Navigation

Topsites

Topsite n°1
Topsite n°2
Topsite n°3
Topsite n°4

Liens utiles

Guide du débutant
Afficher les sujets non-lus
Partagez

Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]

Invité
avatar
Invité
Sujet: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 16:05
Il faut bien un début à tout, ainsi je vais pour la première fois, non seulement quitter mon hameau, mais aussi, et surtout les frontières de ma patrie d'origine. Il est temps pour moi de quitter le nid en quelques sortes, je dois aller sur un port bien loin pour faire une présentation de nos meilleurs protéger. Seul ? Oui, mais en même temps je vais faire voyage sur le navire d'un oncle, avec un équipage de confiance et la destination est certainement l'un des lieux les plus sûrs pour un marchand au monde. De ce que m'a dit mon père, dire que la garde du port de Valn est sévère et efficace est encore un euphémisme et c'est donc en quelques sortes l'endroit parfait pour une première fois. Sans parler du fait que mère et père se font un peu trop vieux pour aller à l'autre bout du monde, par-delà les mers.

Dans une tenue propre, jolie sans être ostentatoire, je prépare nos pégases au voyage et de toute évidence ils ne sont pas plus nerveux que je ne le suis. En même temps, la demi-douzaine de bêtes aillées qui vient avec moi sont dressée pour le combat, en plus de cela ma propre jument, si ont exclu Fleur de lys est là ce qui me rassurerait si j'éprouvais la moindre anxiété. J'imagine que je ne suis pas assez intelligente et consciente des multiples dangers qui peuvent survenir pour en avoir peur, est-ce réellement un défaut dans le cas présent ? Ainsi, je fais le voyage avec mes compagnons animaux et des employés de l'élevage, cette petite troupe avance donc doucement vers sa destination, le port le plus proche de notre élevage pour un long voyage.

Cela fut également une extraordinaire suite de découvertes diverses et variées autant sur la faune que la flore, sans parler des villes et villages. J'étais quand même un peu triste d'être aussi loin des miens si longtemps, de ne pas faire mes corvées aussi longtemps également ainsi que de constater que ma paternelle n'avait que trop raison sur certains points. Enfin ce n'est rien, au final je m'amuse bien plus que je n'aurais pu l'imaginer et c'est ainsi que j'ai embarqué pour un tour en mer. Mise à part des nausées sévères, car j'ai apparemment le mal de mer ainsi qu'un de nos lourds étalons à l'impressionnante robe noire qui fut de très vilaine humeur sur l'embarcation, aucun problème n'est survenu.

Alors que nous nous apprêtons à appareiller à ce lieu lointain que j'ai hâte de découvrir, suite à plusieurs contrôles d'identité poussés, enfin je pense que c'est le cas, je me suis fait propre et porte une belle robe offerte par mère. Une longue tenue aux couleurs du Valm, mais sans la moindre parure ou bijou visible. Cet habillement qui aux dires de George, le second fils de la famille est tout de même un peu légère surtout pour une jouvencelle pour moi, qui me donnerai un air d'égrillarde. Mère lui a rétorqué qu'il fallait bien attirer le chaland et que les nobles seraient plus sensibles à mes explications. C'est ce jour-là que j'ai compris qu'apparemment, la proportion d'une jeune femme à avoir la peau à l'air à une influence la vente ? Ah moins que ce ne soit la couleur de nos vêtements ? Enfin je pense que c'est de cela qu'il était question.

Ainsi, attirant quelques regards pour diverses raisons, certainement nos grands protégés d'ailleurs, j'installe nos anges à quatre pattes dans un endroit dédié pour le marcher après avoir payé les taxes ainsi que présentés les documents prouvant nos statuts de marchands, notre autorisation de nous rendre sur le port et le marcher. Bien qu'ils ne soient pas tous destinés à la vente, leurs futurs propriétaires ont eu l'extrême générosité d'accepter de les exposer également avant que l'on leur fasse parvenir. Bien qu'il y ait différente robe proposée, il s'agit de créatures dressées pour supporter les combats, il y a deux pégases plus modestes que les autres, plus fin et logiquement fait pour la rapidité et des cavaliers souples et agiles qui feront de fières montures de messager. Les quatre autres bestiaux eux sont plus massifs, surtout Charon, sa robe noire qui semble presque absorber la lumière, une taille massive par rapport à tout autre pégase plus classique et qui semble pouvoir porter sans difficulté un homme en armure lourde... Bon il n'atteindra jamais la puissance d'un wyverne, mais tout de même il se place en bon hybride entre puissance et subtilité.

Alors que l'air marin et ayant une odeur si particulière me frigorifie un peu tout de même puisque, ma tenue n'est pas particulièrement lourde avouons le, je présente nos pégases à qui le souhaite et prépare même une démonstration. C'est à ce moment-là qu'un petit groupe de personnes, à leur tenue certainement originaire de Rosanne, approche. Ils semblent... Comment dire ? Irrité ? Je ne saurais le dire. Ce que je ne remarque pas, c'est que leurs complices s'assurent d'éloigner subtilement toutes les oreilles indiscrètes, n'importe qu'elle personne censée sentir le piège venir, je n'en suis pas une. Par contre, la garde ou même n'importe quel officier comprendrait vite qu'il s'agit d'une sorte d'embuscade tout à fait vile et orchestrée de main de maître. Certainement prévu en sachant que notre famille exposerait ici aujourd'hui.

"Voir d'aussi nobles créatures aux côtés d'une paysanne aux habits de gourgandine est un calvaire pour mon esprit."

Je me demande ce que veux dire gourgandine ? Calvaire, il me semble que c'est désagréable, mais je ne saurais pas le dire dans quel sens en réalité. Ainsi, je me demande bien ce qui se passe. Est-ce que j'aurais fait une erreur qui les incommode ?

"Mon confrère ici présent, va vos faire l'immense honneur de vous délester de ce noble animal, que vous ne pouvez de toute manière pas entretenir de toute évidence."

Dit il en pointant du regard le plus impressionnant des spécimens présentés... Délesté ? Est-ce un rapport avec la vente ? Ah non ! Je ne peux pas.

"C'est que, nous voulions..."
"Silence ribaude ! Savez-vous dévergondée à qui vous osez vous adresser ainsi ?!"
"Je m'excuse, mais..."
"Mais c'est qu'elle insiste ! Comptez-vous me faire perdre mon temps tel un vil fripon ?!"
"C'est que, le capitaine..."
"Prenez cette somme plus que généreuse et gardez le silence."
"Je ne peux pas."
"Comment ?!"

Le ton de l'homme se veut plus agressif, plus intimidant et donc aussi plus audible. Alors que j'ai le regard bas, comme si tout cela était ma faute et sans réussir à me défendre, une tension qui devient palpable. Cela est au point où Fleur de lys regarde fixement l'homme en ruminant et frottant un sabot au sol, me pensant en danger et elle a raison en quelque sorte, la situation risque de déraper d'un moment à l'autre. Ah et détail intéressant, la somme proposée est largement en deçà du prix d'un pégase, même très proche de la moitié de sa valeur réelle, surtout pour un spécialement pour être capable de supporter les plus abruptes des confrontations sans fuir.

Taurok
Taurok

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930484-bar-left5/10Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930015-empty-bar  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 16:38
Il arrivait quelques journées où Taurok n'avait rien à faire. A vrai dire, il y en avait même un nombre plutôt correct, ces derniers temps. La garde impériale de Valm se débrouillait à merveille, et il régnait même comme une bonne ambiance dans l'Empire. L'économie était de plus en plus florissante, et une véritable vague de patriotisme naissait peu à peu avec l'annonce passée par l'Empereur récemment : ce dernier avait décidé de nommer un successeur, encore mystérieux, pour reprendre la gouverne du Grand Empire. Le peuple avait acclamé 60 années durant le même dirigeant, et aujourd'hui, durant ses vieux jours, il souhaitait transmettre son pouvoir à quelqu'un d'autre. La responsabilité d'un empire entier, l'honneur le plus prestigieux qu'un Valmien puisse recevoir de toute sa vie.

C'est sur des songes bien intenses que Taurok se rendit au port, pour profiter un peu de l'air marin. Il n'allait pas prendre de bateau, non, il allait simplement se détendre au bord du rivage. Les côtes de Valm étaient souvent fraîches et venteuses, et très ensoleillées durant l'après-midi. Il était très agréable d'y passer du temps, en général, et la vue de l'horizon lointain était absolument enchanteresse. C'est alors qu'il profitait de ce moment de tranquilité qu'il vit entendit comme du chahut, non loin... C'était visiblement près d'un petit quai, à l'instant même où les soldats assignés à la garde civile étaient en train d'organiser leur relève, et donc absents pour quelques minutes seulement. Ces vêtements, cette dégaine, ce parler dédaigneux... Pas de doute, il avait affaire à des vermines de Rosanne.

S'approchant lentement en essayant d'écouter, il perçut alors visiblement ce qui ressemblait à une extorsion. On lui proposait une somme ridicule contre sa marchandise : une marchande se faisait ainsi maltraiter sur le sol Valmien par de riches aristocrates ? A Rosanne, personne n'aurait levé le petit doigt, mais à Valm, même un général n'étais pas exempt de sanctions face au plus petit écart envers la loi. Ainsi, alors que le nobliau teigneux levait la main comme pour gifler la jeune marchande, ce dernier fut retourné d'un coup, son regard planté dans celui de l'instructeur militaire...

Taurok faisait au moins une bonne demie-tête de plus que lui. Son manteau de guerre imposant et sa stature colossale le rendaient assez intimidant, et ça aurait pu s'arrêter là, mais au vu de toutes les décorations accrochées à sa poitrine et à son armement complet, on devinait qu'on avait affaire là à quelqu'un qui ne plaisantait surtout pas. Après un long regard silencieux mais assassin, le blondinet se décida à parler

" Vous êtes conscient que je pourrais vous casser les genoux et vous traîner dans une geôle humide pendant une semaine rien que pour ce que vous êtes en train de faire... ? "

Balbutiant quelques pitoyables excuses incompréhensibles mêlées de menaces non assumées, le péteux se décida finalement à formuler une phrase plus ou moins complète et compréhensible pour lui rétorquer

" Mais, mais... M-Monsieur, je ne vous permet pas ! Je suis tout de même Comte de... "

Pourtant, il fut stoppé net par Taurok qui agrippa son col dans un grognement, le poussant pour le plaquer au mur, soulevant tout son corps avec une facilité déconcertante qui laissait entrevoir une très grande force physique

" Vous avez cinq minutes, toi et tes clowns, pour déguerpir avant que je vous colle au trou pour le restant du mois ! C'est compris ?! Vous êtes sur le port du Grand Empire, estimez vous heureux que je vous laisse détaler comme une vermine ! "

Le relâchant et le repoussant brusquement sur le côté, les assaillants, terrifiés, ne demandèrent pas leurs restes pour s'enfuir à toutes jambes. Epoussetant ensuite son manteau et croisant les bras, le blond regarda la jeune marchande enfin tirée d'affaire, son regard ayant retrouvé son calme olympien et pourtant cet air si ferme et bloqué... On avait l'impression de voir le regard d'un homme qui souffrait, mais qui restait apathique, stoïque face à la douleur. Les esprits les plus empathiques pourraient déceler cette part profondément refoulée au fond de lui...

Invité
avatar
Invité
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 17:21
Finalement, la situation se désamorce avec la franchise et la puissance d'un coup-de-poing vertueux et justicier dans une figure. Enfin, c'est une image, il n'y a pas eu de réelles violences, enfin si on exclut là part psychologique et certainement, l'amour-propre des personnes qui à du prendre un coup des plus violent. Enfin, ce n'est pas le genre de chose que je peux prendre en considération, il faudrait tout d'abord que je comprenne en profondeur ce genre de concept abstrait. En tout cas, les faits sont là : je suis redevable à cette personne. Pour n'importe qui d'autre, j'imagine que la première réaction serait d'être intimidée, mais je ne suis pas suffisamment vive d'esprit pour l'être, même mon instinct de survie à parfois des ratés. Mais ce n'est pas le cas de mes bonnes manières. C'est dans une révérence courtoise, sans être parfaite, que je m'incline face à lui.

"Je vous remercie, vous m'avez été d'une grande aide."

D'ailleurs quand je me penche, en plus d'afficher bien malgré moi mon décolleté pigeonnant, je remarque surtout que les... Marchands ? Les autres hommes en ont laissé la bourse sur place. J'imagine qu'ils avaient bien mieux à faire que de la ramasser quand ils ont fui la queue entre jambes. Il serait malhonnête de garder une possession d'autrui, ainsi alors que la garde arrive très peu de temps après le grand homme, je leur confie pour qu'il la rende à qui de droit. Peut-être avec le retrait d'une amande ou toute autre taxe nécessaire, c'est eux qu'ils savent quoi faire dans ce genre de cas de toute manière. Je l'observe un instant, avec un petit sourire niais que j'ai si naturellement et je me dis que j'oublie quelque chose. Un petit "oh" de surprise plus tard, je prends dans un de nos paquets une sorte de paquet de papier grossier, mais sans le moindre mot que nous ne pourrions pas lire de toute manière. Il s'agit de représentations des personnes à reconnaitre sur place. Il est dans les cinq premiers... Est-ce que ?

"Ser Taurok ? Veuillez m'excuser de ne pas vous avoir reconnu, c'est mon tout premier passage dans vos contrées."

Instructeur d'élite et haut officier de Valm, il n'y a qu'une personne comme moi pour mettre autant de temps à m'en rendre compte. Surtout que, il est-ce qu'il est d'une autre manière. Valm se base sur une chose que je comprends un peu mieux que d'autres, la méritocratie. Un mot complexe, qui je crois signifie que ceux qui sont en haut le sont iniquement grâce à leurs actions et non à leurs héritages... Un peu étrange, mais j'imagine que dans un sens c'est une bonne chose non ? Enfin pour le sujet actuel, la réalité est aussi qu'un des.. de ses ? Bref, un capitaine semble vouloir le remercier, j'ai cru comprendre qu'il a sauvé son fils ou une histoire du même genre, je n'étais pas inclus dans la conversation donc j'ai fait tout mon possible pour ne pas l'écouter, car cela ne me concerner en rien.

Bref, tout ça pour dire que... Ah l'un des écuyers à compris comme moi, donc je ne me trompe pas merveilleux. Il le montre en préparant un de nos protégé, une belle et noble monture pour un homme qui le semble tout autant... Noble, pas belle, sinon ça serait beau même moi, je l'ai appris sans faire de lecture.

"Qu'elle merveilleuse coïncidence, je devais venir vous voir."

Maintenant que tout ceci c'est un peu calmé, il y a un peu plus de monde, principalement des étrangers puisque les patriotes de Valm ne perdent pas leurs temps comme les autres le font. Enfin ça exclut deux hommes et femmes proche et observant le cheptel, mais au vu de leurs armures légères, ils doivent être en formation de cavalerie et peut-être même de futur chevalier pégase ? Enfin allez savoir, en tout cas, je vais prendre, sourire aux lèvres, la bride d'une des bêtes et le fait sortir du grand enclos pour l'approcher de son futur propriétaire, même si je me doute qu'il n'en a pas conscience.

"Le capitaine Kagnar nous l'a commandé spécialement pour vous, en remerciement de ce que vous avez fait pour sa famille."

Surprise ? Allez savoir, le pégase, suffisamment intelligent pour comprendre qu'il se trame quelque chose, sans pour autant comprendre tout bien évidemment, jauge du regard Taurok. S'il suit, nul doute qu'un long et intense duel de regard va se lancer pour déterminer lequel des deux est supérieur à l'autre... Ah ! Ces mâles.

Taurok
Taurok

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930484-bar-left5/10Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930015-empty-bar  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 17:48
Mais que- Elle le connaissait ? Et elle le cherchait ? Et elle lui ramenait un pégase fier et noble ? Il y avait définitivement quelque chose de plutôt rapide dans l'enchainement des événements. A un instant il sauvait une jeune marchande désemparée et innocente d'une bande de racailles Rosanniennes, et désormais, il se faisait offrir un pégase par une parfaite inconnue sur les ordres d'allez savoir qui. Enfin, si, elle lui fit l'honneur de dévoiler son nom par la suite : capitaine Kagnar. Ah, oui, effectivement... C'était un beau cadeau, mais il y avait un hic : Taurok ne chevauchait aucune monture. Le seul animal qu'il trouvait plaisant à monter était le phacochère de guerre, et il y a bien longtemps que les élevages valmiens de Sangliers géants n'étaient plus d'actualité. Dommage, les cris de désespoir et les délicieux sons des os cédant sous le poids des massives bêtes cuirassées étaient... divertissants.

C'est après un instant perplexe et une contemplation brève de la noble créature à la crinière blanche éclatante que Taurok se décida à répondre, un peu circonspect et curieux

" L'intention est touchante, mais je ne monte aucune forme de créature. Vous pouvez le garder, c'est gentil... Je suis navré que vous ayez du vous déplacer pour rien. Si je peux faire quoi que ce soit pour vous dédommager... Vous n'avez qu'à demander, je suis votre homme "

En ce moment, Taurok faisait des efforts surhumains pour pouvoir mettre de côté sa brutalité et son instinct agressif habituel pour s'adonner à des activités plus... saines, dans le civil. Avec le temps, il avait pu constater le prix de ses actions et de ses choix, et bien qu'il les assume et ne regrette rien, il avait tout de même perdu beaucoup. Sa femme, ses filles, ses camarades, sa dignité... Mais l'heure n'était pas à la philosophie, mais à la jeune marchande qu'il mettait probablement dans l'embarras, ou du moins, c'est ce que Taurok pensait.

" D'ailleurs, vous ne vous êtes toujours pas présentée, mademoiselle... ? "

Bien qu'il soit considéré comme quelqu'un de très important, le blond ne parlait pas avec le moindre soupçon de dédain ou d'orgueil dans sa voix. Il était assez serein, bien qu'on sente dans le fond que le calme visible qu'il affichait masquait probablement un flot d'émotions absolument gigantesque. Mais l'émotivité était, selon lui, une expression réservée aux personnes dont l'existence était suffisamment innocente pour se permettre des écarts. Son propre cas était différent : s'il se perdait dans ses pulsions et influences, il pourrait très bien blesser de très nombreuses personnes et entrainer de grandes catastrophes. La vigilance était de mise dans son quotidien depuis des années...

C'est alors qu'il fut prit d'une sorte de malaise... L'énergie du Dragon Déchu avait été très sollicitée, ces derniers jours : il avait été très fortement exposé à cette dernière et commençait à sentir comme une faiblesse. Comme s'il commençait à ne plus pouvoir cacher ses émotions comme il le faisait à longueur de journée. Extérieurement, il semblait un peu pâle, silencieux, contenant comme un véritable problème qu'il souhaitait ne pas exposer, mais on sentait une vulnérabilité naissante qui ne faisait que grandir à chaque seconde...

Invité
avatar
Invité
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 18:25
Il est bien rare qu'une personne refuse un cadeau, surtout qu'il aurait pu en faire un présent pour une tierce personne dans le pire des cas. Enfin soit, le client est roi, enfin une chose dans ce genre, bien étrange, surtout que toutes les contrées n'ont pas forcément un roi, parfois un empereur ou... Ce n'est pas réellement le sujet. En tout cas puisqu'il ne souhaite pas de cette monture, il ne me reste qu'une chose à faire.

"Merci beaucoup. J'irais le livrer au capitaine Kagnar et lui demanderai ce qu'il souhaite faire de sa propriété."

Il est le plus à même de décider de comment réagir ou quoi faire dans ce cas donné, mon rôle s'arrête à l'acheminement, en cas de refus je ne peux pas faire grand-chose de plus. Il est étrange de refuser ce genre de chose, mais qui suis-je pour jauger le pourquoi d'une telle chose ? Je me demande tout de même.

"J'ai d'autres produits à acheminer, ce n'est en aucun cas un déplacement inutile."

Il reste encore quelques pégases à amener à leurs propriétaires en plus cela aura aussi fait un beau voyage. Par contre, il a raison de souligner que j'ai fait preuve d'une grossièreté particulièrement grande, puisque je ne me suis pas présenté. Bon en même temps pour la plupart des personne je ne suis que l'éleveuse de pégases, je n'ai pas habituellement à réellement à dire qui je suis. Mais je dois tout de même corriger cela.

"Toutes mes excuses monsieur. Je suis Tempérance, de l'élevage de la croix."

Les roturiers n'ont pas de nom, au mieux ont leur donne celui de leurs hameaux ou alors du lieu où ils habitent. Pour moi c'est l'élevage de la croix, de la calme et paisible Jouvence situé dans les montagnes du Saint-Royaume d'Ylisse. Je suis plus pâle que jamais à cause du froid, de son côté j'ai presque l'impression que quelque chose ne va pas... Moi ? Non je n'ai rien senti, c'est plus les pégases qui réagissent à cela et donc j'ai fini par le constater en retour. Il est bien évident que leurs instincts sont bien plus développés que les miens, en plus ils font prouvent de beaucoup plus d'empathie que beaucoup l'imaginent. Ce n'est pas pour rien qu'ils font des montures exceptionnelles, c'est aussi leurs capacités à prévoir et réagir au moment précis nécessaire, avec l'habitude un cavalier et sa monture son capable de se coordonner sans un mot ni un geste, les vétérans sont même capables de monter sans bride et forment un duo extraordinaire.

Que faire ? Déjà je remets le pégase avec le sien et il va paisiblement attendre que l'on ait besoin de lui à nouveau ou alors l'heure de la ripaille. Que faire, je ne peux que me fier à ce que je pense être... Il n'y a pas de problème en vu et s'il se sent mal alors cela serait un problème, surtout après qu'il m'ait sauvé. J'ai une petite idée, cela sera mieux que rien. Ainsi toujours souriante j'essaye d'improviser.

"Je me sens un peu... Indisposé, après toutes ses émotions et..."

De manière plus ou moins audible, ce qui suit est une demande plus ou moins claire pour lui demander de m'accompagner le temps de m'aérer l'esprit pendant un petit tour. Bon en réalité, je pense surtout qu'il pourrait avoir besoin lui de le faire. Si son problème est d'ordre plus physique que mental, alors s'assurer de son état à l'écart de la foule sera un plus et en plus si je me trompe alors, il suffira de ne rien dire. C'est ainsi portant ma baguette de soin et un habit léger que j'attends sa réponse.

Taurok
Taurok

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930484-bar-left5/10Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930015-empty-bar  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 18:40
Dans sa tête, tout se mélangeait... Que lui arrivait-il ? Sa vision n'était plus très claire, et son souffle ralentissait. Son pouls également faisait basse figure, et il était soudainement pris de sueurs froides. Il n'était pas malade, mais pourtant, un mal étrange l'affligeait et le rendait inconfortable et faible. Ce genre de chose ne lui était pas arrivé depuis bien des années... Alors pourquoi maintenant ? C'était peut-être son utilisation excessive de Sanguine qui atrophiait son esprit pendant quelques temps, et l'esprit était le maître du corps; ainsi, par relation de cause à effets, il s'en retrouvait comme souffrant, atteint par sa propre malédiction.

La jeune femme semblait vouloir quelque-chose, probablement marcher un peu, ou autre chose... ? Il n'en savait un peu rien, mais elle semblait bien avoir un petit désir ou deux. Taurok, lui, commençait à perdre pied, la bouche légèrement entrouverte, soudainement ayant l'air peu à peu de plus en plus blême. Lui qui fuyait le contact physique en temps normal, il prit l'initiative de poser une main sur son bras, clignant des yeux, sa vision se troublant peu à peu. Ils étaient dans un coin plus reculé du port, sur le petit quai qui menait à son navire, et il n'y avait personne pour les observer. Finalement, il finit par tomber à genou, haletant, une main au sol.

Cette faiblesse était si soudaine, et si injustifiée... Pourquoi devait-il souffrir maintenant ? Pourquoi au contact d'une jeune femme innocente ? Il avait côtoyé dans sa vie de très nombreuses personnes, toutes plus complexes les unes que les autres, et il y avait une chose qu'il avait apprit à chérir et protéger au péril de sa vie : l'innocence des autres. Pour certains, la naïveté et l'insouciance étaient des fléaux. Pour lui, ils étaient l'espoir d'un monde meilleur et dirigé par les meilleures intentions du monde. C'était ça, son secret idéaliste. Après de longues secondes, il finit par se redresser, essayant de ne pas s'appuyer sur la jeune femme qui croulerait probablement sous son poids

" Je... J'ai besoin de... de m'allonger. Est-ce que vous... vous pourriez m'accompagner ? N'importe où, une auberge, où vous voulez ? Je m'occupe de tout payer, j'ai... Je crois que j'ai besoin d'être surveillé par... quelqu'un. Vous... Vous pourriez faire ça pour moi ? Rester avec moi ? "

Oui, cette fois, il ressentait quelque-chose qu'il n'avait plus ressenti depuis de très nombreuses années : de la peur. Il avait peur non pas de souffrir, mais de faire du mal. Son sang de Dragon était néfaste, et il était implicitement un descendant du Dragon déchu. Son existence avait été forgée dans la mort et la désolation, mais aujourd'hui, il voulait briser ce tour du destin pour suivre son propre chemin. L'influence de Sanguine l'avait grandement affaibli, et cette fois-ci, il avait peur de se retrouver seul et à la merci de ses pensées nuisibles. S'il se retrouvait encore seul, il avait peur de sombrer à nouveau dans cette folie sanguinaire qu'il avait fait perdurer des décennies durant. Le Grand Empire lui avait pardonné et offert une seconde chance car il était avant tout un héros de Valm, mais il ne voulait plus jamais laisser son instabilité entâcher la grande nation qu'était la sienne.

Fort heureusement pour eux, le port était un lieu très touristique, ainsi il y avait de nombreuses auberges et autres établissements visant à héberger des voyageurs, quasiment toujours avec de la place de libre, la plupart restant simplement une nuit ou deux avant de se mettre en route vers la capitale. Et puis, elles étaient relativement bien fréquentées, surtout par des marchands, pêcheurs et autres autochtones ou touristes curieux...

Invité
avatar
Invité
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 19:09
Je ne comprends pas grand-chose à la situation, mais une chose est sûre, je ne peux pas décemment abandonner une personne qui souffre. Adressant une prière discrète à la sainte Ashunera pour que la santé de l'homme qui m'a sauvé soit sauvegardée, il me touche le bras. La surprise passée, je l'agrippe par le bras, donnant l'impression qu'il me l'a prise lui, mais en réalité je le soutiens. Chaque pas semble dévorer de plus en plus le corps de Taurok et il n'est pas question d'en faire de trop. Personne ne semble remarquer cela si l'on exclut les garçons d’écurie. Jamais je n'aurais pris le bras d'un homme et encore moins en aussi peu de temps, du coup un coup d'œil où deux leur confirme le problème. Néanmoins, ils n'interviennent pas, d'un je suis capable d'utiliser une baguette de soin dans le pire des cas, j'ai des connaissances brèves , mais existantes en premier et surtout ils ne veulent pas que l'on remarque l'état de l'officier. S'il voulait l'aide de sa garde sans se soucier de son image, il l'aurait déjà appelé.

Heureusement en peu de temps il se ressaisit assez pour me libérer d'une parti de son poids, le sol n'a jamais semblait aussi proche que l'instant d'avant en tout cas. Il m'explique ce que j'ai cru comprendre, j'espère immédiatement que ce n'est pas aussi grave que ça en ah l'air. L'auberge la plus proche semble tout de même loin et de toute manière cela ne réglerait pas le problème. La solution la plus simple et donc, les lits les plus proches sont ceux sur le navire de mon oncle. Bon, il a mieux à faire que de rester au port, mais même lui sait quand il est important d'attendre un peu. Je m'excuserai en temps et en heure. Je le dirige alors vers le navire, le guidant et le soutenant autant que possible. Tout ce que l'on croise se sont des marins et après m'avoir vu au bras d'un homme se font immédiatement des idées dont je n'ai pas la moindre notion et heureusement pour moi.

"Il y a encore ma cabine, mon oncle n'est pas encore reparti."

En ignorant les petits sourires et les rires entendus que je pense dus à la joie de pouvoir être un peu sur la terre ferme ou simplement la joie de travailler pour une personne aussi magnanime que Victor... Je le conduis droit à ce qui fut ma cabine et qui d'ailleurs contient encore mes affaires. Je n'ai pas réellement eu le temps de les vider et elles attendent à l'entrée, empaquetées et prêtes. Une fois la porte refermée derrière moi, je l'installe sur le lit que j'ai utilisé des jours durant c'est... Gênant dans un sens. Mais je n'ai pas le temps de penser à ça, il souffre. Les joue écarlate, je retire ses bottes et ouvre son haut, avant d'aller chercher de l'eau et une serviette. Revenue rapidement, j'humidifie le linge propre et lui pose sur le front pour l'aider à combattre la fièvre. Enfin celle que je suis persuadée qu'il a alors que ce n'est pas forcement le cas.

"Tout va bien, je suis là..."

Ma fois calme est claire, douce même. Je lui tiens une main et me permets même un autre geste hors de propos, mais qui me vient naturellement malheureusement. Je lui caresse les cheveux, comme le ferait une grande sœur avec un petit frère malade, me permets un contact physique un peu trop important pour qu'il sente ma présence. Le tout en chantonnant avec délicatesse une chanson, berceuse destiné à le calmer, à le réconforter. Je ne le lâche pas des yeux un instant ,pas même quand je réumidifit le linge pour l'aider à se reposer. Décidément, cette visite aura était très vite mouvementé.

Taurok
Taurok

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930484-bar-left5/10Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930015-empty-bar  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 19:32
Il s'était laissé guider jusqu'à un lit. Il avait senti qu'elle retirait ses bottes et avait ouvert son manteau de guerre pour l'aérer, laissant une douce brise le rafraîchir pendant un instant. Taurok était tout sauf du genre sensible, en apparence, mais il ne pouvait pas rester indifférent face à autant d'attention. Elle s'occupait de lui d'une façon qui lui était étrangement familière... Lorsque Sanguine l'affligeait, à cette époque lointaine. C'était sa femme, Aria, qui avait commencé à s'occuper de lui de cette façon pour la première fois, lorsqu'elle était encore officiellement une prisonnière de leur camp. Elle était supposément une otage, et pourtant, elle avait bravé ses préjugés pour le réconforter. Ce souvenir, il ne pourrait jamais s'en séparer. Et aujourd'hui, d'une façon tout aussi inconditionnelle, il revivait ce moment...

Dans un mélange de douleur mélancolique et de bien être, Taurok se sentait victime de sentiments partagés. Il ne savait pas s'il se sentait heureux ou triste... Cela faisait trop longtemps que son humanité avait été laissée au placard. Mais au moins, il se sentait un peu rassuré dans cette mauvaise passe. Profitant un moment de la détente que la jeune roturière lui procurait, il finit par lui parler de nouveau, d'une voix qui était plus fragile, plus sensible, plus empathique...

" Vous ne me connaissez pratiquement pas... Mais... J'ai envie de vous parler. Cela fait beaucoup trop longtemps que je cherche à lutter seul. Je ne peux plus... Je suis trop faible pour mériter ma place si je ne suis pas capable même de contrôler ce que je suis... Vous penserez sûrement que je vous mens, mais j'ai plus d'un siècle. "

Ses yeux n'étaient pas noyés de larmes, mais on sentait toute la douleur qui l'envahissait. Ce n'était pas juste une crise passagère : c'était une véritable vulnérabilité de longue date qui était violente et destructrice en cet instant présent. Depuis qu'il était seul, Sanguine consumait cette santé mentale qu'il avait tant lutté à conserver et recréer au fil des années. Désormais, il était déboussolé, désorienté. Après un temps de réflexion, il finit par reprendre la parole

" J'ai vécu tant de choses... J'ai été un héros de Valm, et aussi l'un des tueurs les plus prolifiques du siècle dernier. J'ai fait tant de choses qui ont consûmé mon âme... Vous devez me prendre pour un fou, et vous auriez raison. Je voulais juste vous dire... Merci. Je... Je me sens faible... Mon esprit dérive. La vie d'un être maudit par la jouvence éternelle se solde toujours par la folie et le désespoir. Je ne sais pas combien de temps je pourrais encore tenir dans ce monde... Au moins, avec vous, je revis des moments que je pensais oubliés. Je redécouvre ce que cela fait... D'être... en paix... "

Sa voix s'affaiblissait à mesure que ses paroles continuaient. Ce mal était soudain, et il ne provenait pas de son corps, mais bel et bien de son esprit. Ses yeux se fermaient, et son souffle ralentissait. Il n'allait pas non plus en mourir, mais il serait très sévèrement affligé pendant un bon moment. Sa volonté était siphonée au fil des jours, et il n'avait plus le courage de lutter. Sanguine commençait à gagner... Elle commençait à prendre le pas sur lui. Il était trop tard pour lui pour chercher le repentir... L'énergie du Dragon Déchu commençait à gagner. Et il fallait qu'il soit dans une position vulnérable face à une roturière innocente qui n'avait rien demandé de tout ça... Prise entre les feux d'une guerre aux dimensions si incommensurables qu'elle n'aurait pu les évaluer qu'au travers de légendes.

Et pourtant, il restait un espoir. Au fond, l'humanité de Taurok n'était pas morte, à vrai dire, il n'était même toujours pas inconscient, les yeux entrouverts et faibles, la main sur le ventre, des sueurs froides témoignant de la hantise qu'il revivait en même temps que ces instants de paix...

Invité
avatar
Invité
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 20:16
Il souffre, c'est une raison plus que suffisante pour m'occuper de lui. Je continue ainsi et ne peux que constater qu'il semble de plus en plus faible. Pourtant cela ne semble pas être une blessure ou une chose de ce genre, cette affliction est dans son cœur et toutes les baguettes de soins du monde n'y pourront rien. Je ne peux qu'espérer, prier et continuer de le réconforter. Il me dit qu'il est plus fragile, mais aussi qu'il a plus d'un siècle même si je ne suis pas censé le croire. Un siècle ? J'étais persuadé que c'était cent années, ce n'est pas possible... Ah mais non ! Cela doit être cinquante aller je dois confondre avec le mot décennie, qu'elle idiote je fais parfois.

Mais alors pourquoi cela serait aussi problème massique qu'il ait plus de cinquante ans ? Je ne sais pas trop, mais j'imagine qu'il a ses raisons de penser que je ne suis pas censé accepter une telle affirmation. Enfin soit, je me contente de lui faire un grand sourire et de sortir une phrase toute faite que je trouve de circonstance.

"Et je vous écoute, mais seuls les dieux peuvent prétendre à l'omniscience. Ainsi pourquoi devrai-je douter de vos paroles ?"

Certainement le mot le plus compliqué que je connais, tellement que je n'en comprends pas réellement la définition. Je le regarde toujours d'un air tendre, je continue de le soutenir dans l'espoir puissant et maintenu de lui être d'une quelconque aide, ou au moins de l'accompagner dans son tourment. Comme promis je bois ses paroles, le pauvre je ne sais pas si c'est la démence due la douleur qu'il semble le consumer où s'il se sent partir, mais ce sont plus les paroles d'un condamné à mort, d'une personne sur son lit de mort que celle d'un... Il semble pourtant sympathique, mais les voies d'Ashunera sont impénétrables. Je dois avouer que je suis un peu prise de cours, est-ce que je fais la bonne chose ? Veut-il que je le soulage où que je le prenne pour ce que je ne pense pas un instant qu'il est.  Bon, il parle de meurtre, mais j'ai déjà entendu ce genre de discours, mon cher coussin Emil, il disait que la première fois qu'il avait du mettre fin aux jours d'un vil bandit, il avait l'impression d'être un meurtrier. Puisqu'il est un officier, j'imagine que sa vie par la lame a du faire couler le sang et le fait de s'en inquiéter prouve qu'il a une conscience. Finalement je me décide sur ce que je vais faire, tout simplement agir naturellement, pourquoi changer ce que je suis ? D'une main je caresse sa joue et lui souris encore.

"Seule une divinité est en droit de juger nos péchés. Et je suis persuadé qu'il n'est pas encore temps pour votre esprit de rejoindre le ciel éternel."

Ce n'est pas un mensonge, je ne reconnais aucun mal qui peut-être aussi foudroyant, j'imagine que cela peut-être aussi simplement de la bêtise de ma part, est-il malade ? Est-ce qu'il réagit comme cela, car, il est las de sa vie ?

"Je resterai à vos côtés le temps que vous le souhaiterez, jusqu'à que votre corps et votre esprit soient purgés de cette énergie noire qui vous contraint."

Évidemment, je suis loin de me rendre compte de la portée de mes paroles, j'entends par là que je le soutiendrai le temps d'aller mieux et de se débarrasser de ses pensées sombres qui le contraint actuellement. Il est évident qu'une jouvencelle à peine âgée de seize années ne peut pas estimer la porter de ses paroles, ce n'est pas pour autant que je ne respecterai pas mes engagements même si je ne l'est ai pas compris, quitte à y passer le temps nécessaire.

"Je vous accorderai toute la paix dont vous avez besoin, mais en contrepartie je vous interdis de laisser votre esprit partir. Il y a encore des choses que vous devez faire sur cette terre, vous n'avez pas le droit d'abandonner ainsi."

Ce genre de discours fonctionnait sur les garçons plus petits, même si je n'ai aucun droit sur lui, c'est une chose... Symbiosi... Symbolique ? Une chose du genre, c'est une sortie d'image, j'impose un état de penser pour qu'il se batte et reprenne ses forces. En tout cas c'est ce que j'espère que ça veut dire, enfin moi je le fais en pensant de cette manière, qui suis-je pour penser qu'il aura le même point de vue ? Oh ! Maintenant que j'y pense, quand j'allais vraiment mal, mère me... Non c'est ridicule... Mais il semble vraiment aller mal... Oui, mais c'est un homme... Un homme qui souffre, je dois le faire ! Je... C'est horriblement gênant ! Je... Je me lève et le prends dans mes bras, le blottissant tête contre ma poitrine et déposant un baiser sur son front. Heureusement que père n'est pas présent, je l'aurais senti passé, je pense. Contre moi, je continue de lui caresser la tête, s'il a besoin de paix, s'il a besoin de nos... Ce mot... Nostalgie ? S'il a besoin de se rappeler de bonnes choses, je l'aiderai !

Taurok
Taurok

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930484-bar-left5/10Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930015-empty-bar  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 20:53
Bien que faible et moins lucide qu'à son habitude, Taurok restait bel et bien conscient. Ses mots... Ils lui rappelaient tant ceux d'Aria, autrefois, lorsqu'elle lui sommait de tenir à la vie. Lorsqu'elle insufflait du courage en son coeur pour lui demander de tenir bon lorsque sa faiblesse était trop grande. Cette jeune femme... Elle lui rappelait tant sa défunte femme. Pendant un instant, Taurok vint même à penser qu'il était en train de délirer et qu'il s'agissait là d'une vision de son esprit. C'est alors qu'il fit quelque-chose qu'il n'avait pas fait depuis longtemps : il sourit. Délicatement, restant paisiblement allongé, un sourire paisible étira ses lèvres et illumina son visage comme jamais il ne l'avait été depuis des décennies.

" Vous savez... Le mal qui m'afflige... Il pourrait vous blesser. Je ne veux pas qu'un être aussi pur et innocent soit détruit par l'énergie du Dragon Déchu. Vous devez le connaître... Grima. Ce que je vais vous dire est peut-être très dangereux, mais si je meurs, je veux avoir la conscience tranquille. "

Prenant une longue inspiration et rassemblant son courage, il finit alors par continuer sa phrase, avec une certaine difficulté. Ce qu'il allait lui révéler était si soudain, surtout pour une inconnue... Mais cela faisait trop longtemps qu'il était resté dans le silence et le secret. Il avait besoin de se confier à quelqu'un, même à une parfaite inconnue, simplement pour se sentir bien et tenter d'apaiser son esprit malade et corrompu.

" Mon père biologique était lui-même un lointain descendant du Dragon Déchu. Par extension, je le suis également... Je ne suis pas quelqu'un de bien - non pas à cause de mes actes passés, mais à cause de ma nature impie et dangereuse. Je suis l'engeance d'une entité aussi vile que perfide, bien que décédée, et pourtant j'ai acquis la confiance du Grand Empire tout entier. Les légendes du Dragon Déchu ont déjà du vous revenir aux oreilles... Je ne veux pas que vous ayiez à vivre dans la crainte. Faites ça pour moi... Vivez heureuse et ne laissez jamais rien ni personne ternir cette innocence qui brûle en vous... D'accord ? "

Ses paroles étaient étonnemment douces et calmes, apaisé par son comportement et ses mots paisibles et rassurants. Elle avait un effet assez particulier sur lui, tel un esprit pur réparant peu à peu les failles malades qui le hantaient. Il n'était pas guéri, mais on sentait que quelque-chose s'améliorait. Au moins, il ne paniquait plus, et il n'avait pas l'air prêt à rendre l'âme... Ou pire : l'abandonner à l'énergie du Dragon Déchu et redevenir le monstre qu'il avait été. Fermant les yeux, sa main vint se poser sur la sienne, dans un long soupir de soulagement, sa tête se redressant un peu. Est-ce qu'il était en train de mourir ? Est-ce qu'il était en train d'être guéri ? Impossible à savoir. Pour l'heure, il ne pouvait qu'attendre et discuter avec elle.

La journée commençait de façon très inhabituelle... Ces années de cavale et d'utilisations intempestives de sa lame n'avaient fait que fragiliser peu à peu son esprit. Il devait être plus fort... Il devait être capable de résister à Sanguine. Il devait faire le vide... Être réconforté... Être encouragé. Quelque-chose que personne n'avait jamais fait pour lui. Il était un guide et un modèle pour des milliers de guerriers à travers le monde, mais lui-même dépendait présentement des douces paroles d'une roturière innocente et naïve. Comme le destin peut se montrer improbable, parfois...

Invité
avatar
Invité
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 21:48
Grima ? Effectivement, c'est inquiétant d'une manière ou d'un autre. Enfin, cela ne se reflète pas le moins du monde sur mon visage, déjà il va me falloir du temps pour assimiler puis comprendre l'étendue de cette annonce et même si... Je ne vois pas en quoi l'aura de cette abomination pourrait bien être... Oui bon le terme abomination est suffisant, ah ! Peut-être est-il consumé par un vil maléfice qu'il aurait reçu d'un a... Oh il continue, cela serait impoli de ne pas le laisser parler n'est-ce pas ? Qu'elle histoire abracadabrantesque, pourtant je ne sens pas le moindre mensonge. Il faut dire que le jour où je saurais les déceler n'est pas arriver, je ne parle que trop peu aux humains pour cela, dans le monde animal, le mensonge n'est pas une attitude qui existe.

Alors le problème est là ? C'est drôle dans un sens, il me semble que j'ai eu un problème sur le même sujet, le sang. Beaucoup de personnes ont dit que je n'étais pas qui je suis simplement parce que je ne ressemble a rien à ma famille, mais cela ne change pas le fait que je suis leurs filles et qu'ils m'ont éduqué. Je suis Tempérance et ça c'est grâce à ma famille, pas une lignée ou toute autre chose, c'est mon point de vue. Donc pour ce que j'en pense :

"Si vous pensez que votre sang vous rend si mauvais et même si c'est le cas, alors compensez par de bonnes actions si c'est ce qui vous gêne."

Ce n'est absolument pas dit de manière trop sérieuse, en atteste un petit rire qui finit la phrase comme pour la ponctuer. Je lui apporte toujours autant de bonnes choses que je le peux, peut-être que ça lui fera du bien si ça ne peut pas le guérir. Puisqu'il semble vouloir parler, je dois aussi lui répondre n'est-ce pas ?

"Vous le dites vous-même que l'empire entier vous fait confiance non ? Est-ce que votre sang y est pour quoi que ce soit ?"

Je me comporte avec un homme qui doit avoir au moins plusieurs fois mon âge comme s'il était un enfant, est-ce que c'est bien ? Je ne saurais le dire, mais je suis certaine de faire la bonne chose alors c'est pour cela que je vais continuer. À moins que ce soit cela d'être une demoiselle avec un homme ? J'ai souvent entendu mère dire que les hommes sont de grand enfant... Non cela ne doit pas être ça et si c'est le cas, je ne comprends pas pourquoi ils font toutes ses histoires autour de quelque chose d'aussi simple. Je ne m'arrête nullement de chouchouter mon protégé de l'instant, chose étrange à dire vu que dans sa grande forme il pourrait certainement me mettre à mal avec une seule main. Mais la vie est ainsi faite de chose étrange, de chose incompréhensible et tout ce qui ressemble à tout cela.

"D'accord, je vais faire comme vous le dites, je ne comptais pas changer de toute manière. D'un autre côté, vous devez aller mieux aussi... Je me sentirai triste si cela n'est pas le cas."

Je me demande si ce n'est pas méchant, il s'est confié à moi et moi je ne lui dis rien en retour. Dans un sens, c'est ce qu'il semble vouloir, mais est-ce réellement juste ? Parler, parler est si particulier, je ne l'ai pas fait aussi... Oui je pense pouvoir dire qu'aucune situation aussi saugrenue ne m'est jamais arrivée quand même. Mais cela me rappelle soudain ce que mes frères parfois disaient, les gens du hameau aussi.

"Vous savez, je ne ressemble à aucun membre de ma famille et apparemment cela a posé des problèmes. Mais cela ne change pas que je suis comme je suis, celle qui de vos propres dirent brûle d'une innocence."

Non je ne l'ai pas lâché, c'est officiellement le contact avec une autre personne le plus long dont je me souviens et c'est un inconnu pour moi. C'est étrange, mais ce n'est plus gênant en tout cas. J'en viens même à apprécier cette promiscuité pour une raison que j'ignore, peut-être que le contact d'autre humain prolongé est agréable au final ? En tout cas, je n'arrive pas à avoir peur de lui malgré ses paroles.

"Vous pouvez dire ce que vous voulez, je n'ai pas peur, au contraire je vous trouve de plus en plus sympathique."

Et ce n'est pas tout de suite que je vais le lâcher, je n'ai pas envie qu'il se sente mal et maintenant que je suis habitué à le tenir contre moi il n'y a plus de problèmes.

Taurok
Taurok

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930484-bar-left5/10Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930015-empty-bar  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 22:25
Pour la première fois depuis si longtemps, l'esprit de Taurok connaissait la paix et l'harmonie. Elle faisait preuve de douceur envers lui, elle le réconfortait, elle lui offrait la plus belle chose que son innocence ne puisse jamais lui offrir : de la tendresse. C'était le plus beau cadeau qu'on puisse lui faire. Ainsi son esprit et son coeur, lentement, commencèrent à s'apaiser, peu à peu, alors que les douces paroles de la jeune marchande remplissaient son âme d'espoir. Comment était-ce possible... ? Tout avait été si rapide. En un maximum d'une heure ou deux, il avait déjà trouvé ce qui se rapprochait le plus de nouveaux sentiments humains. Peut-être que c'était pour ça que l'énergie du Dragon Déchu bouillonnait en lui... Au contact d'une présence si apaisante et charitable, cela pouvait signifier une menace quand à ses instincts meurtriers et psychopathes.

C'est en rouvrant doucement les yeux que ses deux prunelles verdâtres sombres croisèrent le regard de la roturière. Ses yeux étaient beaucoup moins fermes et durs que précédemment... Ce regard là était beaucoup plus calme, empathique et détendu. On pouvait y déceler des émotions qui semblaient faire surface, mais tout était si confus en lui... Etait-il simplement heureux ? Plus léger ? Nostalgique ? Amoureux ? Non, il n'était pas capable de le dire. Cela faisait si longtemps, tant de décennies sans qu'il n'ait ouvert son coeur à qui que ce soit... Et cette fois, il avait prit le risque de se confier à une parfaite inconnue. Mais pour une raison qu'il ne pouvait expliquer, c'est comme si le destin avait réuni ces deux êtres pour qu'une rencontre presque irréelle s'opère, et le résultat n'en était que plus incroyable.

Ce regard était long et fluide, et aucune agitation ne se lisait dans ses yeux. Au contraire, il semblait apprécier ce contact si doux et apaisant... Un être simple et normalement constitué ne pouvait pas survivre rien qu'une minute au contact de l'énergie du Dragon Déchu. Taurok, lui, la supportait de jour en jour constamment, et son esprit résistait à la corruption grâce à une ténacité sans aucune limite. C'est après un long silence agrémenté de regards tous plus confus mais heureux les uns que les autres qu'il reprit la parole

" Vous... Vous me faites tant penser à quelqu'un que j'ai connu. Il y a bien longtemps, plus d'une vingtaine d'années. J'ai plus de cent ans, aujourd'hui, mais... Sans des personnes comme vous... J'aurais sombré dans la folie depuis bien longtemps. Je ne pourrais jamais vous remercier assez. Je... Ca me gêne de vous demander ça, mais... "

C'était là le monde à l'envers : Taurok, fier guerrier et grand instructeur impérial de Valm, était timide et gêné face à une marchande de classe populaire qui vendait des montures. Mais pourtant, dans cet état si vulnérable et fragilisé, il n'en était que plus sentimental et émotif...

" J'aimerais... Vous proposer de rester un peu à Valm. J'aimerais apprendre à vous connaître... Passer du temps avec vous... J'ai eu peur, toutes ces années, d'assumer ces émotions en moi. Aujourd'hui... J'ai trouvé quelqu'un qui... qui réussit à annihiler ces peurs et à guérir mon âme du mal qui me ronge. J'ai envie de vous connaître... Tempérance "

Ses paroles étaient sincères et prononcées avec une voix étrangement poétique... Qui aurait pu croire qu'un combattant aussi chevronné et inhabitué aux manières de s'exprimer dans une quelconque forme de haute société puisse faire preuve d'une éloquence aussi franche et fluide ? Il fallait croire que la sincérité d'un coeur purifié par l'innocence d'une jouvencelle pleine de la plus pure des volontés était capable de guérir le plus noir des coeurs...

Invité
avatar
Invité
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 23:21
Ashunera nous bénit, il semble aller tellement mieux ! Ah, j'ai, le temps d'un instant penser que mon optimisme et ma joie de vivre étaient inutile et heureusement ce n'est pas le cas. Mais de là à penser que c'était aussi communicatif ?! Je n'en avais pas idée, j'en ai aussi beaucoup appris grâce à monsieur Taurok, comme un cours accéléré de... Discussion ? Que c'est agréable, ce doux sentiment d'avoir fait une bonne action, d'avoir aidé son prochain. Bon il semble encore confus, un peu perdu même ? Mais il va mieux, j'imagine que si je devais subir ce qui le ronge je serais aussi confuse en sortant de... Un mal ? Un cauchemar ? Difficile de dire ce qu'il a enduré, mais ça a semblé être terrible. En tout cas il semble s'en remettre et comme avant je l'écoute, puisque cela semble être une solution, autant l'appliquer !

Je lui rappelle quelqu'un, il y a plus de cent ans... Alors un siècle c'est bien cent ans ? C'est... Étrange, qu'il dise ou non la vérité sur ce point ça ne me gêne pas en réalité. Soit c'est une... Image, mais ça ne se dit pas pareil, une me... mé ? Une chose de ce genre, soit c'est la réalité et je le plains, si je devais vivre aussi longtemps je pense que je serais triste. Imaginez, tous ceux que vous aimez sans exception, qui sont rappelés aux dieux les uns après les autres en sachant pertinemment que vous ne les rejoindrez pas, à moins de subir une mort non-naturelle... Je me demande si c'est pour cela qu'il vit par la lame, en espérant comme les gens le disent, périr par celle-ci ?

Enfin, je n'y pense pas plus que cela, cela n'attire pas plus que ça mon attention, surtout quand je remarque ce changement en lui, ce plus indéniable. Malgré cette vulnérabilité il me demande une chose qui sans être impossible va me demander de m'organiser puisque j'ai des commandes qui doivent être acheminées. Pour ce qui est de s'occuper d'eux, il y a les personnes qu'il faut même si... Je ne peux pas les laisser seul tout de même. J'imagine que je ne peux pas non plus refuser une requête aussi importante non plus. Il me faut un long moment pour réfléchir, mais finalement je prends ses mains dans les miennes, plongeant mon regard dans le sien. Si j'avais un point de vue externe, je dirais que j'ai le regard type de la demoiselle douce et émerveillée, peut-être des étoiles dans les yeux même si je n'en ai personnellement jamais vu.

"J'en serais honorée, mais, car il y en a un, il me faudra un peu de temps pour assurer que mes protégées atteignent leurs destinations. Une fois mes obligations terminées je serais tout a vous. Néanmoins, rien ne vous interdit de m'accompagner le temps de faire le tour des... Enfin, vous avez certainement des obligations plus importantes. Dans tous les cas, laissez-moi le temps de m'assurer que tout est réglé et il n'y aura plus de soucis."

Je me lève, prolongeant le maximum possible le contact entre mes mains et les siennes, avant de les lâcher.

"Je reviens tout de suite, je n'ai même pas eu la décence de prévenir mon oncle que nous sommes ici, nous serions gênées s'il prenait le large avec nous à bord."

Un dernier sourire, puis je me dirige vers l'entrer, j’ouvre la porte et la referme derrière moi en m'assurant qu'il n'y ait pas de regard indiscret qui puisse surprendre monsieur Taurok dans cette position. Rapidement, je trouve mon oncle à moins que ce soit lui qui attendait qu'on lui dise que j'allais émerger de la cabine et c'est maintenant le cas. La discussion est rapide, je lui explique que j'ai un imprévu et que j'aurais besoin d'aide pour acheminer nos pégases ainsi que prévenir notre famille du retard. Étrangement, suite à un rire gras, amusé, il me dit que si c'est pour le bien d'un homme, je ferai mieux de lui consacrer tout le temps dont il a besoin. Ah ! Je savais que tonton avait aussi un cœur en or ! Oui en réalité, je ne m'en doute pas un instant, mais la vérité est que c'est pour lui une opportunité en or, il est bien sûr déjà informé de qui est sur son embarcation et saisi déjà l'opportunité que cela constitue. J'insiste sur le fait qu'ils pourraient avoir des soucis et surenchéris en disant qu'il fera tout le nécessaire et m'impose son âge, son expérience comme critère supérieur. Je finis par abdiquer, tout ceci aura mis moins d'une grosse poignée de minutes à se faire.

Je reviens avec un air... Déboussolée, j'avoue que je m'attendais réellement à avoir une remontrance sur l'importance du travail et suis sincèrement surprise... Mais cela disparaît au bout d'un instant.

"Et bien... D'une manière ou d'une autre c'est réglé. Il faudra juste que je m'occupe de ma propre jument, mais cela n'implique aucun détour donc... Je suis toute à vous comme promis précédemment."

Bien que je n'aie pas la moindre idée de ce que je suis censé faire, si c'est discuter à nouveau avec des contacts physiques ponctuels, cela ne sera pas un souci de toute évidence j'ai l'impression que j'y arrive.

Taurok
Taurok

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930484-bar-left5/10Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930015-empty-bar  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Ven 3 Juin - 23:56
A vrai dire, Taurok ne savait absolument pas dans quoi il se lançait... Il proposait à une jeune femme qui était plus jeune encore que ses deux filles qu'il croyait toujours mortes de le suivre, pour qu'elle puisse l'aider à réparer et entretenir son coeur tâché par les ombres et la corruption du Dragon Déchu. Tout cela était très spontané, très soudain, mais pas une seule seconde il ne regrettait sa proposition. Il souhaitait seulement qu'elle le prenne bien, qu'elle le vive bien, et que cela ne lui attire aucun problème ultérieur d'une quelconque nature. Sa protection était devenu une véritable priorité... Tout comme sa rémission du mal qui le rongeait.

Alors, dans un petit sourire ravi et rassuré, Taurok reprit la parole en l'entendant lui dire qu'elle était "toute à lui". Beaucoup auraient pu mal interpréter la phrase ou en profiter, mais non : il avait quand même bien plus d'honneur que ça...

" Je vous suis infiniment reconnaissant. Je suis sincèrement désolé si ça vous semble égoïste... Mais ma vie et celle du peuple de Valm n'en sera que meilleure avec votre soutien, Tempérance. Vous pourrez faire ce que bon vous semble, ne pensez pas que je veux que toute votre vie me soit dédiée, loin de là. Seulement... Votre présence me fait du bien. Avec vous, c'est comme si le destin voulait que nous nous rencontrions, comme si notre rencontre avait été écrite à l'avance. J'ai ce pressentiment... Il est très rare que mon instinct de Dragon ressurgisse de cette manière, mais cette fois, je le sens... J'espère que je ne vous effraye pas, évidemment, je... Je n'ai pas envie de vous faire peur... Disons simplement que je transporte un héritage complexe avec moi "

Complexe était en effet le terme juste... C'était tout de même l'héritier plus ou moins direct d'une entité malfaisante qui rivalisait avec le Dragon Divin et qui avait maintes fois tenté de détruire le monde par différentes manières plus pernicieuses les unes que les autres. Et c'était avec cette parenté infâme que son salut se trouvait, par la plus grande des ironies, sous la forme d'une jeune femme n'ayant probablement pas même atteint la majorité qui s'occupait de lui avec douceur et compassion. Si le destin les avait réunis, alors c'est que ce dernier devait avoir un sens de l'humour très prononcé.

Mais qu'importe les probabilités, les préjugés et autres détails, Taurok était heureux de pouvoir passer du temps avec elle. Ils pourraient apprendre à se connaître, à parler, ils pourraient se détendre en dînant tranquillement... Mais un réel questionnement subsistait au fond du guerrier Valmien : quels étaient ses sentiments envers elle... ? Que ressentait il ? C'était si indescriptible, si impalpable, était ce de la romance, de l'amour paternel, de l'amitié, de la passion, de la quiétude ? Impossible à dire. C'était si flou, mais pourtant il ne se sentait pas concerné par ce doute pour l'instant. Il profitait de ce moment avec elle, pour guérir son coeur et refermer les plaies béantes déchirant son âme par le biais de l'énergie du Dragon Déchu

" Je ferais tout le nécessaire pour vous... Quel que soit votre besoin, dites le moi. Je m'assurerais que vous puissiez profiter pleinement de votre séjour... à Valm... Je suis peut-être faible, mais je reste un homme proche de l'Empereur, et les quelques aises dont je bénéficie me permettront de vous offrir tout le confort dont vous ayez envie. J'y tiens... "

Invité
avatar
Invité
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Sam 4 Juin - 0:42
Un petit rire sincère suite à sa première longue phrase, je l'écoute encore, mais cela m'a fait penser à une chose que j'ai très vite apprise dans mon élevage.

"Quand on n'est pas assez fort pour porter un sac seul, on se fait aider. C'est tellement naturel que c'est regrettable que certains n'y pensent pas."

L'homme et les autres races intelligentes et même le règne animal fonctionnent ainsi, enfin quand ils forment des communautés en tout cas. Une fourmi n'est rien face à un grand prédateur, des milliers de fourmis coordonnée c'est une autre histoire. Je me demande s'il n'y a pas un malentendu tout de même, à l'entendre il semble penser qu'il me contrains d'une manière ou d'une autre, aurai-je mal compris quelque chose ? À moins qu'il pense une chose que je n'ai pas moi-même comprise ? C'est vrai que dans un sens je ne vais pas travailler pendant un certain temps ce qui est dommage, mais est-ce réellement aussi grave ? Enfin, j'imagine que si mon oncle a autant insisté pour se charger lui-même de mon travail c'est que ce n'est pas le cas.

"Si je m'accorde avec le souvenir que j'ai du terme égoïste, je ne comprends pas en quoi ça l'est."

Je ne vois pas pourquoi je devrais mentir sur ce point, d'ailleurs je dois être vraiment lente, je n'ai toujours pas peur alors que je suis censée l'être. Mais non, c'est une bonne chose, je vais continuer ma bonne action et je vais découvrir plein de choses dans ce pays. Tant de fleurs ! D'animaux ! De personnes et de lieux inconnus. Cela me chagrine de rester loin de mes protégés aussi longtemps, mais je sais qu'ils sont ici et à la maison entre de bonnes mains de toute manière. C'est un peu comme quand on les cède aux clients, c'est douloureux, mais je vais m'y faire comme je l'ai fait les autres fois. Il surenchérit en disant qu'il s'occupera de tous mes besoins, c'est si gentil. Bon, ce n'est pas comme si j'avais besoin de beaucoup de choses non plus : un toit sur la tête, un peu de nourriture et d'eau et une occupation c'est tout ce que je demande. Pour la sécurité, j'ai cru comprendre qu'on est dans une contrée où le problème ne se pose pas, alors je ne le pose pas.

"Puisque tout est réglé, enfin, je crois... Que fait-on ?"

Oui, je ne pense pas que l'on va rester éternellement ici, peut-être une des auberges du port ? Ailleurs ? Allez savoir, tout ceci est si inconnu, si palpitant ! Je me lève, lui prends la main et indique du regard la porte. Autant profiter de ce moment de mieux pour faire un bout de route avant que ce mal insidieux ne refrappe ? Je l'aide à se relever, à remettre ses bottes et ses vêtements droits. Il fois près je vais vers l'entrer et... Mes affaires... Elles rentreront sans mal dans des sacoches de selles , je vais juste avoir besoin de l'aide d'un matelot pour les débarquer. D'ailleurs, je vais immédiatement e chercher un, enfin quand Taurok sera sortie bien évidemment. La suite sera simple, une fois sur terre ferme je n'ai qu'a siffler pour que Fleur de lys ne vienne notre rencontre, elle sera déjà sa selle pour la monte et avec des fontes de selles adaptées. La suite par contre, il va falloir l'imaginer, tant de nouveautés !

Taurok
Taurok

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930484-bar-left5/10Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930015-empty-bar  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Lun 6 Juin - 17:49
Ces moments qu'il passait avec la jeune roturière lui faisaient un bien fou... il se sentait, pour une fois, soutenu par quelqu'un d'autre et aidé. Toutes les énergies néfastes qui corrompaient son esprit pouvaient être contrôlées en présence d'une personne aussi aimable et altruiste. Évidemment, il aurait adoré lui rendre la pareille, mais Taurok ne savait pas que faire pour cela, outre éventuellement la possibilité de lui payer tout ce dont elle pouvait avoir envie : logement, nourriture, vêtements, matériel... L'argent n'était pour lui pas un problème. En tant qu'officier supérieur du Grand Empire, il n'allait pas se mettre à faire des chichis pour quelques sous...

Restant à ses côtés, il se reposa un peu encore, se redressant légèrement tout en restant allongé, son regard croisant le sien. Ses yeux étaient plus doux, plus gentils, et on sentait bien que ça lui faisait du bien de s'exprimer plus paisiblement et tendrement qu'à son habitude. C'était peut-être normal, à première vue, pour quelqu'un qui ne le connaissait pas, mais dans d'autres circonstances, quelqu'un habitué à son caractère honorable mais froid aurait été sous le choc de le voir ainsi.

« Je pense bientôt... pouvoir marcher. J'aimerais vous accompagner à la capitale, je vous ferais préparer une chambre d'ami dans mon logement. C'est le moins que je puisse faire pour vous... Je ne vais tout de même pas vous demander de payer de votre poche une auberge austère et bondée alors que je peux vous offrir une bien bonne hospitalité »

Se redressant un peu plus, il ferma quelques secondes les yeux avant de pivoter pour avoir les pieds sur le sol, les yeux clos, se réhabituant lentement, puis refermant son manteau de guerre et enfilant de nouveau ses bottes. Se relevant alors, il se massa les temps, reprenant ses esprits avant de regarder la jeune femme. On le sentait qui avait reprit du poil de la bête, et... On pouvait voir une petite gêne, comme une timidité, un léger rougissement qui naissait alors qu'il la regardait, la dévisageant, puis soufflant avant de reprendre la parole

« Mh-hm... Je ne pensais pas que... je m'ouvrirais à ce point à vous... Merci. »

Lui offrant un petit sourire gêné mais sincère et charmant, il récupéra ce qui restait de son équipement en regardant autour de lui, brièvement... Une cabine de navire, c'était original. Il espérait juste que les personnes de l'embarcation n'avaient pas... interprété différemment leur rencontre.

Invité
avatar
Invité
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Lun 6 Juin - 23:43
Si j'écoute ser Taurok, ce que je fais semble si extraordinaire, si étrange ? Est-ce si inhabituel d'aider son prochain ? Je ne saurais dire si c'est le cas en dehors de ce que j'ai connu qui est assez réduit j'en ai bien peur. En tout cas, je suis visiblement rassuré qu'il se sente mieux, me permettant un grand sourire le temps d'un instant avant d'avoir celui que j'arbore naturellement. La santé, c'est important, mais est-ce qu'il y a réellement des maux qui peuvent être combattus par le simple usage de la parole ? J'ai tellement de choses à apprendre sur le monde, mais jamais je ne pourrais lire le moindre livre pour me permettre de façonner mon esprit. De toute manière, je ne suis qu'une simple roturière, à quoi cela pourrait-il bien me servir...

Une fois encore, il m'invite, j'imagine que cela serait fort impoli de refuser, mère m'a appris qu'une demoiselle doit laisser les messieurs agir en gentilhomme pour ne pas les offusquer. Bon, je n'ai jamais appris ce que veut réellement dire ce mot, mais je crois que ça a un rapport avec le fait de tirer des chaises et de lire des poèmes alambiqués aux jouvencelles... Une chose qui s'apparenterait à cela donc, même si j'imagine très mal une personne comme Taurok chanter la sérénade, j'avoue. En plus, cela serait fort embarrassant ...

Enfin soit, la mobilité lui semble de nouveau permise, nous sortant donc tous les deux, sur le pont de son navire mon oncle affairé à faire charger des marchandises, nous remarque bien vite. Il s'approche, fait un salut des plus plie à celui qui m'accompagne et s'enquière de la plus commune des manières de sa bonne santé. Une fois rassuré de cela, enfin de ce qui montre, il me chuchote une phrase à l'abri des oreilles indiscrètes... Suite à un instant de silence où j'ai un regard vide, comme si toute étincelle d'intelligence m'avait quitté un instant je finis par réagir de nouveau.

"Je n'ai pas compris mon oncle..."

Il se met à rire et met une main sur mon épaule, m'assure que ce n'est pas grave puis s'excuse auprès de Taurok. Je n'ai pas du tout compris, mais au vu de sa réaction cela ne semble pas grave, enfin j'espère. Il est donc temps de descendre de son navire, je le fais pour ma part et une fois de nouveau sur la terre ferme, je siffle fort. Un sifflement particulier, celui qui fait qu'un petit instant par la suite un pégase gracieux, blanc comme la neige et aux crins couleur blé, peut-être plus claire, nous rejoint. Une paire de marins ne met pas longtemps à me rejoindre avec mes affaires dans leurs bras que je charge dans des fontes de selles larges. Elle se colle à moi le plus doucement possible pour un animal de se gabarie après que je lui ai flattée l'encolure, ensuite je me tourne vers celui que j'accompagne.

"Je n'ai pas la moindre idée de la direction à prendre, mais puisque vous êtes là, je n'ai aucun souci à me faire."

Le quai est vide si on exclut les manœuvriers, il est impossible que personne ne nous ait vus ensemble sur l'embarcation, mais de là à savoir ce qu'il y a eu par la suite c'est une toute autre question. Comme je l'ai, dis, je suis alors Taurok, trois pas derrière lui pour ne pas le gêner surtout qu'aussi douée soit-elle, ma pauvre jument n'est pas non plus membre d'une des races les plus invisibles et légère.

Taurok
Taurok

Messages : 232
Lien de la fiche : http://fire-emblem-rebirth.forumactif.org/t11-taurok

Feuille de personnage
Classe: Héros
Niveau:
Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930484-bar-left5/10Bienvenue à Valm. [PV : Taurok] 1460930015-empty-bar  (5/10)
Inventaire:
InventaireArme
1Sanguine
2Coeur de lion
3Branche
4Hache d'argent
5
Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   Mer 8 Juin - 17:42

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]   

Bienvenue à Valm. [PV : Taurok]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienvenue chez nous
» Souhaitez-moi bienvenue ! [Taka]
» Discours de Bienvenue. (ouvert à tous, forcément !)
» Bienvenue à la maison de poupée !
» Ici vôtre commandant de bord, bienvenue à bord du vol Aër Arcane.

Fire Emblem Rebirth :: Empire de Valm :: Port de Valm+
Sauter vers: