Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

Le hors-la-loi et la Princesse. (PV : Verica) [Support conversation B]

Invité
Invité
Sujet: Le hors-la-loi et la Princesse. (PV : Verica) [Support conversation B]   Jeu 7 Juil - 12:56


Il était sept heures du matin quand Maïa ouvrit enfin les yeux. La veille avait été mouvementée alors son sommeil avait été extrêmement réparateur. Ses douleurs étaient un rien parties, et elle pouvait désormais marcher mieux. Cependant le bandage à son bras ne devait pas être retiré avant quelques semaines, car la blessure était assez profonde. La princesse se souvint qu'elle avait rendez-vous devant les écuries avec l'étrange jeune homme de la veille. Il l'avait tellement intriguée qu'elle avait rêvé de lui. Qui était-il vraiment ? Malgré elle, elle voulait apprendre à mieux le connaître. La veille, elle était rentrée dans sa chambre au château pour ne pas inquiéter sa famille davantage. Maïa était donc dans sa chambre. Impatiente, elle sortit d'entre ses draps blancs et alla fouiller dans son armoire. Ses vêtements habituels étaient sales alors elle décida d'en mettre d'autres... Une petite robe blanche en tissus fin, lui arrivant un peu au dessus des genoux, et un corset marron... Elle appela une de ses servantes pour l'aider d'ailleurs, car ce genre de choses étaient assez dures à serrer. D'ailleurs, la servante lui demanda pour qui elle se faisait belle... Elle fronça les sourcils, un peu rouge, et ignora sa question, ce qui fit rire la servante. Pour Maïa, avoir une belle tenue était juste normal. Les manches de sa robe camouflaient un peu son bandage au bras.

Enfilant rapidement des chaussures simples et plates, elle sortit au plus vite qu'elle pouvait pour ne pas trop se faire attendre, car l'aube était un peu passée... Elle n'était pas armée, elle venait purement en décontracté. En fait, si Verica avait planifié de l'attaquer pour la tuer, il y arriverait sans aucune difficulté. Mais Maïa lui faisait confiance. Il avait prouvé son courage à plusieurs reprises, alors pour elle, c'était quelqu'un de bien. La jeune femme arriva enfin devant les écuries, y voyant son ami. Elle sourit sans vraiment le contrôler et vint le rejoindre avec un joli sourire. En fait, elle était presque heureuse de le revoir !

" Bonjour, Verica... Désolée du retard, j'étais un peu fatiguée. "

Elle devait regarder vers le haut pour le regarder dans les yeux... Il était tellement grand ! La jeune femme rougit un peu. C'était seulement avec lui qu'elle se sentait petite et vulnérable... Enfin, elle chassa ses idées de son esprit et eut une idée.

" Si tu veux on peut aller au marché d'Ylisse, il y a plein de choses à voir... Enfin si tu m'as demandé de venir, c'est que tu as sûrement une idée derrière la tête, non ? C'est toi qui vois ! "

Invité
Invité
Sujet: Re: Le hors-la-loi et la Princesse. (PV : Verica) [Support conversation B]   Ven 8 Juil - 19:10
S'étant trouver quelque part ou dormir dans une branche d'un arbre... Les rayons du soleil venu, dès son levé, briller droit sur son visage. Verica était sur un arbre qui était un peu plus grand que tout les autres, du coup, il voyait l’horizon lointain. Cela était voulu, c'était pour pas qu'il ne rate l'aube. C'est à moment qu'il réaliser qu'il n'avait pas manger depuis près de 24h maintenant, son ventre fit un petit bruit de complainte... Il n'avait plus beaucoup d'or non plus... En temps normal, il chasser quelque chose à manger, ou encore chercher pour des petits fruits comestible... Mais il n'en avait gère le temps. Il avait un rendez-vous avec une princesse... Il ne pouvait pas la faire attendre.

Sautant de son arbre, allant jusqu'au sol avec une grâce signe d'un ange... Il se mit en direction de la capitale. L'herbe au sol autour de lui avait une fine couche humide de la brume matinale... Il faisait un peu froid aussi d'ailleurs, la peau du jeune garçon était complètement frigorifier... Mais cela ne le dérangeait que très peu. Il avait une tolérance à ce genre de chose qui était plutôt élevé. Passant par une petite rivière avant d'aller à sa rencontre... La rivière était à peine de 10cm de profondeur, alors il pouvait facilement marcher pied nue dedans. Ayant enlever totalement son armure, il nettoya son corps nue dans la pureté de cette rivière. Essayant au passage de ce mettre à son plus beau. Une fois terminé, il remit son équipement habituel... Il n'avait rien d'autre après tout. C'était ces vêtements ou resté nue.

Sur son chemin, il croisa ce qu'il qualifiait d'une chose rare... Une fleur à la couleur choquante, des pétales épaisses et douce... C'était une fleur incroyablement rare pour sa beauté, et aussi pour sa difficulté à être vue. En effet, elle était d'une couleur verte menthe. Une couleur vert légèrement plus belle que la verdure autour d'elle, mais qui la rendait plutôt difficile à être vue. L'on disait souvent en mythe que cette fleur était symbole de chance lorsque l'on en croisait. De plus, elle pouvait être vendu pour une bonne et modique sommes. S'il la vendait, il aurait quoi vivre durant quelques jours à la capitale... Alors, il la cueillit. ( Image : http://eskipaper.com/images/amazing-green-flowers-1.jpg )

À son arrivé, elle n'était toujours pas là. Profitant donc d'être arrivé en premier pour aller voir ce fameux Hubert. L'animal ne semblait pas aussi coopératif qu'il ne l'avait été hier, pour le coup il garda donc ses distances avec lui. Sans même dire un mot, l'on pouvait comprendre qu'il remerciait l'animal. Bref... Peu de temps après, la jeune femme arriva. Un peu de retard certes, mais après tout Verica n'avait pas donné une heure fixe.. Seulement à l'aube. Ce qui pouvait être une notion plutôt vaste du concept du temps.

Il hocha la tête, cela n'était aucun problème si elle était fatiguée. Il s'en fichait un peu... Elle était cependant vêtu différemment. Elle n'était pas en tenue de guerrière... Ce qui le surprit, une princesse tel qu'elle, ne devait-elle pas toujours être préparé ? On ne sait jamais si quelqu'un ne viendrait pas la kidnappé après tout. Mais peu importe... Il était là, donc il ne s'en souciait que très peu.

"Pas du tout. Ne n'ai jamais visité Ylisse de toute ma vie... Enfin, sauf hier."

S'approchant d'elle, elle semblait rougir, elle était plutôt mignonne à regarder... L'on pouvait clairement sentir dans son regard la pureté d'une fille, la petite princesse que toute les femmes rêvait d'être... Et comme n'importe quel fille de son âge, y vivait des rêves roses et merveilleux. Inconsciemment, il nota la sensibilité de la jeune femme... Il avait tant l'habitude de voir ce regard de femme 'normal', pauvre très souvent... Il en avait presque oublier que la royauté et les princesses n'était qu'au fond, la même chose que n'importe quel autre fille du même âge...

Étant maintenant droit en face d'elle, il leva ainsi sa main vers elle... Lui caressant en premier lieu sa joue d'une main, mais ensuite montant sa main jusque dans sa chevelure, il venu y mettre là, la petite fleur qu'il avait cueillit. Pour ensuite la regarder, un léger sourire au visage.

"C'est une fleur très rare, ce soir, met là dans un verre d'eau pour qu'elle reste en vie. Mais pour le moment... Elle te va très bien."

Sans en dire plus, il prit ainsi la route vers la capital, ne semblant pas l'attendre... Mais en réalité, il marchait beaucoup plus lentement qu'à l'habitude. Il semblait vouloir marcher à sa vitesse à elle, pour resté à ses cotés... Et un peu pour trahir ses désirs, son ventre fit un grognement... Il avait faim, il ne pouvait pas le nier... Le faisant rougir lui aussi, par honte...

"Que dirais-tu de manger quelque chose avec moi ? .... "

Invité
Invité
Sujet: Re: Le hors-la-loi et la Princesse. (PV : Verica) [Support conversation B]   Ven 8 Juil - 20:00


Malgré l'heure matinale, le soleil pâle de l'aube illuminait doucement les rues... Une douce chaleur flottait dans les airs, bien qu'un vent frais la calme également. Il ne faisait ni trop chaud, ni trop froid. Maïa aimait ce genre de météo... Puis, elle avait mis des vêtements doux, mais qui tenaient tout de même chaud... Mais quand Maïa regarda son ami... Il avait l'air d'avoir froid, à en juger par la chair de poule qu'il avait. La princesse n'avait pas réalisé à quel point il était difficile de vivre sans foyer, sans toit... Elle fronça un peu les sourcils et fixa son ami avec un air sérieux, cependant , il fit vite de la déconcentrer... Il vint caresser sa joue de sa main froide... Cela contrastait beaucoup avec la chaleur de ses joues, pour le coup... Si cela avait été quelqu'un d'autre, elle lui aurait sans doute brisé le poignet, mais là... Sans savoir pourquoi, elle était tétanisée, elle ne voulait pas bouger... Son corps ne répondait plus. Elle ne comprit pas... Avait-elle peur de lui ? C'était si étrange, comme sensation... Elle se dit que ce devait être l'euphorie car il l'avait sauvée, et que cela allait passer. Mais il vint lui mettre une magnifique fleur dans les cheveux, ce geste de sa part la surprit réellement... Elle le pensait froid et peu généreux, mais... Cette fleur était rare d'après ses dires... Il aurait pu la vendre pour pouvoir s'acheter de quoi survivre, mais au lieu de ça, il lui avait donné... Ses joues étaient écarlates. Que lui prenait-il ?! Elle fut extirpée de ses pensées par le départ de son ami vers le centre d'Ylisse, Ylisstol... Il était parti rapidement, mais marchait lentement... Maïa leva les sourcils et alla aussi vite qu'elle pouvait pour le rattraper, ralentissant la cadence à ses côtés.

Elle entendit le ventre du jeune homme grogner, et elle rit doucement et innocemment à sa proposition. Maïa hocha la tête, un grand sourire aux lèvres.

" Je veux bien. Je ne connais qu'un seul restaurant ouvert à cette heure-ci... Tu vas devoir te contenter de ma cuisine... "

Maïa conduit le jeune homme au travers des rues d'Ylisstol. C'était encore désert à l'aube, mis à part quelques artisans qui préparaient déjà leurs stands pour le marché du matin qui ouvrait dans environ deux heures, sur la place principale. Mais le restaurant qu'elle connaissait était un peu plus loin. Elle emprunta une ou deux ruelles pavées, le bruit de ses souliers résonnant joliment contre les pierres. Les deux jeunes arrivèrent bientôt devant la porte d'une taverne aux allures désertes. A côté de l'entrée de l'auberge, une fenêtre. Sous la fenêtre, des pots de fleurs. Maïa souleva l'un deux, et y trouva une petite clé, sans surprises. Elle connaissait cette cachette par cœur.

" Les propriétaires me confient leur taverne, car ils sont actuellement en voyage à Rosanne, et ce pour un bon mois. Du coup, c'est moi qui m'en occupe dès que j'ai le temps. Vas-y, entre ! "

La princesse ouvrit la porte grinçante de la petite maison, laissant découvrir alors un endroit bien entretenu... Les pierres au sol brillaient presque, et les tables étaient bien nettoyées. Fermant la porte derrière Verica, elle l'invita à se mettre à l'aise pendant qu'elle leurs préparait un petit déjeuner, à tous les deux. Mais d'abord, elle se rappela comment il avait froid. Elle prit quelques buches qui étaient soigneusement empilées à côté d'une cheminée, et elle les positionna bien afin d'allumer un feu doux. Une légère chaleur flottait alors dans l'atmosphère. Cette formalité terminée, Maïa se mit aux fourneaux. Elle avait bien des aliments de côté, dans cette pièce. Elle prenait soin de mettre du sel à proximité pour bien conserver les viandes, et elle essayait de mettre les légumes au frais, à l'ombre. En deux en trois mouvements, elle parvint à allumer un petit feu pour faire cuire quatre œufs, puis, utilisant un autre récipient, elle chauffa une pièce de viande, et du riz... Quelques minutes plus tard, elle servait à Verica une assiette avec deux œufs durs, de la bonne viande et une portion de riz, de quoi le rassasier ! La jeune femme avait la même assiette, et elle s'assit en face de lui. L'ambiance était chaleureuse. Les rayons du soleil perçaient à travers les fenêtres, et le petit feu réchauffait la pièce plutôt froide. Avant de commencer à manger, elle sourit à Verica.

" Bon appétit, j'espère que ça te plaira. "

Elle entama son assiette avec joie. Elle avait faim elle aussi, mine de rien... Son estomac la remerciait d'enfin se nourrir après environ douze heures... Enfin, pour Verica, ce n'était sûrement rien.  

Invité
Invité
Sujet: Re: Le hors-la-loi et la Princesse. (PV : Verica) [Support conversation B]   Dim 10 Juil - 5:07
La laisser le suivre était aussi une méthode discrète pour lui de voir si sa blessure à la jambe allait mieux. Il avait souvenir qu'elle avait peine à marcher hier, mais cela semblait aller déjà beaucoup mieux. Il fallait dire que, elle avait été soignée avec de la magie, non pas par des méthodes physiques normaux. Donc la guérison était plutôt rapide habituellement... Bref ! C'était la raison pourquoi il marchant devant elle, voir si elle était soignée complètement... Et comme de fait, elle semblait marcher normalement. Certes, pas très rapidement, mais probablement que d'ici quelques temps, tout reviendrait à la normal, alors pas d'inquiétude.

Elle se moqua ensuite du ventre de Verica... Bien que cela était gentiment, il ne pouvait s'empêcher de faire une mine déplaisante, n'aimant pas que l'on se moque de sa 'faiblesse'. Mais il n'en fit rien. Surtout qu'en plus, elle lui proposa de gouter sa cuisine. Alors là, il était surprit de l'offre. Il se serait attendu d'une princesse d'une invitation à une taverne... Ou alors au minimum que cela soit son servant qui s'occupe de lui cuisiner quelque chose. Il était très rare que la royauté ai à faire quoi que ce soit de la vie quotidienne. Alors qu'une princesse lui propose ceci... Il s'avouait être surprit. Cette jeune femme était bien loin de tout ces stéréotypes que l'on lui associait.

Il la suivit, sans discuter, écoutant sa belle voix, et entrant dans une sorte de taverne fermé. Elle avait accès à une petite clé secrète, leur offrant ainsi l'accès à l'ensemble de l’établissement, que pour eux deux. Déjà, c'était dangereux pour elle... Elle allait s'enfermer avec lui, à un endroit ou personne ne suspecterait venir regarder pour chercher la princesse... Elle était très naïve pour lui donner tant d'opportunité d'abuser d'elle. Il aurait pu faire ce qu'il voulait d'elle, et elle ... N'avait ni arme, ni garde, ni personne pour l'aider...  Même si au fond de lui, il savait qu'il n'allait rien lui faire de mal... Il ne pouvait pas croire qu'elle soit toujours en vie. Elle était à la limite suicidaire... Cela l'inquiétait. Il allait peut-être devoir lui faire la morale à ce niveau.

À l'intérieur, c'était plutôt magnifique. Tout était propre, intact... Il faisait déjà plus chaud que dehors, même sans le feu. Et la jeune princesse semblait vouloir prendre soins de réchauffer la pièce... Verica ne pensa même pas une seule seconde que cela pouvait être pour lui, dans sa tête, elle le faisait pour se réchauffer elle-même. Lui ? Il était habituer au froid. Même si sa peau était glaciale, il ne se sentait pas inconfortable. Notons que son bain nue dans la rivière, avait été de l'eau glaciale. D'ailleurs, toutes ses indications lui propose souvent que son père, dont il ne connait rien, devait probablement venir de Regna Ferox. Cette résistance au froid devait fort probablement être génétique...

Quoiqu'il en soit, il prit place bien poliment à une table. Enlevant son arc plutôt gênant de son dos, ainsi que le haut de son armure de métal... Simplement pour être d'avantage confortable. Il était ainsi donc vêtue d'une chemise de cuir noir plutôt rigide... Certes, ce n'était pas aussi confortable qu'un t-shirt... Mais c'était déjà mieux qu'une armure de métal. Cela fut un processus plutôt long enlever son armure, ainsi, quand il eut terminé, il en fut de même pour Maïa. Elle venue avec deux assiette remplit de nourriture à l'odeur délicieuse. Regardant son plat, son instinct premier fut de vouloir prendre sa nourriture offerte avec ses mains... Comme l'aurait fait un sauvage... Cela était par habitude, dans la nature, il n'y avait pas d'assiette ni d’ustensile. Ni non plus dans sa vie de pauvre antérieur... Il avait apprit légèrement la méthode à suivre depuis quelques années... Mais il ne pouvait nier qu'il était bien loin d'être un homme de cité... Il était un homme qui vivait dans la nature.. Pour le coup, cela l'avait un peu ébranlé.

Cependant, n'ayant pas toucher sa nourriture de ses mains encore... Mais ayant approcher ses mains de celle-ci... Il hésita un moment, avant de ce rappeler qu'il était devant une princesse... Et ainsi, prendre son couteau et sa fourchette. Cela pouvait sembler bien ridicule, mais pour c'était peu commun. L'on pouvait même voir qu'il était pas très habile et empoignait ses ustensiles d'une façon plutôt rudimentaire. Cependant, il n'en dit pas un mot... Il mangea la nourriture offerte... Le riz était quelque chose de pas très nouveau... C'était un type de nourriture pas cher dont il avait manger souvent de sa jeunesse. La viande de même, ayant beaucoup chassé... Son régime était quasi que carnivore par ailleurs. Les fruits étaient plutôt rare en nature, et souvent, cela prenait beaucoup trop de temps à cueillir pour remplir son estomac. Alors qu'à l'inverse, la chasse... Il pouvait se faire assez de nourriture pour plusieurs jours avec une seule bête.

Cela dit, l'oeuf était quelque chose qu'il n'avait jamais manger. C'était un produit qui était plutôt dispendieux, et inexistant en forêt. Du moins, un oeuf aussi bon et juteux que celui d'une poule. Il devait avouer que le gout était plutôt délicat, mais à la fois sublime. L'on pouvait voir dans son visage que chaque bouchée dans cette oeuf semblait être une nouvelle expérience. Il n'en avait jamais mangé avant aujourd'hui.... Bref, en très peu de temps, ayant manger d'une façon plutôt rapide... Il était affamé après tout... Il posa gentiment les outils à manger sur la table, baisant sa tête respectueusement.

"Merci, cela fut un vrai régale."

Il regarda un instant la jeune Maïa... Il réalisait bien qu'il y existait un monde de différence entre leur vie et leur façon de voir les choses... Elle semblait si pure, si ... Normale ? À l'inverse, lui... Il n'avait rien de normal. Sa vie toute entière n'en était fondé que sur un seul but : La justice (JUSTICE PREVAILZZZZZ). Pour le coup, il n'avait jamais songer à autre chose. Il n'avait songer à sa vie hors du principe de sauver le monde... Et... Dans la situation ou il était actuellement, il n'en avait aucune idée comment agir. Il n'était pas une personne sociale...  Ni un homme à savoir parler aux femmes. Il était un simple mercenaire, sans famille vers qui retourner, sans amis vers qui se tourner, sans pays sur qui compté... Pour dire vrai, à aucun moment de son existence, cela n'avait été en rapport à lui-même. Il s'était autrefois battu pour la liberté de sa mère, et maintenant pour celle du monde. Aucun moment pour lui et ses propres désirs. Enfin, pas qu'il avait des désirs pour commencer. Il ne savait pas lui même comment avoir des désirs. Alors, il commença lentement à remettre son armure.

"Bon, autre chose pour vous rendre heureuse madame ? Car sinon, je vais devoir y aller. Malheureusement, le crime n'attend jamais... Je ne veux pas attendre trop longtemps."

Verica pouvait sembler sec, voir même déplaisant à déjà vouloir partir... Mais il était bien à noter qu'il n'avait strictement aucune habilité comprendre les désirs/sentiments des autres... Ni n'en éprouvait-il le désir réel de perdre son temps à discuter, alors que plein de vie pouvait être sauver. Il ne pouvait se relaxer, ou rester calme à ce reposer devant un petit feu. Il n'était pas une princesse... Il n'avait un tel luxe. Ni ne comprenait-il que la jeune femme lui faisait presque des avances... Pour lui, il tenait surtout à s'assurer que son état physique était stable, et aussi à rembourser sa 'dette'... Quant à avoir échouer à l'avoir aidé hier. Alors, si ce petit repas comptait comme une dette remboursé, alors ils étaient donc quitte. Raison pourquoi il comptait déjà partir. Atteindre le coeur de Verica était aussi difficile que de casser une roche à main nue. Il n'avait qu'une seule chose en tête, et c'était la justice. Sa seule et vraie femme... Dont il en était terriblement loyal.

Invité
Invité
Sujet: Re: Le hors-la-loi et la Princesse. (PV : Verica) [Support conversation B]   Mer 13 Juil - 11:50


Regarder le jeune homme manger avec appétit faisait plaisir à Maïa. A vrai dire, son repas était comestible, voire même bon, mais pas exceptionnel. Ce n'était pas vraiment une femme à faire la cuisine... Vraiment pas. Au delà du fait que c'était une princesse, elle n'était pas douée pour ça, mais s'était beaucoup entraînée avec les servantes du château. Elle aimait faire à manger, même si elle n'était pas forcément faite pour ça. Et voir un garçon affamé manger un repas qu'elle avait concocté, c'était génial pour elle... Elle était attendrie. Pour elle, ce n'était pas rien. Rendre service, elle adorait cela, et Verica le méritait. Maïa faisait ce qui était juste, mais dans ce cas là, cela lui faisait carrément plaisir, ses sentiments étaient impliqués. C'était comme si le hors-la-loi lui inspirait une profonde amitié. Elle ne pouvait pas passer à côté de ses besoins, comme manger. En plus, il prenait ses couverts de manière atypique. Maïa sourit... Elle était triste de constater que le jeune homme était vraiment en fuite, sans aucun foyer. Peut-être qu'elle pourrait facilement y remédier, mais il préfèrerait plutôt chasser les voleurs et les brigands en fuite. Un grand sourire se traça sur les lèvres de Maïa quand Verica lui affirma que son repas était "un vrai régal"...

" Merci. Je suis heureuse que mon modeste niveau en cuisine ait pu t'aider, Verica. "

La princesse fut cependant surprise de voir que l'archer remettait déjà son armure. L'incompréhension s'inscrit sur son visage. Le jeune homme dit devoir partir pour lutter contre le crime. Maïa fronça les sourcils. Quel genre d'homme préférait aller sauver des villages que de passer du temps avec une femme... On lui avait apprit cela pourtant, lorsque sa mère avait voulu faire d'elle une femme fatale (en vain). Il s'en fichait visiblement, d'elle... Mais quand elle y réfléchissait, c'était une excellente idée ! La princesse se releva vivement de sa chaise, abordant un air déterminé.

" Je viens avec toi. Quiconque qui osera salir le nom de justice tâtera de ma lance. "

Mais Maïa se rendit compte qu'elle n'était pas vraiment habillée pour le combat. Elle passa derrière une petite porte derrière le bar de la taverne, découvrant de l'équipement... Elle prit une lance de bronze et des gantelets de fer, ainsi qu'un équipement vestimentaire plus adapté. Elle ressortit de la pièce et sourit un peu à Verica. Il devait la trouver énervante, à le coller ainsi, mais c'était plus fort qu'elle, elle n'avait toujours pas remplit ses dettes, de son point de vue. Elle devait l'aider.

" Je suis prête. "

La princesse sortit de l'auberge et siffla d'une manière familière. Le petit son résonna dans tous les alentours de la ville. Quelques minutes après, une plume blanche atterrit à ses pieds... Un battement d'aile se fit entendre, puis deux... Enfin, Hubert fit son arrivée avec grâce et pureté devant Maïa, lui léchant la figure par amitié. La jeune femme rit doucement et caressa son pégase blanc, avant de monter dessus habilement, sa robe volant un peu sans qu'elle ne s'en rende compte, mais seulement pour une fraction de seconde. La chevalière regarda vers le ciel avec un air sûr d'elle. Aucune turbulence, aucun coup de vent ne pourra l'arrêter aujourd'hui. C'est avec un grand sourire qu'elle tourna la tête vers Verica, déterminée.

" Alors, tu viens ? On va chasser le crime, comme tu l'as si bien dit ! "

Invité
Invité
Sujet: Re: Le hors-la-loi et la Princesse. (PV : Verica) [Support conversation B]   Dim 17 Juil - 17:28
Pour être complètement franc, il s'attendit presque à une réaction négative. Il s'y attendait... C'était le destin de ce tenir autour de lui, il était un homme difficile d'attachement, toujours solitaire, toujours seul... De plus, ses objectifs ainsi que son rôle faisait qu'il était toujours mieux d'être seul. Peut-être avait-il songer un jour avoir une femme... Mais, il aurait imaginé que cela serait une simple paysanne. Il connaissait bien son grand coeur pour savoir que s'il avait croisé une femme de son age... Qui aurait tout perdu, sa maison, son foyer ... Et qui n'aurait nul part ou aller, il l'aurait prit avec lui. C'est probablement ainsi qu'il voyait sa futur vie de couple, avec une femme ayant nul part ou aller. C'est un peu triste, quand on y pense... Mais mise à part quelqu'un qui n'a pas d'autre choix, qui voudrait vraiment le suivre partout ?

Cependant, s'il y avait bien une chose qu'il savait pour sur, était qu'une princesse était fort probablement la partenaire la moins probable qu'il pouvait imaginer. Et alors qu'il mettait son armure pour partir, elle gardait son enthousiaste et fit la même chose. Allant chercher à l'arrière une armure qui ne semblait pas lui appartenir, l'on pouvait clairement sentir qu'elle était vraiment prête à tout pour suivre Verica. Il ne pu se retenir de réfléchir à cela, pourquoi était-elle si déterminer à ce tenir près de lui ? Un vagabond d'une vie bien misérable. Une princesse telle qu'elle devait avoir bien mieux à faire que ce préoccuper de quelqu'un comme lui, qui n'est même pas de sa nation. Par son simple status "illégal", fort probablement que certains gardes ici lui aurait refusé l'entré à la ville... Encore plus le droit à l'attention de leur princesse.

Une fois à l'extérieur, elle appela son pégase... Une créature magnifique, mais qui avait quand même ses désavantages qui ne collait pas du tout au méthode d'approche de Verica... Il se sentait un peu mal, car il pouvait vraiment voir la détermination dans son regard, la pureté dans ses actes... Mais tout d'elle hurlait à l'inverse de tout ce qu'il était... Elle était radieuse, flamboyante et agissait au regard de tous... Alors que lui, restait discret ... Dans l'ombre... Agissant derrière les coulisses sans que personne ne sache même que cela était lui. Il ne cherchait pas la gloire, ni même l'or. Que son nom soit inconnu de tous ne le dérangeait pas. Que les gens ne sache pas qui remercier pour leur vie meilleur était son objectif... Et la voilà elle, cette princesse... Chevauchant avec honneur et gloire son imposant cheval blanc ailé.

En temps normal, il aurait refusé l'offre. Il avait déjà mit la fille en danger de la jeune fille... Il refusait de la voir blessée à nouveau. Il ne pouvait simplement pas accepter de la voir ce battre à nouveau. Cependant... Il avait le sentiment qu'elle ne faisait pas tout ceci réellement car elle le voulait... Il pouvait clairement sentir qu'elle le faisait pour lui. Pour attiré son bon jugement... La voir si déterminer à lui plaire... Alors que lui, ne lui avait pas réellement offert ce diner galant que ferait un vrai homme à une femme. Il était un bien piètre partenaire ou futur époux... Mais de toute façon, ne voyait-elle pas qu'elle était une princesse et lui un vaux-rien ? C'était simplement impossible... Pourquoi s'entêtait-elle...

"Chasser le crime à dos de monture volante n'est pas vraiment l'approche la plus discrète... Cependant..."

Il s'approcha d'elle. Maïa était un peu élevé qu'elle, car malgré bien le fait d'être grand, une fois sur sa monture... Maïa était beaucoup plus grande que lui. Il se contenta de lui prendre gentiment sa main entre la sienne, c'était très délicat et attentionné.

"Madame, vous êtes belle... Et votre coeur est pur. J'admire grandement votre personne. Si tout les personnes haut placé étaient comme vous, il n'y aurait pas de crime dans ce monde. Hélas moi, je suis tout l'inverse de vous. Je suis un criminel... Je vole des gens fortunés qui le mérite, je m'infiltre tel un espion dans les endroits les plus insolites... Il m'arrive même de faire des assassinats si cela est pour le bien de tous. Ma vie est froide, amère... C'est une route de solitude... Continuer à mes cotés viendrait qu'à éventuellement vous apporter des problèmes. Moi et vous... C'est une relation qui est impossible..."

Sa dernière phrase le gênait un peu, mais c'était bien car les sentiments affectif de la jeune femme pour sa personne était plutôt visible. Et pour être très honnête, lui aussi il commençait à bien l'aimer. Raison pourquoi, il s'était dit qu'il valait bien dire les vrais choses, là tout suite et maintenant. Quitte à sacrifier un bonheur qu'il aurait pu avoir... Oui, il était près à même sacrifier l'occasion d'être heureux avec une princesse comme femme, simplement au nom de la justice. C'était pour dire à tel point il était très déterminé à sa cause. Mais bref... Après quoi il lui lacha la main... On pouvait sentir un brin d'affection dans ce geste, tout au fond... Il appréciait beaucoup la jeune femme. Il voulait juste pas blesser la princesse. Car une vie avec lui était une vie bien misérable... Elle était mieux de resté ou elle était, une flamboyante princesse au service de son peuple.

"Qui sait si les choses avaient été différente, si je n'aurais pas tombé sous votre charme... J'ai cependant la certitude qu'avec votre personnalité, vous trouverez quelqu'un de formidable."

Et après cela, sans attendre une réponse... Il se mit à marcher à l'inverse de sa direction. Marchant comme un homme qui semblait vouloir s'évaporer dans la foule, l'on pouvait presque avoir la certitude que si Maïa le laissait partir... Plus jamais ils n'allaient ce revoir. Tel était la vie de Verica... Une route difficile... D'autant plus maintenant, il avait l'impression d'avoir un pincement à son coeur. D'un autre coté, il se consolait à l'idée que des vies seront éventuellement sauver grâce à ce sacrifice... C'était sa seule consolation à ses pensés.

Invité
Invité
Sujet: Re: Le hors-la-loi et la Princesse. (PV : Verica) [Support conversation B]   Mar 26 Juil - 9:48


Malgré les apparences, Maïa avait aimé se battre aux côtés de Verica. Il ne devait pas être si mauvais lorsqu'il décochait des flèche et qu'elles atteignaient leurs cibles. Elle sourit en pensant à cela. C'était amusant, et divertissant de revoir ces images, mais c'était moins drôle quand elle se souvenait qu'elle avait faillit mourir... Mais aujourd'hui, ça allait être différent ! Elle allait tout donner d'elle même, se battre derrière lui, et sauver d’innombrables vies aux côtés du hors-la-loi... Pensait-elle. Le jeune homme et ses méthodes n'étaient absolument pas adaptées au mode de combat aérien. Maïa se dit que ce n'était pas grave. Elle pensait que Verica allait tout de même accepter... Elle ne se rendait pas vraiment compte qu'elle lui collait les basques, ni qu'elle commençait à éprouver des sentiments pour lui.

Un frisson parcourut tout son corps lorsque sa main se glissa dans celle du garçon... Elle rougit doucement et le regarda avec incompréhension... Pourquoi faisait-il cela ? Cela lui avait coupé les mots de la bouche... Elle ne savait plus quoi faire. Elle s'attendait à tout sauf à des adieux... Le début du discours de Verica était embarrassant. Il faisait l'éloge de la princesse Maïa, et cela la fit encore rougir, elle ne pensait pas être pure avant de l'entendre de la bouche du jeune homme. Cependant, tous ces mots d'après ne lui plurent pas du tout... Bon, au début, il ne faisait que décrire sa vie et ses inconvénients, et Maïa allait lui proposer son aide pour tout porter sur ses épaules, mais... Une seule phrase la fit taire. Une phrase froide et si triste. La jeune femme eut un air étonné au visage. "Moi et vous...

C'est une relation qui est impossible..." Sans même connaître ses propres sentiments, Maïa avait envie de crier qu'elle se fichait de tous les problèmes du moment qu'elle avait son aide et son soutient... Mais maintenant c'était clair... Il était venu ce matin car il avait ses blessures sur la conscience, mais en vérité, il devait la détester. Il devait la trouver collante et désagréable... Elle lui avait cuisiné un repas, il l'avait sûrement manipulée pour bien manger... Mais la princesse se donna une baffe mentale. Elle croyait encore en lui... Il n'était pas mauvais... Pourtant, elle ne pouvait pas expliquer la raison pour laquelle il voulait s'éloigner... Lui offrir une vie misérable ? Elle s'en fichait royalement. Non, en fait il faisait ça car elle le ralentissait... Mille songes traversaient l'esprit de la chevalière. Et puis tout allait si vite...

Quelques instants après, il lâcha sa main, et elle eut un pressentiment de ne jamais le revoir. Il lui avoua être tombé sous son charme, mais dans l'instant, elle n'arrivait pas à s'en réjouir... Verica murmura qu'elle rencontrera quelqu'un de mieux... Tout au fond d'elle, elle voulait crier qu'elle ne voulait que lui. Mais elle ne s'était rendu compte de ses sentiments qu'à, quoi... 2% ? En voyant l'archer lui tourner le dos et s'en aller parmi la foule désormais grouillante du marché d'Ylisstol, ses jambes s'immobilisèrent. Il s'en allait pour toujours, mais... Elle ne pouvait pas le rattraper. Et c'était le pire des sentiments... Même si elle courait tant bien que mal pour le rattraper et lui dire tout ce qu'elle avait sur le cœur, cela ne le ferait pas changer d'avis, et elle le ralentirait follement. Elle ne voulait pas le déranger, et sa présence visiblement l'incommodait. Elle ne pouvait pas se permettre d'égoïstement accaparer sa vie... La princesse sentit les larmes lui monter aux yeux, comme à un enfant à qui on venait de dire que le père noël n'existait pas... Pour quelques minutes, elle n'avait plus d'espoir sur quoi que ce soit. Le départ de Verica lui avait ruiné toute sa bonne humeur et sa détermination...

Elle se sentait... Tellement, tellement triste. Elle tomba à genoux au sol, sa blessure empirant PILE à ce moment là... Elle regarda vers le ciel, les larmes coulant sur ses joues, silencieusement... Elle ne se plaignit pas de la douleur... Celle de son coeur était bien plus intense... Ses larmes étaient si abondantes qu'elles s'écrasaient au sol. La princesse ne comprenait même pas pourquoi elle se sentait si vide et abandonnée... Ce n'était jamais arrivé avant... Elle avait envoyé paitre des dizaines d'hommes, mais là... C'était son tour, et en regardant vers les cieux, en sentant l'odeur de feu de bois qui sortait de l'auberge... Tout allait si bien il y a encore quelques temps... La princesse regarda vers la foule, incapable de bouger. Elle n'avait plus envie d'être une fille forte. Qu'elle se mette dans cet état pour Verica... Elle se sentait stupide, inutile...

" J'espère tant que tu reviendras... "

Mais les miracles n'existaient pas : il n'y avait plus personne pour l'entendre.

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Le hors-la-loi et la Princesse. (PV : Verica) [Support conversation B]   

Le hors-la-loi et la Princesse. (PV : Verica) [Support conversation B]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le ministre des Haitiens hors-Haiti visite la diaspora
» Les Hors série
» Pêcheurs hors la loi
» Hors du territoire pour une fois. (pv Nayati)
» RP pour hors-la-loi partculier !

Fire Emblem Rebirth :: Ylisse :: Ylisstol :: Rues et habitations+
Sauter vers: