Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

Soeur en fuite - [Aurelion] (TERMINÉ)

Avril
avatar

Messages : 31

Feuille de personnage
Classe: Soeur
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Soin
2
3
4
5
Sujet: Soeur en fuite - [Aurelion] (TERMINÉ)   Sam 18 Juin - 17:00


Je franchissais les hauts mur d'Emmeryn en début d'après-midi du second jour qui suivait ma fugue de la maison familiale. Par chance, l'auberge dans laquelle j'avais trouvé refuge pour la nuit voyait partir une caravane de marchand le lendemain. Moyennant argent, je pus fouler les derniers kilomètres qui me séparaient de la capitale sans danger. Jamais je n'aurait cru que le voyage serait aussi épuisant. Et je n'avais atteint que la capitale, trop près encore de ma famille...
Je sentais peu à peu le courage m'abandonner, me demandant constamment si ce choix avait été le bon. Dans quoi avais-je bien pu m'embarquer ? J'avais fuis sans aucune idée de destination, mon plan ne se résumant qu'à m'échapper de ma demeure.
Non, ce n'était plus ma demeure désormais. J'avais abandonné ce droit sur le draps froissés de mon lit dès lors que j'avais enjambé ma fenêtre.
Que faire à présent ? Rebrousser chemin était seulement impensable. Plus rien ne m'attendait derrière cette grille hormis le déshonneur, la honte et l'humiliation.

J'en étais là de mes pensées lorsque l'on foula les rues pavées de la capitale.
Jamais je n'avait vu ville aussi gigantesque ! Cloisonnée dans ma chambre, ne sortant qu'en de rare occasion pour visite officielle ou de courtoisie, je ne connaissais le monde extérieur que par l'interstice de ma fenêtre de chambre et celle de la calèche qui nous emmenait le long des routes.
De droite comme de gauche, les maisons fleurissaient de toutes part, certaines se chevauchant, ne paraissant former qu'une seule et même bâtisse le long du chemin.
De part et d'autre, des étals ouvraient de larges bac où fourmillait des denrées à n'en plus finir. Fruits, légumes, objet diverses dont je ne comprenait même pas l'utilité par moment !
Et cette foule !
Je me retrouvais bien vite séparé de l'équipe qui m'avait accompagné, me laissant plantée là sans un signe d'adieu.
Qu'importe...Le trajet ne m'avait pas permis de nouer quelque lien. C'était mieux ainsi. Il ne valait mieux pas que je m'attache à quoi que ce soit par ici.

J'enfilai autour de ma tête un châle, prétextant l'atteinte du soleil, espérant qu'il suffise à camoufler un tant soit peu mon visage. Père n'avait pas une fortune aussi considérable qu'il souhaitait le faire croire, mais l'urgence de la situation lui ferait employer de grands moyens pour ses recherches. Sa fille unique s'enfuit à quelques jours seulement de son mariage prévu, il était tout bonnement impensable qu'on ne la retrouva pas rapidement.
Toutefois, je me sentis vite grisée par l'anonymat que m'offrait la foule et me pris rapidement à flâner parmi les commerçants, oubliant presque le but premier de ma visite.
Un trajet en toute sécurité vers Ylisse.
Bien sûr, j'avais conscience qu'une frontière imaginaire ne parviendrait pas à arrêter le courroux de mon père, néanmoins la distance me permettrait-elle de gagner un précieux temps de réflexion. Peut être même que père penserait que je n'aurait pas le courage de quitter le pays.
L'avais-je seulement ? Il le fallait.

Je me détournais de l'explosion de couleur que m'offraient les étalages pour chercher du regard une auberge ou un quelconque lieu où trouver les informations que je désiraient.
Je me rendis vite compte, en traversant les rues d'Emmeryn, qu'il était plus difficile que je ne l'aurait cru de discerner un bâtiment spécifique dans une si grande ville. Une auberge perdue au milieu des chemin est facilement repérable, un quelconque bâtiment égaré au bord de la route et vous étiez à coup sûr près d'un gîte.
Lasse de chercher quelque chose dont je ne me savais même pas capable de reconnaître, j'en vint à demander de l'aide à l'un des boulanger de la rue, seule insigne que je reconnu aisément dans tout ce tapage de pancarte en tout genre.

- Bonjour monsieur, lançai-je de ma petite voix à l'homme bourru qui me tournait le dos, occupé à façonner une miche.

Le boulanger se retourna, dardant ses yeux grand yeux verts chaleureux sur moi.

- Bonjour, qu'est-ce que je peux faire pour vous ma petite dame ? Me demanda-t-il en présentant ses produits alignés sur les planches derrière lui.
- Je suis navrée, j'aurais surtout besoin d'un renseignement, commençai-je en ôtant mon châle, gênée par mon impolitesse, je cherche un lieu où je pourrai me renseigner sur d'éventuels trajet vers Ylisse. Sauriez-vous m'indiquer ?

L'homme répondit rapidement, visiblement habitué à ce qu'on lui pose tout un tas de questions pour s'orienter au sein d'Emmeryn.

- Feriez-bien de vous diriger vers l'est, annonça-t-il de sa grosse voix, c'est par là bas que vous trouverez des compagnie et autres pour vous faire traverser les montagnes. Mais méfie-vous, sont pas tous très honnêtes ces gars là. Feriez mieux d'attendre ici qu'une caravane établisse un voyage.

Je le remerciait gracieusement pour sa gentillesse et ses services, non sans acheter un pain aux graines de sésame pour sa peine, voyant ainsi que ma bourse diminuait de plus en plus...
J'espérais de tout cœur que l'on proposait des prix respectables pour ce genre de traversée.

J'atteignis l'est d'Emmeryn quelques temps plus tard, le soleil entamant sa longue descente vers la nuit. Comme indiqué par le boulanger, je trouvai parqué ici quelques groupes dont les charrettes se remplissaient de bagages en tout genre. Sur ma droite, j'aperçut alors un petit bâtiment dont les nombreuses allers et venues m'incita à penser qu'il s'agissait là du point d'information que je cherchais.
J'entrai donc, mon bâton de soin fermement tenu dans la main, tentant de paraître un air affirmé et sûre de moi, ce qu'il n'était pas du tout le cas entouré de tous ces parfaits inconnus armés et taillé dans le roc.

- Bonjour monsieur, saluai-je à nouveau.

Le garçon, au regard perçant et affublé de vêtements trop grand pour lui, me toisa quelques instants avant de me gratifier d'une salutation fade. Bien loin de l'amabilité dont j'avais été témoin quelques instants auparavant.
Je me raffermi, bien décidée à obtenir ce que je souhaitais.

- Il me faut traverser les montagnes pour rejoindre le royaume d'Ylisse, annonçai-je, l'air de quelqu'un qui connait bien ce trajet pour l'avoir effectué plusieurs fois. Sauriez-vous me dire quand part la prochaine caravane et à qui puis-je m'adresser pour cela ?

Le gamin, pas plus âgé que moi, me lança un de ses regard jugeur, déterminant par ma simple prestance et ma tenue si j'étais capable de payer les services dont je faisais la demande.

- C'est pas gratuit. Et la plupart des caravanes s'encombrent pas de quelqu'un s'il peut pas payer, sauf si c'est un guerrier ou un truc dans le genre. Baragouina-t-il. Z'êtes guerrier ?

Je sourit chaleureusement, ne prenant pas la peine de relever sa question ironique bien qu'elle me déstabilisa plus que je ne l'aurais cru. Il n'était pas dans mes habitudes de m'adresser directement à quelqu'un, ni à ce qu'on m'adressa la parole d'ailleurs.

- Malheureusement non, j'ai cependant quelques notions de soin qui pourront être utiles je pense.

J'extirpai de mon sac la bourse en cuir brodée fermée par un lacet.

- Et j'ai de l'argent, poursuivis-je en lui indiquant la bourse. Combien cela coûte-t-il ?

À  la vue de la bourse, le sourire de l'homme parut s'élargir, dégageant une rangée de dent en désordre qui me firent frémir.

- Je sais parfaitement à qui vous confiez mam'zelle ! Conclut le garçon et son sourire carnassier emplissant son visage.

Invité
Invité
Sujet: Re: Soeur en fuite - [Aurelion] (TERMINÉ)   Sam 18 Juin - 19:08
Bientôt le départ. Il avait trouvé une famille, les … Callahan, qui souhaitaient faire découvrir le monde a leur fille. Il allait donc devoir l'escorter où elle souhaitait. Un travail normalement facile. Le jeune mercenaire avait bien sur fait des recherches sur cette famille. Mis a part les soucis entre nobles habituels, rien de trop affreux. Il n'y aurait sûrement pas d'assassins lancés à leur poursuite. Joie. Aurelion profitait donc de ses derniers jours de repos avant de reprendre la route. Il avait hâte de repartir sur les routes. Il trouvait un certain plaisir dans la pseudo-solitude et la quiétude du voyage.

Ce qu'il faut savoir sur Aurelion, c'est que quand il cherche de travail, il dépose des demandes un peu partout. C'est ainsi qu'il avait rencontré Albrecht, un jeune homme d'environ l'âge d'Aurelion. Contrairement au mercenaire, Albrecht semblait être fermement installé du mauvais coté de la clôture. Pas le genre d'individu qu'aimait Aurelion, mais quiconque allait au Taureau Rugissant, la première source d'informations pour les mercenaires d'Emmeryn, était obligé de traiter avec lui. Il n'avait de position de puissance particulière. Il n'était pas tenancier, pas chef, rien du tout. Il disposait juste d'un petit réseau de jeunes perdus, ses « rats » comme il aimait à les appeler. Un atout indéniable quand il s'agissait de faire passer des informations.

C'est un de ses rats qui vint chercher Aurelion. Un jeune très laid, qui portait bien son surnom de rat. Le jeune informa le lion qu'on avait un travail pour lui, si il voulait bien venir. Effectivement, Aurelion n'avait prévu personne qu'il avait trouvé du travail. Cela lui semblait être une bonne précaution. Il n'est pas rare que certaines personnes mal intentionnées écoutent ce genre d'informations pour pouvoir tenir des embuscades et autres petits pièges alambiqués. Si l'information ne circulait pas, il ne pouvait pas y avoir de soucis, non ? Si le travail l’intéressait, il pourrait sûrement faire d'une pierre deux coups. Si non, il comptait sur son bagout naturel pour trouver une bonne excuse. (Comment ça, il est dans la merde?)

Une fois arrivé au Taureau Rugissant, Aurelion ne se dirigea pas directement vers Albrecht. Même si le jeune lion savait que l'homme savait qu'il était là, Aurelion préférait attendre un peu avant de se faire remarquer. Il pourrait ainsi jauger le client avant d'aller le voir. Tradition de mercenaire.

Ce qu'Aurelion remarqua surtout, c'est qu'un des rats d'Albrecht semblait beaucoup intéressé par la bourse que tenait la jeune femme qui se trouvait en face de son patron. Si Aurelion avait bonne mémoire, c'était Goldo, un génie du pick-pocket. Aurelion ne savait pas si il prendrait la brune comme cliente, mais il savait déjà qu'il avait des conseils a lui donner. Sortir sa bourse dans un tel bouge n'était pas la meilleure des idées.

D'un pas rapide, Aurelion se dirigea vers Goldo et lui tordit le bras, ce qui lui fit pousser un glapissement sec. Une partie des clients de la taverne se tourna vers la commotion. D'un ton ferme et sans relâcher la main, qui faisait maintenant un angle visiblement douloureux avec le bras, Aurelion s'adressa a Albrecht.

« Alors, comme ça, tu as du travail pour moi ? »

Avril
avatar

Messages : 31

Feuille de personnage
Classe: Soeur
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Soin
2
3
4
5
Sujet: Re: Soeur en fuite - [Aurelion] (TERMINÉ)   Mar 21 Juin - 20:15

J'assurai la prise en main de ma bourse. Le regard enflammé que me jetait ce roublard m'inquiétais au plus haut point. Je raffermissais néanmoins mon assurance.

- Et où puis-je le trouver s'il-vous-plait ? Demandai-je de ma petite voix.
- Je m'occupe de vous le faire venir mam'zelle.

D'un geste sec, il envoya une taloche à un gamin qui paressait dans un coin. Le claquement qu'il émis me fit sursauter, surprise par la violence du geste.

- Va me le chercher ! Beugla l'énergumène.
- Qui ça ? Rétorque la garçon en se frottant l'arrière du crâne.
- Tu sais très bien qui ! Abruti !

Le garçon partit au triple galop. Apparemment, il valait mieux pour lui qu'il le sache bel et bien !

- Si vous me permettez, vous auriez tout simplement pu le lui demander...Lançai-je, hésitante.

L'homme retrouva son air mielleux qui m'horrifiait. Ce changement subite d'attitude était la marque des Hommes mauvais, j'en avais la certitude.

- Ne vous inquiétez pas pour lui mam'zelle, de la mauvaise graine tout ça ! Si on parlait des frais de voyage, reprit-il en posant une main avide sur le comptoir noirci par les passages..

Je rapprochai brusquement mon trésor contre mon torse, l'étincelle dans son regard sonnait comme une menace.

- Euh...Bien sûr...Bégayai-je en jetant des regards inquiets aux alentours.

Y aurait-il quelqu'un pour venir à mon secours s'il venait à avoir un geste déplacé ? J'en doutais fort, et la protection qu'offrait ma demeure et ma famille se rappela à moi comme une gifle.

- Combien cela coûtera-t-il je vous pris ? Repris-je en serrant un peu plus mon bâton.
- Oh ! Trois fois rien pour un trajet de ce genre je vous promet...

Un violent choc coupa sa phrase et je ne put retenir un petit cri de surprise en me retournant. Un homme brun traversa d'un pas rapide la petite salle où nous nous trouvions, laissant la porte qu'il venait d'envoyer valser battre pitoyablement contre le chambranle. D'un geste qui se voulait rapide et maîtrisé, il se saisit du bras que me tendait le rat pour le lui plier dans un angle qui me fit mal tant celui-ci semblait paraissait improbable.

- Quel rustre ! Songeai-je, la bourse plaquée contre ma poitrine se soulevant au rythme de ma respiration accélérée. Sont-ils tout comme ça ici ?
- Alors  comme ça tu as du travail pour moi ? Demanda l'homme en armure en toute tranquillité.

De sa seule main valide, la victime me désigna d'un doigt tremblotant, m'annonçant d'un râle de douleur incompréhensible.
Le rustre posa un regard acide et dénué d'expression sur moi. Je me ressaisis.

- Bon...Bonjour monsieur, m'exprimai-je avec difficulté. Je souhaite franchir les montagnes de l'est pour pénétrer dans le royaume d'Ylisse et cet homme a semble-t-il fait appel à vous pour cette tâche...

J'avalai difficilement ma salive. L'individu me semblait si jeune ! Et pourtant, il dégageait de lui un calme presque platonique, dont son visage inexpressif en accentuait l'effet et me faisait froid dans le dos.
Je remarquai tout juste que ma bourse persistait à rester à la vue de tous les regards qui se posaient sur nous, attirés par le vacarme soudain. Je la rangeais précipitamment, prenant soin d'attacher fermement les lanières de ma besace.

- Moi qui voulait me faire discrète...Pensai-je à par moi en baissant les yeux vers le comptoir, évitant du mieux que je le pouvais ceux de l'homme qui se trouvait face à moi.




Code couleur :#ffcc66
Invité
Invité
Sujet: Re: Soeur en fuite - [Aurelion] (TERMINÉ)   Ven 24 Juin - 16:12
Aurelion regarda derrière la jeune femme les rats. En attaquant leur chef, c'était eux qu'il voulait vraiment atteindre. Il leur adressa un regard assassin avant de relâcher leur chef, qui fit quelques pas pour s'éloigner du chevalier. Le filou se massa le poignet avant de faire un signe à ses sbires et décamper. Aurelion poussa un petit soupir.

Elle voulait franchir la chaîne de montagnes qui séparait Plegia d'Ylisse. Au vu de son comportement, elle serait effectivement bien mieux là-bas qu'ici. D'un regard, Aurelion la regarda de haut en bas. Elle n'avait pas l'air d'être une guerrière, même si Aurelion se souvenait d'une petite archère qui avait combattu comme un démon. Ne pas juger uniquement sur cela donc. Quoi qu'il en soit, Aurelion savait déjà qu'il ne pourrait pas la conduire. Ce n'était sûrement pas sa destination, et elle avait l'air trop … « dangereuse » aux yeux du mercenaire. Il venait à peine de la rencontrer et elle s'était déjà mis dans le cirage. D'un ton qu'il voulait calme, Aurelion s'adressa à la foule dans le bar.

« Si quelqu'un avait idée de voler ce petit oiseau, elle est sous ma protection maintenant. »

D'un geste, il fit claquer son gantelet contre son torse. Le bruit métallique fit comprendre aux autres que je chevalier était en armure complète. L'attaquer serait bien trop compliqué pour une petite bourse. Une fois son message clair, Aurelion se pencha vers la jeune femme. Son visage était devenu plus calme, un tout tout tout petit sourire naissant sous son masque de mec blasé.

« Désolé de cette introduction un peu … brutale, mais ici, il faut tout de suite montrer sa dominance. Enfin, montrer qu'on est sérieux. Avec ce genre de personnes, avoir l'air fort est bien plus utile que l'être réellement. »


Aurelion se tourna vers le barman et posé un pièce sur le comptoir. Le barman le regarda et lui adressa un regard en coin. Le vieux serveur n'arrivait pas à savoir si il aimait ou si il n'aimait pas le jeune mercenaire. D'un coté, il aimait l'avoir comme client car il n'avait jamais tenté de l'embrouiller et de partir sans payer, mais de l'autre, le jeune radin ne prenait que les consommations les moins chères. D'un geste désinvolte, le vieil homme posé néanmoins un godet de l'ait de chèvre devant le jeune lion avant de prendre la pièce. Un mec vraiment bizarre, cet Aurelion.

« Si je peux vous donner un conseil, gratuit celui là, c'est de ne jamais montrer d'argent dans un lieu comme celui ci. A l’extrême limite, si vous ne venez pas consommer, il est même mieux de ne pas se promener avec de l'argent. Ça évite d'attirer de mauvaises intentions, si vous voyez ce que je veux dire. »

L'homme but une partie de son lait.

« Aller à Ylisse, c'est ça ? Hum. Cela vous dérangerait de changer d'endroit ? Je connais un endroit plus calme pour discuter de ce genre de choses. »

Aurelion se pencha vers elle.

« Il vaut mieux de pas discuter des détails d'un contrat ici. Au moins ce genre de gens mal intentionnés est au courant de vos déplacements, au mieux c'est. »

Avril
avatar

Messages : 31

Feuille de personnage
Classe: Soeur
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Soin
2
3
4
5
Sujet: Re: Soeur en fuite - [Aurelion] (TERMINÉ)   Jeu 30 Juin - 15:47

Je restai quelques temps médusée et gênée par l'entrée théâtrale dont nous avait fait bénéficier cet homme en armure. Je demeurais intérieurement persuadée que la violence n'aurait pas été la solution la plus favorable, mais je dû bien admettre qu'elle eut un effet plutôt rapide et efficace.
Quel comportement égoïste, refuser la violence et se réjouir quand quelqu'un d'autre en usait pour votre propre bénéfice...
Je me sentis rougir, tentant vainement de me convaincre que je n'aurais pas pu être plus éloquente que l'inconnu. Sa déclaration de protection à la foule ne fit que davantage roussir mes joues déjà écarlate. Je l'en remercia d'un signe de tête, ma voix retrouvant peu à peu de consistance tandis que les badauds détournait leur regards de nous.

J'écoutais attentivement les conseils qu'il me donnait, après tout, il semblait avoir eu son lot de voyage, contrairement à moi et mon expérience totalement inexistante, bien que, après réflexion, je maudis ma stupidité, il était pourtant évident qu'on ne pouvait pas exhiber ses trésors ainsi, mère lui avait toujours dis que l'argent était le sang de l'univers, une chose aussi précieuse se devait de rester bien cachée si je ne voulais pas plus d'ennuis.
J'eu voulu rétorquer que je n'avais pas d'autres endroit, hormis ma besace, pour préserver ma bourse, ce sac étant désormais ce qui se rapprochait le plus pour moi d'une maison.
Je me rétractai, moins j'en dévoilait sur moi, moins il y avait de risques qu'on me pose des questions. Je me demandais un instant combien vaudrait ma capture, père serait sûrement très généreux envers celui ou celle qui lui ramènerai sa fille disparue. Bien plus généreux qu'il ne le serait avec moi si par malheur cela arrivait.

L'homme en armure mena son verre à ses lèvres une fois son sermon fini. Un homme qui buvait du lait de chèvre ne pouvait pas être foncièrement mauvais. Je retrouvai un léger sourire, la main toujours crispée sur mon bâton de soin que je tenais en évidence, peut être le seul moyen qu'on me porte un quelconque intérêt pour un voyage.

- Je vous remercie sincèrement pour votre aide monsieur, le gratifiai-je sincèrement, vous avez donc les moyens d'aider à mon projet ?

Je restais toutefois méfiante, aussi dénué de mauvaises pensées qu'il le semblait, il restait pour moi un inconnu, en toute vraisemblance, possédait des connaissances bien impolies et sournoises.
Mon protecteur d'un jour reposa son godet à moitié vide sur le comptoir et plongea ses yeux aussi noirs que le mien.

- Aller à Ylisse, c'est ça ? Demanda-t-il pour confirmation. Hum. Cela vous dérangerait de changer d'endroit ? Je connais un endroit plus calme pour discuter de ce genre de choses.

J'acquiesçai lentement. Suivre un étrangers dans le dédale de rue gigantesque de cette ville ne me plaisait guère. Il pencha son buste vers moi, j'eus un pas en arrière, réflexe de défense ou de crainte, je ne saurais le dire.

- Il vaut mieux ne pas discuter des détails d'un contrat ici. Au moins ce genre de gens mal intentionnés est au courant de vos déplacement, au mieux c'est.
- Et vous monsieur, demandai-je de ma petite voix, êtes-vous bien intentionné ?

Ce fut ma dernière question. Quelles autres choix se présentaient-ils à moins de toute façon ?


***

Le trajet qui nous emmena à une autre auberge fut moins long que prévu. Par chance pour moi, nous n'empruntions que des rues bondées, peu de chance que l'inconnu se retourne soudainement pour me poignarder, du moins l'espérais-je. Je gardais soigneusement en mémoire le chemin que nous suivions, me croyant vainement capable de me créer un plan de la ville si je venais à m'y retrouver seule.
Nous pénétrâmes les lieu. Je dû admettre que l'endroit jouissait d'un bien meilleur aspect que le précédents. Propre, moyennement fréquenté et bénéficiant d'une salle commune bien vaste, décorée de-ci de-là d'objets domestiques que je reconnu sans peine pour avoir longuement fouiné entre les jambes des domestiques de la demeure familiale.
Une fois confortablement installés, je pris mon courage à deux mains, je ne pouvait me permettre d'attendre des semaines dans cette capitale, j'étais bien trop visible, bien trop en vue de ceux qui me recherchaient depuis l'avant-veille.

- Bien, lançai-je pour me donner du courage. Maintenant que nous sommes dans un lieu qui vous paraît plus sûr, j'aimerai avoir votre réponse. Pouvez-vous m'aider à traverser les montagnes pour rejoindre Ylisse ? Et si oui, de quelle façon ?

Je fixai tant bien que mal mon regard dans les yeux de l'inconnu. Il me tardait de quitter la région, mais il serait stupide de me jeter dans un piège en partant seule avec cet homme que je connaissais pas et qui, malgré l'aide qu'il semblait vouloir m'apporter, ne m'inspirait nullement confiance.




Code couleur :#ffcc66
Invité
Invité
Sujet: Re: Soeur en fuite - [Aurelion] (TERMINÉ)   Sam 2 Juil - 0:39
Aurelion était il de bonne intentions ? Eh, pas vraiment. Enfin, on ne pouvait pas dire non plus qu'il en avait de mauvaises. Il n'en avait tout simplement aucune. Il n'était pas suffisamment à court d'argent pour vouloir voler la femme. Il n'était pas suffisamment en manque d'affection pour vouloir forcer la femme. Il n'était pas suffisamment en manque de travail pour vouloir servir la femme. Certes, il souhaitait un minimum qu'elle n'aie pas trop de soucis, mais après …

Il la conduisit dans l'auberge où il résidait. Une fois dans la grande salle à manger, il salua de la tête la matrone et alla saluer quelques uns des clients. Il surveilla aussi le comportement de la future non-cliente. Elle avait l'air plus à l'aise. Intéressant. Dans ce qui semblait être un effort assez grand, elle entama la discussion. Elle voulait donc aller à Ylisse, c'était sur. Elle avait annoncé sa vraie destination dans le bar. Appelez le paranoïaque, mais Aurelion n'aimait pas ça.

« Effectivement, je peux vous aider. Mais ... »

Il laissa planer un petit instant de silence. Heh, elle avait l'air amusante à embêter. Surtout qu'il ne comptait absolument pas la proteger. Il était déjà engagé ailleurs après tout.

« Mais … Je ne peux pas m'occuper de vous directement. J'ai déjà un autre client qui risque de n’emmener dans une direction totalement autre qu'Ylisse. De plus ... »


Pour qu'une minette visiblement hors de son élément en soit réduite à aller chercher de l'aide dans un bar minable, c'est qu'il y avait anguille sous roche. Comment pouvait il dire qu'elle était hors de son élément ? C'était facile. Tout d'abord, le nombre assez grand d’erreurs qu'elle avait faite. Une fille du peuple n'aurait pas fait tout ça. Elle aurait su comment se comporter. De plus, elle avait l'air bien trop propre sur elle pour être une pauvre. Ses dents en particulier. Aurelion garda son regard planté dans celui de la sœur.

« Vous avez l'air assez … pressée de partir, pour employer des euphémismes. Je peux me tromper, mais j'ai le sentiment que votre protecteur n'aura pas forcément que les bandits comme soucis, non ? Ne serait ce que les gens du bar … »

Aurelion se gratta la tête. Comment la sortir de là.

« Hum, je connais peut être quelqu'un qui pourrait vous aider. Je ne connais pas ses tarifs par contre, mais connaissant sa réputation, il doit être assez cher. Plus que moi en tout cas. Mais vous pouvez vous le permettre, il semblerait. »

Après tout, elle n'a pas l'air pauvre.

« Franchement, vous serez sûrement mieux avec lui que moi de toute façon. Je ne sais pas si il est meilleur que moi, mais si il peut s'occuper uniquement de vous, ce serait bien. Son nom est Aryel. »

Il croisa les bras.

« De toute façon, si ça ne marche pas, vous savez où venir me voir. »

Avril
avatar

Messages : 31

Feuille de personnage
Classe: Soeur
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Soin
2
3
4
5
Sujet: Re: Soeur en fuite - [Aurelion] (TERMINÉ)   Mer 6 Juil - 11:07


Il y a toujours un “mais“...Même en ayant vécu loin de tout et surprotéger de ce qui se passait à l'extérieur, j'avais connaissance de ce “mais“ insupportable. Toujours des conditions, toujours du marchandage. Chacun cherchait à sauver ses intérêts, rien n'est gratuit et l'altruisme est mort.
Cette confirmation s'empara de moi et j'eus subitement souhaité me retrouver à nouveau seule dans ma chambre, allongée en boule dans mes draps si confortable.

Je refluai mes émotions au fond de mon être, fondre en larmes devant cet homme était bien la dernière chose que je devais faire.
J'écoutais donc, sans sourciller, ce protecteur annoncer son “mais“.
Ainsi donc, j'essuyai un refus. Il fallait s'y attendre. Les choses s'étaient déroulées trop simplement jusqu'à présent.
Le chevalier darda sur moi un regard perçant et j'eus, l'espace de quelques secondes, l'horrible impression de le sentir farfouiller mon âme à la recherche de quelque chose. J'eus un sursaut de surprise et ne put retenir mes joues de rougir une nouvelle fois lorsqu'on insinua les dangers que pouvaient receler mon transport. Était-je à ce point transparente ?
Je ne savais que faire, prise au dépourvu. Nier aurait été tout bonnement inutile, la vérité devait se lire sur mon visage comme si je l'en avais barbouillé. Aussi restai-je muette.
Toutefois, le chevalier en armure verte se révélait détenteur d'un sens du devoir dont je ne l'aurais pas cru doté et me dirigea vers un autre homme, un certains Aryel.

- Est-il quelqu'un de confiant ? Demandai-je alors une fois qu'il m'eut soumis sa proposition.

Question idiote, au mieux il l'était, au pire je n'avais pas le choix. Quelles autres alternatives s'offraient à moi ? Je n'avais nullement l'envie de retourner dans ce bar miteux et rester un jour de plus à Emmeryn signait à coup sûr la fin de mon voyage.

- Peu importe, éludai-je finalement. Comment puis-je prendre contact avec cet homme je vous prie ?

J'espérais seulement que le peu d'or qu'il me restait permettrait de m'offrir ses services.

- Excusez-moi mais, qu'est-ce qui vous fait croire que cette homme pourra accéder à ma requête ?

Je ne saurais dire si je me sentais soulagée ou déçue de ne pas bénéficier des services du chevalier, certes, son comportement ne lui avait pas attribué une grande confiance de ma part, mais il avait néanmoins l'air de savoir ce qu'il faisait, et, au vu de ce qu'il s'était passé dans le bar, était apparement capable de faire preuve d'argument plus que convaincant pour éviter les ennuis.
Je raffermis ma prise sur mon bâton, le dos droit sur ma chaise.
Peu importait, il fallait que je quitte Plegia coûte que coûte.

- L'argent ne sera pas un problème, affirmai-je d'un air convaincu. Si cela peut le persuader.




Code couleur :#ffcc66
Invité
Invité
Sujet: Re: Soeur en fuite - [Aurelion] (TERMINÉ)   Mar 19 Juil - 22:40
Aurelion rit calmement. Il ne se voulait pas spécialement moquer, mais on ne savait jamais.

« De confiant, je présume, au vu de sa réputation. De confiance, en revanche, je ne peux pas vous le certifier. Mais de ce que je sais, c'est un noble. Je présume qu'il à un minimum d'honneur. Malheureusement, je ne peux rien vous promettre de plus. »

Aurelion se gratta la tête. En effet, en voilà une bonne question. Comment le contacter. Si elle était noble, elle savait lire, non ? Enfin, écrire plutôt.

« Hum, si vous le voulez, vous pouvez lui écrire une missive que j'essaierai de transmettre. Pour le secret de votre missive, n'ayez pas de peur, je ne sais pas lire. »


Aurelion ne semblait pas dérangé par le fait de faire ce genre de révélations. Il était un roturier, il avait passé son temps à apprendre l'art subtil de dévisser les têtes, pas la lecture ou l'écriture. Pour autant qu'il le savait, et la situation présente lui donnait un peu raison. Ceux qui savaient écrire étaient bloqués alors que ceux qui savaient se battre bougeaient. Heh.

« Pour ce qui est d'accepter la requête, la raison la plus simple du monde ma chère. Il est un mercenaire et vous avez de l'argent. Normalement, il ne faut pas plus. »


Aurelion se gratta la tête de nouveau. Certes, il avait un certain code de conduite en tant que mercenaire, mais il savait que ce n'était pas forcément le cas de tout ses homologues.

« Je ne peux rien vous garantir, mis a part une chose. Je reste encore une grosse semaine à Plegia avant de partir. En attendant, je veux bien vous aider à trouver un transport sur, d'accord ? »


Il appela le serveur et commanda un autre verre.

« Et comme vous avez l'air gentille, je ne vous ferai pas payer mon aide. De toute façon, je dois faire des courses dans la ville, passer quelques annonces pour vous ne me demandera pas plus de travail. Et puis, je ne vais pas vous laisser dans la panade, ce n'est pas digne d'un mercenaire.»


Une bonne façon de s'assurer que si jamais, elle reviendrait le voir. Fidéliser une clientèle est toujours une bonne chose.

Avril
avatar

Messages : 31

Feuille de personnage
Classe: Soeur
Niveau:
1/10  (1/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Soin
2
3
4
5
Sujet: Re: Soeur en fuite - [Aurelion] (TERMINÉ)   Sam 23 Juil - 0:10


Les mains posées sur les genoux, j'écoutais avec attention le chevalier me décrire l'homme qu'il me conseillait. Un noble mercenaire...L'idée sonnait étrangement.
Je connaissais bien ces nobles et leur sens de l'honneur. Ce prétendu honneur dont les Hommes se maquillaient pour tromper leur entourage. Combien de fois n'avais-je pas vu père se bafouer en retournant ses bénédictions au gré des histoires ? L'honneur ne dure qu'un temps et change vite de facette. Ami un jour, ennemi le lendemain, finalement camarade le temps d'écraser un détracteur commun.
Ô oui...Je connaissais bien l'honneur de la noblesse pour ne l'avoir justement jamais décerné chez aucun.

Ainsi allait le monde. Aussi étais-je terriblement mal placée pour salir ces gens, moi et mon honneur que j'avais abandonné au pied de mon lit avec le reste de ma famille.

- Je ne puis accepter...Réalisai-je soudain à part moi.

Un noble ! Quelle sotte je puis être pour ne pas y avoir pensé tout de suite ! Et si lui prenait l'envie de me renvoyer auprès de mon père ? Certes, j'avais de l'argent et étais prête à donner plus que nécessaire pour fuir loin d'ici, mais mon paternel en possédait bien davantage...Et l'argent était bien la première source d'inspiration des mercenaire, comme l'avait si bien relevé celui en face de moi, la main perdue dans ses cheveux bruns, comme s'il cherchait à en extraire une idée.
Le chevalier ne paraissait pas déborder de confiance pour son comparse. Père n'avait sûrement pas crié sur tous les toits la disparition de sa fille unique et les chances que j'eu pu rencontrer cet homme auparavant semblaient plus que minces. Jamais l'on ne m'aurait présentée à un mercenaire, de souche aussi noble soit-il, et, dû à mon isolement, la plupart des grandes familles de Plegia seraient bien en peine d'affirmer connaître mes traits.

Plus je discutais avec cet homme et plus je regrettais de ne pouvoir voyager sous sa protection. Il régnait dans ses propos une bonté à laquelle il semblait vouloir se garder derrière son masque impassible.

- Ne te laisse pas avoir Avril, me sermonnai-je. Tu souffres bien trop de son charme.

Je rougis et détourna mon regard à cette pensée. Et pourtant, mon idée ne fut pas démentie lorsqu'on me proposa de trouver un transport sûr et qu'on m'en offrit la gratuité.

- Je ne pensais pas qu'un mercenaire puisse se permettre ce genre de cadeau. Néanmoins, je vous remercie de cette sollicitude.

Les secondes s'égrenaient tandis que je prenait un temps supplémentaire de réflexion dont le chevalier profita pour siroter sa boisson.
Que pouvait bien pousser un noble à embrasser une voie aussi peu recommandable que celle d'un mercenaire ? Sûrement pas quelqu'un de trop attaché aux valeurs des familles riches. Peut-être quelqu'un dont les droits auraient été reniés ? Ou tout simplement une personne ayant fait choix de se détourner de la voie toute tracée à laquelle il était prédestiné.

- Quelqu'un qui pourrait me ressembler en somme...Songeai-je avec amertume.

Qui mieux qu'un individu de ce genre pourrait être mieux à-même de comprendre mon choix ?

- Très bien, approuvai-je enfin, je vais donc écrire une missive à cet homme.

Par chance, le propriétaire des lieux accepta de bon gré à me fournir plume et vélin que je me fit un devoir de remercier promptement en lui fournissant une compensation pécuniaire pour ces ressources perdues. Ma bourse maigrissait à vue d'oeil mais mon éducation m'interdisait tout bonnement de déposséder cet homme sans contrepartie.
Une fois ma lettre rédigée, je la paraphait de mon nom d'emprunt : Avril Châne. Garder mon prénom apparent me semblait un danger trop grand, le nom Châne ne différant que peu de Lechânon, mon nom originel, aussi décidai-je finalement de ne signer que de celui-ci.
Lettre relue et pliée, je la tendis vers mon interlocuteur qui s'en empara sans violence avant de me lever afin de le remercier d'une légère révérence.

- Je ne vous remercierai jamais assez monsieur. Comme vous l'avez dans doute compris, je ne puis rester ici bien longtemps. Je tâcherai de venir régulièrement ici même afin de vérifier qu'aucune réponse ne vous a été fournie.

Comme à l'accoutumée, je déposais sur la table cinq pièce d'argent amplement méritée. La maigreur de mon remerciement me faisait honte mais je ne pouvais décemment plus me délester du peu d'or dont je bénéficiais encore.

- Je vous souhaite une bonne continuation. Peut-être que nos chemins seront amenés à se croiser à nouveau.

Sur ces mots, je quittais l'auberge, le cœur lourd de n'avoir pu trouver un transport rapidement.
La nuit tombait sur Emmeryn, bientôt viendrait l'instant où il me faudrait trouver un endroit où passer la nuit.
Ainsi celui où mon père aura retrouvé  ma trace.




Code couleur :#ffcc66
Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Soeur en fuite - [Aurelion] (TERMINÉ)   

Soeur en fuite - [Aurelion] (TERMINÉ)

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Frère et soeur [privé : Ayou Haven ][Terminé]
» [Terminé] Belle soirée entre frère et soeur [Calypso]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Soeur Sourire
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Fire Emblem Rebirth :: Hors-jeu :: Nécropole :: RP terminés et abandonnés+
Sauter vers: