'avantage lorsqu'elle lui lança son regard coléreux que le garçon fuya quelques instants tel un petit chien honteux avant de poser ses yeux sur elle à nouveau. Il était conscient de sa maladresse et était prêt à s'en excuser, car après tout il lui avait malencontreusement gâché la soirée, ce qui était loin de plaire aux filles de bonnes familles d'après ce qu'il avait pu comprendre.

- « Pardonnez-moi, ce n'était pas mon intention de vous surprendre ainsi ! Mais il aurait été encore plus impoli de ma part de venir à côté de vous et faire comme si je ne vous avez pas vu. »

Une petite brise se leva, balayant au passage sa mèche bleutée alors qu'en dessous ses iris analysaient l'ampleur des dégâts sur la robe de la noble. Heureusement, la tâche n'était pas énorme mais cela restait tout de même incommodant. En tout cas une chose est sûre, c'est que l'héritier d'Ylisse ne manquait pas de tact.

La demoiselle finit par se présenter à lui en faisant une référence, avant de dévoiler son prénom : Adaline. Une appellation qui sonnait harmonieusement bien à ses oreilles, toutefois, elle tenait à oublier les formalités qu'il y avait autour. Cela tombait à pic, puisque dans les quelques leçons que le protégé de Naga avait apprises depuis qu'il est devenu prince, Ayden savait qu'il devait le lui rendre en saisissant sa main pour y déposer tendrement un baiser. Un geste anodin mais pour le lord cela relevait d'un défi dû à sa timidité intérieure envers les femmes, hormis ses sœurs adoptives. Ayant évolué dans un environnement majoritairement masculin, il faut dire que le prince n'a pas eu l'occasion d'en côtoyer beaucoup et donc, de tomber amoureux de l'une d'entre elles. La gente féminine était comme un concept que ce jeune homme ne connaissait pas mais qui demandait seulement à être apprivoisé au final, avec le temps.

Autant dire qu'une présentation neutre était plus un soulagement pour lui qu'autre chose. Ayden ne lui serra pas la main cependant, il soupira lourdement et souria ensuite à son interlocutrice.

- « Me voilà rassuré ! Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas non plus friand des formalités, c'est même le contraire si vous voulez tout savoir. Je ne m'y plis simplement que lorsque que je n'en ai pas le choix...Alors appelez-moi simplement par Ayden. »

C'était rare que quelqu'un omettrait volontairement son titre. Pas de "Prince" ni de "Votre Altesse" ou encore "Monseigneur". De toute façon, Adaline ignorait qui elle avait réellement en face et cela était mieux ainsi pour l'instant, histoire de faire connaissance en toute simplicité. Quelque chose lui disait que cette femme souffrait en ce moment même de lassitude et le verre qu'elle lui tendit ne fit que confirmer cette hypothèse. Et d'ailleurs pourquoi deux verres ? Attendait-t-elle quelqu'un avant qu'il ne mette les pieds ici ? Tout cela le laissait perplexe. Néanmoins, Ayden accepta volontiers, soufflant un "merci" sans réellement savoir ce dont le pichet et ce qu'il tenait dans les mains contenaient. Mais ce que venait de déclarer sa compagnie du soir lui faisait clairement penser qu'il s'agissait d'une boisson alcoolisée, chose que le jeune homme arrivait à apprécier en général. Le nobliau s'accouda alors à nouveau sur le muret qu'il avait distancé avec tout ce remue-ménage et plongea ses yeux dans les siens.

- « Hé bien...J'avais l'intention de faire une pause, la fatigue commençait à me gagner sans compter que je commençais à étouffer à l'intérieur. Mais puisque que vous êtes là et que ma présence n'a pas l'air de vous poser problème, j'accepte volontiers de rester un peu ici. » 

Le prince termina ce qu'il était entrain de dire en prenant une gorgée du liquide. C'était sucré, sans trop l'être non plus, doux mais légèrement amer et l'on aurait dit qu'il y avait un goût de cerise qui restait tapie au fond de son palais. Ayden trouvait cela agréable, bien qu'il a déjà eu l'occasion de boire une boisson alcoolisée beaucoup plus forte que ça à Ferox. Toutefois, cette saveur lui semblait familière. Où avait-il pu la croiser ? Adaline devait probablement le savoir.

- « De quoi s'agit-il ? J'ai l'impression d'y avoir déjà goûté mais je ne m'en souviens plus... »

Il passa sa main de libre dans ses cheveux hirsutes, l'air de chercher une réponse. Le lord était curieux, oui. Mais c'était surtout parce qu'il venait de boire lui plaisait et cela lui permettait également de tenir en haleine leur discussion.

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Jeu 26 Mai - 2:10
La voix de ce nouveau venu était surprenante... Adaline en resta bouche bée quelques secondes. Elle était grave, chaleureuse, présentant une certaine mélodie à chaque fin de phrase. En son fort intérieur, la jeune marquise était persuadée que s'il devait se mettre à chanter, il alignerait les notes à la perfection. Elle pouvait toutefois se tromper, ça lui était déjà arrivée. Mais depuis son plus jeune âge, elle avait appris à se fier à la tessiture des étrangers pour les identifier. Gentils, imbéciles, manipulateurs, sages, excentriques... la voix était ce qui exprimait le plus le caractère d'une personne. Il suffisait de l'écouter attentivement pour déceler toute les nuances de sa personnalité. Il fallait aussi apprendre à le connaître, mais cette technique offrait déjà un a priori sur l'interlocuteur. Pour cette fois, Adaline n'avait pas eu besoin de se concentrer pour que ses sens se mettent en éveils. Cet Ayden ne pouvait pas être n'importe qui.

Portant son verre à ses lèvres, elle ne pu s'empêcher de l'observer. Il était grand, du moins plus grand qu'elle alors qu'elle portait des talons. Ses traits étaient fins. Il était plutôt bel homme et la couleur de ses cheveux, si caractéristique de la noblesse, ne faisait que renforcer l'assurance de son attitude. Ses mains par contre... elles ne ressemblaient en aucun cas à des mains de nobles. Elles avaient travaillées sans relâche, mais plus depuis quelques temps. Adaline voyait les quelques plaies restante en train de cicatriser. Finalement, elle regretta un instant de ne pas avoir se présenter dans les règles de l'art. Elle en aurait peut-être appris plus sur cet inconnu en quelques secondes que s'ils passaient la nuit à discuter sur cette terrasse. C'était le plus triste dans cette histoire, un titre faisait la personne. Le degré de gentillesse dont un marquis sera capable sera toujours plus élevé que celui d'un duc. Pas forcément à cause du fait que le duc est plus médisant que le marquis, mais simplement parce qu'il a bien plus à perdre dans ses gages de confiance.

Adaline se rendit alors compte que son regard inquisiteur pouvait très certainement mettre son compagnon mal à l'aise. Elle rougit légèrement, gênée de son attitude, espérant intérieurement que la lumière de la Lune ne la trahirait pas. En même temps elle n'était pas certaine de le revoir un jour. Elle pensait pouvoir le reconnaître s'ils se croisaient, mais elle n'était pas sûre qu'il en serait de même pour lui. À jouer les caméléons dans cette société, elle en était venue à être oubliable. Et puis, même si cela arrivait, elle n'aurait qu'à mettre toutes les situations étranges sur le dos de l'alcool. D'ailleurs, le liquide commençait une nouvelle fois à lui embrouiller les sens. La jeune marquise s'était ressaisie sous la frayeur que lui avait faite Ayden, mais elle était bien trop fatiguée de se retrouver dans ce genre de mondanité pour essayer de lutter. Le fait que ce jeune homme soit épuisé pour avoir jouer cette mascarade la fit légèrement sourire.

"Ne vous en faites pas, l'alcool guérira bientôt le mal de pied qui vous sentez venir et vous pourrez recommencer à virevolter de bras de demoiselle en bras de demoiselle."

C'était une taquinerie gratuite, mais Adaline se souvenait à présent l'avoir aperçut sur la piste de danse au bras de plusieurs conquêtes lorsqu'elle s'esquivait discrètement de la soirée. Elle ne l'avait jamais vu auparavant, signifiant certainement que c'était la première fois qu'il se rendait à ce genre de bal et qu'il n'avait pas réussi à refuser de danser, de peur de froisser les jeunes filles. En réalité, la plupart d'entres elles étaient sottes au point de danser avec le premier venu, sûre de pouvoir l'épouser le moment venu et les autres étaient simplement poussées par leurs familles pour faire bonne impression. D'un côté, la jeune femme avait de la chance que sa famille ait honte d'elle, elle n'aurait jamais à ce plier à ce genre de galanterie. Ce n'est pas qu'elle n'aimait pas danser... simplement jamais en publique. Ayden devait toutefois être une personne importante pour qu'autant de jeunes femmes se présentent devant lui. Ses cheveux bleus indiquait sa noblesse. Mais cette couleur était plus particulièrement présente en Ylisse. Les nobles de ce pays répondait rarement aux invitations des ducs de la Rosanne. Pas étonnant qu'il ait autant de succès.

Lorsqu'il bu la première gorgée d'eau de vie, des grimaces involontaires s'accumulèrent sur son visage, jusqu'à ce qu'il s'illumine. Il demande alors sa provenance et Adaline ne cacha pas son étonnement. Si sa déduction était juste, et que ce jeune homme venait d'Ylisse, comment était-il possible qu'il ne reconnaisse pas une boisson de son propre pays?

"Eh bien, il s'agit d'eau de vie de cerise, importée tout droit du Royaume d'Ylisse. Excusez mon impertinence, mais j'étais persuadée que vous n'étiez pas d'ici. Je pense que j'aurai retenu votre visage ou votre nom si nous avions déjà eu le loisir de nous rencontrer. Je pensais donc que vous veniez en émissaire du Saint-Royaume, mais j'ai dû me tromper... les effluves de l'alcool doivent en être responsables."

Elle bu une autre gorgée de la liqueur pour appuyer ses dires.

"Dans tous les cas qui que vous soyez vraiment, vous ne semblez pas habitué à ce genre d'événements. Vous devriez vous méfier dès maintenant de ce qui peut être dit un soir de fête et le lendemain à la table des négociations. Surtout lorsque vous vous retrouvez obligé d'enchaîner les danses avec leurs filles. Les ducs de Rosanne peuvent être de véritables vautours lorsqu'ils s'y mettent. Croyez-en mon expérience."

Elle ne savait pas très bien pourquoi elle lui disait cela. Ces paroles étaient un peu plus crue qu'elle ne l'aurait souhaité. En réalité, elle aurait certainement mieux fait d'aborder des sujet moins lourds dès leurs première rencontre. Il ne risquait pas de se souvenir de sa compagnie comme étant agréable. Adaline soupira alors. Elle ne savait plus depuis bien longtemps comment se comporter avec une personne réelle, sans faux semblants. Apprendre à la connaître sans jugements au préalable. Elle avait appris à classer presque tout le monde comme des êtres inférieurs à elle, mais elle ne voulait pas prendre de risque avec Ayden. Sa voix lui indiquait clairement qu'il valait bien plus qu'il ne le laissait paraître. Son regard indiquait pourtant bien trop son ignorance de ce genre d'endroit. Un bal n'était jamais organisé pour de simples retrouvailles entre amis. C'était un véritable champs de bataille diplomatique et il fallait manier aussi bien la langue que l'épée pour pouvoir y survivre.

Le pire étant certainement que l'on ne se rendait compte de ses erreurs uniquement lorsque l'on croisait d'autres nobles en ville et qu'ils vous jetaient un regard de travers. Une rumeur vraie ou fausse avait commencé à circuler sur vous, et il s'en fallait de peu pour sauver votre réputation. C'était impressionnant comme une réputation était dure à bâtir, mais si simple à détruire.

Ayden
avatar

Messages : 289
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t22-ayden-the-forgotten-heir

Feuille de personnage
Classe: Combattant
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Epée de bronze
3Epée de verre
4Potion
5Potion
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Mer 1 Juin - 3:37

Alors qu'ils discutaient, le prince avait la sensation d'être analysé par les yeux ambrés de la jeune femme. Ce n'était pas la première fois à vrai dire. En fait, il avait déjà eu droit au même œil critique de la part de la gente féminine et dans ce genre de moment, le lord aurait prié Naga afin d'avoir des pouvoirs de devins pour lire dans leurs esprits. Ayden pensait toujours que son franc-parler lui jouait des tours en ne se doutant pas, innocemment, qu'on en voulait en réalité à son joli minois marqué par son entrée récente dans l'âge adulte qui a gardé néanmoins quelques petites rondeurs de sa jeunesse. Ironiquement, l'ylissien s'était mit rapidement à faire la même chose avec Adaline à l'instant, non par un instinct primaire de contempler une demoiselle, mais surtout parce qu'elle l'intriguait de par sa courte chevelure. C'était bien l'une des premières nobles qu'il croisait n'ayant pas laissé de la longueur. D'habitude, elles se servaient de cela comme atout supplémentaire afin de plaire au plus grand nombre. Le protégé de Naga était assez indifférent à ce genre de pratique, mais il trouvait juste dommage que son interlocutrice fît ce choix. En fait c'était comme si elle cherchait à s'isoler, à être différente. Ayden la comprenait quelque part, lui aussi l'était. Après tout, c'était un prince n'ayant eu aucune éducation sophistiquée au contraire, il a grandit dans le froid hivernal, la galère, le bruit du fer qui se croisait et les hurlements des guerriers avant un combat. C'était cela, la vie que ce garçon menait avant d'apprendre la dure vérité de son héritage. Du jour au lendemain, sans même n'avoir eu le temps de faire le deuil de l'homme qui l'avait élevé, Ayden a dû prendre ses responsabilités de successeur à l'Exalt que tous le monde attendait depuis des années. Le "Prince Miracle". Tel est le surnom honorable que son père lui avait donné en le serrant fort dans ses bras heureux d'avoir le fruit de son amour avec la femme qu'il avait toujours aimé.

Cependant, basculer brutalement d'un style de vie à un autre était bien plus difficile que ce qu'aurait imaginé l'homme aux cheveux bleutés, en particulier la partie la plus formelle de son apprentissage. Danser était un jeu d'enfant pour le fils d'une artiste de Rosanne, toutefois, le cadre était beaucoup trop éloigné de ce qu'il était vraiment pour totalement se prêter au jeu. Mais le lord le savait; un jour, il y arrivera. Il le fallait, c'est son devoir. Adaline, quant à elle, souriait. Au vu de sa taquinerie, elle ne devait pas s'attendre à ce qu'un homme tel que Ayden déclare ne plus être en état de servir la gente féminine de sa compagnie. Lui-même était surpris de la réaction de la demoiselle et leva un sourcil, perplexe quoiqu'un peu gêné qu'on puisse l'imaginer être un homme à femmes.

- « Oh, vous n'y êtes pas du tout...! A vrai dire, j'aurais préféré me servir de ce verre d'alcool pour terminer définitivement la soirée en m'évadant sous le clair de lune comme nous le faisions actuellement. Vous devez sûrement trouver mon attitude inappropriée, mais je veux pas m'en cacher. Et d'ailleurs, je crois bien que je suis loin d'être le seul. »

En quelques secondes, le Prince d'Ylisse avait déclaré à haute voix ses soupçons découverts avec perspicacité concernant la fille aux cheveux de jais, un sourire amusé aux lèvres et un regard insistant l'air de dire "C'est à vous que je m'adresse". Ce dernier aussi était taquin et ne se retenait pas de le faire lorsque l'occasion se présentait. Suite à cela, la gorgée de la boisson qu'il venait de consommer l'avait bien réveillé pour le coup mais se sentait un peu inculte de ne pas connaitre sa provenance, enfin de s'en souvenir plutôt. Ayden était au moins sûr que cela ne venait pas de Regna Ferox, il en était persuadé. Et finalement, il eût sa réponse : c'était de "l'eau de vie", venant de sa propre patrie, quelque chose qu'il avait goûté grâce à l'un des Veilleurs. Alors que la noble lui donnait des explications, ses iris saphirs se noyaient dans la transparence du liquide, laissant apparaitre un éclatant reflet de lune à la surface. Cette discussion lui faisait comprendre à quel point le protégé de Naga avait encore à apprendre sur sa nation d'origine. Doucement, le lord avait levé à nouveau le nez vers Adaline, le regard presque fuyant de honte.

- « Non non vous avez vu juste, je viens bien du Saint-Royaume. Disons que du sang ylissien et rosanien coule dans mes veines, bien que je n'ai vu le jour dans aucune des deux contrées. C'est...Une histoire compliquée si vous voulez savoir. »


Le lord aurait pu continuer la suite de l'histoire toutefois, il hésita à étaler sa vie privée pour la simple et bonne raison qu'ils ne se connaissaient pas assez. Ayden était une progéniture né d'une union non-officielle, qui aurait dû l'être si l’appréhension de tâcher la réputation de son bien aimé n'aurait pas poussé sa mère à fuir en portant son enfant. Que penserait Adaline à présent si celle-ci le voyait comme un prince illégitime ? Il ne voulait gâcher en aucun cas une aussi bonne compagnie. Son pays commençait peu à peu à l'accepter, mais le protégé de Naga ignorait totalement la mentalité des habitants de Rosanne alors il ne préférait pas prendre le risque. Paradoxal pour un amoureux du danger, néanmoins, le prince savait faire et dire les choses au moment opportun.

- « Si je suis ici, c'est surtout parce que mon père espère de moi pouvoir m'habituer à ce genre de soirées mondaines pour les années à venir, du moins, jusqu'à ce que je lui succède. Je vous avoue que j'en suis loin d'être friand, mais je vois cela comme un devoir en faisant de mon mieux pour combler les attentes de tout le monde. »

Il adressa un sourire rassurant à la demoiselle puis termina en prenant une bonne gorgée qui vida presque le contenu de son verre. Ayden était habitué aux habitudes de breuvage feroxien et par conséquent, n'avait pas fait immédiatement attention qu'il y était allé un peu fort cette fois-ci. Le nobliau avait fini par s'en rendre compte assez rapidement mais sa curiosité envers la jeune femme était plus forte que tout. C'est vrai, cela faisait bien des dizaines de minutes qu'ils discutaient, mais le protégé de Naga ne connaissait encore rien de son interlocutrice. Que cachait-elle sous cette enveloppe délicate ? Il n'y avait qu'un seul moyen de le savoir.

- « Mais assez parlé de moi. Vous êtes native de Rosanne, n'est-ce pas ?  A vrai dire, c'est une région que j'aurais aimé connaitre d'avantage. On raconte que de jour comme de nuit, l'animation ne faiblit pas dans les rues de Viralys et j'ai eu effectivement l'occasion de m'en apercevoir tout à l'heure avec mon compagnon de voyage qui d'ailleurs s'est volatilisé... »

Il termina jetant presque immédiatement un coup d'œil furtif vers la baie vitrée afin de voir à travers s'il n'y apercevait pas Oswald. Rien n'y faire : son protecteur s'était volatilisé. Son lord commençait à croire que cela avait été fait exprès. Puis de toute façon la tête de mule l'avait bien cherché; lui qui criait souvent haut et fort qu'il était indépendant, son vassal l'avait apparemment prit au mot en laissant Ayden en difficulté on dirait ! Légèrement froissé d'avoir été prit en traître, il soupira lourdement, portant ainsi à nouveau son attention vers son interlocutrice qui était fort plus plaisante, dont cette dernière lui faisait par la même occasion subitement oublier ce pourquoi le noble ylissien était irrité à l'instant. C'était assez déroutant de voir qu'Adaline ne le mettait pas mal à l'aise comme le faisaient les filles de bonnes familles. En fait, elle dégageait quelque chose de différent et le prince sentait que ce mur des formalités n'était probablement plus nécessaire.

- « Dites...Est-ce que ça vous dérange si je vous tutoie ? Nous sommes seuls, et je doute que quelqu'un puisse venir en dire dire quoique ce soit. Mais libre à vous, je respecterai votre choix. »

La voix d'Ayden était grave, mais douce et chaleureuse. Il la regardait avec ses yeux bleus profonds en l'attente de sa réponse et bien que le lord ne manqua pas de tact dans sa requête, il ne regrettait rien. Jamais.

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Sam 4 Juin - 19:45
Il était réellement différent de tous les petits nobliaux qu'Adaline avait pu rencontrer. Il avait moins confiance en lui. Ou peut-être avait-elle finit par confondre la confiance en soi et l'égocentrisme. La frontière était tellement infime par ici qu'elle l'avait tout simplement oubliée. Elle espéra un instant qu'il était comme elle. Enfermé dans ce circuit infatigable des convenances et qu'il n'avait juste pas encore eu assez de cran pour s'en défaire. Il n'y avait pas si longtemps que cela, elle virevoltait aussi au bras de n'importe quel beau prétendant pour satisfaire l'arrogance de sa famille. Elle n'était qu'une simple vitrine. Ils avaient pourtant comprit sa différence de par sa volonté à ne pas suivre la mode rosanienne et par sa préférence pour la solitude. Son style vestimentaire n'était pourtant pas de son fait... elle aimait toutefois à penser qu'il sied parfaitement à son caractère. En tout cas, il l'avait bien cernée et son envie de disparaître tout comme elle la rassurait agréablement.

"Ce n'est pas une évasion voyons, juste un moyen de survit. Le mal de tête suit forcément ce genre de soirée et j'avoue préférer qu'il me vienne de l'alcool plutôt que de cette musique assourdissante. Elle semble ne jamais vouloir s'arrêter. Pourtant, elle devient bien plus plaisante en sourdine, loin de toutes ces couleurs vives et de ces mouvements de foule incessants. La nuit est bien plus calme avec ces étoiles immobiles."

Elle donnait rarement un avis sincère sur ce genre de soirée. Mais elle pouvait bien lui accorder cela après tout. Elle semblait l'avoir mis dans une mauvaise posture en suspectant sa provenance et ne voulait en aucun cas froisser son compagnon de boisson. Ce n'est pas comme si elle pouvait se permettre d'en avoir souvent. Les rares personnes à s'y être risqué avaient très vite compris qu'ils n'auraient pas des sujets de conversations plaisants en sa présence. Elle n'était pas du genre à peser ses mots lorsqu'elle se retrouvait en tête à tête. C'était un moyen de se protéger contre leurs attentes. Elle ne souhaitait pas avoir d'attache à ce pays, elle voulait le quitter dès que l'occasion s'en présenterait. Aussi, quand Ayden lui avoua avoir du sang rosannien dans ses veines, ses muscles se raidirent légèrement. Sa seule consolation était évidemment qu'il n'avait pas été éduqué sur ces terres, il n'avait donc certainement pas acquis cette mentalité rigide envers les rebuts de la société.

Elle eut toutefois un léger sourire lorsqu'il lui avoua ne pas se sentir à sa place en ces lieux. Cela se voyait comme le nez au milieu de la figure mais le fait qu'il lui avouât de lui-même la détendit légèrement. Elle but une autre gorgée de la liqueur et se retrouva le verre vide une nouvelle fois. Elle hésita à le remplir au risque d'oublier la conversation à venir. Avec un sourire, elle finit par reposer son verre sur le plateau. Pas besoin de cette boisson pour faire passer le temps plus vite puisqu'un charmant jeune homme l'avait rejointe au clair de lune. Dit comme cela, Adaline aurait pu se croire dans un conte de fée. Elle émit un léger rire qu'Ayden ne comprendrait certainement pas, mais tout ce qui était pensé sous les effets de l'alcool n'était certainement pas judicieux à dire à haute voix. Et puis, il venait tout de même de lui avouer ses responsabilités. Ce n'était pas réellement une chose aisée dans ce genre d'endroit. On ne parlait pas d'obligations, devant toujours être ravi d'être présent.

"Heureusement que vous vous trouvez ici cela dit. La Lune se serrait une nouvelle fois moquée de moi à rester seule en plein tumulte, à faire comme si je m'intégrais réellement. Généralement après quelques verres, j'arrive à faire comme si la soirée me plaisait et retourner auprès d'eux. Mais votre présence me permet cette fois de m'éclipser pour de bon."

Ces paroles devaient avoir quelque chose de gênant. Adaline le décelait maintenant qu'elle venait de les prononcer. Tant pis, une autre chose à mettre sous le joug de l'alcool. Il avait bon dos ce soir décidément... Mais Ayden avait fini par changer de sujet. Elle n'était toutefois pas du genre à se confesser, pas plus que lui. Elle ne voulait toutefois pas le froisser à répondre trop froidement. Après tout, elle avait réussi à cacher pendant 19 ans de sa vie qui elle était vraiment. Ce n'était pas quatre verres d'eau de vie et une magnifique soirée qui allait réussir à faire tomber sa garde. Instinctivement, elle remonta ses barrières, arrêta de sourire comme une godiche et se redressa comme une reine. Le maintien ne faisait pas tout, mais il offrait une certaine prestance qui ne passait pas inaperçu, même à l'oeil du roturier le plus bas de la société. Elle n'aimait pas forcément recourir à ces moyens, mais elle en avait pris l'habitude à force de vivre parmi les nobles. C'était simplement sa manière à elle de se protéger.

"Je viens effectivement de Rosanne. Je n'ai pas mis les pieds dans un autre pays depuis ma naissance. La parfaite petite marquise bien éduquée."

Elle lâcha ces derniers mots sèchement. Aucune once de méchanceté ne perçait dans sa voix, juste du remords et un soupçon de rancune. Ses parents lui avaient volé sa vie, et pensaient encore la maîtriser maintenant que son petit frère était né. Elle espérait juste sincèrement qu'ils se trompaient. Elle s'était laissée deux ans pour partir loin d'ici. À sa majorité, personne ne pourrait rien lui dire. Elle n'aurait qu'à briser son appartenance à la lignée d'Escrots d'Estrée qui de toute façon n'était pas forcément valable. Elle se rappela toutefois l'endroit où elle se trouvait actuellement et laisser ses rêves vagabonder ne lui servirait à rien. En plus sa compagnie ne méritait certainement pas qu'elle laisse sa morosité prendre le dessus sur leur entretient. Elle avait habituellement l'alcool joyeux, autant qu'elle en profite pour faire passer une agréable soirée à Ayden.

"Désolée mais au niveau des convenances, je dirais qu'il serait plus approprié de continuer le vouvoiement. Je ne serais pas contre l'abandonner croyez-moi, mais c'est une habitude que j'ai prise, et j'ignore même si j'arriverais à la perdre."

Observant le flot continu de la danse, les yeux d'Adaline s'embuait déjà. Il était encore trop tôt pour se mêler aux nobles. Elle se retourna alors vers le balcon, marchant le plus élégamment possible vers la rambarde pour observer les étoiles.

"Je me demande parfois s'il serait possible d'en atteindre une. Elles me font l'effet de milliers de capitales grouillant de monde dans une contrée lointaine. On dit que la terre est ronde, alors pourquoi nous est-il impossible de voyager à la verticale et de toujours devoir se cantonner à l'horizontale?"


C'était une pensée étrange qui lui venait à l'instant. Adaline passerait certainement pour une idiote d'avoir exprimé une telle pensée à voix haute. La jeune femme ne s'intéressait pourtant pas particulièrement aux sciences, les trouvant trop restrictives à son goût. Comme si une chose devait être vu d'une telle manière et non d'une autre. La pensée ne peut pas évoluer si tout est écrit au fer rouge. C'était comme pour les rosanniens, incapable d'évoluer en un millénaire d'existence. Toujours aussi étroits d'esprits. C'était le seul point positif de sa partie Laguz. Au moins elle voyait les choses différemment, moins inaltérables disons. Et cet Ayden prouvait bien sa vision des choses. Les soirées mondaines n'étaient pas la seule occupation que l'on ait donnée aux hommes. Si autant de peuples existaient, c'était certainement pour leur permettre de trouver le réel but de leur existence. On ne pouvait pas naître sans but à atteindre. On pouvait évidemment se les fixer au cours de notre vie, certains étaient d'ailleurs plus ambitieux que d'autres. Adaline souhaitait simplement trouver sa place pour le moment. On verrait ensuite quel chemin elle serait amenée à prendre.

Ayden
avatar

Messages : 289
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t22-ayden-the-forgotten-heir

Feuille de personnage
Classe: Combattant
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Epée de bronze
3Epée de verre
4Potion
5Potion
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Mar 7 Juin - 5:22
Ayden n'aurait jamais imaginé croiser - ou du moins aussi rapidement - quelqu'un ayant une aversion pour le monde superficiel de l’aristocratie. Il ignorait un tel rejet de sa part, ou peut-être serait-ce aussi ce monde qui la rejetait aussi ? La tête couronnée qu'il était ne pouvait pas se mettre à sa place; mais il savait à quel point la noblesse pouvait être cruelle. Oh que oui. L'expérience dans son propre pays lui a suffit. Les regards noirs, les murmures dans son dos...Depuis qu'Ayden fût officiellement déclaré l'héritier d'Ylisse et prétendant au trône, c'est ce que le lord subissait quasi quotidiennement. Que cela soit dans sa propre famille, dans son entourage, dans la rue même ! "Vous voyez ce garçon là-bas ? On dit que le Roi à eu une aventure extra-conjugale avec une gueuse parce qu'il ne pouvait pas avoir d'enfant avec Son Altesse la Reine !" ou "Quel scandale ! D’où il sort ?! On ne va quand même pas obéir à ce rejeton !". Le jeune homme essuyait les commérages à son sujet, heureusement encore l'Exalt le soutenait et mettait un point d'honneur à ce que l'on respect sa décision mais surtout son fils. Mais parfois, Ayden en était même venu à se dire s'il n'aurait pas dû taire son appartenance en restant à jamais à Regna Ferox sauf... Qu'il allait priver son véritable père d'un espoir d'avoir un digne successeur capable de porter l'héritage des plus grands qui ont habités jadis ces terres. Un tel pression lui donnait juste envie de parfois s'isoler pour faire le vide et c'est en cela qu'Ayden pouvait comprendre la justification d'Adaline quant à sa présence à l'extérieur, alors que les deux devraient être à l'intérieur à suivre à honorer leur présence par une danse gracieuse et millimétrée.

- « Un moyen de survie ? Aah...Vous m'en direz tant. Je n'ai jamais trop aimé la foule non plus...Ce type d'ambiance du moins. Le ciel étoilé me parle d'avantage, j'ai toujours la sensation d'y trouver à chaque fois une nouvelle histoire. Un monde ou il est facile de s'oublier un temps soit-il et de faire le vide dans son esprit. »

Suite à l'exagération de son interlocutrice quant au fait de fuir le tumulte l'avait fait rire sur l'instant, avant de lever le nez vers le somptueux spectacle de la vie nocturne, le regard soudainement amplis de nostalgie. Des bribes de souvenirs lui vint en mémoire; dans son village natale non loin de Ferox, le petit prince âgé de quatre ou cinq ans était assit sur les genoux de sa jeune mère, à la longue chevelure claire et aux magnifiques yeux émeraudes, cette femme qui l'avait portée en son sein alors qu'elle n'avait pas encore atteint sa dix-septième année. Une couverture recouvrait leurs deux corps frêles, pendant qu'ils observaient tous les deux le ciel. Ayden se souvient encore de cette chaleur maternelle qui l'enveloppait. Une chaleur qui depuis longtemps lui a manqué et lui manquait toujours. Son cœur pleure encore de sa disparition bien qu'elle vit encore au fond dans sa poitrine, dans son sang et dans son esprit à tout jamais. D'ailleurs, le lord s'était promit que le jour où il deviendra parent à son tour, jamais il ne laissera ses enfants souffrir d'un tel manque. Toutefois, le sujet même le dépassait encore et ne faisait pas parti de ses principales préoccupations. Sans compter que Ayden ne s'était encore jamais épris de quelqu'un en particulier : en somme, il naviguait encore dans une espèce d'innocence qui le rendait encore plus attachant.

La douce voix d'Adaline le ramena finalement sur Terre. Elle eût droit néanmoins à un visage noble dont les joues était légèrement teintées de rose dû à sa déclaration. Cette dernière venait de dire que la compagnie du prince lui était gratifiante et agréable. Lui-même pensait la même chose, mais sa timidité le faisait réagir un peu trop excessivement lorsqu'on lui faisait un compliment ou autre.

- « Hmm...Je ne sais pas comment le prendre, je suppose que je dois être flatté...? E-enfin je veux dire, si vous vous sentiez seule, j'ai bien fait de rester alors. »

Ayden perdit un peu ses moyens et dans la panique, il eût une envie soudaine de boire le fond de son verre, qu'il posa ensuite à côté de la carafe après avoir vidé intégralement son contenu. En tout cas, ce n'était pas l'alcool qui lui montait à la tête, ou alors la liqueur était plus forte qu'il ne l'avait imaginé ? Pas sûr. Le lord s'est ressaisit assez rapidement, comprenant que son hypothèse quand au fait qu'Adaline soit issue de Rosanne fût avérée. Cependant, le prince avait bien ressentit sa frustration quant au fait de n'avoir jamais vu du pays. Elle lui rappelait Emilien sur ce point-là, qui rêvait depuis tout petit de quitter le royaume enneigé et découvrir le monde : c'était maintenant chose faite. A la différence que son demi-frère ne venait pas d'une illustre famille.

- « Vous n'en avez jamais eu l'occasion ? Pas une seule ? Je commence à comprendre pourquoi vous semblez avoir le mal du pays. »

On sentait dans son expression et dans le ton de sa voix que Ayden était peiné par la situation. Etre enfermée dans une cage dorée sans pouvoir prendre son envol devait être difficile pour elle. Le lord pouvait s'estimer chanceux d'avoir un géniteur qui faisait suffisamment confiance en ses capacités pour ne pas lui imposer à chaque sorties une escorte, à part à titre exceptionnel tel qu'aujourd'hui, vu que le but était de mettre parfaitement en pratique les formalités et bonnes manières qu'on demandait à quelqu'un de son rang de connaitre. Et ce rôle, c'est Oswald qui devait s'en charger. S'il était présent, il n'aurait jamais laissé son lord demander à une Dame de faire l'échange du tutoiement par exemple, ce que venait de faire Ayden ! Ce dernier avait d'ailleurs écopé d'un refus et il en avait eût honte. Pourtant, cela le mettait plus mal à l'aise de vouvoyer une personne d'environ son âge car étant contraire à ses habitudes d'antan, mais il fallait qu'il fasse avec. C'était ainsi.

- « Ce n'est pas grave, je ne peux pas vous y obliger. »

Bercés par la mélodie de la nuit, le garçon rêveur qu'il était avait rejoint sa comparse à se perdre à nouveau dans ce cadeau qu'offrait les astres lumineux qui scintillaient dans le ciel.

- « Hé bien, lorsque j'étais petit, je croyais plutôt que les étoiles allaient un jour nous tomber sur la tête et que la lune me suivait où que j'aille. Puis pour me rassurer, ma mère me contait qu'elles représentaient chacune l'âme des héros ayant jadis existés et qu'ils veillaient constamment sur nous. Et que si l'on souhaitait quelque chose très fort, ce vœu finirait un jour par s'exaucer. »


Un sourire chaleureux aux lèvres, son attention se porta sur la demoiselle aux cheveux de jais.

- « Tenez, essayez. Pensez à un souhait dont vous aimerez qu'il se réalise mais ne me le dites surtout pas, sinon cela ne marchera pas ! »


Et alors que tout se passait pour le mieux, le bruit de la porte menant au balcon se fit entendre.

- « Ah Prince Ayden, vous êtes-là ! Je vous ai cherché partout !

Cette voix lui était pire que familière. Et lorsque le lord se retourna, aucun doute possible : c'était Oswald, son vassal attitré. Ce preux chevalier issu d'une longue lignée de serviteur de la Sainte-Lignée depuis des lustres. D'ailleurs, ce dernier en remarquant la jeune femme fit une révérence en s'inclinant, une main devant et une main derrière.

- « Bonsoir, Mademoiselle Adaline. Excusez-moi du dérangement. »
- « Tu me cherchais partout ? C'est plutôt à moi de dire ça ! » Plansantait doucement le fils de l'Exalt.

Mais le vassal, lui, n'avait pas l'air d'être de cet avis

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Mer 8 Juin - 0:24
Un léger rire monta de la gorge de la marquise. Ses cordes vocales n'y étaient pas vraiment habituées, mais le comportement si peu orthodoxe d'Ayden les obligeaient à s'activer. Elle ne pu alors s'empêcher de le laisser sortir et le bruit qu'il produisit l'étonna. C'était la première fois qu'il ne sonnait pas faux. C'était exactement le genre de rire communicatif qui emplissait une pièce de joie pour le simple fait de l'avoir entendu. Alors qu'Adaline comptait une nouvelle fois taquiner son interlocuteur, elle se figea sur place, abasourdie. Cette sorte de transe ne dura que quelques secondes toutefois et un sourire incontrôlable orna les jolies lèvres de la jeune femme. Décidément, cette soirée était prometteuse. Elle ne s'était jamais laissée aller en société de cette manière. Même auprès des son unité, elle n'osait tout simplement pas se lier. Peut-être le fait que cet homme était une connaissance d'un soir lui apportait un certain réconfort. Ils ne se verraient certainement jamais plus après ça, il pouvait bien la juger, personne n'en saurait rien.

Cette étrange proximité qu'ils partageaient en étant de parfaits inconnus était exaltante. C'était une découverte que n'engageait à rien et permettait à ses envies de s'évacuer. Il paraîtrait que renfermer trop de désirs en un seul corps pouvait engendrer une folie chronique en vieillissant. Il était bon qu'au bout de 19 années d'existence, Adaline pu se libérer légèrement.

"Ce n'est pas que je n'apprécie pas la foule, au contraire! Lorsque je suis de garde au marché, j'adore me retrouver au centre de cette hystérie collective et me perdre dans les conversations anodines des habitants, je me sens invisible. Ici, tout le monde fait attention à tout. À partir du moment où l'on pose un pied dans le hall d'entrée, les rumeurs prennent vie et vous devez vous contenter d'y participer. Et bien sûr que vous pouvez être flattés, si c'est ce que vous souhaitez évidemment! Vous savez que l'on ne se sent réellement flatté que par les remarques des personnes que l'on apprécie? Alors, je vous remercie d'être flatté par mes dires."

Cette fois la jeune femme ne cherchait plus à s'enfuir par de mornes réflexions trop philosophiques pour permettre de connaître réellement son interlocuteur. Elle n'avait pas mentit, elle appréciait réellement sa présence. Il semblait si innocent et gêné de se retrouver dans un tel endroit qu'Adaline se sentait irrémédiablement proche de lui. Il ne semblait pas y avoir de filtres à ses mots et si elle avait bien compris son histoire, cela s'expliquait simplement par son inexpérience en société. Dans quelques années, peut-être serait-il comme un poisson dans l'eau et qu'elle ne le reconnaîtrait plus... enfin pour cela, il faudrait déjà qu'ils se revoient un jour. En réfléchissant à ses paroles, un peu de rouge vint teindre ses joues et son sourire se fana. Même si elle ne comptait pas le revoir, elle venait de lui en dire trop sur elle-même. Elle lui avait tout de même avoué à demi-mot faire partie de la garde royale de Rosanne, ce n'était pas rien comme indice. Elle ignorait exactement pourquoi elle ne voulait pas qu'il connaisse réellement sa maison, mais peut-être était-ce ce mystère entre eux deux qui rendait la discussion si intéressante. S'il apprenait son appartenance à la famille d'Estrots d'Estrée, son comportement pourrait être radicalement différent, et c'était out ce qu'Adaline redoutait. Au moins pour le moment se contentait-il de question anodines et non de flatteries insipides.

"Non je ne suis jamais sortie de ce pays... rassurez-vous il y a tout de même énormément de choses à y faire, mais j'ai beau le visiter de fond en comble, je n'ai pas l'impression d'en faire partie. Vous voyez ce que je veux dire?"

La jeune femme ne su toutefois que répondre à sa frustration. Elle n'osait pas passer la barre du tutoiement. Elle pensait s'en sortir capable mais cela signifierait qu'elle tenait réellement à cette personne et elle ne pouvait tout simplement pas s'y résoudre. C'était certainement idiot, mais elle était persuadée que si quelqu'un découvrait son secret, d'autant plus une personne proche d'elle, il la fuirait le plus rapidement possible. Si Adaline commençait à le tutoyer, cela voudrait dire qu'il y aurait une possibilité pour qu'ils restent en contact par un envoie régulier de missives. À partir du moment où il quitterait cette soirée, il deviendrait tout simplement un ami-fantasme. La bonne nouvelle était qu'il ne risquait pas de découvrir sa condition d'hybride, mais à quoi bon se dire ami dans ce cas? Elle savait pertinemment que la grosse moitié du problème venait d'elle et de son peu de confiance en l'humanité. Mais ce n'est pas parce qu'elle était légèrement alcoolisée que certains de ses principes allaient se perdre.

Ce fut toutefois un sourire rêveur qui adoucit son visage en entendant Ayden parler des étoiles. Il parlait de croyances, de mythes. Mais le fait qu'il les suivaient depuis son enfance rendait la situation particulièrement émouvante. La jeune femme se prit à vouloir voir par ses yeux à lui. Elle était persuadée qu'elle y verrait un monde complètement différent du sien. Tout le monde n'a pas la même perception des choses et Adaline était tellement habituée à celui qui l'entourait qu'elle était sûre de ne plus savoir en profiter. L'optimisme, l'espoir, voilà ce qui lui faisait particulièrement défaut. Le jeune homme quant à lui en semblait remplit et la marquise eu un pincement au coeur ne pas pouvoir ressentir cela. Le sourire chaleureux qu'il lui accorda chassa pourtant toutes peines et elle se prit au jeu de l'exercice qui lui donnait. Levant lentement le visage vers le ciel, elle choisie l'étoile qui lui semblait la plus brillante et ferma les yeux pour faire un voeux. Elle resta quelques minutes dans cette position puis se contenta de les ouvrir et d'observer une nouvelle fois son compagnon, une lueur de malice dans le regard.

"Voilà, c'est fait! J'espère que vous avez vu juste et que ce voeux en particulier se réalisera."

En entendant des pas derrière elle, Adaline se figea. Cette si belle soirée semblait devoir être compromise et elle n'avait aucune envie de retomber dans sa réalité. Lorsque l'inconnu s'adressa à Ayden, le visage de la jeune femme se décomposa. Le PRINCE Ayden? C'était donc lui le fameux bâtard de l'Exalt actuel qui ne connaissait rien à la diplomatie et à la manière de se tenir? Il était vu comme un arriviste, idiot, rude et inculte par les dirigeants de Rosanne mais ils n'avaient pas pu s'empêcher de l'inviter à l'un des bals les plus impressionnant de l'année. Ils devaient être servit avec toutes les danses qu'il avait enchaîné ce soir. Ils avaient eu tout le matériel nécessaire pour lui bâtir une réputation ridicule. L'envoyant danser avec les filles les moins côté du pays. Ce n'est que lorsque l'inconnu s'adressa à elle par son prénom que la marquise se rendit compte des ongles qui rentraient dans sa paume. Elle détestait lorsque ces nobles alimentaient des injustices lancées par un pays voisins. Si l'Exalt pensait confier le trône à cet homme, c'était certainement parce qu'il le méritait! Le pire dans tout ça était certainement que le jeune homme ne se doutait pas qu'il allait être observé au millimètre près par ces hyènes. Adaline n'avait qu'une chose à faire pour restaurer l'honneur du jeune homme et elle tourna sa langue sept fois dans sa bouche pour se donner assez de courage et être sûre de ne pas faire une erreur monumentale.

"Excusez-moi monseigneur, sa disparition est entièrement ma faute. Je l'ai amener à l'écart pour l'entretenir d'une chose très importante. Je conviens toutefois que son absence à cette soirée risque d'être mal vue par mon royaume. Ne vous en faites pas, nous allons nous contenter de continuer cette discussion pendant une danse."

La marquise détestait danser. Par dessus tout.Elle se considérait comme gracieuse, voire même excellente interprète, mais la plupart des partenaires qu'elle avait eu l'occasion d'avoir ne faisaient qui parler de sujets inutiles et de lui marcher sur les pieds. Rien de bien glorieux. Toutefois, le fait de danser avec le prince l'inclurait officiellement dans le cercle fermé des ducs dirigeants de Rosanne et elle n'aurait qu'à assaisonner le tout d'une rencontre avec ses parents pour que son honneur soit sauf. La jeune femme le traîna alors sur la piste, comme s'il s'agissait de la seule chose qu'elle avait toujours voulue. Une fois tous deux en position, Adaline lui murmura une petite remontrance en attendant le début de la musique.

"Vous êtes un prince! Vous auriez pu me le dire! Jamais je ne vous aurais laissé me parler aussi familièrement! Il y a certaines choses à ne pas faire lorsque l'on est dans votre position comme faire défaut à son hôte trop longtemps. Maintenant concentrez-vous sur les pas pendant que j'observe l'assemblée. J'espère que ce rattrapage de justesse sauvera votre réputation et que l'on se souviendra autrement de vous que comme un bellâtre mal éduqué."

La musique n'avait pas encore repris et la marquise en profita pour sonder la salle. Évidemment, tout le monde était abasourdis que la fille d'Estrots d'Estrée se prépare à danser avec le prince d'Ylisse. Sa famille était assez respectée pour que plus personne ne rabaisse leur invité de marque pour la soirée. Une fille dansant avec un homme implique l'accord implicite du père de celle-ci. Son père adoptif étant donc censé donné sa bénédiction, il plaçait Ayden sous sa protection. Plus question de dire du mal de lui en ce cas, c'était une chose arrêtée.

Ayden
avatar

Messages : 289
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t22-ayden-the-forgotten-heir

Feuille de personnage
Classe: Combattant
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Epée de bronze
3Epée de verre
4Potion
5Potion
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Mar 14 Juin - 23:06

Il n'avait pas tort. C'était bien des compliments que Ayden venait de recevoir, indirectement bien sûr. Tous les deux avaient apprécié cet échange on dirait, donc il n'y avait aucune raison de s'inquiéter quoique, l'alcool dans sa fourberie n'était pas non plus innocent et embrumer un peu les esprits était sa spécialité. Ce que le Prince d'Ylisse trouvait dommage était ce mur que l'aristocratie leur imposait. Une barrière qui les empêchait d'être eux-mêmes en fin de compte. Encore, le lord avait l'occasion de voir des endroits qu'il n'avait jamais vu auparavant mais Adaline, c'était comme si elle vivait dans une cage dorée depuis toujours sans pouvoir prendre son envol. Cela l'attristait profondément au fond, d'ailleurs, il avait cru voir à cet instant une once de mélancolie dans le regard caramel de la demoiselle de Rosanne.

- « Je...J'imagine oui. »

Il ne su quoi répondre d'avantage. Ses mots étaient subitement devenus amers. Ayden avait bien quelque chose à lui proposer mais son fiasco précédent le fit réfléchir à deux fois; de toute façon, ce qui était perché au dessus de leur tête possédait une présence suffisante pour être apaisant. Alors qu'Adaline faisait son vœu, le lord l'observait silencieusement d'un œil attentif, espérant de tout cœur que son malheur puisse disparaître, si c'était ce qu'elle avait souhaité parce que lui l'ignorait et ne le saura sûrement jamais.

- « J'espère aussi. Il suffit d'y croire et votre vœu se réalisera. Cela peut vous paraître utopique, et ça l'est, mais je me dis qu'en restant positif les choses iront déjà beaucoup mieux ! »

Son sourire reflétait sa sincérité. Néanmoins, l'arrivée d'Oswald avait considérablement brisé cette sérénité et surtout, gâché leur tête à tête. Sans surprise, le seigneur se fit réprimander par son second alors que son dernier le prenait à la rigolade bien qu'il n'y avait pas lieu d'être : Ayden était en tort et il le savait très bien. Ce qui ne passait pas très bien, en revanche, était que la jeune femme puisse le couvrir. Le lord appréciait ce geste mais ne voulait pas que cela en pâtisse sur la rosanienne.

- « Vous n'avez pas à vous excuser Adaline, j'assume pleinement mes responsabilités n'ayez craintes.» Déclara-t-il, posant délicatement sa main sur le bras de la noble puis se tourna vers son ami, les sourcils froncés « Oswald, j'étais fatigué et je suis sortit prendre l'air, je ne vois pas où est le problème. »

Le ton de sa voix avait drastiquement changé. On y sentait une certaine autorité, concordant avec l'expression renfrognée qu'il arborait sur le moment.

- « Vous fuyez, voilà le problème. Ne soyez pas offensé mon seigneur, je ne fais que mon devoir en vous disant si votre conduite est correcte ou défaillante et ce que vous venez de faire n'était pas des plus appropriés ! »

Le fils de l'Exalt brûlait intérieurement de rétorquer quelque chose qui comme d'habitude, n'était pas forcément en accord avec la façon d'agir de son vassal dont celles-ci étaient souvent à l'encontre de ses décisions. Deux têtes de mules pareilles, ça donne des étincelles ! Ayden ne savait pas si c'était leur âge relativement proche ou le caractère d'Oswald qui a fait que le Saint-Roi ai choisit le chevalier pour veiller sur son fils mais autant dire que ce duo, c'était quelque chose lorsque les deux s'y mettaient ! On aurait dit que Adaline avait sentit que le ton pouvait monter entre les deux hommes puisque sans attendre une seconde de plus, cette dernière se saisit du poignet du Prince d'Ylisse afin de le traîner sur la piste, coupant ainsi court à cette futile prise de tête. Et les voilà de retour dans l'univers impitoyable de l'aristocratie. Dès leur entrée sur la piste, Ayden avait l'impression de sentir plusieurs paires de yeux sur leurs personnes et avant même d'avoir eu le temps d'être mal à l'aise vis à vis de cela, il s'est retrouvé face à la demoiselle, proche, très proche, dans une distance idéale pour pouvoir danser correctement sans se marcher sur les pieds. Il écoutait ses sermons oswaldiens et de manière inattendue, l'homme à la chevelure bleutée s'est mit à sourire. La musique n'était pas encore lancée, alors celui-ci en profitait pour pouvoir justifier ce qu'on lui reprochait avec son compagnon ylissien qu'il apercevait un peu plus loin, observant son lord d'un oeil inquisiteur.

- « Si je vous avez dit que j'étais un prince, aurions-nous eu l'occasion de discuter comme nous l'avons fait ? Je ne pense pas. Corrigez-moi si je me trompe, mais cela vous a fait du bien de pouvoir partager ne serait-ce qu'un peu de votre solitude, non ? Je suis conscient que la réputation de nos deux familles est en jeu et que par conséquent, je ne puisse refuser d'aller au bout des protocoles avec vous. Faites-moi juste le plaisir de vous détendre, je me charge de tout. Ne vous en faites pas...La danse est dans mes cordes. » Chuchotait doucement Ayden dans le creux de l'oreille de la jeune femme.

Il recula ensuite, attrapa délicatement la main d'Adaline, la baisa dans les règles de l'art en se baissant légèrement et mêla ses doigts avec les siens. Dernière étape : poser sa main de libre venant épouser une des hanches de la demoiselle de Rosanne, ce qu'il fit, légèrement tremblante dû à sa timidité qui refaisait peu à peu surface. Il avait d'ailleurs remarqué ultérieurement que la jeune femme était d'avantage vêtue que les autres, mais n'y porta pas plus d'importance sur ce détail.

- « Etes-vous prête mademoiselle ? »

Ayden avait demandé à sa cavalière de se détendre, cependant, l'on aurait bien dit que c'était le Prince qui en avait le plus besoin visiblement. Ce dernier attendait la première note annonçant aux danseurs le départ de leur valse et lui le faisait avec un certain inconfort. Pas que le descendant de Marth n'appréciait pas la femme en face de lui, au contraire, c'est parce qu'il la trouvait fort sympathique qu'il en perdait d'autant plus ses moyens dans une situation pareille. Une musique jouée par du violon leur parvint finalement jusqu'aux oreilles et tous les hommes composant les couples ouvrirent le bal dont la personne la plus importante de la soirée. Et malgré le stress, l'ylissien savait parfaitement ce qu'il faisait.

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Dim 19 Juin - 17:11
Adaline continuait d'observer les alentours du coin de l'oeil, espérant localiser ses parents dans la foule. Apparemment, ils n'avaient pas encore remarqué son entrée triomphale sur la piste de danse au bras du prince d'Ylisse, elle ne voyait pas leurs visages tournés vers eux. La jeune femme écoutait d'une oreille distraite la réplique que son compagnon lui servait. Il s'agissait réellement d'enfantillage. Il ne devait pas avoir très bien compris la place de la jeune marquise dans cette société. Elle aurait au contraire appréciée être en sa compagnie pour ce qu'il était. Évidemment, elle ne se serait peut-être pas autant confiée à cet invité de marque, mais elle avait sentit en lui ce même sentiment de ne pas appartenir au même monde que celui où ils se trouvaient actuellement. Elle appréciait toutefois son assurance pour mener leur prochaine danse. Peut-être était-il finalement fait pour ce rôle après tout. Laisser les rênes au sexe opposé n'était pas réellement le genre de chose qu'Adaline recommandait toutefois. Il arrivait toujours un moment où leurs belles assurances pour mener les choses à bien leur faisait défaut, que ce soit par manque de concentration ou tout simplement par incompétence totale. Elle était donc particulièrement curieuse de voir ce jeune homme aux commandes de cette danse, dans un pays dont il ignorait tout des coutumes.

Elle fut tout d'abord surprise du baise-main qu'il lui octroya. C'était un bon point pour prouver à l'assembler qu'il respectait sa cavalière et qu'il dansait par choix, non par obligation. Mais en pensant aux danses qu'il avait accomplit plus tôt dans la soirée, Adaline espérait réellement qu'il s'était comporter de la même manière, histoire de ne pas froisser l'ego des autres nobles présents. Elle reporta donc son attention sur lui, au moment où il positionnait ses mains sur son corps. La jeune femme pouvait sentir la chaleur de ses paumes à travers le tissus qui glissait légèrement de son emplacement d'origine et un léger frisson la parcourut. Le bras qu'il l'entourait exerçait une légère pression indiquant la confiance d'Ayden. Elle se contenta toutefois de placer méthodiquement sa propre main sur l'épaule de son cavalier, son bras reposant sur son biceps et se rendit compte réellement de leur différence de taille. Leurs mains libres vinrent alors s'enlacer et la jeune marquise observa une dernière fois le regard de son partenaire avant que les premières notes de musique ne s'échappent des violons. Son coeur battait à tout rompre, espérant que cette fameuse main qui la tenait ne sentait pas les plumes présentent sur l'arrière de sa hanche, espérant qu'elle n'avait pas perdue la main à force d'éviter les invitations à danser comme la peste et espérant par dessus-tout que son cavalier était meilleur que les précédents partenaires qu'elle avait eu. Elle prit alors une profonde inspiration et souffla légèrement avant de répondre à la question d'Ayden, fixant son regard dans le sien.

"Prête Votre Altesse! Voyons si vous êtes aussi doué que vous le dites."

Elle avait sourit à cette dernière pique qu'elle lui lançait. Elle n'était toutefois pas destinée à le déstabiliser, mais plutôt à le mettre au défi de donner le meilleur de lui-même. C'était bien la première fois qu'elle ressentait un tel enjeu dans une danse et la pression l'obligeait à rester concentrée. Les dernières traces d''alcool dans son organisme semblait avoir totalement disparues et elle espérait ne pas être trop maladroite. Le son des violons parvint à ses oreilles et les danseurs s'activèrent en symbiose. Une simple valse avait imposée son rythme à l'ensemble de la salle, même les conversations se faisaient moins bruyante. Les pieds d'Adaline bougeaient automatiquement. Un peu raides au début de la musique, elle avait finit par se laisser entraîner par les mouvements que lui imposait Ayden et ne se rendait pas bien compte du temps qui passait. La musique restait bourdonner aux oreilles de la marquise mais ce n'était pas seulement les notes qui lui indiquait quoi faire. Elle suivait comme instinctivement les pas du prince. Il n'avait pas menti après tout, c'était un très bon danseur. Enfin c'est du moins ce qu'il semblait à Adaline comparé à ses anciens partenaires. Elle savait toutefois que le ressentit d'une personne en pleine action n'est pas forcément le même que l'avis des personnes extérieures. Mais après tout, à quoi bon s'inquiéter de ce que pense les autres lorsque l'on se sent parfaitement sereine et à sa place? C'était bien la première fois que la jeune femme ressentait ça, et elle essayait tant bien que mal de redescendre sur terre.

"Je dois avouer que vous m'impressionnez. Je ne m'attendais pas à une telle aisance de votre part..."

1, 2, 3 ... 1, 2, 3 ... Le rythme précis de la musique se fondait petit à petit dans son air entraînant, faisant oublier à Adaline d'y penser. Elle se laissait tout simplement emportée. Mais tourbillonnant sans s'arrêter, la jeune femme essayait de discerner ce que la foule pensait de leur duo. Elle avait pourtant bien du mal à se concentrer sur autre chose que sur l'instant présent. Ce n'était pas que les pas étaient particulièrement complexes, simplement que son attention était tournée vers la seconde près sans pouvoir réfléchir à quoique ce soit d'autre, même les conséquences de ses actes. Peut-être qu'elle laissait trop paraître son enthousiasme aux spectateurs... et alors? C'était une sensation étrange de ne pas pouvoir s'inquiéter de l'avenir, de simplement profiter de l'instant. Elle qui était habituée à se triturer les méninges pour savoir qu'elle position serait préférable à adopter dans telle ou telle situation, elle se rendit compte qu'elle s'en fichait éperdument. Sa robe volait, ses cheveux si bien serrées commençaient à se défaire et le rouge de ses joues prouvait pourtant à quel point elle aimait ça. À la fin de la danse, son apparence laisserait probablement à désirer, mais elle n'y pensait pas encore tout à fait. Elle se soustrayait à la musique et à la direction douce mais ferme de son partenaire. Le paysage semblait défiler à une vitesse folle autour d'eux et Adaline sentait que s'il lui prenait de regarder ailleurs, elle risquait d'avoir un haut le coeur. Il serait inadmissible de percer la bulle dans laquelle ils se retrouvaient à présent. Elle ne comprenait pas bien le sens de cette impression, mais même si son esprit divaguait, ne plus sachant très bien à quoi se fier, son corps persistait dans cette danse apparaissant, à ses yeux, comme éternelle.

Ayden
avatar

Messages : 289
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t22-ayden-the-forgotten-heir

Feuille de personnage
Classe: Combattant
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Epée de bronze
3Epée de verre
4Potion
5Potion
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Ven 15 Juil - 3:39

Là, Ayden ne pouvait plus faire machine arrière; perdre la face et causer d'avantage n'ennuie ? Ce n'était pas concevable, surtout pour sa cavalière. Allez danser n'était pas la fin du monde ! D'autant plus qu'Adaline semblait disposée à suivre et à faire une confiance aveugle au prince quant à ses talents. Cela lui avait fait plaisir, le sourire qui se dessinait sur ses lèvres en était le témoin. Évidemment, l'important était surtout de remplir au maximum les attentes de la marquise et celles des autres. Ils n’attendaient que les premières notes jouées pour commencer à se mouvoir; l'homme du duo avait bien entendu pour rôle d'ouvrir la danse et il le fit naturellement, avec brio. Mais Ayden ne disait pas un mot. Le jeune homme observait méticuleusement les traits délicats de la demoiselle jusqu'à réaliser à quel point cette scène lui paraissait pire que familière. Une rencontre, un passage à l'extérieur, une valse partagée avec une noble plus intéressante que les autres à ses yeux. Le bougre se souvenait de sa première soirée mondaine à Valm, il y a plus de deux mois. Dans son ennui, le Prince d'Ylisse avait croisé le chemin d'une Dame spéciale qui était totalement tombée sous le charme de l'ylissien. Ce dernier n'avait d'ailleurs jamais cru cela possible et pourtant, les lettres enflammées qu'il avait reçues écrites de sa main était une preuve réelle de ce fait. D'abord confus, il ne pouvait pas nier être sorti inchangé de cette expérience, le doute le poussait même à se poser des questions qu'il ignorait auparavant. D'avoir Adaline aussi proche, le jeune homme n'avait que son visage dans son champ de vision. Le reste dont les invités, ne faisait presque office que de décors. Le lord ne put alors en détourner les yeux, tout le long, laissant son esprit vagabonder entre ses souvenirs de sa première soirée et ceux qu'il était entrain de vivre.

La voix de la jeune marquise l'extirpa de sa rêverie. Il avait bien mis quelques secondes pour enregistrer ses compliments à son égard mais entre ce qui lui passa par la tête et ce qu'elle venait de lui dire, sa gêne ne fut que doublée. Ses joues devenaient rouges jusqu'aux oreilles; le descendant de Marth n'arrivait même plus faire face à la rosanienne.

- « O-oh euh merci... »

Le Prince d'Ylisse souriait timidement. Ses mots, sortaient maladroitement de sa bouche, son coeur battait à tout rompre contre sa poitrine. Si seulement sa cavalière pouvait lire dans ses pensées, elle serait probablement étonnée de voir ce qu'à pu vivre le Prince d'Ylisse la dernière fois. Heureusement, leur valse s’enchaînant dans une symbiose parfaite allait se terminer simplement et en toute beauté, de quoi faire envier les autres sur la prestance du duo. Rien ne laisser présager que quelque chose puisse ternir ce bon moment plein d'émotions. Absolument rien. Et pourtant, les deux nobles n'étaient pas au bout de leurs surprises, loin de là. Sans crier gare, un grand fracas venant de derrière eux suivit d'un cri effroyable d'une femme qui semblait paniquée retentissaient dans toute la pièce. La musique s'arrêta brutalement en une note cacophonique, les invités ne dansaient plus. Le lord non plus d'ailleurs; ils avaient tous leur attention portée par cet homme à terre, en pleine convulsion. Les visages joyeux des gens étaient maintenant drapés d'effroi alors que d'autres tentèrent de comprendre ce qu'il se passait en venant l'entourer Pourquoi cet homme était à terre ? Peut-être qu'Adaline le savait et si c'était le cas, elle devait impérativement l'en informer.

- « Adaline, connaissez-vous cet homme ?! J'ignore encore ce qui lui arrive mais si jamais c'est ce que je pense, je vous en prie, ne buvez plus rien !! » Lui ordonnait-il promptement, en se saisissant de ses deux épaules avant de les lâcher, oubliant carrément ses notions d'étiquette.

Ce qu'il pensait ? À un empoisonnement. Ce genre de pratique était courante parmi l’aristocratie, car le coupable pouvait agir avec discrétion, rapidité et efficacité. Rosanne étant la région la plus corrompue du monde, se procurer du poison n'était pas très difficile. Ou alors se faisait-il des idées et la victime avait juste été prise d'un violent mal aise ? En tant qu'une des personnalités les plus importantes et influentes de la soirée, c'était également le devoir d'Ayden de s'assurer de cela. Tout de suite, il voulut s'approcher de la foule naissante qui proliféraient déjà un brouhaha monstre mais sans grande surprise, son vassal l'y en empêcha en lui barrant le chemin.

- « Oswald, qu'est-ce que tu...?! »
- « Mon prince, ne le prenez pas mal mais ma tâche est de veiller sur vous où que vous alliez et ce qui vient de se passer prouve que vous pourriez être potentiellement être en danger. S'il vous plaît, restez ici et veillez sur Dame Adaline, je m'en vais glaner des informations pour vous sur la situation ! »

Son seigneur soupira et ne pu qu'abdiquer. Connaissant Oswald, le chevalier ne céderait pas et pour une fois, les deux arrivaient finalement à être sur la même longueur d'onde.

- « D'accord je l’admets, tu as raison. Nous comptons sur toi alors, on ne bougera pas. »

A la fois inquiet et curieux en observant son second faire ce qu'il avait à faire, le jeune homme voulu tout de même être rassurant pour la marquise à ses côtés et machinalement, celui-ci donna dans un geste doux et délicat la main à Adaline.

- « Ne vous en faites pas, si quelque chose de grave doit se produire, celui qui vous fera du mal n'est pas encore né. Ma lame vous protégera. »

Même s'il n'y paraissait pas, Ayden avait tous ses sens en éveil. On ne savait jamais après tout, le danger pouvait guetter de n'importe où, sachant la faible sécurité à Rosanne qui n'était un secret pour personne. Oswald est revenu vers les deux jeunes gens. Son visage restait neutre, mais on pouvait bien voir dans ses yeux qu'il n'avait pas une bonne nouvelle à annoncer.

- « Je crains que...Nous ayons été malheureusement témoins d'un empoisonnement. »

Le prince ylissien resta bouche-bée. Ce qu'il redoutait arriva. Comment ? Pourquoi ? Qui ? Toutes ces interrogations le bousculaient et il n'osait les demander à son propre bras droit. Une si belle soirée qui se terminait aussi mal. C'était le dernier scénario auquel on aurait imaginé.

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Mer 20 Juil - 4:27
Leur danse s'arrêta bien trop brusquement. Adaline avait été bien trop obnubilé par sa danse avec le prince pour ne pas sursauté en entendant le cri perçant la musique. Le monde dans lequel elle venait d'entrer en dansant avec Ayden venait d'exploser aussi rapidement qu'elle l'avait créé. Une sensation étrange l'envahi, et elle n'arriva pas à mettre le doigt sur le sentiment qui la provoquait. Ce n'était pas de la déception... pas seulement. Elle avait l'impression d'avoir perdu quelque chose dès que la musique s'était arrêter et le prince d'Ylisse c'était éloigné. Elle finit par comprendre un fois qu'Oswald les eut rejoins. Elle se sentait seule à nouveau. Pour la première fois, elle avait été elle-même avec quelqu'un et il avait suffit d'un incident pour que son monde ne redevienne le même. Elle faisait parti d'une des familles les plus puissantes de Rosanne, mais son secret l'empêcher de pouvoir être elle-même ainsi que son statut. Tant qu'elle était mineure et non intégrée à la politique comme son père adoptif, ses actes ne pouvaient être appréciés à leurs justes valeurs. Elle devait simplement entrer dans le moule. Ce qu'Ayden lui avait fait oublier.

Étrangement en lisant la panique dans les yeux de ce cher prince, Adaline se sentit désolée pour lui. Il était trop naïf et innocent pour comprendre les réels enjeux qui se déroulaient devant eux. Elle n'avait même pas besoin de se rapprocher de la foule amassée devant le corps pour savoir qu'il s'agissait forcément d'un meurtre. Sa seule curiosité consistait en l'identité de la victime. À partir de là, le coupable était forcément connu de tous mais s'il s'agissait d'un homme trop important, aucun mal ne lui serait fait. Toutefois, le dernier serveur lui ayant tendu son verre serait automatiquement condamné, sans procès équitable. Le visage de la marquise s'était alors contenté de se fermer à toute émotion. Quand Ayden se tournerait vers elle, il serait certainement choqué de ne pas remarquer la moindre compassion en elle, mais elle avait laisser cette faiblesse depuis de nombreuses années derrière elle. Les brèves paroles de réconfort qu'elle lui donna, n'eurent pour effet que de la rendre triste.

"Votre lame ne pourra rien faire dans ce pays. La patience est un mot d'ordre parmi nous et si quelqu'un dans cette pièce décidait que je devais mourir, je mourrai. Que ce soit ce soir ou dans 10 ans."

Une fois que son bras droit revint pour le diagnostique, Adaline se contenta d'hocher doucement la tête avant de se diriger vers la cadavre. La foule commençait à se disperser maintenant que l'identité du mort était connu de tous. Il s'agissait de Lord Edmone, un homme bon se lançant à la conquête du siège d'un duc cette année. Proche du peuple, il était évident que sa candidature serait passée, mais ce n'était pas l'avis des dirigeants. Il s'agissait d'un des rares hommes de Rosanne à ne pas avoir été corrompus par son éducation. La jeune marquise eu un pincement au coeur en voyant l'écume sortir de sa bouche. Il était loin de mériter son sort. Levant la tête, elle sentit un regard posé sur elle et croisa celui de son père adoptif. Il n'approuvait pas qu'elle se mette ainsi en avant, mais Adaline se contenta de lui renvoyer son regard noir. Sachain d'Escrot d'Estrée était un coupable potentiel dans cette affaire, mais qui s'en inquiétait. Par décence pour le défunt, l'hôte de la soirée lui réserva une minute de silence. Elle rejoint Ayden et Oswald et tenta de les rassurer par un mince sourire. L'inexpressivité de son visage pourrait les inquiéter, et c'était la dernière chose qu'elle demandait ce soir. Elle prit dans sa main celle du prince et la serra doucement, espérant lui procurer un peu de réconfort. Puis la cavalerie débarqua.

"Que le spectacle commence..." murmura-t-elle "Vous vouliez étudier les coutumes de Rosanne? Cette soirée en est un parfait exemple. Et n'allez pas croire que ce pauvre bougre est mort par inadvertance. La précision fait aussi parti de nos qualités. Après tout... nous avons des années d'expériences."

Tout en disant cela, un garde se dirigea vers elle, lui faisant une simple révérence. Deux autres personnes étaient en charge de transporter le corps à l'extérieur de la réception. Il n'y avait pas de doute qu'elle continuerait pendant des heures sans que cet incident ne s'inscrive dans les esprits. La fête continuait! Ce n'était qu'un problème parmi tant d'autres dans la folie de ce pays. Les yeux d'Adaline suivirent un instant la disparition du défunt avant de se reporter sur le nouvel arrivant. Il s'agissait de Nonn, un officier de la garde royale de Rosanne avec qui elle avait déjà effectué quelques tours de garde. Il ne lui était pas antipathique comme ses congénères, même si leurs relations restaient strictement professionnelles. Étant à une soirée de la noblesse, il devait être bien plus protocolaire que d'habitude et un sourire moqueur s'étendit sur les lèvres de la jeune femme en ressentant sa gêne envers elle. D'un geste de la main, la marquise lui désigna la terrasse et enjoint Ayden à la suivre. Elle lança un dernier regard derrière elle. Son père adoptif ne la quittait pas des yeux.

"Bonsoir Nonn, je te présente le prince Ayden d'Ylisse, comme tu t'en doutes, il n'a rien à voir avec tout cela et je te serais reconnaissante s'il pouvait rester en notre compagnie tant que tu me poses tes questions. Il pourrait apprendre une chose ou deux sur la noblesse."

Le garde se contenta de détailler le jeune homme de la tête au pied avant de reporter son attention sur la marquise.

"Adaline, peux-tu me dire ce qu'il s'est passé ici? Tu sais que je n'ai pas l'autorité suffisante pour arrêter un duc, mais il me faut une raison d'ouvrir une enquête ou le serveur mourra."

La jeune femme le regarda avec des yeux sceptiques avant de soupirer. Il fallait toujours que certaines personnes se croient plus malines que d'autres.

"Tu sais très bien que ton dévouement à la justice ne te servira pas dans le cas présent. Ce n'est jamais le cas. J'ai beau être garde royale, je suis aussi une noble et je ne peux te dire qu'une chose. Je n'ai rien vu, tout le monde en avait après le défunt et ce n'est pas le serveur qui a fait le coup. Tu n'as qu'à parler d'intoxication alimentaire dans ton rapport."

"Qui, alors?"

Adaline se contenta de rester muette en lui faisant un regard entendu. Nonn, insista quelques secondes, essayant de récupérer le moindre indice, avant de partir en lâchant un juron. La jeune femme ne se rendit compte qu'elle était crispée que lorsqu'une brise légère l'enveloppa. Elle réussit alors à se détendre et sans même regarder Ayden dans les yeux, elle repartit dans la soirée en lui disant :

"Vous voyez, c'est ainsi qu'un meurtre est résolu en Rosanne, et c'est ainsi que les personnes s'en inquiètent. Elles continuent à faire la fête. Et vous devriez faire de même."

Comme pour illustrer ses paroles, la musique reprit, suivit de près par un brouhaha assommant de conversations inutiles. La marquise redressa ses épaules, qui s'était affaissées, se calqua un faux sourire sur le visage et regarda finalement Ayden avant de l'entraîner au milieu de ces monstres. Ayant l'air joviale, elle tourna la tête vers le prince, mais ses traits l'empêchèrent de faire une remarque philosophique. Elle se contente d'avoir honte de son comportement, si normal à Rosanne, mais semblant certainement bien barbare à Ayden. Elle détourna alors vivement la tête et se dirigea vers le buffet. Deux morts n'arrivent jamais dans la même soirée. Prudence et précision.

Ayden
avatar

Messages : 289
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t22-ayden-the-forgotten-heir

Feuille de personnage
Classe: Combattant
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Epée de bronze
3Epée de verre
4Potion
5Potion
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Mer 17 Aoû - 6:20

Le prince était...Profondément choqué et affreusement tourmenté. Les mots lui manquaient pour exprimer ce qu'il ressentait en ce terrible événement. Ce n'était même pas la mort elle-même qui le rendait ainsi. La mort, Ayden la frôlait régulièrement dans les combats qu'il mènait sur le champ de bataille et même son rang était une menace pour sa vie. De toute façon, il était déjà conscient qu'une épée de Damoclès flottait au-dessus de sa tête; non non le vrai problème se trouvait dans la tournure que cela prenait. Ayden avait déjà eu vent des stigmates noircissants tous les jours un peu plus les racines de Rosanne. Sa mère en avait été une victime, qui si son père ne l'avait pas sortie de là, aurait fini par périr tragiquement. Et ni lui ni son petit frère adoré auraient pu voir le jour. Puis il y avait Sybile aussi. Elle était la preuve même que cette cité "du bonheur" cachait un sombre visage; que tout n'était pas tout rose là-bas.

Le visage du lord s'était assombri face au fatalisme de sa cavalière. Tout lui paraissait totalement absurde. La marquise avait tenté de le rassurer en un geste chaleureux, rien n'y faisait; le trop gros contraste entre l'expression de la demoiselle et ce qu'elle venait de faire n'avait eu aucun effet apaisant sur lui. Oswald ne semblait pas bouleversé, plutôt à l'affût d'un mouvement suspect mais avait cru percevoir l'espace d'un instant une lueur de tristesse dans son regard. Evidemment avec son devoir de chevalier et connaissant sa loyauté inébranlable envers la famille royale, cette attitude ne l'étonnait guère.

Alors qu'Adaline lui parlait, Ayden n'arrivait pas à se détourner de cette foule qui avaient continué à faire la fête. Des gardes avaient évacué discrètement le corps, s'étaient même posté à l'entrée. Et l'ylissien avait à peine remarqué qu'un homme venait apporter son rapport : Ce n'était qu'à l’énonciation de son nom qu'il s'était tourné vers lui. La jeune femme le lui présenta mais complètement déconnecté, le lord lui rendit que d'un simple hochement de la tête sans dire un mot de plus; la conversation, il l'écoutait attentivement. L'héritier d'Ylisse a appris que la Dame de Rosanne n'était pas seulement une aristocrate lambda; se servir de ses armes pour diriger sembler être sa spécialité. On accusait l'un des serveurs et sans preuve pour le disculper, s'en était fini de lui. Quelle cruelle Justice ! Une telle inégalité fit froncer les sourcils du prince. Il avait de plus en plus de mal à accepter la situation ou plutôt, de la façon dont on la traitait. Oublier les horreurs en les dissimulant, c'était se mentir à soi-même. La vie n'était pas aussi simple ni n'était aussi joyeuse que les rosanniens voulaient faire croire. Cette naïveté et cette ignorance l'agaçaient.

- « Dame Adaline a raison, je l'ai vu. Le serveur dont vous semblez accuser n'y est pour rien, je l'ai vu de mes propres yeux. Croyez-moi sur parole, je n'ai pas l'intention de mentir et d'entacher ainsi la réputation du Prince Ayden ou de son Altesse l'Exalt Dristan. De plus, il ne serait pas concevable de continuer la soirée dans ces conditions si vous voulez mon avis. »

L'intervention de son second et de la jeune femme avaient eu l'air de refroidir un peu le garde. Le lord, lui, esquissa un sourire alors que ses yeux cobalts rencontraient ceux d'Oswald. Ils étaient d'accord, à l’unisson pour une fois. Pourtant on passa outre ce qu'il avait recommandé : la marquise avait choisi de rejoindre les autres nobles lorsque la musique reprit de plus belle et invita donc son cavalier à faire de même en l’entraînant avec elle sous le regard inquisiteur du chevalier ylissien qui ne quittait pas son seigneur de vue en se tenant un peu à distance alors que les deux allaient vers le buffet. Ayden ne voulait pas. Il ne voulait pas continuer cette mascarade et eu un geste assez brusque pour se défaire de la prise qu'elle avait sur son poignet avant de la tirer contre lui sous les visages surpris et outrés de quelques personnes. Puis il murmura sérieusement à l'oreille :

- « Écoutez. J'ai passé une très bonne soirée à vos côtés, sincèrement. Mais je crains ne pas vouloir continuer l'aventure dans un esprit aussi contrarié que le mien à cause de ce qu'il s'est passé. Vous vous voilez la face, Adaline. Rosanne souffre tous les jours un peu plus, des femmes, des enfants, des gens de d'autres espèces, prisonniers de personnes perfides obsédées par le pouvoir. Je vais vous raconter une petite histoire : vous seriez surprise que je sois aussi bien placé pour dire cela, pas dans ma qualité de prince mais en tant qu'homme ayant du sang de votre contrée dans ses veines. Si mon père n'avait pas eu la bravoure de sauver une jeune fille de quinze ans des griffes de l'une de ces crapules, je ne me tiendrais pas devant vous aujourd'hui. Des victimes périssent sous vos yeux, vous ne pouvez pas les ignorer. Et moi non plus. »

Il se recula. Un pas, puis un autre. Et laissa un petit sourire se dessiner sur ses lèvres, tout en tenant encore sa main dans la sienne, prête à être lâchée à l'instant ou l'autre.

- « Mais j'ai foi en vous. Je ne vous vois pas insensible et je sais que vous pouvez faire de cette cité un endroit meilleur, j'en suis convaincu et avec l'aide d'Ylisse s'il le faut. »

Ironiquement, c'était partiellement la faute du Saint-Royaume si Rosanne était devenu ainsi. Après la chute de Grima, l'Exalt Chrom, son ancêtre et grand héros de guerre, avait aidé la région à se développer et à la rendre plus attractive pour les investissements, sans se douter des effets indésirables que cela pouvait apporter : la corruption en autre. Ayden ignorait tout cela et probablement même le roi. C'était un long combat qui s'annonçait : il n'y avait pas de doute là-dessus.

Séparés l'un de l'autre, la marquise et le prince paraissaient complètement décalés des autres, alors que eux dansaient en les évitant. C'était avec une sincérité, bien que direct, qu'il lui avait dit tout cela. Ce n'était pas pour lui manquer de respect au contraire, le lord la tenait en haute estime et il allait lui prouver une fois de plus.

- « Vous vous rappelez m'avoir dit vouloir visiter d'autres contrées ? Hé bien, les portes de mon royaume vous seront toujours ouvertes. Vous verrez ce qu'est la vraie notion de "paix" que vous cherchez tant...Sur ce, je vous souhaite une bonne nuit mademoiselle, en espérant vous revoir. »

Ayden fit une dernière révérence avant de prendre sa main gantée pour y déposer un doux baiser puis releva ses yeux bleutés vers son délicat visage comme pour le mémoriser une ultime fois dans son esprit. Oswald l'avait rejoint d'ailleurs et la salua de la même manière que son lord; ce n'était pas mal placé, lui aussi était un noble d'un grande Maison ylissienne.

- « Ce fut un plaisir, passez une bonne fin de soirée. »

Sur ce, les deux hommes se retirèrent à l'extérieur. Son vassal partit prévenir un cocher que le Prince d'Ylisse allait prendre congé pour la nuit. Enfin, c'est ce qu'il avait entendu dans sa rêverie, le nez levé vers le ciel alors que le vent frais caressait sa peau et pourtant il n'avait pas froid un seul instant; les températures basses de Regna Ferox l'en avaient presque immunisé.

- « Messire ? »
- « Hm...? Il porta son attention sur le blond, avec son air distrait et fatigué. « Oh pardon Oswald. Tu disais ? »
- « Je disais que d'ici dix minutes, votre carrosse arrivera. »
-« Merci mon ami...Tu sais tout à l'heure, je l'ai vu dans ton regard, cette tristesse. Cet homme, tu le connaissais ? »
- « Hé bien...Oui. C'était un bon ami de mon père qui espérait pouvoir avoir également les faveurs de l'Exalt Dristan. Je me souviens que lorsque j'étais petit, il revenait toujours avec un cadeau pour moi. C'était un homme vraiment bon malgré ses ambitions et...Veuillez m'excuser, je ne devrais pas - »
- « Non Oswald, je ne veux pas te voir contenir ta peine ainsi. Que t'arrive t-il ? Tu es plus expressif d'habitude lorsque tu n'es pas dans ton armure de chevalier ! »

Ayden riait de bon cœur suite à sa plaisanterie et son camarade avait fini par sourire, délaissant ainsi sa soudaine mélancolie. Ce n'était peut-être qu'un masque mais au moins, étant déjà quelqu'un de naturellement charismatique, cela illumina d'avantage son faciès ayant abandonné depuis un bon moment déjà les rondeurs de son enfance. Le prince était encore étonné de voir qu'après toutes les femmes ayant son dévolu sur le chevalier, il n'avait toujours pas trouvé chaussure à son pied...La raison était probablement volontaire et venante de sa part.

- « En tout cas, vous avez bien hérité de l'humour de votre père on dirait. »
- « Ah, vraiment ? Comment dois-je le prendre ? »
- « A vous de voir ! »

C'est vrai, son père avait un humour disons...Bien à lui. Sa mère lui en parlait d'ailleurs lorsqu'il était plus petit, que "Le Prince Dristan avait une âme de comique et aimait bien taquiner ses compères. Et moi, je le remerciais d'un bon coup de poing dans le biceps avant que nous nous éclations de rire tous les deux !" sans lui avoir avoué à l'époque qui était vraiment cet homme. Ça l'amusait de les imaginer ainsi, heureux...Heureux ensemble. Il ferma finalement les paupières, comme pour essayer de les visualiser. Ayden avait une expression apaisée, contrairement à ce qu'il arborait à l'instant avec la marquise. Est-ce qu'elle est heureuse aussi ? Il n'en avait pas l'impression. Au final, les deux étaient tels des oiseaux enfermés dans une cage dorée, en l'attente de prendre un jour leur envol.

- « Messire, votre carrosse est arrivé. »
- « Bien...J'arrive. »

Il avait ré ouvert les yeux, et ses dernières pensées furent pour la demoiselle qui avait été son agréable compagnie pendant une bonne partie de la soirée.

"Jusqu'à ce que nos chemins se recroisent, Adaline..."

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   Mar 20 Sep - 0:22
Son rythme cardiaque s'accélérait de plus en plus. En voyant le regard d'Ayden, elle n'avait pas pu s'empêcher de mépriser son comportement. Elle n'avait jamais eu à réfléchir à son comportement. Il s'agissait simplement de la façon dont se déroulait les choses en Rosanne. Elle ne se considérait pas comme ayant un esprit de suiveur... elle pensait même être bien différentes de ces monstres qui l'entourait depuis sa plus tendre enfance. Et pourtant elle osait agir de cette manière, devant la seule personne qui pourrait comprendre sa gêne. Mais qu'aurait-elle pu faire exactement? Craquer? Devant toute cette assemblée? Faire du tord à ses parents, pour que son existence deviennent encore plus misérable que nécessaire? Et même quel bien cela lui aurait-il fait de laisser parler ses émotions exactement? Elle aurait simplement réussit à être prise pour une folle par un parfait inconnu. Oh, bien sûr, il y avait aussi la possibilité qu'il comprenne. Par la suite, il aura aussi tôt fait de la traiter comme une personne faible, qui à chaque événement crucial la prendra pour une petite chose fragile à protéger à tout prix. Ce n'était pas la manière dont elle voulait être perçue. Elle voulait être une personne importante. Un mur inébranlable, pouvant faire la différence. Changer les choses dans ce pays infâme où les dirigeants véreux se complaisaient dans leurs lamentables vies pathétiques en jouant avec celles de millions d'autres.

Son coeur s'emballait encore plus, et alors qu'Adaline se dirigeait vers le buffet. Elle avait peur de se retourner, d'affronter son regard. Sa merveilleuse rencontre de ce soir semblait finalement tomber à l'eau. La prochaine fois qu'ils se reverraient risquaient d'être... gênante. Une boule commençait à se former dans son ventre quand elle sentit quelque chose l'attraper par le poignet et la tirer en arrière. Elle sentit une douleur envahir son épaule mais oublia d'y penser lorsqu'elle se retrouva à quelques centimètres du visage d'Ayden. Elle ne savait pas comment réagir devant tant de franchises. Ce n’était pas dans ses habitudes de parler aussi ouvertement, elle ne savait pas encore très bien comment réagir face à toute cette spontanéité. Il agissait comme une enfant de trois ans qui découvrait tout pour la première fois L’ennui étant qu’il avait un certain passé derrière lui, qu’il avait appris à analyser et comprendre les choses de lui-même, et que celles se déroulant en Rosanne ne lui semblait pas juste. En tant qu’être humain, les personnes présents à cette réception devait très certainement le savoir, mais ils n’avaient aucun sens du mot culpabilité ou scrupule. Elle sentit un coup heurter son cœur lorsqu’il parla avec autant de mépris de son pays toutefois. Elle pouvait ne pas apprécier les dirigeants de ce pays, ses habitants n’étaient pas aussi acerbes qu’il semblait le penser. Les nobles ne représentaient que 20% de la population totale. Bien plus que dans d’autres pays, mais il en va ainsi lorsque plusieurs ducs dirigent un pays. Pourtant il suffisait que ce simple pourcentage soit au pouvoir pour que la norme du supportable varie. Une vie humaine ne devrait pas être aussi simple à prendre… du moins pas sans châtiment.
C’est alors qu’il lui proposa de reprendre la direction de la Rosanne, et de façon des plus explicites. Si n’importe qui d’autre qu’elle avait pu entendre ses propos, on aurait crié au complot et on l’aurait enfermé sans faire plus de manières. Adaline ne savait pas exactement quoi lui répondre. Elle n’avait pas l’habitude de voir une personne faire preuve d’autant de passion, ou du moins d’ahurissement et d’assurance quant au fait que le monde soit noir ou blanc, sans juste milieu.

"Je…"

Mais sa proposition suivante ne lui laissa pas le temps de former des propos avec assez d’intelligence pour les exprimer à haute voix. Partir ? Visiter d’autres contrées ? C’était une chance, elle n’avait qu’à la saisir, non, elle pouvait déjà la toucher du doigt. Enfin une opportunité de s’échapper de ce pays étrange et de comprendre comment se passait la vie, la vraie, en dehors de sa cage dorée. Elle voulait comprendre la réaction d’Ayden. Être elle aussi outrée, d’une chose lui paraissant la soirée la plus normal du monde dans un endroit comme Viralys. Ses yeux semblaient pétiller de soif d’aventure et de nouveauté. Elle aurait tellement rêvé pouvoir se balader dans les rues d’une ville, portant les vêtements à la mode, pouvant laisser voir son dos ouvertement… Mais il s’agissait encore d’un stade à franchir. Adaline avait passé sa vie entière à être sûre de ne pas se faire remarquer. Personne ne devait la voir, personne ne devait la scruter comme un être différent et abject. Ces plumes faisaient d’elle un monstre de foire et elle n’avait pas l’intention de se parader comme tel. Elle ne pouvait pas imagine que l’on puisse l’admirer… pas comme l’avait fait sa tendre amie d’enfance, Sybile… En pensant à elle, un nouveau coup au cœur la cloua sur place. Tout semblait si simple à l’époque, elles n’étaient que des enfants après tout. Elle aurait aimé la revoir, savoir ce qu’elle était devenue. Elle était allée voir chaque cirque ambulant pour essayer de la retrouver, mais n’avait jamais eu de franc succès…

Perdue dans ses pensées, elle eut un mouvement de recul quand Ayden quitta sa compagnie pour se diriger vers la sortie, son fidèle servant sur les talons. Elle se réveilla trop tard, s’élançant à l’extérieur lorsque son carrosse disparaissait déjà au loin.

« Je viendrai te voir Ayden, c’est une promesse que je me fais. Je veux comprendre ta réaction, mais avant tout la ressentir moi aussi. Je n’oublierai pas ce que tu m’as dit, ni de quelle manière ta présence ici m’a ouvert les yeux. Merci... »

Elle murmura ses mots doucement à l’obscurité de la nuit. Frictionnant ses bras assaillis par le froid, elle commença à remonter les marches pour rejoindre le bal, mais l’envie lui manquait. Les rires avaient déjà repris le dessus sur le tragique événement qui venait de se produire quelques minutes plus tôt. Elle leva donc une dernière fois les yeux vers les étoiles, en souriant. C’était la première fois qu’elle quittait ce genre de réception en se sentant apaisée, soulagée. Adaline n’avait pas endurée cette soirée comme les calvaires habituels. Tout ça grâce à Ayden. Se dirigeant vers leur cocher, elle lui demanda de tenir ses parents informés de son départ. Non, elle n’avait pas besoin qu’il la raccompagne, un peu de marche à pied lui ferait du bien. Elle avait besoin de réfléchir, silencieusement, en compagnie des étoiles et de la promesse d’Ayden. Sa proposition voulait aussi dire une autre chose. Ils allaient se revoir, elle en était persuadée.

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: (Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]   

(Terminé) Un ennui mortel [PV Ayden]

Page 1 sur 1

Fire Emblem Rebirth :: Rosanne :: Viralys :: Rues et habitations+
Sauter vers: