Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

Divide them, tear them apart.

Alicia
avatar

Messages : 7

Feuille de personnage
Classe: Combattant
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Gigant
2Hache de bronze
3Pierre de furie
4
5
Sujet: Divide them, tear them apart.   Jeu 21 Juil - 7:15

Informations

• Prénom : Alicia
• Surnom : Fraus
•  ge : 2217
• Race : Manakete corrompu

• Groupe : Fléau
• Classe : Combattant
• Avantage : Force
• Désavantage : Magie

Description physique

Il y a beaucoup de choses à dire à propos de cette... J'ai envie de jeune femme, mais  on peut tous voir son âge. Oui, c'est jeune pour une Manakete, mais leur moyenne n'est pas exactement une norme sur laquelle nous, pauvres mortelles que nous sommes, pouvons vraiment nous fier. Néanmoins, son jeune âge paraît immédiatement sur son visage innocent. En fait, il s’agit probablement  de la première chose qu’on remarque à propos de la jeune femme: son air de petite soeur à la fois innocente et espiègle. Son sourire est toujours étiré en un large sourire qui lui donne un visage à la fois haïssable, mais tellement adorable à la fois! Cette drôle de dualité sur son physique qui fait vaciller notre impression entre l’enfantin et le mature est ce qui définit le mieux Alicia. Ses longs cheveux noirs donnent l’image d’une belle femme, mais le fait qu’elle les montent en deux longues queues de cheval attachées à l’aide de petits rubans blancs sur chaque côté de son crâne donne plutôt l’image d'une gamine. Quand on dit ou fait quelque chose qui ne lui plaît pas, elle a tendance à gonfler les joues comme une foutue môme de six ans. Bien entendu, on ne peut pas vraiment mentionner son visage sans parler de ses deux grands yeux à la pupille de la couleur d’une émeraude pure à un point où cette couleur semble irréelle, trahissant ses origines.

Bon, alors bien entendu, un corps n’est pas qu’un visage ou une tête. Quoique c’est un peu l’impression que certaines personnes nous donnent. Enfin bref. On s’éloigne du sujet. Il n’y a pas que son allure de gamine qui lui donne cet air. Même sa taille semble vouloir lui donner l’image d’une gamine. Elle est plus petite des manaketes de son âge d’environ une demi-tête. Si on la compare à un homme adulte, elle lui arrive environ aux pectoraux. Le reste de son physique n’est pas vraiment plus impressionnant. Sa poitrine à peine naissante n’arriverait même pas à faire envier une planche à pain. Par contre, on peut admettre qu’elle est très bien proportionnée et qu’elle porte très attention à sa peau douce et blanche.

C’est un peu du côté des vêtements que ça se corse. Et par là je veux dire qu’elle dégage un petit air de ‘’est-ce que je risque d’aller en tôle si je la regarde trop longtemps’’? Par là, je veux dire qu’elle laisse voir beaucoup de peau, sans toutefois paraître indécente. Enfin. Trop indécente. Généralement, elle affectionne particulièrement les vêtements sombres style gothique. Son ensemble préféré est inspiré du style gothic kuro lolita. En gros, un haut sans manche orné d’un col ras-le-cou de dentelle attaché par un simple petit ruban. Celui-ci s’arrête un peu en haut de son nombril, laissant donc une bonne partie de son ventre à nue. Elle accompagne son haut avec une mini-jupe à taille basse à ouverture lacée aux latérales et des pince-plis creux contrastant pour donner du volume et du style a la jupe. Celle-ci est attachée à sa taille pour une simple ceinture de cuir. En dessous de sa jupe, elle porte un shorty question de ne pas tout montrer au premier coup de vent un peu trop fort. Bien entendu, le tout est de couleur noire. Ça ne ferait pas très gothique autrement, non? Avec ça, elle porte généralement de longs gants qui remontent jusqu’en dessous de ses coudes. Autrement, elle a tendance à porter des bottes hautes. De la même couleur que le reste. Elle est très monochrome, soyons honnêtes.

On ne peut pas vraiment mentionner Alicia sans parler de son arme de prédilection, Gigant. À son dos, elle porte une énorme hallebarde, à la lame imposante en forme de croissant de lune, avec un pieu redoutable à son extrémité. La hache est faite entièrement de métal sombre, orné d’un gros noyau rouge sang en son centre et semble facilement peser une tonne. Simplement la regardé est suffisant pour envoyer des sueurs froides. Avec raison. Cette arme est une abomination. Une pièce qui n’aurait jamais dû être créée. Forgé par un maître et ensorceler par un puissant sorcier issu du même culte que Alice, cette hache pue les énergies négatives et destructrices de Grima. Alicia est probablement l’une des seules personnes capables de manier correctement l’arme. Non seulement à cause de son poids, mais également, car le simple fait de tenir Gigant envoie son porteur dans une rage meurtrière incontrôlable, semblable à l'effet de la drogue qui transforme les laguz en ''ferals''. Alicia n’est pas immunisée à ces effets. En fait, elle ne tente même pas d’y résister. Elle se laisse prendre, guider par ces énergies destructives, totalement dominées par la volonté de son maître et de ses pulsions primaires de dragon.

Voilà qui couvre son apparence humaine. Bien entendu, étant une manakete, elle peut se transformer. Comme on dit dans Transformers: ‘’There’s more than meets the eye.’’ L’image qu’elle offre en forme humaine n’est qu’une façade qui cache sa véritable nature. Celle d’une prédatrice, d’une bête assoiffée de violence. Lorsqu’elle se transforme, un brouillard épais et noir est expulsé de son corps, comme un tuyau de vapeur qui explose sous une pression incroyable. Deux yeux rouges sang percent les ténèbres et vous fixent. C’est à ce moment que vous réalisez que la personne qui se trouvait devant vous il y a quelques secondes n’est pas celle que vous pensiez être.

Même sous forme draconique, Alicia est plus petite que la moyenne, mais ce n’est pas ce qui la rend moins intimidante, au contraire. De la tête à la queue, sa forme mesure un solide 1603 centimètres. Elle se déplace la tête à ras le sol, comme un fauve qui observe sa proie. Sa gueule est couverte de dents tranchantes et ses yeux rouges dégagent une lueur de cruauté qui ne trompe personne. Ses écailles d’un mauve sombre semblent plus tranchantes que solides. Ses quatre pattes se terminent par de puissantes griffes aiguisées comme la fine lame d’un rasoir. Son corps est recouvert par une membrane mince et veineuse qui flotte autour d’elle comme une cape d’obscurité rattachée à ses épaules par deux protubérances écailleuses. Cette membrane est en réalité, ses ailes qu’elle rabat le long de son corps en gardant ses griffes plantées dans ses épaules. Eh oui, elle a six pattes en réalité. Lorsqu’on la met en rogne, elle déploie se ailes, plantant ses deux membres puissants au sol en plus des deux cornes veineuses qui sortent de son crâne.

Contrairement à la grade majorité des dragons, Alicia ne crache pas le feu ou la glace ou peu importe. Elle expulse de ses poumons un liquide noir et vaporeux à l’odeur horrible. Le liquide est collant et corrosif.
1132 mots

Description mentale

Mentalement et physiquement, Alicia se ressemble beaucoup en fait, c’est plutôt effrayant. Alicia n’a pas simplement l’air d’une gamine, elle a vraiment la personnalité d’une sale morveuse. Si on doit la décrire rapidement, les deux mots qui nous viennent le plus rapidement à l’esprit sont clairement ‘’immature’’ et ‘’blagueuse’’. Deux qualificatifs qui donnent des résultats assez dérangeant quand on les place ensemble! S’il y a bien une chose qu’Alicia aime, c’est rire. Petit problème, elle est trop insouciante pour réaliser que ses blagues parfois cruelles ne font peut-être pas vraiment rire les autres. Si ça se trouve, elle est la seule à se trouver marrante. Mais il ne faut pas le juger pour autant! Elle reste une jeune fille sympathique qui écoute et conseille ceux qui ont besoin d’une épaule où pleurer.

Ce n’est pas joli ça? Elle n’est pas sympathique à votre avis? Mmm? Vous avez des doutes? Pourquoi? Parce qu’elle tue des innocents, décapite des chiots et que vous croyez l’avoir vu prête à vous mettre un couteau dans les omoplates? Balivernes! Mensonges et calomnies! … Nah en fait vous avez tout à fait tort de faire attention à elle. Alicia est un véritable serpent. Elle vous approchera avec de fausses bonnes intentions dans le seul but de se rapprocher de vous, d’en apprendre plus sur vous pour ensuite utiliser ces informations pour vous faire mal. Très mal. C’est une manipulatrice qui trouve son bonheur dans la douleur et la souffrance d'autrui. Alicia est une femme froide et excessivement cruelle dans ses intentions et ses plaisirs. Elle n’est pas une haut placée dans un culte de Grima pour le plaisir quand même! Même si elle se fâche facilement, il ne faut pas prendre Alicia pour une fille impatiente, au contraire. Lorsqu’elle met un plan en oeuvre, celui-ci peut s’étendre sur des mois, voir des années. En tant que Manakete, le temps n’est rien de plus qu’un facteur sans conséquence pour elle. Si cela peut lui permettre d’avoir ce qu’elle veut, alors elle prendra le temps qu’il faut pour que tout se passe parfaitement, comme prévu.

Autrement, il faut savoir que la Manakete adore la violence. Elle adore faire mal, elle adore avoir mal. Jamais elle ne se sent aussi vivante qu’en se battant à mort, sentir son corps taché, chaud et collant de ces fluides humains… Je parle du sang. Bien entendu. En fait, elle aime tellement se battre que ça tourne vers le malsain et le sexuel dans son cas. Plus un combat est long et difficile, plus on peut voir son visage rougir, se contorsionner dans une grimace de plaisir comme si tout ça lui faisait atteindre l’orgasme. Son arme étant ce qu’elle est, Gigant affecte grandement Alicia. Plus elle passe de temps à l’utiliser, plus Gigant prend effet sur elle. La Manakete rentre dans une espèce de transe meurtrière, ses instincts animaux de Laguz reprenant le dessus sur sa raison. Dans cet état, elle se battra jusqu’à ce qu’elle finisse par tout tuer ou jusqu’à ce qu’elle tombe d’épuisement. Ou morte. Quand elle se transforme, c’est un peu ce côté qui ressort. Elle devient un véritable monstre, ni plus ni moins.
529 mots

Histoire

Le mal n’a aucune forme distinct. C’est ce qu’on dit depuis toujours. Il peut prendre n’importe quelle forme, de la plus inoffensive à la plus terrifiante imaginable par l’océan interminable aux profondeurs abyssales et inépuisables de l’imagination humaine. Ce monde n’est pas en manque de manifestation maléfique. Du traître à la nation, nos voisins, au sorcier maléfique, son ami d’enfance jusqu’au grotesque démon issu du plus profond cercle des enfers. L’histoire se répète encore et toujours, changeant de visage dépendamment du récit, mais l’essentiel reste le même­. Le monde est une histoire de trahison, de tristesse et de destruction. Elle se répète et pourtant, elle retombe dans l’oubli au fil des siècles. L’événement devient un récit. Le récit devient une histoire. L’histoire devient légende. La légende disparaît, perdue dans les abysses historiques. L’Homme est mortel. Le royaume de l’homme est éphémère, un simple mirage de permanence créé par des idiots naïfs croyant leur règne et leur héritage éternel. L’Homme finit donc par oublier et l’histoire se répète jusqu’à ce que l’Homme se fasse engloutir par le mal qu’il tente en vain de repousser.

L’année est 523 sur le continent d’Ylisse dans un petit village de montagne bien paisible. La nature abondante offre tout ce que l’on peut oser souhaiter. La rivière et la montagne offre nourriture, la forêt offre de quoi protéger et monter des habitations. On ne peut pas exactement parler d’un paradis. En fait, utiliser un tel terme serait franchement con pour décrire une vie monotone loin de tout, au pied d’un gros caillou. Mais on ne peut pas leur enlever qu’ils vivaient simplement et heureux. C’était lors d’un hiver particulièrement rigoureux. Dans un hameau au centre du village, une femme donnait vie. La majorité des habitants du village étaient sur place, autour de la maison à attendre la naissance du bébé. Il faut dire qu’il ne se passe jamais rien, alors un événement du genre est toujours suffisant pour agiter le village. C’est dans une ambiance du genre qu’après de longues heures de labeur intense accompagné d’un médecin qui ne savait pas du tout ce qu’il faisait et d’un père impassible, qu’une petite fille vue le jour. Sa mère voulait lui donner le nom d’Alicia, en l’honneur de son ancêtre qui a servi dans la dernière guerre. Son père accepta presque immédiatement, plus par désintérêt qu’autre chose. Déjà à ce point, on peut deviner que le mariage de ces adultes n’a aucune raison d’attiser la jalousie dans le coeur de qui que ce soit. Non, il ne s’agit pas d’un mariage d’amour, mais d’une alliance de convenance. Cet homme se nomme Rogthar un homme simple, à première vu, ainsi que l’unique forgeron du village. Étant un manakete Rogthar habite le village depuis plusieurs siècles, un monstre parmi les humains. Toute fois, ceux-ci l’ont accepté comme l’un des leurs. Après tout, il faut être un véritable imbécile pour ne pas apprécier les talents d’un homme ayant quelques siècles d’expériences derrière son marteau! Il n’était pas seulement excellent, il était l’un des meilleurs. Une véritable légende. Malgré sa popularité au sein du village, celui-ci n’a jamais pris épouse. Les rumeurs disent que ce grand homme refusait par peur de devoir enterrer sa propre femme, puis une deuxième, puis une troisième… Rumeur qu’il n’a jamais vraiment avoué fausse. Pas besoin de vous dire la surprise des habitants du village quand le grand Rogthar décida finalement d’épouser la fille du boulanger afin de respecter une dette qu’il devait envers l’homme. Mais le voilà, bague au doigt et bambin au berceau suite à une période de gestation anormalement longue pour un humain, mais anormalement court pour un manakete. Tout semblait aller pour le mieux. La jeune Alicia n’a jamais eu la chance de connaître son père en grandissant.

On ne saurait trop expliquer la raison de son départ, mais il semblerait que les nouvelles responsabilités de Rogthar l’ont fait fuir du village. C’est arrivé simplement quelques jours après la naissance de son premier enfant. Il a fui en pleine nuit avec son équipement de forgeron, sans laisser de note, sans avertir personne. La vigile de nuit l’a seulement aperçu prendre un cheval et galoper en direction de la ville la plus proche. Les yeux étaient à présent sur la jeune mère et son bébé de quelques jours. À la grande surprise de tout le monde, celle-ci semblait bien prendre la nouvelle. En fait, on jurerait qu’elle n’a même pas réalisé son départ. Et pourquoi cela l’affecterait-elle? Son père l’a mariée avec un homme beaucoup plus âgé qu’elle simplement pour le prestige de posséder du sang de dragon dans sa lignée. Elle n’a jamais ressenti quoi que ce soit pour cet homme. Elle le haïssait. De tout son coeur. Elle voulait également haïr son bébé. Cette chose, cette abomination issue d’une union contre nature dans l’unique but de satisfaire l'ego d’un homme avec la folie des grandeurs. Mais malheureusement pour elle, l’instinct maternel est une force puissante. Elle prit donc la décision de prendre soin de l’enfant et de l’élever du mieux de ses capacités, ne sachant pas à cet instant qu’il aurait peut-être été préférable d’abandonner son enfant quelque part dans les montagnes pour laisser la nature et les loups avoir raison sur cette petite créature n’ayant même pas encore la force de ramper au sol.

Alicia ne peut clairement pas dire qu’elle a eu une enfance malheureuse. Suite au départ de son père, c’est comme si le village au grand complet avait décidé de la prendre en pitié. On la saluait sur la rue, la femme du maire lui offrait des friandises, la femme du boulanger lui donnait des produits frais et des gâteaux de toute sorte. Même les autres enfants, qui aurait dû être jaloux de ce traitement de faveur lui montrait respect et amitié. Même à cette époque, elle ne comprenait pas pourquoi. <> Pourquoi le serait-elle? Pourquoi pleurer le départ d’un homme qu’elle n’a jamais connu? <> Pourquoi il lui manquerait? Peut-on manquer la disparition d’une personne sur laquelle on ne peut même pas mettre de visage? Alicia ne comprenait tout simplement pas. Elle ne comprenait pas comment elle pouvait être triste alors qu’on lui offrait tout ce qu’elle voulait, alors que sa mère la noyait d’amour et que le village au grand complet semblait être à ses pieds. Rapidement, elle a appris que simplement froncer les sourcils dans une direction lui gagnait quelque chose. Un gonflement de joue attirait les foudres des adultes sur un enfant qui la regardait d’une manière qui lui déplaisait. Regarder le sol avec les yeux à demi fermer lui gagnait quelque chose de délicieux à se mettre sous la dent. Oh bien entendu, tout ça n’était que pour l’instant, un simple caprice de gamine. Rien de bien méchant ou maléfique dans ses intentions.

Le temps passa, l’hiver tournant au printemps, puis en été, puis en automne pour finalement recommencer le même cycle encore et encore. Les années passent, se ressemblent. Tout change, mais tout reste le même. Les enfants grandissent, les plus vieux meurent, mais rien ne change. Alicia reste un bébé, son sang de Manakete l’empêche de vieillir au même rythme que les autres. Mais qu’en est-il de sa mère mortelle? Sûrement elle n’a accompagné son enfant durant sa longue enfance. Non, bien entendu. Éventuellement, elle a fini par se remarier avec un autre homme et avoir d’autres enfants humains, normaux. L’élevage d’Alicia se fit parmi les mortelles, passant d’une mère à l’autre comme un vulgaire héritage de famille. L’existence d’Alicia enchaîna ce quotidien tragique. Elle a enterré mères, soeurs, frères… Même en tant que bâtarde issue d’un dragon et d’une humaine, son sang Manakete semblait obstiné à lui faire sentir les tortures d’une longue vie. Alors qu’elle était l’équivalent d’une jeune enfant, elle changea. Elle n’en pouvait plus. Sentir son coeur se briser encore et encore, devoir connaître, aimer et s’ouvrir à des personnes qu’elle n’aura pas le choix d’enterrer dans quelques années pour ensuite retomber dans ce même tourbillon infernal de désespoir. Elle ne pouvait plus aimer. Elle n’en avait tout simplement plus la capacité. Une chose que sa toute première mère a répétée sans cesse à ses descendants, c’est qu’une personne pleure quand elle est triste et il est de leur devoir de tout faire pour ramener la joie dans le coeur de ces malheureux. Toute sa vie, c’est les mots qu’on a sans cesse répétés à la jeune dragonne. Des mots qu’elle tenait à coeur comme étant le seul souvenir de sa mère d’origine. Le printemps approchait, mais les neiges épaisses des montagnes dessinaient toujours l’horizon d’une couche de pureté blanche. Sa mère du moment, une femme d’âge mûr, était bien malheureuse. Sans talent, avec une personnalité déplaisante et un physique plutôt triste, la pauvre n’arrivait pas à se faire aimer par les habitants de son village. On lui jetait des regards mauvais, on parlait derrière elle et jamais n’a-t-elle eu le bonheur de coller ses lèvres à celle d’un joli jeune homme. Non, il semblerait que rien n’allait pour elle. Et elle était triste, tellement triste. Un soir, cette femme pleurait. Elle pleurait si fort et depuis tellement longtemps qu’Alicia croyait qu’elle allait finir par mourir dessécher. Elle avait tout fait pour lui remonter le moral, même si elle n'éprouvait pratiquement rien pour cette femme. Blagues, nourriture, compliments, accolade affectueuse… Rien. Rien ne séchait ses larmes. Alicia était à court d’idées… Et à court de patience. Elle prit son oreiller et avec étouffa sa tête. Elle criait, se débattait, mais Alicia la tenait bien en place avec une force qu’elle ne croyait même pas posséder. Son coeur battait tellement vite, comme s’il essayait de forcer un passage hors de sa poitrine. Que faisait-elle? Pourquoi se sentait-elle aussi… Vivante? Un coup de pied sous le menton la fit relâcher prise. La femme grassouillette tomba au sol, toussant, tremblante, son menton couvert de salive visqueuse. Alicia lui sauta dessus, mettant une pression contre sa gorge avec ses pouces. Elle serra fort. Plus fort qu’avant. Encore plus fort. Jusqu’à ce qu’elle entende le craquement des os et qu’elle voit ces yeux dégoûtants se révulser dans leur orbite et que ses couinements de porc cessent d’agresser ses tympans. Elle se leva, essuyant la salive de cette truie sur sa robe. Elle souriait. Pour la première fois depuis tant d’années. Alicia souriait.

Le lendemain, le village était en effroi après qu’on ait retrouvé le corps. Il faut dire que paisible comme le village est, le meurtre n’arrive pratiquement jamais. Immédiatement, le maire ramena Alicia chez lui. Hors de question de laisser cette pauvre jeune fille seule dans ces circonstances! Bien entendu, on la questionna. On lui demanda qui pouvait bien faire ça. Qui pouvait bien assassiner une femme chez elle de cette manière? Elle pointa du doigt le chasseur. Il a exprimé son désir de voir la victime disparaître plus d’une fois, exaspéré de l’avoir à ses pieds. Bien entendu, il nia les faits. Il accusa la jeune fille de l’accuser à tort. Elle n’est rien de plus qu’une créature après tout. Une chose contre nature qui pollue la vie des habitants depuis trop longtemps. Alicia se mit à pleurer. Pourquoi mentirait-elle? Pourquoi l’accuserait-on? Pourquoi la penserait-on capable de faire une telle chose? Elle n’est qu’une petite fille après tout, à peine capable de se hisser sur une chaise. Il est fou. Il est dangereux. Il n’est pas un homme, c’est un démon déguisé. Meurtrier. Il a perdu son fils lors d’une partie de chasse il y a quelques années. C’est probablement sa faute aussi. Le lendemain, on le mit au bûcher pour le punir de ses crimes imaginaires. Et Alicia se remit à sourire. Elle venait tout juste de découvrir un nouveau jeu bien amusant.

Alicia commença par monter le boucher contre le boulanger avec qui la femme de ce premier avait une aventure. Dans un élan de colère, le boucher égorgea son rival amoureux avant de poignarder son épouse en plein milieu de la place publique avant de s’ôter la vie. Ensuite, elle poussa le fils du pêcheur dans la rivière pour ensuite porter le blâme sur son grand frère qu’on poussa à l’exile. Elle monta les villageois les uns contre les autres, multipliant les meurtres et les suicides. Ce qui était autrefois un petit village sans histoire et paisible se transforma en quelque chose de beaucoup plus sombre, couvert du sang de ses habitants. Mais bien entendu, on finit par douter d’elle et de la démasquer. Armé de torches, de haches et de fourches, on prit la jeune fille au piège pour finalement rendre justice aux vies qu’elle a ruinées. Toutefois, les habitants du village ont oublié un détail plutôt important. Un manakete peut se changer en dragon. C’est un peu la seule chose qu’ils savent faire pourtant. La grande majorité des habitants sont morts au moment où Alicia a découvert son aspect draconique, le reste tomba peu de temps après d’une épidémie mortelle.

Les années passent. Se ressemblent. Le cycle recommence et recommence et le village cesse d’exister. Il devient souvenir, puis légende, avant de finalement disparaître pour toujours. Après ce jour, Alicia vagabonda à travers le monde, passant d’un village à l’autre comme un mendiante. Bien qu’elle était devenue une peste, elle ne passait pas son temps à ruiner la vie des gens qu’elle rencontrait, des plans pour se faire remarquer par quelque chose de plus dangereux que des villageois avec des fourches. Sa vie ne changea pas durant des années. Elle gardait profil bas pour observer et étudier ce monde qui, même lui étant inconnu, lui semblait si familier. Tout ressemblait énormément à son village. Plusieurs personnes entassées dans un espace défini qui font semblant de s’apprécier pour passer à travers leur existence pathétique jusqu’à ce qu’ils aient la chance de déposer leur semence dans un réceptacle acceptable pour permettre la reproduction et ainsi permettre au cycle de se répéter.

Dans les alentours de l'année 1600. La période où le monde entier changea sous l’ombre terrifiante du puissant Grima. Alicia a, bien entendu, été l’une des survivantes alors qu’elle assistait aux premières loges à son règne de destruction. Malgré sa personnalité, disons dérangée, Alicia fut particulièrement troublée par l’expérience. On connaît tous le reste de l’histoire. Le grand dragon tomba, scellé pendant un peu plus de 1000 ans grâce aux efforts du premier Exalté de Ylisse. Cet événement terrible a pourtant changé le monde. Des cendres du vieux monde renaît la vie. L’Humain se relève, encore plus fort qu’il ne l’était, la terre elle-même se déplace, comme pour célébrer cette naissance improbable. Alicia fut éblouie, époustouflée par cette transformation. Mais les rouages du temps tournent et ce qui était pourtant un moment tournant pour la nouvelle terre ne devint qu’une simple légende racontée par quelques vieux débris et ainsi, le monde est redevenu ce qu’il était avant. Toujours aussi gris, hypocrite et ennuyant.

Suite à ces événements, la manakete voyagea d’un bout du monde à l’autre, curieuse. Il faut dire que pendant quelques siècles, la jeune fille n’a jamais vraiment été intéressée par le monde qui l’entourait et ne voyait pas l’intérêt de vivre ailleurs que dans la grande capitale. Mais bon, Ylisse étant en période de renaissance, mendier n’était plus aussi simple. Elle prit donc ses affaires pour partir vers de nouveaux horizons, marchant d’une ville à l’autre ou alors en se cachant dans les transports de livraison lorsque ses pieds lui demandaient grâce suite à des jours de marche sur les chemins de terre rocheuse de la campagne ou lorsqu’elle devait traverser par bateau. Elle avait beau voyager, tout se ressemblait. Certes, l’environnement, les mentalités et les coutumes changent d’un endroit à l’autre, mais l’humain reste humain et les manaketes restent manakete. Leur nature même ne change pas, peu importe l’endroit ou l’époque. Alors à quoi bon?  Les espèces intelligentes ont toujours aimé s’inventer des justifications pour se différencier et créer des frontières. Homme ou femme, ailes ou griffes, humain ou Manakete, Ylissien ou Valmien, traditionnel ou progressif. Beaucoup de mots alors qu’au fond, les êtres intelligents sont identiques. Des êtres hypocrites. Des loups en costume de brebis. Malgré le récent cataclysme, la nature même de l’Homme n’a pratiquement pas changé. Puis les années passent et les histoires redeviennent légendes.

Ce n’est qu'environ 1000 ans plus tard qu’elle eut une sorte d’illumination. Une révélation. Le grand Grima sortit des profondeurs de son sommeil millénaire pour résumer son oeuvre. Alicia l’a vue d’elle-même. Comment l’Homme se redresse plus fort suite à un cataclysme. Pour éliminer un défaut, il faut attaquer les racines du problème. Le monde doit être réduit en cendre pour renaître plus beau, parfait. Grima n’est pas un symbole de ruine, mais un symbole de renouveau. Au départ, il ne s’agissait que d’une idée. Un doute qui s’était dressé à l’arrière de son esprit. Ce ne fut que lorsque le grand dragon chuta de nouveau que sa théorie se solidifia. Le même scénario se répéta une fois de plus. Suite à cette réalisation, elle voua un véritable culte d’adoration envers le grand dragon, voyageant d’une nation à l’autre pour corriger sa fausse image, les fausses accusations qui font de lui un avatar du mal et de la malice. Pas besoin de vous le dire, mais son opinion n’a jamais vraiment été unanime. Partout où elle allait pour prêcher, on la chassait ou l'on tentait de l’enfermer. Dans certaines nations, c’est limite si l'on tentait de la tuer sur place. On la regardait avec haine et mépris alors qu’elle hurlait son message, debout sur un monument dédié aux victimes du réveil de Grima. Victimes? Non, un monument consacré aux premières âmes libérées de ce sombre monde. Son pèlerinage finit par la mener à l’archipel des ombres. Et par ‘’la mener’’, je veux plutôt dire du seul endroit où son visage n’était pas connu comme elle venait tout juste d’être découverte par un navigateur dont elle ne saurait vraiment se rappeler du nom. C’est dans ces contrées lointaines qu’elle a trouvé son audience. Où sa voix fut finalement entendue. Où le Libérateur était enfin vu par ce qu’il est réellement. Les années passent, Alicia se fait enrôler dans un culte important et devint l’une de ses officiers, non grâce à sa puissance, mais grâce à son charisme et sa dévotion. Il faut se l’admettre, Alicia n’a jamais eu d’expérience en tant que combattante. Du moins, avant son entrée dans le culte. Les années passent.

Cela fait maintenant 10 ans que Alicia a rejoint le culte et qu’elle occupe son rang. Assise sur le toit de la vieille cathédrale qui sert de refuge pour les membres, la jeune manakete a le regard perdu sur l’horizon. Il n’est pas difficile de tomber amoureux de cet endroit. Après tout, on peut avoir une vue sur incroyable sur les forêts brumeuses de l’archipel et l’océan. Apparemment, la cathédrale a été bâtie avec la claire intention de se faire remarquer. De servir de phare pour les âmes perdues qui vagabondent l’archipel. Oh, certes, se faire remarquer de la sorte pose problème dans un territoire aussi hostile, mais les bandits et autres sauvages ont rapidement découvert que s’attaquer à une telle forteresse est une condamnation à mort. La cathédrale a une espèce d’entente avec les figures dirigeantes. Ils se tiennent au calme et en retour, on leur offre une certaine paix d’esprit. Alicia n’a jamais été grande admiratrice de cette fausse paix alors que tout le monde sait très bien que les deux côtés n’attendent que le bon moment pour éradiquer l’autre. Elle déteste, mais elle comprend. On ne peut risquer une guerre ouverte, après tout.

Au loin, le soleil commence à se coucher, une légère brise maritime venant chatouiller ses narines, la tirant doucement de ses songes. Même après des centaines d’années d’existence, elle ne peut pas vraiment dire que sa vie s’est améliorée. Elle donne des sermons, elle met en place les négociations et manipule les têtes importantes des environs et elle participe aux raids qui visent à éradiquer lentement la présence d’hérétiques sur l’archipel, mais pourtant, elle ne peut pas vraiment dire qu’elle se sent vivante. Pas ici en tous cas.

Il est là.

Derrière elle, un homme est apparu de nulle part. Plutôt grand, le teint pâle, les yeux cernés les cheveux noirs et gras, sans oublier son large sourire qui laisse entrevoir ses dents jaunies. Physiquement, cet homme est repoussant. Psychologiquement, il est dégoûtant. Elle n’a jamais tenté de lui cacher à quel point elle le hait, à quel point le simple fait de le voir la rend malade. Ce qu’il prend pour un compliment. En fait, malgré sa puissance magique terrifiante, nettement supérieure à Alicia, celui-ci rampe à ses pieds comme une larve, lui lançant des regards et des remarques déplacées qui lui donnent un haut-le-coeur. Pourtant, elle ne peut nier que son efficacité est vraiment impressionnante.

Déjà? lança-t-elle en haussant un sourcil.

L’homme en question eut un petit rire alors que ses joues rougissent et qu’on peut le voir se contorsionner, son corps parcouru de spasmes.

O...Oh… Miss Alicia… Vous qui êtes si froide envers moi… Serait-ce de l’émerveillement que je décèle dans votre expression? De l’admiration, peut-être? dit-il, essuyant la coulée de salive qui lui descend le long du menton.

Ferme-la et réponds au lieu d’agir comme un vulgaire chien en rut.

L’homme éclata de rire. Oh, comme elle peut faire sa difficile parfois… Il fit les cent pas sur le toit. Il ne peut pas tenir en place. À un point où ça en devient particulièrement agaçant.

Oui oui oui, il est là. Ici, parmi nous! Honnêtement, il n’a pas été très difficile à retrouver. Si son intention était de faire profil bas, je peine à dire qu’il est bien pire que moi. Non non, on dirait que ses talents ont eu raison de lui. Curieuse? Bien entendue. Vous l’avez toujours été. Votre rôle, votre raison de vivre est d’apprendre, de savoir, de comprendre.

La manakete serre les dents. Bon sang qu’il a un don pour venir appuyer sur ses cordes sensibles. Tiens-t’en au point.

Aaaah, mais vous êtes livide! Vous l’avez cherché tant d’années sans le trouver après tout, je peux comprendre. Vous pouvez l’admettre, je peux le sentir. Ça vous dégoute, n’est-ce pas? Que quelqu’un comme moi a été capable de complètement vous détruire dans votre propre domaine.

Il lui chuchota ces mots à l’oreille, passant sa langue sale, véreuse et baveuse le long de sa joue. Elle veut gerber. Elle veut le frapper. Elle veut lui enfoncer la tête dans les briques de la cathédrale jusqu’à ce que sa cervelle de vermine lui ressorte par les oreilles. Mais elle se contente de grincer des dents. Elle le sait. À côté de lui, elle n’est rien de plus qu’une poussière insignifiante, un ramassis de chaires devant une divinité. Certes, il prend plaisir à se faire dominer, mais il adore encore plus lui rappeler sa place dans la chaîne alimentaire. Contradictoire, paradoxale, c’est Wilhelm en deux mots.

Hmph… Alors, où était-il depuis tout ce temps? Chon’Sin. Il s’est bâti une réputation et rapidement, il s’est fait conscrire comme chef forgeron pour la garde personnelle de l’une des grandes familles de la nation. Pas surprenant. On parle d’un homme avec plusieurs millénaires d’expérience derrière lui. Il est au donjon, comme vous l’avez demandé. Il doit être aussi anxieux que vous de fêter vos retrouvailles, je vous suggère de ne pas le faire trop attendre.

Alicia pousse un long soupire. Franchement, elle n’a pas envie de le faire. Elle n’a pas envie de le voir. Mais la volonté de l’archbishop est loi. Elle pousse l’homme hors de son chemin pour retourner à l’intérieur de la grande cathédrale. Il n’y a pas à dire, ces grands halls ont toujours été impressionnants à observer. Le tout a été construit il y a quelques dizaines d’années seulement alors que le grand maître du culte a abusé de son influence sur certaines figures politique pour se procurer les matériaux pour réaliser cet ambitieux projet. Bâtie à partir de pierre de haute qualité, la cathédrale s’étire au-dessus des arbres afin d’être aperçue le plus facilement possible. Le sol de marbre est ciré à la perfection. Plus d’une fois, Alicia s’est surprise à observer son reflet à même le sol. S’en est hypnotisant! L’aspect général n’est certainement pas aussi lugubre qu’on pourrait le croire, de nombreuses peintures de grands artistes tapissant les murs, un mobilier de haute qualité fait à partir de bois de haute qualité et construit par des artisans de Chon’Sin, des ornements de textile finement brodés et d’élégants chandeliers pendent au plafond. Le hall principal est tout aussi magnifique. Il est arrangé de la même manière que n’importe quelle autre église. C’est-à-dire, des longs bancs en bois sur lesquels étaient assis des hommes et des femmes en pleine prière, vêtues de longues toges et d’un masque pourpre couvrant leur tête au complet, un autel grandiose et éclairé par plusieurs chandeliers de fer et d’argent avec quelques balcons qui donnent aux étages supérieurs et finalement, l’impressionnant et grandiose vitrail représentant nul autre que Grima lui-même. Simplement pour cette grandiose richesse, il n’est vraiment pas surprenant que la cathédrale soit une cible rêvée pour les criminelles de l’archipel. En fait, c’est là-dessus que comptait le culte. Il faut dire qu’ils ont une méthode… Originale, pour recruter de nouveaux membres. Les bandits sont invités à pénétrer le grand hall, ensuite on ferme les portes derrières eux pour les bombarder de flèches et de magie. On ramasse ensuite les survivants pour les sacrifier ou alors les torturer jusqu’à briser leur esprit afin de les recruter. Derrière l’autel, une large porte de fer ouvre sur un escalier de pierre qui descend en spiral. La lumière du grand hall n’éclaire que quelques marches, tout au plus, avant que tout soit plongé dans les ténèbres. Malgré le cruel manque de luminosité, Alicia descend les marches une à une avec une assurance hors du commun. Après tout, elle a tellement l’habitude de descendre ici qu’elle n’a même plus besoin de lumière. Le tout se faire instinctivement pour elle. Aux pieds du long escalier se trouve une autre porte en fer, celle-ci beaucoup plus lourde que la précédente et verrouillé à clé. Seuls quelques membres du culte ont accès à cette partie du complexe. Mais tous les membres ont éventuellement passé par ici. La chambre à discipline qu’on la surnomme, mais il s’agit là que d’un joli nom accordé à une salle de torture. Quelques torches illuminent la pièce, les nombreux outils de torture projetant une ombre inquiétante sur les murs de brique. Une odeur de sang et de chair en décomposition monte aux narines. De quoi faire vomir même les estomacs les plus solides. Si l’odeur n’est pas suffisante, l’ambiance cauchemardesque devrait être suffisante pour vous faire perdre votre calme. Le sol de pierre est taché de sang, comme s’il n’avait jamais été nettoyé depuis la création de la cathédrale. De pauvres hommes son attachés à des tables de bois, les membres écartés alors qu’on leur lacère l’estomac à coups de fouet, d’autres sont suspendus au-dessus d’un autel en préparation à une cérémonie d’éviscération. Des sacrifices parmi tant d’autres. D’autres sont écartelés, d’autres sont exécutés à la vierge de fer. Dans quelques coins de la pièce, les cadavres mutilés sont empilés de façon désinvolte, un drain laissant le sang et les tripes s’écouler à même le sol sous la cathédrale. La dragonne doit admettre qu’elle n’a jamais ressenti quoi que ce soit pour ces gens. Incapable d’éprouver de l'empathie pour tout ce qui respire, elle a participé à ces séances de torture depuis des années. Au fond du donjon se trouve une autre pièce adjacente. Une prison. Alicia enfonça sa clé, déverrouillant la grande porte rouillée qui s’ouvrit dans un grincement de tous les diables. Un peu de lumière pénétra la pièce plongée dans les ténèbres, tout juste pour qu’on puisse voir quelqu’un au fond de la pièce.

Dans une cage trop petite pour y accueillir un être vivant convenablement, un homme est agenouillé. Il est plutôt grand, très musclé malgré son âge apparent et une impressionnante barbe blanche couronne son menton. Ses yeux fatigués se cachent derrière ses cheveux longs et sales. Il fixe le sol, attendant l’inévitable. Il est nu, mais aucune blessure ne couvre son corps. Pour la première fois de sa vie, Alicia hésite en le voyant. Elle hésite à approcher, à le confronter. Elle ne l’a jamais vue et pourtant, elle sait très bien qui est cet homme. Simplement par son odeur, elle peut savoir qu’il s’agit là de la personne que son culte recherche depuis longtemps. Elle prend une grande respiration et approche. L’homme ne relève pas la tête, mais il n’est pas inconscient quant à la présence de la dragonne. Alicia ne dit rien, l’homme non plus. Les bruits de chaînes et les hurlements sont les seules choses qui brisent le silence.

- Je savais que ce serait toi qui causerais ma perte un jour ou l’autre. Dès que je t’ai vu, je l’ai su. Finis par dire l’homme.

Pourquoi ne pas m’avoir tué quand tu en avais la chance, dans ce cas? J’étais complètement à ta merci. Personne ne t’aurait arrêté. Mais tu n’as rien fait. Tu as préféré agir en lâche, incapable de faire la chose logique.


-Hmph… Quel genre d’homme ferait une chose pareille…

Un homme intelligent, sans doute.

Un nouveau silence s’instaura entre la geôlière et son prisonnier. Nerveuse, la jeune femme enroule ses cheveux noirs autour de son index. L’homme finit par soupirer.

- J’ai passé ma vie à fuir mon destin. Mais les gens comme moi… Comme nous deux… Leurs vies n’ont jamais bien terminé. Créé dans l’ombre, c’est dans l’ombre que nous sommes destinés à disparaître. Ce que tes maîtres ont essayé de me faire… La créature en laquelle ils ont tenté de me transformer. Elle n’a jamais vu le jour. Avant toi. J’ai vécu en exil précisément dans le but d’arrêter tout ça, mais au final, mon honneur est peut-être ce qui aura tué des centaines de gens. Au final, c’est probablement ce que je mérite. C’est notre destin, après tout. N’est-ce pas, Alicia?

Ne m'appelle pas ainsi comme si tu me connaissais. Ça me donne envie de vomir. Je ne crois pas au destin et je ne compte pas suivre le même chemin pitoyable que toi. Je ne compte pas terminer mes jours sans aboutir à quoi que ce soit, comme ces imbéciles. Je vais faire exactement ce que Grima a tenté de faire. Je vais réduire ce monde en cendre pour l’en débarrasser de gens comme toi. Et toi, tu devras m’aider. Pas que je t’en laisse le choix. Tu dis avoir causé des centaines de morts en me laissant en vie. Tu m’aideras à en causer plus.

- Alicia…

Je commencerai ton dressage demain. Personnellement.

La manakete tourne les talons, claquant la porte derrière elle. Quel imbécile! Lui qui vivait en ermite pour empêcher tout ça de se produire, peut-être en aurait-il été capable s’il avait agi comme un vrai père quand il a fait l’erreur de la mettre au monde.

Les années suivantes, Alicia consacra la plupart de son temps avec leur prisonnier, Wilheim ainsi que Diacre Godfrey, le grand guérisseur du culte, au même rang que Wilheim. Pour briser un manakete, il faut faire usage d’un peu plus de force qu’en torturant un vulgaire humain. Tous les jours, durant des années, le culte tortura le manakete. Alicia tortura son corps, le lacérant de coups de fouet, lui arrachant des lambeaux de chairs avec un couteau, lui coupant les deux gros orteils et allant même jusqu’à l’émasculation. Wilheim tortura son âme avec sa magie et Godfrey le maintenant en vie et surtout, conscient. Tout homme a ses limites. Les manaketes, aussi vieux soient-ils, ne sont pas une exception. Le vieil homme n’était plus qu’une coquille vide maniant un marteau. Son regard est devenu vide de vie, son visage à jamais crispé par la souffrance qu’il a enduré durant des années. Cet homme a des millénaires d’expérience derrière lui, ses pièces sont uniques et d’une qualité qu’on ne retrouve nulle part ailleurs en ce monde. Il serait dommage de perdre un tel talent, non? On l’enchaîna au sous-sol, dans un atelier. Outils, forge, enclume, tout ce qu’il a besoin pour travailler, il l’a. Sa première commande fut une arme pour Alicia, pour la récompenser de son comportement exemplaire et de l’entrain qu’elle a eu à torturer son géniteur. Une grande cérémonie fut exécutée pour la création de l’arme. Pour l’enchanter, Wilheim mit en place un rituel semblable à celui utilisé pour la résurrection du grand Medeus. Une noble héritière du sang d’une princesse de Macedon fut kidnappée à même sa demeure de Plegia. Son corps torturé, sa tête fut finalement coupé par Alicia et sa nouvelle arme, Gigant.

L’an 2721. Les membres influant du culte sont rassembler autour d’une grande table carrée dans une pièce somptueuse, finement décorée par de grandes peintures d’artistes très célèbres de Rosanne. Des vivres en tout genre sont empilés sur de larges assiettes argentées. Il n’y a aucune fenêtre dans cette pièce et la seule façon d’y accéder est une grande porte de bois, gardé par quelques loyaux soldats. Autour de la table, on retrouve d’abord Alicia, les bras croisés sous sa poitrine. À sa droiteWilheim regarde les victuailles avec une pointe de dégoût. Cet homme, nous le connaissons déjà. Grand sorcier du culte de Grima à la puissance redoutable et à la dévotion exemplaire. Il sert le culte depuis des siècles, son espérance de vie grandement alternée grâce à sa puissante magie. Il possède une sale réputation un peu partout dans le monde, principalement à cause de son amour pour le dragon déchu qu’il ne tente pas de dissimuler. Ceci dit, personne n’a été capable de mettre la main dessus. On peut dire ce que l’on veut à propos de cet être repoussant, mais on ne peut pas nier qu’il est incroyablement rusé. À côté de lui, Sieur Qual, un riche et influant noble de Plegia. Cet homme est issu d’une famille qui a su se hisser à la tête de la noblesse de Plegia suite à la chute de l’empire de Gangrel. Bien que sa famille est encore jeune et basse dans la hiérarchie, Qual est un homme grandement respecté en sa terre natale. Bien entendu, personne ne sait vraiment que la famille de Qual garde à coeur les vieilles valeurs instruites par le mage Validar lors de la dernière apparition du grand maître. Avec le chaos causé par l’attaque des troupes de Ylisse, gagner de l’influence n’a jamais été aussi facile. Celui-ci discute avec Sainte Nox, une capitaine des chevaliers pégase de la sainte nation de Ylisse. Nox est descendante de l’une des générales de l'escadron ailé de Ylisse lors de la dernière guerre. Sa bravoure et ses nombreux sacrifices lui ont valu ce titre. Même si son curriculum n’est pas aussi impressionnant que celui de son ancêtre, Nox est respectée par les autres soldats de Ylisse pour sa grande générosité. Bien entendu, tout cela n’est rien de plus qu’un vulgaire rôle qu’elle joue pour garder les apparences, car en vrai, Nox n’a absolument rien d’une sainte. Son réseau d’espionnage et de reconnaissance est l’un des plus efficaces sur le continent. Nox a rejoint le culte suite au décès de sa mère qui, pour faire honneur à son titre, s’est sacrifié, laissant derrière elle, sa fille orpheline. Un monde où on s’attend et où on exige le sacrifice de vies pour en sauver d’autres ne devrait pas avoir sa place. Lady Galespi, une membre importante de la guilde des marchands de Rosanne savoure son vin en faisant mine de ne pas prêter attention aux gens qui l’entourent. De tous les gens présents, Lady Galespi est probablement celle qui fait partie du culte pour les motifs les plus égoïstes. Elle n’est ici que pour une raison: elle voit là le potentiel d’agrandir son empire mercantile et une occasion en or de prendre contrôle du marché. Son domaine à elle, c’est l’information, en plus d’être la tirelire du culte. Elle est d’avis que tout être vivant a son prix et que n’importe qui peut être corrompu et contrôlé avec les bons arguments monétaires. Elle tient sa richesse de trois domaines: le commerce de biens maritimes et d’information. La piraterie, étant capitaine de la frégate ‘’La toison d’or’’, un gigantesque navire de guerre. Son dernier domaine, c’est le chantage. Étant maîtresse de l’information, elle n’a aucune honte à utiliser ce qu’elle sait pour faire chanter les nobles et les autres marchands. Akumu, le maître d’armes aveugle de Chon’Sin se tient bien droit sur son siège. Le guerrier est un grand guerrier bien connu à Regna Ferox comme étant l’un des plus habiles épéistes de sa dynastie, et ce, malgré son handicap. Il tutelle les plus grands, ce qui fait de lui un homme respecté et influant. Oh, mais pourquoi Regna Ferox? Akumu est un exilé de Chon’Sin pour son comportement que beaucoup jugeaient ‘’déshonorable’’. Le grand guerrier se bat avec férocité et même si son honneur l’empêcher d’être déloyal, il est d’avis de penser que seul les plus forts ont la sagesse de régner sur les plus faibles. Si ces pensées l’ont obligé à fuir sa maison, ses prouesses martiales et sa férocité ont été accueillies à bras ouverts à Regna Ferox. Avec une telle mentalité, pas surprenant que la Voix du culte l’a convaincu de se joindre à eux. On retrouve également Diacre Godfrey qui s’empiffre dans la nourriture qu’on lui propose. Diacre Godfrey est un homme saint issu de Valm. À ses heures perdues, il vante les louanges de Naga et des héros d'antan. Il chante les gestes héroïques de Walhart, la dévotion incroyable de Chrom, les origines de Marth, le grand héro. Accompagné de sa cohorte militaire privée surnommée ‘’La colonne de fer’’ qu’on reconnaît facilement à leur armure noire ornée d’or, Godfrey dirige l’une des rares forces militaires religieuses. Dommage qu’ils soient tous incroyablement corrompus. Derrière cette image d’homme saint se trouve un véritable démon qui trouve plaisir dans la mort et la souffrance. D’une manière ou d’une autre, il fut capable de manipuler les bonnes personnes pour arriver jusque là alors qu’il tape la fin quarantaine. Le travail de toute une vie! Depuis, lui et son ordre chassent de faux hérétiques à la manière d’une inquisition divine. Bien entendu, Godfrey n’est pas un imbécile. Chacun de ses mouvements est minutieusement calculé afin de ne pas attirer la suspicion de l’empereur. Des preuves sont créées, des agents sont plantés pour donner plus de poids et ensuite, la cohorte de Godfrey débarque pour laisser derrière lui une mer de flammes et de mort. Finalement, la personne qui se tient sur un trône en or grandiose aux coussins de soie rouge de premières qualités n’est nulle autre que Elizabeth, la dirigeante de l’une des grandes familles de Rosanne. De tous les membres présents, Elizabeth est la femme avec le plus d’influence politique. Sous ses allures de jeune fille se cache une véritable vipère. La famille d’Elizabeth a toujours été l’une des raisons qui expliquent la mauvaise réputation de Rosanne, même si ses croyances restent secrètes. Toutefois, Elizabeth reste une noble connue non seulement à Rosanne, mais également dans chaque nation du monde connu. Elle voyage régulièrement entre les nations, rencontrant les différents nobles, se tissant quelques liens politiques où elle passe. Elle peut même se vanter d’avoir rencontré l’exalt. Tout comme Lady Galespi, Elizabeth est une reine de l’espionnage qui possède une quantité faramineuse d’informations compromettantes sur pratiquement tous les nobles du royaume. Toutefois, ses méthodes ne sont pas aussi barbaresques que Lady Galespi. Non, Elizabeth récolte elle-même ses informations par le bien de la conversation et de la plaisanterie. Son talent, c’est de pouvoir discerner énormément d’information à partir d’un ton de voix, d’un regard ou d’une expression faciale. Ses interlocuteurs ne peuvent vraiment se douter que chacun geste et le moindre mouvement facial est étudié par la jeune noble. La famille d’Elizabeth ont toujours été de grands fanatiques de Grima, le voyant comme une force divine et qu’aller contre sa volonté, c’est aller contre la volonté des dieux. Beaucoup de visages importants, de quoi faire sentir petit n’importe qui de normal. Néanmoins, tous ici sont présents au même titre et au même rang: car ils sont les plus haut placés dans l’ordre du culte. Sous le grand maître, bien entendu. Lui qui est absent, d’ailleurs. Il est presque toujours absent. En fait, Alicia ne sait même pas si elle a déjà eu la chance de le voir. De temps en temps, les membres du conclave se réunissent ainsi dans la demeure de miss Elizabeth pour discuter des prochains mouvements du culte. Généralement, ces rencontres sont inutiles. Personne ici n’arrive à discuter ou à s’entendre sur quoi que ce soit, ce qui fait qu’au final, ils font du patinage sur place. Cette fois, par contre, la rencontre a également un second objectif.

- C’est donc votre rapport, Wilheim? Je vous offre les outils nécessaires pour déclencher des hostilités entre Rosanne et Valm et non seulement vous êtes revenu la queue entre les jambes comme un chien qu’on vient de battre, mais en plus, vous avez le culot de me dire que c’était… Nécessaire.

Dès que la maîtresse de la maison prit la parole, l’assemblée se tut. Normalement, personne n’aurait prêté attention à ce que cette gamine dit, mais ils sont plutôt curieux en ce moment. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance de voir un membre du Conclave passible d’une exécution.

Euhm… Oui… Mais… Vous voyez, elles ont survécu et Taurok… Enfin, vous savez ce qu’ils font aux adorateurs du grand maître à Valm...

- Alors vous avez préféré nous faire face plutôt que de mourir sous l’influence d’un simple bout de métal infusé d’un peu de la conscience du maître? Vos décisions sont plutôt sujet à questionnement, mon cher. Dis Godfrey en riant.

Mais ce n’est pas aussi simple…

- Ne me dites pas qu’un impure comme lui vous fait peur à ce point. Soupira Galespi.

Non, non, bien entendu, mais…

- Pour un membre aussi important de notre ordre, je dois dire que vous êtes des plus décevant, mon cher. Dis Nox.

NON! Non non non non non non! Le mage se leva brusquement, abattant ses mains osseuses sur la grande table de bois. Vous croyez que je vais balancer ma vie parce que votre plan maladroit n’a pas fonctionné? Vous avez reposé votre grand plan sur l'imbécillité de deux personnes. Toute cette opération tournait autour de la possibilité que deux personnes, pas une, mais bien deux, soient assez imbécile pour toucher Sanguine en même temps. Que les deux en meurent et que Valm découvre leurs origines. Trop de variantes, tant de possibilités et vous osez mettre le blâme sur moi?!

- Votre rôle n’était pas de faire fonctionner ce plan malgré tout?

Si c’était aussi simple, je vous dirais bien d’aller assassiner l’exalt avec une cuisse de poulet, pauvre imbécile aveugle. Je refuse d’accepter une mise à mort pour un échec inévitable.

Il n’a pas tort, pour une fois. Se décida enfin à dire Alicia. Tous les regards se tournent vers elle. Et avec raison. Sa haine envers Wilheim est connue et partagée des membres du Conclave. Personne autour de cette table n’a pas déjà rêvé de lui couper la tête. Je vous avais dit que ce plan était stupide. Mais vous étiez tous pressés de faire avancer les choses. D’agir d’une manière ou d’une autre, de vous faire remarquer comme de vulgaires exhibitionnistes sur la place publique. Personne ici n’a plus envie que moi de pouvoir enfin me débarrasser de cet idiot, mais j’aimerais souligner que j’aimerais m’en débarrasser d’une manière qui nous serait bénéfique. Ce qui n’a pas du tout été le cas.

- Toutefois, un échec demande punition, peu importe la validité de l’échec en question. Affirma Nox.

Alicia hocha la tête. Oui, bien entendu. Et je compte m’en charger moi-même dès notre retour à la cathédrale.

O-oh… Miss Alicia…!

La ferme. Maintenant, est-ce qu’on a fini avec ce meeting? Ou avez-vous une autre raison de me faire perdre mon temps?

- En fait, je crois qu’il est grand temps. Mes amis, nous avons tous une bonne position, les relations entre les nations sont fragiles, il s’agit donc d’un temps idéal pour mettre le feu aux poudres afin de ruiner la paix fragile que l’Exalt Dristan tente de mettre sur pieds avec l’empire de Valm. Bien que je n’ai pas de directive ou de plan particulier à vous partager, je vous encourage à agir comme bon vous semble dans cet objectif précis. Alicia, vous êtes notre Voix malgré votre… Niveau. J’ai de grandes attentes pour vous.

Alicia ne dit rien. Franchement, elle a mieux à faire que de répondre à ses insultes à double sens. Elle veut juste s'en aller le plus rapidement possible. Tout le monde se leva et se fit leurs adieux. Diacre Godfrey quitta en compagnie de sa garde religieuse personnelle, Sainte Nox prit la voie des airs avec son cortège privé tandis que les autres se dispersent de façon beaucoup moins spectaculaire. Grâce à la magie de Wilheim, le transport n’a jamais été un grand problème. La magie est bien pratique pour ce genre de chose, même sur d’aussi longues distances. Dès leur retour à la cathédrale, Wilheim fut attaché à une table de torture et on plaça sa tête dans une longue cage de fer chauffé à blanc. Celle-ci fut vissée à son cou, se logeant et brûlant dans ses muscles. Elle faisait à présent partie de lui. Wilheim semblait même heureux durant sa torture. Ses hurlements n’étaient pas de la douleur, mais du plaisir.

Quelques semaines plus tard, les membres du culte sur l’archipel se sont réunis dans le grand hall de la cathédrale pour entendre leur Voix une dernière fois avant son départ vers la terre des infidèles. Debout sur l’autel, la manakete fit signe aux adeptes de se taire.

Mes confrères, il semblerait que les ennemis de notre grand maître se rassemblent. Ils unissent leurs forces pour cracher sur tout ce que nous croyons. Pour cracher sur le Nouveau Monde promis par notre grand maître. Ils s’unissent avec de fausses amitiés et de fausses promesses, prétendant pouvoir réparer un siècle d’insulte en une poignée de main, de pouvoir gouverner leur peuple, de pouvoir contrôler leurs émotions par leur seul désir. C’est exactement pourquoi notre Maître se battait. C’est exactement pourquoi nous nous battons. Quand les hommes s’allient, ils posent un danger pour le fragile équilibre que nous tentons de créer. En ces jours sombres, une petite flamme d’espoir s’est allumée dans le coeur des malheureux. Une flamme que nous nous devons d’étouffer avant qu’elle ne se transforme en véritable brasier. Je vous le dis aujourd’hui. Bâtissez vos forteresses, entraîner vos armés pour un combat qu’ils ne peuvent pas gagner. Sacrifiez-les pour votre propre sécurité. Vos soldats finiront par comprendre que tout est de votre faute, que vous êtes ceux qui les ont envoyés creuser leur propre tombe. Vous croyez peut-être bien faire en leur répétant vos vils mensonges, mais ils finiront par voir à travers votre tissu de mensonges. Ces enfants que vous envoyez à la charcuterie, leur sang est sur vos mains. Quand ils tomberont, sachez que vous les avez tous envoyés à la même pathétique mort. Mes amis, le début de la fin est enfin arrivé. Et je ne peux attendre de tous vous voir brûler.

Les rouages du temps tournent et l’histoire se répète. C’est encore sous une pluie d’éloges et d’applaudissement que l’Homme accueille sa fin. Les pendules seront remises à zéro, ces rouages détruits par le sang des coupables et des innocents.
8168 mots

HRP

• Le personnage sur mon avatar •
Neo de RWBY

• Comment j'ai connu le forum •
... Lolbucket °o°

• Mes remarques sur le forum •
Is aight. J'imagine. *Va se pendre*

• Ma connaissance de Fire Emblem •
Pas aussi étendu que ce que je croyais à mon arrivée.

• Le code du règlement •



Invité
Invité
Sujet: Re: Divide them, tear them apart.   Jeu 21 Juil - 16:57
Bien le bienvenue !

Drazis
avatar

Messages : 54
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t285-drazis-rinwald-le-marteleur

Feuille de personnage
Classe: Civil/Forgeron
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Divide them, tear them apart.   Jeu 21 Juil - 17:24
Ooooooh le joli Gore Magala!
Bien le bienvenue!





Hééé, pssssst, j'écris en #FF6600. Apparemment c'est bien de mettre sa couleur srs
Hildran
avatar

Messages : 116

Feuille de personnage
Classe: Lord
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de Bronze
2Epée de verre
3
4
5
Sujet: Re: Divide them, tear them apart.   Jeu 21 Juil - 17:33
Brrr, ton histoire me fait froids dans le dos ! Bienvenue ! ^^



Coralie
avatar

Messages : 183

Feuille de personnage
Classe: Chevalier pégase
Niveau:
2/10  (2/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Lance de bronze
2
3
4
5
Sujet: Re: Divide them, tear them apart.   Jeu 21 Juil - 23:39
Coucou méchant dragon fou.
*Part aiguiser ses katanas Brachydios*

Manfred
avatar

Messages : 537
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t134-manfred-there-is-always-hope-even-for-a-lost-man-fini

Feuille de personnage
Classe: Civil/Forgeron
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Marteau viril
3Hache de verre
4Potion
5Hache de verre
Sujet: Re: Divide them, tear them apart.   Mar 26 Juil - 13:13
Dragooonnnnn ♥

Bienvenue \o





Je vous parle en #FFCB60

+ Footsteps In the Lonely Valley + Ohne Dich + Valley of Flowers + Glass Skin + Mein Herz Brennt + Rinkaku +

''The feelings concealed in the innermost depths of my heart....throb with a gentle smile''

Merci Reyn ♥:
 
Ayden
avatar

Messages : 289
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t22-ayden-the-forgotten-heir

Feuille de personnage
Classe: Combattant
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Epée de bronze
3Epée de verre
4Potion
5Potion
Sujet: Re: Divide them, tear them apart.   Mar 26 Juil - 20:06
Re bienvenue R2 <3
Alors ta fiche était très très longue, mais hormis quelques fautes inattentions elle était juste...Prenante. Vraiment. On a ici une vraie antagoniste qui a des choses à exploiter, je pense qu'en rp ça va être très très intéressant ! J'ai vraiment hâte de voir ce qu'elle a dans le ventre, crois-moi  '^'


Tu es validée !
Tu peux d'ores et déjà commencer à RP si tu le souhaites en faisant une demande dans la "Gestion des personnages", poster ta fiche de liens etc...En tant que Combattante, tu commences avec une hache de bronze et une Dracopierre. Au cours de ton aventure, en ayant acquis plus d'expérience, tu pourras posséder des armes plus puissantes ! Bonne continuation à toi et que Grima t'aides dans ta quête pour la conquête du monde è_é !

Combattant niveau 1 créé !

PV
21
Force
13
Magie
1
Vitesse
6
Technique
6
Chance
4
Défense
4
Résistance
2

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Divide them, tear them apart.   

Divide them, tear them apart.

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Divide et impera
» Tear [Libre]
» the danger is i'm dangerous and i might just tear you apart ✗ 29/10 - 21h07
» Tear « Vivre c'est mourir. Mourir c'est vivre. » (En cours)
» tear at my skin. (r/cat)

Fire Emblem Rebirth :: Hors-jeu :: Registre des personnages :: Validés+
Sauter vers: