Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

Sybile • la jolie voleuse de rêve

Invité
Invité
Sujet: Sybile • la jolie voleuse de rêve   Mar 17 Mai - 17:22
« Ashe, Clemente, quel plaisir de vous revoir ! Ça fait quoi, quatre… Peut-être cinq mois ?
_ Ouais ça fait du bien de rentrer au bercail !

Ashe se contenta d’un hochement de tête courtois pour approuver ses dires même si elle n’en pensait pas un mot. A les voir, on se doutait qu'ils rentraient d'un long voyage, qu'ils ont sillonnés les déserts et les océans, marchés sur les flancs des montagnes, fouler des forêts inconnues.

Clemente savait qu’il était difficile pour Ashe de se confier à lui - son cœur était confiné par des forteresses férocement bâties - lui dire que certains soirs elle n’avait pas envie de rentrer chez elle, à cause de toute cette tristesse collée aux murs de leur demeure comme de la pourriture. Il y avait toujours des morceaux d’esprits de son père qui hantaient les lieux – Ashe n’aimait pas rentrer à Ylisse, n’y prenait racine jamais trop longtemps. Elle voulait se soustraire à cette emprise, cette pièce défectueuse qui gangrenait son âme, puis un jour elle avait voulu disparaître et arpenter les routes.
Parce que c’était plus facile.

Clemente l’observa, les mains liées derrière sa nuque, les yeux malicieux – humant l’air de la capitale avec envie, ses paupières se fermèrent pour oublier la vision des grandes rues ainsi que la clarté des structures. Il entendait les cris des enfants, les hurlements des marchands. Soudain, il ouvrit un œil et observa Ashe de biais, cette arabesque dessinée autour de sa paupière l’attirait comme un aimant.

- Ça m’fait du bien d’être de retour, en réalité, Ylisstol m’a manqué. Pas à toi ? L'enthousiasme et l'excitation s'engouffraient dans sa gorge comme des bouffées d'air, même s'il se doute de la réponse d'Ashe, il savait déchiffrer ses silences, décortiquer sa gestuelle à force d'être resté à ses côtés depuis des années.

Elle hocha la tête. Il sourit. Menteuse.

- J’ai hâte de voir si les rumeurs sont vraies.  Finit-elle par lâcher, sa curiosité ayant été piqué à vif lorsqu'elle avait attraper des "on dit" en plein air.  
- Il n’y a jamais de fumée sans feu.

Il leva le menton pour observer la foule, comme un rapace. Ashe lui fit un signe de main.

- Va, je sais que tu as envie de revoir tes amis à la taverne.  
- Tu ne veux pas venir ?
- Non, ça ira, je vais aller voir ma mère.
-D’accord, on se voit à la caserne.

Sa silhouette disparue, dévorée par la foule comme s’il s’agissait d’une grande bouche gourmande, et Ashe se retrouva seule. Sa démarche était sèche et tranchante, comme à son habitude, alors qu’elle tentait de ne pas se faire aspirer par ce maelström d’âme.

Elle s’écarta de la foule, son épée claquant sur sa hanche, alors qu’elle s’engouffrait dans une artère de la ville un peu moins bondée de monde – pour trouver un chemin qui serait éloigné mais suffisamment proche pour retrouver sa mère.

Soudain son élan se stoppa nettement. Elle crut apercevoir une chevelure aux teintes d’argent, comme un mirage, disparaître dans l’une des rues qu’elle traversait – ses sens étant toujours aux aguets et qu’elle avait fermement entraînés au cours de ces dernières années. Le bruit du monde semblait résonner comme un écho, en train de mourir entre les rues désertes. Ashe observa silencieusement autour d’elle, avant de lâcher dans le vide un :

_ Il y a quelqu’un ?  


Sybile
avatar

Messages : 294

Feuille de personnage
Classe: Civil/Danseuse
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2Louche
3
4
5
Sujet: Re: Sybile • la jolie voleuse de rêve   Mar 17 Mai - 23:16
Sybile avait passé la matinée à vagabonder dans les boyaux de Ylisstol. Comme a chaque fois qu'elle était dans cette ville, elle laissait Zin'ka une bonne partie de la journée et ne revenait que pour leurs rendez-vous quotidiens. Selon le temps et l'envie, la jeune femme dansait sur la place du marché où dans des auberges contre le gîte et le couvert. Les deux comparses n'étaient pas arrivés depuis longtemps en ville et l'humaine essayait de retrouver ses marques : la ville avait bien changé depuis son dernier passage, il y a de ça neuf ou dix mois. Les choses n'avaient pas vraiment évolué depuis son dernier passage, sauf peut-être des rumeurs à propos de la famille royale, mais à vrai dire, elle n'en avait eut vent que très récemment et ce genre de quolibets n'étaient pas vraiment à son goût.

Elle avait apprécié le simple fait d'écouter les bruits de la ville, le son des gens et prendre la pulsation, le rythme de la ville. Pour quelqu'un comme elle, c'était important de ressentir les lieux. Cela lui donnait de l'inspiration, mais elle pouvait facilement deviner quelles danses elle pouvait présenter devant les habitants. On ne faisait pas le même genre de spectacle en Ylisse qu'à Valm. Là-bas, tout était plus rude et sérieux tandis qu'ici, la ville elle-même semblait être protégée de tout soucis... Même si parfois, on pouvait croiser des personnes plus qu'intéressantes. Ylisse était une nation d'amour et de tolérance – enfin, elle avait cette réputation, et il n'était pas rare de croiser des laguz ou des manaketes, êtres fantastiques fascinants aux yeux de Sybile.

Au cours de sa vie dans le cirque de Valhart, elle avait connu quelques artistes ayant une ethnie différente de la sienne et certains avaient vraiment été merveilleusement gentils avec elle. C'était peut-être pour ça qu'elle avait une tendresse particulière pour Zin'ka, la tagüel qui l'avait recueillit suite à son évasion. La tagüel avait été une véritable mère pour elle au cours des années qu'elles avaient vécues ensemble... Mais il y avait des choses qu'elle ne pouvait partager avec personne. Et qu'elle-même avait parfois du mal à affronter. Cette noirceur dans son cœur, cette haine qui la consommait à chaque minute, ces regrets qui la hantaient même le jour, puisque la jeune femme ne dormait plus que quelques heures par nuits, lorsqu'elle tombait d'épuisement.

Distraitement, elle frappa dans un caillou. La pierre ricocha dans la rue, l'écho de l'impact lui fit lever le nez. Une étrange jeune femme marchait juste un peu devant elle. Sa démarche était lourde, assurée, puissante. Elle aussi, avait les cheveux clairs. Intéressant... Elle n'était pas beaucoup plus grande qu'elle, enfin, à cette distance, il était difficile de réellement évaluer la différence. La voir déambuler ainsi dans les rues d'Ylisse, lui laissait imaginer ce qu'aurait pu être son destin si elle avait choisi la voie des armes. Quoi qu'avec son corps fluet, Sybile n'aurait jamais réussit à avoir une telle stature. Au mieux, elle se serait rapidement brisée à l’entraînement pour que la dure réalité des combats ne s'en charge pas. Puis, petit à petit, la curiosité de la femme qu'elle était laissa place à celle de l'artiste. Elle avait toujours du mal à imiter les grands épéistes de ce monde. Peut-être pourrait-elle s'inspirer de cette inconnue ?

Il n'y aurait rien de plus facile, la suivre en silence pendant quelque temps lui serait suffisant pour comprendre comment fonctionnaient les muscles de la jeune femme, quelles articulations avaient travaillé avec plus de rudesse... Réjouit à l'idée d'avoir un cobaye tout neuf, Sybile profita d'un détour d'une rue pour grimper sur un toit, profitant de la proximité des bâtisses pour se rapprocher de sa cible en toute discrétion. Elle l'observa pendant quelques mètres. Imitant sa démarche, mais il lui manquait les informations essentielles de la posture, même si elle en saisissait les grandes lignes. La danseuse profita d'une gouttière pour redescendre dans les ruelles. Bien sûr, elle ne pouvait pas se permettre d'être au même niveau que la jeune guerrière : ce genre d'individus n'avait pas beaucoup d'humour et une pirouette verbale ne suffirait pas à s'en sortir si jamais, elle se sentait insultée par les mimiques que Sybile effectuait.
Ainsi, elle choisit de se placer dans une ruelle adjacente et de l'observer le plus possible... Mais, il semblerait que son plan ne fonctionne pas aussi bien qu'elle l'espérait.

La voix de l'inconnue claqua comme un fouet. Froide, déterminée, impitoyable. Parfaitement, le genre de femme qu'espérait trouver. Visiblement, ses sens exacerbés par le combat avaient réussi à déjouer son petit manège. Espérons seulement qu'elle ait de l'humour, se dit Sybile tout en sortant de l'ombre. Elle portait sa cape noire, mais dans cet environnement légèrement sombre, l'argent de ses cheveux sur les maigres rayons de soleil qui perçaient au travers des immeubles avait dû la trahir. Finalement, tant qu'à prendre un coup, autant jouer cartes sur table, s'encouragea-t-elle avant de parcourir rapidement la distance qui la séparait de son sujet d'étude.

« Salut ! » Lâcha-t-elle en se plantant devant l'inconnue, un sourire courtois sur les lèvres avant de commencer à détaillée la guerrière de la tête au pied.
« Mmmmh... C'est marrant, de loin, je pensais qu'on faisait la même taille... Ce ne sont que quelques centimètres. Finalement, je dois être plus petite que ce que je croyais...Mmmh, bon au moins, on doit avoir le même âge. Avec les cheveux blancs et la démarche de mercenaire féroxien, j'avais peur de tomber sur une vieille.» Sybile passa dans le dos de l'inconnue, puis remarquant l'épée à la hanche, elle se pencha, observsant la lame et la manière dont elle était accrochée.
« Ha, je comprends mieux la légère claudication.. Intéressant. » Sentant qu'elle atteignant grandement les limites de la patience de sa victime, la jeune artiste se releva d'un bon avant de revenir lui faire face.

« Donc, oui, il y a quelqu'un. Je suis Sybile. Si vous vous posez la question, je ne suis pas une voleuse – enfin, pas vraiment ; je suis une artiste de rue et je danse. Je voulais étudier votre démarche pour certains rôles. On ne croise pas souvent des sujets d'étude de votre qualité tous les jours ! » Suite à cette déclaration, elle lui tendit la main, en espérant ne pas recevoir celle de l'inconnue dans la figure.




Don’t give me that look – ‘cause, you see
You’re the last person I need to pity me
Invité
Invité
Sujet: Re: Sybile • la jolie voleuse de rêve   Dim 29 Mai - 16:15
Ashe est une femme qui règle son univers au millimètre près. Attentive à tout, pour organiser son monde, anarchiser le chaos en ordre, pour posséder le vide, s’en protéger aussi. Sybile brisa ces lois archaïques en jaillissant face à elle comme un feu-follet, vif et indomptable, emportant dans sa valse un mélange d’ailleurs et de liberté, une légèreté brisée, car dans ses yeux d’or dansaient une flamme sauvage. Les êtres étaient transparents pour Ashe, tous identiques à force de s’en tenir éloigné.

Mais Sybile ne l’était pas.

Elle parlait -chantait presque - comme une corneille joviale, mais ses ailes semblaient lourdes, comme clouées au sol. Ashe l’observa calmement, se mouvoir comme une panthère près d’elle. S’imaginant qu’elle s’apprêtait à lui ôter son argent, sa main se positionna avec douceur sur son pommeau d’épée.  Sybile se présenta, Ashe continua de la scruter avec calme, emportée dans les tumultes de son silence. Elle arqua juste un sourcil intrigué, lorsqu’elle expliquait ce qu’elle faisait, sans camoufler le relief de ses intentions. Sa main se tendit vers elle avec chaleur, les yeux de Ashe se baissèrent avec lenteur vers cette poigne tendue, captant les bandages qui enlaçaient sa chair – comme pour cacher les maux du passé, celles qui ont creusés des entailles qui ne seront jamais fermées. Ashe ne le comprenait trop bien, elle avait un stigmate qui lui barrait l’un de ses yeux.  Mais peut-être n’était-ce que des artifices pour implorer la clémence. Bizarrement, elle y croyait moins.
Ses sourcils se froncèrent imperceptiblement et elle musela sa curiosité.
Sa main vint chercher la sienne – elle paraissait si fragile, prête à se briser, à s’envoler si le vent soufflait un peu trop fort.

_ Ashe. Répondit-elle avec simplicité, son regard se dressant à nouveau sur Sybile, elle remarqua qu’elle aussi, possédait une cascade neigeuse en guise de chevelure, Ashe détailla ses traits – c’était comme s’il y avait des morceaux de reflets de chacune et de l’autre. Cheveux blancs, yeux éclatants. Il résonnait néanmoins quelques dissonances – Sybile était agile, Ashe ne l’était que lorsqu’elle combattait.

Un léger silence. Le contact de leurs mains s’éloigna.

_ Vous êtes étonnamment agile pour une  artiste de rue.Sa voix tonna dans la ruelle déserte, puissante comme le grondement d’un orage qui arrive mais pourtant douce, si douce. Le ton n’était ni inquisiteur ni agressif, une simple constatation qui étonnait Ashe. Une artiste ne peut se mouvoir avec une agilité de chat sans se faire remarquer.
Une aura de mystère semblait planer autour d’elle, comme si des ténèbres grouillaient dans son dos, affamées. Ashe ressentait quelque chose d’étrange ; comme une épine dans le pied, quelque chose de trop abstrait pour que l’on puisse le nommer.

_ Êtes-vous d’Ylisse ?

Elle avait lâché sa question avec un calme impérial, un léger sourire pour clore la question et que son visage retrouve subitement son impassibilité. Impatiente, peut-être, de voir qui était Sybile et de quel bois elle était faite.  Elle pouvait mentir, l’emmêler dans des mensonges, elle avait l’air taquine comme un félin qui désirait jouer avec ses proies.



Sybile
avatar

Messages : 294

Feuille de personnage
Classe: Civil/Danseuse
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2Louche
3
4
5
Sujet: Re: Sybile • la jolie voleuse de rêve   Mar 31 Mai - 11:56
Finalement, le coup ne vint pas. Aucune lame endormie ne fut réveillée. Il n'y avait que deux femmes qui se rencontraient pour la première fois et qui courtoisement, se serrait la main. D'une manière faussement chaleureuse pour l'une, avec la froideur pour la glace pour l'autre. Si semblables et pourtant différentes. Les lèvres de Sybile s’arquèrent doucement. L'inconnue, enfin, Ashe, ne semblait pas trop se méfier d'elle. Juste ce qu'il fallait. Parfait, l'image de sa précédente victime, Ayden, elle serait un terrain de jeu parfait. Mais a quoi pourrait-elle jouer avec elle ? Lui voler quelque chose semblait impossible. Se moquer gratuitement de sa cicatrice à l’œil ne serait pas aisé vu qu'elle-même cachait avec soin ses propres stigmates... La solution la plus simple serait sans doute de l'attaquer avec un bavarde incessant. Mais, la guerrière n'avait pas l'air d'être très bavarde et surtout, elle n'avait pas l'air d'avoir le bon goût de savoir perdre son sang-froid facilement. Un défis, voilà ce qu'était Ashe aux yeux de Sybile.

« C'est normal, je suis danseuse. Être agile est important. Un musicien de pacotille ou une chanteuse à la voix de crécelle n'a aucun besoin d'avoir une bonne condition physique. À votre avis, pourquoi il y autant de troubadour grassouillet ? Après tout, ça doit être pareil pour votre profession, non ? Un guerrier a besoin d'être musclé, endurant alors qu'un mage, lui pourrait se laisser aller un peu plus... Enfin, je suppose. » Avait-elle argumenté tout en lâchant avec douceur la main de son interlocutrice avant de recommencer son petit manège d'observation, un sourire malicieux plaqué sur le visage.

Qui était vraiment en position de forces dans ce petit manège ? La puissante guerrière ou la frêle artiste ? Un vrai jeu de dupes s'était doucement mis en place, et ce, sans doute à l’insu de la première, celle qui perdrait ne serait peut-être pas celle qui en dévoilerait le plus. Au contraire, Sybile avait bien l'intention de remporter cette bataille, où la verve était au cœur de la mêlée. Ashe lui posa une question, était-elle d'Ylisse ? Oh, était-ce parce qu'elles se ressemblaient – légèrement, qu'elle s'autorisait à penser une telle chose ? Quelque part, elle n'avait pas tort, Sybile était d'Ylisse, mais aussi de Rosanne, de Valm et de Chon'sin. Mais s'unir à une seule nation ? Très peu pour elle, son âme était bien trop libre et indépendante pour juré allégeance à un endroit. Il était vrai que la capitale, Ylisstol, lui était plaisante, mais de là à y passer sa vie... Non.

« Peut-être ! Pourquoi Pensez-vous cela ? » Roucoula-t-elle doucement tout en prenant place une petite pile de caisse. Être en hauteur était une bonne stratégie au cas où tout tournerait mal : Ashe avait l'air d'être une excellente épéiste, mais, avec tout son matériel sur le dos, elle était irrévocablement plus lente que Sybile, être sur les caisses et donc, près des toits, lui laissait une grande chance de fuite sans la moindre casse, Zin'ka n'étant pas là pour réparer l'ego de la guerrière, que la jeune artiste ne manquerait certainement pas de froisser.

« Moi, j'ai l'impression que vous êtes d'ici. Vous voulez-savoir comment je le sais ? » Dit-elle doucement tout en se penchant légèrement en avant.

« Votre démarche. Elle est plutôt caractéristique des gens de ce pays. Et puis la forme de votre visage également – très beau, avec quelques défauts, et ce petit air que se donne les gens ici. Comme celui qu'a votre ami qui est parti quelques instants plus tôt. C'est plutôt rare de voir un Ylissien avec un katana, il est difficile de le manquer ! » Sybile plaça ses mains en coupe sous son visage, observant chaque petit mouvement du corps de sa victime de la soirée. Si les remarques sur elle ne la dérangeaient, peut-être qu'attaquer d'une manière indirecte son acolyte lui ferait quelque chose et au moindre signe de danger, elle s’enfuirait comme un chat errant prit la patte dans le sac.

Le calme presque olympiens de son interlocutrice avait le don de la mettre légèrement mal à l'aise. D'une manière général, Sybile avait du mal avec les gens calmes. Ils lui rappelaient un peu trop cruellement Valhart. Il avait été si inexpressif lorsqu'il avait gravé sa chair, si froid lorsqu'il l'avait laissé sous le soleil du désert, si stoïque lorsqu'il l'avait gardé comme un animal dans une roulotte sans fenêtre pendant une année entière. Une pulsion de rage fit battre son cœur légèrement plus fuite, mais elle garda son sourire. Toujours deux visages, toujours deux faces, bien distincts l'une de l'autre. Ne rien montrer, cloisonner son cœur, oublier cette douleur, cette haine qui lui vrille le cœur en perturbant le monde entier.

« Vous revenez d'un voyage? » Entonna-t-elle alors, lorsqu'elle trouvait que le silence avait un peu trop duré. Enfin, silence, ou réponse de son interlocutrice qu'elle n'écoutait pas vraiment en faite. Il fallait vraiment qu'elle soit désespérée pour qu'elle s’intéresse aux dires d'une parfaite inconnue. Elle lançait des sujets de conversations que pour attisé le léger froncement de sourcil qu'elle l'avait vu déjà faire à son encontre. La réponse, après tout, elle l'avait déjà. Il fallait être sacrément désavantager du point de vu olfactif pour ne pas reconnaître l'odeur de la route, un mélange d'herbe, de sueurs et de cuir. Les bottes et le bas des vêtements légèrement crottés étaient aussi un très bon indice. La grande question était plutôt, où étaient-ils allés ? Sans doute pas Plegia, la peau d'Ashe serait plus bronzée. Peut-être Ferox ?

« Laissez moi deviner... Regna Ferox ?! » Lâcha-t-elle rapidement, comme-ci elle participait à quelconque jeu de question sur la place du marché.

En attendant la réponse, elle se contenta de regarder ses pieds après avoir détaillé une énième fois Ashe. Elle était plutôt jolie pour une guerrière. A vrai dire, les seules qu'elle avait rencontré jusque là étaient plus du genre armoire à glace que fine bretteuse. En attendant, elle était curieuse de voir jusqu'où ce petit manège pouvait les conduire. Certainement sur des chemins intéressants, si l'épéiste se donnait la peine de suivre le lapin blanc.




Don’t give me that look – ‘cause, you see
You’re the last person I need to pity me
Invité
Invité
Sujet: Re: Sybile • la jolie voleuse de rêve   Ven 10 Juin - 19:52
Sybile était une tempête. Un remous de vie qui s’agitait face au vent, sans laisser de place au vide ou au silence. Comme si elle craignait, enveloppée par les iris froides d’Ashe, d’être prisonnière de ce blizzard aphone. Et dans ces torrents de paroles, Ashe mesurait ses silences, les mots se mouraient dans ses pensées, elle se contenta d’observer avec un calme absolu les gestes de Sybile qui déchiraient l’espace comme pour mieux se l’accaparer.

Elle se battait contre la vie, Ashe le ressentait.

Sybile avait l’air d’être une femme pleine de mystères, dont les rouages et les croyances resteraient inconnus, comme si elle serait à jamais hors d’atteinte, elle a l’air d’être de ceux qui résistent. Elle contournait les questions, disparaissait et apparaissait – mais Ashe ne disait rien. Absolument rien. Si Sybile se sentait à l’aise dans le bruit et le mouvement, s’accaparant des morceaux d’espace. Ashe était tout l’inverse – stoïque comme une statue antique, préférant le silence au tumulte des paroles, ne réglant son monde comme si cela l’a rassuré sans jamais totalement s’y mêler. À part cela, elle se cachait dans des angles morts pour contourner les regards, non pas par timidité ou réserve, mais par choix. Clemente faisait les choses à sa place, aimer les gens à sa place, parler aux gens à sa place. Clemente était les paroles d’Ashe, son amitié qu’elle pouvait éprouver pour les autres, c’était Clemente qui traduisait.

_ Vous parlez beaucoup. C’était lâché comme ça, sans agressivité ni dans un élan de désarroi. Juste un simple constat. Pouvait-on autant débiter autant de choses à la fois, sans s’emmêler dans ses mots ? Elle en profita pour se hisser sur une pile de caisse habilement. C’est impressionnant.

Elle sourit, Sybile, beaucoup. Elle maquille ses émotions en souriant, elle dévie les sujets en souriant, elle contemple le monde en souriant.
Elle a raison, c’est bien plus facile de sourire que d’être heureux.
Pourtant au tréfonds de son âme, quelque chose résonnait, comme une symbiose avec Sybile. Il y avait quelque chose qui aurait pu les relier, un détail du passé. Des stigmates qu’une arborait et que l’autre cachait. Elles auraient pu se ressembler dans cette haine de glace pour Ashe, et de feu pour Sybile. Elles étaient différentes et semblables à la fois. Comme deux reflets sans être identiques. Les sourcils de Ashe se froncent légèrement plus par curiosité que par l’instinct de danger.

_ Effectivement, les gens ont des choses peu communes. Elle laissa flotter un silence avant de hausser les épaules en souriant, désignant le ciel comme seul responsable. Il aime se faire remarquer.

Son regard s’éleva légèrement
Elle aurait pu l’interpréter pour les crocs d’une menace, comme une pique ou une provocation mais Sybile ne paraissait pas être une combattante laissant traîner des corps dans son sillage, seulement un chat errant voulant débusquer quelque chose pour se distraire. Elle aurait pu lorgner sur Clemente pour plusieurs raisons… Ashe resta impassible, même si son cœur chanta une chamade déboussolée.

_ Oui, je viens à peine de rentrer de Regna Ferox. Un léger sourire laissa transparaître sur le bord de ses lèvres, satisfaite de son voyage. Et vous, y êtes-vous déjà allée ?

Sa main se posa sur le pommeau de son épée avec douceur. Les souvenirs l’assaillirent brutalement comme une vague déferlante, implosant quelque chose de joyeux au niveau de son ventre et qui se répandit comme une explosion, au travers de ses veines.

_ Est-ce que vous savez manier une arme ?

Ashe savait que derrière ce sourire figé sur le visage de Sybile se cachait des brèches encore ouvertes.

_ Si ce n’est pas le cas, je vous invite à passer à la caserne dans les prochains jours. Dites que vous me connaissez, je serais curieuse de voir comment vous vous débrouillez face à moi.

Un léger silence, à nouveau.

_ Parce que votre agilité a attiré mon attention.

Elle ne mentait pas, la manière dont elle se déplaçait avec l’aisance d’un singe, elle était peut-être douée. Et Ashe ne savait pas si son intuition était bonne ou si au contraire, elle s’était laissée voiler l’esprit par une jeune fille entourée de mystères, qui gravitaient autour d’elle comme des astres attirés par une planète.


Sybile
avatar

Messages : 294

Feuille de personnage
Classe: Civil/Danseuse
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2Louche
3
4
5
Sujet: Re: Sybile • la jolie voleuse de rêve   Mar 14 Juin - 22:42
Si Sybile était bavarde comme une pie, Ashe était presque muette. Ainsi, la jeune artiste ne se vexa pas lorsqu'elle lui fit remarquer qu'elle parlait sans doute trop. C'était vrai, mais que faire d'autres quand la personne avec qui vous menez une conversation ne décroche pas un mot ? La guerrière devait être le genre de personne habituée à ce que l'on parle pour elle, à ce qu'on devine ses pensées. Sybile n'avait pas encore ce don, alors, elle la bombardait de parole pour voir où était le point de rupture – s'il y en avait un. Mais, il semblait que, d'une certaine façon, elle comprenait. Où plutôt, avec l'écoulement des minutes, l'artiste se sentait acceptée. Elle avait le sentiment que si, elle avait suivi quelqu'un d'autre, ce dernier l'aurait chassé, voir même rosser, sans la moindre pitié.

« Je ne parle pas beaucoup. Pas plus que la moyenne. On va dire que je parle pour deux. Vous n'êtes pas réellement loquace vous savez ! » Dit-elle doucement, d'une voix mélodieuse bien que légèrement moqueuse.

Toujours sur sa pile de caisses, la jeune femme se mit dans une posture plus décontractée. Maintenant, elle en était presque sûre : Ashe ne viendrait pas lui chercher querelle – d'ailleurs, elle restait relativement calme pour quelqu'un qui subissait ces assauts bavards depuis déjà plusieurs minutes. Peut-être était-ce le souvenir de son voyage avec son ami – peut-être amant ? Qui lui permettait de s'accrocher pour subir cet interrogatoire. Sybile resta muette quelques instants, le temps que son interlocutrice répondent aux questions qu'elle avait posées quelques secondes plus tôt. Elle n'était pas comme ce garçon aux cheveux bleus, qu'elle avait croisé quelques jours plus tôt : elle était marmoréenne et par conséquent, n'était pas une source d'amusement, mais de curiosité.

D'ailleurs, si une lueur vacilla lorsque la jolie guerrière répondit au sujet de son amie, rien d'autres ne vint trahir un quelconque intérêt. Comment faisait-elle pour être si détachée de tout ? Quelque part, les deux jeunes femmes se complétaient merveilleusement bien. L'une était aussi pétillante et exubérante que le soleil, l'autre était aussi calme et sage que la lune. Le feu et la glace, la terre et le vent. Des opposés qui pourtant semblent avoir quelque chose en commun. Si Ashe ne cache pas ses stigmates de son lourd passé, Sybile préfère les dissimuler. La pitié est la dernière chose dont elle a besoin. Faible, elle l'est, elle le sait, alors elle n'a pas besoin que les autres la croient faible. Sinon, seule la mort l'attend sur le chemin.

Puis, au grand étonnement de l'artiste, Ashe lui posa une question. Était-elle allé à Regna Ferox ? Elle ne pouvait pas tellement le savoir, mais la question à poser à Sybile était plutôt, où elle n'était pas déjà allée. Avec Zin'ka, elles voyageaient de villes en villes depuis quelques années déjà et avant cela, toute sa vie s'était dessinée aux grées de la géographie du monde. Si elle évitait ces derniers temps les grandes villes, elle connaissait l'intérieur des terres comme sa poche et chaque pays avait l'apparence d'une maison. Lorsqu'elle y repensait, il y avait bien un endroit qu'elle aimait particulièrement à Rosanne. C'était une demeure de noble, où, un soir elle avait été dérobé le précieux temps d'une jolie princesse enfermée dans sa tour.

« J'y suis déjà allé plusieurs fois. Je pense que j'ai dû faire le tour du monde au moins cinq fois à vrai dire. Je voyage sans cesse. Regna Ferox est plutôt bon public, même s'ils rient fort et aiment les histoires grivoises ! Les gens en Ylisse sont plus simples à divertir ! » Sybile conclu son observation avec un petit rire.

Elle n'avait pas envie de froisser sa comparse, mais, avec le temps elle avait noté qu'il suffisait de danser et chanter à propos de la gloire passée des héros Ylissiens pour faire plaisir aux habitants. Des héros de légendes comme Marth ou même plus récemment Chrom, mettaient en joie le cœur des riverains. Peut-être était-ce parce qu'elle était née sur les routes et qu'elle n'avait jamais eu de maison que Sybile n'arrivait pas à comprendre cet intérêt, mais elle trouvait ça dommage : pourquoi vivre dans l'ombre et les histoires de fantômes du passé alors que l'avenir s'offrait à eux ?

« J'ai une lance. Mais à vrai dire, elle est plus dissuasive qu'autre chose. Je n'ai pas été formée pour les arts de guerre, seulement ceux du chant et de la danse. Du coup, je m'en sers pour danser. »

Tout comme son interlocutrice l'avait fait, elle laissa filer un silence.

« Je pense que je suis déjà assez couverte de bandages sans que vous n'en rajoutiez ! » Gloussa-t-elle doucement.

La jeune femme ouvrit des yeux ronds lorsque l'épéiste évoqua son agilité. C'est vrai qu'elle était plutôt douée dans ce domaine, mais elle avait tout apprit de Zin'ka et ne lui arrivait pas à la cheville dans ce domaine. Mais les combats n'étaient vraiment pas sa tasse de thé. Son corps payait le prix de nombreuses années de privations, mais il se rebiffait également contre les cicatrices qui zébraient son corps. Sybile était plus fragile qu'elle ne le laissait croire et si, elle montrait avec plaisir ses jambes fines, elle comptait énormément sur des hauts très fluides et bien trop grands pour cacher sa maigreur et les ravages de sa vie passée.

« Je suis sûre que vous êtes agile également, sauf que vous ce n'est pas pour faire des acrobaties ! » Continua doucement Sybile, tout en gardant le sourire.

A vai dire, la jeune femme était plutôt envieuse... Ashe était, en grande partie, une version améliorée de ce qu'elle pouvait être ou plutôt, aurait pu être. Mais ce n'était pas grave, au moins, elle pouvait s'amuser. L'épéiste pouvait-elle se vanter d'un tel plaisir quotidien ? Certainement pas.




Don’t give me that look – ‘cause, you see
You’re the last person I need to pity me
Invité
Invité
Sujet: Re: Sybile • la jolie voleuse de rêve   Mer 27 Juil - 16:44
Sybile et Ashe étaient deux antipodes, mais un champ magnétique semblait irrémédiablement les attirer l’une à l’autre. Les différences qui les maquillaient comblaient les failles de l’autre, comme le ciel et la terre, comme la chaleur d’été et le marbre de l’hiver, entre le soleil et la lune. Elles auraient pu être l’une comme elles auraient pu être l’autre, Sybile couvrait les méandres de son passé derrière ses bandages pâles.

Ashe ne se sentait pas mal à l’aise en sa présence, il y avait beaucoup de Sybile dans l’atmosphère, Sybile envahissait le vide avec ses paroles, un peu comme Clemente. Ashe ne se sentait pas contrainte de meubler la conversation avec un flux de mots futiles, elle qui préférait s’esquiver et disparaître dans des morceaux d’ombres, elle restait là, à discuter avec une parfaite inconnue.

Sybile posa le doigt sur la différence entre les Ylissiens et le peuple de Regna Ferox. Les Ylissiens accordaient de l’importance aux légendes qui parsemaient ce monde comme des constellations, c’était comme leur rendre un hommage, de là où ils étaient, de montrer que leurs empreintes ne deviendraient jamais poussières et qu’ils faisaient parti des fresques de l’Histoire.

« Les comptines des héros sont importantes aux yeux des Ylissiens, les gens aiment accorder de l’importance aux artistes qui content l’histoire de leur peuple, c’est une façon de ne pas oublier ce qui s’est passé et de se rappeler, c’est comme se transmettre un héritage. »

Peut-être était-ce une forme de matérialisme, mais l’héritage laissé par Chrom et Marth était le trésor d’Ylisse, des hommes s’étant battu pour unir même si le sang avait été versé. Ashe n’était pas attachée aux mœurs ylisiennes et ne se sentait pas faire partie d’Ylisse, elle les avait délaissé suite au décès de son père et s’était enfuit à l’horizon sans jamais se retourner. Sybile était-elle comme elle ? S’était-elle aussi enfuie de son ancienne vie pour tenter d’atteindre la liberté ?

« Mais je ne me sens pas concernée par ceci , fit-elle en observant une chanteuse vantant les mérites de Marth au loin dans la ruelle. Plus maintenant, du moins. Et vous Sybile, croyez-vous aux légendes ?

Son ton n’était ni froid ni cassant, juste las. Ylisse lui rappelait trop de choses néfastes, elle n’aimait y passer que pour profiter du temps avec les Veilleurs et retrouver sa mère, le reste n’était que du détail. Elle passait le plus clair de son temps à s’entraîner durement, jusqu’à attraper des brulures aux bouts des doigts. Un sourire discret étira ses lèvres lorsque Sybile lui fit remarquer qu’elle n’était pas prête à se battre. Elle était donc une vagabonde parcourant le monde, vivant de ses chants et de ses danses pour pouvoir voyager.

« C’est audacieux de voyager quand on ne se bat pas. Murmura-t-elle presque, comme pour une remarque faite à elle-même. Pourrait-elle voyager sans être sûre de ne pas pouvoir se défendre ? C’était une autre histoire.

Sybile avait l’air de s’amuser, même elle semblait avoir vécu des choses horribles comme semblaient le hurler ses bandages, même si son sourire avait des arrières-goûts d’amertume.

« Surtout lorsque l’on est jolie comme vous. Lâcha-t-elle avec simplicité, comme un constat, une réalité qui ne semblait pas réfutable.

Être agile ? C’était son père qui lui avait apprit à comment maîtriser son corps, à le mouvoir selon l’étoffe de l’adversaire en face, comment hypnotiser avec des mouvements fluides et souples, Ashe avait un style cruel. Un style qui ne demandait qu’à être contemplé, mais combien de vie avait-elle fauché ? On ne pouvait se vanter sur un style de combat.

« On l’est tous à notre manière, j’imagine… »



Sybile
avatar

Messages : 294

Feuille de personnage
Classe: Civil/Danseuse
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2Louche
3
4
5
Sujet: Re: Sybile • la jolie voleuse de rêve   Mar 2 Aoû - 22:31
Ashe était une victime particulièrement intéressante. Elle avait beau venir d'Ylisse et pourtant, n'était pas réellement attachée aux histoires de son pays, enfin, d'après ses propres dires. Pour sa part, Sybile n'avait jamais eu de vrais pays. Née et élevée sur la route, elle faisait partie des rares personnes de ce monde qui pouvait être considéré comme apatride. Elle ne comptait pas, bien sûr, les quatre ans du début de sa vie à Rosanne : elle ne s'en souvenait pas. Ce manque de racine lui permettait de s'approprier la culture d'autrui, que ce soit pour danser et chanter comme pour se moquer des choses qu'elle trouvait particulièrement ridicule. Comme la vilaine obsession des feroxiens pour la bière, alors que de meilleurs alcools coulaient à flot dans d'autres régions du monde.

Par conséquent, la question de l'épéiste était un peu vide pour Sybile. Si elle croyait aux légendes... Peut-être certaines, car des êtres non-humains étaient assez vieux pour avoir vu des choses miraculeuses. Mais la plupart lui étaient très indifférentes... Se permettre de croire en certaines, laisserait à coup sûr l'espoir perlé dans son cœur et cela ne lui était pas permis. Jamais. Cela la rendrait faible et quelconque ! Le monde était déjà bien assez rempli de demoiselles rêveuses et fantasques sans qu'elle aussi commence à partager ce genre de rêves.

« Peut-être, peut-être pas. »
Dit-elle comme seule réponse en balançant doucement ses pieds dans le vide.
« Je dirais que j'y crois lorsque je chante ou que je danse, le reste du temps... Ces fables sont bien trop loin de moi pour que je puisse y placer ma foi. A-t-on déjà vu une légende parler d'une artiste souillon ? Même la légendaire Olivia possédait un passé plus glorieux que le mien ! »

Si Ashe trouvait Sybile audacieuse de ne pas se battre, la jeune femme n'allait pas la contredire au risque d'ébrécher l'image que la froide guerrière était en train de se faire d'elle. Ne pas savoir se battre, dans le cas de l'artiste, n'était pas dû à un refus d'apprentissage, mais à des profondes lacunes et une inaptitude physique certaine qui l'empêchait de pouvoir se défendre correctement. Si la jeune femme en riait bien volontiers, elle cachait néanmoins sa déception de ne pas pouvoir être plus qu'une artiste. Danser pour faire plaisir aux gens était un bon moyen de gagner son pain, certes, mais face à une menace, savoir faire des pirouettes ne l'aiderait aucunement.

Ashe souligna également que cela était d'autant plus étrange pour une jolie femme. La destinataire des compliments se retint de rire. Elle ? Jolie ? Elle était au-dessus de la moyenne tout au plus ! Son corps malingre n'était pas très beau, son visage n'avait rien de spécial. Sybile avait du charme, c'est vrai, mais rien de plus. Mais peut-être que sa réaction était due au fait qu'elle recevait peu de compliments – hormis de la part de Zin'ka, qu'elle trouvait toujours un peu trop enthousiaste pour être sincère.

« Je suis flattée que vous me trouviez jolie, néanmoins, je pense pas avoir grand chose à craindre ! Mon physique est plutôt quelconque, si on écarte mes bandages, je n'attire pas souvent les regards hormis lorsque je danse. Et puis j'ai plus d'un tour dans mon sac et puis, je ne voyage pas seul ! J'ai une petite lapine très protectrice qui n'hésiterait pas à frapper fort s'il m'arrivait quelque chose ! » Pouffa-t-elle doucement tout en descendant de sa caisse.

« Peut-être aurons-nous la chance de danser ensemble, chacune a notre façon, lors d'une autre entre-venue, mademoiselle ! » Ajouta-t-elle en revenant vers elle, aussi silencieuse et gracile qu'une brise d'été.

Elle décrocha un sourire aimable à Ashe avant de se permettre quelques pas de danse avant de tirer sa révérence. Sybile s'engouffra rapidement dans l'ombre des ruelles après cela. Cette rencontre était intéressante et elle, avait tout ce qu'elle voulait. Et même plus encore, si elle avait réussi à légèrement perturbé son interlocutrice. Cette dernière avait été un peu trop impressionnante pour subir des farces plus poussées, mais elle espérait qu'avec son bavardage, elle laisserait un souvenir – bon ou mauvais, elle n'en avait cure, à cette inconnue.




Don’t give me that look – ‘cause, you see
You’re the last person I need to pity me
Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Sybile • la jolie voleuse de rêve   

Sybile • la jolie voleuse de rêve

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» myrtille , jolie petite caniche noire 2 ans ( thiernay 58)
» Maelya [Pirate, voleuse & Assassin]
» Premier Entraînement[Pv Jolie Papillon][Fini]
» Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge
» La Comté, une jolie utopie ?

Fire Emblem Rebirth :: Ylisse :: Ylisstol :: Rues et habitations+
Sauter vers: