Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

Everything Must Starts Somewhere... (Feat. Aurelion)

Invité
Invité
Sujet: Everything Must Starts Somewhere... (Feat. Aurelion)   Jeu 9 Juin - 1:16
C’était l’heure d’y aller.

Elena resta immobile une bonne minute après avoir vérifié pour la quatrième fois les quelques possessions qu’elle apportait pour son voyage, complètement perdue dans ses pensées. Ce serait mentir de dire qu’elle n’était pas nerveuse, l’ennuyant serrement dans sa poitrine clamait bien le contraire, mais elle n’avait maintenant qu’une envie, et c’était de quitter cet endroit. Ressentir à la fois la peur de quitter son nid douillet et protecteur en même temps que le dégoût pour l’étouffant que ce nid produisait, c’était une expérience… assez étrange dans son genre. L’impression d’être assis entre deux chaises, très inconfortable comme situation.

La cadette des Cahallans laissa échapper un soupir las avant de se ressaisir. Ce n’était plus le moment de se laisser abattre, hésiter ne ferait que lui compliquer la vie maintenant. De toute façon, elle était prête maintenant, il ne restait donc qu’à avancer.

Le début de la matinée aurait dû servir faire le tour du domaine pour dire au revoir à la maison que de la demoiselle connaissait depuis toujours, mais elle s’était bien rendue compte après une vingtaine de minutes que cela ne la rendait que plus lassée par l’habituation, comme si ces murs familiers étaient devenus ennuyeux et écrasants. Au final, ces pas l’avaient menée à l’extérieur, dans le jardin du domaine plus précisément, là où semblait l’attendre une sépulture particulière.

Elena failli tourner les talons à la seconde où elle se rendit compte de la direction qu’elle prenait plus ou moins inconsciemment. Une petite voix lui disait que ce n’était pas une bonne idée, qu’elle allait de nouveau briser une fois là-bas, mais une autre lui disait qu’il s’agissait peut-être du premier pas à franchir.

La tombe était bien là, brillant par sa simplicité et sa présence quelque peu incongrue dans cet endroit paisible. Elena resta là un moment, fixant l’endroit où reposait l’homme qu’elle avait aimé et dont cet amour avait été la perte. Doucement, comme si elle avait peur de troubler la tombe, elle se pencha et effleura la pierre froide du bout des doigts, comme pour lancer un au revoir silencieux. Cela fait, la blonde se releva et quitta les lieux. Étrangement, la pression dans sa poitrine semblait être moins présente… peut-être que la dernière chaîne qui liait de force son cœur à cet endroit venait d’être brisée.

Au moins, maintenant, elle avait pu saluer Anton au cas où son chemin mènerait à la même fin abrupte. Après tout, ce n’était pas comme si elle n’avait pas songé à cette sombre et assez ironique possibilité.

Plus confiante qu’à peine quelques minutes plus tôt, une amélioration loin d’être négligeable il fallait dire, Elena alla rejoindre ses parents dans le salon principal, là où elle savait qu’ils l’attendaient. La majorité des serviteurs avaient été salués en chemin, ses frères avaient dû quitter bien avant… il ne restait donc qu’eux.

À peine eut-elle ouvert la porte que la mère se leva trop brusquement pour que ce soit nature. Dans ses yeux, sa fille unique voyait qu’elle espérait encore un changement d’avis de sa part. Malheureusement pour elle, il n’y eut pas d’annonce de ce genre. Au lieu de cela, Elena lui fit la bise et lui promis de revenir « bientôt » les voir, bien qu’elle n’ait aucune certitude qu’elle le ferait au final. Elle décida d’ignorer la tristesse visible de celle qui l’avait un jour porté en son sein.

Son père, lui, se leva calmement et, l’air grave, posa sa main fermement sur son épaule.

-Reviens-nous en forme, ma fille.

Cette dernière le connaissait suffisamment pour savoir que ses pensées devaient plus tourner autour d’un « Au moins en un seul morceau, je t’en prie… », mais se contenta d’hocha la tête.

-Au revoir. Père, mère. Merci pour tout et prenez soin de vous en mon absence.


Elle avait un peu l’impression que sa voix sonnait faux, peut-être un peu trop cérémonieuse, mais à l’instant où elle eut quitté la pièce sans regarder derrière, cela n’avait plus la moindre importance.

Le chemin qui menait à la sortie principale lui fit un peu bizarre, mais pas vraiment d’une façon négative. C’était bien la première fois qu’elle quittait la maison par elle-même. Cela avait à la fois la capacité de la rendre fière d’enfin le faire et pathétique d’avoir été toujours si peu indépendante.

Puis, elle fut sortie. Comme ça, tout à fait normalement. La porte s’ouvrit comme n’importe quelle porte.

La jeune femme fit quelques pas avant de s’arrêter, utilisant sa main droite pour protéger ses yeux du soleil alors qu’elle examinait les alentours. Puis, elle le vit.

À moins qu’il fût commun que des étrangers viennent flâner près de l’entrée, ce devait être le mercenaire que ses parents aient si gentiment décidé d’engager pour veiller à sa protection. Si la tête avait de quoi trouver cette situation très avantageuse, son cœur désirait un peu de solitude pendant son périple, chose qui devenait quelque peu impossible lorsque quelqu’un se devait de vous suivre partout. Argh. Bon, même si c’était un réflexe, rejeter son agacement sur celui qui allait l’accompagner apporterait probablement trop de problèmes pour le peu de soulagement que cela procurerait. Elena préféra incliner poliment la tête pour le saluer, tâchant de ne pas trop faire de cas du fait qu’il lui donnait vachement l’impression d’être désintéressé par ce qui se passait autour (ce qui n’était pas exactement ce qu’on entendait d’un guerrier qui avait votre vie entre les mains).

-Vous devez être Aurelion je présume ? Je suis Elena… enchantéedefairevotreconnaissance…

Diantre, la dernière partie avait sonné un peu trop comme un marmonnement à son goût. Elle espérait qu’il n’en fasse pas trop de cas. La demoiselle se redressa, bougeant nerveusement son pied droit qui raclait le sol.

-Hum, j’ignore ce que vous avez conclu précisément auprès de mes parents, mais si vous avez quelque chose à dire ou des questions avant que nous nous mettions en route, je suppose que c’est le moment.


Invité
Invité
Sujet: Re: Everything Must Starts Somewhere... (Feat. Aurelion)   Jeu 9 Juin - 21:43
C’était l’heure d’y aller.

Voila maintenant deux bonnes semaines qu'Aurelion était arrivé à Emmeryn. C'était sa première visite dans la capitale de Plegia, et il n'y était bien sur pas venu y faire du tourisme. Il était là en escale entre deux jobs. C'est ainsi que le mercenaire fonctionne. Il cherche toujours du travail là où un job se termine.

La mission qu'il venait de terminer avait été éreintante. Le patron, en bon Plegien, avait été un trou du cul fini. Irascible et vulgaire, l'homme avait en plus un soucis visible (au du moins, que l'on pouvait sentir) avec l’hygiène. De plus, radin devant l’éternel, l'homme avait forcé Aurelion a combattre des bandits plutôt que simplement les payer pour passer.

Sa première semaine de repos, le jeune lion l'avait passé à se reposer. Il avait des blessures a faire soigner, des nœuds dans les muscles a faire détendre et quelques nuits de sommeil à récupérer. La belle vie quoi, non ? Une fois son repos fini, le lion commença à chercher du travail. La chance dans son malheur, c'est que son dernier patron était un homme influent et qu'il avait parlé de lui à un couple d'amis.

C'est dans une taverne huppée de la capitale plégienne qu'Aurelion rencontra ses nouveaux patrons. Un couple de la vieille noblesse plégienne, qui n'avaient sûrement jamais du quitter leur domaine. Ils s'étaient cependant montrés polis et courtois, voir même amicaux. C'était presque à se demander comment des gens comme ça pouvaient être amis avec ce gros porc de marchand. Enfin, peu importe au final.

Le soucis des clients était que pour une raison inconnue, leur fille chérie souhaitait voyager de découvrir un peu le monde. Bien sur, ils n'avait pas confiance dans les capacités de leur chérie à survivre dans ce monde de brute. Ils avaient donc besoin d'un garde du corps. Ils proposèrent un autre rendez vous chez eux si le travail l’intéressait, histoire de rencontrer la jeune noble et de mettre les détails au clair.

Aurelion n'avais jamais eu la chance d'entrer dans une maison si riche. Des servants, des maîtres d’hôtel, moult pièces dont l'utilité échappait au chevalier. C'était donc cela, la vie de riche ? Quoi qu'il en soit, l'argent ne rendait pas les enfants obéissants. La jeune femme avait refusé catégoriquement de rencontrer son chevalier. De ce qu'il avait pu entendre, elle ne voulait pas de garde du corps. Aurelion grinça intérieurement. Il allait les faire payer bien bien cher.

C’était l’heure d’y aller.

Il faisait doux en ce matin de départ. Engoncé complètement dans son armure qui sentait encore la cire, Aurelion ne se sentait pas très bien. Était-ce du au fait qu'il avait appris hier que sa cliente avait seulement dix-huit ans, ou bien la fumée légèrement toxique du lustreur commençait à légèrement monter à la tête du futur Titan de Plegia ? Tant pis pour le casque, il se sentait étouffer. En plus ses jambes le grattait et il avait envie de se moucher. Pire. Journée. Ever.

Une petite … blonde (?) s'avança près de lui, cachant une partie de son visage de sa main. Le bouche du chevalier s'assécha. Elle ressemblait un peu a … une personne à laquelle il était mieux, pour la santé du chevalier, que personne ne ressemble. Elle parla d'une voix peu assurée en mangeant un peu ses mots. Elle n'avait pas l'habitude de parler à des culs-terreux ? Elle ne semblait pas à l'aise. Cela rassura un peu le mercenaire, c'était pour lui l'occasion de prendre non pas l'ascendant, mais du moins de ne pas passer totalement pour un idiot. Il commença, d'une voix claire si légèrement troublée, le regard légèrement fuyant.

« Et bien, comme je l'ai expliqué à vos parents, je suis là pour vous protéger. Vous décidez de l'endroit où on va, je décide de la façon d'y aller. »

Le ton du mercenaire s'était un peu agaillardi.

« J'ai plus de six ans d’expérience à mon actif, et très peu de clients mécontents. Je ne vous demande pas d'être mon amie. Si vous voulez, on peut même très bien ne pas se parler. Tout ce que j'attends de vous, c'est votre confiance et, dans une certaine mesure, votre obéissance. »

Aurelion se sentait dur dans ses paroles, même si il ne le voulait pas vraiment. C'était juste le résultat d'une conjonction de facteurs qui dépassaient la jeune femme mais que le lion n'arrivait pas à vraiment contrôler.

Invité
Invité
Sujet: Re: Everything Must Starts Somewhere... (Feat. Aurelion)   Sam 18 Juin - 1:07
Elena ressentit un certain soulagement lorsque le mercenaire parla. Elle n’était pas vraiment sûre de ce à quoi elle s’attendait, ses pensées noires et son pessimisme à l’idée d’être suivie avaient probablement généré un scénario peu attrayant dans son inconscient, mais cet Aurelion avait l’air… acceptable ? Bon, il était difficile de juger une personne qui n’avait dit que deux phrases, mais on final il ne lui donnait pas brusquement envie que ça de se mettre à courir aussi vite que lui permettaient ses jambes et ses très vagues connaissances des environs pour tenter de le semer, lui permettant ainsi de continuer son petit bout de chemin seule, comme prévu à la base.

Bon, ça ne voulait pas dire qu’elle appréciait sa présence, vraiment, Elena avait bien du mal à ne pas la trouver gênante, mais au moins elle n’avait pas l’impression qu’il s’agissait d’une vilaine brute épaisse et intimidante. Ainsi, à défaut de rendre la situation attrayante, on pouvait dire que cela ne la rendait pas insupportable.

… youpi-doo ?

-J'ai plus de six ans d’expérience à mon actif, et très peu de clients mécontents. Je ne vous demande pas d'être mon amie. Si vous voulez, on peut même très bien ne pas se parler. Tout ce que j'attends de vous, c'est votre confiance et, dans une certaine mesure, votre obéissance.

Au début, ses yeux s’écarquillèrent et sa bouche s’entrouvrit légèrement, comme si Elena était prise de court par le très court curriculum vitae. Ça pouvait peut-être sembler peu pour bien des gens, mais la jeune noble était impressionnée par les six ans d’expérience de l’homme en face d’elle. Peut-être avait-elle du mal à imaginer qu’une personne puisse avoir comme métier de risquer constamment sa vie pour autrui pendant ce qui était plus du tiers des années qu’elle avait elle-même vécues. Pour quelqu’un qui avait passé toute sa vie protégée sous le toit familial, c’était assez dur à imaginer.

Il fallait dire, la seule personne qu’elle connaissait qui avait tenté ce genre d’aventure n’avait pas vraiment fait long feu…

La suite la fit sourciller. Bon, le mercenaire n’avait pas l’air de vouloir s’incruster, ce qui était probablement une bonne chose, et demandait qu’elle lui fasse confiance, chose avec laquelle la blonde n’était pas exactement à l’aise. De plus, il semblerait qu’elle doive se montrer un minimum obéissante, ce qui faisait sens mais sonnait un peu trop comme une restriction à son goût.

De nouveau hésitante, Elena enroula une même de ses cheveux autour de son index alors qu’elle réfléchissait, le regard neutre. Le monde n’était pas sans menace à l’extérieur des murs dont elle était habituée, c’était indéniable. Aussi peu attirante l’idée pouvait être, suivre les directives de quelqu’un qui s’y connaissait immensément mieux qu’elle s’imposait un peu comme une évidente bonne idée. Il faudrait bien sûr déterminer ce qu’il entendait par « dans une certaine mesure », mais si on se fiait à ce qu’il avait dit au sujet de qui prenait les décisions par rapport à leurs destinations, on pouvait être positif.

Dans le pire des cas, si les choses allaient mal, Elena pourrait toujours s’enfuir en pleine nuit, non ? Ce n’était pas comme si le monsieur pouvait littéralement la surveiller 24 heures sur 24. L’idée méritait de la ranger dans un coin de son esprit.

… Peut-être qu’elle aurait dû faire ça pour partir d’ici tiens. Chiotte, elle n’y avait pas pensé.

Enfin bon, autant avancer sur le chemin qui lui était offert pour le moment. Ça restait mieux que de prendre une décision brusque pour se retrouver à le regretter au premier pépin. Valait mieux avoir un guide de toute façon.

-Bien, ça me semble… hum, acceptable, déclara finalement la blonde en se grattant distraitement la gorge.

Elle était aussi prête qu’elle imaginait pouvoir l’être, ce serait surprenant qu’il ne le soit pas. Ils n’avaient plus vraiment besoin de s’attarder ici.

-J’aimerais arrêter au village pour commencer alors.

Autant ne pas partir à l’autre bout du royaume tout de suite, Elena avait envie de voir comment les choses se passaient au village à proximité. Après tout, même à côté de chez soi pouvait provoquer un sacré dépaysement dans sa situation.

Hum, attendez un instant, devait-elle marcher devant le mercenaire ? Derrière lui ? À côté ? Il y avait la maison derrière, donc il lui semblait peu probable qu’une menace provienne de là, et à côté lui paraissait un peu étrange. Elena secoua la tête, déjà des questionnements.

Bon, il valait probablement laisser le pro prendre les décisions dans ce genre de situation.

Soupir.

Invité
Invité
Sujet: Re: Everything Must Starts Somewhere... (Feat. Aurelion)   Sam 18 Juin - 18:00
Aurelion se massa doucement le cou en écoutant la jeune femme. Il y avait dans l'air une lourdeur pesante qui n'était pas uniquement due au climat de la région. L'un comme l'autre étaient sûrement aussi mal à l'aise. Il n'arrivait pas à la fixer directement dans les yeux et regardait intensément l'espace entre les sourcils de la jeune femme.

Il n'avait donc pas pu voir la surprise de la jeune femme quand il annoncé son ancienneté. Pour lui, c'était normal. A Ferox, tout le monde apprenait l'art du combat, quelque que soit le sexe ou l'age, nobles compris. De plus, la plupart des contacts qu'il avait avec les gens était sur la route, des gens qui voyageaient beaucoup. Logique, quand on a pour métier de proteger les gens quand ils voyagent. L'idée que la jeune femme ne soit jamais sortie de chez elle était étrange pour lui, comme si son cerveau refusait de l'accepter.

Elle avait l'air fragile. Était-elle sure de vouloir partir en voyage ? Aurelion n'arrivait pas à voir de motivation profonde dans les traits d'Elena. Bah, pensa t'il, ce n'était pas comme si lui même était un chantre de la motivation. Et puis, l'important n'était pas qu'elle soit motivée, mais que ses parents paient.

En tout cas, elle semblait d'accord avec ses revendications. Normal, dans un sens. Même si c'était exprimé sous forme de question, elle n'avait pas vraiment le choix. Si elle ne se pliait pas à ses directives, elle restait chez elle, ce qui ne semblait pas être une solution.

Aller au village. Aurelion resta quelques secondes pour réfléchir. Il avait préparé quelques itinéraires vers des grandes villes et ne s'était pas attendu à se faire demander une chose aussi simple qu'un petit village. Il se gratta le menton. Purée, il avait la gorge sèche maintenant qu'il y pensait. Et le genou gauche le grattait. Damnation.

« Hum … Et bien, on peut aller jusque Astelon, c'est à une petite journée de marche. »


Aurelion laissa quelques secondes pour que l'information passe de personne en personne.

« C'est pas un tout petit village et ce n'est pas le plus proche, mais … hum … mais ça nous permettrait de nous trouver un rythme de marche. »

Aurelion ramassa ses affaires et commença à avancer avant de se rendre compte qu'il n'était pas suivi. Eh, forcément, elle ne pouvait pas deviner comment cela fonctionnait. Il s’arrêta, lâcha ses affaires par terre et retourna vers Elena.

« Alors, il y a plus ou moins trois façons de faire. On peut marcher côte à côte, mais je ne pense pas que cela vous intéresse vraiment ... »

Il lui adressa un sourire maladroit.

« … Sinon, je peux marcher devant ou derrière vous. Tant qu'on est sur des grandes routes, le choix n'est pas vraiment important. J'ai plus tendance à marcher derrière dans les villes, pour ne pas trop attirer l'attention sur vous et devant dans les petits chemins pour voir arriver les embuscades et autres pièges. Là, normalement, ça devrait être bon, alors ... »

Une fois sur que le message fut passé, il retourna vers ses affaires. Oui, il n'avait pas vraiment laissé de choix à sa nouvelle cliente. Il ne savait pas pourquoi, mais il avait une sorte de boule dans son ventre. Pas qu'il ne voulait pas lui parler, mais ça lui faisait peur.

Invité
Invité
Sujet: Re: Everything Must Starts Somewhere... (Feat. Aurelion)   Ven 24 Juin - 18:11
À sa demande (commande ? ordre ? souhait ? prière ? requête ? sollicitation ? Il y avait un jargon particulier pour ce genre de situation ?), le mercenaire proposa (informa ? recommanda ?) un village qui serait, selon ses dires, à environ une petite journée de marche. Elena hocha la tête, feignant de savoir ce quoi il parlait alors que, méconnaissance de cet univers mystérieux qu’était l’extérieur de la maison, elle n’en avait pas la moindre idée. Au final, il aurait pu lui donner une fausse destination pour la piéger et elle ne saurait le voir venir.

C’était encourageant pour sa situation…

La distance à parcourir lui sembla dérangeante sur le coup, ce qui n’était pas vraiment surprenant sachant que la jeune demoiselle n’était aucunement habituée à parcourir de longues distances, elle avait même du mal à visualiser ce que ça pouvait donner. Néanmoins, elle avait, peut-être à tort, suffisamment confiance en ses capacités pour imaginer être parfaitement capable de faire le trajet sans s’effondrer à mi-chemin. Et puis, ça lui permettrait de bien voir du paysage dès sa première journée. De ce fait, Elena considéra qu’il s’agissait d’un bon plan pour débuter.

La destination trouvée et acceptée, il restait encore son questionnement sur la façon dont ils allaient être placés pour s’y rendre. La noble approuva presque inconsciemment de la tête lorsqu’Aurelion commenta qu’elle n’avait probablement pas envie qu’ils marchent côte-à-côté. En effet, ça aurait été un peu trop inconfortable à son goût.

C’était donc devant ou dernière, pas si important selon lui pour le moment vu le peu de chances qu’ils tombent sur une embuscade vu la route qu’ils prenaient.

-Je… je vais passer devant alors.

S’il était derrière, Elena n’aurait pas, pour ainsi dire, un constant rappel de sa présence. Elle aurait ainsi plus de chance d’apprécier la marche dans une apparente solitude. C’était peut-être un peu méchant, de vouloir rejeter mentalement la présence d’un individu (qui était en plus là pour son propre intérêt), mais la blonde ne voyait pas vraiment d’avantage à faire semblant d’apprécier le fait que le brun soit là, à la suivre sans son approbation. Elle n’avait tout simplement pas envie, voilà. Fausser son comportement pour une longue période ne ferait que jouer sur son moral déjà discutable, puis son « compagnon » finirait bien par se rendre compte de quelque chose. D’ailleurs, lui non plus n’avait pas l’air particulièrement enclin à parler de la pluie et du beau temps. Donc ça paraissait mieux pour tout le monde, non ?

Enfin bon, s’il y avait des problèmes, elle ferait son possible pour les régler. De plus, elle ne comptait pas être malpolie non plus.

Suivant le geste aux paroles, Elena passa donc devant le mercenaire, jetant un coup d’œil par-dessus son épaule pour vérifier qu’il la suivait puis regarda fugacement le domaine qu’elle quittait. Peut-être était-ce la dernière fois qu’elle le voyait. Ça ne lui semblait pas si négatif que ça en ce moment précis  pour être honnête.

-Bien, soupira-t-elle alors que son (leur?) voyage commençait réellement.

Le soleil brillait dans le ciel, les oiseaux chantaient, une légère brise se faisait sentir, le temps était beau…
Elena Cahallan quittait enfin le berceau familial.

-C’est l’heure d’y aller.

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Everything Must Starts Somewhere... (Feat. Aurelion)   

Everything Must Starts Somewhere... (Feat. Aurelion)

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung
» Words drifting in the wind ... (feat. Rafael Alvarez)

Fire Emblem Rebirth :: Plegia :: Emmeryn :: Rues et habitations+
Sauter vers: