Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

La soeur, pas ta soeur [Done]

Devi
avatar

Messages : 6

Feuille de personnage
Classe: Soeur
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Soin
2
3
4
5
Sujet: La soeur, pas ta soeur [Done]   Ven 9 Sep - 18:28

Informations

• Prénom : Devi
• Surnom : Prashad la pudique
• Âge : 22
• Race : Humaine

• Groupe : Grand-empire de Valm
• Classe : Soeur
• Avantage : Magie
• Désavantage : Force physique

Description physique

Boucles d'or? Non, pas comme ça. Ses cheveux sont lisses, coincés dans deux élastiques, un de chaque côté de sa tête. Quand on a vraiment faim, on croirait voir du blé. Quand on met nos lunettes, on se rend vite compte qu'il s'agit d'une femme qui à première vue, semble perdue dans ses pensées. Son regard pointant la terre sans jamais se relever... jusqu'à ce que vous ouvrez la bouche pour la saluer. Vous la surprendrez. Elle relèvera la tête pour vous égayer d'iris d'incompréhension noisette. Du blé et des noisettes... peut-être à essayer dans une prochaine recette? Quand elle sera certaine que vous vous adressez bien à elle, ses lèvres pulpeuses s'élargiront dans un sourire séduisant malgré elle. Certains hommes aiment se gâter et simplement passer près d'elle pour échanger un regard avec sa poitrine généreuse... ou avec son arrière-train bien caché sous ses vêtements amples et pas trop avantageux de couleur généralement vert ou terre... ou beige. Elle aime bien porter des sandales de bois faites à la main. Pour ce qui est de sa corpulence, disons qu'elle n'est pas maigre ou mourante de faim. Elle est bien nourrie et si elle s'y met un peu, elle pourrait transformer cette santé normale, en muscles de guerrière... mais pas maintenant. Il y a tellement de gens qui attendent qu'elle leur apporte des soins!
224 mots

Description mentale

Cette femme n'a pas la classe de soeur pour rien, ça je peux vous le garantir! Elle a toujours fait dans la générosité, passant les autres bien avant elle et ce, peu importe la situation. Elle a fait beaucoup de sacrifices pour le bien des autres même si parfois elle aurait du le regretter. Elle ne le regrette pas, elle ne regrette rien, croyant que c'est ce que Naga a voulu pour elle. Elle y croit en cette divinité parce que ça lui donne foi, ça la pousse à relever la tête et à tirer son corps vers le haut pour se remettre debout et continuer à faire ce qu'elle fait le mieux : soigner. Même si elle est blessée plus gravement qu'un autre, elle pensera à aider son prochain plutôt qu'à s'aider elle jusqu'à son dernier souffle.

Devi n'est pas une friande de la guerre et de la violence. Même si soigner lui fait plaisir, les gens souffriraient probablement moins s'il n'y avait rien de tout ça. Elle a un corps en or et elle est compatissante comme deux. Si elle était une résurrection, elle aurait sûrement eu comme prédécesseur, un ange du ciel.

Elle adore manger tout ce qui est sucré : pâtisseries, fruits, etc. Elle ne se prive pas quand elle peut. Elle ne fait pas non plus un voeu de pauvreté. Si le Grand Naga aurait voulu qu'elle suive ces principes, il l'aurait mise sur cette voie dès le départ hélas, il la récompense en mettant sur sa route ces gâteries qu'elle prend plaisir à déguster. La jeune soeur aime aussi la lecture, la littérature et tout ce qui peut lui faire oublier le sang qui s'est retrouvé sur ses mains pour chaque personne qu'elle n'a pas pu sauver.
295 mots

Histoire

"Qui est-ce?" Demanda-t-elle de sa chaise berçante, tenant la brosse à cheveux entre ses doigts. " C'est moi, ouvre! " Répondit l'autre, face à une porte verrouillée. Elle se leva en douceur et se dirigea vers la porte pour ouvrir à son mari. Oh non, ils n'étaient pas mariés! Ça, tout le monde le savait, chuchotait contre une façon de vivre si différente et scandaleuse. Mais eux, ils n'avaient pas l'argent pour récompenser un prêtre de leur union, ni pour louer une salle, ni pour payer une robe de soie blanc. Les doigts de la mère tint le verrou par deux avant de tourner et de presque se faire assommer par la porte. L'homme venait d'entrer en trombe. "Ramassez vos affaires... vite!" dit-il d'un ton affolé en se lançant vers tous les côtés pour ramasser les plus de choses qu'il pouvait. "Papa, qu'est-ce qui se passe?" Il s'agissait de la petite Devi qui tenait encore la brosse à cheveux de sa mère dans sa petite main. Les yeux du père se remplirent d'eau, soudainement égorgé par la tristesse de la situation que ni sa fille, ni sa femme ne comprenaient. "Dis quelque chose! Qui arrive?" demanda la mère. L'homme se retourna et prit sa femme par les épaules et la fixa directement dans les yeux. "Le Seigneur Bond... il veut être payé." La femme haussa les épaules, trouvant sa réponse inoffensive mais pourtant : "Il a des mercenaires avec lui. J'ai un mauvais pressentiment."

La petite famille quitta la fragile demeure qu'elle avait louée au Seigneur. Déjà sur la colline au loin, ils pouvaient les apercevoir à cheval, se dépêcher dans leur direction. "Prends Devi avec toi, je vais essayer de le raisonner. Si je ne reviens pas... continue à courir." Le père tourna le dos à sa famille et accéléra le pas. La mère tint sa fille à deux mains et la fit se précipiter dans les bois. Il ne fallut pas beaucoup de temps avant que le père soit capturé... du moins, c'est ce qu'ils pensent tous. Son corps n'a jamais été retrouvé s'il avait été assassiné... La mère, à la tombée de la nuit, se réfugia au pied d'un arbre. La ville était à quelques kilomètres de leur position. Durant la nuit, des bruits de sabots réveillèrent Devi qui se réfugia dans le tronc de l'arbre, à l'abri des regards. Sa mère se réveilla que quelques secondes plus tard, au moment où une main l'agrippa par le collet pour la soulever. Les mains sur les oreilles, les yeux fermés, Devi se sauva du supplice de viol et de meurtre de sa mère. Plusieurs minutes (ou des heures?) après qu'un silence se soit installé, la petite sortie de sa cachette et trouva la dépouille de sa mère. Elle devina rapidement que sa mère ne se relèvera plus. Elle n'attendit pas que le soleil se lève pour déguerpir dans la direction que sa mère l'amenait et la frontière fut à sa portée.

À son arrivée, elle était déboussolée et errait de gauche à droite sans savoir si elle devait y rester vraiment ou rebrousser chemin. Les yeux gonflés par les larmes qu'elle a laissées perler sur ses joues, une simple petite fille qui trimbale au-devant de la frontière poussa les garde à s'échanger des regards. Quand Devi prit enfin la décision de s'avancer timidement vers eux, ils attendirent qu'elle parle avant de prendre une décision quelconque... sauf que la pauvre petite ignorante se devait de leur parler avant d'entrer, chose qu'elle ne fit pas quand elle passa près de deux gardes. "Halte-là! Où vas-tu comme ça?" La gamine figea et se retourna en toute lenteur vers son interlocuteur. "Tu ne peux pas trav-" Le garde se fit vite couper la parole par la voix enrouée de tristesse de la petite : "S'il-vous-plait monsieur... c'est ici que ma mère voulait m'amener..." Il arqua un sourcil, ne comprenant pas trop ce qu'elle voulait dire, mais la guida jusqu'à un bâtiment où la garde pouvait se reposer. Le garde transmit un message pour que quelqu'un puisse prendre la relève quant à écouter l'histoire de l'enfant. C'était une soeur qui vint la recueillir. Ses joues rouges, ses jambesfaibles, elle n'arrivait plus trop à articuler lorsque la soeur lui a demandé son nom. La dame proposa qu'elle la suive pour qu'elle lui donne à manger et qu'elle s'occupe d'elle. Devi rassembla toutes ses forces pour se lever et suivre la dame à qui elle révéla toute l'histoire.

L'histoire ne la toucha pas plus que ça, sachant qu'elle n'était pas la première à avoir ce genre de malheur, mais étant donné qu'elle n'avait plus de famille, la soeur l'a accueillie à l'église et ce, pour des années. Devi y a eu son éducation et c'est là qu'elle a appris à soigner. Elle y est restée longtemps, même après la puberté parce que l'image de sa mère est resté imprégné dans ses souvenirs comme une cicatrice qui ne se referme jamais. Elle croyait que le Grand Naga l'aiderait peut-être à oublier ou à soulager la souffrance. Est-ce en devenant une soigneuse qu'elle croyait se soigner elle-même? Oui, sûrement... mais elle s'est vite rendue compte que les blessures psychologiques sont rarement possibles d'être soignées...
3 mots

HRP

• Le personnage sur mon avatar •
Tsunade de Naruto

• Comment j'ai connu le forum •
Grâce à Taurok

• Mes remarques sur le forum •
Beau et cool!

• Ma connaissance de Fire Emblem •
*tousse* Non pas du tout!

• Le code du règlement •



Devi
avatar

Messages : 6

Feuille de personnage
Classe: Soeur
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Soin
2
3
4
5
Sujet: Re: La soeur, pas ta soeur [Done]   Ven 9 Sep - 23:38
Je crois que j'ai terminé ma fiche les coquelicots ♥

Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: La soeur, pas ta soeur [Done]   Sam 10 Sep - 15:19
Bienvenue sur le forum, huhu, petite Jianette 83 Ainsi, je te déclare validée car ta fiche me plait et que tout est en ordre !

Prêtre/Soeur niveau 1 créé !

PV
10
Force
2
Magie
10
Vitesse
7
Technique
4
Chance
14
Défense
4
Résistance
8

Je m'occupe des dernières formalités avec ta fiche, tu peux désormais RP à ta guise ! B)

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: La soeur, pas ta soeur [Done]   

La soeur, pas ta soeur [Done]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soeur Sourire
» Soeur de Sigmar
» Auprès de ma soeur....[pv: Amy]
» catherine • soeur ingrate
» Avec sa soeur(Avant la quarantaine)

Fire Emblem Rebirth :: Hors-jeu :: Registre des personnages :: Validés+
Sauter vers: