Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

La piraterie a toujours un prix! (MISSION) (Magnus et Reyn)

Anankos
avatar

Messages : 35
Sujet: La piraterie a toujours un prix! (MISSION) (Magnus et Reyn)   Jeu 21 Juil - 1:56
Plus cette journée avançait, plus les cadavres des bateaux marchands agrandissaient ce secteur redouté par chacun comme étant le point de non-retour pour tout bateaux tentant d’emporter des babioles de valeur via les mers.  Les petits commerces, particulièrement ceux de la pêche, étaient les plus touchés. En une seule journée, un bateau rempli de poisson avait été coulé ainsi qu’une embarcation remplies de bijoux et trésors en tout genre, sûrement un pauvre marchand tentant de se faire un peu de monnaie dans les coins les plus fortunés du monde.  

Juste au-dessus de ces nouvelles épaves se trouvait un groupe de laguz, plus précisément des corbeaux. Le groupe était plutôt petit. Trois de ces laguzs tournaient autour de ce qui restait de leur dernière chasse au trésor. Derrière ceux-ci se trouvait un petit groupe de trois corbeaux encore dans leur forme plus “humanoïde”. Ils semblaient discuter de leur butin et comment ils allaient le séparer cette fois.

De temps à autre, un corbeau sortait des ruines du bateau flottant encore à peine avec quelques babioles en tout genre qu’il avait jugé avoir de la valeur. Cela pouvait varier entre des armes, des colliers de perles, des bracelets scintillants ou des petits coffres fermés. Rien de brillant n’échappait à l’oeil d’un corbeau, encore moins un corbeau entrainé pour la piraterie et la cruauté en mer. Par contre, la cruauté avait ses limites... Limite que le groupe n’avait pas encore établit évidemment puisque les passagers du bateau en question nageaient désespérément avec l’espoir minuscule de rejoindre la côte et obtenir de l’aide, malgré qu’ils n’aient aucune idée de la distance les séparant de la civilisation. Leur seule chance de survie était de rencontrer de l’aide avant de devoir aller fréquenter le fond de l’eau...

Miraculeusement, tout n’était pas perdu pour eux. L’équipage en question était composé de quatre personnes, soit : le capitaine, un homme grassouillet facilement dans la quarantaine d’année mais qui semblait avoir eu de meilleur jour. Sa femme, une dame qui tentait d’avoir une apparence “raffiné” mais l’on pouvait bien apercevoir qu’elle n’était pas plus riche que la paysanne moyenne que l’on trouve partout dans les villages. Leur fils, un garçon d’à peine seize ans qui ne savait pas nager. Et finalement un homme étrange qui leur avait offert une légère somme d’argent pour les accompagner sur l’autre continent. Cet homme, bien que caché par une épaisse cagoule camouflant ses moindres traits, leur serait d’une grande utilité. Celui-ci tendit la main vers le ciel pour laisser s’envoler une boule de feu dans les airs qui explosa après une certaine hauteur. Puis il en jeta une deuxième, suivit d’une troisième. Avec cela, peut-être attirerait-il l’attention de quelqu’un.

À peine les boules de feux s’élancèrent vers le ciel que l’un des corbeaux qui était simplement en discussion avec les deux autres vola près de lui avant de lui mettre le pied sur la tête, appliquant une pression tel qu’il ne pourrait plus se concentrer sans risquer d’y laisser son dernier souffle. Un rire éclata dans le ciel alors que les trois autres passagers n’osaient pas intervenir, le jeune garçon accroché au dos de son père, sa phobie de l’eau l’empêchait d’être rationnel.

Cela faisait déjà plusieurs jours que la quête était affiché dans chaque cité côtière mais, à la vu de cette scène, qui pourrait blâmer les pécheurs et marchands de vouloir se débarrasser d’un problème aussi gênant!

Reyn
avatar

Messages : 90
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t314-reyn-le-pirate-gentleman-predefini-terminee

Feuille de personnage
Classe: Epéiste
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2Epée de verre
3Potion
4
5
Sujet: Re: La piraterie a toujours un prix! (MISSION) (Magnus et Reyn)   Ven 22 Juil - 3:03

「 La piraterie a toujours un prix!  」
Rivalité entre pirates

Mission n.10
Reyn n’avait jamais prétendu que la vie de pirates était aisée. Elle avait cependant l’avantage d’inclure des récompenses à la hauteur des risques pris. Les abordages, si réussis, résultaient en un gain considérable en richesses de tout genre, offrant à l’équipage bien assez pour profiter de la vie; en tant qu’hors-la-loi, ils devaient être prudents autant en mer que sur terre, mais ils avaient l’avantage d’être libre de toute obligation et restriction, obéissant à leurs propres lois et idéaux; les océans se déchaînaient parfois, pouvant entraîner en quelques secondes quelqu’un par-dessus bord, mais jamais l’hybride n’aurait voulu connaître autre chose que le sentiment exaltant du houlement des planches craquantes sous ses pieds. La rivalité pirate, par contre…ça, il aurait pu s’en passer.

La première fois qu’ils en étaient venus à une véritable confrontation entre deux groupes de hors-la-loi, Reyn était mousse depuis environ 3 mois. Le Pomone avait jusqu’alors croisé d’autres vagabonds des mers qui, sans que les deux groupes ne se lâchent du regard, s’étaient simplement laissés passer sans geste agressif. D’autres encore, ils les avaient eux-mêmes attaqués, sachant qu’ils prenaient part dans l’esclavagisme que l’équipage condamnait tant. Mais cette fois-là, ils s’étaient engagé dans des eaux qu’un groupe de pirates arrogants, se faisant appeler la mort noire – un nom ridicule, vraiment –, avaient proclamés comme leurs. Lorsqu’ils les avaient surpris au détour d’un récif, la bataille qui s’en était suivie avait été sanglante et particulièrement barbare. Tenu à l’écart avec les autres mousses nouvellement recruté, l’hybride avait réalisé toute l’horreur dont était capable un réel bandit, sans loi ni morale, et comment l’univers de la piraterie en était un impitoyable où chacun était laissé à soi-même. Encore heureux qu’il soit sur le Pomone; la camaraderie qui y régnait était pour ainsi dire exceptionnelle.

Lorsque l’hybride Manakete était tombé sur le panneau des annonces en tout genre quelques jours plus tôt, juste avant de reprendre la mer après de longues semaines de repos plus ou moins prévues, il avait tout de suite eu un mauvais pressentiment. Le papier jaunit, datant visiblement de quelques jours déjà, affichait une écriture tremblotante et un texte à peine lisible tant qu’il était bourré de fautes, signe que celui qui lançait cet appel à l’aide n’était pas très instruit. Un petit marchand ou un pêcheur fortuné, devina Reyn, dont la conviction fut renforcée lorsqu’il avisa les mots « pirates », «attaques » et «pêcheurs». Fronçant les sourcils, il avait creusé dans sa mémoire pour se souvenir de potentiels signes de pillages qu’il aurait pu apercevoir à leur arrivée à Valm, mais n’y avait rien trouvé. Ces malfaiteurs sévissaient donc depuis tout récemment, les membres de l’équipage du Pomone ne s’abaissant pas à déranger les pauvres pêcheurs et petits marchands locaux, et ils le leur rendaient bien.

Cela restait, cependant, pas de leur domaine. Magnus allait vouloir savoir, bien sûr, qu’un autre groupe de hors-la-loi arpentait les mêmes eaux, mais les pêcheurs de Valm allaient devoir trouver un autre héros pour s’occuper de cette petite besogne; à moins que des esclaves ne soient impliqués, Reyn préférait éviter de se mêler à tout ce qui pouvait concerner une rivalité entre deux équipages pirates. C’est pourquoi, lorsque le second rejoignit le quai à l’heure convenu, et que les membres du Pomone leva l’ancre, il ne partagea pas tout de suite ses pensées avec le capitaine. Sans nécessairement vouloir le ménager, il préférait ne pas l’alerter sans raison après qu’ils aient déjà perdu des membres de l’équipage à peine une semaine plus tôt.

Maintenant que le port de Valm et ses navires s’éloignaient à l’horizon, que chacun s’occupait de leur tâche respective et que Reyn s’en était assuré, ce dernier prit deux secondes pour s’accouder contre la rampe, observant les bâtiments de bois disparaître peu à peu à l’horizon. Chose exceptionnelle, il regrettait presque de quitter la terre ferme et les intéressantes rencontres qu’il y avait faites. Il avait presque oublié comment certains humains, ces rares âmes que même le Pomone n’accueillait qu’exceptionnellement, pouvaient être intrigants. Mais il était chez lui, maintenant, avec seulement quelques planches pour le séparer de l’eau turquoise, et il s’y plaisait toujours autant. Se redressant, il se dirigea d’un pas décidé vers la cabine supérieure, là où son capitaine se tapissait à chaque nouvelle levée d’ancre pour déterminer leur prochaine destination. Saluant au passage celui qui s’occupait de la barre du bateau, il poussa la porte en bois de la cabine vitrée pour y trouver Magnus dans une scène habituelle, soit penché sur une grande carte maritime étendue sur le bureau en bois massif.

Refermant la porte derrière lui, il attendit que son capitaine daignât lever les yeux de son sujet d’étude et s’approcha, croisant nonchalamment les bras, une expression neutre comme toute indication de ses intentions. Avertir le Manakete de la présence de possible pirates rivaux n’était qu’un prélude, en fait; Reyn avait quelques pensées à partager par rapport au déroulement de la dernière tentative de libération d’esclave, outre l’évident « Ça a été foireux ».  
Une fois qu’il eut l’attention de Magnus, il débuta sans s’en faire prier :

« Tu as deux minutes? Il est possible qu’un autre groupe de pirates soit dans le coin…. »

Comme s’il n’attendait que ce signal, qu’une, puis deux, puis trois boules de feu éclairèrent soudainement la cabine. Devant les yeux de Reyn, était aux premières loges grâce aux vitres de la pièce donnant sur les flots, les signaux, visiblement à quelques kilomètres de leur position, s’élevèrent à presqu’une centaine de mètres avant de retomber doucement, puis s’évanouir, rendant à la cabine son éclairage naturel de début de journée.

« …Rrrgnn. Remarque foutrement inutile, 'semble. »

S’il se fit avare de commentaires, son air sombre parlait de lui-même : tout comme lorsqu’il avait vu l’annonce du marchand désespéré, l’appréhension le saisissait à l’estomac. S’il n’était pas un homme qui suivait les avertissements de son intuition, celle-ci s’agitait rarement sans raison. Cependant, si son capitaine jugeait que des esclaves pouvaient être impliqués dans le scénario, il le suivrait; en fait, peu importe la raison, si Magnus décidait de quelque chose, Reyn était prêt à le suivre jusqu’au bout du monde, et ce n’était pas aujourd’hui qu’il allait questionner ses décisions. Il n’était pas obligé d’approuver, certes, mais le Manakete l’avait gardé en vie dans de bien pires situations.

« Quels sont vos ordres, capitaine? »

Appeler Magnus « capitaine » en privé était l’équivalent pour l’hybride de n’importe quel autre surnom moqueur, mais une touche d’humour n’était jamais de trop, surtout dans une telle situation.




J'vous parle en #009933
Magnus
avatar

Messages : 17

Feuille de personnage
Classe: Mercenaire
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2Pierre de vent
3
4
5
Sujet: Re: La piraterie a toujours un prix! (MISSION) (Magnus et Reyn)   Mar 26 Juil - 20:18
Après avoir survécu à l'attaque des chevaliers pégases, Magnus resta un moment renfermé sur lui-même. Il avait été imprudent. Il se doutait pourtant qu'il s'agissait d'un piège. Et pourtant sa curiosité l'avait poussé à la rencontre des déserteurs. Il détestait ne pas savoir ce qui était en train de se passer, et son insouciance avait faillit tous les tuer. Il n'avait pas d'attache spéciale avec les membres de l'équipage restés en retrait, il souhaitait même les voir débarquer le plus tôt possible - constituer un équipage n'était pas la plus simple des choses, spécialement dans le cas de Magnus. Il avait vu défiler tellement de personnes au cours de sa vie, ils étaient durs à oublier, même s'il essayait à présent de ne pas se rapprocher d'eux. Ce n'est pas pour autant que ces morts ne resteront pas dans sa conscience. Il s'en voudra toute sa vie, mais en plusieurs centaines d'année d'existence, il avait appris à reléguer cette information au plus profond de sa mémoire... il y avait de quoi devenir fou autrement.

En réalité, c'était cette froideur à l'égard de toutes ces vies humaines perdues qui l'effrayait le plus. Il en était responsable, et pourtant il ne ressentait aucun remords, aucune culpabilité. Il était juste désolée pour ces pauvres bougres qu'il n'avait pas pu sauver jusqu'au bout. Certes, il les avait délivré de l'esclavage, et il les avait conduit à leurs morts. Ce n'était pas les meilleurs personne qu'il eut connu, mais lorsque ce genre de choses arrivent, on n'en revient jamais totalement guéri. Totalement sain. Il en savait quelque chose. Il lui avait fallu plusieurs années avant de redonner un sens à sa vie, et encore aujourd'hui il se demandait si sa direction était la meilleure. Ces esclaves ne pouvaient pas tous être des saints. L'ennui était qu'en les libérant, il ne faisait pas de différences, donnait une chance à tout le monde. Ce n'était qu'une fois arrivée en Garenn que les choses se corsaient, obligés de vivre en communauté. Magnus n'était pas là pour les surveiller. Il détestait rester trop longtemps sur la terre ferme, alors comment aurait-il pu les connaître, les aider? Ce n'était pas son rêve de devenir roi des pirates, il ne pouvait pas gérer toutes ces responsabilités et faire ce pour quoi il était doué. Ces gens pouvaient parfaitement se gérer tous seuls. Il leur fallait juste un peu plus de temps. Ils n'avaient certainement pas besoin de lui.

Pour être capitaine d'un bateau, il fallait être un leader né. D'autant plus lorsqu'il s'agissait d'un bateau pirate. Il avait dû mériter sa place, et maintenant personne ne remettait cela en question. L'ennui était qu'il ne savait plus si ses décisions étaient justes. Personne n'était là pour le contredire. Personne, à part Reyn. Leur rencontre avait été des plus étranges à vrai dire. Comme la plupart des habitants de Garenn, Magnus l'avait secouru de l'esclavage, mais il était différent des autres. Il ne semblait pas s'être laissé abattre par ce qui lui était arrivé. Il avait un sourire éblouissant et une répartie à toute épreuve. C'était un gamin effronté et ne savait certainement pas quand se taire. Au début, Magnus avait essayé de résister à sa sympathie pour lui. Mais ce n'était juste plus possible, il semblait redevenir l'enfant insouciant qu'il avait été avant de devenir esclave. Du moins, il semblait se souvenir de ce que cela voulait dire. Enfermé dans sa cabine, il attendait encore le discours que Reyn mourrait d'envie de lui sortir après son erreur monumentale. Il n'avait juste pas besoin d'entendre ça, pas maintenant. Ce n'est pas comme s'il allait d'excuser. Pour cela il aurait fallut qu'il ait commis une faute. Bon, ce n'avait pas réellement été l'idée du siècle, mais comment aurait-il pu deviner que toutes ces personnes allaient mourir exactement, hein? S'il était arrivé quoique ce soit à Reyn, Magnus s'en serait voulu pour l'éternité qu'il lui restait à vivre. Mais ce n'était pas le cas et il ne pouvait réfléchir à rien d'autre qu'à cette bonne nouvelle.

Et le moment fatidique arriva. Reyn entra sans se faire annoncer. Magnus sentait sa présence alors qu'il vérifiait le prochain itinéraire qu'ils allaient emprunter pour rejoindre la Garenn. Leur équipage avait été amputé de 5 personnes et maintenir le cap pouvait se révéler compliqué en cas de sous effectif. Il fallait recruter de nouvelles personnes, mais cette fois l'entretient serait bien plus compliqué et Magnus prendrait tout le temps qu'il faudra pour rassembler les meilleures personnes à bord. Le capitaine attendit un moment qu'il prenne la parole. Le silence commençait à se faire pesant et ses nerfs faillirent lâcher devant tout cette animosité. Mais Reyn n'aborda pas le sujet. D'un côté Magnus l'aurait préféré, au moins il aurait eu un moyen de se défouler sur quelqu'un. Mais son second ne risquait pas de lui offrir cette opportunité, il avait trop bien réussi à cerner son capitaine. Il changeait de sujet, lui offrait une distraction, une autre choses à laquelle penser. Des pirates? Dans ces eaux? Il détestait ces bandit se faisant appeler pirate pour la simple bonne raison de pouvoir effrayer les navires. Et alors même que Magnus allait répliquer qu'ils devaient absolument les trouver, en incendiant Reyn au passage pour ne pas lui en avoir parlé plus tôt. Des lumières de détresses passèrent à travers les fenêtres de sa cabine. Encore une coïncidence? Il n'arrêtait pas de tomber sur elles dernièrement. Et maintenant quoi? Devrait-il encore tomber dans un piège? Il n'en était pas question.

"Rassemble tout le monde sur le pont! Nous allons bien voir à quoi nous avons à faire. Ne laisse personne monter à bord de ce navire sans avoir clairement compris la situation, et si quelqu'un essaie malgré tout, tue-le. Compris?"

Il n'était plus question qu'il arrive quoique ce soit à un autre membre de son équipage. Déjà parce qu'il en avait besoin. Ensuite c'était une question de fierté. Et enfin, il n'allait pas donner satisfaction à un autre obstacle. La mer entière était son territoire et il n'était pas question que ce genre de personne n'y respecte pas les règles.

Anankos
avatar

Messages : 35
Sujet: Re: La piraterie a toujours un prix! (MISSION) (Magnus et Reyn)   Mer 27 Juil - 19:32
Le bateau se rapprochait de l’épave.. Ou du moins il se rapprochait sans le savoir réellement. Les corbeaux, ayant la capacité de voir très loin, aperçurent un bateau inconnu de leur bande. Les trois corbeaux cessèrent de tourner autour de l’épave du bateau marchand pour se lancer des regards extrêmement arrogant, comme s’ils se disaient entre eux “On peut dévaliser ce bateau~”. Par contre, l’un des deux laguz encore en forme humanoïde alla leur mettre des claques derrière leur tête de piaf et semblait discuter avec eux pour les convaincre de ne pas simplement passer en mode abordage immédiatement. Le marchandage pourrait être une option.

Le troisième corbeau humanoïde cessa de tenter de noyer le mage avec son pied mais lui retira ton tome, le laissant sans défense au milieu de cette mer. Le laguz restant battait des ailes pour se diriger vers le bateau. Il resta sur le côté de son objectif, les bras croisés et attendait que quelqu’un vienne lui donner se qu’il cherchait : un peu de temps. Le laguz était grand et clairement malicieux, il avait une certaine lueur dans ses yeux qui pouvait donner la chair de poule aux faibles d’esprits. Son bandana mauve indiquait son rang dans cette hiérarchie de piraterie mais ce système ne valait rien dir een dehors de leur bande alors, pour les autres, cela n’était qu’un bandana mauve. Ses ailes noirs étaient grande et imposante, aussi sombre que le fond de l’eau. Il regarda son / ses interlocuteur(s) et annonça, d’une voix arrogante et remplie de cruauté.

Relaxez, nous ne sommes pas là pour vous piller, mais plutôt pour marchander. Vous semblez être des pirates comme nous alors je vous propose de marchander un peu. Que diriez-vous de quelques bijoux ou un trésor mystère? Nous avons dégoté un jolie butin alors si vous être prêt à faire quelques échanges, ca pourrait vous être bénéfique à vous aussi~

Les trois laguzs en forme corbeau tournèrent autour du bateau en question, quelques plumes tombant sur le pont. Sur la terre ferme, on disait souvent d’éviter les corbeaux et ils étaient surnommé par tous comme les “Pirates sans vaisseaux” ou “Pirate de l’air”. Préparaient-ils une attaque ou était-il sincère dans son intention de marchander entre pirate? Le corbeau, qui battait des ailes calmement juste a coté du bateau puisque c’était impolie de se poser sur le bateau d’un autre, les regardaient avec un sourire malicieux et tendit la main

Je suis Seeker.. Moi et mes camarades sommes d’innocents pirates ne cherchant pas l’affrontemen
t.

Alors qu’il disait cela, l’étrange  mage qui avait jeté des boules de feu plus tôt tenta d’attirer l’attention en criant aussi fort que possible. Ceci encouragea las famille à faire de même, créant une cacophonie de hurlement au loin. Seeker tourna la tête et fit un signe au 3e humanoïde qui se tenait juste au-dessus du mage.  Celui-ci rappliqua une pression sur la tête de l’étranger à cagoule pour le forcer sous l’eau alors que deux corbeaux surgirent de l’épave pour faire de même à la famille, tentant de les noyer ou, du moins, de leur faire suffisamment peur avec leur bec et serres qu’ils cessent leur jérémiades.

N’ayez crainte, ils ne souffriront pas trop, ce sont des humains après tout. Leur corps est si...fragile et brise si facilement.. Je peux sentir via votre odeur que vous n’êtes pas comme eux,  qu’êtes-vous?~

Les dés étaient lancés et il n’y aurait aucun retour en arrière après ceci. L’affrontement, ou le marchandage.. Le groupe de laguz ne semblait pas être très amical, mais ils étaient nombreux...

Trois corbeaux tournaient au-dessus du bateau et Seeker était sur le coté. Il y a encore deux laguz humanoïde à l’épave et deux en forme corbeau. Heureusement, Seeker ne peut se transformer pour l’instant et la distance entre le bateau coulé et l’équipage de Magnus était assez grande pour laisser du temps de répit au petit groupe de Manakete ~

Spoiler:
 

Reyn
avatar

Messages : 90
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t314-reyn-le-pirate-gentleman-predefini-terminee

Feuille de personnage
Classe: Epéiste
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2Epée de verre
3Potion
4
5
Sujet: Re: La piraterie a toujours un prix! (MISSION) (Magnus et Reyn)   Sam 30 Juil - 8:43

"Rassemble tout le monde sur le pont! Nous allons bien voir à quoi nous avons à faire. Ne laisse personne monter à bord de ce navire sans avoir clairement compris la situation, et si quelqu'un essaie malgré tout, tue-le. Compris?"

Reyn ne s’attendait à rien d’autre de son capitaine : une réaction rapide et calculée, nullement entravée par la tension qui existait plus tôt entre les deux. Le second savait très bien que pour toute la catastrophe que fut la dernière opération, celle-ci n’en souffrirait pas, au contraire. Magnus n’était pas du genre à répéter les mêmes erreurs deux fois, ou du moins depuis qu’il le connaissait. Et lui-même était là pour s’assurer que ça reste le cas.

Approuvant d’un sec hochement de la tête, l’hybride s’élança dehors, se dirigeant rapidement vers le pont principal en se faufilant à travers les pirates qui, ne quittant pas leur poste, fixaient tous l’épave maintenant visible à l’horizon avec une inquiétude palpable, certains même prêts à se battre sur un seul ordre. En effet, avec les restes du bateau s’étaient révélés des oiseaux à la taille inquiétante ainsi que l’un, dotés des mêmes ailes noires imposantes mais présentant autrement une apparence humanoïde, qui se dirigeaient tous les quatre vers le Pomone. À cette distance, on pouvait deviner en plissant les yeux d’autres formes au loin, mais difficile de dire s’ils s’agissaient bien de Laguz supplémentaires ou simplement d’un mirage causé par les reflets de l’eau. Car oui, ils leur avaient fallu tomber sur l’une des pires rencontres possibles en pleine mer : ces affreux piafs. Ces «pirates de l’air » ne possédaient souvent ni vaisseaux, ni véritables équipages, mais ils n’en étaient que des adversaires plus redoutables et cruels. Reyn avait déjà croisé les restes de leurs pillages : ceux qui n’avaient rien à leur offrir de valeur étaient rapidement éliminés. L’épave au loin semblait avoir laissé des victimes encore vivantes, à en croire la boule de feu ayant servi à appeler à l’aide, mais pour combien de temps?

« Affalez la voile! On arrête le navire! Tout le monde sur le pont, gardez vos armes proches, mais n’attaquez pas sans en avoir l’ordre! »

Criant ses ordres à plein poumon sans se préoccuper que les Laguz ne les entendent, sachant qu’en tant que pirates ils ne s’attendraient pas à une autre réaction que celle-ci, il atteignit finalement la rambarde faisant face aux possibles assaillants alors que derrière lui les pirates s’organisaient dans un concert de bruits de pas sur le bois craquants, de fer quittant les baudriers et de cordes qu’on tirait et serrait. Sans quitter des yeux les formes qui devenaient maintenant bien nettes, il devina que Magnus s’était placé près de lui, de manière à ce qu’ils puissent au moins échanger quelques signes ou même quelques mots au besoin. Il leva la main derrière lui, l’index et le majeur pointant vers le haut et le reste de la main détendue dans un geste qui se voulait une instruction de préparer ses armes mais en les gardant pointés vers le sol, tout particulièrement les arcs, n’attaquant que s’il en faisait signe de cette même main. Les ordres étaient clairs : si un de ces oiseaux de malheur osaient poser un seul pied ou griffe sur ce bateau, ils étaient foudroyés sur place sans plus de cérémonie. S’ils avaient un minimum de savoir-vivre pirate, qui était déjà assez minime ainsi, ils garderaient un minimum de distance avec le navire.  

Le Laguz qui se présenta devant eux était seul du groupe d’éclaireurs à avoir gardé sa forme humaine, mais il était bien plus imposant que ses trois compagnons, d’énormes corbeaux dont les ailes devaient bien dépasser le mètre, qui volaient en cercle autour du Pomone dans une ronde des plus inquiétantes. Même sans être transformés, leur interlocuteur, les bras croisés, les fixait d’un air si arrogant et malicieux que Reyn l’aurait trouvé énervant s’il n’était pas autant sur ses gardes. En effet, il reconnaissant dans le regard sombre du Laguz un air de folie, de désir de mort qu’il n’avait vu que chez quelques pauvres esclaves tant brisés par la vie que la vengeance avait pris des proportions démesurées. Des meurtriers ou des psychopathes, pour la plupart. Dans le cas d’un homme naturellement porté à ce genre de comportements laissé à lui-même, libre d’agir et contrevenant aux lois, il n’imaginait même pas le genre d’horreurs qu’il avait dû commettre. Magnus devait probablement reconnaître cet air également, après l’avoir vu au cours de ses nombreux siècles. Juste parmi les hommes qu’ils avaient perdus aux chevaliers pégases, un ou deux avaient une lueur inquiétante dans les yeux rappelant celle qui les fixait actuellement tour à tour.

Relaxez, nous ne sommes pas là pour vous piller, mais plutôt pour marchander. Vous semblez être des pirates comme nous alors je vous propose de marchander un peu. Que diriez-vous de quelques bijoux ou un trésor mystère? Nous avons dégoté un joli butin alors si vous être prêts à faire quelques échanges, ça pourrait vous être bénéfique à vous aussi ~

Malgré les paroles écœurement mielleuses mais également pacifiques, du moins tant que les rapports resteraient neutres, de celui qui portait un bandana mauve, Reyn ne baissa pas la main, mais ne fit aucun geste non plus. Ils avaient eu au moins la courtoisie – et la présence d’esprit – de ne pas directement se poser sur le navire, mais leur proximité et leur ronde ne laissaient pas grand doute quant au sort que les Laguz leur réservaient si les échanges tournaient mal. L’hybride ne répondit pas lui-même, regardant plutôt son capitaine du coin de l’œil. Ce n’était pas au second de répondre, tout comme le porte-parole de ces pirates sans navire devait être le chef de cette bande de hors-la-loi, s’ils suivaient réellement la conduite appropriée dans de telles situations jusqu’au bout. L’épéiste ne prit pas la peine de parler ou même de lui faire un signe : il savait pertinemment que dans une telle situation, le Manakete connaissait très bien les sentiments de son ami et qu’il les partageait très probablement. Il n’aimait pas ça du tout, et il ne faisait pas confiance un seul instant à ces rivaux des mers.  

Je suis Seeker. Moi et mes camarades sommes d’innocents pirates ne cherchant pas l’affrontement.

Reyn se retenu de ne pas grimacer avec dédain à ces paroles. Il ignora tout bonnement la main tendue, parfaitement désintéressé de participer à cette mascarade inutile.
C’est alors que des cris retentirent au loin, provenant très probablement des ruines du bateau marchand. Se méfiant d’un piège orchestré, l’hybride garda tout d’abord son regard sur celui dénommé Seeker, mais ce dernier se retourna et, d’un signe de tête, sembla donner un ordre aux silhouettes qui se révélaient donc bien être d’autres Laguz du groupe. Les cris, qui s’étaient multipliés pour laisser deviner jusqu’à quatre personnes en bien mauvaises positions et peut-être même sur le point de se faire tout bonnement assassiner. En même temps, même après avoir envoyé leur signal, ils semblaient toujours vivants; peut-être y avait-il toujours de l’espoir pour l’équipage. Si le Pomone décidait de les aider. Sinon…

N’ayez crainte, ils ne souffriront pas trop, ce sont des humains après tout. Leur corps est si...fragile et brise si facilement.. Je peux sentir via votre odeur que vous n’êtes pas comme eux,  qu’êtes-vous? ~

D’un côté, le Pomone était, malgré leur nette supériorité numérique, peu apte à se battre contre des ennemis ailés : même avec des arcs et des armes, les seuls véritables combattants de l’endroit étaient Magnus et Reyn. Quelques-uns, comme Kaelix et Harold, savaient balancer leur épée devant eux, mais sans plus. Les plus démunis s’étaient réfugiés dans la cale, comme on leur avait ordonné dans de telles situations, mais perdre davantage de l’équipage pourraient être tragique pour le Pomone qui fonctionnait déjà avec un effectif minimal.
D’un autre côté, les pirates sous le mercenaire n’étaient pas des hors-la-loi ordinaires. Parfois, ils jouaient même les justiciers sur les mers, libérant les esclaves et accueillant les hybrides et Laguz en mesure de contribuer à l’équipage. Même les pillages se faisaient dans les règles de l’art : pour Reyn, chaque vie était précieuse, et s’il ne se sentait pas particulièrement proche de la race humaine, il était absolument contre tout massacre inutile. Tout otage était bien traité, tous avaient le pouvoir de se rendre dès qu’ils le voulaient, et seuls ceux n’offrant aucune autre option étaient tués. Pour l’hybride, détruire à ce point un navire et laisser de pauvres âmes flotter jusqu’à leur mort, c’était un acte barbare tout à fait inutile. Vraiment, il allait probablement regretter un jour les conséquences d’une telle noblesse de sentiments, chose tout à fait inutile, mais pour lui, liberté signifiait de pouvoir choisir ses valeurs et il comptait les suivre jusqu’au bout.

Cette fois-ci, sans toutefois se retourner ni révéler un point faible, il regarda du coin de l’œil son capitaine et lui communiqua clairement son avis d’un regard : S’ils acceptaient l’offre et laissaient les humains mourir, ils n’étaient pas mieux que ces oiseaux qui se prétendaient pirates pour mieux voler et massacrer. Il suivrait son ami peu importe son choix; s’il jugeait avoir mis à risque assez de vie pour l’instant, il comprendrait. Peut-être était-ce même mieux, au final. Cependant, il savait très bien ce que son cœur lui disait. Avec le Laguz inapte à se transformer assez vite s’il décidait d’attaquer, l’épéiste se prépara mentalement à dégainer et foncer sur l’ennemi sur un moindre signe de son capitaine.






J'vous parle en #009933
Magnus
avatar

Messages : 17

Feuille de personnage
Classe: Mercenaire
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2Pierre de vent
3
4
5
Sujet: Re: La piraterie a toujours un prix! (MISSION) (Magnus et Reyn)   Mar 9 Aoû - 22:16
Magnus attendit que Reyn aille faire exécuter ses ordres avant de sortir de sa cabine. Il préférait voir ses hommes préparés plutôt qu'affolés, à regarder d'un regard suppliant leur capitaine pour savoir quoi faire. Lissant ses habits, il s'apprêta à ouvrir la porte et suspendit un instant son geste. Il ferma les yeux, pris une grande inspiration et sorti sur le pont. La tension de ses hommes se ressentait à chacun de ses pas. Dans ce genre de situation, il était presque impossible de connaître le déroulement des événements, même Magnus l'ignorait encore. L'ennui était qu'il fallait prendre en compte le facteur émotionnel des assaillants, presque autant que leur force d'attaque. Un homme en colère et déconcentré se battrait toujours moins bien, même en étant le meilleur sabreur du monde. Si le combat se révélait inévitable, le capitaine du Pomone espérait pouvoir déstabiliser au maximum leurs attaquants. D'un geste noble, Magnus fit un hochement de tête à certains de ses hommes, se voulant rassurant et sûr de lui. Il savait que malgré son manque de discernement dans la dernière attaque, son équipage avait encore confiance en lui. C'était d'ailleurs la seule chose possible. Lorsqu'un événement inopiné arrive, on se tournait vers celui semblant le plus sûr de lui, ayant le plus de charisme. Cette confiance aveugle était grisante, mais il appréciait le fait que Reyn soit présent pour le ramener sur terre.

Il s'approcha d'ailleurs de son second, prêt à dégainer à tout moment. Un léger sourire apparut alors sur son visage. Reyn était un pirate des plus doué, mais il lui manquait furieusement deux qualités requises s'il devait passer capitaine : la patience et l'art de la rhétorique. Pas qu'il ne sache pas parler, loin de là! Il avait simplement trop peu de tact pour exprimer correctement ses idées, et finissait pas s'embrouiller. C'était toutefois son franc parler qui permettait à Magnus de le considérer comme un être fiable. Adoptant pour une posture décontractée, le capitaine s'appuya sur le bastingage du Pomone. Sa main n'arrêtait pourtant pas de s'agripper à son collier, renfermant sa dracopierre. Il n'hésiterait pas à l'utiliser s'il le fallait. D'autant plus que les masses noires qui semblaient l'approcher n'avait rien d'humain, et rien d'un pirate. À une époque, croiser un pirate sur sa route était synonyme de mort. Aujourd'hui, le peu de pirate naviguant sur ses eaux savaient se contrôler et avait compris deux choses essentielles : si l'on tue trop de gens, ils nous traquent en retour et notre cachette n'est jamais aussi parfaite qu'il le paraît et si trop de gens sont tués, le commerce ralenti, pour finir par s'arrêter et notre gagne-pain s'amenuise. Il fallait être idiot pour ne pas savoir faire ce genre d'équation. L'ennui de ces Laguz sous forme de corbeau qui se dirigeait vers eux, était qu'ils ne porterait jamais d'autre synonyme que celui de charognard, rien de bien effrayant, juste dégoûtant. Et plus encore lorsqu'ils prenaient la parole.

Leur approche était donc le marchandage. Ce n'était pas commun chez ces personnes, et Magnus ne pu s'empêcher de resserrer son emprise sur sa pierre. Il cachait forcément quelque chose. Un pirate en bonne et due forme protège son territoire, et l'équipage du Pomone était clairement en train de souiller le leur. Il manquait toutefois un rien du tout au capitaine pour les considérer comme de vrais pirates. Un bateau. En attendant, il s'agissait juste de plaisantins, ne sachant pas quoi faire de leur temps libre, et souillant la réputation d'honorables travailleurs. Un pirate est loin d'être honnête, mais certains de ses principes sont immuables. Silencieux, il attendit la suite. "D'innocents pirates"? Il frisait l'oxymore. Dans sa vie, un pirate avait toujours fait un chose dont il était peu fier. Certains pirates étaient plus sympathiques que d'autres, certes, mais innocents? Jamais! Magnus essaya de conserver une expression neutre, une nouvelle fois, mais si cet imbécile continuait à dire de pareilles âneries, il ne garderait pas longtemps son calme. De plus, ce qui se déroulait en arrière plan était des plus explicite. Magnus n'était pas le manakete le plus fan des humains, mais ils ne méritaient pas tous ce traitement. Toutefois là encore cette torture pouvait être un piège. Si ces Laguz l'avaient réellement souhaité, ces quatre pauvres bougres seraient déjà morts, et le capitaine se doutait que leur valeur n'était pas aussi minime qu'ils le laissaient paraître. Du coin de l'oeil, il voyait Reyn étudier ses réactions. Au moindre geste de sa part, l'équipage se lierait en un seul mouvement. Mais pas tout de suite... ce Seeker ne semblait pas en avoir fini.

Comme Magnus aurait pu s'en douter, la condescendance ne quitta pas sa voix lors de sa dernière réplique. C'était affligeant. Tout ce qui était en train de se passer était totalement surréaliste. Le capitaine du Pomone se demanda même un instant s'il n'était pas en train de rêver. Un pirate ennemis demande rarement son reste au capitaine d'un autre équipage, sauf dans le cadre de pour-parler, ou sur la terre ferme. Son équipage et lui avait dérangé ces pirates de l'air en plein milieu de leur travail. Ces Laguzs aussi intéressés soient-ils par leur "odeur" était étrangement idiots de laisser leur besogne non terminée. Mais ce n'était pas le pire! Leur porte parole, dont la voix nasillarde était des plus irritantes, proposait de marchander avant même d'avoir eu un premier contact avec les hommes du Pomone. Son introduction n'était pas non plus à laisser au hasard. Les seules personnes qui indiquaient leur identité, aussi fausse soit-elle, ne cherchait qu'à se faire connaître. Pour cela malheureusement, il fallait des survivants. Le bouche à oreille faisant son effet, plus personne n'irait les perturber dans leur petit coin de paradis... Il était d'ailleurs étrange d'avoir choisi les côtes de l'Empire de Valm. C'était l'endroit le plus sécurisé du monde, et ils n'appréciaient certainement pas ce genre de trouble-fête.

Venait alors plusieurs paramètres à prendre en compte avant de répondre, ou d'agir. Premièrement, si l'équipage du Pomone éradiquait ces usurpateurs, ils seraient loin de pouvoir apporter la preuve suffisante de leur réussite et ne serait pas récompenser pour leur dur labeur. Il s'agissait tout simplement de la dure loi de la mer. Cette vaste étendue d'eau salée était bien trop mystérieuse pour pouvoir contrôler et vérifier ce qu'il s'y passe. Deuxièmement, si Magnus acceptait le marchandage, qui lui semblait bien médiocre, il ne saurait pas ce qui l'autre demanderait en échange et il était fort probable qu'il n'ait rien d'intéressant en sa possession. Il venait de vendre leur butin lors de leur escale sur la terre ferme. Les seuls objets de valeurs à bord étaient ceux dont le capitaine du Pomone ne se sépareraient pour rien au monde, des objets rares et inestimables, enfermés à double tour dans sa cabine ou servant de décoration. Troisièmement, ces Laguz n'étaient que quatre. Ses hommes pourraient très certainement contrer leurs attaques. L'ennui était aussi dans cette facilité. Comment quatre pauvres Laguz avaient pu faire sombrer un bateau? Et où était passé leurs récompenses. Ils avaient beau ne pas avoir de bâtiment, il était important d'avoir un endroit pour stocker leurs fameux trésors.

"Vous m'avez l'air de savoir ce que vous souhaitez. Je pourrais accepter votre marché mais en réalité, je ne vois pas réellement ce que nous pourrions vous offrir en échange ou même pour quelle raison nous aurions à accéder à votre requête. Mon équipage et moi pourrions simplement continuer notre route."

Il savait que cette réponse pouvait froisser leur interlocuteur. Mais il devait savoir exactement dans quelle position ils se trouvaient. Il n'était pas obligatoire de marchander entre pirates, ils pouvaient juste passer leur chemin, la mer était assez grande pour accueillir tout le monde. De plus un sentiment de malaise commençait à s'étendre dans tout son corps.

"Excusez-moi deux secondes, il faut que je m'entretienne avec mon second."

Il fit un léger signe de tête en direction de Reyn pour lui faire comprendre qu'il ne parlait pas de lui. Les premières personnes qui seront prises d'assauts seront les plus importantes hiérarchiquement parlant. S'il devait déjà plier sous un nombre incalculable d'assaillant, mieux valait que Reyn protège ses arrières ou le reste de l'équipage. Il appela Harold à la place, lui demandant de se poster discrètement en vigie pour vérifier qu'aucun autre volatile ne pointait le bout de son nez. Magnus avec une très bonne oreille, et même si le jeune mousse ne devait que murmurer, il entendrait son avertissement.

"Aussi je pense que vous avez bien plus à m'offrir qu'un trésor." Il jeta un coup d'oeil aux humains avant de continuer. "Ces quatre rescapés me semblent être d'une valeur inestimable... je pourrais m'en accommoder."

Il ne donnait pas réellement ses motivations. Au cas où ces humains n'étaient pas dans la combine, ces oiseaux de malheurs pourraient être perturbés par un tel intérêt. Cela détournerait leur attention de leur réel objectif et demeurait encore un mystère pour Magnus. Il lança un regard lourd de sens à Reyn, craignant le pire. Cette rencontre était pour le moins singulière... tout comme cette façon de traiter.

Anankos
avatar

Messages : 35
Sujet: Re: La piraterie a toujours un prix! (MISSION) (Magnus et Reyn)   Lun 15 Aoû - 5:41
Étrangement, Seeker ne semblait pas porter attention au supposé capitaine du vaisseau alors qu’il semblait essayer de lui répondre. Le corbeau examinait le pont, ses yeux brillant d’avarice. Ce qu’il voyait? Des proies faciles, de simples pirates n’ayant pas assez peur des laguzs volants. Seeker était visiblement un de ces laguzs se pensant supérieur aux autres et il s’imaginait avoir certains avantages si la situation actuelle tournait au vinaigre. Trois corbeaux continuaient de tourner de façon presque inquiétant ce bateau, comme s’ils attendaient un simple signal. Le reste de l’équipage semblait à l’épave, martyrisant les anciens passagers pour leur simple amusement, les serres des corbeaux laissant de jolies marques sur la peau de ces simples beorcs..

Puis Seeker tourna la tête finalement vers Magnus à sa dernière phrase Il venait de mentionner son désir de recueillir les rescapés sur son bateau.. Le sourire de Seeker s’amplifia, particulièrement dans les coins. Ce sourire n’augurait rien de bon mais rien ne pouvait être fait si la vie des “otages” était si importante pour le capitaine. Le chef de la bande se grattait le menton, un air pensif au visage combiné avec un sourire narquois signalait bien ses intentions... Il prit soudainement la parole.

Oh ces simples beorcs? Leur vie semble avoir un bon prix à vos yeux alors je me dois de vous demandez quelque chose en échange, sinon ce serait un simple cadeau~

Il battu des ailes plus fort, comme si le vent venait de se lever et qu’il avait de la difficulté à rester en place... Les corbeaux descendirent un peu mais restèrent à une simple distance. Seeker observait rapidement chaque recoin du pont, l’air était très tendu entre les interlocuteurs...

Puis soudainement deux corbeaux surgirent des deux cotés du bateau et s’emparèrent entre leurs serres de ceux portant n’importe quoi ressemblant à un arc. Ils jetèrent par-dessus bord ceux pouvant provoquer quelques soucis. Seeker ne bougea pas du moins et battu des ailes pour se décaler légèrement vers la droite pour que ceux sur le bateau puisse voir l’épave. À la grande surprise, les deux corbeaux qui étaient en forme corbeaux encore à l’épave n’étaient plus là. Ils s’étaient glissés discrètement et très rapidement sur les bords du bateau.

N’ayez crainte, je m’assure simplement qu’aucun archer ne tente quoi que se soit... Je n’apprécie pas les flèches alors je préfère m’assurer que rien de mal n’arrive à moi ou mon “équipage”

Soudainement, les deux derniers corbeaux approchèrent, les rescapés entre leurs serres, soit un survivant par serre. Les deux corbeaux, une fois sur le bord du bateau aux cotés de Seeker, gardèrent bien ces beorcs en vue, le mage avec la capuche se débattant plus fort que la famille de marchand.

Montrez moi ce que vous pouvez nous donner en échange de leur vie... Et ne prenez pas trop votre temps , mes "camarades" n’ont que très peu de patience et pourraient les lacher sur votre bateau mais d’une hauteur de plusieurs mètres, ce qui serait extrêmement triste, n’est-ce pas?

Seeker ne cachait pas son désir de les faire s’écraser sur le pont, mais ses vrais intentions était de savoir se que cet équipage avait en leur possession. Pour plus facilement déterminer leur valeur. Le bateau était entouré de, au grand total, huit corbeaux, dont trois tournant autour des voiles en croassant vivement. Seeker et les deux corbeaux a ses cotés étaient à une mince distance du point mais ne tenaient pas à être surpris par une attaque fourbe.. Les deux corbeaux furtifs avaient jetés par-dessus bord quelques passagers qu’ils avaient jugés potentiellement dangereux...

Seeker avait vu les armes de ceux encore à bord et n’avait pas vu d’arc ou de flèches, ses yeux de corbeaux ne l’ayant jamais trompé avant mais aujourd’hui pourrait bien être le jour de sa première erreur... Les passagers encore sur place étaient ceux portant des armes orientés au corps-à-corps ou sans aucune arme. Après tout, une contre-attaque aurait été possible si les deux laguzs étaient restés trop longtemps et ils savaient que cela pourrait être considérer comme une attaque, mais le voile de la protection avait été l’excuse des pirates des cieux puisque, après tout, les laguzs volants n’étaient aucunement fan des flèches...


HRP:
 

Reyn
avatar

Messages : 90
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t314-reyn-le-pirate-gentleman-predefini-terminee

Feuille de personnage
Classe: Epéiste
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2Epée de verre
3Potion
4
5
Sujet: Re: La piraterie a toujours un prix! (MISSION) (Magnus et Reyn)   Sam 27 Aoû - 0:18

Ce fut un certain soulagement pour Reyn de voir Magnus s’intéresser au sort des pauvres humains qui s’accrochaient tant bien que mal aux épaves. Ça aurait été une décision pragmatique que de les laisser à leur sort, et pour l’équipage pirate, pas une si grande perte. Mais plusieurs choses tracassaient Reyn dans toute cette histoire… tracas partagé par son capitaine, semblait-il, avec le regard en coin qu’il lui lança.

L’hybride suivit l’échange sans broncher, ne paraissant pas outre mesure surpris ou déstabilisé par l’introduction d’Harold comme second du Pomone. Tout comme ces pirates de l’air ne dévoilaient qu’une partie de leurs intentions, il valait mieux garder leurs propres cartes secrètes, histoire de garder un possible avantage si la situation venait à tourner au vinaigre. Ce qui allait très probablement se passer. Ces corbeaux semblaient incapables d’être civilisés, et Reyn aurait pu parier n’importe quoi que leurs intentions étaient loin d’être louables.
Quoiqu’il ne s’attendait pas à ce qu’on jette des membres de son équipage par-dessus bord.

Il sentit son estomac tomber dans ses talons alors que, sous ses yeux, deux corbeaux surgirent  de chaque côté du navire, s’emparant d’au total trois matelots pour les jeter à la mer. Son seul soulagement fut ne pas compter Kaelis parmi ce nombre, bien qu’il s’agissait tout de même de précieux compagnons. Visiblement, même posté en vigie, Harold n’avait pas vu venir ces deux oiseaux de malheur qui s’étaient débarrassés des archers occupant le pont, leur porte-parole ayant le culot d’en parler comme s’il s’agissait d’un geste normal, acceptable de leur part, et non de l’agression que c’était réellement. N’importe où ailleurs, cela aurait été une déclaration de guerre, et la seule chose qui retenait le second, bouillant de rage, était l’absence de consignes de son capitaine. Une bonne chose, d’ailleurs, car ce Seeker n’en avait pas fini avec les mauvaises surprises, apparemment.

Ils se retrouvaient donc ainsi, privés de leurs archers, les quatre rescapés maintenant pendus aux serres des corbeaux à une distance dangereusement élevée du pont. Leurs intentions étaient un peu plus claires, et peu importe ce que ces faux pirates voulaient leur offrir, Reyn ne pensait pas que ni Magnus ni lui soit prêts à en payer le prix. L’hybride n’était pas un brillant stratège, notamment en raison de ses tendances impulsives, même s’il était en mesure d’user de son cerveau, mais il voyait en ce moment deux scénarios envisageables, deux types de réponse possibles où l’équipage n’avait pas à se plier aux bons désirs de ces menaces à plumes. De un, ils pouvaient prendre directement l’offensive. Leur avantage principal occupait le nid-de-pie, ayant ainsi réussi à échapper à l’œil aguerri des indésirables : Kaelis, s’étant occupée de la fonction de vigie ce matin-là, occupait le point surélevé. Elle portait probablement une épée à sa taille, mais Reyn savait pertinemment qu’elle savait à peine distinguer la poignée du bout pointu, et qu’elle ne serait jamais monté là sans un arc, qui reposait probablement à ses pieds. D’un coup de talon contre le mât derrière lui, il pouvait lui faire ainsi signe, et il savait qu’elle comprendrait, qu’elle saurait tirer sur les corbeaux juste à sa hauteur, pour les blesser et leur faire lâcher leurs proies. Il y avait bien assez de Laguz volatiles dans l’équipage pour attraper les pauvres âmes et les mettre à l’abri, pendant que le reste du Pomone chassait les autres corbeaux. Dans le pire des cas, les beorcs étaient assez hauts pour que Magnus ait le temps de se transformer et de les attraper tous les quatre.

Si la confrontation directe était trop dangereuse, il était possible de plutôt jouer sur leur arrogance. Leur faire croire que la calle renfermait de nombreux trésors, et qu’au moins un ou deux des leurs devaient suivre pour choisir parmi les nombreux butins. Un mensonge qui comportait un certain risque s’il était découvert trop tôt, mais du moment que les hommes corbeaux étaient confinés à un espace restreint, les pirates avaient un net avantage. Cela leur permettrait de se débarrasser tout d’abord d’un certain nombre d’entre eux, mais le reste de l’équipage, sur le pont, serait responsable de se battre contre ceux restant et de sauver comme ils le pouvaient les quatre naufragés qui semblaient beaucoup trop élevés pour être à leur aise.

Reyn se repositionna imperceptiblement comme s’il se plaçait pour mieux être tourné vers le porte-parole des corbeaux, l’air toujours aussi grave et aux aguets, se reposant sur l’avant de son pied pour lever le talon. Ainsi, en une fraction de seconde, il pourrait avertir Kaelis, si Magnus préférait la confrontation directe, ou réagir si les oiseaux de malheur eux-mêmes prenaient l’initiative. Il aurait aimé pouvoir s’approcher du Manakete pour lui dire de manière détournée les options qu’il envisageait et entendre ses propres idées, mais il ne pouvait se permettre de compromettre sa position.  Il se contenta donc d’un autre coup d’œil au capitaine, lui communiquant d’un subtile geste la position de l’archère. Il était prêt à leur faire payer pour leurs compagnons maintenant à la mer. Toutefois, si Magnus préférait ne pas prendre ce risque, l’épéiste savait qu’il aurait lui-même un plan pour déjouer ces volatiles, ayant toujours été un bien meilleur stratège, méritant amplement son titre de capitaine, que lui. Il allait sans dire que tant qu’il lui en ferait signe, Reyn se prêterait au jeu. Tout pour se débarrasser de ces insupportables volatiles, récupérer les membres de l’équipage à la mer et foutre le camp le plus rapidement possible.




J'vous parle en #009933
Magnus
avatar

Messages : 17

Feuille de personnage
Classe: Mercenaire
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Epée de bronze
2Pierre de vent
3
4
5
Sujet: Re: La piraterie a toujours un prix! (MISSION) (Magnus et Reyn)   Lun 26 Sep - 0:21
Magnus n'appréciait pas du tout la tournure des événements. Ces oiseaux de malheur se prenait pour les rois les océans mais ils ne comprenaient pas la moitié de son fonctionnement. Certes, le manakete n'était pas sur son territoire actuel, mais il avait été une époque où les mers de l'empire de Valm lui appartenait tout autant que les autres. Il s'était juste retiré à temps pour assurer un endroit prospère pour les rescapés de l'esclavage. Il avait d'autres chats à fouetter que de contrôler les allées et venues des autres pirates. Il aurait pu se détourner de ces négociations qui étaient des plus ridicules. Mais il avait fallu qu'ils s'en prennent à ses hommes. D'ailleurs sa vue devait avoir quelques soucis... à la manière dont ils tenaient leurs arcs, il était clair qu'aucun d'entre eux n'étaient expérimentés, tout comme lorsque Kaelix tenait une hache, on sentait bien qu'il n'était pas fait pour ça. Pour une raison qui lui était encore étrangère, son nouveau compagnon d'arme n'utilisait jamais son arme de prédilection, mais Magnus espérait que lorsque le moment critique de ses négociations arriveraient, il reverrait l'ordre de ses priorités.

En attendant, il fallait réussir à se débarrasser de ces idiots. Ils ne semblaient même pas comprendre les remarques subtiles que le capitaine du Pomone avait disséminé dans ses commentaires. Un homme d'affaire compétent aurait eu des doutes quant à l'intérêt que Magnus portait aux naufragés, il aurait essayé de les garder précieusement avec lui plutôt que de les redonner aussi rapidement à un homme qui semblait s'intéresser de trop près à leur cas. L'ennui était que leurs esprits étaient bien trop réducteurs. Pour eux, les Laguz étaient la seule race qui comptait, et pas n'importe lesquels. Un racisme aussi poussé était rare, et il s'agissait certainement de l'une des raisons qui poussaient les humains à les traîner à l'esclavage. Si aucune des deux race ne se considérait comme égale face à l'autre, les rancoeurs ne feraient que s'agrandirent. Tout en jouant avec sa dracopierre, Magnus prit une expression horrifiée face aux actions récentes de leurs agresseurs. Les négociations devraient donc se passer d'une autre manière... très bien!

"Pour qui vous prenez-vous exactement? Vous imaginez peut-être pouvoir balancer mes hommes à la mer de cette manière sans en être punis? Vous n'avez aucun droit dans les environs et en tant qu'être inférieurs vous devriez la savoir! Ne leur faites pas de mal, je vous en prie!"

Sa voix avait prit des accents de panique vers la fin. Magnus se passa les mains se le visage, dissimulant son sourire, jusqu'à ne plus pouvoir se retenir tout à fait. Il attendit que Seeker se sente galvaniser par sa détresse, que son équipage se sente victorieux bien trop vite... avant d'éclater d'un rire tonitruant. Il ne se forçait presque pas. Ces derniers jours avaient été épuisant, il en avait assez des regards qui coulaient dans sa direction avec une pointe de reproche. Même Reyn semblait se méfier de ses prochaines décisions. Et bien sur ce coup là, il devrait lui faire confiance.

"Ah... vous me faites tellement pitié! Vous croyez réussir à briser les négociations et faire ce qu'il vous chante parce que... quoi? Vous avez jeter de pauvres membres de mon équipage à la mer? C'est une blague pas vrai? Je connais ces hommes depuis quelques mois à peine, et pour tout vous dire... leurs loyaux services ont été quelques peu lamentables.... je comptais m'en débarrasser une fois arrivé à bon port... mais ces gens là-bas que vous essayez de noyer? Ils ne sont pas tout à fait du même gabarit. Je ne vais donc pas abandonner les négociations pour autant, et croyez-moi, vous n'en tirerez aucun profit."

Ce qu'il venait de dire n'était pas totalement faux. Et oui, dans ces cas-là il serait un peu dur pour ceux restant sur le bateau de lui faire confiance, mais tant pis. Ceux qui lui seront fidèle survivront, les autres rejoindront leurs frères morts au combat quelques jours plus tôt. Magnus était cependant sûr d'une chose. Après avoir vécu quelque chose d'aussi traumatisant, un homme est près à faire tout ce qu'il faut pour survivre, quitte à réfléchir à sa prochaine mutinerie une fois les événements clos.

"Je vous propose un chose. Envoyez-donc deux de vos hommes avant ce grand gaillard inutile à mon côté. Ils pourront scruter mes cales et se rendre compte qu'il n'y a rien d'intéressant ici. Et pendant que vous comprendrez au fur et à mesure que vous allez vous faire baiser, parce que c'est ce qui va arriver, à ce moment-là je me ferais un plaisir de vous déchiqueter entre mes propres crocs. J'en laisserai peut-être un survivre qui sait, histoire de ressusciter la légende de Magnus et de son équipage mortel. Si je croise un seul de vos amis, et qu'ils ne respectent pas mes règles, je me ferais un plaisir de leur faire suivre votre voie."

Un large sourire carnassier prit place sur le visage de Magnus. Il s'appuya une nouvelle fois sur le bastingage, fixant Seeker de son regard de prédateur, laissant un silence équivoque s'installer entre eux.

"Maintenant, ramenez vos otages sur mon bateau. Je verrai quoi faire de mes incapables d'hommes plus tard."


Il n'avait plus qu'à attendre leurs réactions. Ce qui était sûr c'est que quoi qu'ils fassent, Magnus allait récupérer les otages et ses hommes, et qu'il regarderait la vie s'échapper des corps ridicules de leurs agresseurs. Franchement, leurs crans l'impressionnait. Ils n'avaient même pas la carrures de sortir vainqueurs d'un bac à sable et ils se sentaient d'attaque face à un capitaine de navire légendaire? Maintenant, ils connaissaient son nom. Et il devrait résonner à leurs oreilles comme une alarme grandissante. Sinon, et bien... ils se rendraient bien vite compte de leurs stupidité et en laisser un vivre ne serait pas de trop pour répandre la nouvelle. Magnus, capitaine du Pomone n'était pas mort et il constituait un nouvel équipage pour anéantir les sois-disant pirates circulant sur ses océans. D'un geste imperceptible de son pied, il fit signe à Harold et Kaelis de se tenir prêt. Reyn saurait quoi faire et quant à lui... sa dracopierre semblait le brûler tellement l'excitation du moment l'avait secoué. Il avait soif de sang... peut-être qu'aucun d'entre eux ne survivrait finalement...

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: La piraterie a toujours un prix! (MISSION) (Magnus et Reyn)   

La piraterie a toujours un prix! (MISSION) (Magnus et Reyn)

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parce que quand on use de la magie... Il y a toujours un prix à payer. ✗ mr. gold
» Tot ou tard, on n'en paye le prix [Mission]
» Rumplestiltskin - Quand on use de la magie, il y a toujours un prix à payer.
» Lorsque l'on fait appelle à de la magie... Il y a toujours un prix à payer...
» Nous sommes tous des enfants, il n'y a que le prix des jouets qui change

Fire Emblem Rebirth :: Empire de Valm :: Port de Valm+
Sauter vers: