Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

Squat dangereux... [PV. Sybile]

Akando
avatar

Messages : 19

Feuille de personnage
Classe: Mage Noir
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Flux
2
3
4
5
Sujet: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Ven 22 Juil - 15:56
La journée d'Akando avait été plus qu'habituelle... Du moins, selon ses critères de ce qu'était une journée "normale". Mais bien qu'elle ait été tout à fait banale, aujourd'hui était un jour ennuyeux et sans réelle saveur. Personne pour faire quoi que ce soit d'un peu original, on lui obéissait toujours par peur de finir en cocktail humain, et il commençait à être en manque de personne à délicieusement pouvoir tourmenter. Quoique son humeur quotidienne était plutôt inhabituelle : il avait envie de veiller sur quelqu'un... Oh, veiller à sa façon, bien sûr, ce qui serait complètement effrayant pour la personne sur qui tomberait son dévolu - et sans aucune implication perverse, soit dit en passant - Mais il avait envie d'un peu de compagnie, pour changer.

Ainsi il entrait dans son somptueux et vaste manoir, accompagné par deux gardes du corps, se dirigeant vers ses quartiers personnels. Comme à son habitude, il était drapé de sa cape et masqué, un tome de magie noire enchaîné à sa ceinture. L'ennui le gagnait, et tout le monde au sein de son habitat savait que l'ennui était un signe tout particulièrement dangereux de problèmes à venir chez Akando.

Ainsi il s'était installé à son piano, jouant tranquillement, les yeux mi-clos, profitant de la musique à la fois funeste mais si belle qu'il jouait. C'est après un bref silence sans qu'aucune mélodie ne sorte de l'instrument qu'on vient le chercher, pour lui annoncer quelque-chose de bien singulier :

« Monsieur, nous avons trouvé une vagabonde dans vos appartements... Est-ce que nous l'enfermons pour lui apprendre les... "bonnes manières" ? »

Immobile pendant quelques secondes, Akando finit alors par se lever pour se tourner vers l'homme qui venait lui annoncer cette nouvelle. Joignant les mains, il semblait... ravi, bien que son visage ne soit toujours masqué. On pouvait tout simplement sentir l'excitation d'enfin avoir quelque chose d'intéressant à faire de sa journée, tandis qu'il suivait ses hommes jusqu'à ses quartiers personnels. Alors on le mit face à l'intruse... Une jeune femme, avec des bandages, qui visiblement séjournait ici dans l'illégalité la plus totale.

« Laissez nous... »

Ainsi ses hommes sortirent en fermant bien la porte, restant tout de même juste dehors au cas où. Et c'est ainsi qu'Akando s'approcha, s'accroupissant pour mieux être à son niveau et inclinant très légèrement la tête sur le côté pour l'observer. Il avait l'air légèrement effrayant, tout de même, et sa réputation le précédait... Le surnom de "Baron sanglant", après tout, n'était pas réservé à quelqu'un dont les manières étaient les plus saines, c'était un fait assez avéré.

« Ne t'inquiètes pas, me petite... Tu aurais pu tomber sur bien pire que moi. Mais si tu veux rester intacte, il va falloir être honnête avec moi : qu'est-ce que tu fais ici... ? C'est à la fois courageux mais très inconsidéré de penser que ce manoir est une sorte de maison d'accueil. Oh, mais rassure toi : je ne vais rien te faire... Pour le moment. Je veux juste te poser quelques questions, et si tu fais ce que je te dis... Tout se passera peut-être bien »

Sybile
avatar

Messages : 294

Feuille de personnage
Classe: Civil/Danseuse
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2Louche
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Dim 24 Juil - 10:32
Une pluie battante tombait sur Viralys depuis plusieurs jours. Tout était trempé, humide et le sol gorge d'eau était devenu si meuble qu'il était impossible de marcher pieds nus. Oh bien sûr, Il aurait été facile de voler quelconque soulier, sauf que dans la cité du crime, il était beaucoup plus agréable de faire ce genre de choses avec panache. Et puis, la nourriture venait aussi à manquer. Sybile n'était plus réellement une enfant qui pouvait se faufiler chez Adaline, sans que son amie en subisse les conséquences – difficiles de se cacher dans un placard maintenant ! Alors, elle préférait prendre une cible « au hasard » avant de se lancer. Elle avait entendu des rumeurs concernant un étrange baron, qui ne sortait que très peu de chez lui et dont la réputation était entachée de sombres choses. Entre le besoin d'assouvir sa curiosité et ceux du quotidien, l'artiste n'avait pas beaucoup réfléchi et avait abandonné Zin'ka le temps d'une petite escapade dont elle avait le secret. La belle tagüel serait sans doute en colère, mais elle comprendrait n'est-ce pas ? Elle comprend toujours ! Après tout, quelqu'un avec pareil renom devait être vraiment extraordinaire en son genre : la moitié de la noblesse subissait des rumeurs, pour le reste, il s'agissait de quolibets. Mais aucun autre homme, dans cette cité, n'arrivait à un tel niveau d'horreur dans les on-dit, alors, Sybile avait besoin d'être fixée. Et elle avait besoin de chaussures aussi. Et de confiture. Surtout à la myrtille, la saveur de la baie s'accordant parfaitement avec la pluie selon elle.

Trouver la demeure du baron avait été plutôt simple. Bon, enfaîte, la jeune femme s'était imaginé un manoir sombre, mal entretenue, en somme, Sybile avait cherché une maison hantée avant de simplement demander son chemin, car, les maisons délabrées ou un peu louche, pullulaient dans certains quartiers de la ville. Bien qu'ayant longtemps résidé à Rosanne lorsqu'elle était encore qu'un bambin, la jeune femme ne gardait aucun souvenir précis de la ville. Beaucoup de choses s'étaient évaporées de sa mémoire le soir fatidique où sa peau avait servit de toile pour Valhart. Un rictus amer déforma ses traits et une aigreur lui remonta dans l'estomac jusque dans la bouche. Ses yeux perdirent leur gaîté momentanément pour se voiler de colère. Un jour, il paierait. Ils paieraient tous. Sa mère, les gens du cirque... Mais il fallait qu'elle reste concentrée, ruminé le passé ne lui donnerait pas ses chaussures, ni même de quoi manger. Elle soupira, se frappa sur les joues trois ou quatre fois pour faire disparaître sa mine sinistre avant de s'infiltrer dans la mystérieuse battisse. Elle avait un mauvais pré-sentiment... Mais il était bien trop tard pour reculer.

Escalader les murs d'enceinte n'était pas compliqué. Mais elle ne s'attendait pas à un jardin si bien entretenu – l'herbe était un peu haute, mais rien d'étonnant avec toute cette eau. D'ailleurs, la pelouse du manoir s'était rapidement transformée en bourbier et, il lui serait très inconfortable d'avancer : chacun de ses pas émettait un désagréable bruit de succion. Pour la bouffe, pour la bouffe, pour la bouffe, myrtille, myrtille, myrtille, se répétait-elle a chaque pas pour se motiver à continuer. Une fois aux alentours de la maison, elle observa les allées et venus discrètement. Il y avait plus de soldats qu'elle pensait.

« Ce type cache vraiment un truc louche... »
Soupira-t-elle doucement tout en trempant ses pieds sous une gouttière afin de se débarrasser de la boue, qui ne manquerait pas de faire des traces faciles à suivre, dans toute la maison.

Après un rapide coup d’œil, elle crocheta la serrure d'une des fenêtres. Normalement, elle aurait assez de temps pour explorer un peu si les gardes ne changeaient pas de sens de patrouille. Elle n'avait pas observé beaucoup de domestiques, mais elle pouvait se tromper : peut-être que le baron sanglant n'aimait pas que ses servants se montrent ? Peut-être même qu'il les séquestrait pour les tuer et les manger ?! Toutes ses spéculations mettaient Sybile en joie, ce n'était pas tous les jours que l'on frôlait pareil mystère ! L'artiste se glissa silencieusement dans la demeure. Malgré le bruit des pas des soldats qui faisaient leur ronde, tout paraissait réellement silencieux, vide de vie.
Dans un premier temps, la petite intruse se faufila jusqu'à la cuisine où elle chipa quelques morceaux de pain, un peu de fromage et de viande froide, qu'elle fourra dans un petit sac. À sa grande déception, il n'y avait pas la moindre trace de sucreries ou de douceurs. Après tout, se goinfrer de tartines à la myrtille n'était pas vraiment dans les prérogatives d'un baron « sanglant ». Sybile grignota une pomme afin de se remettre de cette petite désillusion et continua ses pérégrinations dans le manoir.

Quelques notes de piano résonnèrent dans la demeure. La musique aussi douce qu'inquiétante l'apaisa quelque peu. La jeune femme se glissa à l'étage. En général, les chambres des nobles étaient toujours au premier. Peut-être était-ce dû à leur besoin compulsif de regarder le peuple d'en haut ? Jamais encore, elle n'avait rencontré une personne de haut rang qui se souciait réellement des gens, qui restait simple tout en étant chevaleresque. Peut-être que cette quête du noble parfait ou plutôt du prince charmant n’aboutirait jamais. Mais, si pareille personne existait dans le monde, elle jura que si elle avait la chance de la rencontrer, elle lui ferait cadeau de ce qu'elle avait de plus précieux : son existence.
Comme une petite musaraigne, Sybile trouva son chemin jusqu'à une chambre. Le lit était fait, un feu brûlait dans la cheminée... La pièce devait sans doute être occupée d'une manière régulière. La jeune femme se mordit la lèvre d'excitation, enfin, elle allait arrêter de patauger dans la boue ! Sans la moindre gêne, elle ouvrit la grande armoire de la pièce et commença à chercher des bottes, après avoir balancé son petit baluchon sur le lit.

Visiblement, le baron sanglant n'aimait pas réellement les chaussures. Mais, par contre, les vêtements noir et rouge, étaient dans ses goûts. La jeune femme soupira, il y avait encore d'autres endroits où fouiller. Après tout, louche ou pas, il restait noble et ne saurait se contenter d'une seule armoire. Sybile retourna la pièce sans dessus-dessous, jusqu'à finalement trouver non seulement ce qu'elle cherchait mais également des ennuis. Absorbée par la mélopée du piano, elle avait relâché sa garde. Sans la moindre douceur, deux soldats attrapèrent solidement la voleuse avant de la traîner dans le couloir. Il me faudra un miracle pour m'en sortir cette fois-ci, siffla-t-elle entre ses dents alors que les deux hommes passaient une nouvelle porte. Le piano qui emplissait la demeure de sa grâce se tut et Sybile releva le nez. Le fameux baron sanglant était juste devant ses yeux. Masqué, enroulé dans une cape. Mais, il ne semblait fomenté quelques idées noires ou de la colère. Au contraire, il semblait amusé.

À la grande surprise de Sybile, il congédia ses gardes. Les deux brutes laissèrent leur prisonnière choir avant de sortir de la pièce aussi rapidement qu'ils y étaient rentrés. Quant à la victime, elle tourna la tête vers la porte, les sourcils froncés, une insulte sur le bout de la langue, lorsqu'elle se sentit... Observée d'un peu trop près. Son regard se fixa sur le masque de son « hôte » pour le moins singulier. Si les rumeurs l'avaient fait rire, Sybile ne trouvait pas la situation très amusante à présent. Mais, il fallait faire face. Après tout, ses meilleurs atouts, dans ce genre de situation, étaient son humour, sa franchise et son charme. Mais étrangement, elle doutait fortement de devoir utiliser de ce dernier atout.

Sans gêne, Sybile leva son pied au niveau du masque avant de le poser sur le torse du noble, pour le tenir relativement à distance.
« Comme vous le voyez, j'ai besoin de chaussures. Je me suis dit que vous auriez peut-être de jolis modèles en réserve. Et puis, je voulais voir si quelqu'un ayant votre réputation avait des cuisines de ce nom. Sachez que je suis déçue et outrée de n'y avoir trouvé aucun pot de confitures, j'ai dû me rabattre sur une pomme plutôt acide, une déception, vraiment. » Dit-elle doucement, avec un léger sourire ironique sur le visage avant de le repousser d'une pression de la jambe.

« Et je suis désolée, mais on paye avant d'être aussi près de la marchandise ! »
Cette remarque n'était peut-être pas la plus intelligente, mais c'était la seule qui lui était venue à l'esprit. Intérieurement, l'artiste se maudissait d'avoir formulé cette idée : si on avait marqué sa chair en surface, personne ne l'avait fait en profondeur et il serait vraiment crétin de perdre sa virginité dans de telles conditions.
Un léger silence fila et Sybile déglutit avec difficulté. Il ne fallait pas lui laisser croire qu'il avait l'ascendant sur elle. Alors, elle se releva et alla se positionner près du piano.

« J'attends vos questions, si vous n'aviez pas remarqué. » Dit-elle doucement en relevant doucement sa chemise trop grande et trempée pour prendre une pomme qu'elle avait glissée entre la courbure de son dos et le short qu'elle portait. Après un regard presque dédaigneux, elle mordit dans le fruit.
« Bon bah shi vous enavez pas, j'vaiscomanché !Vot ' masqu' c'pour quoache ? » Continua-t-elle tout en mastiquant.

Le goût de la pomme était acide, mais la peur qu'elle essayait tant bien que mal de dissimuler la rendait presque douce, face à l'amertume qui tapissait son palet.




Don’t give me that look – ‘cause, you see
You’re the last person I need to pity me
Akando
avatar

Messages : 19

Feuille de personnage
Classe: Mage Noir
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Flux
2
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Dim 24 Juil - 18:13
Le seuil de tolérance d'Akando était très élevé. Il était d'un naturel étrangement conciliant, malgré sa réputation atroce, lorsqu'on lui faisait preuve d'un minimum de respect. Cependant, la situation présente était tout sauf sujette à la moindre clémence de sa part. Elle se montrait impétueuse, dédaigneuse, et même insultante par certains aspects. Et ça, il avait beaucoup de mal à le laisser passer... Ainsi, lorsqu'elle s'approcha de son piano, ce fut la goutte d'eau : sans même qu'on puisse vraiment remarquer à quel moment il s'était vraiment déplacé, il était à côté d'elle, et il avait posé sa main gantée sur son épaule.

Les gants protégeant ses mains étaient noirs, légèrement anguleux, et avaient un toucher extrêmement bizarre, comme s'ils avaient été conçus pour pouvoir protéger sans pour autant entraver le mouvement, tout en permettant de griffer quiconque serait assez malchanceux pour finir entre ses griffes. Ainsi il lui fit un premier avertissement...

« Vous vous introduisez chez moi, vous me volez de la nourriture, vous vous permettez même de me parler avec énormément d'audace... Ça, je peux le laisser passer car, vous voyez, je n'ai pas passé une si mauvaise journée que ça. Mais m'insulter sur ma propriété personnelle, vous moquer de moi et vous plaindre de la qualité de la nourriture... Vous, vous n'avez pas un instinct de survie très développé. »

Alors son emprise sur son épaule se resserra, la repoussant à l'opposé du piano, ses deux yeux rouges la fixant derrière son masque. À vrai dire, quand on détaillait son visage, son masque, ses habits... Il avait vraiment quelque chose d'effrayant et pourtant de si inexplicablement attirant de curiosité. Il n'y avait pas grand chose qui ressemblait au Baron Rouge dans ce monde, et c'était une occasion unique de l'observer... En espérant que ça ne dégénère pas à une occasion prestigieuse de mourir - ou pire.

Ainsi il tournait autour, semblant cogiter... Il lui avait laissé sa pomme acide, mais alors qu'il l'observait, il finit par ricaner. Il avait une grande facilité à ressentir les émotions humaines, et la peur de la jeune vagabonde ne lui avait pas échappé, loin de là. C'était l'une des émotions qu'il avait le plus d'aisance à ressentir, alors il n'allait pas se priver d'en jouer, bien au contraire.

« Je ne saurais pas dire si tu es stupide ou courageuse de venir ici... Mais ça doit être un peu des deux. Tu croyais que je n'allais pas sentir la peur qui te parcoure l'échine ? »

Alors il avait glissé son index ganté le long de son dos, glacé, fin, et ayant une sensation très étrange. Ce n'était pas un geste sensuel, loin de là, mais c'était un mouvement presque moqueur, alors que son masque était très près de son visage. Alors il reprit la parole, après un peu plus d'observation et de tourments.

« J'en aurais une, de question, à laquelle tu ferais mieux de répondre tout en baissant d'un ton si tu ne veux pas découvrir quel genre de sort bien pire que la mort peut attendre les intrus chez moi. Qu'est-ce que tu fais ici, et qui es-tu ? »

Sa voix était tout de suite moins joueuse et plus directe : là, il ne plaisantait plus, et comme il le fit remarquer juste après... Il était maintenant bien plus vigilant et sur le qui-vive au moindre signe d'irrespect.

« Et je te préviens : tu tentes de faire quoi que ce soit qui pourrait s'apparenter à du manque de respect une seconde fois, ou tu m'insultes rien qu'encore une fois, et tu vas passer un très, très mauvais moment... Oooh oui, tu n'as même pas idée... Remarque, je ne m'en plaindrais pas, après tout. Si tu savais... »

Alors il s'écarta de nouveau, s'approchant de son piano. Il l'avait averti, désormais, il pouvait vaquer à ses occupations en l'écoutant. Et il avait très envie de faire de la musique, comme à chaque fois qu'on l'énervait. Ainsi il se posa sur son tabouret, reprenant sa funeste mais si belle mélodie. Au moins, s'il y avait une chose qu'on devait lui attribuer, c'était sa sensibilité et son talent clair pour la musique. Continuant de jouer, pourtant, on sentait qu'il l'écoutait et qu'elle avait toute son attention. Simplement, il était visiblement capable de se concentrer pleinement sur plusieurs choses à la fois, ce qui était assez impressionnant, dans une certaine mesure...

Sybile
avatar

Messages : 294

Feuille de personnage
Classe: Civil/Danseuse
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2Louche
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Lun 1 Aoû - 11:35
Cette attitude de vautour avait le don d'exaspérer Sybile. Elle était sans doute plus faible, mais, si elle en avait envie, elle pourrait très bien s'échapper. L'acrobate avait déjà repéré quelques façons de s'enfuir sans (trop) risquer sa vie. Il avait beau être menaçant à lui glacer le sang, elle n'en restait pas moins obstinée, têtue et surtout trop elle-même pour se laisser dominer par un noble, aussi fantasque fut-il. À vrai dire, la froide morsure de la peur au creux de son ventre n'était pas tant dû à la situation qu'à la ressemblance que ce baron sanglant, partageait avec son beau-père, Valhart. Une simple pensée pour cet homme et l'esprit de Sybile partait en vrille. Colère, pitié, tristesse, haine... Des sentiments si profonds et purs que même un thaumaturge exemplaire ne saurait les rendre tant cette catharsis était violente. Le baronnet lui infligeait ces mêmes sensations, car, il lui rappelait cette fameuse nuit, ce couteau nimbé d'une aura violette qui avait gravé sa peau avec une exquise lenteur.

« Je pense avoir déjà répondu à vos questions en insultant – comme vous le dites si bien, votre garde-manger. »
Siffla-t-elle avec un mépris à peine dissimuler alors qu'il reprenait place derrière son instrument.
Sybile n'avait aucunement envie de paraître faible et, si elle savait très bien qu'elle avait du mal à contenir sa peur avec son masque d'indifférence et d'insolence, elle comptait bien le faire craquer lui. Il voulait l'intimider, très bien, elle briserait cette froideur. Aussi fou que cela pouvait paraître, la jeune femme avait envie de voir cette éclatante confiance s’éparpiller, même si cela devait lui coûter quelques blessures ou même sa vie. Il était comme Valhart et faire perdre la face à cet énergumène masqué était comme prendre une petite revanche sur son tortionnaire passé.

« Mais puisqu'il faut que je vous réexplique la chose, voici la petite histoire : Il pleut depuis des jours, je n'ai pas de chaussures. Avec les rumeurs qui collent à la peau de ce manoir, je pensais qu'il n'y aurait personne ou juste un petit vieux. Je me suis donc permise d'aller piocher dans vos réserves de nourritures, puisqu'avec votre rente, vous n'avez pas à vous inquiéter de la faim et j'ai fouillé dans vos armoires afin de trouver de quoi me chausser. J'ai été attrapé et depuis nous avons cette conversation... Ridicule. »


Doucement, elle croisa ses bras sur son torse, quittant le dos du baron pour passer à côté de lui puis, se placer de l'autre côté du piano. La jeune femme n'appréciait pas de pouvoir regarder son interlocuteur. Être dans son dos, ou plutôt, rester dans son dos, était le signe qu'elle acceptait d'être son inférieure, d'être dans son ombre.

« Concernant votre deuxième question, je suis Sybile. Artiste itinérante et chapardeuse lorsque je n'ai pas d'autres choix. » Elle ponctua sa déclaration d'une révérence bien trop accentuée pour être sincère. Après tout, s'il ne la respectait pas en tant qu'être humaine, elle n'avait qu'à faire de même ! Il était facile de se cacher derrière un masque et de proférer des menaces : si elle n'avait pas si bon cœur, elle aussi pourrait s'adonner à ce genre de petits jeux. Rosanne la belle, avait plein de maisons et de manoirs abandonnés, en choisir un pour jouer à la comtesse hantée serait plus que facile.

« Et sachez que, quoi que vous me fassiez, je pense avoir déjà connu bien pire. » S'il restait quelques grammes de peur en elle, ils s'étaient envolés. Son visage si enjoué d'ordinaire était fermé, ses sourcils froncés et une ombre voilait son regard doré. S'il pensait pouvoir la briser, il se fourrait copieusement le doigt dans l’œil. On ne peut pas ébrécher quelque chose qui est déjà en mille morceaux. Sa bouche se tordit doucement dans un rictus proche du sourire, mais il n'avait pas la saveur usuelle de son apparente insouciance. Non, il était teinté et chargé de cette colère qu'elle refrénait sans cesse. Sybile laissait enfin tomber le masque devant un inconnu. Jusque-là, hormis sa protectrice, Zin'ka, personne n'avait pus voir pareil expression sur son visage : la finesse et la beauté de ses traits étaient gangrenées par une haine aussi profonde que viscérale.

« Vous savez ce n'est pas très juste de parler de respect – ou de le sous-entendre, lorsque l'on porte un masque. »
Dit-elle en faisant un pas en avant.

Pourquoi continuait-elle se petit jeu ? Elle savait bien que tout cela allait mal se terminer et pourtant, elle ne pouvait pas s'en empêcher. Cette boule, brûlante, au fond de son ventre la poussait à aller plus loin, comme-ci, gagner du terrain sur cet homme la faisait gagner sa bataille face à Valhart par la même occasion. Ses pensées n'avaient plus rien d'organiser, de rationnel. Juste, la colère, amère et brûlante qui lui donnait envie de hurler. Sybile le fixait, attendant une réaction, n'importe laquelle, allant même jusqu'à espérer qu'il la roue de coups. Cela ne serait jamais pire que cette sordide cérémonie, cette vie d’errance misérable ou cette haine qui la consumait un peu plus chaque jour...




Don’t give me that look – ‘cause, you see
You’re the last person I need to pity me
Akando
avatar

Messages : 19

Feuille de personnage
Classe: Mage Noir
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Flux
2
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Lun 1 Aoû - 14:31
Décidément, la jeune intruse était pleine de surprise. Insolente, combattive, et loin d'être aussi chétive et fragile qu'elle laissait paraître. Oui, Akando en était désormais sûr : le voile était tombé, et elle montrait sa véritable personnalité au grand jour. Contre toute attente, le Baron rouge ne s'énervait pas, il ne perdait pas son calme olympien, il ne se laissait pas aller à ce qui s'apparenterait à un très mauvais moment pour la vagabonde. Au contraire, il jouait toujours du piano, les mains sereines, la laissant parler sans jamais montrer le moindre signe de crispation ou d'emportement. En fait, une telle sérénité était presque déconcertante. N'importe quel noble de Rosanne aurait déjà appelé la garde pour la faire enfermer, torturer, éviscérer ou encore un quelconque autre sort néfaste qui aurait été tout aussi cruel que troublant d'originalité.

Ses mains ne stoppaient pas la douce et étrangement belle mélodie qu'il jouait au piano. La musique ne s'était pas perturbée un seul instant, la gratifiant parfois d'un léger regard tandis qu'elle parlait toujours, se rapprochant même à la fin de ses... élucubrations haineuses. Finalement, il reprit la parole, quand elle eut fini de déverser sa rage sur lui.

« Ah, je sens bien que mon masque vous pose problème... Mais non, ce n'est pas un masque : c'est plus ou moins mon visage, à vrai dire. Vous savez, je suis plus circonspect qu'autre chose. Toutes les rumeurs sur moi parlent d'une malédiction, d'une origine inconnue, d'histoires effrayantes... Mais vous savez, le pire, c'est que tout cela est faux, car la réalité est encore pire. D'un côté, je ne sais pas si vous êtes courageuse ou stupide, mais dans les deux cas je suppose que le résultat est le même : vous êtes ici, et je dois bien trouver quelque-chose à faire de vous. Ah, et je ne touche aucune rente. Celui qui se laisse aller à l'oisiveté ne mériterait pas de vivre dans une telle demeure, après tout... »

Plusieurs minutes, il continua de jouer du piano, toujours aussi concentré sur les deux fronts : d'une part sur son instrument, de l'autre sur la vagabonde insolente. On le sentait réfléchir, comme chercher quelque chose plutôt intensément au fond de ses pensées. Et finalement, après un bon moment de musique et de réflexion, il s'arrêta pour se lever et, très rapidement, griffa un tout petit peu son épaule, proche de son cou, pour la faire légèrement saigner. Le but n'était pas de la faire souffrir : simplement de porter les extrémités griffues et désormais légèrement tachées de son sang près de son masque pour humer le parfum de ce délicat liquide rouge. Secouant la tête, il haussa les épaules

« Pouah... Non, sans façons. Maintenant, j'en suis convaincu, vous ne conviendrez pas vraiment. Bon, eh bien puisque je n'ai rien à faire de vous et que je sens bien que vous n'avez de toute façon pas l'intention de partir, qu'il en soit ainsi : ce soir, vous déjeunez à ma table. Au moins, vous n'empesterez pas la terreur pendant le dîner... Je déteste les gens dont la peur se ressent à plusieurs mètres à la ronde. C'est vraiment infect. »

Faisant signe à un de ses serviteurs d'entrer, il lui donna plusieurs consignes, toujours aussi droit et, étrangement, imperturbable. Puis il se tourna de nouveau vers son... "invitée" - ce statut était désormais le sien, après tout, non ? - en reprenant

« J'espère que vous aimez le poulet grillé et les pommes de terre. En fait, je m'en fiche, mais c'était simplement un moyen plus poli de vous annoncer le menu de ce soir. On mange dans dix minutes. »

Il n'était pas spécialement respectueux, ni insultant... Mais ses réactions à la fois narquoises et inhabituelles le rendait très mystérieux. On racontait tant de choses sur lui, certaines vraies, certaines fausses, visiblement... Et si une chose était confirmée, c'est que tout chez lui était singulier, de son comportement à cette sorte d'obscurité l'entourant. Et ces deux yeux rouges et reluisants... Quel était leur secret ?

Sybile
avatar

Messages : 294

Feuille de personnage
Classe: Civil/Danseuse
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2Louche
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Sam 13 Aoû - 17:00
Il avait beau être noble, ce baron sanglant s'octroyait beaucoup trop de droits. Sur elle, sur cette situation et cette attitude, pour le moins méprisante, lui rappelait sans peine Valhart. Lui aussi, gardait toujours son calme, même lorsque, enfant elle était battue par son beau-père. Elle avait beau crié, pleuré, supplié ou même user d'un vocabulaire plutôt fleuri pour son âge, il restait froid comme le marbre. Peut-être une fois, l'avait-elle vu esquissé un sourire, lors d'une punition plutôt salée au martinet, mais guère plus. Néanmoins, à l'inverse du directeur de son ancien cirque, ce type était plutôt enclin à parler. D'ailleurs, après son premier monologue, Sybile se fit la remarque qu'il devait beaucoup aimer s'entendre parler. Sans le moindre respect pour le baron, elle avait roulé les yeux, agacée. Quel besoin avait-il de la garder ici ? Après tout, s'il voulait de la compagnie, il semblait avoir pléthore de gardes pour satisfaire ses envies de bavardages à sens unique. Mais, non, il avait envie d'autre chose. Et Sybile n'aimait pas ça : elle pourrait se rebiffer autant qu'elle voulait, il avait le contrôle. Comme un chat qui regarde une souris se débattre avant la mise à mort. Peut-être devrait-elle mettre de côté sa haine, sa rage pour se donner une chance de quitter cet endroit ?

« Les ragots ne m'intéressent pas particulièrement, sauf quand ils peuvent faire une bonne histoire pour chanter et danser... Quant à votre visage, l'absence de nez n'est pas trop gênante, j'espère ? »
Siffla-t-elle entre ses dents, histoire de ne pas laisser à ce mufle le dernier mot. Sybile avait horreur de perdre, et ce sur bien des domaines. « Oh, aucune rente, nous sommes donc deux ! Et je suis stupidement courageuse » enchaîna-t-elle doucement en s'avançant encore un peu. Il était hors de question qu'elle s'avoue vaincue devant lui, qu'il gagne du terrain. Et tant pis si elle en perdait la vie !

Soudain, il s'arrêta. Les dernières notes étaient restées en suspend pendant quelques instants. Il se leva et d'un geste précis, l'écorcha légèrement. Sybile glapit légèrement, se reculant par réflexe, plaquant sa main à son cou. La coupure n'était pas grave, voir même ridiculement superficiel, mais, elle ne comprenait pas ce geste. Elle déglutit et serra la mâchoire en même temps que ses poings, les sourcils froncés et le regard à nouveau voilé par une farouche envie de tuer. Si elle pouvait, si elle s'en sentait capable, elle lui aurait déjà sauté dessus. Elle aurait passé la lame du petit poignard qu'elle cachait sous ses vêtements sous ce « masque » pour le menacer et si ce visage d'acier était un obstacle trop dur, elle lui aurait sectionné l'artère fémorale. Dans ses rêves, dans son cœur, elle avait déjà tué des centaines, des milliers de fois Valhart : pourquoi ce type qui lui ressemblait tant, mériterait un sort différent ?

« Et moi, je déteste les gens comme vous... Si je me pisse dessus pendant votre petit dîner, on sera quitte. » Lâcha-t-elle froidement alors qu'il faisait un signe, sans doute à un de ses acolytes pour rentrer. Le garde qui l'avait traîné dans la salle la première fois, refit son apparition. Lui aussi observait un calme olympien : était-ce trop demandé d'avoir une personne aux réactions normales dans ce maudit manoir ?! Sybile planta son regard dans le nouvel arrivant et il tendit la main pour la faire quitter la pièce.
La jeune artiste toisa une dernière fois le baron avant de s'en aller, les poings serrés, le dos droit, elle s'était drapée dans sa plus belle fierté. S'il croyait pouvoir gagner... Il se fourrait le doigt dans l’œil. On ne peut pas briser quelque chose qui est déjà en morceaux. Tant mieux s'il la pensait folle ou trop idiote pour être récupérable : cela lui faciliterait les choses.

Le soldat la conduisit dans une petite salle, toujours dans le même étage. Une bassine d'eau et une tunique propre l'attendaient, comme-ci le pauvre gars savait déjà quel sort, son taré de maître réservait à son invitée. Sybile considéra ce qu'on lui présentait avec un petit sourire ironique. Elle s'avança néanmoins pour se passer un peu d'eau sur le visage, mais hors de question de se changer : elle était bien décidée à lui ruiner son petit dîner.
Les dix minutes s'étaient écoulées plus vite qu'elle ne l'avait imaginée et bientôt, on la conduisait sans guère de cérémonial dans la salle à manger. Le maître de maison n'était pas encore là, mais une immense table avait été mise et, il n'y avait que deux couverts. Le garde lui indiqua sa place et Sybile s'installa. Une délicieuse odeur de poulet commençait à gagner la salle et ses glandes salivaires se mirent en action. Maudissant son estomac, l'artiste se saisit de la carafe d'eau et bu un verre d'une traite afin de calmer les gargouillis que son ventre aurait pu émettre.

Quelque chose lui disait que la vraie joute était encore à venir et elle était prête. Qu'il vienne. Qu'il ose. Elle ne perdrait pas, sous aucun prétexte.




Don’t give me that look – ‘cause, you see
You’re the last person I need to pity me
Akando
avatar

Messages : 19

Feuille de personnage
Classe: Mage Noir
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Flux
2
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Dim 14 Aoû - 18:05
Un de ses gardes avait accompagné la jeune femme pour qu'elle puisse se changer, pour être un minimum en conditions pour le dîner de ce soir. Franchement, Akando ne pouvait pas comprendre son animosité et ce sentiment de défi qui l'habitait. Il avait fini par être courtois, l'inviter à dîner, lui proposer même un peu de confort... Finalement, lorsqu'il arriva à table, son invitée était attablée et il s'assit juste en face d'elle. Il était toujours masqué, ça, ça n'avait pas changé, et il restait également tout aussi calme qu'auparavant... Ce calme olympien qui restait comme gravé au fond de lui. En revanche, on sentait qu'il était certes très patient, mais que la limite de sa tolérance existait bel et bien.

Assit et face à elle, deux hommes en costume apportèrent des plats sous cloches, les soulevant pour révéler une magnifique dinde entourée de pommes dauphines, une sublime sauce forestière brune à l'arôme succulent, ainsi qu'une grande coupe de légumes verts. Faisant signe à son invitée, le Baron rouge prit la parole.

« Faites comme chez vous... N'hésitez pas à manger à votre faim. Vous êtes mon invitée, je serais très impoli de ne pas vous traiter comme il se doit. »

Et le pire dans cette phrase était qu'il n'y avait aucune ironie perceptible... En réalité, Akando considérait désormais réellement la vagabonde comme à chaleureusement accueillir au sein de sa demeure. L'ennui d'un homme aussi dérangé pouvait parfois entrainer des comportements absolument irrationnels que le sens commun ne pouvait expliquer...

Quand à lui, il se servait également, mais il sembla bloquer une fois la nourriture dans son assiette. Il venait seulement de réaliser... En temps normal, il dînait seul, et pour une bonne raison : personne ne devait voir le visage de l'homme qui était sous le Baron rouge. Car désormais, ce masque était son visage, et pourtant, il était obligé de défaire le voile le temps d'un repas. Ainsi il regarda son assiette un long moment, aisément deux longues minutes, avant de finalement fermer les yeux. Sa voix résonna alors de nouveau, sans être menaçante, mais tout de même ferme et décisive.

« Je voudrais que vous fermiez les yeux... Que vous le fassiez ou pas, c'est juste un conseil. Vous pourriez en souffrir, si vous ne le faisiez pas. »

Ainsi il attendit qu'elle prenne sa décision pour prendre son masque délicatement et le retirer. Là où s'attendait à voir un visage, au contraire, on ne pouvait voir qu'un vide sombre. Comme un voile par-dessus son visage, tandis qu'il commençait à manger. Il agissait comme un humain totalement normal, mais son visage laissait place à cette masse informe de ténèbres qui avait effectivement de quoi effrayer même certains des plus courageux. À vrai dire, il ne cherchait pas à l'effrayer, mais c'était sa nature : c'était un véritable avatar de peur qui subsistait tout en supportant la malédiction qui l'affligeait. Il était destiné à être cette créature, bien que son visage existe toujours. Évidemment, il aurait bien pu retirer ce voile d'ombre et lui révéler son visage, mais il préférait risquer de terrifier son invité que de dévoiler quelque chose d'aussi intime pour lui que son véritable visage.

Évidemment, si elle l'avait regardé, il aurait été curieux de voir sa réaction. Personne jusqu'ici n'avait eu de réaction sceptique face à ce qu'il était... Alors cela s'annonçait pour le moins très intéressant. Une fois son dîner fini, dans le silence, il remit son masque, ses yeux reluisant de nouveau dans l'obscurité.

« Le repas fut à votre goût... ? Je sais que vous prenez certainement mes intentions pour mauvaises. Mais sachez que si je ne peux boire votre sang, alors je n'ai aucune raison de jouer avec vous. Ni l'envie... Vous m'intriguez, à vrai dire. Alors pour une fois, je vais être honnête : vous êtes qui, exactement ? »

Sybile
avatar

Messages : 294

Feuille de personnage
Classe: Civil/Danseuse
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2Louche
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Jeu 18 Aoû - 10:15

Sans un bruit et aussi délicatement qu'un fantôme, le baron était venu s'installer. Si Sybile n'avait pas gardé les yeux fixés sur la chaise vide en face d'elle, elle aurait sans doute manqué son apparition. La jeune femme afficha une mine légèrement renfrognée lorsqu'il s'était assis, attendant une énième épreuve imaginaire. Et pourtant, il n'en fut rien, des servants arrivèrent d'un pas léger, déclochant les plats devant chacun des convives avec un cérémoniel désarmant aux yeux de l'artiste. Mais les vapeurs exquises de la nourriture l'adoucirent rapidement. Depuis combien de jours n'avait-elle pas réellement mangé à sa faim ? Sans doute trois ou quatre, la concurrence pour les spectacles étant particulièrement acharnée à Rosanne, surtout lorsque l'on refusait de vendre son corps.
Doucement, son regard se porta du baron à son assiette, juste après qu'il l'ait invité à manger. Il n'était vraiment pas... Mal intentionné ? La boule qui s'était formée dans le ventre de Sybile commençait doucement à se dénouer alors qu'elle le voyait prendre ses couverts. Après tout, s'il souhaitait la tuer, il l'aurait déjà fait alors... La faiblesse l'emporta et la jeune femme se saisit de ses couverts. La viande de la volaille se détacha parfaitement, les fibres des muscles filochant avec lenteur sous son couteau. Elle porta une première bouchée, préalablement plongée dans la sauce, avant de la porter à ses lèvres. Sybile croqua, d'abord timidement, avant d'engloutir sans guère plus de manières, le restant de ce qui était piqué sur sa fourchette. Si le baron n'était pas un hôte des plus charmants, au moins, les cuisiniers qu'il employait savaient comment recevoir.

Si Zin'ka me voyait, elle aurait honte, se dit-elle en gloussant intérieurement, alors qu'elle mangeait comme ci sa vie en dépendait – ce qui n'était pas réellement faux. Mais soudain, un détail attira son regard : le baron n'avait encore rien mangé. Il lui demanda alors de fermer les yeux. Oh, il ne devait sans doute pas avoir l'habitude d'avoir des invités et manger avec un masque... Il pouvait essayer, mais, elle était sûre et certaine que le résultat serait plus hilarant que nourrissant. Puisqu'il avait été assez... Sympa pour lui donner à manger sans l'empoisonner, Sybile posa ses couverts, prit un grand verre d'eau, avant de fermer les yeux – ça serait trop bête de s'empaler la joue par gourmandise ! Elle était déjà couverte de bandages, il ne fallait pas non plus qu'elle s'abîme le visage : être un peu jolie était son dernier atout dans la vie.

Néanmoins, la curiosité était (trop) forte. Alors, doucement, elle releva légèrement les paupières, juste de quoi voir entre ses cils gris. Elle entendit un petit bruit sur la table, signe qu'il avait posé son masque. Parfait, elle releva doucement la tête, faisant mine de se caler le dos dans la chaise tout en croisant les bras sur sa poitrine. Ainsi, elle pouvait espérer voir quelque chose. Et la jeune femme ne fut pas déçue. À la place du visage de son hôte, une espèce d'ombre, vibrante. La matière qui lui tenait lieu de visage semblait être réelle, palpable, comme-ci la nourriture allait tomber dans un vide infini. Mais non, elle nota un cycle de mastication. C'était sans doute un petit effet – très réussi, qui avait sans doute pour but de protéger son identité ou de lui faire peur et, il était vrai que la situation était plutôt... Effrayante mais également terriblement excitante. La jeune femme, avait envie de lui poser tout un tas de questions, d'aller toucher cette masse sombre afin de voir s'il y avait réellement un « quelqu'un » sous ce « quelque chose » mais, elle se retint. Elle commençait enfin à se calmer, et avec toute cette énergie dépenser, elle n'avait pas réellement envie que cette salle à manger se transforme en arène.

Après plusieurs minutes de silence, Sybile avait fini par grignoter avec les mains, attrapant parfois un haricot vert, parfois une petite pomme de terre. Les manières et les chichis n'avaient jamais été son fort et, elle présumait que son hôte n'en aurait pas grand chose à faire de sa façon de se tenir à table. Lorsque la voix légèrement étouffée s'éleva à nouveau du masque, elle rouvrit les yeux et ceux qui étaient en face des siens étaient à nouveau rougeoyons dans la pénombre. Puis, il lui posa encore cette question. Qui voulait-elle qu'elle soit ?... La jeune femme soupira et se leva. Elle glissa le long de la table, comme une ombre, avant de se poster non loin de lui, mais sans lui faire face.

« C'était délicieux. Merci. »
Commença-t-elle par dire, après tout, elle n'était pas encore morte et avait le ventre plein. Que demander et que dire de plus ?
« Je dois manger trop de confiture... Mon sang doit être trop sucré pour vous, mon brave ! Mais je ne comprends pas franchement votre délire, vous êtes un vampire ou quelque chose comme ça ? » Demanda-t-elle alors, d'un ton plus léger.

Qu'avait-il donc tous à être obsédé par le sang ? Ce liquide régissait bien trop de choses dans ce monde à commencer par le choix de la vie et de la mort.

« J'ai déjà répondu à votre question concernant mon identité. Je pense que nous devrions aborder la chose d'une manière différente. Posez-moi des questions précises, et je vous répondrais, enfin, si j'en ai envie. Et puis de temps en temps, je vous en poserais une aussi, parce que sinon ce n'est pas juste. » Dit-elle tout en se posant contre la table.

« Marché conclu ? » Demanda-t-elle en tendant la main vers le baron.

Pour gagner certaines batailles, il faut faire preuve de diplomatie et renoncer aux armes.




Don’t give me that look – ‘cause, you see
You’re the last person I need to pity me
Akando
avatar

Messages : 19

Feuille de personnage
Classe: Mage Noir
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Flux
2
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Lun 5 Sep - 12:38
Au moins, son dîner semblait lui plaire. C'était déjà ça... Il se serait senti déçu qu'elle ne puisse pas profiter du repas au moins en tant que tel. Après tout, il était son hôte, et il se devait de lui offrir un repas de qualité. À vrai dire, au début, il était bien prêt à s'amuser avec elle à sa façon; faire usage de ses vices et se délecter de sa souffrance. Mais il ne pouvait boire son sang... Ainsi, ce n'était pas un être qui reluisant tant par sa pureté. Le plus délicieux des sangs n'était autre que celui d'une personne qui restait préservée de toute corruption. Et elle... Son sang n'était pas bon. Cela signifiait que d'une certaine façon, ça les rapprochait un petit peu.

Une question vint alors sortir de sa bouche. S'il était un vampire ? Akando se retint de rire à la question pour pouvoir lui répondre, tandis que son majordome s'occupait de débarrasser leurs assiettes ainsi que les plats vidés de toute nourriture.

« Un vampire ? Non. J'aime seulement les bonnes choses... Vous seriez surprise d'à quel point le sang peut être la plus douce des sucreries pour qui sait en apprécier le parfum. »

Au moins, il prenait tout sur un ton plus léger... Signe qu'il n'avait plus réellement d'animosité envers elle. C'était un revirement assez inattendu, d'ailleurs : elle s'était introduite chez elle et avait fait preuve d'insolence, et lui, il aimait ça. Elle était désinvolte et n'hésitait pas une seule seconde avant de faire étalage de sa tête brûlée. Si elle savait chez qui elle était tombé... Et surtout la chance inestimable qu'elle avait d'être encore en vie.

Vint alors sa proposition. Lui poser des questions ? Voilà qui était intéressant... La meilleure des défenses, c'est l'information. Et ce qu'il savait, c'est qu'en analysant les questions qu'elle lui poserait, il serait capable peut-être de l'étudier plus en profondeur. Ainsi il acquiesça après plusieurs secondes d'hésitation, joignant les mains sous son menton pour l'observer de haut en bas, toujours assis

« Très bien, ça me paraît convenable... Et puisque je suis curieux, je vais commencer par une première question : d'où vous vient cette aisance si grande avec l'obscurité... ? Bon nombre de personnes passent par ce genre de chemin. On s'introduit chez moi, et je finis par me délecter de leur sang pour ce qui est des plus purs. Quand aux autres... Je les laisse simplement à la merci du premier venu qui veut bien m'en débarrasser. Je leur propose pourtant de quoi s'en sortir... Et aucun n'arrive à comprendre ce que je dis ou ce que je fais.

Mais vous... C'est différent. Vous, vous avez naturellement assimilé tout ce que j'ai pu faire. Vous avez déjà côtoyé les ténèbres... Vous avez déjà goûté aux délices exquis de la corruption, et quoi que vous puissiez en dire, aujourd'hui je le sais encore. C'est pour ça que je ne pourrais jamais boire votre sang : il est noir, presque autant que celui qui coule dans mes veines. Et je veux savoir pourquoi... »

Ses mots étaient calmes, imperturbables mais sérieux. Il s'intéressait réellement à la question... Une cambrioleuse de Rosanne assez téméraire pour s'introduire, mais aussi capable de montrer une telle aisance avec la malfaisance, tout était réuni pour qu'il soit réellement sous le charme. Restait à savoir si son ambition était à la hauteur de son insolence...

Sybile
avatar

Messages : 294

Feuille de personnage
Classe: Civil/Danseuse
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2Louche
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Ven 16 Sep - 16:23
Il ne serra pas sa main, tant pis. Il se contenta de l'observer, avec les mains jointent sous le menton. Même s'il disait ne pas être un vampire, Sybile avait d'étranges doutes quant à la nature humaine de son interlocuteur. Peut-être était-il un grimleal comme son beau-père ? Mais, elle n'avait pas vu le moindre symbole de Grima dans la maisonnée, en général, ces gens-là ne se cachaient pas vraiment... Si elle avait été plus éduquée lorsqu'elle était enfant, elle aurait sans doute pu comprendre que le blason du cirque dans lequel, elle vivait n'était ni plus ni moins qu'une version modifiée de l’emblème du dragon déchu, lorsqu'on regardait la chose de plus près.
Mais rapidement, elle balaya cette idée : il venait d'avouer que lui-même était un être maudit, tourmenté... Comme elle. Lui sans doute plus sévèrement puisque la chose qui le possédait allait jusqu'à grignoter son visage, mais comme il le disait si bien, le sang de Sybile n'était pas pur. Elle avait été souillée quelques années plus tôt, mais comment quelques gouttes de sang pouvaient-elles en dire autant ? La jeune femme était prisonnière de son petit jeu de questions et de réponses. Elle était persuadée que cette information était la seule chose que le sombre baron désirait savoir, alors, elle soupira doucement avant de prendre place en tailleur sur la table à peine débarrassée.

« À vrai dire, je ne savais pas que nous étions si semblables... J’espérais que « ça » n'est laissé des marques que sur ma peau, pas plus en profondeur. Je pense qu'un visuel sera plus parlant. » Dit-elle doucement après un long silence. Ces yeux, d'ordinaire si faussement pétillants avaient perdu de leur superbe aussi factice que volatiles. Sybile leva les yeux vers le plafond. Finalement, ce gogo étrange pouvait peut-être lui venir en aide ?... La jeune femme inspira et soupira lentement, l'air froid lui brûla l'arrière de la gorge, lui rappelant cruellement que tout ceci était la réalité. Puis, dans un mouvement rapide, elle enleva sa blouse, se retrouvant simplement habillé de son short devant le baron.

« Peut-être que vous comprendrez « ça » mieux que moi. » Dit-elle doucement, une note de tristesse infinie dans la gorge avant de descendre de la table pour se mettre debout.

Avec aisance, elle glissa ses mains dans son dos, juste en dessous de sa tresse pour attraper le petit crochet qui retenait les bandages qu'elle portait. La griffe se détacha facilement et les bandes de tissus qui recouvraient son corps commencèrent à se relâcher, devenir molle. À l'aide de son bras nu, elle enleva avec soin et lenteur les longues bandes blanches – ou plutôt grises, qui recouvraient la petite droite de son corps.
Une à une, les marques se dévoilèrent, formant des arabesques complexes sur son épiderme. Certains endroits, blessés plus en profondeur, présentaient des boursouflures. Des lettres, des schémas... Sybile n'avait jamais réellement attardé son regard sur ces marques. À vrai dire, l'idée même de les avoir sur le corps la dégouttait profondément et la jeune femme n'enlevait ses bandages que lorsque ces derniers devenaient trop sales.

Après quelques longues secondes qui lui paraissaient être des minutes, elle arrivait au bout de la première bande : celle-ci la recouvrait du cou jusqu'aux hanches. Une deuxième bande s'occupait de sa jambe droite, mais, elle n'éprouva pas le besoin de dévoiler le reste de ces plaies pour le moment, peut-être le ferait-elle, s'il en avait besoin pour résoudre l'équation des symboles qui dévoraient sa peau. Sybile baissa doucement le regard. La jeune femme n'était pas gênée par le fait de dévoiler son anatomie et sa poitrine – respectable bien que discrète ; mais dévoiler devant une autre personne que Zin'ka ces cicatrices étaient une première et à vrai dire, la jeune femme n'avait jamais envisagé que quelqu'un d'autre que la lapine puisse les voir.

« Mon beau-père m'a fait ça. Un rituel pour Grima, je crois, il y a... Cinq ans, je crois. Je ne sais plus. Je ne saurais pas dire pourquoi c'est fait : j'ai vomi tout mon estomac, et même plus avant de sombrer dans l'inconscience. Quand je me suis réveillée, j'avais mal partout, j'étais menottée et enroulée dans un drap sale à l'arrière une caravane. »

La jeune femme serra les poings. Son cœur battait fort, mais elle n'avait pas peur. Elle voulait juste couvrir à nouveau son corps le plus rapidement possible. Mais avoir des réponses ou de potentielles réponses étaient bien plus important.




Don’t give me that look – ‘cause, you see
You’re the last person I need to pity me
Akando
avatar

Messages : 19

Feuille de personnage
Classe: Mage Noir
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Flux
2
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Lun 3 Oct - 21:51
Akando avait écouté ses paroles avec la plus grande attention et observé chaque détail de ce qu'elle lui montrait, analysé la moindre parole, décrypté comme il le pouvait le plus petit élément qui s'offrait à ses yeux, se laissant aller à la fascination de ces marques qu'elle possédait. La magie de Grima était une chose qu'il n'aimait pas particulièrement, mais son énergie, c'était autre chose... Son regard se portait naturellement sur elle comme sur un sujet d'étude, une volontaire qui aurait accepté de se prêter au rôle ingrat mais utile de cobaye pour ses recherches.

Après un certain temps, il avait fini par en apprendre un peu plus sur elle. Les blessures d'un corps en disaient long sur le passé d'un être, et ce qu'il avait découvert, c'était avant tout qu'un homme bien peu informé sur les pratiques les plus sombres de ce monde s'y était essayé tout de même en espérant obtenir un résultat. Finalement, une de ses mains se tendit précautionneusement et très doucement près d'une de ses cicatrices, sans pour autant la toucher, les deux yeux rouges perçants derrière son masque se faisant à la fois inquiétants mais aussi pétillants, comme pris d'un intérêt intense pour ce qu'il voyait, pour ce spectacle macabre mais si fascinant.

C'est avec une voix pleine d'intérêt et de curiosité qu'il finit par lui parler, cherchant à en savoir plus sur cet étrange phénomène qui avait pu provoquer de telles mutilations sur sa peau pourtant si belle et si cristalline

« C'est au dessus de mes compétences... Mais je dois dire que c'est réellement fascinant. Celui qui a fait ça était un amateur, vraiment, quelqu'un sans la moindre connaissance profonde de cet art élégant qu'est la magie sombre. Décidément, les idiots continuent d'opérer sans savoir réellement ce qu'ils font, c'est bien triste. Mais je dois dire que je ne comprend pas tout ce que je vois... Votre beau-père est décidément une petite frappe parmi les aspirants mages noirs, s'il aspire même à manipuler ces énergies somptueuses et délicates. »

Sa façon de parler de la magie noire semblait assez inquiétante, à première vue. Sa façon de la décrire semblait presque sensuelle, amoureuse et passionnée, alors qu'il évoquait tout de même l'art de détruire le corps et l'esprit en usant d'une magie prohibée par beaucoup d'hommes. C'est alors qu'il nota quelques cicatrices marquant son corps d'une façon plutôt inhabituelle... Il ne put s'empêcher de le faire remarquer à son invitée.

« Fascinant... Réellement fascinant. Il devait être aidé par un de ces dérangés prônant la supériorité d'un vieux dragon décrépit et mort depuis des siècles. Ici... Juste ici, j'ai une piste sur ce qui vous a été fait. Si je ne m'abuse, ceci n'est pas un symbole lié à Grima, mais c'est un sceau de corruption. Ce genre de chose est fréquente pour laisser une trace de l'avilissement du corps et de l'esprit. Eh bien, je ne suis pas friand de mauvaises nouvelles à annoncer, mais j'en ai une pour vous : quoi qui vous aie été fait, ça doit persister encore aujourd'hui, et c'est particulièrement... tenace. Seul un artisan de talent aurait pu réaliser une oeuvre pareille. »

Malgré le fait que ça soit une très mauvaise nouvelle, il semblait presque extatique à l'idée d'avoir enfin une certaine forme de rivalité sur le plan de la magie. Ces motifs étaient si précis, et il se sentait si proche de leur signification... Un sceau de corruption, entouré par des lignes fines ayant légèrement dérivé au moment de la cicatrisation... Finalement, il comprit. Il savait enfin à qui il avait affaire...

« J'ai... J'ai enfin la réponse... Ces cicatrices si belles et si élégantes malgré les plus grossières juste à côté, ces lignes fines et précises... Quelqu'un vous a ensorcelé, et je connais très bien ce genre de malédiction. Vous avez croisé mon ancêtre, le baron rouge d'autrefois, et il vous a laissé un petit cadeau. À vrai dire, je serais presque jaloux, mais j'ai reçu un bien plus grand privilège de ce bougre... Quand je lui ai tranché la gorge. Désolé de vous l'annoncer, mais vous et moi, nous partageons un peu du même sang : celui de mon ancêtre. Nous sommes, techniquement, de lointains frères et soeur de sang, n'est-ce pas merveilleux ? ~ »

La fin de sa phrase était presque taquine, narquoise, alors qu'il se reculait d'un pas, ricanant légèrement. Elle faisait donc partie, implicitement, de sa famille ? C'était drôle, pour lui, qu'une coïncidence pareille puisse se produire. Le monde était définitivement petit, mais à Rosanne, rien n'était laissé au hasard...

Sybile
avatar

Messages : 294

Feuille de personnage
Classe: Civil/Danseuse
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2Louche
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Ven 14 Oct - 10:46
Sybile ne savait pas ce qui était le pire. Avoir ces marques à vie sur son corps ou bien le fait, que, d'après le baron, elles étaient été faites piètrement. Sa gorge commençait à se nouer alors qu'il déclamait sans pitié qu'elle avait été massacrée. Ça, elle le savait déjà, mais quelque part, au fond d'elle, si ça avait été bien fait... Peut-être que le choc aurait été moins fort ? Finalement, elle n'était qu'une pauvre fille mutilée. À quoi tu t'attendais Syb', être la nouvelle Robin ? Se dit-elle en réprimandant un sourire narquois. Alors qu'il continuait son inspection, la jeune femme contempla avec un œil neuf ses cicatrices, inutiles et laides. Au final, elle avait subi tout ça pour rien. La souffrance revint piquer sa peau. Elle se souvenait de tous les détails, de l'amertume de sa bile au fond de sa gorge, de la chaleur de ses larmes sur son visage, de l'air froid du désert de Plégia sur sa peau nue et surtout du regard indifférent de sa mère. Celle qui lui avait donné la vie avait regardé, sans ciller, sans grimacer, sans rien montrer. C'était même la dernière chose qu'elle avait vu avant de sombrer dans l'inconscience.

Soudainement, elle fut sortie de ses pensées, juste sous sa poitrine, sur les côtes, des motifs étaient différents, enfin, d'après Akando. Le baron farfelu analysa la chose et ce qu'elle entendit lui glaça le sang. Un envoûtement, comment ça ? Être maudite ne la dérangeait pas plus que ça, mais ignorer les tenants et les aboutissants d'un tel sort ne lui plaisait pas vraiment. La jeune femme fronça les sourcils. Il parlait de sceau, de corruption, d'avilissement aussi... Sybile frissonna et le délicieux repas qu'elle venait de manger commençait à remonter le long de son œsophage. Visiblement, Valhart n'avait pas était le seul à lui charcuter la peau, une autre personne avait aussi fait son office. Et le pire était à venir : elle partageait du sang avec ce baron.

Soudainement, la vagabonde devint blême et se recula de quelques pas avant de tomber en arrière au sol, le regard perdu dans le vague. Que dire ? Que faire ? Elle n'avait aucune idée, aucune réponse à ses questions et pire, elle était à présent bien plus perdue qu'avant... L'air qu'elle inspirait et expirait était froid malgré la cheminée qui brûlait non loin d'elle. Qu'est-ce qu'elle allait bien pouvoir dire à Zin'ka ? Aurait-elle la force de lui mentir ? Finalement, elle aurait préféré ne rien savoir.

« Je... Le prend pas mal, mais... hum. Ce truc ça va me transformer comme toi ? Enfin, j'veux dire, les yeux rouges tout ça... Est-ce que ça va me faire quelque choses ? Ça me fout sérieusement les jetons ce que tu me dis. Je savais que mon beau-père, Valhart était un vieux taré, mais a ce point... Je suis même plus en colère, j'ai envie de rire tellement c'est pathétique. » Babultia-t-elle en portant les mains à son visage avant d'émettre un petit rire nerveux.

Dans sa tête, toute son enfance défilait. Tous les moments gâchés, toutes les choses qu'elle aurait voulu vivre, mais qu'on lui avait retirées de force ou interdit... Tout ça, pour ce jour. Ce jour, ces mutilations qui ne servaient à rien. Et maintenant qu'elle était un vrai fruit pourri également de l'intérieur, qui voudrait d'elle ? Zin'ka allait la rejeter ? La lapine n'était pas de ce genre-là, mais... La magie noire était une chose effrayante pour bien des gens, même pour Sybile. Doucement, la jeune femme se recroquevilla avant de dégrafer la bande qui recouvrait sa jambe.

« Y'a d'autres mauvaises surprises ? » Demanda-t-elle avec un sourire ironique en tendant son membre zébré de marques vers Akando.

« L'ancien baron, il ressemblait à quoi... Si ça se trouve, c'était un mec de la troupe. Quelqu'un de gentil avec moi. » Demanda-t-elle alors qu'elle sentait à nouveau le regard cramoisi la détaillé sous tous les angles.




Don’t give me that look – ‘cause, you see
You’re the last person I need to pity me
Akando
avatar

Messages : 19

Feuille de personnage
Classe: Mage Noir
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Flux
2
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Ven 14 Oct - 18:12
Visiblement, la jeune femme était sous le choc. En même temps, bien qu'il soit assez étrange dans sa tête, le Baron rouge pouvait comprendre au moins d'où venait sa réaction. En temps normal, il l'aurait épousseté sur le côté, mais là... C'était différent. C'était son invitée, tout d'abord, mais en plus de cela ils étaient partiellement frères de sang, dans une mesure qui lui était encore inconnue. Cette situation lui donnait une sorte d'obligation à faire attention à elle. C'était aussi pour cette raison qu'il ne pouvait pas se délecter son son sang... Il était trop similaire au sien. Noir, concentré en malfaisance.

Mais il se sentait tout de même de lui expliquer les tenants et aboutissants d'une telle situation. Après tout, il ne fallait pas confondre l'esprit d'une personne et son corps...

« Ah, non, aucun risque que vous deveniez comme moi. C'est une malédiction unique. La seule façon, ça serait de me tuer de vos propres mains, et vous ne feriez pas ça, hein ? Enfin, j'espère pour vous, du moins... En tout cas, si vous voulez savoir, le sang d'une personne ne change en rien son esprit. Certains puissants de ce monde ont un sang noir, plus encore que le mien, et sont pourtant de véritables héros. Vous pouvez tout aussi bien continuer votre vie comme avant, ou bien profiter de votre don pour étudier les arts noirs avec une prédominance que beaucoup jalouseraient. »

C'est alors qu'il s'assit, lorsqu'elle lui posa des questions sur le baron rouge, un ricanement lui échappant. Son prédécesseur était un drôle d'oiseau, tout comme lui. Mais il préférait au moins l'éclairer un peu quand à ses interrogations... Ses yeux parcouraient évidemment sa jambe, bien qu'il ne relève alors que des cicatrices sans aucune signification magique.

« Mon prédécesseur avait ce même masque que je porte. Il s'agit du masque du baron rouge, un voile de ténèbres qui masque le visage de la personne qui le porte à moins qu'une lumière n'éclaire son coeur. C'est une malédiction bien particulière, et croyez moi... Si vous êtes sous le choc d'être touchée par ces énergies, dites vous que vous êtes absolument épargnée de tout ce que j'endure. Mais les arts sombres les plus puissants ont un prix que j'ai accepté de payer, c'est tout. »

Après avoir fini d'examiner les jambes balafrées de son invitée, Akando se permit de croiser les bras, après avoir effleuré sa peau tout doucement du bout de l'un de ses gantelets. Suite à quoi il reprit la parole, se reculant un peu

« Hmm, c'est assez embêtant... Pour moi, plutôt, à vrai dire. En tant que frère de sang, j'ai le devoir de m'assurer que rien ne vous arrive. Même si ça ne m'enchante pas de faire ça d'habitude, je vais faire une exception. Si vous avez un problème, prononcez mon nom dix fois de suite dans votre tête, et ainsi j'apparaîtrais à vos côtés. Oh, cela veut dire que je dois également vous révéler mon nom réel... Mais ne vous amusez pas à le prononcer à tout bout de champ ~ »

Sa tête se penchant vers elle, son masque à quelques centimètres à peine de son visage, ses deux yeux rouges se plantant dans les siens, il était à la fois sinistre et pourtant si intriguant. Il y avait réellement quelque-chose d'impalpable dans sa voix, à la fois séduisant et effrayant, attirant et repoussant, éloquent et sauvage. C'était un mélange de sonorités qui s'harmonisaient pour former un ton des plus singuliers, quelque-chose d'exceptionnel et de presque envoûtant.

« Mon nom est Akando »

Sybile
avatar

Messages : 294

Feuille de personnage
Classe: Civil/Danseuse
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2Louche
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Ven 28 Oct - 10:47

En suivant le fil des paroles de son hôte, Sybile se rendit compte de plusieurs choses. La première était qu'au fond, ce n'était pas un mauvais bougre. Au contraire. Elle qui le prenait pour un fou adepte de pratique pour le moins douteuse était juste quelqu'un de passionné, comme elle. D'après ce qu'il lui transmettait comme information, son engouement pour la magie noire l'avait poussé à tuer le précédent baron, l'homme qui, avec son beau-père, lui avait gravé des choses sur la peau. Des choses mauvaises. Une malédiction d'après les mots du baron actuel. Quelque part, elle était soulagée que le responsable des cicatrices les plus « belles » de son corps soit mort : elle avait déjà bien trop de haine envers Valhart pour nourrir de tels sentiments envers une autre personne.
Elle apprit aussi qu'il était capable de faire quelques traits d'humour – à sa manière, certes. Mais surtout qu'il avait le sens de la famille, quelque chose qu'elle avait découvert avec Zin'ka. Ce type qu'elle ne connaissait pas depuis longtemps lui offrait sa protection à cause d'un lien étrange qu'il partageait.
La panique retombait un peu et la jeune femme retrouva légèrement le sourire. Toute sa colère retombait enfin, laissant ses membres lourds et gourds. Ce genre de sentiments ne lui allait décidément pas au cœur. Mais elle ne pouvait pas repousser la profonde ire qu'elle ressentait en pensant à son beau-père, c'était même cela qui l'avait maintenu en vie pendant son année de captivité.

« Pourquoi est-ce que je tuerais mon... frère ? » Dit-elle doucement en se redressant légèrement maintenant qu'il avait fini de regarder sa jambe.
« Et puis, tout ça me prouve que vous êtes plutôt... sympa. Enfin, je veux dire pour quelqu'un qui a un manoir glauque au possible, des serviteurs sordides et qui porte un masque un peu flippant. Et je n'ai jamais tué de ma vie. Je réserve cette première fois à Valhart. » Ajouta-t-elle en se relevant avant de renfiler sa chemise bleue légèrement sale.

« Votre... enfin, l'ancien baron. Vous l'avez tué quand ? Ces marques m'ont été faite il y a bientôt 4 ou 5 ans, je ne saurais pas vraiment me rappeler. Tout est un peu flou. J'ai perdu le compte des années progressivement. Pas étonnant lorsqu'on sait que je ne connais même pas ma date de naissance. »

La dernière phrase était murmurée entre ses dents, à titre personnel. Sybile n'arrivait pas à garder une trace du temps, car, depuis sa naissance, personne ne lui avait fêté son anniversaire. La jeune femme ignorait son âge, son lieu de naissance, et même l'identité de son père. Elle savait juste qu'il était de Rosanne. Souvent, elle espérait pouvoir croiser un homme au regard pareil que le sien pour lui sauter dans les bras en lui demandant s'il avait un jour connu une Calie. Dans ses plus beaux fantasmes, il répondait oui et devinait tout de suite en la voyant qu'il était père d'une jeune femme et elle, elle vivait heureuse dans une nouvelle famille. Mais, ça n'arrivera jamais, n'est-ce pas ?

« Si je veux apprendre la magie noire, pourriez-vous me montrer ? Je veux dire pas maintenant, mais plus tard. Est-ce que vous croyez que ça pourrait être chouette d'utiliser ce genre de magie avec la danse et le chant ? Après tout, ce sont les seules choses que je sais faire. » Déclara-t-elle avec un peu plus d'entrain.

Et puis, il lui donna son nom et une formule magique. La jeune femme se mordit la lèvre inférieure et ses yeux se mirent à pétiller avec malice. Sans prévenir, elle s'enfuit de la pièce et monta en trombe les escaliers. Sybile se faufila dans une des chambres, verrouilla la porte avant de fouiller la pièce pour s'assurer qu'il n'y avait aucun passage secret ou porte dérobée. Elle ferma alors les yeux et inspira profondément avant de réciter, dans sa tête, cette formule censée être salvatrice en cas de besoin.

Akando, Akando, Akando, Akando, Akando, Akando, Akando, Akando, Akando, Akando.

Après tout, il fallait bien qu'elle s'assure que ça fonctionne... Sinon, il faudrait contacter le service après-vente.




Don’t give me that look – ‘cause, you see
You’re the last person I need to pity me
Akando
avatar

Messages : 19

Feuille de personnage
Classe: Mage Noir
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Flux
2
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Ven 28 Oct - 14:02

Au moins, son invitée et visiblement soeur de sang avait retrouvé un peu le sourire. Bien qu'il soit d'un tempérament parfois cruel et un peu sadique, Akando était rassuré de la voir retrouver sa bonne humeur. Après tout, ils étaient indirectement de la même famille, en quelques sortes... Tous deux touchés par le Baron Rouge d'une manière ou d'une autre. Lui, en ayant directement hérité de son visage et de ses capacités noires, et elle, en ayant été marquée à vie par son sceau.

Et elle le trouvait plutôt sympathique, en plus ? Ça, ça lui allait droit au coeur. Personne ne lui avait jamais sorti celle-là avant. Aux yeux du monde, ce n'était qu'une immondice à mêler à tous les autres fanatiques de Grima et autres. La réalité, bien que sombre également, était toute autre. Restait, dans tous les cas, le problème de son "beau-père"...

« Eh bien, ce Valhart m'a l'air d'une sacrée ordure. Je pourrais très certainement vous aider à lui trouver un sort... convenable. Avec un peu d'imagination, les rites du Baron Rouge peuvent apporter des destins bien pires que la mort à ceux qui ont le malheur de provoquer son hostilité. »

Oh, et il avait des dizaines d'idées de malédictions éternelles en tête. Le Baron Rouge n'était pas seulement juste un mage sombre qui agitait un tome de magie noire, c'était également un puissant maléficieur qui tourmentait les âmes de ses victimes jusqu'après la mort même s'il le fallait.

« Hmm, quand est-ce que j'ai tué l'ancien baron... J'ai du mal à me souvenir, à vrai dire. Je crois qu'il rentrait tout juste à Plegia, le jour même ou la veille. Mais depuis cette malédiction, les jours me semblent être des années et la solitude a ralenti tout le semblant de vie que j'ai pu avoir. Ça pourrait être quelques années comme un siècle que j'arriverais à peine à faire la différence. »

Effectivement, la perception de cette dimension si étrange et mystique apparaissait sous ses yeux déformée. L'étude de la magie noire l'avait mit dans une sorte de transe qui pouvait durer des heures, qui passaient pour lui comme des jours entiers. Tel était le secret de ses connaissances... Une véritable stase durant laquelle son esprit travaille comme cent, s'épuisant et apprenant à un rythme accéléré.

« Oh, alors vous êtes intéressée par la magie noire ? ~ Vous savez, la plupart des gens voient ça comme le simple fait d'agiter un tome de magie, réciter des incantations dans une langue ancienne, et s'amuser à faire des étincelles. C'est bien plus que cela... Les arts sombres ont été décrétés impies dans certaines régions, mais c'est complètement stupide. Le monde a besoin de la magie la plus obscure pour préserver cette connaissance inestimable. Elle peut être mélangée à n'importe-quel autre art... La danse et le chant en font partie. Certains mages noirs se sont même fait une spécialité d'utiliser la danse et le chant comme rituel incantatoire pour canaliser leur magie et lancer des sorts de façon artistique et élégante... Ou même pour utiliser de la magie aux yeux de tous sans attirer l'ombre du soupçon. Les possibilités sont infinies. »

Puis il la vit foncer à l'étage, haussant les épaules. Il ne savait pas trop ce qu'elle était en train de faire, mais après tout, pourquoi pas... ? Puis il sentit un appel, dans sa tête. Ainsi elle était en train de tester cette protection qu'il lui avait offert ? Autant dire qu'il était amusé par son entrain. Dans un léger panache de fumée discret, il apparut à ses côtés, les bras croisés, un léger ricanement résonnant derrière son masque

« ... Oui, je peux apparaître en un éclair. Je n'allais quand même pas proposer ma protection si elle n'était pas fiable, tout de même... ? Même endormi, en pleine étude, en plein rituel... Je viendrais. C'est une priorité absolue. »

Alors il s'adossa à un mur, une de ses mains se portant à son masque. Sa main caressa brièvement le matériau rigide constituant la parure protectrice, puis finalement, il le retira. Mais derrière, pas d'ombres infinies et inquiétantes. Seulement le visage d'un jeune homme, absolument préservé, avec des yeux aussi rouges qu'on pouvait les imaginer. Ses iris restaient blancs, bien qu'un peu rougeoyants, et deux boucles d'oreilles en forme de croix ornaient sa tête. Il avait un air sinistre, mais également bien moins intimidant que son masque laissait présager, ce qui pouvait donner un certain charme à sa personnalité. Un léger sourire anima son visage, tandis qu'il reprit la parole

« Je n'allais quand même pas laisser mon visage entièrement inconnu de ma soeur... Ça serait malpoli. »


Sybile
avatar

Messages : 294

Feuille de personnage
Classe: Civil/Danseuse
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2Louche
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Mer 16 Nov - 9:59
Sybile sursaute avant de se retourner et de rire de bon cœur. Ce n'était pas une blague. Tout ça n'était pas une blague : ce type, qui était son frère de sang, pouvait vraiment apparaître si elle le souhaitait vraiment. Un sentiment réconfortant envahit alors son cœur. Avec Zin'ka, elle sentait qu'Akando serait un pilier de sa vie. Il serait là, silencieux, dans l'ombre comme toujours. La jeune femme se mit à sourire avec sincérité. Malgré tout ce qu'il venait de lui apprendre, le fait qu'il ne lui avait pas raconté des bobards lui suffisait pour l'instant.

« J'ai été... le rituel, il se déroulait à Plegia. Je pense que tu es devenu le Baron juste après qu'il ait gravé ces trucs dans ma peau. C'était... il y a grand maximum cinq ans. Je n'ai pas bien compté les années. Je ne fais que fuir et chaque printemps est une étape de plus vers la liberté. »
Dit-elle doucement en devenant un peu plus sérieuse.

Sybile se racla doucement la gorge avant d'aller s’asseoir sur le lit. Elle avait encore plein de questions. Et puis, elle était elle-même surprise de l'attitude qu'elle adoptait. Zin'ka ne savait pas certains détails qu'elle venait de dévoiler au Baron. Et peut-être vivait-il la même chose puisqu'il lui dévoilait à présent son visage. La jeune artiste, d'abord surprise, gloussa légèrement avant de se redresser et d'enlacer son « frère ».

« Merci » dit-elle doucement.
« J'aimerai que nous fassions quelque chose ensemble. Non... plusieurs.» Dit-elle, avec le visage toujours enfouit contre le torse du mage noir.

Ce qu'elle allait demander, elle n'osait pas vraiment y croire. Ses épaules se mirent à trembler légèrement, nerveusement. Ce n'était pas une chose aisé à formuler. Cela ne le serait jamais. Comment pouvait-elle dire, avec sang-froid, qu'elle souhaitait qu'il lui confectionne une arme létale, mais qui plongerait l'âme de celui qu'elle avait considéré comme son père, dans un éternel tourment. Il avait évoqué la possibilité avec un délicieux murmure et depuis, cette proposition avait fait son chemin. Et puis il y avait autre chose aussi. Quelque chose de plus... personnel.

« Est-il vraiment possible que vous envoûtiez une arme afin de punir Valhart ? »
Dit-elle en relevant la tête. Ces yeux étaient sombres malgré la couleur miel de ses iris. Ces yeux avaient vu des choses, avaient vécu des choses et ils n'étaient pas près à renoncer à la vengeance, même s'il fallait devenir un monstre.
« Je veux qu'il souffre. » Lâcha-t-elle dans un souffle glacial que personne n'aurait imaginé dans sa bouche, faites pour le chant et les farces.
« Je veux qu'il paye. Pour l'éternité. Pour ce qu'il m'a fait, pour tout ce qu'il m'a prit... Pour tout. » Continua-t-elle, emporté par la haine.

Doucement, elle se détacha de lui. Son regard reprit quelques lueurs malicieuses, mais, au plus profond de son regard, il restait une tâche indélébile que seul quelques élus pouvaient voir.

« Peux-tu effacer certaines de mes cicatrices ? » Demanda-t-elle alors.

Au fond d'elle, la jeune femme savait que c'était impossible. Mais, elle devait demander. Ces marques qui lézardaient sa peau et son âme, elle ne voulait qu'une chose : qu'elles s'en aillent. A chaque jour, chaque instant, elle lui rappelait cruellement ce qui lui avait été fait et cela la coinçait dans une boucle. Ces nuis étaient remplies de cauchemars, ses journées de peur et son sourire n'était qu’un dupe.

« Peux-tu faire en sorte que mes cauchemars s'en aillent ? »
Ajouta-t-elle après un léger silence, la tête baisse et la lèvre tordue par une morsure. Sybile, n'était au final, rien de plus qu'une enfant effrayée dans le corps d'une adulte.




Don’t give me that look – ‘cause, you see
You’re the last person I need to pity me
Akando
avatar

Messages : 19

Feuille de personnage
Classe: Mage Noir
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Flux
2
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Jeu 17 Nov - 3:31

Un câlin de la part de sa soeur de sang ? Ça, ça l'avait surpris. Il n'était pas extrêmement tactile, d'habitude, et il était encore moins habitué à ce qu'on vienne vers lui. Ses joues furent prises d'une minuscule rougeur, bien qu'éphémère, sans savoir trop comment réagir, avant qu'elle lui fasse une demande qui lui arracha un sourire malicieux et complice. Oui, il avait une idée parfaite de comment il allait pouvoir l'aider...

« Il y a bien une arme comme celle-là... Oh, et ça sera tellement amusant ! Vois-tu, ça sera un peu long, mais l'attente en vaut la chandelle. Il existe une épée, en ce monde, forgée dans un croc de Grima. Une arme réputée pour offrir un sort bien pire que la mort à tous ceux qui périssent transpercé par sa lame funeste et terrifiante... Le seul bémol, c'est que cette arme unique est détenue par nul autre que le nouveau Grand-Empereur de Valm. Seulement...

... Voilà le moment où nous pourrons briller : il se trouve que le nouvel Empereur a démarré une lutte sans merci pour purifier le monde de l'influence de Grima. Ce dernier ne réserve aucune pitié à ceux qui propagent ses institutions dans le but de répandre le chaos. Si le mot venait à ses oreilles que Valhart était un vétéran d'une secte de Grima, et si ce dernier tentait malencontreusement d'attaquer l'Empereur, il utiliserait très probablement l'épée du Dragon déchu.

Oh, c'est un plan vicieux et un peu aléatoire, mais après tout... C'est la meilleure chance. Il faut simplement un petit peu de manipulation politique pour réussir à rapprocher un moins que rien comme Valhart d'une personnalité aussi importante que l'Empereur en personne. »

C'était un plan machiavélique, mais tellement excitant... Puis elle voulait savoir si il pouvait retirer ses cicatrices. Évidemment, pour un mage tel que lui, rien n'était impossible, bien que tout soit relatif...

« Hmm, pour tes cicatrices, je dois t'avouer que c'est plus complexe. Il y a bien un moyen de pouvoir les masquer, mais tu dois savoir que ce n'est pas une solution réellement intéressante. En vérité, ces cicatrices sont une partie de toi. Il ne faut ni les adorer, ni les rejeter : simplement les considérer en tant que tel. Quand ça sera fait, tu auras le bon état d'esprit, et je pourrais alors effectuer un sortilège qui me permettra d'effacer toutes tes blessures en inversant le temps sur elles. C'est très compliqué pour un mage normal... Mais n'oublie pas que je suis le Baron Rouge ~ N'oublie cependant pas : cela requiert que tu aies pleinement accepté tes cicatrices, sans quoi le sortilège ne fonctionnera pas. »

Oui, car même ça, il en était capable, bien que ça demande la participation et la bonne volonté de Sybile. Venaient alors les cauchemars... Ça, c'était le plus facile, à quelques conditions.

« Pour tes cauchemars... Je pourrais t'apprendre les bases de la magie noire. Avec elles, tu pourrais peu à peu apprendre à dompter les rêves et les cauchemars pour être plus forts qu'eux. Tu serais capable de les dominer et les manipuler à ta guise. Je dois te mettre en garde d'une chose, toutefois : il ne faut jamais utiliser ce don dans le but de se façonner des illusions. Beaucoup de mages ont décidé de vivre dans ces mensonges qu'ils se sont créés, et ils vivent aujourd'hui reclus, coupés de tout et finissent par se laisser mourir dans le bonheur et la béatitude. Mais je te fais confiance pour ne pas tomber si bas, tout de même ~ »

Sybile
avatar

Messages : 294

Feuille de personnage
Classe: Civil/Danseuse
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2Louche
3
4
5
Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   Mar 29 Nov - 14:47
Sybile avait l'impression qu'avec son frère, elle serait invincible. Le Baron était un personnage complexe, étrange voir même inquiétant. Mais en quelques heures à peine, il avait réussit à dompter la jeune artiste. Ou peut-être était-ce l'inverse ? Peut-être que lui aussi était touché par le fait de ne plus être seul dans ce monde – bien que cela ne semblait pas le déranger plus que cela. L'aura de confiance qu'il dégageait mettait la jeune femme à l'aise : elle avait confiance en lui et buvait la moindre de ses paroles. Il évoqua la possibilité de punir son beau-père, une perspective aussi réjouissante pour lui que pour elle. Mais ce plan était complexe et surtout, comment faire pour que l’empereur daigne écouter sa plaidoirie ?

« Akando... Je sais que l'amour fraternel t'aveugle peut-être mais... M'as-tu vraiment regardé ? Je ne pourrais jamais avoir l'écoute de l'empereur. Et puis avec tous les vols que j'ai commis à Valm, inutile de dire que je ne suis pas réellement la bienvenue. Je pense qu'il ne prendra pas au sérieux une requête venant de ta part, j'ai entendu dire que les Valmiens détestaient les gens de Rosanne. A moins que tu ne lises dans l'avenir ou que tu puisses changer mon destin d'un coup de grimoire, je ne vois pas comment je pourrais... Et je suppose que je ne peux pas voler quelque chose comme ça. »

Dit-elle en faisant légèrement les cents pas. Son cerveau tournait à pleine vitesse. Il y avait bien des solutions, mais toutes la privaient de liberté et se terminaient plutôt mal en cas d'échec. Il y avait toujours le moyen d'épouser un noble de Valm grâce aux contacts de Zin'ka et à son joli minois, mais cela prendrait des mois pour fonctionner. Même s'il l'avait prévenu que la bataille jusqu'à la vengeance serait longue, Sybile n'avait pas envie de voir les jours se transformés en mois et les mois en années avant de pouvoir plonger la lame maudite dans le cœur de ce sale rat de Valhart.

« Surtout si j'ai ce corps. » Siffla-t-elle, choisissant de ne plus évoquer ces cicatrices. Au fond, elle était déçue qu'il ne puisse pas les faire s'en aller d'un battement de cil. Accepter leur présence serait comme pardonner à ceux qui l'avait mutilé et il en était hors de question. Dans son cœur, il y avait bien trop de tristesse et de détresse pour que tout devienne lumineux. Tout cela la conduisait vers cet amère constat : elle n'était pas une bonne personne. La plupart du temps, elle essayait de fanfaronner pour ne pas montrer la haine qui la consumait. Chaque sourire, chaque regard était faux. Une vie de mensonges et tous la prenait pour une personne joviale, immature alors qu'au plus profond, il n'y avait qu'une masse sombre et amère qui la rongeait.

« Je ne tomberais pas, je suis une acrobate après tout. »
Dit-il avec un sourire plein de défis et de malice tandis qu'il la mettait en garde vis à vis d'une méthode pour contrer ses cauchemars. Depuis combien de temps n'avait-elle pas passé une nuit tranquille dans les bras de Morphée ? Bien trop longtemps. Même lorsqu'elle était enfant, son sommeil avait toujours été agité. La peur était un sentiment qui lui collait à la peau depuis bien trop longtemps.

« Et puis, qu'est-ce que je pourrais bien forgé comme illusion ? Je suis bien consciente de ce que je suis. De qui je suis. Je ne serais jamais reine ou même princesse. Naga ne m'a jamais porté dans son cœur, alors pourquoi est-ce que je voudrais frôler du doigts des rêves impossibles qui ne serait bon qu'à me faire souffrir ? »
Demanda-t-elle doucement. Après tout, les gens qui étudiaient la magie avaient tous un certain... niveau de vie. Peu de gamins des rues et miteux comme elle apprenait la magie et encore moins les sombres arcanes de celle-ci. Elle qui ignorait jusqu'à sa date de naissance, n'avait pas besoin de s'inventer une vie : celle-ci était déjà bien lourde à porter.

« Je veux juste pouvoir dormir sereinement lorsque je ne pourrais pas faire autrement, grand-frère. »
Conclut-elle par un léger sourire avant de prendre place sur le lit.

« Dis moi... pourquoi l'ancien baron rouge a participé à tout ça. Il savait que c'était voué à l'échec. Et qu'en plus, il laissait un charlatant me mutiler. J'étais juste une gamine de cirque. Un peu fuyarde, pas vraiment sage. Valhart avait besoin de moi comme d'un sacrifice, mais lui... Le baron, il n'avait aucune intention envers Grima, alors... » Il y avait peu de chances pour qu'il connaisse la réponse, mais il fallait tenter. Beaucoup de choses, dans la vie actuelle de Sybile étaient basées sur des réponses fantomatiques à ses pourquoi. Peut-être qu'avec un peu de vérité, son cœur cesserait de devenir aussi noir que la nuit.

« Est-ce que je peux considérer cette demeure comme la mienne ? » La question était venue après quelques minutes de silence. Un peu comme un cheveux sur la soupe, elle n'avait pas grand chose a voir avec le reste de la conversation, mais il fallait croire que la spontanéité qu'elle essayait tant de feindre n'était peut-être pas qu'une illusion après tout.
« Si jamais tout tourne mal. Si jamais je ne veux plus me battre. Si jamais je cherche un endroit pour mourir... Est-ce que je pourrais venir ici ? » demanda-t-elle en regardant ses genoux.

Après tout, si sa vengeance échouait, si cet empereur la rejetait... Elle n'avait pas beaucoup d'autres alternatives dans cette vie que de trouver la paix et un repos qui pouvait se muer en un sommeil éternel.




Don’t give me that look – ‘cause, you see
You’re the last person I need to pity me
Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Squat dangereux... [PV. Sybile]   

Squat dangereux... [PV. Sybile]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» Haïti : Un dangereux précédent par Patrick Elie
» Exécution d'un dangereux bûcheron [Torino Island, Rang S, Solo, Contre-attaque][Réservée]
» Armée squat
» Ran-Mao. Le jouet dangereux~ [. Hot? x3 ]

Fire Emblem Rebirth :: Rosanne :: Viralys :: Rues et habitations+
Sauter vers: