Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

Neuro

Neuro
avatar

Messages : 9
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t412-neuro

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de Bronze
2
3
4
5
Sujet: Neuro   Dim 7 Aoû - 23:47

Informations

• Prénom : Neuro
• Surnom :
• Âge : 19 ans
• Race : Hybride Humain/Manakete

• Groupe : Rosanne
• Classe : Lord
• Avantage : Vitesse
• Désavantage : Magie

Description physique

Le jeune homme est âgé de dix-neuf printemps. Son physique est plutôt harmonieux. Ce n'est ni une montagne de muscles, ni un gringalet. Mesurant dans les cent soixante dix-sept centimètres, ce qui est une taille assez commune. Il est assez beau, pour ne pas dire doté d'un physique parfait et outrageusement bien gâté par la nature. En principe, aucune demoiselle normalement constituée ne resterait indifférente. Adoptant une attitude assez nonchalante, voir arrogante. Il dégage une aura noble et bestiale à la fois. Une certaine classe et prestance indéniable émanent de lui.

Il est un être aux pupilles rutilantes d'un vert pale pastel, présentant parfois des reflets d'un rouge écarlate étincelant, voir même luminescent. Ces deux yeux luisants se démarquent sur un visage assez beau, le plus souvent inexpressif, à demi-caché par ses mèches de cheveux noir de jais. Sa chevelure reflétant sous la lumière des teintes tirant vers les aquarelles des plus belles toiles. A peine visible, on peut remarquer si on y prête attention, une boucle d'oreille se démarquant du coté gauche, une pierre d'un bleu intense pendant au lobe. Il porte très souvent un grand manteau d'un blanc immaculé. Cela lui vaut d'être facilement repérable. Dans une foule, on ne verra que lui, à moins qu'il neige. Le reste de sa garde robe est dans des teintes plus sombres. Le plus souvent portant du noir. Parfois du rouge grenat. Deux ceintures à sa taille arborent certains symboles. A sa main gauche, une sorte de bague au motif inquiétant est placée au majeur, ainsi qu'un bracelet stylisé au poignet.

Neuro n'a pas de traits particuliers relevants de ses origines Manakete. A part peut être ses canines qui sont un peu pointues, mais loin d'être considérées comme des crocs. Il semble être un humain parfaitement normal à première vue. Personne ne soupçonnerait son secret. Il ne peut se transformer en Dragon. Néanmoins, il a hérité de leur longévité surhumaine. Il est inconscient de ce fait.
17 mots

Description mentale

Depuis sa plus tendre enfance, Neuro est de nature assez solitaire et indépendante. Préférant l'action aux paroles, il lui arrive souvent de parler pour ne rien dire et lâcher une phrase complètement absurde ou vantarde. Il est très imbu de sa personne et est animé de grandes ambitions restant plus ou moins obscures. Le qualifier d'égocentrique ne serait pas faux. En réalité, c'est un véritable mégalomane. N'hésitant pas une seule seconde à recourir à la violence à la moindre occasion ou encore à provoquer des problèmes. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? Sa perception du monde est singulière et sans doute incompréhensible aux yeux des autres. De plus, sa personnalité est relativement instable. Néanmoins, cela ne l’empêche pas de faire preuve de beaucoup de loyauté envers certains principes. On ne dirait pas à première vue, mais Neuro est quelqu'un de très intelligent et souvent sait parfaitement la nature de quelqu'un au premier coup d’œil. Il possède aussi un sens de l'humour cynique, voir sarcastique et totalement décalé. Il s’intéresse aux cultures d'autres contrées, ce qui peut surprendre. Par ailleurs, Il apprécie les arts et a un coté parfois très théâtral dans sa manière de faire ou de se battre. Balancer une punchline cinglante avant de faire une bêtise insensée provoquant le chaos est l'une de ses spécialités. Semblant peu amical, parfois rustre, même froid, il reste imprévisible et peut changer de personnalité en une fraction de seconde. Pouvant être le pire des enfoirés ou le meilleur ami au monde.
3 mots

Histoire

   Ah Rosanne, douce Rosanne! Point d'autres paradis sur terre où s'abreuver du doux nectar de l'aristocratie et de tout ce qui l'accompagne. Le luxe, les mets les plus raffinés, les étoffes les plus somptueuses, ainsi que bien d'autres plaisirs. Mais n'oublions la vilenie qui en découle. Quoi de plus passionnant que vivifiantes querelles et perfides trahisons prenant place dans ce théâtre rocambolesque, dont les dirigeants y sont à la fois marionnettistes et acteurs? Et cela dans le seul but de s'enorgueillir de plus de pouvoir et de richesses.

Il me semble qu'il n'en existe point.

C'est sûr ces terres, que naquit au sein d'une des importantes Maisons, un enfant, mais pas n'importe lequel. Neuro. Il vécut une enfance des plus normales. Éduqué comme il se doit, en parfait petit privilégier. Suivant à la lettre les enseignements de ses professeurs particuliers. Il devint rapidement au fil des années, un jeune homme tout à fait respectable. Du moins en apparence. Donnant une place importante à l'art de la guerre, c'est en toute logique qu'il s'adonna à l'apprentissage du maniement des armes et de la stratégie militaire. Bien qu'étant un élève dévoué, il avait aussi ses faiblesses. Trop sûr de lui, voir même totalement intrépide. Ne manquant jamais une occasion de se faire de nouveaux ennemis à cause de sa langue de vipère trop bien pendue.


Rosanne, Viralys, Résidence du Duc,
4 Mai de l'an de grâce 2720,
18h51


  Le Duc avait convoqué Neuro dans ses quartiers, où ce dernier était en compagnie d'innombrables femmes de peu de vertus, certainement là pour satisfaire son "appétit" insatiable que la morale réprouvait. Depuis la mort de son épouse, il ne s'en cachait même plus.

"Laissez nous. Je m'occuperais de vous plus tard", affichant un regard des plus explicites.

Elles s’exécutèrent, quittant la pièce. Cependant, la garde rapprochée du Duc, composées de deux de ses plus loyaux et féroces soldats, demeura telle statue de marbre. Vous savez, on n'est jamais à l'abris d'un meurtre, surtout dans les parages.

" Vous m'avez fait convoquer, votre Grâce? " Faisant une rapide révérence en penchant légèrement la tête. Davantage par contrainte que par choix. Avoir un minimum d'étiquette pouvait vous rendre la vie plus facile par moments.

" Certes, certes." Le fixant d'un air inquisiteur, avant de poursuivre. " Il est grand temps pour toi de servir les intérêts de la famille. " dit-il, tout en touchant la barbe prolongeant son menton, semblant songeur.

" Vraiment? Quels sont-ils à vos yeux? "

" Te marier serait un commencement. J'ai personnellement sélectionné quelques candidates répondant aux conditions sine qua non. "

" Par Conditions, vous vous référez très certainement aux potentiels profits que vous en tireriez? "

Le Duc s'énerva face à pareille insolence, se redressant et faisant violemment frapper le bout de sa canne contre le marbre du sol. Comme foudre toute puissante aurait déchiré les cieux.

" SILENCE! "

Il n'était pas rare que le petit-fils l'énerve de la sorte à chacune de leurs audiences. C'était même devenu une tradition à son grand dam. De plus, le lourd secret de famille n'arrangeait en rien les choses. En effet, l'un de feu ses fils s'était acoquiné et marié en secret avec une personne ne répondant pas aux attentes familiales. Le Duc n'avait jamais réellement accepté cette relation scandaleuse, qui ne fut d'aucune utilité financière ou politique. Sans parler de la réputation familiale mise en péril.

" Insolent, tant que tu es sous mon toit, tu te plieras à mes règles! "

Neuro afficha un air dédaigneux, trahissant sa contrariété comme à chaque fois qu'il devait faire face à une quelconque forme d’autorité.

" Soit... Quoi que non en fait, je n'ai aucune envie de vous obéir. "

" QUE!!!... MISÉRABLE PETIT... " Commençant à défaillir d'un tel affront.

" J'ai de plus grands projets. "

" IMPERTINENT!!! "

Fou de colère, le Duc envoya un coup de revers de sa canne en direction de Neuro. Ce dernier ne broncha pas, gardant toute sa superbe. Recevant le coup de plein fouet à hauteur du crane. Le sang coula du front. Si le Duc n'avait pas eu quelques années de trop, il aurait pour sûr estourbit l’effronté. Mais la vieillesse est une cruelle et surtout implacable ennemie. De plus, le jeune homme était au firmament de la jeunesse et de la santé. Aucun risque que le vieux lion tout rabougrit ne l'emporte face à ce Divin Phénix prometteur. Neuro porta sa main sur son front, afin que l'hémoglobine ne rentre dans son œil droit en perlant. L'échange de regards qui s'ensuivirent entre les deux hommes étaient des plus intenses. Se faisant dans un silence de mort, durant à peine quelques secondes, qui pourtant semblèrent durer une éternité.

" Ku ku ku! Vous êtes toujours aussi impulsif. J'avais peur que vous n'ayez perdu la santé à force de vos activités... "

" Silence!!! J'ai encore de longues années devant moi, ne t'en déplaise. " Retournant s'asseoir.

" Allons, allons, mes intentions sont tout ce qu'il y a de plus sincères. La famille et ses intérêts passent avant tout à mes yeux. "

" Garnement, te faut il un autre coup sur la caboche pour te remettre les idées en place? "

" Cela n'est nullement nécessaire. Pour en revenir à la discussion, j'aimerais si vous me le permettiez voyager et explorer le monde. "

" ... " Jetant soudainement un regard encore plus noir que les abysses " Trop dangereux. Moi vivant tu ne quitteras Viralys avant d'être marié et avoir engendré un héritier mâle en parfaite santé. "

Les demandes étaient légitimes. Après que l'un de ses propres fils ait transgressé les règles et soit même décédé, il n'allait certainement pas permettre à son petit fils de faire de même. Comme on dit, la pomme ne tombe jamais loin de l'arbre.

" Me prenez vous pour un vulgaire incompétent? Un freluquet? " Outré par pareil constat.

" Qu'as-tu accompli? "

" En m'emprisonnant comme vous le faites, que voulez-vous que j’accomplisse? Je ne puis point rassasier ma lame du sang de nos ennemis. Vous ne me laissez même pas participer aux affaires de notre famille. "

Le Duc semblait pensif. Les dires de Neuro démontraient une motivation indéniable.

" Hum. Sais-tu pourquoi? Car tu es incontrôlable. Je ne veux pas que tu provoques des soucis avec ton zèle et ta langue de serpent. Te connaissant, tu ne ferais que ternir la réputation de notre Maison. "

" Laissez-moi vous prouver le contraire. " affichant un air sérieux.

Le Duc toucha sa barbe, reprenant un faciès pensif, puis inquiet.

" Hum. Bon, je suppose que je dois te laisser une chance de prouver ta bonne fois. "

" Je n'en demande pas plus. " Cachant sa joie, mais ayant clairement des étoiles dans les yeux...

" Hum. " Commençant déjà à regretter ce qu'il venait de dire plus tôt, mais ne pouvant revenir sur ses mots. " J'ai peut-être une affaire dont tu pourrais t'occuper en mon nom. J'ai récemment conclus une affaire avec la Comtesse Figueroa. Nous avons passé un marché concernant quelques terres, notamment un vignoble. "

" Le célèbre vignoble dont le vin était si réputé? "

" En effet. " Surpris que son petit fils connaisse cette information. " Comme tu dois le savoir, voilà des années que cette exploitation est laissée à l'abandon, à cause des bandits qui y pullulent. À chaque cargaison, il y avait des soucis. Entre attaques de pilleurs ou disparitions mystérieuses de tonneaux lors du transport, certainement revendus au marché noir. Elle a donc estimé les pertes et profits, déduisant qu'il valait mieux arrêter cette activité. Il y a peu, elle a fini par se résoudre à s'en débarrasser. "

" Je vois la situation. Ce qui m'étonne, c'est pourquoi vous avez décidé d'acquérir ce vignoble s'il s'agit d'une telle épine dans la main de son propriétaire. "

" Tu ne comprends donc rien aux affaires. Tout d'abord, saches que j'ai eu ces terres à bon prix. Ensuite, ce vignoble produisait un vin semblable à l'ambroisie elle-même. C'était le nectar des Dieux. Si nous remettons l'affaire sur pied, cela représenterait une mine d'or. Tu peux me croire. Enfin, ce vin était mon préféré. Je donnerai cher pour une seule bouteille de ce breuvage. "

" Je vois. Mais qui vous dit que vous arriveriez exactement à reproduire ce vin comme il l'était par le passé? "

" J'ai réussi à me procurer les secrets de sa fabrication, via mon réseau d’espions, il y a déjà un certain temps. J'ai tout mis en oeuvre pour reproduire ce vin en suivant scrupuleusement à la lettre les indications, mais le résultat restait loin de mes souvenirs. Le secret réside dans les grappes de raisin eux-même. Et donc, du vignoble. C'est la seule explication."

" Bien. "

" Mènes à bien la transaction avec la Comtesse. Il me faut cet acte de propriété au plus vite. J'ai déjà préparé le paiement. Une fois cela fait, tu rejoindras le convoi qui partira afin d'instaurer les lieux et assurer la remise en marche de l'exploitation. Bien sûr une escorte composée de soldats aguerris, contrairement à toi, sera du voyage. Ils assureront la protection et devront éliminer toute menace. Je tiens à ce que cette expédition se déroule sans une seule fausse note. Est-ce bien clair? "

" On ne peut plus clair. "

" Le Capitaine Sir Ignatius Aulmord te surveilleras de près. Contente toi d'observer et d'apprendre, ne joue pas au héros. Vas, je t'ai suffisamment vu. "

Neuro : "Bien, votre Grâce." affichant un léger sourire narquois, avant de prendre congé et se retirer dans ses quartiers personnels.

C'est ainsi que débuta les fabuleuses aventures de Neuro, ainsi que sa légende... où du moins les prémices de celle-ci.


Rosanne, Viralys, alentours du Manoir de la Comtesse Figueroa,
6 Mai de l'an de grâce 2720,
11h34


   Le fier et intrépide Neuro, accompagné du fidèle Igniatius, ainsi que de quelques soldats les escortant, arrivèrent à proximité de la résidence personnelle de la Comtesse Figueroa. Un somptueux Manoir dans la grande Cité de Viralys.  Ils furent accueillis par le majordome des lieux, un homme d'un âge certain, affichant un visage fatigué, ainsi qu'une moustache et des cheveux d'un teint grisonnant. Ce dernier invita Neuro et le capitaine à patienter dans le salon. Les gardes quand à eux n'étaient pas vraiment conviés et avait du travail à faire. Notamment, décharger le coffre contenant l'or promis en échange du document convoité. Le vieil homme convia prestement les importants invités à se mettre à l'aise, mentionnant que la Comtesse n'allait pas tarder à les rejoindre. S'excusant par la même occasion de son léger retard. Puis il repartit, afin de surveiller que les acolyte ne ravagent rien. La Comtesse avait en horreur, par dessus-tout, que les laqués des invités ne fassent pas attention et osent piétiner ses parterres de fleurs exotiques, qu'elle faisait venir spécialement de lointaines contrées. Ignatius restait planté comme un piquet en plein milieu de la pièce. Un certain stress émanait de lui, chose improbable aux vues de son imposant gabarit, une véritable montagne de muscles, et de sa fort belle carrière militaire à la solde du Duc, qui avoisinée la décennie.

" Je vous sens un peu à l’affût Sir Igniatius. Vous allez bien? "

" Parfaitement bien, Lord Neuro. "

" Il ne me semble pas pourtant. Détendez vous. Sa Grâce le Duc n'est point là. "

Neuro s'affala dans l'un des douillets fauteuils, avec désinvolture. Ce qui ne manqua pas de faire réagir le Capitaine comme un pivert hystérique martelant de son bec un tronc d'arbre.

" Lord Neuro!!! Un peu de tenu!!! Tenez vous vous un minimum, la Comtesse Figueroa pourrait mal le prendre. "

C'est bien sûr à ce moment précis que la propriétaire des lieux fit son arrivée, avec une élégance et un raffinement à en faire pâlir plus d'une. La belle était dans une robe somptueuse, arborant les bijoux les plus scintillants. Une silhouette gracile et une peau de soie. Un visage de beauté fatale, allié à une voix de sirène.

" Excusez de ne pas vous avoir personnellement accueillis. Vous parliez de moi? "

Le visage d'Igniatus semblât se décomposer, comme électrifié par l'arrivée de leur hôte.

" Com... Com.. Comtesse Fi... Figueroa! " Se mettant à bégayer tout en s'inclinant.

" Sir Ignatius. Sa Grâce le Duc n'est pas avec vous? " Surprise par l’absence du vieux. Puis remarquant le Neuro sauvage affalé dans son mobilier hors de prix, elle demanda " Oh, mais qui est ce? "

" C... C'est... C'est... " Semblant avoir du mal à répondre.

Neuro se releva majestueusement, tel un tentaculaire et vivace phénix reprenant majestueusement son envol depuis les cendres de son bûcher, fit une élégante révérence en inclinant sa tête, puis attrapa la main de la belle, la baisant avec vigueur, en tout bien tout honneur.

"Lord Neuro, pour vous servir. Sa Grâce le Duc, mon aïeul, étant souffrant, il m'a chargé personnellement de m'occuper en son nom de la transaction avec vous Chère Comtesse. Il vous gratifiera certainement de sa visite une fois qu'il sera rétablit. "

" Fort bien. " Semblant ravie.

" Vous êtes exquise Comtesse. Si j'avais su à quel point, croyez-moi que nos routes se seraient croisées plus tôt. "

" Au moins, vous, vous savez parler aux dames " Toisant le Capitaine du regard.

Ignitius devint vert, toujours planté comme un arbre enraciné profondément dans le sol. Une chose était certaine, le bougre semblait assez mal à l'aise.

" Ce n'est que vérité. "

" Oh, vous alors... " Lui envoyant une petite tape sur l'épaule en affichant un air amusé.

" Hum, Hum! " faisant mine de se racler la gorge en fusillant Neuro du regard.

" Bien. Nous avons amené la somme convenue, notre escorte est en train de décharger le coffre. Il me semble que votre majordome est en train de s'en assurer. Avez-vous les documents? "

" J'ai dû les oublier dans ma bibliothèque, quelle étourdie. Suivez-moi. " Se tournant vers le Capitaine, prenant un ton sévère et froid à son encontre. " Vous, Sir Igniatus, allez dire à Augustin, mon majordome, de nous y rejoindre une fois qu'il aura vérifié le chargement. "

" Bi.. bi... bien..."

L'officier n'eut pas le temps de répondre que la Comtesse et le Lord avaient déjà disparus. Il s’exécuta. Rejoignant sa soldatesque qui œuvrait aux bases besognes. La troupe avait terminé d'acheminer la cargaison dans le hall d'entrée. Le majordome comptait les lingots d'or pour sa part, avec une minutie certaine. À en croire que si le moindre écu manquait, il subirait le fouet jusqu'à ce que mort s'ensuive.

" Augustin, la Comtesse Figueroa vous attends à la bibliothèque une fois que vous vous êtes assuré que tout est en ordre concernant le paiement. "

Augustin fit un léger hochement de tête approbateur, ne prenant peine d'interrompre sa besogne. Le temps semblait ralentir inexorablement. Les soldats en profitèrent pour se reposer. Ils en avaient besoin apparemment. Le coffre pesait son poids. Ignatius quant à lui faisait les cent pas, tournant en rond. Semblant inquiet de quelque chose. Laisser un jeune homme et une femme seule était-il prudent? A en croire le spectacle de tantôt, peut être pas. Surtout que Neuro connaissait un certain succès auprès de la gente féminine. Un physique de rêve, un certain charisme naturel, une attitude de mauvais garçon. Pour résumer, l’assiette était bien garnie. La Comtesse, quant à elle avait tout du canon de beauté rendant les hommes complètement fous. En sa présence, la chaleur ambiante semblait augmenter d'une bonne dizaine de degrés Celsius. Le capitaine, torturé par ces pensées, décida d'aller vérifier de ses propres yeux.

Arrivé dans le couloir, menant vers le lieu du crime présumé, il entendit clairement la voix suave de la Comtesse. Cette dernière poussait de petits gloussements amusés. Que diantre se passait-il? Puis la voix du jeune homme retentit dans un abyssal écho.

" Vous avez de forts beaux melons, vous permettez ma chère. "

" Je vous en prie, faites-vous plaisir. "

" Gros et bien ronds comme je les aime. Juteux en plus. "

De nouveau, la Comtesse semblait amusée, poussant un petit rire gracile et fluet. En entendant cela, Igniatius marcha a pas de chat dans le couloir, en direction de la lumière. N'en croyant pas ses oreilles. Quelle était cette diablerie? Oseraient-ils? La sueur perlait sur son visage, inquiet de ce qu'il allait découvrir.

" Puis-je l'examiner de plus près ?"

" Cela me gène un peu. en temps normal, j'aurais refusé, mais puisque c'est vous. "

S'agissait-il bien de ce dont le capitaine craignait? Il y avait de fortes chances. Ce dernier continua d'avancer lentement tel un chat noctambule sur une corde au-dessus d'un ravin sans fond. Et à en croire sa mine, ce chat avait le vertige.

" Elle est énorme!!! Et si dure! " S’exclamant d'une voix surprise, mais assurément ravie. 

" Maniez-la avec précaution, vous pourriez vous blesser. Ku ku ku "

" Un engin aussi imposant et lourd, vous devez avoir du mal à marcher, non? Hi hi. "

" Oh vous savez, avec l'habitude on s'y fait. "

Plus Igniatius avançait et entendait l'outrageuse conversation, plus il était tétanisé à l'idée de voir la scène se déroulant dans la pièce qui paraissait si loin, mais pourtant si proche en réalité. Il était de son devoir d'intervenir avant que l'irréparable n'arrive. Il devait remettre ce tentacule joueur dans sa boite de Pandore avant qu'il n'ait eu l'occasion de tentaculer au troisième degré et dans tous les sens la Comtesse. Puisant dans ses dernières forces le courage nécessaire, Igniatus bondit tel un fauve en direction de la porte entrebâillée, l'ouvrant soudainement et avec violence.

" ARRÊTEEEEEEZ!!!! " S'écriant comme hurle le loup à la lune.

Surprenant la main dans le sac les deux individus, qui ne s'attendaient certainement pas à une telle surprise.

Là, le choc fut total pour le chevalier, qui en avait pourtant déjà vu des vertes et des pas mures dans sa carrière. La Comtesse et Neuro affichaient des yeux ronds comme des soucoupes en le regardant. L'un mangeait une tranche de fruit fraîchement coupée, l'autre tenait sans ses mains l'épée appartenant à son invité. Et cela en toute camaraderie et en tout bien tout honneur.

" MAIS VOUS ÊTES COMPLÈTEMENT MALADE!!! " énervée par le malotru gougnafier.

Le Capitaine afficha un air ahuri pendant quelques secondes, se rendant compte de sa terrible méprise. Neuro dégustait juste un véritable melon, tandis que Figueroa examinait une simple et innocente lame qui n'avait rien de tentaculaire.

" Oh Sir Igniatius, vous êtes là. Les melons de la Comtesse sont incroyables. Certainement les meilleurs de tout Rosanne. Gouttez donc! " Tendant le plateau qui était garnie de ces succulents fuits.

La Comtesse était énervée. Cela se ressentait dans sa voix.

" Ça va de soi. Jamais vous ne trouverez pareil produit ailleurs. Cultivés avec amour et tendresse dans mes jardins. Capitaine, quant à vous, j’espère que vous avez une bonne explication à me donner sur votre comportement. " Fixant d'un regard sévère le Chevalier.

Heureusement, Augustin arriva à ce moment. Ce qui désamorça la situation assez tendue.

" Comtesse, tout est en ordre concernant le paiement. "

" Parfait Augustin. Occupez vous de le transférer à l'endroit habituel. " Affichant un sourire vénal, mais néanmoins malicieux.

Elle rendit l'épée de la discorde à son propriétaire, puis s'installa derrière son bureau, où devant-elle était disposés tous les documents. Elle prit une plume, qu'elle trempa délicatement dans l'encre noire, puis apposa sa signature. Ensuite, elle chauffa un morceau de cire, afin d'apposer son sceau. Une fois tout ceci terminé, elle tendit les précieux au jeune homme afin qu'il les approuve.

" Tout me semble en ordre. " Examinant les papiers, avant de les enrouler et de les tendre au capitaine, qui demeurait toujours sidéré, la bouche à moitié ouverte.

" Nous allons prendre congé très chère Comtesse, à mon grand désarroi. J'aurais aimé discuter un peu plus avec vous. J’espère en avoir l'occasion à mon retour. "

" Vous ne restez pas déjeuner? " Affichant un air déçu.

" Cela aurait été avec grand plaisir, croyez-moi. Cependant, je dois m'absenter de Viralys pour une importante mission confiée par sa Grâce le Duc lui-même. "


" Rien de trop dangereux, j’espère. Sa Grâce le Duc semble vous accorder tant de responsabilités. J’espère qu'il ne vous exploite pas trop. "

" Ne vous inquiétez pas. Une simple formalité. Sa Grâce le Duc ne peut rien faire sans moi après tout. " Manquant que son nez ne s'allonge telle une péninsule sous ses exagérations plus ou moins mensongères.

" Je compte sûr vous pour venir me rendre visite dès votre retour. " 

" Je n'y manquerai pas. "

" Augustin, raccompagnez nos invités. Oh, donnez à Lord Neuro un panier de mes plus beaux melons pour la route. "

" Vous êtes trop bonne, Comtesse. "

Le majordome raccompagna à l'entrée les deux hommes. Leur donnant au passage les précieux cucurbitacées promis. La tâche donnée par le Duc était donc en bonne voie. Aucun problème pour le moment, à part quelques pépins de melons bien innocents.

Rejoignant la garde qui les attendait patiemment, Neuro était assez content de lui. La Comtesse Figueroa semblait apprécier le jeune noble et lui avait même offert gracieusement ses melons. Igniatus lui ne semblait plus lui-même, complètement dans les choux. La léthargie l'avait emporté semble t'il.

" Sir Ignatius... Je connais votre terrible secret... "

" ... HEIN?! " Surpris comme un chien de prairie sauvage prit la patte dans le sac.

"Allons, j'ai bien vu que la Comtesse ne vous laissait pas indifférent, petit cachottier. "

" Ma... ma...m.... mais!!! " Tentant de nier.

" Ne vous en faites pas. Je veux bien jouer le héron Cupidon. Cependant, vous m'en devrez une. "

" Que? C'est vrai? "

" Bien sûr. "

" NON!!! Vous mentez! J'ai bien vu votre mascarade!! "

"Allons, allons. Ce n'est point mascarade, ce n'est que divine comédie de la bienséance. "

"... Hum... Si vous le dites... Mais je ne vous connaissais pas si... à cheval sur l'étiquette... "

" Cela m'attriste que vous pensiez ainsi de ma personne. "

" Attendez!!! Comment se fait il que vous ayez une telle assurance avec les dames? "

" Sir Ignatius, sachez que dès mon plus jeune age j'ai été éduqué par les plus éminents précepteurs de renommées internationales. Il est normal de savoir entretenir une conversation amicale avec la gente féminine. "

" ... "

" Sa Grâce le Duc n’arrête pas de s'acoquiner avec des demoiselles peu recommandables à longueur de journée. Cela doit vous avoir sauté aux yeux. Vous ignorez sans doute ses autres passes temps. "

"Que me contez vous là? " Dubitatif.

"Etant plus jeune, ma curiosité et mon tempérament intrépide se sont retournés contre moi. Je vous avoue, j'ai fait le mur de nombreuses et incalculables fois. Je m'étais aventuré dans les ruelles de la Cité. Je ne sais pour quelle raison, le hasard voulu que je m'aventure dans un des jardins, si je me souviens, je tentais d'attraper un écureuil. Je regarda par la fenêtre du manoir. Certainement la lumière et l'agitation des ombres avaient attisé ma curiosité. Ce que j'y aperçus me fit bien vite perdre mon innocence d'enfant. Même si cela ne dura qu'un bref instant, avant que la surprise ne se transforme en malaise. Je vus des nobles, aussi bien hommes, que femmes, torturant et abusant d'esclaves. Je fus comme dérangé par cette scène semblant si irréelle, ne comprenant pas ce que mes jeunes yeux percevaient. Mais le moment le plus crucial fut quand je reconnus le Duc parmi eux. Il exaltait, comme possédé par une frénésie insatiable. Son visage en était même déformé et méconnaissable. Enfin, je n'entrerai pas dans les détails. Je me souviens avoir vomi mes entrailles et pris mes jambes à mon cou jusqu'au manoir. "

Neuro affichait un air assez ténébreux en racontant tout cela au Capitaine. Il ne le connaissait pas particulièrement bien, pourtant il lui racontait cela comme il l'aurait fait à un vieux frère d'armes. Igniatus semblait choqué du récit, malgré sa carrière et les guerres dont-il avait été témoin. Les pillages de villages et autres joyeusetés morbides étaient pourtant nombreuses dans la vie quotidienne de tout soldats. Les nobles étaient réputés pour leurs excentricités et leur absence de sens moral après tout. C'était un fait établit et une évidence.

" En tout cas, je ne participe pas à ce genre d'événement. Je trouve que cela manque d'élégance. Les nobles se considèrent si raffinés pourtant. N'est ce pas ironique? "

" Hum... En effet. Je ne savais pas que sa Grâce le Duc... avait de telles activités... " Pensif. " Ni que vous étiez si... sage. "

" Ku ku ku."

Étais ce la raison pour laquelle le jeune Lord démontrait un tel dédain envers son aïeul? Une telle désinvolture?

Probable.


Rosanne, entre Routes et Hameaux,
15 juillet de l'an de grâce 2720,
21h11


Le convoi approchait de sa destination, cependant avec peine. Déjouant tant bien que mal les féroces bêtes sauvages et autres bandits peu scrupuleux et assez fous pour défier l'escorte, pourtant assez dissuasive. Sir Igniatius et Lord Neuro eurent donc l'occasion de faire plus amples connaissance. Débattant sur les melons de la Comtesse en grande partie. Les soldats eurent aussi l'occasion d'apprécier la présence du jeune noble. Qui se révélait bien plus facile à supporter que le Duc, dont ils assuraient habituellement la protection lors de ses voyages ou autres excursions. Afin de passer la nuit, c'est tout naturellement que l'expédition profita d'un hameau pour faire halte. Établir le campement ne fut pas chose des plus passionnantes et aisée. Au contraire. Cette tâche relève toujours de l'exploit et demande énormément d'organisation. Mais aussi d'efforts. Après une longue journée assez éreintante, c'est sûr que même les bras les plus aguerris ont tendance à devenir paresseux.

Néanmoins, avec un peu de volonté, on réussit tout ce que l'on entreprend. C'est ainsi qu'une fois le périmètre sécurisé et les tentes de fortune aménagés. Les hommes purent se consacrer à allumer le feu et commencer à préparer le souper. Il ne s'agissait pas vraiment de haute gastronomie, mais sur la route, il faut bien faire avec ce que l'on a. Avec pour seule consolation, quelques morceaux de viandes séchées provenant des provisions, accompagnés de pain rassit. Se casser une dent était plus que probable. Neuro n'était pas vraiment des plus enthousiastes sur ce menu digne de vulgaire roturier. Mais il s'en accommoda. Bien sûr le Duc, lors de ses déplacements, était toujours accompagné de son chef personnel et de victuailles de premier ordre. Comme par hasard, Neuro n'avait droit au même traitement de faveur. Sûrement que l'aïeul lui rendait la monnaie de sa pièce, que constituait son manque de respect.

Alors que la plupart s'effaraient à dîner, bercés sous le voile des prémisses du crépuscule, une soudaine et inattendue attaque de bandit sauvages se produisit. L'échauffourée était semble-il savamment orchestré. Profitant des ténèbres de la nuit. Malgré quelques soldats chargés de veiller au grain en montant la garde, nulle alerte ne fut pourtant donnée.

Le fier et vaillant Phénix, tira sa lame au clair. Voulant en découdre avec ces vulgaires freluquets venus chercher querelle. Pour sûr les bougres semblaient en vouloir et étaient venus en nombre. Neuro planta sa vorpale lame dans le premier venu qui chargeait tel un béhémoth enragé. L'étripant comme un vulgaire poulet. Le Capitaine lui de son côté avait déjà trucidé quatre de ces manants en un éclair. Son expertise n'était plus à prouver. La soldatesque se battait vaillamment elle aussi. Mais le nombre disproportionné de ces gros rats vicieux était à leur avantage. les soldats tombant peu à peu les uns après les autres, dans un véritable massacre. Quelques manants réussirent à encercler le noble, puis à l'estourbir d'un lâche coup de bâton par derrière. 

Infamie!

Le Capitaine tenta d'aller aider son Lord, mais en vain. Ces sacripants l'avaient enlevé en disparaissant dans l'obscurité.

Sorcellerie!

Les perfides gobelins restant bâtirent en retraite à leur tour. Laissant l'escorte dans un bien triste et honteux état. Le Capitaine des chevaliers était désemparé par pareille défaite.

Qu'allait-il advenir de Lord Neuro? Allait-il finir cuisiné en ragoût? Écorché vif? voir pire?

Que nenni!


Rosanne, repère des bandits,
15 juillet de l'an de grâce 2720,
23h49


   C'est dans ce qui semblait être une galerie souterraine et caverneuse, que Neuro reprit ses esprits. Entravé et pendu par les poignets au bout d'une vulgaire corde, se balançant comme une vieille carcasse de bétail pas très fraîche. Autant vous dire que le confort laissait à désirer, sans parler de la douleur digne de faire hurler un mort. Le lord comprit rapidement la situation dans laquelle il était. Le constat était peu encourageant, voir plutôt de mauvais augure. Ces roturiers avaient mis la main sur une pièce de choix. Ce n'était pas tous les jours qu'ils avaient l'occasion de pouvoir mettre la main sur pareille proie. Nombre sont ces freluquets prêts à donner une oreille pour avoir le privilège d'humilier le sang bleu, le torturant jusqu'à ce que mort s'ensuive. Un de ces rares petits plaisirs, soulageant la jalousie envers les mieux lotis. Quiconque aurait eu la frousse de sa vie et se tortillerait en gémissant comme un gamin bien grassouillet à qui l'on aurait volé les gâteaux de son goûter. Peut être pas tout le monde certes, mais la majorité tout du moins. En tout cas, ce n'était pas le cas de Neuro, qui affichait un visage de marbre. Ce vaillant renard n'allait certainement pas fondre en larmes et s'apitoyer sur son triste sort. Après tout, il était le Divin Phénix. Tout d'abord, il essaya de forcer les liens par la force, mais en vain. Continuer ne ferait que se blesser d'autant plus. Il en conclut que le seul moyen était d'utiliser sa matière grise. Peut être, une occasion se présenterait. Il examina l'environnement l'entourant. Il n'y avait pas grand-chose. Il était dans une sorte de salle creusée dans la roche en partie. Le reste formait un mur de barreaux, avec une porte. Très similaire à des cachots. Quelques torches placées dans le corridor alimentaient la faible lueur transperçant l'obscurité. Décidément, s'évader tel un prestidigitateur allait s'avérer une tâche ardue. Un exploit digne de Piero Borunēze lui-même. Comment résoudre cette énigme paraissant impossible?

Neuro y pensa longuement... Jusqu'à ce qu'une visite providentielle fasse son apparition.

Des bruits de pas au loin se rapprochèrent peu à peu... Presque imperceptibles... 

A qui étaient-ils?

Puis ils stoppèrent. Avant de reprendre une nouvelle fois. Neuro put distinguer tout d'abord une ombre fluette, puis une demoiselle apparue. Assez jolie, sans plus. Ce qui était déjà assez surprenant pour une roturière, certainement bandit de surcroît. En général, ce n'était pas des beautés. La moitié du temps, défigurées ou pleines de pustules. Autant vous dire que l'élégance et le raffinement n'étaient point au rendez-vous, au contraire. Elle fixait le prisonnier avec ses yeux brillants. Luisants tels ceux d'un félin ayant aperçue une souris ou bien encore un bon gros rat. Cela avait quelque chose de dérangeant, voir même inquiétant.

" Ku ku ku. Le spectacle te plait? " Brisant le dérangeant silence qui planait dans l’atmosphère.

Il n'eut aucune réponse. Cela ne découragea point le brave. Au contraire. Plus le défi était hors de portée, plus glorieuse était la récompense. Si la méthode douce ne marchait pas, alors place à la méthode forte. Que ça passe, ou que ça casse.

" Tu as donné ta langue au chat? Qu'importes. Une fois que je serais libre, crois moi, cela arrivera, je vais te retrouver, t'empaler et te faire couiner. Tu ne connais pas encore le sanguinaire. Approche ma belle. Ku ku ku!!! "

Subtilité et bon goût disparurent rapidement. Déjà aux abonnés absents en temps normal, là, ils entrèrent définitivement dans la zone fantôme.

La demoiselle semblait rougir en entendant ce qui semblait être une proposition indécente. Mais son visage restait dédaigneux. Cela allait-il se finir en liaisons plus que dangereuses? Je ne crois pas.

Elle se dirigea vers le mur, où, à bonne distance de la cellule, les clefs étaient accrochées à un clou de charpente. Puis, dans une lenteur trahissant sa gêne, elle s’avança vers la serrure, puis la déverrouilla avant d'entrer. Elle s'avança vers le détenu, avant de lui envoyer un coup de poing dans le ventre sans sommation aucune.

" Ferme là, sale chien! " Semblant énervée.

Le vaillant Lord avait à peine sentit la pichenette. Ne perdant sa superbe. Elle se frottait la main, trahissant qu'elle s'était sans aucun doute fait davantage de mal que ce qu'elle infligea à sa cible.

" Ku ku ku. Hargneuse. Que me vaux un tel mépris? " Se demandant ce qu'elle lui voulait et pourquoi tant de violence.

" Sale Noble. Vous êtes tous les mêmes. "

Un réel et profond ressentiment était palpable. La demoiselle avait apparemment quelques rancœurs envers les sangs bleus. Ce n'était pas rare comme situation, bien au contraire. 

" Sais-tu ce que l'on fait aux demoiselles qui ne sont pas sages? " Affichant un visage des plus sérieux.

" ... " Ne sachant quoi rétorquer.

" On leur mets une bonne grosse fessée. " Lança t'il d'un ton moqueur et menaçant. Puis se mettant à rire comme un détraqué sur une note sardonique.

Ce fut la goutte d'eau faisant déborder le vase. La brigande tira sa dague au clair et la pointa en direction de Neuro en le regardant comme possédée par la rage.

Mais la voix d'une nouvelle invitée l’arrêta.

" Allons Su'Ka. Il serait ennuyeux que tu abîmes notre invité. "

Stoppant sa lame avant de taillader le torse, la demoiselle regardait encore sa Némésis droit dans les yeux. Toujours avec la même flamme. La sauveuse apparue alors derrière elle. Il s'agissait d'une très belle femme, un poil plus âgée que la maniaque au couteau. Mais d'un genre assez vulgaire et provocateur.

" Onee-sama, laisse moi punir ce sale chien! "

Elles étaient donc sœur. Très certainement originaires de Chon'sin à en croire leur façon de parler. L’aînée s'interposa, glissant l'une de ses mains sur le torse musclé du bel étalon. Tandis que de l'autre, elle écarta la lame.

" Ce n'est pas tous les jours que l'on a un si beau mâle à se mettre sous la dent. De plus, si tu le tue, nous n'aurons aucune récompense pour nos efforts. Pense à la rançon qu'il représente. "

La raison de l'enlevement était donc pour demander une rançon au Duc. Tout s'expliquait.

"Mais... Heu..." Boudant.

" Sans compter que j'ai bien l'intention de m'amuser un peu avec lui. " Continuant de caresser par dessus les habits les muscles saillants et dignes d'une véritable oeuvre d'art. Faisant glisser le bout de ses ongles avec savoir faire.

Neuro était en mauvaise posture. Il tenta de se débattre afin de se libérer, mais en vain. La cadette semblait moins experte dans le domaine. Détachant son regard du spectacle et rougissant dans un silence montrant sa gène.

" Oh oh oh! " Riant comme une diva. " Il ne te laisse pas indifférente? "

" Ya... yamete!!! Baka-nee-san! " Paniquant. " Ce genre de chose ne m’intéresse pas! "

" Oh oh oh! On peut partager.  Je vais te montrer comment faire. Ta onee-san adorée est là pour t'apprendre les choses de la vie. Oh oh oh! "

"Hentai!!" Essayant de la faire taire.

Neuro était mitigé par la situation surréaliste à laquelle il assistait. Mais il n'allait certainement pas donner satisfaction à ces deux mantes religieuses. Son honneur était en jeu.

" Jamais!!! Sorcière!" Se débattant comme un poulpe prit dans un filet.

Su'Ka redoubla de colère lorsqu'elle entendit une insulte dirigée à l'attention de sa grande sœur chérie. Elle sortit une flèche de son carcan, arma son arc à la vitesse de l'éclair et mit en joue le malappris.

"Comment oses tu insulter ma onee-sama?! Sale chien. Les hommes sont tous des rustres sans manières. Dégoûtants et puants. Je ferai mieux de mettre fin à tes souffrances et te libérer de ta vile existence de chien. Et dire que ma Onee-sama adorée te montrait un peu d’intérêt... ORDURE!!! "

Toute tremblante, elle était à deux doigts de relâcher sa flèche vengeresse. Si il y avait bien une chose qui mettait en rogne Su'Ka, c'était qu'un homme dise du mal de sa grande sœur. Elle qui l'avait toujours protégée envers et contre tout. Ayant même vendu son corps afin que toutes deux aient de quoi subsister. Malgré ses défauts, elle était sa seule famille.

Neuro resta impassible malgré les menaces. Il avait un regard froid, un regard qui en disait long. Ce n'était pas une vulgaire renarde qui allait le faire trembler. Fixant face à face la furie qui le dévisageait.

" Je ne suis pas quelqu'un à prendre à la légère, petite brigande. Et, je suis désolé. Je m'excuse de mon insensibilité. " Inclinant légèrement la tête en exprimant son repentir.

"... Que? Ah ah ah!!! je vois. J'ai percé à jour ta couardise. Il suffit que tu sentes ta vie menacée pour que ta lâcheté de sale chien apparaisse au grand jour. " Fier d'elle.

"Non. Je m'excuse au nom de l'ensemble du genre masculin, d'être trop insensible pour comprendre les subtilités de la gente féminine. Rien de plus, ne t'en déplaise, Oh chaste brigande. Je suis navré de t'avoir ignoré depuis l'arrivée de ta sœur, en dépit de toutes tes tentatives pour susciter mon attention. Ce n'est peut être pas grand chose, mais je voudrais que tu accepte ce présent. Ikuso! "

Les sœurs se demandèrent si le bougre avait fini par perdre la raison, le scrutant avec des yeux ronds comme la lune. Le Lord puisa dans toute sa puissance primordiale la moindre once de force qu'il pouvait. Ses Muscles saillants semblaient animés d'une énergie nouvelle. Il écartait ses bras, tentant de forcer les attaches, poussant un rugissement digne d'une entité démoniaque venue d'un autre monde. Toutes ces années innombrables d'entrainement portèrent leur fruit. Le lien entravant la bête se brisa violemment sous ces efforts dignes d'un titan. Tel un divin berserker prit de frénésie sanguinaire. Libéré, délivré!  Avec une classe et un panache à en faire frémir d'effroi quiconque. Les demoiselles restèrent médusées par tant de charisme, de prestance. L’inquiétude se manifesta sur leur visage. Mais en même temps elles étaient transcendée par l'exploit se produisant devant elles.

Et là contre toute attente, Neuro retira ses habits comme par enchantement, d'un seul coup. Affichant son corps divin à la vue de tous. Il sembla même entouré par un halo de lumière venant des cieux.

" WAAAAAAHH!!! " Devenant plus rouge qu'une pivoine et essayant de se cacher les yeux.

" Subarashii... " Hypnotisée par le spectacle.

" Votre embarras est naturel. Mon corps surpasse même les plus beaux diamants de ce monde. " Prenant un ton des plus assuré sur la véracité de ses paroles. " De plus cela doit être une vision encore plus splendide pour une vierge. " S'adressant à l'archère.

"Ba...Ba... Ba...Baka!!!"

" Je devrais pardonner ton innocence. Pourquoi ne viens tu pas plus prêt. Admire le trésor des cieux. " Croisant les bras et mettant en évidence ce dont il était question.

" HENTAI!!! HENTAI!!! " Ne souhaitant pas obéir à pareil requête.

La grande sœur pourtant si dévergondée était abasourdie. Elle n'avait jamais vu pareil étalon. Si elle devait choisir entre tous les diamants de ce monde ou bien cet homme, si viril et indomptable, nul doute que le choix serait vite fait. Comment la nature avait pu être si généreuse le concernant. Impensable. La simple vue du trésor des cieux, si imposant et titanesque, instaurait l'émoi et la convoitise dans son cœur, mais aussi une profonde peur pour son intégrité physique. Prise de bouffées de chaleur d'une incroyable violence, elle s'évanouit sous l'émotion.

Su'Ka, se risqua à jeter un rapide coup d’œil en direction de sa Némésis, mais elle fut foudroyé directement par un abondant saignement de nez inexplicable. Le sang devait lui avoir monté à la tête. A son tour, elle tomba dans les pommes. Complètement rouge elle même.

Soudain, le bruit de ce qui semblait être une rixe éclata non loin. A peine à quelques mètres. Igniatius déboula comme un fou devant la geôle, hurlant le nom du Lord.

" LORD NEUROOO!!! " Tournant la tête, il aperçu une scène bien... étrange...

Neuro, complètement nu, les bras croisés, devant deux demoiselles évanouies juste devant lui. Méprise été vite faite. Le Capitaine affichai une face des plus déconcertées. Neuro ne semblait pas perturbé le moins du monde.

" Eh bien, Sir Igniatius, je ne vous attendait plus. " Se rhabillant prestement, assez content que les renforts soit arrivés.


Rosanne, repère des bandits,
16 juillet de l'an de grâce 2720,
9h07


   Les bandits avaient été mis en déroute avec brio. Ces chenapans, ne s'attendant pas à la contre attaque au beau milieu de la nuit. le Capitaine était fier de pas pas avoir faillit à sa mission. À savoir protéger Lord Neuro. Cependant il resta quelque peu dubitatif sur ce qu'il avait vu précédemment. Mais cela n'était pas ses affaires après tout. Officiellement, le vaillant Neuro avait presque réussit à s'échapper par lui-même. Comptant prendre en otage, selon ses dires, les deux demoiselles. Mais rien n'est moins sûr. Heureusement, les secours étaient arrivés au bon moment. Apres avoir maîtrisé les bandits, sous-entendu massacré la majorité dans leur sommeil, le repère fut investit par la soldatesque. Ou plutôt ce qu'il en restait. Car, bien mal en point si on la comparait au départ et à l'arrivée.

Devant une geôle, LA geôle de la discorde, remplie des quelques hors la loi ayant rendu les armes, pieds et poings liés, les conquérants discutaient.

" Lord Neuro, nous devrions repartir au plus vite. Laisser le convoi sans protection n'est pas judicieux. "

"Vous avez raison, Sir Igniatus."

" Concernant les prisonniers, je pense que nous ferions mieux de les laisser ici et de faire envoyer quelques hommes les récupérer plus tard. " Chuchotant.

" Je ne vous pensait pas si sentimental. " 

" Vous ... Vous voulez dire... " Surpris.

" Il faut que Justice soit rendue. Imaginez si des complices arrivent et les libères. Nous avons perdu beaucoup d'hommes à cause de ces freluquets. Que diraient leurs familles si on ne les venge point? "

L’archère qui écoutait la conversation, comme ses complices, hurla en direction de Neuro. Tandis que ses complices tremblaient de peur pour la plupart.

" Sale Chien!!! Tu paieras!!! Que peste soit sur vos Maisons!!"

" Oh, c'est vrai, j'avais oublié. Ne t'avais je pas dit quelque chose? "

Le lord fit signe à deux des soldats de lui amener la furie. Sa sœur tenta de s'interposer. Ce qui lui valu un coup d'épaule qui la fit tomber à la renverse. Mais cela ne l’empêcha pas d'implorer les bourreaux.

" Grâce, je vous en supplie!! Pas elle!! Je ferai tout ce que vous voudrez!! " Paniquant.

Neuro afficha un sourire en coin.

" Vraiment? Oublierais tu que tu n'es pas vraiment en position de négocier? Ku ku ku. "

Il attrapa Su'Ka par les cheveux d'une main, tout en lui agrippant le col de l'autre, la soulevant afin de mieux la fixer dans les yeux.

" TORTIONNAIRE!!!" Essayant de se débattre.

"Ton âme est mienne. KU KU KU!!! " Ricanant à gorge déployée.

Un sentiment de peur se dessina sur les visages des tous les brigands. Les deux sœurs fondèrent en larmes. Pleurants à l'idée de ce qui allait advenir d'elles. Un bien sombre destin se profilait à l'horizon. Le bourreau passa sa langue tentaculaire sur la joue de l'innocente, comme si il s'agissait d'une pêche bien fraîche et goûtue. Lapant goulûment la larme cristalline qui y perlait. 

" Hummm. Tes larmes... Délicieux... Ku ku ku!!!" Susurrant d'une voix grave digne d'un détraquée.

Il se dirigea en l'amenant contre son gré vers un amoncellement rocheux pouvant servir de siège.
Puis, soudain, il s'assit en la renversant sur ses genoux de manière inattendue, la cambrant de manière tendancieuse et dans une position plus qu'équivoque. Il releva sa jupe, la laissant cul-nu.

" Yamete kudasai!!! " Prise au dépourvue et morte de peur.

Et là, il la fessa violemment. L'humiliant publiquement sous les regards incrédules des spectateurs de cette scène de théâtre burlesque. La punition était super efficace à en croire la réaction de la demoiselle, qui poussa des gémissements assez étrange et inattendu à chaque coup. Elle avait du le sentir passer. Manquant de tourner de l’œil, son visage innocent s'en trouva même déformé suite à la sanction. Au bout de trois claques, ne pouvant en prendre plus, elle s'évanouie.

"Je t'avais bien dit que les demoiselles qui ne sont pas sage reçoivent une bonne grosse fessée en guise de punition. Tu as même eu droit aux intérêts car je suis d'humeur généreuse. Ku ku ku!!! "

Le bourreau se releva majestueusement après avoir fait son office. Justice était rendue. Promesse était tenue. Le Capitaine était choqué devant les réactions plus qu'étranges, voir loufoques, dont il était devenu le témoin ces derniers temps à chaque fois que le Lord n'était pas loin.

Au final, Lord Neuro montra sa grande bonté, en épargnant la vie des sœurs. Il n'était pas un monstre après tout. Cependant, il fit décapiter et empaler les autres brigands. Les sans-têtes trônaient sur leurs pics, non loin du chemin menant vers les vergers. Le Lord avait d'ailleurs supervisé personnellement la réalisation artistique, en faisant une véritable oeuvre d'art digne d'une pièce de maître. Enfin, selon lui du moins. Histoire d'en faire un exemple et un moyen de dissuasion. Les hors-la-loi n'étaient pas les bienvenus. Les têtes quant à elles allaient servir à prouver aux familles endeuillés que vengeance avait été rendue. Bien sûr, les dépouilles des chevaliers tombés au combat allaient elles aussi rentrer à leur mère patrie. Afin de recevoir un service funèbre comme il se doit. Etre un bon et honnête chevalier avait ses avantages en ces temps difficiles. Si ce n'est de son vivant, au moins dans sa mort.


Rosanne, Cité de Viralys,
août de l'an de grâce 2720


Le retour triomphant de l'expédition ayant sans faillir accomplit la périlleuse mission fut apprécié à sa juste valeur par le Duc. Perdre quelques soldats ne le dérangeait pas plus que de raison. Les remplacer serait facile et rapide. L’aïeul reconnu les talents de Neuro, qui était revenu vivant du périple. Le Capitaine Igniatius avait copieusement vanté ses exploits, en embellissant un peu les faits et en omettant les parties plus louches et peu conventionnelles. Le Lord avait gagné un peu de considération bien méritée. Désormais, il pourrait en jouant bien ses cartes convaincre le tyran de lui laisser un peu de liberté. Le jeune homme avait toujours rêvé de visiter Chon'Sin entre autre. Son précepteur favori en été originaire et lui avait énormément parlé de ces contrées. Lui apprenant même quelques uns des arts si exotique qui y étaient pratiqués. Cependant, il était trop tôt pour négocier la permission requise. L'épineux problème de l'emprise du Duc allait devoir être traité avec patience et minutie.


Rosanne, Cité de Viralys,
7 septembre de l'an de grâce 2720,
23h59


Dans un manoir, semblant abandonné, pour ne pas dire hanté, Lord Neuro se prélassait dans un fauteuil, posé près une cheminée où nul brasier ne dansait. Il semblait observer avec attention une étrange et fantasmagorique toile. Une peinture assez abstraite. Les lieux semblaient dater de la nuit des temps.

" Qu'attends-tu? "

C'est alors que des notes de piano percèrent le voile du silence. S'élevant tout en dansant à travers le manoir délabré.

" Ku ku ku..."

On raconte qu'un rire démoniaque et malsain résonna dans toute la Cité de Viralys ce jour là... accompagné d'un air de musique semblant irréel...

Trivia:
 
3 mots

HRP

• Le personnage sur mon avatar •
Demon Nexus Nex (Chae Jae-Hyuk), du manwha Cavalier of the Abyss

• Comment j'ai connu le forum •
En fouinant sur les Topsites

• Mes remarques sur le forum •
Goûtu.

• Ma connaissance de Fire Emblem •
Non. Je connais juste de nom.

• Le code du règlement •



Manfred
avatar

Messages : 537
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t134-manfred-there-is-always-hope-even-for-a-lost-man-fini

Feuille de personnage
Classe: Civil/Forgeron
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Marteau viril
3Hache de verre
4Potion
5Hache de verre
Sujet: Re: Neuro   Ven 12 Aoû - 1:23
Bienvenue ♥





Je vous parle en #FFCB60

+ Footsteps In the Lonely Valley + Ohne Dich + Valley of Flowers + Glass Skin + Mein Herz Brennt + Rinkaku +

''The feelings concealed in the innermost depths of my heart....throb with a gentle smile''

Merci Reyn ♥:
 
Veraka
avatar

Messages : 105

Feuille de personnage
Classe: Epéiste
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2Pierre du corbeau
3
4
5
Sujet: Re: Neuro   Dim 14 Aoû - 3:23
Eeet voila tout finit de lire! *Petite fanfare*

Je peux sentir l'humour un peu sexuel mais ca va xD Vers la fin j'allais appeler la "Lewd police" mais j'ai bien rit donc l'histoire me va!

En général tout me semble très bien, il y a quelques fautes extrêmement mineurs donc ca va o/

Oh et petite mention pour les PNJ que tu introduits dans l'histoire, ils me semblent amusant ~

Et pour quelqu'un qui connait peu le Lore de Fire Emblem, tu as joué très "Safe" et tout marche par conséquent donc je n'ai rien à redire!

Sans plus attendre, je peux te dire que... *Lance des ballons*

Tu es validé !
Tu peux d'ores et déjà commencer à RP si tu le souhaites en faisant une demande dans la "Gestion des personnages", poster ta fiche de liens etc...En tant que Lord, tu commences avec une épée de bronze (Attaque toujours avec le bout pointu!) Au cours de ton aventure, en ayant acquis plus d'expérience, tu pourras posséder des armes plus puissantes et chanter des petites chansons en te promenant sur la route éternellement ! Bonne continuation à toi et que le bâton de Tautaurok veille sur toi !

Lord niveau 1 créé !

PV
16
Force
10
Magie
0
Vitesse
12
Technique
7
Chance
6
Défense
8
Résistance
1

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Neuro   

Neuro

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» D — L'Œil du Chat

Fire Emblem Rebirth :: Hors-jeu :: Registre des personnages :: Validés+
Sauter vers: