Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

Eline, fille de Satan !

Invité
Invité
Sujet: Eline, fille de Satan !   Jeu 9 Juin - 21:10

Informations

• Prénom : Eline
• Surnom : -
• Âge : 18
• Race : Humaine (Avec un peu de dragon)

• Groupe : Regna Ferox
• Classe : Mercenaire
• Avantage : Defense
• Désavantage : Magie

Description physique


Candeur, grâce et charme …

Tu es faite d’une manière dont peu peuvent se targuer d’avoir… Ta présence est tel un parfum enivrant, à la fois subtil et inoubliable…

Tu es d’une blondeur éclatante. Cette longue chevelure qui vient se pavaner sur ta tête et s’écroulant sur tes épaules, telle une cascade chutant jusqu’au bas de ton dos. Tu en es fière, de ce véritable joyau des cieux et de la terre, ta crinière est unique incomparable avec une autre et indissociable de l’image que les gens se font de toi. Alors tu en prends soin, elle est probablement le seul signe de coquetterie qui vient contraster avec ton image de femme guerrière, dont l’art du combat parait bien plus aiguisé que celui de la séduction… Aussi loin que tes souvenirs se portent, personne n’a osé faire planer l’ombre d’une lame sur tes précieux, sous peine de s’attirer un courroux bien plus féroce que celui d’un dragon…

Mais, malgré ta chevelure éclatante, là n’est pas ton seul atout, ton seul trait divin. Ton visage, finement ciselé dans le marbre est serti de deux perles ravissantes. Dotées d’une couleur bleutée tendant vers le violacé, ils expriment néanmoins une étrange pâleur agréable pour quiconque osant plonger son regard dans le tiens. D’ailleurs, lorsque tu viens à poser ta vision sur un autre individu, celui-ci pourrait être partagé entre l’admiration ou la crainte. Ton visage exprimant une autorité presque naturelle relevée d’une beauté qui elle parait surnaturelle.

Et avec tous cela, tu peux te targuer de dire que ton minois n’est pas que ta seule arme physique. Ton corps lui est tout aussi sculpté qu’une statue façonnée des mains d’un maitre. Tu n’as rien à envié à la musculature d’un combattant émérite, la tienne est sans faille. Comme si pendant tout ce temps à lorgner ton frère moins œuvré à la tâche que toi, tu t’étais forgée une armure de chaire impénétrable capable de te protéger des fléaux les plus infâmes.

Et oui, car ton sérieux t’as permis d’arriver jusqu’ici, d’avoir ce corps parfaitement apte à croiser le fer avec autrui, dont même ton frère pourrait en être jaloux. D’autant plus que ta taille pourrait même paraitre imposante lorsque tu te compares à ces pucelles de noble embourgeoisées. D’un mètre 80, ta présence est sans nul doute inesquivable. Toi qui aime te murer dans une discrétion silencieuse, tu attires les regards vers toi sans le vouloir. D’autant plus que ton armure composée de quelques plaques d’acier venant protéger ton corps contraste encore une fois avec les gens plus ou moins aisé de ta caste.

Il n’est pas commun de voir une si belle femme dotée d’une apparence si prompte à faucher le premier venu. Bien que malgré tout cela, se dégage de toi une aura apaisante.

Ta voix quant à elle, tu ne l’uses que très rarement. Mais lorsque tu viens à dire un mot, celui est certain de se faire entendre de tous. Une voix incroyable mature, pouvant appartenir une grande dame de ce monde. Tu pourrais ordonner à une armée entière de te suivre pour battre le fer avec l’enfer lui-même que l’on t’écouterait avec une ferveur indescriptible. Quelle douce ironie du destin lorsque l’on sait que reviendra ce privilège à ton frère… Bien que… Tout n’est jamais aussi simple après tout…
563 mots

Description mentale

Mature… C’est probablement le mot capable de te définir le plus sous toutes tes formes. Tu es d’un calme et d’une sagesse déconcertante alors que tu n’arrives qu’à peine à ta majorité physique. Peut-être est-ce dû à ta nature de femme ou de mère. Cet instinct maternel que tu as développé bien trop tôt pour pouvoir t’occuper de ta fratrie. Pendant longtemps, tu n’as été que la seule égide séparant ta sœur et tes frères du cruel monde qui les entoure. Bien entendu, tu as toujours pu compter sur Ayden, te dépassant d’une année, néanmoins, il est arrivé bien plus de fois qu’il ne vienne te quémander tes conseils plutôt que l’inverse. Toi, étant la seconde maman de ce foyer, ayant cultivé une sagesse sans égale et une vivacité d’esprit bien particulière.

Alors tu agis toujours avec un calme certain, jamais, tu n’as perdu ton sang froid dans les moments les plus cruciaux de ta vie. Tu sais parfaitement jongler avec les émotions, étant capable de la plus grande des amabilités comme de la repartie des plus acerbes. L’on te considère comme un pilier, inébranlable sur qui on peut toujours compter lorsque les temps sont les plus sombres. Et tu prêtes volontiers de l’aide à celui qui te l’a supplie. Tu ne te considères pas comme gentille ou généreuse, simplement comme une humaine qui n’a pour vocation de répandre la misère. Ainsi, malgré que beaucoup peuvent te considérer comme une grande personne comme l’on en voit peu par génération, tu fais preuve d’une modestie déroutante…

Et cette modestie vient se faire remarquer aussi lors de tes prouesses de guerrière. Toi qui a croisé le fer tout aussi souvent que ton frère semble bien plus douée que lui dans cet art. Et pourtant, tu n’es pas du genre à te vanter, à faire mijoter la défaite aux yeux de tes ennemis. Tu restes toujours humble, sachant pertinemment que tu peux à ton tour joncher le sol à chaque instant. Tu n’expliques pas ton attrait pour la guerre, le combat. Tu le vis simplement, comme pour solidifier davantage ton image d’écran protecteur, capable de repousser tous les préjudices pouvant porter atteinte à ta famille ou à toi-même.

Cette famille d’ailleurs, dont tu voues un attachement particulier. Bien que tu aimes énormément ta jeune sœur, qui bien qu’elle possède le même âge que toi parait bien moins mature, tu accordes une grande affection au cadet de la famille. Tu places une relation d’égal à égal avec ton grand frère, étant le seul capable de subvenir au besoin de ta famille avec toi-même. Bien que tu n’es pas normalement d’humeur joueuse, tu as adoré t’occuper d’Emilien avec qui tu as entretenu une relation toute aussi étroite qu’avec ta sœur biologique.

Par ailleurs, tu lui as été d’un incroyable soutien lorsqu’il voulut joncher le chemin de sa sœur guerrière en voulant manière l’épée. Tu t’es révélée être une instructrice de génie alors que tu ne maitrisais même pas encore toutes les subtilités de ton art. Les gens aiment t’écouter naturellement, t’accordes un respect naturel pour ce que tu as pu représenter et ce que tu représentes toujours.

Au combat, ton sérieux est toujours aussi présent, tu ne parles que très peu pour laisser placer à une réflexion accompagnée du bruit de métal s’entrechoquant. Tu agis de manière très subtile, bien que ta force brute parait suffisante pour écraser la plupart de tes ennemis, tu préfères agir avec parcimonie plutôt que de tout dévoiler en un coup. Par ailleurs, tu es tombée bien des fois, a cru perdre un bon nombre de combat, mais tu n’as jamais croulé sous l’adversité. Comme si tu étais animée d’une rage de vaincre surnaturelle, dont personne n’en a jamais trouvé la source. Et même à travers cette volonté hargneuse, tu exprimes toujours ce charme auprès des autres, et cette douceur auprès des plus jeunes. Ton esprit est un bouclier invulnérable protégeant fermement ton esprit et celui de tes proches !
668 mots

Histoire

Il arrivait parfois que la naissance d’un être pouvait être bercée par des funestes présages ou par un destin miraculeux. Le destin d’Eline et de sa sœur transpirait quant à lui d’une douce et non moins mortelle ironie…

Sa vie ne fut jamais aussi sanglante que lors de sa mise au monde. Une guerre qui dépassait sa jeune existence ainsi que celle de sa sœur avait pour but de sceller leurs destins. Elle n’avait encore à l’époque aucun moyen de se façonner un souvenir de son véritable père ni de sa véritable mère. Mère qui succomba bien trop rapidement aux affres des batailles. Le sort d’Eline aurait dû suivre celui de sa mère, mourir à l’aube de sa vie n’était pas un sort si tragique en soin. Elle n’avait pas encore conscience de la souffrance physique ou morale. Elle était encore si pure et lavée de toutes souffrances. En cet instant, il aurait mieux valu qu’on l’achève elle et sa sœur plutôt qu’elle se fasse recueillir par l’assassin de sa mère.

Ce même assassin qu’elle se mit à aimer comme un père lorsqu’elle parvint à grandir. Personne ne lui avait dit la vérité, il valait mieux la cacher. Ce genre de secret révélé n’était pas bon à dévoiler à une âme aussi jeune. Et quand bien même sa maturité viendrait à montrer le bout de son nez, comment pouvait-on dire à un enfant que l’on était celui qui l’avait arraché à une vie douce entourée de sa vraie famille ? A défaut, elle vécut avec sa sœur dans la pénombre, avec une famille qu’elle considérait naturellement comme la sienne alors que tout cela n’était qu’un sombre tissu de mensonge.

Enfin… Les sentiments qu’elle développa avec ses parents adoptifs et ses frères eux étaient réels. Elle tenait réellement à les préserver, cette sensation de vouloir défendre ses proches contre l’adversité du monde lui vint très jeune par ailleurs. Comme si, à défaut d’avoir pu raisonner, son esprit s’était imprégné de la violence de la perte de ses parents et qu’inconsciemment, elle tenait à ne pas reproduire le même chemin avec les êtres qu’elle aimait.

Mais, avec toute la volonté du monde, elle était encore bien trop jeune pour préserver son autre mère de la mort. A la naissance de son petit frère, elle perdit la présence féminine de la maison. Tous furent touchés, Ayden beaucoup plus que les autres. Voyant sa détresse, son âme lui criait de devenir le second pilier de la maison. De remplacer cette présence qu’on leur avait soutirée brutalement lors du jour censé être l’un des plus heureux de la famille. Quelle douce souffrance, subtile disgrâce, il ne lui en fallait pas plus pour comprendre que le monde était dirigé selon des lois acharnées et que le bien n’était jamais accompagné sans le mal tapis dans son ombre.

Son éducation ne fut pas la plus périlleuse, avec son frère elle devint les deux leadeurs de tête pour gérer cette famille dispensée de mère et de père. Leur père était vivant mais trop absent pour voir grandir sa famille. Alors c’était à Eline ou à Ayden de s’en charger. Les deux avaient une volonté très grande de protection et une soif de combat inexplicable. Et les deux suivirent exactement le même chemin alors que quelques années les séparaient.

Enfin, elle avait encore de la marge pour se faire appeler guerrière, et malgré les quelques tournois locaux, elle ne vint jamais vraiment à croiser le sentiment que d’être une véritable combattante. Il lui manquait peut être de l’ambition, bien qu’elle en avait les compétences au fil de l’âge, elle n’avait aucunement envie de commander. Elle voulait simplement protéger sa petite famille, comme si elle avait bien comprit que ce n’était pas à elle de changer le monde. Et cela ne la dérangeait guère bien au contraire. Enfin, si seulement elle avait su qu’elle était bien voir trop loin du compte. Et que son avenir était bien plus grand que celui d’une jeune femme lambda.

Après plusieurs années, elle vint tout comme son frère à se faire un nom. Les deux se valaient en terme de réputation, ils n’étaient qu’à l’aube de leur vie de combattant et pourtant avait déjà croisé le fer mainte fois. Tantôt pour gagner un maigre pécule ou tantôt pour se renforcer eux même. A côté de cette activité pour le moins dangereuse, elle menait la petite fratrie d’une main de fer, s’alliant parfaitement avec l’ainé pour subsister dans ce monde complexe.

Malheureusement, il fallait bien qu’un jour, la réalité revienne toquer à sa porte… Un triste jour se présageait devant elle, semé de renversement et de tristesse. Une douleur alliée à la perte d’un être cher et au gain d’un être sans scrupule…

Le combat, c’était un étrange moyen pour eux de se défouler et en même de se renforcer. Suivit de sa sœur, la troupe parti chez les Feroxiens afin d’accroitre leurs capacités de combat. Etonnamment, elle était bien plus douée que son frère, trop impulsif dans les moments les plus délicats. Il avait un don certain pour la bataille, mais elle n’en était pas totalement dénuée bien au contraire. Malgré sa carrure de femme, jamais celle-ci lui porta préjudice, sa technicité et sa force naturelle dépassant déjà de bien loin les guerriers types du royaume.

897 mots

HRP

• Le personnage sur mon avatar •
Teresa / Claymore

• Comment j'ai connu le forum •
Top site

• Mes remarques sur le forum •
Trèèèsss bien foutu

• Ma connaissance de Fire Emblem •
Pas fini Awakening

• Le code du règlement •
Une main exaltée est passée par-là '^'


Taurok
avatar

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
5/10  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Eline, fille de Satan !   Jeu 9 Juin - 22:16
Toi. Validée. NAO. J'aime trop ta fiche <3
Y'a des typos par-ci par-là (e.g, pas mal de "dont" qui sont mal utilisés, ou encore "en soin" au lieu de "en soit"), mais ça reste pas trop gênant. Ainsi...



Je m'occupe des dernières formalités B3 J'espère que tu te plairas sur le forum !

Mercenaire niveau 1 créé
PV18
FOR10
MAG0
VIT6
TEC12
CHA6
DEF10
RES4

Eline, fille de Satan !

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zia, fille de Satan. (en contruction)
» Chasse entre mère et fille
» |Selena Kristen Stiwart ♥ Une fille parmis tant d'autres...|
» Présentation de Raphaëlle Ein, l'innocente vilaine fille...
» Les relations père/fille

Fire Emblem Rebirth :: Hors-jeu :: Registre des personnages :: Validés+
Sauter vers: