Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

éxilé sur le sol au milieu des huées ♛ reyn

Invité
Invité
Sujet: éxilé sur le sol au milieu des huées ♛ reyn   Jeu 4 Aoû - 20:46
Le hurlement des mouettes dans le ciel fit lever les yeux de Septime vers les nuages. L’odeur salée de la mer lui piquait le nez, mêlée à celles des poissons que l’on déchargeait en masse, le crissement des poulies et les cris des hommes. L’adolescente s’enfonça un peu plus dans sa cape alors qu’elle observait avec curiosité les marins s’affairaient à leurs tâches, ils portaient, soulevaient, déplaçaient et grouillaient sur les ponts des navires. La légère brise matinale gonflait d’orgueil les magnifiques voiles blanches, de toutes tailles et de toutes formes dont les silhouettes se dressaient majestueusement dans la brume.

Elle sentait dans sa poitrine son cœur tambouriner à lui en casser les côtés d’excitation et elle se demandait si ce n’était pas le plus beau spectacle auquel elle ait jamais assisté, elle l’enfant des forges. Il y avait quelque chose de presque mystique à propos de la mer, tant d’histoires de monstres gigantesques, de sirènes à la voix enchanteresse ou bien de dauphins à l’âme noble, de rumeurs ou croyances rocambolesques et peut-être simplement des caprices de la mer qui pouvait engloutir un navire tout entier en son sein comme se montrer la plus bienveillante des mères. A cet instant, Septime aurait pu s’embarquer sans une hésitation et vouer son existence à fendre les flots impétueux.

Cependant, elle n’était pas là pour rêvasser et elle se souvient précipitamment de la jeune fille qui l’accompagnait.

« Mademoiselle Tulla attendez-moi ! »

La jeune fille se retourna, dévoilant son visage de poupée sous ses longues boucles blondes drapées d’un châle pour lui tenir chaud. C’était l’enfant adorée d’un vieil ami – apparemment un militaire haut gradé- du Maître d’armes de Septime qui l’avait pris avec lui lors d’un de ses voyages grâce ) ses récentes prouesses à l’entrainement. Les deux hommes les avaient envoyé en promenade pour parler affaires ou plutôt on avait poussé Sept dehors pour accompagner l’adolescente et elle n’osait pas imaginer ce qui lui arriverait s’il n'y avaitt ne serait-ce qu’une égratignure sur la jeune noble.

« Restez près de moi. Et gardez votre voile sur votre visage. » Souffla-t-elle avec reproche une fois à sa hauteur.

« Raaah tu es pire que mon père ! » Bouda-t-elle.

« Tiens qu’fait une si jolie fille par ici ? »

Un frisson parcourut les muscles de la jeune épéiste : c’était exactement ce qu’elle avait redouté. Deux jeunes hommes, environ la vingtaine, qu’elle estimait être des nouveaux matelots s’étaient approchés en souriant. Pour sûr qu’elle était jolie avec ses beaux habits et ses tissus trop précieux pour que Septime puisse même en rêver comparé à ces deux garçons au visage couvert de crasse. Elle était d’un tout autre monde.

L’adolescente bondit en avant pour s’interposer entre sa protégée qu’elle éloigna d’un mouvement de bras et les trouble-fêtes. Ils étaient relativement massifs comparés à Sept – taillés par les vagues comme des falaises – cependant, il lui en fallait plus pour être impressionnée. Ils la fixèrent un instant, surpris avant de ricaner méchamment.

« Qu’est-ce qu’tu veux microbe ? »

« Elle est avec moi! » gronda avec colère Sept, les sourcils froncés de colère alors qu’elle avait porté instinctivement sa main sur le pommeau de son épée, prête à dégainer.

« Laisse-moi rire ! Pff aller dégage et laisse les grandes personnes parler. » Disant cela, le deuxième garçon la poussa en arrière.

L’apprentie tomba sur les fesses dans un bruit sourd tandis que Tulla laissa échapper un glapissement effrayé à ses côtés. Elle remarqua alors que quelques marins s’étaient interrompus dans leur tâche pour observer l’altercation avec une certaine hilarité. Aucun d’eux ne semblait prêt à intervenir. Septine aurait voulu éviter un combat pour rien mais, ils venaient de l'attaquer personnellement.

Reyn
avatar

Messages : 90
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t314-reyn-le-pirate-gentleman-predefini-terminee

Feuille de personnage
Classe: Epéiste
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2Epée de verre
3Potion
4
5
Sujet: Re: éxilé sur le sol au milieu des huées ♛ reyn   Ven 5 Aoû - 4:46

「 Exilé sur le sol au milieu des huées  」

Au secours des demoiselles en détresse

Septime & Reyn
Il y avait longtemps qu’on n’avait pas vu une aussi belle journée. Le soleil, brillant de mille feux dans un ciel d’un azur pur, indiquait une matinée bien avancée, et ainsi le port Ferox débordait de monde s’affairant à leurs tâches quotidiennes. Pêcheurs, marchands, marins et même hors-la-loi se partageaient les quais dans un concert de cris, de bruits de cordes, de fer et de toiles, en plus des planches craquants sous le poids des pieds qui arpentaient les bateaux et les passerelles. La tendance était aux habits sans manche, voire même torse nu pour les moins gênés, la température ayant grimpé assez pour que n’importe quelle tâche physique rende la peau des travailleurs couvertes d’une couche luisante, mais la brise océanique amenait avec elle un soulagement bienvenu.

L’équipage pirate du Pomone était arrivé peu avant les premières lueurs de l’aube, alors que les quelques autorités portuaires de de ce peuple peu porté à l’expansion maritime étaient peu nombreuses et occupées à aider les bateaux pêcheurs qui s’apprêtaient à démarrer leur journée de labeur. Papiers trafiqués en règle, ils avaient amarré l’impressionnant navire et abaissés les voiles, le navire paraissant assez banal pour se fondre dans la masse de vaisseaux marchands déjà présents ou qui rejoindraient l’endroit sous peu. Les pirates avaient quant à eux encore quelques tâches à accomplir avant d’être finalement libres d’arpenter la ville pour la journée. En effet, le capitaine comptait reprendre le cap dès la brunante pour continuer le voyage prévu pour Valm, là où ils pourraient enfin se reposer sur la terre ferme et offrir aux rares hommes ayant des familles l’occasion d’aller leur rendre visite. La raison principale de leur arrêt à Regna Ferox, en plus du besoin de faire le plein de provisions, était la libération des esclaves Laguz qu’ils avaient recueilli en route.

Pour les chasseurs d’esclavagiste, le voyage avait été fructueux. Juste en voyageant de Garenn jusqu’au pays nordique, ils avaient croisé un bateau plégien escortant des hybrides, un déserteur ylissien ayant amené avec lui deux pauvres Manakete ainsi qu’un esclavagiste de Rosanne tentant d’amener diverses marchandises vivantes à Plégia. Si tous les marchands avaient finis vivants, ils avaient fini à la dérive sur leur navire à demi détruit, pillés de tout ce qu’ils avaient de valeur et privés de leur précieuse marchandise. Ainsi, le Pomone s’était retrouvé un peu surpeuplé ces derniers jours, et il était plus que temps de trouver une terre sécuritaire pour ces gens à qui on confiait maintenant la responsabilité de décider de leur propre sort.

Reyn avait donc passé sa matinée à escorter, par petits groupes ou carrément individuellement, les esclaves affranchis dont Magnus ne s’occupait pas lui-même. Pour certains, ils suffisaient de leur montrer les endroits essentiels de la ville portuaire; pour d’autres, il fallait carrément les confier à des connaissances de l’équipage qui s’engageaient à s’occuper de leur intégration, quitte à les présenter à ces clans de Laguz vagabonds arpentant les terres moins habitées. Dans certains cas, même, il s’agissait d’enfants si jeunes que l’orphelinat devenait leur nouvelle maison. Ce fut donc sans surprise qu’en revenant à son bateau peu avant midi dans l’optique d’aider dans la vérification routinière de l’état du navire, le second du Pomone avait déjà épuisé une partie de son énergie et sa bonne humeur habituelle, toujours visible dans son sourire permanent, était davantage sujette à disparaître d’un coup. Il suffirait d’un matelots un peu trop arrogant, ou d’un marchand snob.
Ou alors d’une scène de harcèlement en plein jour.

« Qu’est-ce qu’tu veux microbe ? »

« Elle est avec moi! »

En plein milieu de la passerelle principale, sous les regards fuyants des passants qui semblaient vouloir se cacher dans les sacs qu’ils chargeaient en vitesse pour quitter le plus vite la scène, deux matelots dans la jeune vingtaine avaient un malin plaisir à effrayer les deux jeunes filles qui leur faisaient face.

La première était probablement la raison de la rencontre elle-même. Parmi les hommes maigrelets au teint foncé et à la chevelure assombrie par la poussière, la jeune fille, visiblement encore une adolescente, attirait les regards et ce malgré le châle qu’elle portait sur la tête. De superbes boucles dorées s’échappaient, encadrant un visage de poupée à la peau si lisse que même sans les vêtements prisés qu’elle portait, on aurait pu deviner ses origines aisées.

Son accompagnatrice était plus grande qu’elle, mais semblait du même âge. Celle-ci semblait bien davantage dans son élément, ses cheveux bruns courts et sa peau tâchée de saleté témoignant de ses origines plus humbles. En fait, on aurait pu jurer qu’elle était un garçon, vu son manque apparemment de courbes : faites toute en longueur et en finesse, ses traits androgynes dévoilaient un petit nez retroussé et un visage rond qui, associé à son âge, lui donnait un air mignon si on oubliait l’air mauvais qui les assombrissait à ce moment-là. Et puis, il y avait ses yeux : jamais Reyn n’en avait vu d’aussi expressifs. Une véritable tempête se déferlait dans les deux saphirs qui reflétaient l’astre solaire. La passion à l’état pur : bien davantage que la poupée de porcelaine qui, effrayée, semblait vouloir détaler comme un lapin, la jeune fille, une main courageusement posée sur le pommeau de son épée – elle savait donc se battre – était bien plus intrigante aux yeux du pirate. Elle serait une superbe femme dans 5 ans, il en était certain, après avoir vu tant de beauté naître et disparaître en plus de 80 ans. Le genre de beauté imprévisible, qui avait plus de chance de vous arracher la tête que d’être charmée par les beaux mots, mais qui était pour ceux qu’elle aimait un véritable trésor.

« Laisse-moi rire ! Pff aller dégage et laisse les grandes personnes parler. »

Ces rustres, cependant, ne semblaient visiblement pas avoir le bon goût d’une personne civilisée. En effet, l’un d’eux poussa sans ménagement la jeune brunette qui tomba sur le derrière, comme si elle ne pesait pas plus qu’une plume, ce qui ne devait pas être loin de la vérité. Ils ricanèrent méchamment, leur regard posé sur la jeune noble terrifiée. Cependant, leur rire s’arrêta net lorsqu’ils sentirent se poser sur leur nuque une main un peu trop serrée pour être amicale.

« Z’avez des passe-temps intéressants, à c’que j’vois, les gars. Terroriser les jeunes filles, comme des vrais salauds. »

Sa voix, très calme, ne sembla pas plaire aux deux matelots dont l’un tenta de se retourner pour déferler sa furie sur le responsable de l’interruption. Seulement, il en fut incapable : la main qui lui serrait l’arrière du cou était aussi serrée qu’un étau. Peut-être était-ce mieux ainsi, car il ne put voir l’expression du pirate qui, s’il souriait de toute ses dents, ses yeux ne se prêtaient pas à la même joie, lui donnant un air quasi terrifiant.

« J’vous laisse deux secondes pour décamper quand j’vous lâche, sinon c’est vos trippes qui m’serviront de cordages. »

Heureusement pour la galerie, les derniers mots furent murmurés si bas que seuls les deux fauteurs de trouble les entendirent, mais le ton menaçant et parfaitement sérieux furent assez pour que les deux détalent sans demander leur reste dès que Reyn relâcha sa poigne.
L’hybride, soupirant devant la couardise de tels idiots et presque déçu de ne pas avoir eu l’occasion de se battre, regarda tout d’abord autour de lui pour voir si quelqu’un voulait se tenter à leur place, mais devant les regards fuyants de ceux qui avaient osé rester regarder la scène, il concentra son attention sur les deux jeunes filles. Il tendit tout d’abord la main à la jeune fille toujours par terre, lui offrant un sourire sympathique en guise de gage de ses bonnes intentions.
Si elles l’étaient vraiment.

« Pas trop eu mal? »

Puis, une fois l’adolescente relevée, il se tourna d’office vers la jolie blonde pour prendre, avec toute la délicatesse du monde, sa main, pour y poser un baiser délicat qui frôla à peine sa peau. Lui souriant de toutes ses dents, il se présenta, toujours penché en deux avec la main de la belle dans la sienne.

« Reyn, pour vous servir, belles demoiselles. »

Bien sûr, il en revenait à ses bonnes habitudes de charmer la gente féminine. Si la brunette attirait davantage son attention, il n’était pas assez fou pour lui jouer son manège habituel : il préférait garder ses organes intacts.
Il se redressa et, toujours avenant, les prévint cependant.

« Ce n’est pas un endroit pour que d’aussi jolies dames se promènent. Qu’est-ce qui vous amène par ici? »





J'vous parle en #009933
Invité
Invité
Sujet: Re: éxilé sur le sol au milieu des huées ♛ reyn   Ven 5 Aoû - 22:50
« Z’avez des passe-temps intéressants, à c’que j’vois, les gars. Terroriser les jeunes filles, comme des vrais salauds. »

Dans la pâleur du ciel matinal un homme s’était dressé au-dessus des deux adolescents qui s’étaient soudain arrêté de rire – comme une apparition céleste. Sa voix étonnamment calme semblait en vérité à peine masquer une menace grondante et bien que Septime ne pût entendre les mots prononcés à l’oreille des deux voyous, ils suffirent à les faire détaler plus rapidement que des lapins sous les regards moqueurs des autres marins.

L’adolescente encore sous le choc de la tournure des événements, fronça les sourcils et reporta toute son attention sur leur sauveur. Elle profita de la proximité offerte pour détailler le nouveau venu, le découpant de son regarder d’acier, en décortiquant les moindres traits, le disséquer jusqu’à ses viscères comme si elle espérait y trouver un fragment de son âme. Ses yeux céladons brillaient d’une centaine étoile dans un ciel chocolat. Il semblait encore jeune bien que plus âgé que les deux freluquets qu’il avait effrayé comme en témoignait ses épaules larges ou ses bras puissante taillées par l’expérience des années.

« Pas trop eu mal? »

« Non. »

Une main se tendit à elle. L’expression de Septime s’assombrit, plus par fierté que par méfiance alors qu’elle donna finalement sa paume égratignée après une légère hésitation – ce qui lui fit serrer les dents- et se releva. Elle était convaincue qu’elle aurait pu parfaitement s’en sortie par elle-même s’il lui avait laissé le temps de dégainer son épée et de leur faire goûter la lame de sa colère vrombissante. Bien que, sans pouvoir totalement l’avouer, elle lui était reconnaissante de leur avoir épargné de créer un esclandre superflu en la présence de mademoiselle Tulla.

« Reyn, pour vous servir, belles demoiselles. »

Des pensées qu’elle regretta bien rapidement en le voyant effectuer les courbettes et le charabia d’un peau parleur, lui arrachant un grognement de mépris. La rudesse des hivers et l’ardeur des étés de ces terres inhospitalières avaient forgé le cœur de ses habitants et leurs mœurs aux sons des tintements terribles des combats. Il existait en Septime, véritable enfant de  Ferrox, une ardeur et une férocité brutale ; le cri de l’instinct primaire, animal. On avait alors que très peur faire des belles tournures et des fioritures de l’étiquette que l’on fantasmait dans les histoires de chevalerie ; on leur préférait plutôt la grandeur des luttes titanesques et le courage des héros.

De plus, Septime avait toutes les peines du monde à cacher son propre embarras malgré son expression renfrognée. Son cœur s’écrasait douloureusement contre sa poitrine tandis que ses pensées se bousculaient et se piétinaient en une débâcle terrible. Rien ne retenait sa chute imminente alors qu’elle sentait le sol s’ouvrir sous ses pieds pour la dévorer dans ses entrailles fumantes. De quelques mots affables, il avait percé à jour la couverture qu’elle avait passé des mois à polir, ce masque parfait qu’elle avait revêtu pour l’honneur et que jamais on ne lui aurait accepté en tant que fille. L’angoisse lui tordait les boyaux alors qu’elle serrait ses poings qui avaient cogné furieusement jusqu’à en avoir les jointures en sang, elle avait frappé comme un homme. Comme un homme et aujourd’hui, ce séducteur volage de bas-étage allait lui arracher des doigts tous ses efforts.

« Ce n’est pas un endroit pour que d’aussi jolies dames se promènent. Qu’est-ce qui vous amène par ici? »

« Oh nous nous prom-»

« Nous rentrons. Venez mademoiselle Tulla, votre père doit nous attendre. » Gronda-t-elle avec impatience alors qu’elle s’interposa entre le marin et la jeune noble.

« Oh ! Septime tu es si grossier ! Ce gentilhomme vient de nous sauver. Il est absolument charmant…Ah vraiment excusez-le, il est un peu…»

Septime ne la laissa pas terminer et lui attrapant le poignet, elle tira l’adolescente derrière elle brutalement. Cependant, elle relâcha rapidement sa prise soudain prise de remord de la traiter aussi durement. Mademoiselle Tulla était jolie comme une fleur, il fallait traiter ses pétales délicatement et avec douceur de risque de briser sa beauté fragile. Elle ne méritait pas un traitement si sauvage.

« Excusez-moi. Vous devriez laissez les hommes régler ça. » Souffla Septime en direction de sa protégée.

Elle reporta son attention sur le fameux Reyn, les sourcils froncés et les lèvres pincés en une expression mauvaise. La jeune épéiste dégaina son épée sans la moindre hésitation, de façon un peu plus théâtrale que nécessaire pour intimider ce beau-parleur. Ses mains tremblaient un peu, bouillante de colère. Elle pointa la lame luisante en direction vu beau visage de l’inconnu – elle était certaine qu’il ne risquerait pas son précieux faciès, pas même pour la plus jolie des demoiselles.

« Si tu t’avises de la toucher encore une fois, j’te tranche la gorge et j'te montre qui es une jeune fille.»

Reyn
avatar

Messages : 90
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t314-reyn-le-pirate-gentleman-predefini-terminee

Feuille de personnage
Classe: Epéiste
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2Epée de verre
3Potion
4
5
Sujet: Re: éxilé sur le sol au milieu des huées ♛ reyn   Mar 9 Aoû - 7:09
Si les paroles mielleuses du pirate eurent l’effet escompté sur la jeune femme blonde, qui rougissait dans toute l’innocence qu’on pouvait attribuer à une noble protégée de son âge, elles semblaient avoir aggravé plus que de raison sa compagne qui serrait les poings, sa mine se renfrognant dans une rage impressionnante. Elle s’interposa d’ailleurs d’un geste brusque entre lui et la belle, le forçant à lui lâcher la main, coupant cette dernière dans ses paroles.

« Oh nous nous prom- »

« Nous rentrons. Venez mademoiselle Tulla, votre père doit nous attendre. »

Bon, pour les efforts afin de ne pas trop la vexer, c’était raté. Tout autant qu’elle pouvait se sentir protectrice de sa compagne, n’était-ce pas un peu trop exagéré? Il n’allait pas dévorer la bourgeoise sur place, quand même. Il pouvait bien s’amuser à la séduire quelque peu, mais même pour un hybride dont l’espérance de vie n’était en rien comparable à celle éphémère des humains, elle restait un peu jeune. Il avait quand même un semblant de morale, si seulement dans ces domaines-là.

« Oh ! Septime tu es si grossier ! Ce gentilhomme vient de nous sauver. Il est absolument charmant…Ah vraiment excusez-le, il est un peu… »

Encore une fois, la brunette coupa la parole à la jeune noble. Cependant, cette fois-ci, elle sembla perdre sa déjà courte patience, et plutôt que de lever le tôt au-dessus du sien, elle lui tira sans ménagement le poignet pour la placer derrière elle, ouvertement hostile vis-à-vis le pirate. Bien qu’elle relâcha rapidement sa solide prise sur le membre délicat de la belle, le pirate perdit son sourire et fronça les sourcils, désapprouvant ce genre de comportement barbare à l’encore de la gente féminine, même de la part d’une fille.
Une fille…attendez… « il »?

« Excusez-moi. Vous devriez laissez les hommes régler ça. »

Un petit instant, là.
« Les hommes »?
Ses sourcils durent bien grimper jusqu’à ses cheveux. Sans aucune retenu, il observa la personne qui se tenait devant lui des pieds à la tête. Cette apparence androgyne appartenait à un garçon? Cette stature délicate, quasi féline; ce visage rond à l’adorable nez en trompette; ces mains délicates plus appropriées pour tenir un pinceau qu’une épée; tout ça était l’apparence efféminé d’un garnement ? Dans les pensées de Reyn, l’image de la beauté qu’il imaginait cinq ans plus tard éclata en morceau, et davantage que d’être embarrassé par son erreur, il fut réellement déçu. Un autre gamin ennuyant, alors. Quelle triste vie…
Comme s’il allait s’empêcher de garder compagnie à la poupée aux boucles dorées après une telle déception.  

Qui sait, peut-être que le garçon jouait davantage le rôle de prétendant  que de garde du corps dans cette situation. Son genre changeait toute la donne; après tout, alors que sa belle se faisait harceler par deux marins, l’adolescent n’avait pu leur tenir tête, et un superbe jeune homme était venu à leur rescousse, volant ainsi la vedette et sauvant la demoiselle en détresse. Dans un tel cas, Reyn pouvait s’imaginer pourquoi le garnement lui en voulait tant, surtout après qu’on l’ait pris pour une fille, une insulte de plus à sa virilité quasi inexistante. En parlant de virilité, le microbe venait de dégainer son épée dans un geste théâtral plus touchant que menaçant, les yeux clairement emplis d’une furie qu’il semblait prêt à déchaîner à tout moment. D’une main tremblante, probablement davantage de rage que de peur, il leva la lame en direction du visage du pirate qui ne fit que lever un sourcil avec un air sceptique.

« Si tu t’avises de la toucher encore une fois, j’te tranche la gorge et j'te montre qui es une jeune fille.»

Reyn resta ainsi un moment, l’air nullement impressionné, jugeant l’adolescent. Impulsif, peu réfléchi, voire passionné; il était facile à évaluer lorsque provoqué, et semblait avoir des préjugés bien précis quant au pirate s’il visait son visage. Comme si une cicatrice rajoutée à celles qui parsemaient déjà ses bras, son torse et son dos était assez pour le faire reculer de terreur. On ne devenait pas pirate lorsqu’on tenait à garder son faciès intact. Et puis, les femmes trouvaient ça dangereusement sexy.

Toujours aussi détendu qu’à son habitude, il poussa la lame tremblotante du revers de sa main gauche. Il aurait presque eu pitié du jeunot s’il n’avait pas été d’humeur à le provoquer encore un peu plus. Il se permit donc de rire à la posture un peu trop tendue de l’épéiste adverse, sa tentative maladroite de viser son visage le rendant ouvert à une contre-attaque aisée qu’il ne saisit cependant pas. Il n’y avait pas de plaisir à battre un enfant n’ayant même pas le quart de son âge, après tout. Et puis, s’il commençait à secouer son jouet pointu dans des lieux aussi occupés, il risquait de blesser quelqu’un d’autre.
 
« J’comprends qu’tu veuilles m’éviscérer, mais essaie de pas trop secouer c’truc, tu vas blesser un passant. Et la jolie demoiselle a pas envie de voir du sang. »

Il fixa d’un air entendu, quelque peu réprobateur, lui rappelant la galanterie qu’il devait à une dame, une qu’il escortait de surcroît. Il n’avait aucune intention de faire du mal à la belle, bien au contraire. Il n’attendit cependant pas que le jeune acquiesce ou cède à la tentation d’utiliser le cure-dent qui lui servait d’arme : d’un mouvement fluide, il rejoignit la belle blonde qui semblait craintive devant la scène et lui offrit son bras sans forcer aucun contact entre eux deux. Puisque ce fut la noble qui accepta de s’y pendre, le minus ne pouvait pas lui reprocher de l’avoir attaquée, et s’il traitait sa compagne encore aussi brusquement, c’était le pirate qui allait se fâcher.

« Dans tous les cas, il y a bien davantage à voir de la ville que les ennuyants marins, exposa-t-il, reprenant un langage soutenu pour les beaux yeux de la dame. Laissez-moi le plaisir de vous accompagner dans votre promenade; je serai votre second fidèle serviteur pour la journée. »

Prends des notes, gamin.





J'vous parle en #009933
Contenu sponsorisé

Sujet: Re: éxilé sur le sol au milieu des huées ♛ reyn   

éxilé sur le sol au milieu des huées ♛ reyn

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Début de soirée en milieu hostile ...
» les viandes que mangent les habitants de la terre du milieu
» gauche, droite, milieu.......
» La venue des Numénoriens en Terre du Milieu
» Le nom des armes en Terre du Milieu

Fire Emblem Rebirth :: Regna Ferox :: Port Ferox+
Sauter vers: