Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

Baffes pour tous... Ou presque [PV Adaline]

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Baffes pour tous... Ou presque [PV Adaline]   Sam 21 Mai - 2:29
Baffes pour tous !
À cette heure-ci de la journée, les rues de Rosanne étaient belles et colorées. On était bien loin des marchands suspicieux ou des trafiquants louches se trimballant avec des cages pleines de Laguz et Manaketes. Et pourtant, Taurok ne se laissait pas avoir par toute cette façade. Derrière, il voyait bien la corruption qui animait ce lieu. Il pouvait sentir la puanteur du mercantilisme et de la débauche... Car au fond, cette forme de malfaisance, il ne la connaissait que trop bien.

Il était dur pour lui de tolérer ce genre de comportement, ou du moins, il s'en offusquait aisément dans sa jeunesse. Mais désormais, la vie était trop fade pour qu'il puisse vraiment lutter avec passion comme il le faisait autrefois. Aujourd'hui, il haussait les épaules et se contentait de passer son chemin, tant que personne ne prenait la peine de l'interrompre. Et puis alors il vit plusieurs hommes, sur le marché, tenant une enchère : un spécimen très rare... Un Laguz possédant du sang de Héron blanc. Bien sûr, ce n'était qu'un hybride, mais les hérons blancs venaient d'un continent très lointains et on racontait d'eux qu'ils étaient disparus. Le simple fait d'en voir un, même "imparfait", était déjà un miracle aux yeux de beaucoup.

Alors que tout le monde suivait avec attention le prix changeait occasionnellement de l'acquisition du héron blanc vivant, Taurok croisa les bras et s'avança pour faire une offre au commissaire priseur qui supervisait la vente aux enchères.

« Je monte le prix : je vous laisse tous partir vivants, et je remporte l'enchère. »

Au début, un grand silence. Et puis, finalement, des éclats de rire. "Pour qui se prend cet abruti", pensaient la grande majorité ? Pourtant, Taurok ne s'en offusqua pas. Peu à peu, les rires toujours éclatants, l'attention se tournant hors de lui, il se résout bien au fait que personne ne le prenait au sérieux. Alors il monta sur le stand des enchères, un homme de main tentant de le repousser. Sa réaction fut fulgurante : attrapant le maillet du commissaire priseur, il le lui enfonça dans le crâne, l'expédiant au tapis immédiatement, avant d'agripper le deuxième par le col pour le jeter avec violence contre une pile de caisses. Le silence régnait, désormais : en quelques secondes, il avait défait toute la sécurité de la vente aux enchères.

« Je crois que j'ai gagné, non ? »

Après un bon moment de silence, plusieurs tentèrent de monter pour l'attaquer. Mais bon : Taurok n'avait pas trop envie d'un bain de sang, aujourd'hui. Alors il se contenta de distribuer des baffes : une gifle salée par-ci, une salade de phalanges par-là... Il distribuait littéralement les coups de poing et les gifles incapacitantes à un débit absolument phénoménal, au point qu'une pile de civils évanouis ou meurtris se tenant la mâchoire en couinant se formait peu à peu autour de lui. Bien vite, après une bonne quinzaine d'assaillants mis à terre, personne n'eut la brillante idée de se jeter sur lui, de peur de prendre des baffes.

Évidemment, la garde intervint... Pas la garde royale, non : seulement la garde civile, une milice peu entrainée. Le traitement qui leur fut réservé fut le même : des baffes, des baffes, encore des baffes... Au final, on aurait presque dit une mauvaise blague, et pourtant, cette plaisanterie avait bien coûté leur dignité à plusieurs miliciens et civils. Finalement, se tapotant les mains, il soupira, le commissaire-priseur lui tendant la clé de la cage du héron blanc, tremblant de peur

« Ah, enfin une décision raisonnable... »

Ouvrant délicatement la cage, le Laguz n'en revenait pas... Il avait été libéré par une brute pareille ? Et qui plus est, une brute qui n'avait pas tué un seul homme et s'était fait respecter... en distribuant des baffes ?! Décidément, cette journée était bien étrange pour le quotidien des Rosannais... Finalement, il allait partir, une fois assuré que le héron blanc était loin et en sécurité, mais c'était sans compter sur une intervention bien inopinée...

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Baffes pour tous... Ou presque [PV Adaline]   Sam 21 Mai - 3:39
C'était une belle journée, les citoyens de Rosanne déambulaient dans le marché en toute insouciance. Ils avaient la belle vie après tout. Loin des hautes sphères, du pouvoir, de la vengeance et des complots. Pathétique. Il faisait chaud et Adaline circulait, l'épée à la hanche, vêtue de son uniforme de la garde royale. Ses cheveux étaient tirés en queue de cheval, mais des mèches continuaient de brouiller son regard. Fichue tignasse. L'écharpe rouge qui entourait son cou n'était pas anodine, mais tout le monde avait l'habitude de la voir la porter. Ce n'était pas par choix. Avec cette chaleur, elle aurait même été ravie de l'enlever, mais sa condition d'hybride ne le permettait pas. Circulant parmi les commerçants et acheteurs de toutes nationalités, elle ne faisait qu'observer, essayer de comprendre quelques mots des langues étrangères et respirer l'air extérieur. Sa demeure sentait le renfermé depuis que son demi-frère n'avait plus le droit de sortir et son tour de garde en ville lui offrait enfin une échappatoire à l'humeur morose de ses parents.

C'est alors qu'elle entendit du grabuge plus loin dans le marché. La main à l'épée, elle courut dans cette direction, faisant signe aux deux grands gaillards qui l'accompagnait de la suivre. Pourtant alors qu'elle s'approchait de plus en plus, elle cru comprendre ce qu'il se passait. Un homme éjectait tout les prétendants au titre de propriétaire... d'un hybride. Elle s'arrêta sur place, assistant à l'altercation sans réussir à bouger. Elle venait de recevoir un coup en plein coeur. Un homme... prenait la défense d'un de sa race? Était-ce vraiment possible? Sans plus d'émoi, ses acolytes allèrent intercepter le fauteur de troubles alors même qu'il ouvrait la cage pour laisser "l'animal?" s'échapper. Un coup de fouet la réveilla lorsque l'un de ses collègues voulut renfermer l'individu. Elle lui prit alors le bras, le serra de toutes ses forces et le regarda d'un regard mauvais. Alors, avec toute l'autorité qu'on lui avait apprise, elle lui ordonna simplement :

"Arrête."

Le garde osa répliquer, se libérer. Elle s'aperçut alors comme son attitude pouvait sembler étrange à tous ces sujets qui attendaient d'être sauvés par la garde royale. Lorsqu'elle ne leur donnait pas raison, elle remettait en cause toutes les lois de ce pays. En tant que marquise et membre de la garde royale, Adaline avait doublement l'obligation de représenter l'ordre. Mais après tout sur cette place... elle était l'Ordre, non?

"Nous n'avons pas à intervenir dans les duels entre commerçant. Si l'un d'eux est incapable de garder sa marchandise, il n'a qu'à embaucher des mercenaires qui le feront pour lui."

Elle jeta ensuite un coup d'oeil à l'étranger. Elle était intriguée par son comportement. Pourquoi l'avoir sauvé? Elle se faisait très certainement de fausses idées sur son compte. Il voulait le revendre plus cher ailleurs, voilà tout. Elle avait tord de croire que n'importe qui ici pouvait se soucier d'êtres comme elle. Elle ne savait même pas à quelle race elle appartenait vraiment. Ce qui était sûr toutefois, c'est qu'elle en avait assez de jouer les simples humaines. Elle devait cacher ses facultés hors-normes pour la moyenne. Elle arrivait parfois trop tard pour empêcher un vol, ou elle devait sciemment abandonner la piste. C'était risible, mais comment expliquer ses dons. Elle n'avait juste pas le loisir de se dévoiler.

"Lui par contre, on l'embarque, j'ai deux trois questions à lui poser. Un étranger ne devrait pas se permettre ce genre de grabuge à Rosanne".

Sa voix était dure et tranchante. Elle espérait toutefois que la pointe de curiosité qui y perçait n'était pas perceptible par le genre humain. Elle se dirigea vers lui, lui passant des menottes aux poignets et l'obligea à avancer devant elle. En direction des cellules les plus proches. Elle ne pu toutefois s'empêcher de lui murmurer :

"Qui es-tu?"

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Baffes pour tous... Ou presque [PV Adaline]   Dim 22 Mai - 10:18
Et évidemment, la garde finit par arriver. Taurok aurait pu s'en tirer s'il avait été un peu plus combattif, s'il avait prit les armes, s'il s'était défendu plus sérieusement... Mais non, il préférait juste laisser faire les choses et se laissait passer les menottes, avec une indifférence impressionnante qui témoignait d'un sang-froid absolument à toute épreuve, surtout quand on connaissait les conditions des prisonniers à Rosanne... Puis il perçut comme un murmure, la jeune femme qui l'embarquait semblait se demander qui il était. Avec une voix basse et lassée, il lui répondit tout naturellement, sans hausser le ton pour ne pas se faire trop voyant des autres gardes l'accompagnant

« Moi ? Juste un voyageur. Je m'ennuyais, alors je suis passé par là »

Le chemin se déroulait, et une pointe de malice naquit dans son oeil. Il retrouvait comme une envie d'aventure, là, soudainement... Son comportement était très erratique, très imprévisible, impossible à calculer. C'était son sang de dragon qui bouillonnait et faisait remonter ces envies improbables et incohérentes, qui lui donnaient cet espèce d'instinct un peu fou et parfois juvénile. Il avait besoin d'être constamment en train de faire de nouvelles choses, et cette fois-ci, il avait envie de s'amuser, tout simplement. Il n'avait pas envie de tuer : avec le temps, cette passion pour les boucheries s'était transformé en une forme plus pacifique d'intérêt. C'est alors que sans efforts, il sembla comme glisser hors de l'étreinte de celle qui le maintenait, faisant plusieurs pas très rapides suivis d'un bond qui le mena sur le toit d'une étable. Alors, usant de sa force surhumaine, il frappa les menottes avec violence contre le toit, ces dernières se tordant suffisamment pour qu'il puisse s'en délivrer.

Ainsi, d'un sourire en coin narquois, il commença à rire. Il était dur d'imaginer une terreur comme lui faire dans le petit banditisme et les actes de ce genre. Ainsi, les poings sur les hanches lui donnant une pose très romanesque, il regarda les miliciens confus qui se regardaient entre eux, ne sachant vraiment pas comment réagir. Enfin, Taurok se décida à parler, pointant du doigt la jeune femme qui l'avait menotté en premier lieu

« Vous pensiez vraiment que c'était si facile de me capturer... ? Alors je vais être gentil avec vous ! »

Il redescendit d'un bond, les miliciens se mettant en garde, et Taurok dégainant... un bâton, mettant son autre main dans le dos, avec une position très professionnelle, avant de reprendre la parole

« Allez, on va s'amuser : je vous prend tous en duel, les uns après les autres... Ou tous en même temps, comme vous voulez, et je n'utilise que ça pour me défendre ! »

Un bâton ? Face aux armes métalliques des hommes d'armes ? Après un bon éclat de rire, tous se jetèrent les uns après les autres au combat... Et pourtant, Taurok les mit tous à terre, avec son bâton seulement, avant de poser un pied sur la pile d'hommes assommés, regardant la jeune femme avec un sourire en coin narquois et victorieux, pointant son "arme" dans sa direction

« Jeune dame, vous n'avez vraiment pas de chance... Aujourd'hui, je me sens bien; vraiment bien, même ! Alors, ça sera quoi, pour vous ? Je peux soit vous emmener très loin d'ici pour vous offrir un peu de folie, soit vous laisser à votre triste sort en vous affrontant pour votre "devoir"... C'est à vous de voir, mais je vous conseille de faire vite, vos collègues ne vont pas attendre des années avant d'arriver »

Oui, il venait de lui proposer de s'enfuir avec lui... C'était une de ces journées où Taurok était survolté, complètement déjanté... Bref, il n'était plus lui-même. Il avait envie de repartir à l'aventure, de redécouvrir ce que c'était, que de cavaler dans la nature et découvrir les secrets de ce monde en empruntant les routes étriquées que trop peu se risquaient à explorer. Il voulait redevenir un voyageur introverti, car il sentait sa passion revenir peu à peu, alors que les fantômes du passé ne cherchaient désespérément à s'agripper à lui. Au fond, l'idée de revenir à Valm lui avait traversé l'esprit. Il commençait à changer... Il devenait moins meurtrier, moins mauvais, et il avait envie de reprendre les sentiers de la gloire.

Si le monde ne voulait plus de lui comme terreur, alors il serait un héros. Un héros déchu par les plus grandes instances, mais un héros tout de même. Depuis peu, on racontait les actes braves d'un homme vêtu de rouge qui défiait la corruption de Rosanne et qui libérait esclaves, Laguz, Manaketes, hybrides... Cet homme, il ne fallait pas bien chercher loin : c'était lui. Lui qui avait si longtemps meurtri le peuple, si longtemps massacré, pillé et assassiné, aujourd'hui il voulait offrir une compensation pour expier ses péchés. La vie avait déjà été trop abjecte avec lui pour qu'il se permette de voir les choses du mauvais côté... La mort du père adoptif de ce jeune homme à la chevelure bleutée avait été le coup de grâce. Il avait ruiné une vie de plus simplement car un homme trop téméraire avait voulu prendre la sienne. Est-ce qu'il devait vraiment retomber aussi bas qu'autrefois... ?

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Baffes pour tous... Ou presque [PV Adaline]   Dim 22 Mai - 16:15
Adaline grogna. Bien entendu, elle n'était pas tombée sur le forcené le plus malléable possible. Il lui aurait simplement suffit de lui décliner son identité, mais non. Apparemment il préférait le mystère. Très bien! On verrait bien si arrivé en cellule, il continuerait à faire autant le malin. La jeune femme n'était pas experte en technique d'interrogatoire, mais elle pouvait bien s'exercer sur lui. Sa résistance moqueuse était frustrante et Adaline devait absolument connaître ses intentions. Comment ne pouvait-elle pas être intriguée par cet homme, qui non seulement mettait à terre plusieurs hommes sans bronché mais, qui en plus le faisait dans le seul but de sauver un hybride? Elle se força donc au calme tout en poursuivant leur chemin jusqu'aux cellules. Elle aurait bientôt toutes les réponses à ses questions, elle n'avait plus qu'à patienter quelques instants...

Jusqu'à ce que cet idiot réussisse à se libérer sans la moindre résistance! Parfait! Formidable! Et comment avait-il bien pu réussir un tel tour de force exactement? Adaline n'avait certes pas une poigne de fer, mais elle connaissait son métier et savait de quelle manière retenir un prisonnier lambda. Toutefois ce qu'il fit ensuite le classa dans une autre catégorie de personne. Il pouvait donc voler... ou plutôt sauter très haut. Ah, et il avait aussi assez de force pour détruire les menottes de gardes royaux, au passage. Adaline pesta contre l'individu. Elle venait tout juste de recevoir une nouvelle paire de menotte, ayant perdu les ancienne... elle n'était pas sûre cette fois que son capitaine accepterait sa demande sans broncher. Enfin, là, il y avait des témoins, ce n'était clairement pas de sa faute. La jeune femme n'était toutefois pas persuadée que ses collègues se porteraient garant d'elle... notamment si l'étranger mettait ses menaces à exécution.

"N'y allez pas! Il essaie simplement de vous provoquer!"

Et oui, tous les habitants de Rosanne était au courant de la fougue des gardes royaux. Peut-être un peu plus brutaux qu'ils ne devraient l'être. En plus de ça, l'homme les avait touchés dans leurs égos, il aurait été compliqué pour Adaline de réussir à les retenir. Ah... les hommes et leurs virilités. Fallait-il vraiment qu'ils la défendent toute leurs vies? Ils ne pouvaient pas simplement être sûr d'eux et se ficher de ce que les personnes alentours penseront d'eux. Non, il fallait absolument prouver qui était le plus fort. Ouais... l'un de ses deux collègues pourrait possiblement être le plus fort. Mais elle doutait qu'il s'agisse du plus intelligent. Quelques gardes en patrouille vinrent se joindre au duel et très vite, ses camarades s'entassèrent sur le sol, complètement sonnés. Adaline soupira et secoua la tête de désappointement. Elle était belle la garde royale de Viralys!

Le sourire narquois qu'affichait le vainqueur n'était toutefois pas mieux à regarder. Il était bien trop sûr de lui et Adaline n'aurait rêvé que d'une seule chose, le mettre au tapis. Mais déjà, ce n'était pas une si bonne idée si elle souhaitait avoir des réponses à ses questions. Et ensuite, elle n'était de toute façon pas sûre d'être capable de le faire. Il s'adressa alors étrangement à elle, la seule à ne pas avoir pris la peine de répondre à son affront. Il lui laissa un ultimatum... ce qu'elle n'apprécia pas particulièrement. Les hommes étaient décidément tous les mêmes. Ils croyaient qu'en démontrant leurs forces, il pouvait faire tomber n'importe quelle femme dans leurs bras. Il avait certainement mal évalué la situation. Adaline n'était en rien surprise par ses exploits, elle se doutait qu'il ne serait pas simple à appréhender. Elle ne pouvait toutefois pas s'enlever cette image de la tête. Cet homme avait sauvé un des siens, et elle était déterminée à comprendre pourquoi.

"Désolée voyageur. Ma mère m'a appris à ne jamais fuir au bras d'un inconnu. Vous comprendrez certainement ma retenue."

Elle appuya nettement son apostrophe. Il n'était qu'un simple voyageur? Elle pouvait bien lui rappeler son scepticisme dans ses paroles. La jeune femme n'était évidemment pas sûre que cela serve à grands choses, mais au moins elle continuait à le faire parler.

"Maintenant je serais ravie de vous suivre. Je n'ai aucun intention de les rejoindre" répondit-elle en désigna la masse de corps à ses côtés. "Votre attitude est assez... déroutante. Mais de là à fuir avec vous! Je crois que vous vous méprenez sur mon compte."

Elle était ouvertement outrée que tous les membres du sexe opposé continuent à voir les femmes comme des objets. Il n'avait même pas prit la peine de la combattre, persuadé qu'il la casserait. C'était dégradant. Pourtant, cette sorte d'égard que les hommes portaient aux femmes l'aiderait certainement à avoir certaines réponses à ses questions. En tête de liste se trouvait son nom, puis d'où il venait et enfin ses motivations. Ses aptitudes hors du commun montraient déjà clairement une chose. Il n'était pas humain. Et son odeur n'était certainement pas celle d'un Laguz. D'ailleurs s'il en avait été un, il n'aurait pas pris la peine de lui adresser la parole... Il n'y avait qu'un seul moyen de mettre fin à ce flot de questions, il fallait qu'elle réussisse à la faire parler.

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Baffes pour tous... Ou presque [PV Adaline]   Dim 22 Mai - 18:18
Alors elle acceptait de le suivre... ? Sa réaction était pour le moins singulière. Elle ne voulait pas, mais elle voulait, et en fait non. Un peu confus, il redescendit du toit en se rattrapant sur le sol - la chute n'étant pas trop haute, il n'était que sur une petite étable, après-tout - en s'approchant pour la dévisager. Il avait cet espèce de mélange de sagesse et de futilité sur le visage qui créait un contraste pour le moins improbable : d'une part, l'expérience se ressentait et on avait clairement affaire là à quelqu'un qui avait beaucoup vécu; mais d'autre part, on voyait également quelqu'un de volatile faisant ce qu'il souhaitait, quand il le souhaitait. Quelqu'un dont les actes n'étaient pas très compréhensibles...

Après un certain temps passé à l'observer, à regarder derrière elle, à se gratter le menton... Finalement, il se décida à parler, en se reculant pour s'adosser au mur de l'étable, croisant les bras

« Mh-hm. Vous êtes curieuse... Ça fera l'affaire. Je m'étais bien dit que dans cette masse d'abrutis il y avait bien une personne avec l'intelligence nécessaire pour ne pas relever une invitation à se battre »

Alors il lui fit signe de le suivre, quand des bruits de pas intervinrent. Finalement, un clignement d'yeux plus tard, il fit un pas vif vers elle, et... D'un coup, il la prit par la taille, la calant contre son épaule tel un fier sac à patates, puis il se mit à détaler en la tenant sur son épaule ! C'est qu'il courait vite, en plus, le bougre, malgré le poids d'un être humain complet et vivant sur son épaule. La maintenant bien en place, il se dirigeait vers les portes de la ville, dont les gardes étaient bien entendus à terre - c'étaient ces mêmes gardes qui avaient eu la bonne idée de quitter leurs postes pour se rendre au marché... Finalement, plusieurs bonnes minutes plus tard, il les eut enfin semé, arrivant dans une clairière où il déposa la jeune femme, haletant un peu

« Bon... Plus sérieusement : pourquoi ça vous intéresse, ce que je fais... ? Je veux dire, je suis réellement juste un voyageur qui s'ennuie. Si vous ne me croyez pas, demandez-vous pourquoi j'irais interrompre la vente d'un Héron blanc, le relâcher dans la nature sans même considérer sa valeur foncière, avant de terrasser un bon cinquième de la milice de la ville avec des baffes avant de m'enfuir... ? Et avec vous, en plus »

Oui, il venait de réaliser qu'il l'avait tout bonnement... enlevé, en fait. Oui, c'était un genre de kidnapping involontaire, ce genre de chose est possible. En tout cas, lorsqu'on s'appelle Taurok, elles le sont totalement. Son sérieux revenait peu à peu, bien que cette légère fougue lunatique soit encore présente...

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Baffes pour tous... Ou presque [PV Adaline]   Dim 22 Mai - 23:48
Encore une fois, elle n'avait pas la réponse qu'elle espérait. Décidément il aimait bien éviter de se présenter... D'accord il ne voulait pas la mettre chaos. Par contre, elle n'était pas vraiment à l'aise à l'idée de le suivre n'importe où. Des bruits de pas se firent entendre. Adaline commença à paniquer. La cavalerie allait débarquer d'une minute à l'autre et elle allait certainement regretter toute sa vie de ne pas avoir pu avoir les réponses qu'elle espérait de cet étranger. Elle avait été éduquée dans la peur que quelqu'un découvre son identité, l'idée même qu'un individu protège une personne de son espèce était inconcevable. Le pire était sans doute qu'elle-même n'oserait pas prendre la défense d'un hybride. Elle avait bien trop honte de sa condition.

Avant même de pouvoir réagir, dire à cet inconnu de fuir et de la laisser gérer les gardes, elle se sentit saisir par la taille par une force incroyable. Elle se sentait étrangement légère ainsi calée sur son épaule. Elle aurait d'ailleurs appréciée que son poids réel corresponde à l'impression qu'elle s'en faisait en étant transportée par cet homme. D'après sa carrure il n'avait pourtant pas l'air si fort que ça... Secouée comme une brindille par le vent, Adaline se prit alors à rougir. Elle venait tout juste de remarquer l'inconfort de sa position, ainsi que la très grande proximité entre eux. Malgré son sale caractère, Adaline restait une jeune fille pudique, d'autant plus qu'elle avait un léger souci d'acceptation de son corps. C'était pourtant ses plumes de chouette qu'elle appréciait le plus. Elles la réconfortaient de par leur touché. Toutefois, personne d'autre n'avait eu l'occasion de les approcher et elle ne comptait pas les dévoiler à ce vagabond!

Elle essaya alors de se dégager. Ravageant son dos de coups de poing et criant pour se donner plus de puissance. Sa rébellion n'eut pas un grand impact. D'autant plus qu'il décida de la faire descendre peu de temps plus tard. Elle voulut commencer à crier et à l'insulter de tous les noms mais il prit la parole en premier et elle dû se retenir d'exploser. Ses joues étaient en feu, que ce soit à cause du vent fouettant son visage lors de cette course effrénée ou tout simplement parce qu'elle était gênée de se soudain rapprochement non désiré. En plus de cela, il ne répondait toujours pas à ses questions! Il ne voulait pas admettre que son comportement était loin d'être anodin, que personne dans toute la Rosanne n'aurait agi de cette manière, que ce soit par principe ou par dégoût. Adaline avait du mal à accepter que le sauvetage d'une personne dépendait de l'ennui d'une autre...

"En ce qui concerne mon enlèvement disons que j'étais consentante... il aurait certainement pu se passer dans de meilleures conditions, mais tant pis."

Elle prit une grande inspiration, histoire de remettre ses idées en place avant de continuer. À tous les coups elle était capable de dire LA chose qu'il ne fallait pas. Elle était bien trop confuse pour être maîtresse de ses actes.

"Et je suis désolée... mais je ne vous crois pas. L'ennui n'est pas une motivation assez importante pour vous donner envie de sauver cet hybride. Il devait bien y avoir une raison solide! Rien que par votre attitude, je vois clairement que vous n'êtes pas un rosannien. C'est contre nature pour eux de libérer un hybride de cette manière!"

Elle commença à faire les cents pas, n'arrivant plus à refouler le flux d'émotions qui naviguait en elle. Elle marchait quelques pas à gauche puis à droite, faisant de grands gestes exprimant son désarroi. Elle était au bord de l'hystérie, mais essayait encore de se contenir un minimum.

"Et puis, cette force que vous possédez? Elle n'est certainement pas humaine! Je ne vous demande pas la lune tout de même! Juste de connaître vos motivations! Tant pis pour votre identité que vous tenez tant à garder secrète. Grand bien vous fasse! En attendant, j'ai besoin de réponses honnêtes!"

Le rouge de ses joues venait de s'étendre à son visage tout entier et ses cheveux partaient dans tous les sens. L'agitation de moment lui donnait particulièrement chaud et elle tira sur son écharpe pour la dénouer légèrement. Pas question d'oublier de cacher sa nuque, mais ce n'était pas pour autant que sa gorge n'avait pas droit à un peu de liberté. Tout en continuant à marcher pour évacuer son stress, elle fixa l'individu, espérant moins de plaisanteries et plus de franchise dans ses paroles.

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Baffes pour tous... Ou presque [PV Adaline]   Lun 23 Mai - 0:05
L'écoutant dans un haussement d'épaules, pourtant en suivant avec une grande attention visible, il s'approcha en ayant l'air un peu confus à son tour... Il était dans une de ces journées où il ne savait plus trop lui-même comment il était supposé agir par rapport à lui-même. Mais à vrai dire, il était loin de regretter, ou d'avoir du mal à assumer. Oh, bien au contraire... Finalement, il se dit que la vérité allait peut-être être brutale, mais qu'au moins, elle serait juste. Alors il lui parla, son regard restant tout aussi paisible, mais plus naturel, plus... disons, moins anodin et rassurant. Le genre de regard qui appartenait à un guerrier d'une puissance redoutable.

« Très bien. Par-delà les océans, en Ylisse, on me surnomme la Mort Rouge. Bien que cela fasse des années que je n'ai rien fait pour mériter ce nom ou les autres que l'on m'attribue - Le fléau d'Ylisse, l'envoyé de Grima... - À vrai dire, la moitié sont bidons, surtout ceux qui parlent du dragon Déchu. Tu vois cette épée, à ma ceinture... ? »

Alors il tapota le fourreau de son arme, solidement accrochée à son ceinturon. Puis il reprit la parole, toujours avec ce sérieux légèrement glaçant. Au final, il était quand même mieux quand il se laissait aller en frivolités et autres réactions narquoises...

« Sanguine. On parle souvent de Falchion, le trésor d'Ylisse, forgée dans une griffe de Naga. Eh bien, Sanguine, c'est sa petite cousine oubliée, forgée dans une griffe du Dragon Déchu. Elle aurait pu tomber entre les mains de n'importe-qui d'autre, mais c'est la seule chose que j'ai gardé de ma famille adoptive.

J'ai plus d'un siècle d'existence. Je me suis battu, j'ai eu une vie bien remplie, j'ai fini seul. Alors oui, aujourd'hui, je m'ennuie. Je m'ennuie à mourir et j'ai envie de m'amuser. J'aurais pu causer un véritable bain de sang, apporter la mort comme jamais personne ne l'avait connue à Rosanne. Massacrer, piller, torturer, faire s'amasser les corps telles des mouches sordides prises dans un nuage infectieux. À la place, j'ai préféré me contenter de les couvrir de baffes comme des gosses.

Je m'en fiche du prétexte. Libérer un héron blanc, ça tombe bien, ça mêle l'utile à l'agréable. Je suis dangereux : j'ai tué plus d'hommes que tu en as probablement déjà vu dans toute ta vie. Je suis l'un des meurtriers les plus prolifiques de cette ère au point que j'en ai été lassé et aujourd'hui la mort ne m'attire même plus tant que ça. Pourtant, mon épée est toujours gorgée du sang de mes proies d'antan et même si je n'y vois plus aucun intérêt, j'assume mes actes jusqu'au bout.

Maintenant, je vais te poser la question une seule fois : tu préfères que je continue sur ma lancée, ou que j'en reste là ? Car j'ai à peine commencé si tu tiens réellement à tout savoir à mon sujet... »

Il lui en disait beaucoup... Beaucoup trop pour être en train de raconter n'importe quoi. Et son regard, bien que n'étant ni menaçant ni agressif, témoignait d'une vie abominable remplie de souffrance, aussi bien pour lui que son entourage. La Mort Rouge... Bien qu'on en parle assez peu sur ce continent comparativement, sur l'autre, il était de très triste renommée. Ses surnoms étaient multiples, mais on parlait souvent d'un homme qui, jusqu'à il y a quelques décennies, représentait l'un des pires fléaux du continent. S'asseyant alors dans l'herbe, il sembla d'un coup redevenir plus léger, regardant le ciel, souriant en coin en appréciant le souffle délicat et rafraîchissant d'une brise printanière

« ... L'été approche... J'aime bien ça »

Ces changements de comportement... Il y avait quelque-chose d'involontaire, au sein de ces derniers. Comme si son attitude n'était pas entièrement sous son propre contrôle, sans faire dans la schizophrénie ou la bipolarité complète. Il semblait seulement... changeait, laissant ce qui venait arriver au gré de son ressenti, tantôt froid et distant, tantôt anodin et moqueur. Mais s'il y avait quelque-chose qui restait en commun avec toutes ces facettes, c'était bien l'immense douleur qu'on ressentait. Ses paroles avaient beau être maîtrisées, derrière, on pouvait sentir une blessure qui n'avait jamais été refermée. Une blessure profonde, et de longue date, qui résonnait en chacun de ses mots...

Adaline
avatar

Messages : 66

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Baffes pour tous... Ou presque [PV Adaline]   Lun 23 Mai - 15:32
Alors que l'étranger prenait la parole, dévoilant enfin son identité, Adaline marchait de plus en plus lentement, jusqu'à s'arrêter totalement lorsqu'il lui désigna son épée. Elle n'y avait pas fait attention plus tôt. Il était déjà assez impressionnant avec un bâton pour ne pas lui laisser un objet tranchant entre les mains. Enfin... il semblait que quelqu'un avait été assez idiot pour lui apprendre à s'en servir. D'ailleurs cette épée avait l'air assez puissante en elle-même sans être confié à ce danger public. D'après ce qu'elle semblait comprendre de ses dires, il était même encore plus maléfique qu'il ne le laissait paraître. Un frisson parcourut Adaline de la tête au pied. Cette fois, elle se tenait parfaitement immobile, ses muscles tendus, prête à user de ses réflexes si le besoin s'en faisait sentir.

Elle ne comprenait pas comment il lui avait été possible de se tromper à ce point sur le personnage. C'était un tueur sanguinaire à la réputation légendaire, bien loin du fanfaron qu'il lui avait fait voir au marché. Il paraissait jeune, mais le regard si ferme qu'il avait prit pour lui raconter son histoire, témoignait d'années de folies et de meurtres. Son attitude était incompréhensible. Était-il réellement possible de laisser son passé derrière soi de cette manière? Il n'avait pas fait que changer d'attitude, il y avait un net changement de personnalité aussi. On ne devenait pas un héro en une nuit après avoir été un meurtrier. Puisque après tout, c'est ce qu'il était devenu, non? Un héro. Il avait sauvé cet hybride de sa cage... même s'il ne l'avait fait que pour tromper l'ennui. Cette histoire restait tout de même dure à avaler. Le seul homme qu'Adaline ait jamais vu aider un de son espèce n'en avait pas réellement eu l'intention.

Elle se sentit molle tout d'un coup. Ses forces l'abandonnaient, ou peut-être était-ce tout simplement l'adrénaline. Elle avait espérée que certaines personnes sur cette terre s'inquiète réellement des gens de sa race, mais c'était un rêve absurde. Son enfance le lui prouvait bien assez. Lentement, elle s'assit dans l'herbe, les bras autour de ses genoux. Ses muscles étaient à présent totalement relâchés et elle continuait d'entendre cette "Mort Rouge" sans réellement l'écouter. Elle n'avait pas besoin d'en savoir plus. Ne pas être dans la confidence aurait peut-être pu lui accorder une nouvelle journée dans l'insouciance. Maintenant elle en était tout bonnement persuadée, il n'y aurait pas de prince charmant sur son cheval blanc pour venir la tirer de ses cauchemars. Il s'agissait tout simplement de sa vie à elle, et elle ferait bien de la prendre en main. "Plus que deux ans..." songea-t-elle. "Plus que deux ans à me plier à leur jeu et je pourrais partir loin d'ici.".

Elle n'avait retenu qu'une seule chose dans le discours de l'individu. Il ne considérait pas cet hybride comme un homme. C'était un simple animal. Adaline le savait, il n'était pas humain. Mais ce voyageur le considérait encore plus bas sur l'échelle de Darwin. Il était pourtant tout aussi intelligent et conscient de son être que n'importe qui d'autre. D'après les philosophes, la seule chose qui différenciait les hommes et les animaux était leurs consciences de la mort. Les animaux n'en avaient pas. Ils luttaient pour survivre certes, mais ils ne comprenaient pas qu'ils mourraient forcément un jour, c'était le cycle même de la vie. Mais lorsque la jeune femme avait regardé le prisonnier dans les yeux, elle y avait vu cette peur de la mort. Alors qu'est-ce qui différenciait tant que ça les hybrides et les hommes? Resserrant ses bras autour de ses jambes, elle fit son unique réponse au discours de l'homme, dans un murmure.

"Ce n'était pas un simple héron blanc... ce n'était pas qu'un animal... c'était aussi un homme..."

Elle se rendait bien compte que sa réaction n'était certainement pas celle qu'il espérait. Elle n'avait fait aucun commentaire sur son passé. En même qu'aurait-elle eut à dire? "Mon Dieu vous êtes un homme horrible, ne me touchez pas!" Cela aurait été idiot. Cette réaction aurait certainement fait d'elle sa prochaine victime. Essayer de le comprendre? Ce n'était pas la peine, elle s'en savait incapable. Tout chez cet individu lui ordonnait de fuir, et pourtant elle n'en avait pas la force. Elle était bien trop abattue pour faire le moindre effort de compréhension, ou même le moindre geste. Tant pis pour son tour de garde, ses collègues avaient très certainement été témoins de son enlèvement. Elle avait besoin de faire une pause pour un petit moment. La réflexion anodine de son interlocuteur sur le temps la tira légèrement de sa torpeur, avant de l'y replonger aussi sec.

"Tant mieux pour vous. On ne peut pas tous avoir les mêmes goûts."

Elle détestait l'été. Elle ne faisait que crever de chaud sous des couches de tissus, interdite de se découvrir au cas où qui que ce soit découvrirait son secret. Elle restait blanche comme neige, en accord avec son plumage. Si au moins ce dernier lui permettait de voler! Mais ce n'était pas le cas, et sa condition l'avait même empêcher d'apprendre à nager. Une vraie bonne à rien. Rien qu'aujourd'hui elle mourrait de chaud. Elle ne pouvait imaginer ce que cela serait dans quelques semaines.

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Baffes pour tous... Ou presque [PV Adaline]   Lun 23 Mai - 18:00
Étrangement, la jeune femme semblait le juger. Mais ça, il s'y était attendu, alors il ne pouvait pas lui en vouloir tant que ça... Il venait de lui révéler qui il était réellement, et ne s'attendait pas forcément à ce qu'elle se comporte de façon légère avec lui. Cependant, elle sembla se braquer sur le fait qu'il avait parlé du Laguz comme d'un "Héron blanc". Il rectifia immédiatement ce qu'elle venait de dire, une fois qu'elle eut fini de parler

« Un homme, oui, mais un Laguz de la race des hérons blancs. Vous n'allez quand même pas faire partie de ces personnes qui vont commencer à prétendre qu'il ne faut employer aucune terminologie spécifique... ? Vous savez, certaines races de Laguz prendraient ça comme une insulte, si on les mettait au même niveau que des humains. Vous pensez peut-être que je n'ai fais que tuer durant ma vie, mais ça remonte bien à plus de 20 ans. Durant ce temps, je n'ai été qu'un voyageur ennuyé, comme maintenant. »

Il ne parlait pas avec haine ou discrimination, et ça se ressentait; bien au contraire... Suite à sa phrase, il se releva alors, époussetant ses vêtements du revers de la main avant de se saisir de son bâton de marche pour s'appuyer, bâillant en fermant brièvement les yeux, se sentant... étrangement fatigué, d'un coup, tandis qu'il retombait en position assise en se massant la nuque. Visiblement, il avait du rester éveillé très longtemps et beaucoup s'agiter pour être aussi exténué. Ainsi le jeune homme se redressa une seconde fois, regardant le ciel

« J'ai ma tente, pas loin, dans les bois... Je crois que je vais piquer un p'tit somme. Au vu de ta situation vis-à-vis des Rosanniens, je peux toujours t'improviser une tente où roupiller... »

Alors il se mit à marcher, s'aidant de son bâton, en direction de son petit campement de fortune en bordure de la cité... Au vu de cet espèce d'enlèvement surprise, ce n'était pas la meilleure idée de rejoindre la cité maintenant
Suite du RP...

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Baffes pour tous... Ou presque [PV Adaline]   

Baffes pour tous... Ou presque [PV Adaline]

Page 1 sur 1

Fire Emblem Rebirth :: Rosanne :: Viralys :: Rues et habitations+
Sauter vers: