Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

Deux âmes qui vivent dans le champs ardent des morts. [ PV Lakhsry ]

Invité
Invité
Sujet: Deux âmes qui vivent dans le champs ardent des morts. [ PV Lakhsry ]   Dim 10 Juil - 9:54
Il n’y a que mort en ses terres désolées. Ce n’était pas réellement vrai mais pour Tisha, sa vision des esprit lui racontait mille et une histoire d’âme en peine, mourant dans ce désert par désespoir, manque de préparation, traqué par les bêtes ou simplement prit au piège dans la fournaise… Cet endroit … Chantait à ses oreilles. A défaut de pouvoir voir les grandes étendues de sable, voir le spectacle de la nature cruelle qu’elle a toujours appris à respecté et à vénéré … La divinatrice pouvait voir l’agonie de par ses yeux aveugle, l’énergie sombre laissée par certaines âmes pleine de rancœur. Ces visions horrifiques seules valaient le long et rude voyage.

Tisha avait entreprit une sorte de pèlerinage. Elle qui ne croit qu’aux esprits et suit leur ordres aveuglément, elle devait aujourd’hui prêter main forte au Fléau en ses terres reculées de Plegia. Abordant les cotes du continent dans le vaisseau de cette organisation malveillante. Sa mission ? Elle était simple … Ses missions étaient toujours simple. Simple car nouvelle, nouvelle et donc ayant obtenu que peu de confiance de ses supérieur du fléau mais … Qu’importe. Tisha était au dessus de tout ça, de la hiérarchie, de l’expectation, de ce désire de se faire bien voir. Si elle avait rejoint ses gens qu’elle n’hésiterait pas à traiter d’insecte, C’est parce qu’ils lui offrent le soutient nécessaire pour qu’elle puisse vivre son exile de l’Archipel des ombres. Tuer quelqu’un, elle pouvait le faire, pour eux. Leur lire l’avenir aussi. Maudire des terres, elle pouvait essayer, pour eux. A l’unique condition qu’elle puisse profiter de ce qu’elle voulait à son retour, sur la route ou partout où le Fléau l’emmènera. Le jour où le Fléau lui refusera de manger le cadavre de leur victime, Tisha sourira et partira sans se faire remarquer.

Elle revenait donc de sa chasse dans plusieurs villages abordant le désert, accomplissant sa tâche de semer le chaos mais … A petite échelle. La sorcière était agile, elle manipulait les ténèbres, les morts mais elle n’était pas toute puissante. Pas encore. Elle avait tué deux ou trois personnes durant son voyage, passant discrètement dans les petites communautés, prenant la vie puis repartant, le sac emplit d’organe et de fiole de sang. Semer le Chaos. Elle avait beau mépriser les gens avec qui elle travaillait, elle devait l’avouer, leur but était inspirant pour la divinatrice. Le contrat, cette fois, fut qu’elle exerça son art mortuaire sur ses contrées et en échange, elle pourrait entamer un voyage vers l’Ile cadavérique. Une relique de Plegia. Une Ile ayant été victime de bien des événements de nature ténébreuse. Et à cet instant, dés le moment où elle foula ses terres sablonneuse … Les esprits lui hurlèrent à l’oreille de les accompagner là-bas.

Elle était donc en route dans ce désert. La nuit commençait à tomber et elle suivit les indications de ses êtres éthérés pour rester en vie. La chamane était fatiguée, elle avait chaud sous son bandage recouvrant sa tête et ses yeux mais … Elle restait souriante, confiante, inébranlable. Elle voyait une confiance aveugle à ses guide et jamais, l’espace d’un instant, elle imagina mourir ici. La route ? Elle ne la connaissait pas. Sa route était celle des esprits. Que cela prenne un ou dix jours, ce n’était pas un problème tant qu’elle était en communion avec ses êtres que son peuple, qui l’a rejeté, vénérait tels des dieux. Elle trouva abris dans le crâne géant d’un dragon, mort il y a bien, bien longtemps.

Dans cette grande carcasse, la sorcière alluma un feu, ayant sur elle tout le matériel nécessaire, ayant transporté le nécessaire à même le dos, galvanisée, renforcée par ce fanatisme qu’elle voyait aux morts. Dans le désert désormais noir, sombre, une seule lumière transparaissait. Celle qui sortait de la gueule et des yeux d’un crâne géant… Peur des bandits ? Des visiteurs indésirés ? Non. Elle n’avait pas peur. Elle n’avait pas peur de la mort, pourquoi avoir peur de mauvaise rencontre ? Au mieux, ceux-ci lui serviront de repas, au lieu de ses scorpions qu’elle traquait et tuait par sa simple main, adroite et ayant l’habitude en ayant survécu des années dans la nature hostile de l’archipel.

Rassasiée, ou du moins pour l’instant. Elle ne désirait pas terminer sa soirée avant d’avoir honoré ses guides qui l’aidaient au quotidien. Aveugle, elle ne pourrait rien faire sans eux. Tels les rituels de la tribu ténébreuse de l’archipel, elle commença à installer bien des grigris dans le sable, autour du feu, récitants des incantations tribal dans une langue qui était inconnu à toute personne hors Archipel des ombres. Elle sortit de son sac un organe encore sanguinolent qu’elle avait protégé dans une feuille de palmier pour ne pas souiller le reste et l’ouvrit d’un couteau de chasse, brandissant le morceau de carcasse avec un grand sourire malsain, la main couverte de sang … Avant de la jeter au feu. La fumée qui s’en dégageait prit une lueur verdâtre, une crâne humain éthéré prenant forme hors de la fumée, poussant un cri lugubre, résultat de sa magie, de ses rituels et de ses croyances. Elle avait honoré les morts en sacrifiant ce qu’elle aurait pu utiliser pour survivre un jour de plus en cet enfer.

Cependant, subitement, Tisha ne ria plus. Subitement, elle frappa le sol de ses mains, enfouissant ses mains humide du liquide vitale pour les nettoyer dans le sable, les recouvrir. Elle se tourna ensuite, lentement … Elle avait sentit une présence. Les esprits lui ont dit. Et dans le doute, elle avait effacé ou essayé d’effacé les marques d’une possible raison de lui chercher des noises.

« Aah … Gnyaha … Qui que vous soyez … Approchez. Ce n’est pas très bien vu, d’épier les gens comme cela. A moins … que … C’est de la peur que je ressens ? Hmhmhmm ~ »

Lakhsry
avatar

Messages : 18

Feuille de personnage
Classe: Mage
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Vent
2Potion
3
4
5
Sujet: Re: Deux âmes qui vivent dans le champs ardent des morts. [ PV Lakhsry ]   Dim 10 Juil - 21:53
Une chaleur assommante doublée d'un sable étourdissant, dans quel pétrin Lakhsry c'est il fourré ?
Voilà ce que ce serait dit un homme normal, mais le mage n'était pas vraiment normal, ici, le vent est bien plus fort et les déserts ont toujours recelés de nombreux secrets. À dos de cheval et mené par un guide, l'étudiant traversa le désert jusqu'à sa sombre destination.

Guide : Monsieur, j'espère que vous n'avez pas l'intention de traverser la totalité du désert ? Vous m'avez pas assez payé pour sa!

Le mage avait dû travailler dans quelques écoles pour apprendre les rudiments de l'écriture et de la lecture pour les enfants en échange de pièce pour venir ici, sa raison ? Étudier les ossements anciens du dragon déchu. Là-bas, la magie des ténèbres devaient probablement pulser comme un cœur dans un homme.

Lakhsry : N'ayez crainte mon brave, je suis ici à titre d'étude et nullement d'aventure et d'exploration !

Dans un réflexe de survie ou de collecte d'information, l'homme regarda autour de lui, cherchant du regard l'objet de ces recherches.

Lakhsry : Dîtes moi, nous sommes encore loin du crâne du dragon ?

Guide : Bho … environ … je dirais jusqu'au coucher du soleil ?

L'érudit ne répondra pas, il préférera sortir une carte et regarder les environs. Ici, le vent transformait le décors sans arrêts. Le désert est aussi vivant que l'océan, bougeant et ce déformant sans-cesse, impossible de cartographier l'endroit et voilà pourquoi il est si facile de s'y perdre. Il sentait que le tome du vent qu'il transportait pulsait à chaque bourrasque, comme un poisson venant de se retrouver subitement dans l'eau. Il avait tant à apprendre … Mais il devait rester concentré sur le crâne du dragon.

Par chance et durant sa traversée, nulle tempête ne ce leva et il rationna sa gourde avec soin pour ne manquer subitement d'eau , le guide était habitué et le menait avec sûreté et confiance, évitant tout endroit dangereux à travers cette hostile mer de dunes.

Ce n'est que quand la lune ce mit à grandir au-dessus de l'horizon que le mage vit enfin sa destination, la gueule béante du dragon ! Imposante, immense et impressionnante ! Il descendit de sa monture maladroitement, peu habitué à cela et commença à chercher son matériel dans les sacoches sans attendre, dont étaient pourvus la bête, le guide lui s'approche de son touriste sans descendre de son canasson.

Guide :J'vous laisse faire hein ! Les études c'est pas mon truc… J'vais commencer à faire le feu et préparer le campement !

Le mage-aventurier tournera la tête, une plume à écriture entre ses lèvres, il hochera la tête en accords sans rien dire si ce n'est une espèce de ''hm-hm'' qui ponctuait son accord muet.

Une fois le cavalier au loin, il saisit tas de papier blancs, son tome de vent qu'il cacha à travers les plies de son manteau et s'avança vers la gueule béante du déchu.

Ce n'est qu'une fois arrivé près d'un amas de buisson mort qu'il sentit comme un frisson parcourir sa colonne, une odeur immonde vint chatouiller ces narines et une subite envie de vomir le pris. La magie des ténèbres semblait le refouler soudainement, la pratique fait toujours plus mal que la théorie et là, il fit les frais des premiers symptôme.

Il se posa derrière les buissons, mit genoux à terre ainsi que son équipement avant de poser sa main sur son tome, il osa regarder par -dessus les buissons et resta sans voix en voyant le spectacle qui se déroulait au centre même de la mâchoire ouverte de la créature. Une femme ,dont les yeux étaient bandés, brandissait un organe que Lakhsry ne pouvait identifier avant de le jeter dans le feu, le tout ponctué de paroles dont la langue était complètement inconnue.

Le mage reprit rapidement ces esprits avant de saisir sa plume, la tremper dans l'encre et écrire frénétiquement sur ces bouts de papier, il dessina un rapide croquis, il tenta d'écrire également les mots tels que la femme les prononçait , mais le sens manquaient à ceux-ci. Sa concentration était mise à rude épreuve, l'odeur de la chair brûlante emplissait ces narines et il dût souvent cesser son écriture pour plaquer son avant-bras contre sa bouche pour éviter de vomir.

Ce n'est que lorsqu'il écrit les derniers mots prononcer et cette étrange manière de planter les mains dans le sable qu'il entendit la voix de la femme emplir le silence nocturne qui c'était soudainement imposé.

« Aah … Gnyaha … Qui que vous soyez … Approchez. Ce n’est pas très bien vu, d’épier les gens comme cela. A moins … que … C’est de la peur que je ressens ? Hmhmhmm ~

Le mage ce figea, la plume formant une tâche d'encre sur la feuille. Il déglutit avant qu'un énième frisson ne parcours son échine. Il soupira et ferma lentement l'encre et posa la plume sur le parchemin avant d'avoir séché l'encre de la dites plume dans le sable. Peur ? Il devait l'avouer, mais est-ce que les héros de son enfance ont peur ? Peut être … Mais il devait éviter ce sentiment qui pouvait faire perdre sa concentration. Il souffla pour se calmer, réajusta ces lunettes avant de se lever lentement, son tomes cacher dans les pans de son manteau.

Il fît face à la sorcière, les flammes dansantes faisant onduler les ombres autour de lui alors que le vent ce leva rapidement pour faire s'élever un peu de sables. Il toisa le bandeau de la femme qui lui masqua les yeux ,mais les siens semblaient le démanger quand il regarda à cet endroit, obligea à détourner le regard un instant.

Il chercha ces mots, la femme l'invita à s'approcher ,mais il n'en fît rien … piège ? Peut être … Mais il se devait de la jouer serrée, de peur d'être le prochain ingrédient au rituel.

Lakhsry : De la peur oui, mélangé avec un soupçon de curiosité et … De dégoûts …

Le dernier mot de sa phrase étaient un test, savoir si cela allait toucher la femme au point qu'elle ne lui saute à la gorge ou si elle fera preuve de retenue … Une fois ces paroles dites, il se prépara à toutes éventualités, ce qui voulait dire de se jeter en arrière et de piquer un sprint vers son canasson.

Invité
Invité
Sujet: Re: Deux âmes qui vivent dans le champs ardent des morts. [ PV Lakhsry ]   Lun 11 Juil - 8:57
Le vent s’était levé, le sable aussi. Etait-ce le résultat de son rituel interrompu ? Etait-ce une manifestation directe des esprits qui s’étaient rassemblés autour de Tisha ? Déconcentrée par cette présence, la divinatrice ne pouvait réellement le dire. Qu’importe le problème, elle le réglera une fois qu’elle sera seule à nouveau. Pour l’instant, elle pouvait sentir le sable tendrement lui fouetter les parts nue de son corps, toujours habillée de cette robe tribal et de ses bandages couvrant poitrine et tête. Aveugle et protégée, elle ne fut pas dérangée par les bourrasques de sable, se retournant ainsi vers l’homme que les esprits avaient signalé sans hésitation ou contrainte.

Regardant par-dessus son épaule, les ombres dansantes sur elle et sur les parois blanchâtres du squelette géant dans lequel elle avait trouvé refuge, la sauvage adressa un sourire un peu malsain à l’inconnu. Ses mains remuaient dans le sable, le brassant afin de faire disparaitre les traces de sang, un peu comme si elle avait encore le moindre espoir d’inspirer la confiance avec cette odeur de viande humaine, non pas cuite mais brulée dans le feu. Elle ressentait les sentiments de son invité surprise … Non, elle devinait plutôt ses intentions générale et celui-ci ne s’étant ni rué vers elle, ni enfuit une fois qu’elle avait haussé la voix, elle se disait dans un coin de son esprit farfelue que cela pouvait devenir intéressant.

A ses mots, elle poussa un petit ricanement, amusée par cette description qu’il lui faisait. Elle haussa à nouveau la voix, de son ton presque charmeur, joueur.

« L’homme ne serait pas meilleur qu’un monstre sans la peur … Il n’y a rien d’anormale à te sentir faible face à l’inconnu, ô petit insecte parcourant le désert ~ »

Elle retira ses mains du sol tout en laissant le sable couler entrer ses doigts, le laissant osciller dans les airs avant de se pencher pour saisir son bâton de marche qu’elle avait laissé sur le coté, le temps du rituel. La divinatrice se redressa lentement en s’appuyant dessus, se tournant vers la présence qu’elle ne pouvait possiblement pas voir … mais ressentir.

« Cependant, ce qui différencie aussi l’homme de la bête est cette curiosité morbide … Celle qui pousse l’homme à s’approcher, même quand celui-ci a la peur au ventre … Quand au dégout … Gnyahaha … »

Un sac accroché au niveau de sa taille, elle plongea sa main dedans et en tira une fiole rustique, rougeâtre … Contenant le sang de ses précédente proie. Frottant un peu sa main à sa robe, la débarrassant un peu du sable, elle dé bouchonna la petite bouteille et ouvrit la bouche de manière à faire couler le précieux liquide entre ses lèvres. Une vision peut-être dérangeante, si tenté que l’on devine que c’est du sang et non une quelconque liqueur aromatisée. Cependant, vu ce qu’était Tisha, y avait-il seulement un doute.

Le sang n’était pas quelque chose de désaltérant comparé à de l’eau mais c’était un plaisir, un péché mignon pour la prêtresse. Elle n’avait pas soif en cette nuit froide mais peut-être étais-ce seulement pour jouer avec les nerfs de cet homme, après avoir mentionné le dégout. Après tout, de tout ses voyages hors de l’archipel, elle avait apprit bien vite que la chaire humaine ou le sang n’étaient clairement pas un met courant. Elle s’en amusa donc, refermant par la suite la bouteille, un filet de sang coulant au coin de sa bouche.

« Aaah … Quelle est cette chose que tu recherche, voyageur ? Pourquoi venir déranger mes précieux rituels ? » Ses mots étaient accusateurs mais son ton était toujours aussi joyeux bien que sinistre, prouvant quelque part qu’elle n’était nullement dérangée, agacée ou énervée.

« Si c’est un abris que tu recherche, il y a bien assez de place ici pour deux … Même si je me doute que vous n’êtes pas là pour le toit au dessus de notre de tête. Les guides t’attendent par delà les crocs de ce crâne. »

Elle sourit, faisait un peu sa maline à vrai dire. Elle venait de lui dévoiler qu’elle savait bien qu’il n’était pas seul. Le feu des esprits dansaient au loin, à travers sa vision de l’au-delà. Peu importe d’où venait cet homme, il n’était pas seul et le fait qu’elle le savait sans être à portée de vue … Le fait qu’elle le savait alors qu’elle était aveugle devait bien intrigué cet homme prés d’elle. Elle adorait ce sentiment … Celui d’être vu comme quelque chose de spéciale et dérangeant.

Elle se tenait à son bâton, debout prés du feu, son autre main venant tenir la hanche opposée pour croiser son bras au dessus de son ventre. Elle souriait. La chamane n’avait pas l’air agressive ou animée d’une quelconque envie de tuer. La raison ? Tisha n’est pas un monstre. Elle chasse pour se nourrir… Et la barrière de la moralité entre le bien et le mal, lorsqu’il s’agit d’une vie humaine, est très fine du à sa culture mais si il n’y a aucune raison de prendre une vie, pourquoi le ferait-elle ? Sadique, elle l’était mais raisonnable aussi. Cette femme n’aurait jamais été une grande divinatrice, une prêtresse si elle continuait d’être la petite sauvage sans cervelle qu’elle avait été dans son enfance.

Lakhsry
avatar

Messages : 18

Feuille de personnage
Classe: Mage
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Vent
2Potion
3
4
5
Sujet: Re: Deux âmes qui vivent dans le champs ardent des morts. [ PV Lakhsry ]   Lun 11 Juil - 21:57
« L’homme ne serait pas meilleur qu’un monstre sans la peur… Il n’y a rien d’anormale à te sentir faible face à l’inconnu, ô petit insecte parcourant le désert ~ »

Il ne savait quoi répondre, elle semblait parler avec calme, néanmoins ces paroles suintaient la magie noire … Lakhsry fit claquer sa langue contre son palet, réfléchissant à toute vitesse pour trouver une quelconque solution à cet épineux problème dans lequel il s'est fourré par curiosité.

« Cependant, ce qui différencie aussi l’homme de la bête est cette curiosité morbide… Celle qui pousse l’homme à s’approcher, même quand celui-ci a la peur au ventre… Quant au dégoût… Gnyahaha … »

Peur… Oui, lakhsry avait peur en effet, mais plus il restait face à cette femme, plus cette peur se mua en prudence et en une sorte d'envie immédiate de purger cet endroit de sa présence. Mais il devait rester calme, ne pas jouer au jeu auquel, elle veut jouer, il ne dégainera pas les armes, pas tout de suite.

La petite fiole le fit sortir de ces rêveries, le liquide rouge contenu dans cette petite potion fit quelque peu grincer les dents du mage. Elle le provoquait sans cesse, mais l'esprit du mage tint bon, il ne jouera pas le jeu. Son esprit est son arme et il se devait de le garder sous contrôle, les pensés hostiles ne firent qu'un tour dans sa tête avant d'être dissous par sa volonté d'apprendre, se remémorant les contes passés pour puiser l'inspiration dans les actes des héros de jadis confronté à cette situation…

« Aaah … Quelle est cette chose que tu recherches, voyageur ? Pourquoi venir déranger mes précieux rituels ? »

« Si c’est un abri que tu recherches, il y a bien assez de place ici pour deux… Même si je me doute que vous n’êtes pas là pour le toit au-dessus de notre de tête. Les guides t’attendent par-delà les crocs de ce crâne. »


Il sourira, qui voudrait dormir avec telle personne ? Qui voudrait risquer sa vie auprès d'un tel rituel ? Seuls les fous le feraient et Lakhsry savait qu'il n'en était pas un.

Ce qui était plus surprenant par contre, c'était le fait qu'elle sache qu'il n’était pas seul, comment avait-elle fait ? Peut-être qu'elle-même n'était pas seule ? Elle semblait aveugle, mais un mystère pesait sous ces bandages, piqué par la curiosité, Lakhsry se devait de gagner du temps et de gratter un maximum d'informations.


Il savait que cette femme cachait de noire secrets, mais l'érudit ne doit pas avoir peur du savoir, il doit apprendre pour mieux interpréter, le tout et de savoir gérer les informations obtenues et de les utiliser à bon escient.

Lak : - Vous me voyez navré, mais je ne dors jamais avec ceux dont le nom et les coutûmes m'échapper, peut être pourriez-vous m'en dire plus sur vous ?

Tout en parlant, le mage commença à marcher autour de la femme, la contournant, cherchant à savoir si elle le suivait de la tête, mais aussi pour se mettre en position de force dans la discussion. Sa main ne quitta pas son tome, bien trop soucieux de l'utiliser au bon moment.

Il continua à la contourner jusqu’à arriver aux premières dents du crâne du dragon, une fois ici, il posera sa main droite sur la canine de roc et contempla les ossements de l'ancienne créature.

Lak :- Si je suis ici, c'est pour apprendre… Cette bête dégage une énergie même après la mort, que devait-elle faire de son vivant ?

Il glissa sa main le long de la canine, qu'elle créature effroyable… Il était heureux de la savoir dans l'autre monde désormais.


Lak : - Je suppose que si vous êtes ici, c'est pour canaliser cette énergie n'est-ce pas ? Vous imprégnez des résonances de la bête défunte ? Peut-être que ce rituel était un moyen d'y accéder ?

Sa main glissa et quitta la formation osseuse, il frottera son pouce avec son index avant de la balancer négligemment, comme se débarrassasent des grains de sables qui se seraient déposé sur ces doigts.

Il reporta son attention vers la femme, la peur semblait l'avoir quitté quelque instant, il commençait à s'y faire, après tout, ce n'est pas comme s'il n'avait jamais entendu parler de la magie des ténèbres et qu'il n'en connaissait pas les effets, tous les héros un jour ou l'autre y sont confrontés et ils doivent garder la tête froide pour y faire face.

Il attendait, patiemment la réponse de l'étrange sorcière, mais il ne ce faisait pas d'illusion, cette femme ne ressortira probablement pas indemne de leur rencontre, lui non plus d'ailleur.

Invité
Invité
Sujet: Re: Deux âmes qui vivent dans le champs ardent des morts. [ PV Lakhsry ]   Mar 12 Juil - 20:59
Tisha voyait en cet homme une distraction. Plus tôt, elle imaginait ce qui se passerait si des bandits avaient pris d’assaut son foyer temporaire : Un beau festin. Cependant, l’homme n’avait montré aucun signe d’agressivité. Seule la peur puait dans les environs. Une peur qui petit à petit, s’apaisa au fil de ses phrases. Avait-elle réussit à le rassurer ou non ? Elle l’ignorait. La divinatrice était sage, parfois omnisciente mais pas pour tout. Le fait est qu’il se dressait devant elle et osait même engager la conversation, même si celle-ci était un peu froide.

En disant ses mots, l’homme se mit à se déplacer autour d’elle. Entre temps, la sorcière s’était appuyée sur son bâton de marche qui trainait non loin, fixant toujours le même point fixe devant elle. Oui, elle voyait les esprits mais elle restait aveugle. Elle savait que l’homme se déplaçait, elle le ressentait mais … Cela n’avait pas beaucoup d’importance. Son âme était en conflit. Elle flamboyait et en même temps, elle était … glaciale. Une bombe à retardement. A savoir de quel côté son cœur chavirera.

Elle souriait toujours, répondant calmement à sa question, de son même ton à la fois charmeur, envoutant et sinistre, d’une voix féminine et pourtant un peu rauque.

« Je ne suis qu’une humble servante des esprits … Tisha est mon nom, une prêtresse d’outre-mer, une chamane, une divinatrice … Vois quel titre me va le mieux. Quand à mes coutumes… Il n’y aurait pas assez de la nuit pour toutes te les inculquer. »

Joueuse, taquine, ambiguë, elle aimait sa petite déviance, sa moquerie intérieur, son jeu qu’elle exerçait sur les faibles, sur les esprits simple, sur des jouets. Cependant, son sourire se fit plus menu lorsqu’il commença à évoquer les restes du dragon. Son opinion sur le sujet était plus que mitigé et surprenant par rapport à l’image qu’elle donnait d’elle-même.

Elle alla même jusqu’au point de serrer les dents lorsque l’inconnu osa, même durant une fraction de seconde, imaginer qu’elle avait une quelconque fascination pour cette monstruosité dans laquelle elle s’abritait de la froideur et au matin, de la chaleur. Cette chose, effectivement, transpirait l’énergie maléfique dont elle avait la maitrise, l’énergie maléfique qui, en ses terres, était quelque chose de bénéfique, de précieux, à chérir autant que la terre ou la pluie. Mais son peuple, bien que différent, n’œuvre pas pour le mal. Aucun peuple ne le fait. Une secte, une organisation, oui, mais pas un peuple tout entier. Dans sa culture, il ne fallait pas craindre la mort mais l’embrasser, oui, mais c’était uniquement une autre façon d’être heureux et de ne pas craindre l’inévitable. Elle chassait, oui, parfois des gens mais ceci n’était que naturel. Le lion doit bien chasser la gazelle pour manger, qu’importe que l’animal ait des petits ou non. Les ténèbres … Les ténèbres étaient entretenues et contrôlé pour maintenir la balance, l’équilibre. C’était pour cela qu’il fallait parfois sacrifier des hommes et des femmes : calmer les esprits, ne pas attirer leur haine, survivre plus longtemps avec ses forces de l’au-delà toujours plus grande … Mais le dragon ?

Le dragon était un monstre, un être consumé par des ténèbres trop grand. Il brisait la balance, il adorait ça, il tuait avec ou sans consentement des esprits. Sur son archipel, il y avait eu peu d’altercation de ce genre avec de telle bête mais il était dessiné sur des stèles millénaires les contes et légendes d’être impie tels que ses dragons en train de ravager la terre mère. Etre comparé à cela ? Elle dû se contrôler pour ne pas exploser. Ses ténèbres à elle … Elle avait été formée par la vie, dès son plus jeune âge, pour être le réceptacle idéal, être celle qui guiderait son peuple à travers l’épreuve, le passage de la vie à la mort. Elle était une prêtresse, une grande chamane ! Elle était maléfique mais sage, gardienne du bien et du mal. C’était une insulte !

Elle avait envie de hurler. Joueuse et joyeuse, elle retournait vite sa veste lorsque quelque chose la contrariait vraiment. Cependant, elle se contenait … Et le seul signe trahissant l’animosité dans son âme était un petit grognement rauque qui s’échappa de ses lèvres, fixant toujours cet endroit où il n’était plus.

« Pour rien au monde j’accepterais de mettre en danger la terre mère pour la simple et stupide excuse de la puissance ou autre prétexte sans queue ni tête ! » Son ton était sec, voir agressif, incisif. « Il est vrai que ses créatures sont un peu comme le berceau de cette magie qui habite le peuple de mes terres mais ce n’est pas une excuse ! Cette créature n’apporte que la mort. Trop de mort. Des morts sans raisons, illogique, sans prétexte. Il perturbe la balance et désire uniquement apporter ténèbres au monde ! »

Elle regarda par-dessus son épaule, dirigeant son visage vers la présence qu’elle ressentait, l’homme … Le bandage sur son visage cachait ses sourcils froncé mais ses crocs de sauvage servaient à eux seul à exprimer sa haine envers cette chose.

« J’aurais aimé traquer cette bête moi-même et festoyer sur son cadavre. Elle est morte et est très bien ainsi ! »

La sorcière cracha à terre en signe d'insulte pour la chose et se retourna ensuite vers le feu sortant une petite fiole de son sac. Celle-ci ne contenait pas de liquide mais une poudre qu’elle dispersa au dessus du feu. Un petit flash de lumière verdâtre apparut, laissant transparaitre les ombres des déchus, probablement dévoré par la bête il y a de ça des siècles. Des ombres de visages, de crânes, des formes se dressant dans la fumée … Avant de rapidement redevenir le feu doux et orangé qu’il était, la poudre étant brulée. Elle soupira après ses apparitions, ne prenant même pas la peine de se tourner vers son invité. Disant avec mépris et lassitude.

« Ce rituel servait à calmer les esprits, selon la coutume de mon peuple… Mais il faudrait des années de purge pour leur apporter le repos. »

Son humeur s’apaisa après ce petit coup de rage, ce coup de gueule destiné à éduqué un ignare sur ses intention. Elle se laissa tomber à genoux dans le sable et resta ainsi, face au feu… Le calme était revenu, même si son sourire taquin d’il y a peu avait définitivement disparu. Elle haussa une dernière fois la voix, le gout du sang qu'elle avait bu encore en bouche, plus amer après avoir remué ainsi le couteau dans la plaie.

« C’est donc la connaissance que vous cherchez ? … Rebroussez chemin. Certaines choses méritent de rester sous le voile des ombres … »

Lakhsry
avatar

Messages : 18

Feuille de personnage
Classe: Mage
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Vent
2Potion
3
4
5
Sujet: Re: Deux âmes qui vivent dans le champs ardent des morts. [ PV Lakhsry ]   Mar 12 Juil - 22:40
Visiblement, Lakhsry avait touché le point sensible avec la force d'un bélier perforant un mur d'enceinte, la femme avait été troublée, vexée. Tant mieux, à vrai dire, Lakhsry cherchait à briser sa carapace de manipulatrice pour qu'elle se mette à nue et ne révéle ces intentions, ce qu'elle fit.

« Pour rien au monde, j’accepterais de mettre en danger la terre mère pour la simple et stupide excuse de la puissance ou autre prétexte sans queue ni tête ! » « Il est vrai que ses créatures sont un peu comme le berceau de cette magie qui habite le peuple de mes terres, mais ce n’est pas une excuse ! Cette créature n’apporte que la mort. Trop de morts. Des morts sans raisons, illogique, sans prétexte. Il perturbe la balance et désire uniquement apporter ténèbres au monde ! »

Le mage croisera les bras, écoutant attentivement, défiant, toisant d'un regard quelque peu mauvais sur la femme au bandage.

« J’aurais aimé traquer cette bête moi-même et festoyer sur son cadavre. Elle est morte et est très bien ainsi ! »

Voilà qui est assez surprenant, mais après tout, cela n'excusait en rien le meurtre et la consommation d'être intelligent tel que les humains… Si tant est soit-il qu'elle en mangeait.

Perdu dans ces pensées, il se fit soudainement extirper de ceux-ci avec violence en voyant les êtres spectraux sortant du feu, des morts dont les hurlements silencieux assaillaient l'esprit du mage avant de retourner aux braises desquelles ils sont sortis.

« Ce rituel servait à calmer les esprits, selon la coutume de mon peuple… Mais il faudrait des années de purge pour leur apporter le repos. »

Encore sous le choc des apparitions, Lakhsry n'entendit et surtout ne compris ces phrases que quelque instants plus tards. Calmer ? Les apaiser ou… Les dominer ? La différence est si mince parfois, mais étrangement, il semblerait que ce qu'elle cherchait était un but certes louable, mais dont la méthode reste tout fois obscure et quelque peu malsaine.

Il retourna la situation dans son esprit, les ténèbres environnant avaient ils brouillé ces perceptions ? Non, il devait être impartial, il réfléchit à ce qu'il avait vu. Il avait vu cette femme brûler de la chair, parler dans un dialecte inconnu et boire une fiole de substance rougeâtre, probablement du sang … Un rituel sans aucun doute, mais dans quel but ? Elle avoue ne pas apprécier cette bête qu'était le dragon déchu et que les esprits semblent l'inquiéter. Elle est aveugle, mais elle peut le voir à travers un quelconque moyen…

Les indices tournèrent dans la tête du mage, cherchant logique et clarté, petit à petit, un dessin ce tissa au sein de son esprit, un dessin d'une femme qui aurait une culture radicalement différente, un rituel et même une magie différente, si cela est bien des morts, il s'agit de nécromancie … Néanmoins, elle n'est pas accompagnée de squelette et elle ne parle que d'esprits troublés… Il devait en savoir plus sur ces esprits et tirer cela au clair, il ne devait pas agir sur la précipitation est prêcher le calme comme à son habitude. Prendre du recul et analyser la situation sous tout les angles possibles.

« C’est donc la connaissance que vous cherchez ? … Rebroussez chemin. Certaines choses méritent de rester sous le voile des ombres… »

Voilà une vision de la connaissance des plus étriqué, toutes choses méritent d'être étudiées, et même les plus nocives, car c'est en apprenant du poison que l'on fabrique un remède.

Il s'approchera de la femme, surpris d’ailleurs de voir qu'il ne sentait plus vraiment de peur, mais une grande dose de curiosité. Une magie des esprits ? Voilà qui était complètement inattendue ! Sans prévenir, il fera volte-face, passera par-dessus les buissons et ramassera tous ces papiers ainsi que son encre, une fois le tout bien en main (et de façon complètement précaire) il s'approchera du feu, se mettant face à la femme, il déposera les papiers prés des braises, son encre à ces coté et utilisera son tome comme dossier à ces feuilles pour écrire avant de simplement s'asseoir en tailleur prés des flammes. Il gribouillera vite faite un croquis de Tisha et de ces vêtements avant de commencer à entamer la conversation.

-Je comprends vos peurs concernant mes recherches, mais si vous cherchez à préserver réellement cette terre, alors nos objectifs ne sont pas si éloignés.

Tout en parlant, il commencera à faire un croquis de la gueule du dragon également, il fera un croquis de ces esprits tourmenter qu'il avait vu dans les flammes du feu de camps et qui restait si clairs et net dans son esprit.

-La connaissance, ce doit d'être universelle et impartial, c'est en comprenant le venin du serpent que nous trouvons un remède au poison qu'il engendre… Je suis un érudit d'Ylisse et je me passionne pour toutes les sortes de magie… La vôtre est… Disons assez obscure de nos ouvrages.

Il cessera son gribouillage et relèvera la tête vers la chamane.

-Je tiens à m'excuser si j'ai mal-jugé votre… Rituel ? Comprenez que je me dois d'être prudent, j'ai grandi dans le respect de la moral et du bien être de chacun. Le mal prend de nombreuses formes et j'aurais pensé que vous en feriez parti.

Il posa son encrier dans le sable et y plongea sa plume, la laissant s'imbiber d'encre avant de saisir la page et de l'approcher du feu pour faire sécher l'encre. Il n'avait pas peur qu'elle voie ces dessins, après tout, elle était aveugle et ils n'étaient pas de très haute importance.

-Peut-être pourriez-vous m'en dire plus sur vous ? Sur vos pratiques ainsi que de là où vous venez ? Vous pourriez contribuer à ma quête si vous acceptiez de m'en faire part.

En réalité, il se devait de juger, disait-elle vrai ? Disait-elle faux ? Il devait savoir, de plus, il était en face d'un rituel qu'il ne connaissait pas, il devait noter, archiver et étudier ces méthodes ainsi que ces ''esprits'' dont elle ne cesse de parler.

-D’ailleurs, pourriez-vous me parler de ces esprits peut-être ?

Invité
Invité
Sujet: Re: Deux âmes qui vivent dans le champs ardent des morts. [ PV Lakhsry ]   Dim 17 Juil - 14:48
L’âme vacillante de l’homme témoignait à sa place de la confusion qu’il ressentait en voyant son petit spectacle d’ombre et de lumière. Les esprits étaient des êtres surnaturels, des êtres qui n’étaient pas censé être vu par l’œil humain. Les esprits vivent en nous, ils sont nous mais sont aussi fait pour agir via un corps, une enveloppe corporelle. Le vrai visage des morts est terrifiant pour les vivants, ou du moins, les vivants qui ne se sont jamais préparé. En son village, le visage des morts était accepté. On les rencontrait souvent, certains même parlaient avec eux via l’intermédiaire du Devin … D’elle.

Mais elle comprenait que cette manière de vivre était uniquement appliquée de par son Archipel natale ou, en tout cas, elle n’était pas appliquée à de nombreux endroits hors de ses iles. Depuis qu’elle voyageait par-delà les mers, elle avait découvert que les esprits lui disaient la vérité : Le monde n’était pas prêt pour eux, ni pour elle. Elle avait déjà était chassée pour ses croyances, blessée pour ses pratiques et pourtant, elle recevait chaque punition avec un sourire déviant car c’est pour cela qu’elle vivait, pour ses traditions, pour honorer les esprits et être prise en martyr était d’une certaine satisfaction.

Mais qu’importe, Tisha n’était plus d’humeur à s’extasier devant les mystères obscures de son petit monde à elle. Elle venait de cracher son venin en direction de ses êtres qui, même ténébreux, avaient causé du tort au monde par le passé. Elle sentait la présence de l’homme se rapprocher et se poser devant elle, près du feu. Elle ne connaissait toujours pas le nom de l’inconnu mais, après tout, elle ne l’avait pas demandé, contrairement à lui. Elle n’avait pas besoin de connaitre son nom pour sonder son âme et savoir de quel bois il était fait. Elle n’avait pas besoin de son nom pour savoir s’il était une menace ou pas, une marionnette ou un marionnettiste.

Toujours à genoux devant le foyer, elle l’écouta essayer de la rassurer bien qu’il n’y avait pas de réelle inquiétude à la base. Si elle l’avait prévenu, c’était avant tout pour son propre bien. Si il désirait par la suite continuer à fourrer son nez plus loin encore dans les affaires des ténèbres … Elle était capable d’en sortir indemne, mais lui ? Rien n’était moins sûr … Il y avait une part de vérité dans ses paroles mais la règle, à son sens, ne s’appliquait pas aux forces obscures qu’elle connaissait bien. Elle en était imprégnée et pourtant, si cela devait l’amener à un remède, peut-être que cela ferait longtemps qu’elle serait fait de lumière et non de noirceur. De toute façon, ses choses n’étaient pas applicables car un monde se doit d’être équilibré en tout. Cependant, elle poussa un petit ricanement, se décrispant un peu.

« Ma magie serait obscure dans n’importe quel ouvrage, petit insecte ~ »

L’appellation pouvait sembler insultante mais elle ne s’en rendit pas compte, prononcé avec toute l’affection du monde, si on pouvait le dire ainsi. A ses yeux, les insectes étaient de fascinantes petites créatures et non pas la chose dégoutante que tout le monde semble vouloir voir. Elle ne répondit pas à ses excuses, si ce n’est que son sourire retrouvé, redressant la tête vers lui. Elle comprenait bien. Elle était sage, illuminée, peut-être pas de la même manière que les anciens et sages maitre qu’il avait en mémoire mais elle connaissait le monde même si elle n’avait que peu voyagé hors de ses iles. C’est le Destin qui lui avait confié tel pouvoir : la vision des esprits. Il demanda des informations et elle comptait bien lui dévoiler son savoir, majoritairement car cela ne la dérangeait pas, même si elle savait l’effet que pouvait faire certaines de ses révélations. Elle ricana, s’installant un peu mieux dans le sable.

« Tant de questions qui demandent réponses mais es-tu seulement prêt à les entendre ? Gnyahahaaa ~ … Je viens d’un endroit que vous appelez encore … L’archipel des ombres. »

Un vent sinistre souffla dans la gueule du squelette géant, agrandissant un peu plus son sourire, comme si la simple évocation de cet endroit était un affront à ses terres supposées plus civilisées. Les gens avaient encore un avis bien sombre sur ce petit continent oublié de tous, découvert par le monde extérieur il y a quelques années seulement. Rien que le nom témoigne de leur ignorance. Ils devaient considérer ses terres comme le nid de mille choses infâmes pour donner à ses luxuriantes iles verdoyantes et vivantes un nom si lugubre. Pourtant, il n’y avait pas que les ténèbres en ses lieux mais les plus belles œuvres de la terre mère. Qu’elles soient dans l’ombre ou à la lumière du jour.

« Ma tribu ne porte pas de nom … Ils sont les miens et vous êtes les autres. Nous somme les gardiens de l’équilibre en nos terre, nous honorons les morts, nos apaisons les forces supérieur qui habite notre archipel et partout où nous foulons la terre. Nous avons … Nombre de rites et pratique qui ne sont pas les votres ! »

Elle se redressa subitement pour se mettre accroupie, visiblement motivée à compter son histoire et répondre par la même occasion à ses question. Ses mains s’agitaient doucement près du feu, comme pour dynamisé son récit et tout ça, avec le même sourire et le même regard emplit d’une passion malsaine à travers son bandage, chose qu’il ne pouvait voir.

« Comme le voulait nos ancêtres, il fallait être fort pour maintenir la paix en notre île. Mon premier souvenir fut celui où mes parents m’ont emportée loin dans la jungle, abandonné à mon plus jeune âge, comme le voulait la tradition. Je devais survivre, prouver ma valeur face à la cruauté de la terre mère, là où tout être vivant se battaient bec et ongle pour vivre un jour de plus. Je me suis cachée … J’ai chassé … J’ai tué et dévoré. J’ai pris la force de mes proies pour porter mon corps plus loin. J’ai appris comment dépecer, tuer rapidement, piégé, affronter n’importe quoi et … N’importe qui pour honorer ceux qui m’avaient mis au monde. Lorsque je suis rentrée, un an après … J’étais devenue une guerrière. Une fière descendante des champions d’autre fois … Et mon père, le grand Devin … M’a récompensé d’un cadeau sacré. »

Emportée dans son récit, elle ne réfléchit même pas et porta ses mains derrière sa tête pour défaire le bandage autour de sa tête. Des cheveux mi- long, argenté, tombèrent presque sur ses épaules, dévoilant un visage féminin, dévoilant une femme que l’on pourrait presque qualifier de beauté si ce n’est ses yeux mort, blanc, vitreux, ainsi que des cicatrices les parcourant. Elle passa ses mains devant ses yeux fixes pour illustrer son propos, effectivement aveugle.

« Il a enfoncé ses doigts dans mes yeux, au milieu du village … Le sang a coulé de longues minutes … Il m’a retiré la vue. Il m’a empêché de voir ce qui n’était pas important. Il m’a empêché de voir la lumière …et il m’a transmis les énergies de la terre mère … Il m’a transmis la vision des esprits. Maintenant, je les vois… »

Ce qu’elle voyait était les esprits des morts mais aussi les esprits de la nature. Les manifestations magiques, les essences de la vie désormais mise en péril, les essences des forces de ce monde. Il y avait bien plus que les hommes et leur médiocre arme de bois et de fer. Elle était divinatrice, chamane, mage noir, oui une nécromancienne en un sens même si elle utilisait cette magie d’une manière plus respectueuse …

« Je les vois et ils savent que je les vois … Ils me parlent, ils me demandent des choses. Certains me supplies, d’autres m’y oblige. Je suis le chemin de mon père, je suis le guide de ses êtres et leur instrument sur le monde physique. Je n’ai pas beaucoup d’amis vivant et pourtant, je ne suis jamais seule. Ils me montrent le chemin là où mes yeux ne le peuvent plus. Ils m’aident à combattre, ils m’aident à survivre et c’est pour ça que je dois leur faire plaisir. De la reconnaissance … C’est ce que la plupart désire. Même si parfois … Certains ne désire que la mort et la destruction, la vengeance sur une vie de frustration terminée trop vite. D’autre désirent la paix et la justice … Je suis celle qui fait la balance. Je suis celle qui voit l’avenir et qui redirige l’énergie des esprits pour un monde meilleur et ce, même si mon peuple m’a chassé jusqu’au bord de l’océan … »

Cependant, aucune tristesse à ses derniers mots. Juste de la fascination.

Lakhsry
avatar

Messages : 18

Feuille de personnage
Classe: Mage
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Vent
2Potion
3
4
5
Sujet: Re: Deux âmes qui vivent dans le champs ardent des morts. [ PV Lakhsry ]   Dim 17 Juil - 17:06
Le mage avait écouté avec attention le discours de la femme, prenant note de tout ce qui pouvait être noté, dessiner ce qui pouvait l'être. Il était venu en quête de réponse contre la puissance du mal, mais il avait trouvé quelque chose de tout aussi intriguant. Ces esprits, ces être qui parlaient à travers cette femme étaient tout pour elle. Mais elle était également pantin de ceux-ci, messagère de puissance dépassant son entendement, dépassant sa vue et sa perception.

Il remarqua avec peine qu'au fond, il ne savait rien, il avait compris que ces connaissances seraient sans cesse remises en question une fois les portes de l'académie franchie, que la pratique pouvait défier la théorie et qu'il ne connaissait qu'un fragment de ce monde ou de ce dont il est composé. Ces êtres dont elles faisaient mentions étaient-ils réels ? Où peut être une folie liée à l'endoctrinement à son village ? Quoi qu'il en soit, il avait vu juste, elle avait une tradition à elle et tout aussi lointaine que son propre foyer.

Elle était face à lui, à la fois seule et entourée, à la fois folle et raisonnable. Cette femme prêchait des esprits peut-être factice, mais elle avait un but précis : l’équilibre du monde. Lui qui était à la recherche de héros peut être avait-il trouvé son premier ? Simplement qu'il fallait qu'elle soit orienter dans un but plus noble qu'un simple équilibre ?

Des discours traversèrent sont esprit, mais comment lui faire comprendre qu'a la place de prêcher un simple équilibre, elle pourrait se battre pour une cause juste, noble et devenir quelqu'un de respectable à travers un art sombre et incompris ? Tous les scénarios possibles entrèrent et ressortirent tout aussi vite dans la tête du mage, une simple bourrasque d'idée folle rapidement rejetée.

Elle est passée par des épreuves déroutantes, elle a fait sacrifice de sa vue naturelle pour une vue spirituelle, elle est devenu combattante par le sang et l'effort. En la regardant, Lakhsry ne put que voir le fardeau qu'elle avait à porter, un fardeau qu'elle seule comprenait et une dette qu'elle ne cesse de payer par le biais de rituel ou d'acte divers, sombre et probablement sanglants…

Ces esprits devaient être des consciences… Enfin, des êtres morts, les fantômes d'être tourmenté. Elle avait un don, celui de les voir et de leurs parler, et même d’interagir avec ! Elle pourrait devenir une prodigieuse exorciste … Mais une tout aussi destructrice nécromancienne. Le mage devait réagir, parler, dire quelque chose… Sa langue claqua son palet après avoir terminé la dernière ligne de note, il prendra une inspiration en fermant les yeux avant de revenir à la dame.

-Une histoire écrite dans le sang, le vôtre qui plus est. Je suis impressionné d'un tel parcours et la façon dont vous parler de ces être spirituels imposent le respect.


Compliments pour tenter de la mettre dans sa zone de confort, faire en sorte qu'elle soit plus ouverte à ces paroles.

-Je ne peux les voir, en fait, je ne connais que peu de personnes pouvant les voir, et même interagir avec eux. Vous dîtes prôner l'équilibre et vous m'en rassurez, le mal ne sert que ces intérêts qu'est la destruction de toute chose pour son profit et je craignais que vous en faisiez partie.

Il laissera peser une petite pause, le silence glacial de la nuit commençant à ce faire, il remarqua la brume se former à chacune de ces respirations et paroles. Il remarqua également la tenue de la femme, elle devait être habituée au temps plus chaud et ces vêtements ne semblait guère retenir la dîtes chaleur. L'animiste ce leva, tout en défaisant son épais manteau brun, il contournera la femme avant de poser le manteau sur ces épaules. Néanmoins, durant le trajet entre elle et lui, il aura pris un petit calepin d'une de ces poches, celui-ci était purement personnel à l'érudit, car il le gardait pour référencer les différentes personnes qu'il rencontrait.

-Tenez, je ne crains que le froid ne vienne vous étreindre trop rapidement et je ne voudrais pas que vos esprits m'en veulent de vous avoir laissé mourir de froid.

Il aura dit cela sur un ton des plus doux, il espérait que ce petit geste pourra être noté comme une envie d'en apprendre plus, qu'une simple tentative empathique ou voir même de drague. Il retournera à sa position initiale, prenant son calepin, ces notes à sa droite ainsi qu'un petit bout de charbon taillé.

-Les esprits… Vous les suivez en remerciement de ce qu'ils font pour vous, mais est-ce que certain vous pousse plus fort que d'autre ? Est ce que certaine esprits sont plus puissant que d'autre et vous parle avec plus de charisme qu'une simple voie dans le néant ?

Le charbon se posa sur le calepin, prêt à noter les premiers mots qui allaient sortir. Il ne pouvait détacher les yeux de cette femme, non pas pour cette beauté exotique qu'elle dégage malgré son handicap évident, mais pour cette aura de mystère qui flotte tels de l'encre dans l 'eau autour d'elle. Elle était peut-être mauvaise, peut être qu'un vrai héros n'aurait pas attendu pour l'occire dés qu'elle serait apparu à lui, mais il ne pouvait s'empêcher de croire en cet espoir futile que toute personne recèle un bon fond. Il avait bien fait de ne pas attaquer, il devait garder le contrôle de soit, un ennemi convertit vaut plus qu'un potentiel allié défunt.

Alors qu'il attendait les prochaines paroles de la femme des îles, il ne pouvait s'empêcher de ressentir un frisson d'excitation, il allait apprendre, encore ! Non, enfaîte, il était déjà en train d'apprendre et cela lui rappela ces longues années d'études dans l'académie, là ou tout n'est que découverte et il revivait la même chose en ce moment même, mais peut être à une autre échelle.

Il voulait voir en elle une potentielle exorciste pour la cause commune, pour le monde et en faire un endroit meilleur, la voir soigner les maux des morts là ou les prêtres ne font que prêcher et les proches pleurer. Mais il gardait les pieds sur terre, cette femme avait ces raisons qu'il ignorait totalement, peut être se trompait-il et qu'il aurait mieux faire de la combattre de suite ? Non, il devait agir avec patience et compassion, elle a souffert et aujourd'hui, elle suit ces être mystérieux comme un élève suis un maître.

Patience, toujours plus de patience, la vérité finira par sortir.

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Deux âmes qui vivent dans le champs ardent des morts. [ PV Lakhsry ]   

Deux âmes qui vivent dans le champs ardent des morts. [ PV Lakhsry ]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'ai toujours voulu courir dans un champs de blé. [Geekeuse ]
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» L U L L A B Y •• faire l'amour dans les champs excite les fleurs.
» Lalala des carottes dans les champs de blé [Claude]
» Un, deux, trois : TA GUEULE ! [PV Arth]

Fire Emblem Rebirth :: Plegia :: Désert de Plegia+
Sauter vers: