Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus

Partagez | 

[Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)

Manfred
avatar

Messages : 537
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t134-manfred-there-is-always-hope-even-for-a-lost-man-fini

Feuille de personnage
Classe: Civil/Forgeron
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Marteau viril
3Hache de verre
4Potion
5Hache de verre
Sujet: [Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)   Mar 7 Juin - 18:03
Je me sentais léger, heureux...guilleret. J'avais le coeur chaud, les entrailles bouillant...je frôlais une joie extrême que je n'arrivais pas mettre en mots cohérents. Je ne pouvais que l'exprimer par un grand sourire qui ornait mon visage. Je transpirais la joie de vivre à 300 %. Ça se voyait de loin...

Je suis généralement quelqu'un de bon vivant qui aime démontrer sa joie de vivre, mais en ce moment ...on dirait que je débordais de partout. J'en tremblais presque !

Pourquoi ? Vous vous demandez. Pourquoi suis-je dans cet état ? Pourquoi suis-je en train de frôler l'extrême joie ? Pour moi, c'est simple. Un ami à moi avait accepté de me rejoindre à une Auberge près du port ce soir. Quand il m'avait dit oui, je ne pouvais pas me retenir de lui ''sauter dessus''. Je l'avais pris dans mes bras, faisant une accolade.  Puis, je ne lui avais pas laissé le temps de riposter que je m'étais éclipsé à mes occupations. Je l'avais serré fort, comme si ma vie en dépendait. Je suis réputé de ne pas savoir contrôler ma force et puis, cet ami en question est plus petit que moi. Aurelion, tu as fait ma joie aujourd'hui ! Tu ne pouvais mieux m'offrir que ta présence pour ma personne.

Cet homme, je l'adore. Je ne sais pas pourquoi, mais je ressens une profonde fascination et une profonde adoration pour sa petite bouille adorable. Dès que j'ai posé les yeux sur lui, un flash m'était apparu. Vous savez...le genre de moment où vous êtes attiré vers une personne sans aucune raison ? C'est ce qui m'était arrivé. Comme une mouche à merde, je n'arrête pas de lui tourner autour dès qu'il est dans mon champ de vision ou dans le coin. Je lui parle de tout et de rien, je veux attirer son attention....c'est plus fort que moi...

Chevalier respectueux, que dire de plus ? Il peut voyager, rien ne le retient...je l'envie un peu. Moi, je vis chez mes parents, dans ma forge. J'aide ma famille avec leur marcher, les tâches quotidiennes...je suis attaché à une obligation. Ce n'est pas que je déteste ma vie, oh non, mais depuis un moment je sens maintenant les lourdes chaînes me tirer vers le sol. Je crois que parler à Aurelion, même s'il m'ignore, me changera les idées.

Je l'attendais déjà à l'Auberge, dans un coin. Je buvais tranquillement, impatient qu'il montre sa binette en ses lieux. Je me demande s'il va venir. Je sais qu'il n'est pas à l'aise avec les gens de mon âge (mon père m'en a soufflé un mot), alors c'est pourquoi je veux qu'il change cette vision. S'il a accepté, c'est qu'il ne me déteste pas non ? Peut-être qu'il s'est senti obligé pour bien paraître ? Je ne pense pas. Je ne crois pas qu'il va perdre son précieux temps avec n'importe qui. Je ne crois pas non plus avoir mal compris. Je peux très bien entendre ce que je veux entendre parfois, mais ce genre de chose ...je ne crois pas avoir les oreilles fermées. J'ai quand même un minimum de respect.

Je soupire. Là, je commence à penser trop. Je suis entre '' il ne viendras pas'' et le '' il s'est frappé par un Wyvern et il est mort dans un faussé''. Que je m'invente n'importe quoi pour augmenter mon anxiété et ça m'énerve. J'ai l'air de la jeune bergère qui invite son chevalier à un rendez-vous et elle panique à cause de sa nervosité. Pour me calmer, je saluai des gens que je connaissais bien qui venait d'entrer dans l'auberge. Pas mal de monde me connaît...sois en bien ou en mal. La plupart en bien. Je suis quand même connue pour mon art, ma gentillesse et mon hospitalité.

Dès que mes yeux ambrés remarquent une silhouette familière, j'en fus rassuré.

+ Aure ! Ici !

Dis-je, en lui faisant signe. J'affiche un grand sourire radieux et heureux.

Mon coeur commence à battre fort. Je le vois s'approcher et mon corps se tendait un instant. Non mais, je ne suis pas la petite bergère nerveuse devant son beau chevalier quand même !





Je vous parle en #FFCB60

+ Footsteps In the Lonely Valley + Ohne Dich + Valley of Flowers + Glass Skin + Mein Herz Brennt + Rinkaku +

''The feelings concealed in the innermost depths of my heart....throb with a gentle smile''

Merci Reyn ♥:
 
Invité
Invité
Sujet: Re: [Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)   Mar 7 Juin - 21:50
Après quelques mois d'enfer, Aurelion était bien content de quitter ce continent maudit. Lors des légers cours d'histoire qu'il avait reçu quand il était encore tout petit, on lui avait bien entendu parler des trois nations qui composaient l'autre continent. Si Chon'sin était vu avec un certain respect et Rosanne avec neutralité, on avait très mal parlé de Valm au jeune. Un pays de félon, qui utilisaient la guerre sans réfléchir et qui avaient failli précipiter la chute de notre monde en voulant tuer Chrom et Robin, mais ils avaient aussi tenté de tuer Basilio, l'aimé Khan de l’ouest de l'époque. Et c'est TERRIBLE.

L'argent, par contre, avec cette capacité magnifique de ne pas avoir d'odeur ou d'histoire. En voyant la somme qu'on lui avait proposé pour conduire quelqu'un jusque Steiger, les préjugés du chevalier errant étaient bien vite tombés. Et puis, il avait 19 ans, c'était le moment parfait pour voyager, non ?

L'ambiance Valmienne avait fortement déplu à Aurelion. Elle lui faisait penser a une version bizarro, délétère de celle de sa maison. Comme à Regna Ferox, l'armée avait un part prépondérante dans la vie du pays. Cependant, il y avait une sorte de mauvaise ambiance, comme si l'armée n'était pas en symbiose avec le peuple, bien au contraire. Mais l'argent est l'argent. De plus, tout le monde dans ce pays n'était pas mauvais, loin de là.

Aurelion, cherchant un forgeron pour réparer son armure abîmée par des bandits en chemin, était tombé sur Stanis, un homme du marteau sympathique. Peut être était-ce parce qu'il avait l'age du père du lion et que le lion pouvait être son fils, mais les deux hommes s'étaient bien entendu tout de suite. Par extension, le futur Titan de Plegia avait été amené à côtoyer les fils du forgeron. L'un d'entre eux en particulier, Manfred, se montrait assez collant, surtout pour Aurelion qui était mal à l'aise avec les gens de son age. De plus, c'était un géant, ce qui n'avait rien pour rassurer le jeune lion. Bon, il n'était pas totalement désagréable non plus, et puis Aurelion savait que passer du temps avec Manfred faisait à la fois plaisir au jeune et a son père.

C'était donc avec quand même un modicum de joie que le mercenaire avait reçu l'invitation du jeune forgeron. Sa dernière mission avait été un enfer. Il avait du garder une jeune idiote qui avait encore du lait sur le coin de la bouche mais qui était persuadée de tout connaître au combat et au monde. Bon, il ne pouvait pas lui retirer qu'elle savait se battre un minimum, mais Aurelion avait déjà vu beaucoup de gens comme elle. C'était ceux qui tombaient le premier.

Si on pouvait reconnaître un talent à cette … Aziku ? Akizi ?, c'est qu'elle réussissait à faire bouillir le sang du mercenaire pourtant habituellement calme. Pendant quelques instants perdus, Aurelion s'était demandé si tuer lui même la jeune femme et faire porter le chapeau sur des bandits. La voix du jeune homme sortit le mercenaire de sa rêverie.

« Aure ! Ici ! »

La mâchoire du jeune lion se serra. Ce qu'il pouvait détester ce surnom. Son nom n'était pas si long que ça non ? Mais bon, Aurelion n'avait jamais eu le goût de dire à Manfred ce qu'il pensait de ce surnom. Ce n'était pas vraiment important au fond, non ? Il s'approcha de Manfred et lui tendit la main en lui adressant un petit sourire.

« Alors Manfred. Comment ça va ici ? La forge tourne bien ? »

Manfred
avatar

Messages : 537
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t134-manfred-there-is-always-hope-even-for-a-lost-man-fini

Feuille de personnage
Classe: Civil/Forgeron
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Marteau viril
3Hache de verre
4Potion
5Hache de verre
Sujet: Re: [Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)   Jeu 9 Juin - 13:32
Je ne pensais pas que j’étais si sensible que ça face à un homme que je connais à peine. J’avais les papillons dans le ventre et presque les mains tremblantes. De plus en plus qu’il s’approche de moi, de plus en plus que j’ai le souffle coupé. Non mais, qu’est-ce qui se passe ? Suis-je en admiration avec lui à en presque perdre le contrôler de ma motricité ? Je connais que très peu de lui et il me fait cet effet ? Et si je commence à plus le connaître, je vais fondre au sol et faire un avec ? Je suis un jeune blanc-bec de 18, sûrement les hormones dans le tapis. Ou bien je suis juste trop assoiffé de connaître un homme que mon père respect. C’est rare que mon père offre un respect envers quelqu’un. Mon vieux m’a dit que ça se lisait dans ses yeux qu’Aurelion a vécu une grande perte. Une grande perte ? Il me fait peur, parfois, Stanis. Il a du vécu et sait lire dans les yeux des gens…

Et moi je suis comme un livre ouvert pour lui.

J’aimerais savoir lire dans les yeux comme ça ! J’y arrive, mais je ne connais pas tout du monde…

- Alors Manfred. Comment ça va ici ? La forge tourne bien ?

Il m’offre un petit sourire mignon et me tend sa main. Un sourire, juste pour moi ? Manfred, ne rougis pas comme la petite bergère ! Je t’interdis !

Je regarde un instant sa main, me disant ‘’ est-ce que j’ose ou pas ?’’ puis je me botte le derrière pour le faire. Pourquoi j’étais timide ? Heureusement que je le cache bien, pour le moment. Je lui offre une poignée de main mélangé à une accolade amicale. Puis, je porte sa main vers mon cœur. Je le regardais dans les yeux, sérieux.

+ Merci d’être venus.

Puis, je lâche sa main et je pose mes fesses sur le banc.

+ Ça va ! Mon vieux va bien…il est toujours aussi en forme. Il n’y a pas de gros problèmes majeurs à part d’ça !

Je fais signe au serveur de venir nous voir. Pendant ce temps, je continue sur ma lancée.

+ J’vais bien côté forge. J’apprends quelques alliages intéressants plus complexes. D’ici peu, j’vais créer des armes qui torchent !

Je semblais être déterminé, passionné et surtout sûr de moi. J’avais le dos bien droit, comme un fier étalon qui voulait montrer sa valeur. Mon père voulait que je sois assez vieux pour apprendre les choses les plus complexes parce qu’il jugeait que c’était le temps de le faire. Même si je suis un génie dans ce domaine, il voulait prendre le temps.

+ Et toi ? Occupé, comme toujours ? T’as l’air un peu fatigué, j’me trompe ?

Dès que le serveur accoste à nos côtés, je lui dis.

+ Ah et, sert-toi. J’paye ta consommation ! Prends c’que tu veux.

Cela paraissait que j’étais heureux. J’aime sortir et passer du temps avec les gens, surtout quand je me sens un peu plus à l’aise avec eux. Avec Aurelion, je ne crois pas que c’est ‘’ je suis à l’aise’’ pour le moment. Je me sens encore timide et incertain à comment l’approcher correctement pour qu’il soit moins distant. Je suis un extraverti et surtout, quelqu’un qui ouvre ses bras. Je ne comprends pas toujours le comportement des introvertis. Non, je pense comprendre, mais mon cerveau oublie toujours qu’il leur faut un espace personnel et un temps d’adaptation. Mais bon, faut qu’en premier…je sache qu’il est bel et bien un introverti, hein ?





Je vous parle en #FFCB60

+ Footsteps In the Lonely Valley + Ohne Dich + Valley of Flowers + Glass Skin + Mein Herz Brennt + Rinkaku +

''The feelings concealed in the innermost depths of my heart....throb with a gentle smile''

Merci Reyn ♥:
 
Invité
Invité
Sujet: Re: [Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)   Sam 11 Juin - 18:56
Comment une seule personne pouvait avoir tant d'énergie ? Tant d'entrain ? Tant de … wait, what ? Pourquoi attirait il Aurelion contre lui ? Le visage du mercenaire se décomposa légèrement. Pas que le jeune lion déteste le contact avec les gens, loin de là. Juste, il venait de rentrer de mission, il était dans son armure depuis plusieurs jours. Le mercenaire avait du faire le choix entre se laver et venir. Bah, avec un peu de chance, le forgeron serait assez poli pour ne pas faire de remarque.

En tout cas, Aurelion était content des nouvelles qu'il apprenait. Savoir que Stanis était en forme mettait du baume au cœur du mercenaire, même si il aurait aimé que Manfred l'appelle autrement que « Mon vieux ». Il savait que le jeune forgeron ne cherchait pas à manquer de respect à son père en l’appelant comme ça, mais Aurelion ne pouvait s’empêcher de tiquer. Mais bon, non seulement Manfred était un bon garçon, mais en plus Stanis ne semblait pas s'en offusquer. Qui Aurelion était il pour se plaindre ?

Le jeune lion s'assis lourdement sur une des chaises en poussant un leger soupir. Comme le jeune forgeron l'avait fait remarquer, Aurelion était fatigué, aussi bien physiquement que mentalement. Il s'etira quelques instants et bailla comme le pire, sans mettre sa main devant sa bouche.

« Je vais prendre un lait de chèvre, merci. Et patron, apportez nous de la charcuterie, sur ma note. J'ai faim. »

Il se retourna vers son hôte et lui adressa un signe de tête.

« Merci pour la boisson, c'est gentil. »


Était-ce assez de remerciements ? Aurelion n'était pas le genre de personne a qui on offrait souvent des choses. C'était sûrement du à la conjonction du fait qu'il avait des traits assez bourrus et exotiques pour cette partie du monde, un air d'avoir tout le temps l'air ennuyé et une armure et des armes qui ont tendance à éloigner les moins courageux des gens. Le mercenaire sentit sa jambe droite commencer à trembler doucement, signe de malaise. Il devait respirer profondément pour se calmer, histoire de ne pas mettre mal à l'aise Manfred.

« Oui, oui, assez fatigué, effectivement. Je reviens de la frontière avec Rozanne là. J'avais une jeune noble, je crois, à raccompagner à la maison. »


Il poussa un soupir de mécontentement et secoua la tête.

« Une vraie tête à claque. Aux dernières nouvelles, elle a prévu d'aller chez .. »

Le visage de l'homme s'assombrit pendant une fraction de seconde.

« Là où j'habitais avant, Ferox. Elle a interet à changer de comportement, sinon elle va se faire vite calmer, crois moi. Persuadée d'être la meilleure. Enfin ... »


Aurelion baissa la voix.

« Ne le prends pas pour toi hein, mais comportement typique de Valmien, de ce que j'ai pu voir. Enfin, votre famille a part. »

L'homme marqua une pause alors que l'aubergiste leur apportait leur plateau. Aurelion leva son verre vers le ciel et but une gorgée, son visage prit une légère allure enfantine, les bons souvenirs de son enfance remontant pour quelques secondes.

« J'ai déjà un nouveau contrat d'ailleurs. Ramener deux enfants chez leurs parents à Ylisstol. Ça fait longtemps que je ne suis pas retourné par là-bas. 
»

Manfred
avatar

Messages : 537
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t134-manfred-there-is-always-hope-even-for-a-lost-man-fini

Feuille de personnage
Classe: Civil/Forgeron
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Marteau viril
3Hache de verre
4Potion
5Hache de verre
Sujet: Re: [Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)   Sam 18 Juin - 22:25
Je le regardais.

Je ne pouvais pas cesser de le regarder. J'étais attiré devant une lumière si étincelante, si brillante, mais si sombre....

Je trouvais que cet homme...avait de la gueule. Un aura forte, lourde, à la fois discrète et subtile. Dans ses yeux se lit un mystère et c'est ça qui m'attire chez lui. Quelque chose dans mon coeur veut être proche du sien à la fois de garder une certaine distance pour ne pas me laisser consumer par l'interdit. C'est compliqué à dire. Je sais qu'Aure est quelqu'un de fort, d'endurant. Juste à voir comment il est dévoué à son travail, on peut deviner facilement. Certes, l'argent est important dans ce qu'il fait, mais c'est la même chose pas mal partout. Chaque être humain est égoïste, à sa façon...

Je me perdais dans ses yeux...ses gestuels...si j'avais été une femme, je ne me serais pas gêné de l'aimer.

Et cette pensée me faisait tristement rire. Moi, je ne juge personne. Homme ou femme, peut importe ? Le sexe n'est qu'une barrière. Cela ne veut pas dire que tu as un appareil masculin que tu dois automatiquement aimer une femme. Moi, je me laisse porter par mon coeur. Le physique est pour moi...pas important. Oh, c'est sûr que je suis humain et que j'ai des préférences, mais je suis moins porter à rejeter les hommes. C'est tout.

Qu'est-ce que je veux accomplir avec Aurelion ? Je ne sais pas. On dirait que je le sais, mais je veux mentir à moi-même pour ne pas oser à faire l'idiot. Je veux quelque chose à la fois non. On dirait que j'ai peur de m'investir pour ensuite vivre un rejet solide. J'ai peur d'ouvrir mon vrai moi et qu'il ait peur de ma façon de voir les choses.

Que je suis pathétique. Vous pouvez le dire...

Mon coeur appartiens à une femme qui est inatteignable....en quelque sorte. Elle est une princesse... je suis forgeron. Alors, faut mieux vivre plus simplement, non ? Mon vieux voudrait que j'oublie Weiss parce qu'il juge que si je me lance dans cette quête pour avoir sa main, je vais me tirer une flèche dans le pied. Un homme comme moi...ne fais pas long feu. Et, vous savez quoi ? Une partie de moi ne partage pas sa vision tandis que l'autre ...baisse les bras en se disant qu'il vaut mieux pas ouvrir son coeur à elle parce qu'il y a des chances que je perd mon trésor. En gros, que je la perde pour de bon. Qui dit qu'elle ne partage pas ce que je ressens ?

De plus, certaines personnes qui savent que je suis le descendant de Walhart, peuvent très bien penser que je marie ma belle princesse uniquement pour avoir dû pouvoir. Je ne veux certainement pas qu'elle voie ça comment ça...alors je me tais, prenant mon mal en patience en avalant la cruauté de la vie avec peine et misère.

- Je vais prendre un lait de chèvre, merci. Et patron, apportez-nous de la charcuterie, sur ma note. J'ai faim.

Je penche la tête, un peu surpris. Je pose mon regard vers lui, incertain.

+ Ah, mais...

- Merci pour la boisson, c'est gentil.

Je me suis tais. Mes yeux regardaient maintenant de côté. Je fronçais légèrement les sourcils, comme si...je ne savais pas comment réagir à cela. D'habitude, c'est moi qui suis généreux et non les autres. Je voulais lui dire que ce n'était pas nécessaire, mais les mots ne sortaient pas de ma gorge. On dirait que j'avais de la difficulté à parler parce que j'avais de la glace dans ma paroi...

+ Fais plaisir

Je finis par sourire et secoué ma tête. C'est tout ce qui a pu sortir de ma bouche. Je devrais accepter ce que les autres m'offrent, même Aurelion. On dirait que cela me dérange. Je me sens un peu timide à la fois déstabilisé. Je ne veux pas qu'il fasse ça pour moi. Je l'ai invité comme un parasite, alors...pourquoi ? Juste...pourquoi ? Le fait-il parce qu'il a aussi un bon coeur ?

Je devrais être content, non ? Même si en ce moment je souris, à l'intérieur...quelque chose me dérange. J'ai peur qu'il me prenne en pitié parce qu'il pourrait penser que je suis pauvre à cause de mon statu. Je ne veux pas être vue comme ça.

Et puis, qui a dit qu'un forgeron était pauvre ?

- Oui, oui, assez fatigué, effectivement. Je reviens de la frontière avec Rozanne là. J'avais une jeune noble, je crois, à raccompagner à la maison. Une vraie tête à claque. Aux dernières nouvelles, elle a prévu d'aller chez ...

Je l'écoutais parler avec attention. Alors, cette aventure l'avait épuisé ? J'aimerais l'aider...à changer son humeur. Si seulement je pouvais faire quelque chose de plus concret...

- Là où j'habitais avant, Ferox. Elle a interet à changer de comportement, sinon elle va se faire vite calmer, crois moi. Persuadée d'être la meilleure. Enfin ...

J'affiche un sourire en coin. Je sais que dans le monde où qu'on vit, on ne peut pas toujours agir comme on veux tout dépendant de ce qu'on fait. Je comprends très bien ceci, même si j'ai l'air du type qui n'a pas du tout cette conscience...

- Ne le prends pas pour toi hein, mais comportement typique de Valmien, de ce que j'ai pu voir. Enfin, votre famille a part.

Je ricane, amusé. C'est vrai que notre famille est un peu à part de la mentalité de pas mal de Valmien. Mon père ne vient pas d'ici et tandis que ma mère oui, alors...ça change.

On nous apporte à manger et à boire. Je dis merci puis, dès que je vois Aure prendre son verre et le lever en l'air, je fis de même. Je bus aussi une gorgée pour ensuite déposer mon verre. Mes yeux remarquent le visage du chevalier changer d'air...

- J'ai déjà un nouveau contrat d'ailleurs. Ramener deux enfants chez leurs parents à Ylisstol. Ça fait longtemps que je ne suis pas retourné par là-bas

Je le trouvais trop adorable. Je ne pouvais que sourire, heureux pour lui.

+ Alors, tu pars déjà en route ? Tu es occupé, dit-moi !

Je glousse un petit rire,puis je lui tapote l'épaule, gentiment.

+ J'espère que tout va bien se passer pendant la route. J'admire le fait que tu prends des risques ...et choisir un emploi qui est très dangereux à exercer. T'es quelqu'un de très admirable, tu sais ? En tout cas, moi...je suis ton fan.

Dis-je sincèrement, avant de prendre une première bouchée. Je ne l'avouerais pas à haute voix, mais je l'envie un peu. Voyager comme il veut...explorer le monde...j'aimerais un jour avoir la possibilité de le faire. Moi, je veux en apprendre sur mes origines et découvrir un monde que je ne connais que très peu. Certes, mon vieux me laisse aller voyager pour chercher du matériel, mais je ne peux pas faire ce que je veux.

+ Est-ce que tu vas rester un peu ici pour te reposer, au moins ? Tu pars bientôt ?

Dis-je curieux.

+ Un jour, j'aimerais t'accompagner une fois ! Voir le monde...j'aimerais bien partager la chance de faire.

Mes yeux rivent sur le côté. J'adore être avec ma famille et être forgeron, mais ...quelque chose manque dans mon coeur. Je me dis que si je vois le monde, je peux devenir plus sage...et si je peux devenir plus sage, je peux devenir plus fort. Peut-être que Weiss...pourras accepter mon coeur....

Non ?

Je crois que ça ne marche pas comme ça...

À moins que c'est la solution.

+ Mais bon, ce soir...on va s'amuser tous les deux. Tu as besoin de te défouler. Je serai là pour ça !

Dis-je, en lui lançant un clin d'oeil.





Je vous parle en #FFCB60

+ Footsteps In the Lonely Valley + Ohne Dich + Valley of Flowers + Glass Skin + Mein Herz Brennt + Rinkaku +

''The feelings concealed in the innermost depths of my heart....throb with a gentle smile''

Merci Reyn ♥:
 
Invité
Invité
Sujet: Re: [Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)   Mar 21 Juin - 21:25
Besoin de se défouler ? Pardon quoi ? PARDON QUOI ? Aurelion déglutit avec difficulté. Déja, il se sentait mal à l'aise. Le jeune lion détestait que d'autres personnes le touche. Bon, il ne l'avait jamais dit à personne, donc il ne pouvait pas vraiment en vouloir au jeune forgeron, mais quand même. Voila pourquoi il n'aimait pas trop le contact avec les jeunes. Ils sont trop fous, trop … erk.

Aurelion se gratta la tête, l'air légèrement mal à l'aise.

« Tu sais, je n'ai pas vraiment forcément choisi ce métier. C'est jusque c'est ce que je sais faire, c'est tout. Il n'y a rien de glorieux dans ce genre de métier, vraiment. »


Aurelion avala un morceau de nourriture. Il n'aimait pas se retrouver acculé comme ça, sous des compliments. Le contact visuel avec son interlocuteur était de plus en plus difficile.

« Le danger … hum .. Le danger, il est relatif aussi. Je choisis mes missions avec soin pour ne pas trop me retrouver dans la panade tu sais. Honnêtement, bien … la moitié des missions que j'ai effectuée, je n'ai pas vraiment été utile, donc bon. Travailler la terre ou bien la forge est beaucoup plus gratifiant et utile que ce que je fais tu sais. »

Aurelion sentait ses mains devenir de plus en plus moites. Il tenta de cacher son malaise en buvant une gorgée de lait. Son regard se voilà légèrement, devenant beaucoup plus triste et dur.

« Tu ne sais pas grand chose de moi, Manfred. Crois moi, si tu savais vraiment tout ce qui c'était passé dans ma vie, tu ne serais pas en train de dire que je suis admirable. Loin, très loin de là. Vraiment. »

La voix du jeune homme était soudainement devenue elle aussi plus assurée et froide, collant bien mieux à l'image d'un mercenaire endurci que ce qu'Aurelion avait pu laisser entrevoir depuis son entrée dans la taverne. Pour un peu, il serait presque effrayant. Enfin, il le serait resté s'il n'avait pas manqué de étouffer avec un morceau de saucisse. Voila, en quelques secondes, le Aurelion froid et dur était reparti comme il était venu.

« Pour ce qui est de m'accompagner, pourquoi pas. Je ne vois pas d'inconvénient. Mais tout d'abord, il faut que tu finisse ta formation. Il faut aussi que ton père soit d'accord. Enfin, il faut que tu saches de battre. Je t’apprécie Manfred. Mais si tu veux être mercenaire et m'aider, il faut que je puisse avoir confiance dans le fait que tu sache te défendre seul. Et ça, je suis trèèèèèèèès loin d'y être. »

Bon, en vrai, dans le fond, Aurelion n'avait pas spécialement envie d'être accompagné. Si il avait voulu travailler en équipe, un certain nombre de compagnies de mercenaires avaient déjà proposé une place dans leurs rangs à Aurelion. Il n'avait jamais accepté. Mais le jeune lion ne se sentait pas de briser l'espoir du forgeron. Et puis hey, on ne sait jamais. Autant ne pas fermer de porte.

« Sinon, pour répondre à ta question, je pars d'ici deux trois jours. »


Aurelion poussa un léger soupir. Il était maintenant temps de parler du fait qu'il n'avait pas vraiment envie de faire la fête. Comme à chaque fois qu'il devait prendre une décision en rapport avec un événement social, le mercenaire s'effondra vers son verre en murmurant de façon quasiment inaudible.

« grmbl dormir grmbl grmbl toi grmbl grmbl moi »

Manfred
avatar

Messages : 537
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t134-manfred-there-is-always-hope-even-for-a-lost-man-fini

Feuille de personnage
Classe: Civil/Forgeron
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Marteau viril
3Hache de verre
4Potion
5Hache de verre
Sujet: Re: [Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)   Ven 1 Juil - 17:52
Mon métier, c'est ma vie. Je ne crois pas que je vais abandonner ma passion pour aller voyager, mais un jour...si j'ai la chance de le faire, je vais m'assurer de ne pas perdre ce qui m'est cher à mon coeur. Depuis que mon père adoptif m'a montré l'art de la forge, je n'ai que consumer tous les mots qui me disaient avec gourmandise. C'était si passionnant...que ça enflammer mes pensées. J'ai toujours adoré les travaux manuels depuis gamin et je crois que cela peut se voir dont la façon que je taille le métal. En voyant Aurelion, j'ai des idées de lances que j'aimerais produire. Je crois que si j'avais assez le temps, je pourrais lui faire une belle lance digne de lui.

- Tu sais, je n'ai pas vraiment forcément choisi ce métier. C'est jusque c'est ce que je sais faire, c'est tout. Il n'y a rien de glorieux dans ce genre de métier, vraiment.

Je le regarde, sans savoir quoi dire à ce sujet de cohérent. Certes, beaucoup d'hommes et de femmes de nos jours ne choisissent pas leur métier, mais je les trouve courageux et fort mentalement de les faire. J'ai eu une chance parmi beaucoup, quand même...

Et cela ne m'arrête pas de le complimenter. Les gens comme Aurelion, à mon avis, doivent être respectés d'une certaine façon. Moi je juge que c'est important.

- Le danger … hum .. Le danger, il est relatif aussi. Je choisis mes missions avec soin pour ne pas trop me retrouver dans la panade tu sais. Honnêtement, bien … la moitié des missions que j'ai effectuée, je n'ai pas vraiment été utile, donc bon. Travailler la terre ou bien la forge est beaucoup plus gratifiant et utile que ce que je fais tu sais.

Je baisse la tête en fermant les yeux, pensif, un instant. Je le laisse parler tout en mangeant. J'essayais de trouver des mots qui pourraient expliquer ce que je pense vraiment de la situation. Je ne veux pas qu'il pense que je dis ceci sans penser à ses détails. Je peux le comprendre qu'il voit mon métier pour gratifiant, mais moi je ne suis pas complètement d'accords avec ce qu'il me dit. Je crois que de présenter mon honnêté lui ouvrira les yeux sur ce que je pense réellement.

- Tu ne sais pas grand chose de moi, Manfred. Crois-moi, si tu savais vraiment tout ce qui c'était passé dans ma vie, tu ne serais pas en train de dire que je suis admirable. Loin, très loin de là. Vraiment.

La froideur, le mur qu'il me présente....cet homme n'a pas eu le choix de se forger cette barrière pour se protéger lui-même. Les hommes de son métier n'ont souvent pas le choix pour ne pas se laisser atteindre et je crois qu'Aurelion vient tout juste de me dire, sans le vouloir, qu'il a eu un passé lourd et sûrement...souffrant. Le fait qu'il est capable de se mettre un mur pour se défendre, en changeant son comportement comme un mécanisme de défense, est pour moi quelque chose d'admirable.

+ Aurelion.

Dis-je un peu plus ferme, moins souriant.

+ J'sais très bien que j'te connais pas et c'est pour cela que j'essaie de te faire parler. J'suis intrigué par toi et j'crois que cela se voit dont la façon que je t'écoute sans t'interrompre. Mais, faut que j'te dise une chose.

Je bois une gorgée puis je continue de parler sous un ton un peu plus sérieux.

+ Pour moi, tout travail, que cela soit mercenaire, forgeron ou autres....est quelque chose d'admirable. Tu sais, tu prends des risques malgré tout et c'est pour moi quelque chose qu'il faut prendre en considération. Peut-être que pour toi, ça ne marche pas comme ça, mais pour moi...j'trouve que tu es quelqu'un de fort. Tu n'as pas choisi cette voie....comme tu m'as dit....et ça...c'est courageux de ta part d'avoir continué sans abandonner. Tu survis comme tu peux et ça, j'trouve que c'est admirable.

J'essayais de bien expliquer, mais on dirait que je n'arriver à trouver les bons mots. Devant Aurelion, on dirait que je n'arrivais pas à cerner les bons mots juste pour qu'il me comprenne. C'est sûr que c'est la première fois que je lui parle plus sérieusement, alors je ne devrais pas être trop dure avec moi-même.

+ Que tu sois un tueur, une putain ou un chevalier, pour moi...les gens vivent ce qu'ils veulent ou pas le choix de vivre. Qui suis-je pour les juger ? Personne. J'vis ma vie, ils vivent la leur. Voir un peu de positif, même si tout va mal, aide à ouvrir les yeux sur pas mal de chose. Traite-moi de naïf, je m'en fous, mais j'suis sincère.

Parce que je trouve important de le dire. Je ferme le clapet pour prendre encore une autre bouchée.

- Pour ce qui est de m'accompagner, pourquoi pas. Je ne vois pas d'inconvénient. Mais tout d'abord, il faut que tu finisses ta formation. Il faut aussi que ton père soit d'accord. Enfin, il faut que tu saches de battre. Je t’apprécie Manfred. Mais si tu veux être mercenaire et m'aider, il faut que je puisse avoir confiance dans le fait que tu sache te défendre seul. Et ça, je suis trèèèèèèèès loin d'y être.

Je bondis presque sur ma chaise en disant...

+ Ah oui !?

Je ricane et je continue.

+ Nah j'sais que j'dois savoir me battre. Tu sais, j'sais manier des armes....j'ai une bonne base au combat au corps-à-corps...mais j'suis pas un soldat. J'comprends ce que tu me dis. Et puis, oui...je n'ai pas fini ma formation. J'sais très bien que je dois perfectionner mon art, haha !

Je regarde la table. Mes lèvres se pincent en un sourire en coin, démontrant que je comprends très bien la situation que je suis. Je sais que je ne peux pas faire le con parce que mon vieux va me tabasser si je vais à côté de la carte. Même si je ne suis pas son fils de sang, il m'aime beaucoup....

Sans lui, je ne sais pas ce que je ferais...

- Sinon, pour répondre à ta question, je pars d'ici deux trois jours.

Je lève mes yeux ambrés vers lui.

+ Oh...c'est court.

Dis-je, pas plus...ni moins. Puis, je vois Aurelion se pencher vers l'avant, air blasé ? Je ne suis pas certain. Il dit quelque chose comme...

- Grmbl dormir grmbl grmbl toi grmbl grmbl moi

Je me redresse doucement, et mes yeux se sont ouverts grands de surprise. Je fige, sentant mon corps se tendre. Est-ce qu'il a dit ce qu'il a dit que j'ai bien entendu ? Mon hamster fait une crise de coeur après avoir tourné quelques secondes dans tous les sens.

+ Au...Aure ?

J'affiche un sourire timide. Mes joues deviennent légèrement pourpres. Peut-être qu'avec la couleur de peau que j'ai, on ne peut pas devenir tout de suite, mais ....oui...je rougis. Je ne devrais peut-être pas aller sur mes grands cheveux même si, pour moi, ce genre de message veut bien dire....ce que je pense.

+ Toi, moi...dormir ?

Même si c'était presque inaudible, j'ai de bonnes oreilles. Bon, faut dire que j'étais TRÈS attentif à chaque chose qu'il dit, alors il ne pouvait pas fuir devant moi avec ce message presque aussi discret. Que veut-il accomplir ?

+ Tu veux que j'te sert de '' coussin'' ?

Je ricane, amusé, puis je m'approche de lui pour le coller. Je sentais mon bas-ventre avoir des papillons et non mon estomac. Je sentais un violent frisson me parcourir la colonne. Vraiment, suis-je si ''fragile'' à ce petit message qu'il vient de me dire ? Je crois que je suis très réceptif avec son genre, surtout que je m'avoue moi-même qu'il est dans '' ma palette de couleur préférée''.

Je lui dis, un peu plus bas, mais assez pour qu'il entende.

+ Tu sais, ce genre de message, j'peux très bien mal comprendre.

Je lève mon regard ambré vers lui. Discrètement, sous la table, je passe une main sur sa cuisse pour uniquement appuyer le reste de ma parole qui suit en chuchotant dans son oreille d'une façon très douce.

+ Soi plus claire, si ce n'est pas ce genre de message que tu transmet...moi....j'suis simple d'esprit dans ce genre de domaine. Frappe-moi, si j'te dégoûte, je ne riposterai pas....

Je monte ma main vers son bas-ventre, en frôlant presque son entre-jambes. Même si d'habitude, je suis gêné devant ce genre de ''déclaration'' et faire ce genre d'avance, avec Aurelion, je ne sais pas pourquoi, je comprends que je dois savoir ce que je veux et être plus directe. Pour savoir cela, si c'est bien vrai, je dois le tester.

Ma main monte plus haut pour aller venir caresser sa joue un instant. Je le ''force'' à me regarder un instant. Je lui lance un beau sourire tendre. Ensuite, je me décolle de lui pour me concentrer à manger. Je ne veux pas non plus attirer les yeux qui sont autour, même si la très grande majorité se fout pas mal de ce qu'on peut faire.

+ Aller mange, tu as besoin de force. Je vais tâcher de prendre soin de toi...

Dis-je, tout léger en lui lançant un clin d'oeil.





Je vous parle en #FFCB60

+ Footsteps In the Lonely Valley + Ohne Dich + Valley of Flowers + Glass Skin + Mein Herz Brennt + Rinkaku +

''The feelings concealed in the innermost depths of my heart....throb with a gentle smile''

Merci Reyn ♥:
 
Invité
Invité
Sujet: Re: [Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)   Mar 5 Juil - 23:43
Aurelion plissa légèrement les yeux. Il ne comprenait absolument pas ce qu'il était en train de se passer. Enfin, si. Aurelion comprenait bien où Manfred voulait en venir. Aurelion avait un petit succès avec les personnes du sexe opposé. Peut être était-ce du à son air de baroudeur en ayant vu d'autre, ou bien la petite lueur de tristesse au fond de son regard qui attirait les jeunes donzelles pensant pouvoir réparer ce qui avait été brisé chez le jeune homme.

Cependant, Aurelion n'était pas vraiment intéressé par ce que Manfred avait à offrir. Enfin, pour être tout à fait franc, Aurelion n'était pas vraiment intéressé tout court, que ce soit Manfred, un autre homme ou une autre femme. Il n'y avait qu'une personne qui avait les attentions du chevalier, et cette personne n'était plus vraiment de ce monde.

Mais cela ne réglait pas le soucis qu'avait Aurelion à cet instant précis. Pour une raison qu'il ne comprennait pas, le forgeron s'était mis en tête que Aurelion voulait … boom chicka wow wow. Comment lui faire comprendre de façon claire mais gentille qu'il n'en était pas question ? Aurelion ne voulait pas spécialement blesser le jeune homme. Certes, Manfred pouvait se montrer casse pieds par moments, bien trop collant par d'autres, mais c’était un brave gamin.

Aurelion se racla la gorge. Il était visiblement mal à l'aise, Manfred se trouvant quand même un poil trop près du titan de Plegia a son goût.

« Hum … Je ne sais pas ce que j'ai pu dire pour … Hum … T'inspirer ce genre d'idées Manfred ... »


Aurelion devenait rouge. Seigneur, il détestait tellement parler de ce qu'il pensait et ressentait.

« Ce que j'ai dit, c'est juste que je voulais dormir. Tu comprends, je reviens d'un travail, je pars dans peu … En acceptant ton invitation, je ne m'étais pas attendu à ce que le plan soit de faire la fête jusque pas d'heure. »

Il se racla la gorge.

« Pour ce qui est de … me servir de coussin, je pense qu'il te manque ici ... »

Aurelion mima avec les mains des formes féminines.

« Le genre de gras qui me donnerait envie de t'utiliser comme coussin, si tu vois ce que je veux dire. »

Aurelion finit son verre pour se désaltérer la gorge. Depuis quand faisait il aussi chaud et inconfortable dans cette auberge ?

« Je veux dire, tu es gentil et, pour être tout à fait franc, plutôt beau garçon. Le seul soucis, c'est que … Ce n'est pas du tout contre toi, et je pense que si jamais je devais … Hum … ce serait avec toi je pense ... »

Aurelion se gratta l'arrière de la tête.

« Je me sens vraiment flatté, tu sais ? Juste … Je suis plus un homme à femmes qu'un homme à hommes. Désolé si je t'ai laissé penser autre chose. »

Aurelion se sentait mal. Il ne voyait pas comment, même avec les paroles les plus gentilles qu'il pouvait imaginer, Manfred pouvait faire autre chose que ne pas très bien prendre les paroles du natif de Ferox.

« Cependant, ça ne doit pas nous empêcher de passer une bonne soirée, hein ? »

Manfred
avatar

Messages : 537
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t134-manfred-there-is-always-hope-even-for-a-lost-man-fini

Feuille de personnage
Classe: Civil/Forgeron
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Marteau viril
3Hache de verre
4Potion
5Hache de verre
Sujet: Re: [Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)   Ven 15 Juil - 16:04
Je me sentais mal et surtout....idiot. Même si je savais que cela aurait terminé ainsi, quelque part en moi, à honte de moi-même. Ce sentiment d'avoir fait une bourre comme une champion est vraiment désagréable. J'aurais dû calmer mes ardeurs, mais que voulez-vous ? Je suis comme une feu qui s'enflamme rapidement. Je suis impulsif, trop fonceur...et ça, mon père adoptif essaie de remettre à sa place. Il sait très bien que je suis quelqu'un de très sage, que je sais me calmer et de faire bon jugement, sauf que parfois, je semble perdre le nord et écouter mes émotions plutôt que de les comprendre. Peut-être un peu trop passionné ?

En ce moment, je me sens mal à l'aise. Même si une part de moi soit content d'un de ses commentaires, le reste faut s'enfoncer et faire un avec le sol pour disparaître. Mais bon, les choses arrivent ? Je lui ai bien dit que cela portait à confusion. Moi, je suis simple du cerveau. Je ne suis pas le champion de comprendre tout les voies possibles quand je suis fébrile devant une personne. Naga sait très bien que je ne suis pas toujours un jeune fringuant sans cervelle.

Ce qui me blessa un peu, mais que j'ai compris, c'est qu'il m'a dit qu'il me manquait des courbes de femmes. C'est sûr, ce n'est pas tout le monde qui voit les autres comme moi je le vois. Je suis jeune, mais pas idiot. Je manque peut-être un peu de profondeur et un peu substance. Je me dis qu'au moins j'ai une bonne base. Peut-être que je vais changer d'ici quelques années ?

+ Pardon. Je te l'ai dit, mais ça portait à confusion. Tu n'as pas à te sentir désolé, ça arrive et puis, je me suis lancé un peu trop dans l'eau hâtivement.

Je souriais bêtement tout en baissant la tête un instant. Je gloussai un petit rire amusé, même si à l'intérieur, je voulais pleurer ma vie tellement que j'avais honte. Je n'aime pas qu'on me refuse même si d'un autre côté je comprends tout à fait. Je suis un jeune qui commence à devenir capricieux par moment parce qu'on dirait que je dois combler un manque que j'ai toujours eu. Je ne crois pas que c'est de l'attention....c'est sûrement quelque chose de plus profond que je n'arrive pas moi-même à comprendre.

+ C'est moi le fautif. Tu avais le droit de me freiner sec.

Je bois une autre gorgée puis je continue.

+ Mais bon, passons un moment calme. Si tu es fatigué comme ça, va falloir que tu manges un peu....et que tu ailles te coucher par la suite.

Je lui lance un petit sourire.

+ Et...merci pour les compliments.

Je ne savais pas quoi dire d'autre. On voit que je me suis calmé d'un coup sec, en prenant une attitude plus neutre et plus calme. Oui, j'ai dû me donner une claque mentale et me remettre à ma place moi-même. Même si j'ai encore les joues un peu rougie et le coeur qui battait à vive allure, j'essayais tant bien que de mal de prendre un air plus mature. J'aimerais m'enflammer et me faire noyer dans une fantaisie comme pas mal de jeune de mon âge, là, plutôt que d'attendre et ensuite vivre dans le regret parce que je n'ai pas profité de ma jeunesse. Je sais que, plus tard, de plus en plus que je vais vieillir, de plus en plus que la vie va me foutre des emmerdes étranges que je ne pourrais pas contrôler. Je le sens, dans mes entrailles, que bientôt...tout va basculer.

Et c'est ça qui m'effraie.

Aurelion n'a pas à souffrir ça, de ma part. Il n'a pas à supporter mes enfantillages, même si...l'acte que j'ai fait, était un acte normal dans toutes situations comme celle-ci. Je n'ai pas forcé la chose ou bien criser. J'ai l'air de bien le prendre à l'extérieur même si à l'intérieur, je suis très déçu.

Si je peux montrer à Aurelion que je suis quelqu'un qui vaut la peine....je devais me flageller mentalement. Comme pas mal de fois avec d'autres personnes.

+ Qu'as-tu envie de parler ? Sinon, on peut manger et boire en silence. Cela me dérange pas.

Est-ce que je me mets un masque pour cacher ce que je ressens vraiment ? Je n'ai pas le choix parce que sinon, j'aurais trop peur de moi-même encore plus.





Je vous parle en #FFCB60

+ Footsteps In the Lonely Valley + Ohne Dich + Valley of Flowers + Glass Skin + Mein Herz Brennt + Rinkaku +

''The feelings concealed in the innermost depths of my heart....throb with a gentle smile''

Merci Reyn ♥:
 
Invité
Invité
Sujet: Re: [Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)   Sam 23 Juil - 23:39
Fautif ? Aurelion était un peu confus. Le jeune homme trouvait avoir fait une faute ? Comment ? Ce n'est pas comme si il y avait mort d'homme, non ? Et puis, au fond, ce genre « d'erreur », c'est assez bon pour le moral, non ?

« Erreur ? Tu as cru en quelque chose et tu as agi en conséquence. Si l'un d'entre nous a fait une erreur ici, c'est moi en te laissant croire des choses. Tu sais, je te comprends tout a fait. Moi aussi, je suis passé par cette période où le moindre pensée me faisait ... »


Aurelion poussa un profond soupire. Avait il vraiment envie de repenser à cette période ? Les blessures étaient encore trop fraîches, trop vivaces. Peut être qu'en parler lui ferait du bien ? Il n'avait jamais essayé, préférant se murer dans un silence aussi confortable que douloureux. Il était Aurelion le Chevalier, l'Homme, qui affronte tout sans sourciller. Pouvait il vraiment montrer un coté plus sensible à quelqu'un ? Même s'il ne l'aimait pas spécialement, il avait une sorte de confiance envers Manfred. Du moins, il savait que si Manfred s'amusait à utiliser ces informations à mauvais escient, son père saurait lui faire entendre la raison.

De plus, Aurelion croyait à un certain équilibre. Manfred lui avait montré son coté sensible, il devait donc lui rendre la pareille.

« Quand j'étais plus jeune, il y avait cette fille dans mon village, a Ferox. Si tu savais le nombre de ce que tu appelles erreur que j'ai pu faire a cause d'elle. Et crois moi, si j'avais su ce que l'avenir nous réservait, j'en aurai au moins fait le double. Haha ... »

La voix du mercenaire se tarit dans un léger étranglement. Visiblement, n'en parler n'était pas une bonne idée. Il sentait comme un lourd poids sur son cœur et les larmes lui monter doucement aux yeux. Les dieux bénissent son visage naturellement impassible. Il ne montrait que près peu de son trouble, si ce n'est un certain trouble dans son regard. Il reporta son attention sur la nourriture et la boisson.

« On peut parler si tu veux, mais je n'ai pas grand chose à dire. Ah si, on est tombés sur des bandits en route, les pire bandits que j'ai pu croiser. Au final, ce sont eux qui ont fini détroussés. Je savais qu'il y avait peu de bandits de métier a Valm, au vu de votre … « culture » … mais de là à ce qu'il y ait de tels débutants. Quand j'y repense ... »

Aurelion n'avait pas vraiment le cœur à discuter au final. Mais comment le dire à Manfred sans qu'il ne croie que ce soit à cause de ce qui s'est passé quelques minutes plus tôt. Aurelion laissa échapper un bâillement.

« Je pense que vous allez me manquer un peu. Je ne peut pas dire ça du reste de ce continent pourri, mais vous étiez gentils, même avec un étranger. »


Aurelion posa la main sur l'épaule de Manfred.

« Merci en tout cas. »

Peut être comprendrait il ?

Manfred
avatar

Messages : 537
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t134-manfred-there-is-always-hope-even-for-a-lost-man-fini

Feuille de personnage
Classe: Civil/Forgeron
Niveau:
3/10  (3/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Hache de bronze
2Marteau viril
3Hache de verre
4Potion
5Hache de verre
Sujet: Re: [Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)   Dim 24 Juil - 17:59
On peut me considérer comme quelqu'un de ''volage''. Je semble être toujours simple, léger, qui virevolte dans tous les sens sans se soucier de la vie. En réalité, ce n'est pas ça. Je refuse, à moi-même, de trop penser. Pourquoi ? Parce que je sais que si je me noie dans le flot de ma tête, c'est dur d'en sortir. J'ai souvent peur de mes décisions ou des choses qui se passent dans le plus profond de moi. Je suis encore jeune et ça je le sais, mais....comment dire....il y a certaines choses que je n'arrive pas à comprendre chez moi. Des envies, des comportements....parfois j'aimerais être vide et juste me soucier de rien.

Aurelion. Je t'avoue que je voulais quelque chose de toi. Je sais que ce n'est pas correct et que je devrais apprendre à mieux gérer moi-même. Bon, nous sommes tous humain avec des envies et on ne peut pas être blanc comme neige. Je suis jeune et je suis con, alors tu peux me juger. Mais, à chaque fois que je pose mon regard sur toi, j'ai le coeur qui bat fort. Mon énergie change....je m’attendris....je voudrais te prendre dans mes bras. Je ne sais pas pourquoi j'ai cette sensation étrange. Je sais que je ne te connais pas et que tu ne me connais pas......j'aimerais te dire que je suis sensible aux gens. Peut-être qu'en voyant cette petite lueur de mélancolie dans tes prunelles ...me force à aller te voir. Je connais ce sentiment.

- Erreur ? Tu as cru en quelque chose et tu as agi en conséquence. Si l'un d'entre nous a fait une erreur ici, c'est moi en te laissant croire des choses. Tu sais, je te comprends tout a fait. Moi aussi, je suis passé par cette période où la moindre pensée me faisait ...

Je clignais des yeux et j'étais surpris par ta gentillesse. Tu étais patient...gentil....avec un jeune homme comme moi. J'en étais tellement touché que je voulais en pleurer. Je suis un hypersensible qui, au moment inopportun, peut vivre ses émotions à mille allures...

Je regardais la table, prenant quelques bouchées de nourriture. Je ne savais pas quoi dire ni même répondre. J'avais des émotions qui tourbillonnaient en moi et que, comme un con, je les repoussais.

- Quand j'étais plus jeune, il y avait cette fille dans mon village, a Ferox. Si tu savais le nombre de ce que tu appelles erreur que j'ai pu faire a cause d'elle. Et crois moi, si j'avais su ce que l'avenir nous réservait, j'en aurai au moins fait le double. Haha ...

Je fige un moment. Il a partagé....quelque chose de personnel avec moi ? Je lève mon regard vers lui, surpris. Dans sa voix, je percevrais une drôle de ''couleur''. Ce souvenir vient de loin et sûrement...douloureux.

Je crois comprendre quelque chose.

- On peut parler si tu veux, mais je n'ai pas grand chose à dire. Ah si, on est tombés sur des bandits en route, les pire bandits que j'ai pu croiser. Au final, ce sont eux qui ont fini détroussés. Je savais qu'il y avait peu de bandits de métier a Valm, au vu de votre … « culture » … mais de là à ce qu'il y ait de tels débutants. Quand j'y repense ...

Je ricane, amusé.

+ Ça arrive. Valm est un chouette coin, mais j'peux te dire que partout, il y a de tout. Et puis, il y a un commencement toujours quelque part, hein ? On a tous été nul à quelque chose dans notre vie !

Je sentais l'envie de partir et de le laisser tranquille. D'un autre côté, je voulais rester et l'aider. Je voulais aussi partager sa couche et le consoler. On dirait que c'est une seconde nature depuis que j'ai souvent fait ceci avec des femmes du bordel ou ...quelques hommes. On m'a déjà dit que j'avais cette aura de bienveillance...de confiance...et que les gens s'abandonnent à moi parce qu'ils savent que je ne les jugerais jamais ou bien que je vais pas les repousser. C'est vrai, je suis ainsi...

Quelqu'un de trop gentil.


- Je pense que vous allez me manquer un peu. Je ne peux pas dire ça du reste de ce continent pourri, mais vous étiez gentils, même avec un étranger.

Je me redresse le dos et j'ouvris la bouche pour dire un commentaire, mais très vite...j'ai senti sa main sur mon épaule. J'ai eu un frisson.

- Merci en tout cas.

Je fus muet un instant. Mes yeux ambrés le regardent, attendrie, puis je cligne des yeux en regardant de côté, un peu timide.

+ Fais plaisir Aure...et puis...mon père a le tour d'être patient avec les gens qu'il croise leur regard. Il t'a adoré du premier coup. Peut-être parce qu'il sent que tu es quelqu'un de sympa ? Il ne me dit pas ce genre de chose...heh.

Je ferme les yeux et je lâche un soupire. 

+ Mais bon....toi, va te coucher. Tu as besoin de repos. Merci pour ce bon temps et j'espère que tout va aller bien sur ta route. J'veux pas qu'on me dise qu'on a retrouvé ton corps dans un faussé...compris ?

Je souris. C'était douloureux, parce que j'avais pas envie de sourire, mais je le faisais pareil. Je suis toujours comme ça. J'aimerais aidé Aure...sauf que le sentiment d'impuissance m’envahis soudainement comme un parasite sanguinaire qui me triture de l'intérieur. Je me sentais honteux, sale et surtout dégueulasse. 

On fini le repas et je lui dis au revoir. J'ai quitté en premier, parce que je n'arrivais plus à sentir moi-même. Mes émotions, ils m'énervent. Je crois que d'aller au bordel va me changer les idées ou bien juste entrer chez moi et travailler dans ma forge serait une bonne idée. Je vous avoue que je ne sais pas quoi faire de ma peau. Ce sentir sale est pas quelque chose d'agréable. 

Mon lit. Nah, je crois que mon lit serait la meilleur option. La fatigue me rattrape...et surtout la lourdeur de moi-même. 

Que je suis pathétique. 





Je vous parle en #FFCB60

+ Footsteps In the Lonely Valley + Ohne Dich + Valley of Flowers + Glass Skin + Mein Herz Brennt + Rinkaku +

''The feelings concealed in the innermost depths of my heart....throb with a gentle smile''

Merci Reyn ♥:
 
Contenu sponsorisé

Sujet: Re: [Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)   

[Terminé] Flashback - ''C'est l'histoire entre un chevalier et un forgeron dans une Auberge, vois-tu...'' (pv Aurelion)

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Contexte : l'histoire de l'Entre monde
» Conféssion entre frère et soeur [PV Chloé]
» Daisuke et Takuma l'amoure éternelle !!
» Présentation du manga Saint Seiya: The Lost Canvas
» Petite Histoire entre Amis

Fire Emblem Rebirth :: Hors-jeu :: Nécropole :: RP terminés et abandonnés+
Sauter vers: